15/04/2018

Des juifs réfugiés à Lagrasse, sauvés des nazis par un couple de boulangers

Après l’armistice de juin 1940, le gouvernement de Vichy soucieux d’assurer la police sur le territoire prend en charge le sort des réfugiés, elle les regroupe dans divers camps, dont celui de Rivesaltes qui avait accueilli les Républicains espagnols fuyant la dictature franquiste. Dans l'Aude en 1942, il existe trois camps placés sous l'administration du Groupement de Travailleurs Etrangers. Il emploie ces réfugiés à différentes tâches pénibles. Certains travaillent à la mine de Salsigne, d'autres à casser des cailloux pour refaire les routes. Chaque G.T.E porte un numéro : GTE 145 à Axat dirigé par M. Parayre compte 110 Espagnols, 1 Allemand, 1 Russe qui sont employés aux mines. GTE 318 à Bram dirigé par M. Foulquier compte 263 personnes dont 43 juifs (193 Espagnols, 7 Polonais, 16 Allemands, 10 Hongrois, 19 Roms, 7 Sarrois, 11 autres) employés aux mines. Enfin, le GTE 422 dirigé par le milicien Jean Tricoire compte 737 personnes (711 Espagnols et 26 juifs) employés dans la Sylviculture et l'industrie ; son siège est à Carcassonne, 44 rue Voltaire.

lagrasse.jpg

Le village de Lagrasse, au cœur des Corbières

Le lieu où sont encasernés les juifs lagrassiens est un ancien couvent qui appartenait à une institution religieuse : «  Les sœurs de Nevers  ». Il y a là des médecins, des avocats, des enseignants, etc…bref que des gens aptes à casser des cailloux. Quand le père de Robert rentre le soir il est accablé : «  Les pauvres gens ! ». Il parle avec eux, certains lui racontent leur parcours et ce qu’ils ont subi. Savent-ils ce qui les attend ? "Il y a aussi un dentiste, un nommé Weissler. Il a ramené d’Allemagne l’outillage nécessaire, dont une fraiseuse à pédale. Il plombe mes dents cariées selon une méthode allemande : une seule séance de vingt minutes environ. Et ça tient ! Parmi ces hommes il y a un certain Wang, 24 ou 25 ans, ingénieur. Blond aux yeux bleus, c’est le parfait aryen. Il sait jouer du piano. Comme la jeunesse de Ribaute organise des petites soirées pour mettre un peu de bleu dans les esprits, on va demander à l’officier de gendarmerie qui a la haute main sur le G.T.E. d’autoriser M.Wang à se rendre à Ribaute pour jouer du piano. Instrument rare à Ribaute. Celui de Mme Rouger ? Il s’y met, trois arpèges et : « C’est une vieille casserole », il dit en français. Celui de Ginette Gibert fera l’affaire.Trois de ces juifs sont logés à Ribaute, dans une vieille maison réquisitionnée, située près de l’église, un couple et son fils d’à peu près mon âge ( 18 ans ). Tous les jours ils doivent se rendre à Lagrasse ( à pied ) pour attester de leur présence et travailler. On les croise quelquefois lorsqu’ils se promènent le long de la rivière. On se dit bonjour…"Un matin de la fin août 1942 ma mère entre brusquement dans ma chambre et me dit : « Les gendarmes frappent à la porte de ces gens !». La fenêtre de ma chambre s’ouvre sur l’impasse où se trouve la maison. Dans l’entrebâillement des volets j’ai vu le brigadier de gendarmerie entrer dans la maison accompagné d’un gendarme. Pas même cinq minutes après ils en ressortaient, mais accompagnés des trois habitants. Le brigadier ferme la porte à clé. Ils passent sous ma fenêtre. Les deux hommes portent chacun une valise. La femme sanglote. Le fils baisse la tête. Seul le père se rebiffe et proteste . Le brigadier le sermonne sèchement. Tous ces juifs partiront le jour-même pour Drancy, d’où ils repartiront le 28 août dans un train aux portes plombées en direction d’Auschwitz."

1247982992_235.jpg

Agnès, Lucien Bertrand et leurs enfants

Dans ce camp de Lagrasse, une centaine de juifs cassent des cailloux sous le contrôle des Ponts et Chaussées. Autour de la popote commune au foyer de Lagrasse, les femmes organisent des séances récréatives. Il y a la jeune Paule Nieger, d'origine allemande, qui ne sait pas ce qu'est devenu son mari. Elle chante des extraits de l'opérette "l'Auberge du cheval blanc" avec une certaine Lily, future Mme Devèze qui s'illustra plus tard comme interprète et conférencière la Cité. Un soir du mois de mai 1944, la panique envahit le camp qui est dirigé vers Bram. Paule et son ami Martin ont réussi à fausser compagnie aux Allemands et aux Miliciens venus les arrêter. Ils cherchent de l'aide chez le commandant de gendarmerie, le médecin de Lagrasse. Sans les rejeter, ni les dénoncer aucun ne souhaite prendre le risque de les cacher. Paule Nieger se souvient alors du boulanger... Agnès Bertrand en l'absence de son mari, leur propose d'en discuter avec lui et de revenir dans deux heures. A bout de ce laps de temps interminable, Lucien Bertrand leur offrit de les cacher dans une pièce au-dessus du four à pain : "Nous ne voulons pas d'argent, ni maintenant, ni jamais. Si nous pouvons vous aider, ce sera notre récompense".

Plaque_BertrandPL-1024x577.jpg

© corbières-matin.fr

L'ancienne boulangerie de Lagrasse

 Pendant neuf mois, malgré de nombreuses incursions Allemandes dans le village, le secret fut bien gardé. Ginette, Jeanine et Suzanne, les trois enfants des époux Bertrand furent mis dans la confidence... C'est l'un d'entre eux qui sauva Paule et Martin, car la Milice qui était sur les traces d'un résistant nommé Crémade fit irruption dans la boulangerie. La jeune enfant présente dans la boutique s'écria : "Crémade ? Mais je le connais ! Je l'ai vu partir vers Tournissan." Ainsi, la maison ne fut pas fouillée. A la fin de la guerre, le couple d'Israélites après avoir monté un magasin de tissus à Carcassonne, s'exila aux Etats-Unis en 1953. Les enfants se sont mariés... Ginette a épousé Robert Guilhem (quatre enfants) ; Jeanine avec Jean Assens (deux enfants) et Suzanne avec Louis Rey, buraliste à Lagrasse.

lucien bertrand

© Yad Vashem

Lucien Bertrand est décédé en 1960

Les époux Bertrand reçurent chaque année une photo-souvenir postée de Cincinnatti avec de nombreux cadeaux de la part de Paule Neiger et de Martin Tattmar. La dédicace portait à chaque fois ces mots : "En souvenir à nos plus chers, vous, toute la famille Bertrand."

juifs.jpg

© Yad Vashem

Paule et Martin Tattmar

Le 29 juillet 1968, l'Institut Yad Vashem de Jérusalem décerna à Agnès et Lucien Bertrand le titre de Juste parmi les Nations". C'est le mardi 8 mars 1972 qu'Agnès Bertrand reçut à Paris des mains de l'Ambassadeur d'israël en France la Médaille des Justes. 

juifs 2.jpg

© Yad Vashem

Son excellence l'Ambassadeur Masher Ben Nathan

Aujourd'hui encore le souvenir du courage des époux Bertrand et de leurs filles est matérialisé par une plaque apposée sur l'ancienne boulangerie du village.

plaque.jpg

"Celui qui sauve une vie, sauve l'humanité toute entière"

(Coran 5.32 et Talmud Chapitre 5. Mishna 5)

Sources

Notes, synthèse et recherches / Martial Andrieu

Souvenirs de M. Anguille

Comité de Yad Vashem

Midi-Libre / 8 mars 1972

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

Commentaires

Bravo pour ces rappels à un passé pas si lointain.....
Heureusement que cela s'est passé à Lagrasse, car si ces faits s'étaient produits à Carcassonne, cette plaque aurait disparue depuis longtemps, comme bien d'autres (Voir toutes vos chroniques).
Souvenons-nous de la démolition de la villa de la Gestapo !!!!!
Souvenons-nous du silence étourdissant du tandem LARRAT / CHESA sur les évenements récents à Carcassonne !!!!!!!!!!!!
Incapables d'appeler à un rassemblement citoyen !!!!
Incapables de donner le nom de Beltrame à une avenue ou à une rue, même à une impasse !!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : JE ME SOUVIENS.... | 15/04/2018

Répondre à ce commentaire

Un grand merci pour le récit de cet épisode oublié , comme tant d’autres hélas !!!!

N’y a t’il pas un moyen , par une pétition par exemple , auprès des élus, de soumettre le souhait qu’une rue , une avenue porte le nom de Monsieur Beltrame, qui en tout honneur a laissé sa vie pour en sauver une autre ???

Cordialement

Écrit par : Raga | 15/04/2018

Répondre à ce commentaire

Faire connaître cette histoire dont nous subissons toujours localement les faits.

Écrit par : Marie | 17/04/2018

Répondre à ce commentaire

Bravo, cet article doit nous faire réflechir sur l'engagement humaniste de solidarité qui, aujourd'hui, avec des risques moindres n'est plus très à la mode bien au contraire..

Écrit par : JLGasc | 18/04/2018

Répondre à ce commentaire

Dans notre société gangrénée par la haine et la bêtise crasse (pour ne pas dire autre chose), tant qu'il y aura des braves gens au cœur généreux,, comme Agnès et Lucien BERTRAND, l'espoir est encore permis...

Écrit par : Louise Caussade | 23/04/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire