01/06/2018

"Les bourdes de Carcassonne": une spécialité bien locale...

Connaissez-vous "les bourdes de Carcassonne" ? Nous ne vous en donnerons pas ici la recette car nous n'en disposons pas ; seuls les grands maîtres confiseurs de l'Aude la gardent précieusement entre leurs mains expertes.

bourdes.jpg

Détourné d'une image empruntée à studionegre.com

Comprenez-les ! Il s'agit d'un savoir faire de plusieurs décennies issu d'une transmission essentiellement orale. "Les bourdes de Carcassonne" ne se vendent pas ; elles s'émancipent avec l'argent public.

Concours de la Bourde d'or

Prix "Hors catégorie"

convergence-lr-672-m.jpg

En bordure de la rivière Aude et en dessous du quartier des Capucins, s'est construit tout récemment dans une zone jamais épargnée par les caprices de la crue de l'Aude, une résidence H.L.M. Nous n'allons pas citer le maître confiseur - grand bailleur social devant l'éternel - afin qu'on ne puisse pas nous accuser de partialité dans l'attribution des prix. Sur cette grande parcelle se trouvaient les terrains Delteil, c'est ainsi qu'on les nommait. En effet, l'ancien propriétaire y faisait du maraîchage pour sa clinique du Bastion. Ses héritiers vendirent ensuite les terrains à la ville de Carcassonne jusqu'à ce que celle-ci décide de s'en dessaisir. Ainsi en allait-il des terrains d'Emile Delteil, chirurgien bien connu à Carcassonne, patron d'une clinique et accessoirement "Capitaine Simoun" dans la Résistance. Une fois la résidence édifiée, il fallut bien lui donner un nom. Nos confiseurs exprimèrent alors tout leur talent, car ils choisirent bien le nom d'un Delteil pour rappeler sans doute l'histoire du lieu. Le problème c'est qu'ils ne prirent pas le bon... La résidence porte celui de Joseph Delteil, le célèbre poète de Pieusse. 

Prix du public

halle.jpg

© Claude Boyer / L'Indépendant

Il y a bientôt un an la Halle aux sports, construite elle aussi sur les terrains d'Emile Delteil, était inaugurée en grandes pompes. Quelques mois auparavant, l'exécutif de la confiserie du Conseil départemental avait lancé une consultation auprès des écoles de la ville afin d'attribuer un nom à ce nouveau gymnase. On leur demanda de choisir entre quatre sportives dont aucune n'avait d'attaches à Carcassonne. J'avais à cette époque montré ma désapprobation sur ce blog et sur Facebook que l'on ne choisisse pas des personnalités féminines de notre ville. J'avais avancé le nom de Madame Eychenne qui s'était dépensé sans compter pour la Carcassonnaise gymnastique. On balaya d'un revers de main cette proposition. La Halle sport porte donc le nom de Nicole Abar, footballeuse toulousaine et militante féministe. Nos maîtres confiseurs, sans doute chagrinés par le couac né sur les réseaux sociaux, décidèrent in-extremis de donner finalement le nom de salle à Annette Eychenne. Votre serviteur peut légitiment s'en féliciter, surtout qu'il en est - mais on s'en gardera de la dire - le précurseur.

laude boyer.jpg

© Claude Boyer / L'Indépendant

Pourquoi donc, me direz-vous, faudrait-il donner le prix du public à cette bourde ? J'y viens... D'après une source bien informée, Madame Eychenne aurait été invitée à l'inauguration par un bristol envoyé trois jours seulement avant l'évènement. Prévenue trop tard, elle se serait trouvée en voyage ce jour-là et n'aurait donc pas pu s'y rendre. Effectivement, je l'ai cherchée en vain sur les photographies officielles publiées sur le site du Conseil des maîtres confiseurs du département.

______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

Commentaires

Finalement et même si c'est une bourde j'aime mieux le nom de Joseph Delteil le poète plutôt que Delteil le chirurgien au vu de ce que vous en dites

Écrit par : FONTECAVE | 01/06/2018

Répondre à ce commentaire

Bien sûr ! M. Fontecave. Cependant, je doute que cela fut fait exprès.

Écrit par : Andrieu Martial | 01/06/2018

Répondre à ce commentaire

Monsieur Andrieu,
L'article d'hier, de Cazanave, sur les miliciens, n'a pas pu être lu (erreur 404) : pourquoi ?
Bien à vous,
LC

Écrit par : Caussade | 01/06/2018

Répondre à ce commentaire

Bonjour Monsieur Andrieu,
J'ai pu lire vôtre article sur les miliciens de l'Aude. J'ai connu l'un d'eux ,Amédée M. ,qui d'après ce que j'ai pu savoir était" pour le Gouvernement légal de la France" et surtout pas pour les Allemands. Il avait perdu son père Capitaine ,mort pour la France au cours de la guerre de 1914-1918. Vous dites "il a fini sa vie" en Argentine. Agé de seulement 28 ans en 1944 et condamné à mort par contumace il est revenu plusieurs fois en France mais pas dans le département de l'Aude. Sur l'état civil de sa naissance une note manuscrite demandait de signaler à la gendarmerie toute demande le concernant. Célibataire en France ,il s'est marié en Argentine où il a vécu plus de 60 ans.

Si vous souhaitez plus de renseignements sur cette époque contactez moi par Internet.

Petit détail :nous avons vendu notre maison natale à Emile Delteil ,par nécessité.

Bien cordialement.
Pierre Pauc

Écrit par : Pauc | 02/06/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire