21/06/2018

Osmin Nogué (1865-1942), avocat et chansonnier

Osmin Nogué naît à Carcassonne le 6 novembre 1865 d'un père, employé aux lignes télégraphiques, originaire de Tarbes. L'intelligence du jeune Nogué se fait très vite remarquer de ses professeurs, notamment au lycée de garçons de la ville où il se distingue comme un brillant élève. Après ses études de droit et un exil momentané à Paris, l'avocat revient à Carcassonne et s'installe 59, boulevard du musée. C'est aujourd'hui, le boulevard Camille Pelletan.

Osmin Nogué.jpg

Osmin Nogué

Nogué se rapproche des milieux radicaux-socialistes et épouse le 2 octobre 1894, la fille du maire de Carcassonne Omer Sarraut. De cette union avec Jeanne Sarraut (1876-1963), naîtront trois enfants : Cécile Nogué (1895-1981), Yvonne Nogué (1899-1909) et Maurice Nogué (1904-1994). Le grand malheur du couple sera la perte tragique et brutale de leur fille Yvonne, décédée à l'âge de dix ans d'une phlébite orbitaire.

Osmin Nogué 2.jpg

Osmin Nogué en représentation théâtrale

L'avocat participe à la vie de nombreuses associations culturelles... Dans la Compagnie d'Art dramatique l'Athénée, il est au Comité d'honneur. A la Société d'Etudes Scientifiques de l'Aude, il est membre depuis juillet 1897 grâce à Marius Robert et Jean Philibert. Son action humanitaire se fait remarquer au sein de la Commission des hospices, où chacun loue les bienfaits de Monsieur le Vice-Président.

Capture d’écran 2018-06-20 à 18.27.13.png

Cet homme, oublié de nos jours, restera bâtonnier au Tribunal de 1er instance de Carcassonne de 1908 à 1909 et de 1935 à 1936. Quatre mandats au cours desquels, il s'assura le respect de l'ensemble de ses confrères. Lorsque l'on a une telle position dans la vie sociale et civile, on peut qu'être attirer par la politique surtout avec de fortes idées républicaines. Adversaire résolu de Gaston Faucilhon, adjoint de Sauzède puis maire de Carcassonne, Nogué fait entendre sa voix comme conseiller municipal. En vérité c'est politiquement un sympathisant du radicalisme, incarné par les Sarraut. Il dirige même à Carcassonne "La dépêche de Toulouse" et représente le syndicat des journalistes.

En 1924, son beau-frère Maurice Sarraut lui fait obtenir la légion d'honneur ; il sera élevé au grade d'officier en 1938 et choisira son confrère Henri Malric pour sa réception. Osmin Nogué restera tout de même neuf années de 1919 à 1928, conseiller général du canton ouest. Ne souhaitant pas se représenter devant les électeurs, Albert Tomey prendra son siège en 1928.

Capture d’écran 2018-06-20 à 18.36.48.png

Sous le pseudonyme de Jacques Aubin, Nogué fait publier en 1922 sous la forme de chroniques de la société Carcassonnaise, un livre imprimé chez Gabelle. Les illustrations sont du caricaturiste Dantoine et le texte est assez savoureux. Il dépeint les méandres d'une ville à l'hygiène douteuse et aux mœurs incarnées par des personnages d'une exaltante typicité.

35645292_10215642167994925_5788988901322391552_n.jpg

La prieuvre

Quand sur le boulevard le noble Barreau passe,

Serviette sous le bras et le front soucieux,

Il ne se doute pas qu'il est suivi des yeux

Par un monstre tapi dans son antre rapace

Le Fisc sombre pieuvre à l'appétit puissant,

Le Fisc aux mille bras tapissés de ventouses

Dont les hydres de mer se montreraient jalouses, 

Le guette pour l'étreindre et lui sucer le sang.

 

Barreau te reposant sur d'anciens privilèges,

Tu te croyais naïf, protégé contre lui,

Tu vivais sans soucis, mais qui peut aujourd'hui

Du succube goulu fuir traquenards et pièges ?

Barreau, plein de savoir mais de candeur pétri,

Tu tombes à ton tour dans les filets perfides

De l'odieux calmar aux suçoirs myriafides

Et te voici couché, pâle et le front meurtri !

 

Mengué, le rabatteur du monstre enflé de lucre,

T'a poussé doucement vers le gouffre profond

Où notre humanité se liquéfie et fond,

Comme un café brûlant voit fondre un grain de sucre.

Aspirés par la bouche avide de l'impôt

Tu vois tes fiers enfants, infortunés confrères,

Dans la poche du fisc verser leurs honoraires,

Pauvres, exsangues, nus, les os trouant la peau.

 

Mais tout ceci n'est qu'une image

Rien qu'une image en vérité,

Vite à présent tournons la page

Et voyons la réalité.

nogué

La tombe de la famille Nogué, cimetière St-Vincent

 

Sources

Recherches, synthèse et rédaction / Martial Andrieu

__________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

Commentaires

bonjour
vous pouvez ajouter pour osmin nogué
"panthéon hellénique" 1934
"légende d'un demi-siècle" 1935
"la grande guerre et le barreau" 1936
"le trentenairede émile olive" 1932
"la croix de georges soum"
"la croix de casimir castel" 1937
et d'autres...........
bravo très cordialement jean louis perxachs

Écrit par : perxachs | 21/06/2018

Répondre à ce commentaire

Toujours instructif et très intéressant.
Félicitations pour ces recherches et ce que vous nous faites partager lors de vos publications.
Cordialement

Écrit par : Raga | 21/06/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire