02/11/2017

Jean-François Jeanjean (1877-1956), un historien Carcassonnais oublié

Jean-François Jeanjean consacra sa vie entière à l'étude historique et plus particulièrement celle de notre département. Erudit doté d'un grand talent littéraire, il se distingue d'abord grâce à la biographie d'Armand Barbès qui sera récompensée par la Société de l'Histoire de la Révolution de 1848. Un premier tome paraîtra en 1909 aux éditions Comely à Paris ; le second, chez Gabelle à Carcassonne en 1947. Jean-François Jeanjean est alors Correspondant du ministère de l'Instruction publique, lorsqu'il est admis en 1912 au sein de l'Académie des Arts et des Sciences de Carcassonne. Il en deviendra le président en 1922, en même temps qu'il occupe les fonctions de conseiller municipal de la majorité Radicale-socialiste du Docteur Albert Tomey. Cet homme très apprécié de ses pairs prononcera l'éloge funèbre du compositeur Paul Lacombe en 1927. Pour un autre Lacombe prénommé Edouard, il avait écrit les paroles occitanes de la chanson "La Carcasssouneso" interprétée par l'Union vocale en 1923. 

Parmi ses publications

Armand Barbès Tome 1 / Editions Comely, 1909

Armand Barbès Tome 2 / Imprimerie Gabelle, 1947

La dénomination des rues de Carcassonne / CM, 8 juin 1920

Les étreintes, poésies / Imprimerie Gabelle, 1939

La guerre de Cent ans en pays audois / Imprimerie Gabelle, 1946

Guizot et Mahul dans leurs relations politiques / Imprimerie Gabelle, 1916

Proclamation de la République dans le département de l'Aude / Gabelle, 1920

Le roman d'amour de Lamartine / Gabelle, 1912

Capture d’écran 2017-11-02 à 10.17.20.png

 En 1927, Jean-François Jeanjean ouvre une librairie-bouquiniste dans la rue de la mairie (Aimé Ramond). C'est d'abord une bibliothèque de location, mais on y trouve également des livres d'occasion à la vente. Quand vient la période de la rentrée scolaire, le magasin connaît une belle affluence. Dans des rayons bien agencés se sont pas moins de 20 000 ouvrages sur des thèmes différents qui sont exposés.

jeanjean

Après la mort de M. Jeanjean en 1956, la librairie passera entre les mains de Claude Guillemin en 1963. Les Carcassonnais s'y retrouvent pour acquérir les nouveaux romans primés par le Renaudot, ou le Goncourt. Les amateurs, un peu plus fleur bleue, sont attirés par ceux de Magali ou de Delly. Il y en a pour tous les goûts. Les 2000 abonnés pour 2 francs par an et un droit de location, ne se privent pas. Aux vieux livres a fermé depuis ; elle se trouvait juste en face de l'entrée de l'Hôtel de Rolland (actuelle mairie).

____________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

01/11/2017

Une pierre bien mystérieuse dans la rue Cros-Mayrevieille

Les mystères de la Cité médiévale de Carcassonne ne se trouvent pas que dans ses antiques remparts. Au mois de février 1970, des ouvriers de M. François Stacchetti travaillent à la rénovation de la boulangerie de M. Bacharan dans la rue Cros-Mayrevieille.

Capture d’écran 2017-11-01 à 09.39.24.png

L'ancienne boulangerie Bacharan

Cette vieille demeure avait appartenue auparavant à la famille Magnou, puis à celle de M. Vidal. Il est question avec l'accord de M. Bourrely, architecte des Bâtiments de France, de donner à son magasin un aspect médiéval. Ceci répond aux efforts des différents organismes souhaitant rendre à la Cité son lustre d'antan. Au cours de cette opération de rajeunissement, il est découvert une traverse d'époque Renaissance datée de 1549. Elle sera placée au-dessus de la porte d'entrée.

Bacharan 2.jpg

© Los ciutadins

La boulangerie Bancharan avant les travaux 

Par nécessité d'extension et d'unité, M. Bacharan décida d'aménager également un salon de thé. Cette nouvelle transformation permit de découvrir sous un épaisse couche de ciment et de crépi, une inscription portant la date de 1768. Les Bâtiments de France décidèrent d'accorder une subvention à M. Bacharan, ainsi qu'aux commerçants qui animés d'un tel état d'esprit voudront donner à leur magasin et à leur maison, un aspect médiéval.

pierre.jpg

La pierre placée dans le linteau de la porte découverte en 1970

Cet esprit aurait-il disparu ? C'est ce que l'on croit voir depuis une vingtaine d'années, avec les nombreuses transformations de maisons en magasins ou restaurants. Il semble que le tiroir-caisse ait force de loi.

________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

09:46 Publié dans La Cité | Lien permanent | Commentaires (3)