06/04/2018

L'époque où l'on fabriquait des bérets Basques à Carcassonne...

Entre les deux guerres, l'ensemble de la Haute-Vallée de l'Aude connaît une période de quasi plein emploi grâce à ses usines de chapeaux. A la veille de la grande crise économique de 1929, les différentes sociétés chapelières de l'Aude vont se regrouper afin de mutualiser leurs efforts. De cette restructuration du paysage industriel vont émerger trois nouvelles enseignes. En 1928, la société Canat et de la Chapelle de Couiza s'allie avec les établissements Jean Peille d'Espéraza pour devenir l'I.C.A (Industrie Chapelière de l'Aude). La même année, les usines Villa d'Espéraza et de Couiza fondent l'U.C.F (Union Chapelière Française) ; nous allons en reparler. Enfin, l'année suivante Jean et Baptiste Bourrel s'associent et prennent le nom d'Etablissements Bourrel réunis.

Capture d’écran 2018-04-06 à 11.08.08.png

Publicité dessinée par le peintre Jean Camberoque.

Cet accroissement des débouchés a été momentané et dû au développement brusque des importations des Etats-Unis. Mais la crise de 1929 est venue arrêter brutalement cette expansion. En 1927, ce sont 3 017 127 de cloches à chapeaux qui étaient exportées depuis la Haute-Vallée. Ce chiffre passa à 9 161 787 en 1929. Après la Seconde guerre mondiale, on n'en compte plus que 368 226.

30222390_10215120916563965_8578959443025199104_n.jpg

L'Union Chapelière Française est fondée par M. Villa d'Espéraza le 30 juillet 1928, suivant statuts déposés chez Me Escarguel, notaire à Carcassonne, le 17 juillet 1928. Son siège social se trouve à Paris, mais son usine s'implante à Carcassonne au n°33 de la rue Alfred de Musset.

Capture d’écran 2018-04-06 à 09.40.10.png

A partir de 1950, la crise chapelière a pour effet de ne plus pouvoir proposer de travail, car il lui impossible de renouveler son personnel. C'est 60% des moins de 21 ans qui quittent Espéraza et Couiza en direction de Quillan et Limoux, villes dans lesquelles de nouvelles industries se créent. Cinq ans plus tard, il ne reste plus que trois fabricants de cloches. Le COFIC fait transformer par l'I.C.A et l'U.C.F les matières premières qu'elle achète. Après la faillite de l'U.C.F, seule l'I.C.A exécutera ce travail.

Capture d’écran 2018-04-06 à 11.27.47.png

A l'arrière de l'église du Sacré-Cœur, l'usine des bérets avec sa cheminée

La faillite de l'Union Chapelière Française intervient le 26 mars 1955 pour défaut d'intérêt de masse. A dater du 7 novembre 1958, l'affaire d'Henry Villa est rachetée par Raoul de Rochette demeurant au château de Gaja près de Carcassonne. Il acquiert un fonds de fabrication et de vente de bérets avec la contremarque Perly pour 90 millions de francs, à la Société Union Chapelière Française représentée par Pierre Azéma, président du Conseil d'administration.

Capture d’écran 2018-04-06 à 11.33.46.png

En 1974, la cheminée de l'ancienne usine des bérets qui culminait à 26 mètres au-dessus du quartier de la Pierre Blanche, est abattue. Les bâtiments sont alors transformés et deviennent la propriété de la société textile Sermo qui s'en servira d'entrepôt.

Capture d’écran 2018-04-06 à 11.39.39.png

Les bâtiments de l'usine sont aujourd'hui occupés par un bowling. Il ne reste plus que les toits pour matérialiser encore le passé industriel de ce lieu oublié qui fit vivre de nombreuses familles d'ouvriers.

Sources

Notes, recherches et synthèse / Martial Andrieu

Revue d'économie méridionale / 1959

Bulletin des annonces civiles et commerciales

_________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

11:44 Publié dans Usines | Tags : bérets | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

merci martial je ne connaissais pas cet épisode carcassonnais de la fabrication des bérets -j'en été restée à la haute vallée de l'aude dont cette industrie florissante avait fait les beaux jours des habitants -il faisait bon vivre car il y avait du travail et donc un peu d'argent pour profiter de la vie -

Écrit par : marcelle | 06/04/2018

Répondre à ce commentaire

On apprend tous les jours,un grand merci pour cette période que j’ignorais,
Il est vrai que beaucoup de commerces ont fermé depuis!!!

Écrit par : Raga | 06/04/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire