24/04/2018

Cet homme qui empêcha la destruction des platanes du square Gambetta...

De 1248 à 1570, l'emplacement de l'actuel square Gambetta était occupé par le jardin et le couvent des Cordeliers. Il fut démoli sur l'ordre d'un commandant militaire afin de permettre à la ville basse de se défendre contre les huguenots.

Capture d’écran 2018-04-24 à 10.23.06.png

Le nouveau square Gambetta réalisé en 2016

La construction du Pont neuf entre 1850 et 1873 amena la la création d'une place sur le terrain appelé autrefois, "la place au charbon". On pensa dessiner une place triangulaire, puis le Conseil municipal dans sa délibération du 18 janvier 1950 opta plutôt pour la forme rectangulaire que nous connaissance encore aujourd'hui.

Capture d’écran 2018-04-24 à 10.26.12.png

Le Square Gambetta en 1900

En 1859, l'architecte Buckler proposa d'entourer la place d'une double rangée de platanes. Le 8 décembre de l'année suivante, Antoine des Plas eut l'idée de faire construire un bassin central alimenté par une gerbe d'eau. Ce jardin ainsi aménagé en son centre prit le nom en 1864 de Sainte-Cécile, patronne des musiciens. Restait à délimiter ses abords par une clôture en pierre de Beaucaire. Son espace désormais parfaitement matérialisé, prit la dénomination de square Gambetta en 1881, soit un an avant la mort de l'illustre défenseur de la République.

015.jpg

Durant l'été 1944, les Allemands craignant un débarquement allié sur les côtes méditerranéennes vont ordonner la destruction de ce merveilleux havre de paix. Le colonel commandant la place militaire de Carcassonne, souhaite que l'axe donnant sur la route de Narbonne soit dégagé, afin de contrer l'avancée des troupes alliées. Des Carcassonnais sont alors réquisitionnés, mais aucun d'entre-eux ne souhaite vraiment raser ce magnifique jardin. C'est sous la contrainte que la municipalité devra se plier aux exigences de l'occupant. Les micocouliers, les saules pleureurs et autres arbustes remarquables disparaissent à jamais, tout comme les bassins et le superbe kiosque à musique. Dans le boulevard entourant le square, des tranchées anti-char sont creusées. Voilà le triste spectacle de cet été 1944 !

019.jpg

Le square après le départ des Allemands

Certains éléments du décor seront mis à l'abri et sauvés par les municipaux. Deux statues : Mercure et La France blessée. La première se trouve actuellement dans la cour du musée des beaux-arts ; la seconde au cimetière Saint-Michel. D'autres, comme les balustres en pierre de Beaucaire, se trouveraient chez un particulier dans le quartier du Païchérou. Peu de choses, en somme. 

Capture d’écran 2018-04-24 à 10.22.08.png

En revanche, la double rangée de platanes plantée en 1859 a résisté à la destruction du square. Vous pouvez encore l'admirer de nos jours, elle est vieille de 159 ans ! Au moment de la démolition, le colonel Allemand demanda avec insistance à Roger Gayraud, chef des services techniques de la mairie, que l'on active l'abattage des platanes. L'employé communal trouva alors un subterfuge afin de l'empêcher. Il rétorqua à l'officier que le S.T.O (Service du Travail Obligatoire) avait considérablement diminué ses effectifs et que, par voie de conséquence, la vitesse d'exécution s'en trouvait altérée. M. Gayraud fit valoir que l'on ne pouvait répondre aux souhaits de l'autorité militaire avec pour seule main-d'œuvre, des retraités diminués par les restrictions alimentaires. Le débarquement en Provence n'ayant eu lieu que 4 jours avant le départ des troupes Allemandes, l'affaire en resta là. 

Capture d’écran 2018-04-24 à 10.22.42.png

Désormais, lorsque vous passerez sous les ombrages des platanes du square Gambetta, vous aurez sans doute une pensée émue pour Roger Gayraud.

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

Commentaires

Je ne connaissais pas l'age vénérable de ces arbres, merci Martial de nous en raconter l'histoire et de nous rappeler le sauvetage de Mr Gayraud;
les photos de la 2ème Guerre mondiale sont prises par le Chanoine Sarraute, je pense qu'il faut le mentionner, c'est un témoignage de grande valeur.
Pour la petite histoire, lorsqu'il me fallait rejoindre dans les années 1960-70 le centre ville depuis la rue Trivalle, chez mes grands-parents, j’évitais le "square", cela me paraissait bien lugubre et on y faisait de drôles de rencontres. Maintenant, la vue est bien "dégagée", ça me semble plus sûr.

Écrit par : Marieh Melendez | 24/04/2018

Répondre à ce commentaire

Un grand merci pour toutes ces précisions.
Je suis passée tous les jours dans ce square pour rejoindre l’école Jean Jaurès, cela me rappelle beaucoup de souvenirs.
C’est avec grand plaisir que je découvre toutes ces histoires de notre chère ville, pour la plupart méconnues.

Écrit par : Raga | 24/04/2018

Répondre à ce commentaire

Quelle merveille que ce square Gambetta dans les années 1900 ! je le découvre aujourd'hui et j'en apprends l'histoire de ces fameux platanes au bord desquels on m'emmenait faire de l'âne lorsque j'étais petite .Merci Mr Gayraud !

Écrit par : bénédicte Lauer | 25/04/2018

Répondre à ce commentaire

Le square de mon adolescence,qui était très sûr il n'y avait aucun problème, c'était un lieu de RDV pour les jeunes de mon âge (1962-1963)quel dommage ce gâchis,c'est une horreur,c tellement sympa un square dans une ville, mais bon...il aurait fallu un autre Monsieur Gayraud, encore une fois un grand merci Martial.

Écrit par : Lilou | 28/04/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire