02/11/2016

La ville vue d'en-haut dans les années 1950

Il existe de nombreuses cartes postales de Carcassonne donnant une vue aérienne de la ville. C'était l'usage dans les années 1950-1960. Elles sont très loin d'être dénuées d'intérêt pour peu que l'on s'attarde sur les détails. Il faut se munir d'une loupe d'horloger ou d'un coupe fil de tailleur grossissant dix fois. Le mieux est encore d'avoir un excellent scanner capable de faire un poster d'un timbre poste. Je me suis prêté pour vous à cet exercice...

3598368294.jpg

Voici une vue de la cité et du quartier de la Barbacane. On remarquera les nombreux jardins de maraîchers, dont 90% sont désormais construits.

1129601695.jpg

En grossissant, on obtient une image de l'ancienne manufacture de l'ïle. Cette dernière devait se transformer en Centre international de séjour avec palais des congrès, mais... Le promoteur M. André Orta a encaissé le chèque cautionné par la ville et n'a jamais construit le bâtiment. L'argent détourné a dit-on, financé les campagnes électorales de divers partis politiques, et malgré un jugement 14 ans plus tard, l'argent ne fut jamais restitué aux carcassonnais. M. Orta a fait quatre années de prison et la ville a été endettée pendant 20 ans, ce qui a occasionné des hausses brutales d'impôt et un arrêt du budget d'investissement. A sa sortie de prison, M. Orta a retrouvé de suite un travail et aujourd'hui, il court le marathon autour de Bordeaux. Si vous passez devant chez lui, faites-vous inviter car c'est un peu chez vous...

http://www.ladepeche.fr/article/2000/05/30/83450-andre-or...

3829787998.2.jpg

Une vue sur le pont vieux et le pont neuf. Que voit-on de plus près ?

2749732750.jpg

L'ancienne maternité de Carcassonne. C'est aujourd'hui le parking de l'hôtel des 3 couronnes. Derrière elle, l'immeuble a été rasé pour construire l'hôtel. Dans le fond, la maison de retraite du Pont vieux.

Capture d’écran 2016-11-02 à 10.04.35.png

Au bout du pont vieux, la manufacture royale et à côté, la brasserie Fritz Lauer. Derrière la manufacture, l'ancienne gendarmerie (démolie aujourd'hui) et à côté, la maison d'arrêt.

Capture d’écran 2016-11-02 à 10.05.23.png

Les bâtiments d'EDF au bout du pont neuf et derrière, la nouvelle cité Paul Lacombe.

_______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

01/11/2016

Où est passée l'oeuvre du sculpteur François Sicard ?

1310691129.jpg

Le 7 juillet 1901, Jacques Hilaire Théophile Marcou était honnoré dans sa ville natale par l'érection d'un monument à sa gloire dans la Cité de Carcassonne. Sénateur de l'Aude, il se lia d'amitié avec Armand Barbès et combattit avec tenacité le gouvernement de Louis-Philippe et plus tard, la présidence autoritaire de Louis-Napoléon Bonaparte. Condamné par contumace à la déportion, Marcou s'était réfugié en Espagne jusqu'en 1867. A son retour, il fonde le journal "La fraternité" à Carcassonne et deviendra maire de la ville le 22 août 1870.

1248270840.jpg

Le buste en bronze qui aujourd'hui, comme tant d'autres choses mériterait un nettoyage, trône sur l'actuelle place Marcou au milieu de la terrasse des cafés. L'oeuvre est du sculpteur Théophile Barrau à qui l'on doit de nombreuses réalisations dans Carcassonne.

3916724994.jpg

Ce buste est soutenu par un emmarchement de plan carré avec des quatre côtés du socle, un bassin de fontaine demi-circulaire avec mascaron en bronze.

1706061817.jpg

Le mascaron en bronze

161271557.jpg

En 1910, un comité se forme pour la construction d'un monument plus important. Une subvention municipale de 15 000 francs est accordée le 5 juin 1911 et l'oeuvre est confiée au sculpteur

Sicard

François Sicard (1862-1934),

1er Grand prix de Rome en 1891. L'emplacement choisi est le jardin des plantes (Square Chénier) en lieu et place de la statue "Héléna", puis finalement sur le boulevard Marcou. La sculpture en marbre de Sicard présentée au Salon de Paris en 1914 sera livrée à Carcassonne, mais remisée dans les caves du Musée des Beaux-arts de Carcassonne en 1930.

Plusieurs questions se posent :

Pourquoi l'oeuvre de Sicard a-t-elle été mise aux oubliettes en 1930? La municipalité Radical-socialiste d'Albert Tomey voulait-elle rompre avec une décision politique prise par celle de Gaston Faucilhon en 1911?

L'oeuvre de François Sicard est-elle toujours dans les caves du musée? Seule madame Maynard, la conservatrice pourrait peut-être y répondre. Il est à craindre toutefois que l'opacité d'un siècle de gestion du musée des Beaux-arts, ait eu raison d'une oeuvre d'art que d'autres villes auraient sûrement préservé. Puisse ce blog une nouvelle fois lever le mystère, sur une histoire que j'ignorais jusqu'à l'achat de cette carte postale...

_________________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2016