13/02/2018

Que faire de l'ancienne droguerie Gazaniol ?

En 2007, la ville de Carcassonne administrée par Gérard Larrat achète l'ancienne droguerie Gazaniol située dans la rue Chartrand. Le maire a un projet pour cet ancien commerce dont le propriétaire vient de prendre la retraite. Il souhaite regrouper à cet endroit, au cœur de la ville, tous les services culturels avec pour point d'ancrage, les anciennes halles à volaille. 

Gazaniol 2.JPG

© Martial Andrieu

Dans un article du journal "La dépêche", son adjointe à la culture, Madame Broussy explique en février 2009 que "Tous les services devraient y être regroupés, du patrimoine au pôle culturel (locataire de ses locaux actuels rue de la République) en passant par les billetteries (théâtre, Dôme, Chapeau Rouge, auditorium…). En outre, ce nouveau centre accueillera les « chargés » des futurs centres d'affaires et de congrès." La ville souhaitait transformer les Halles en interface de service public. Un projet innovant puisque une borne "drive-in" aurait permis de prendre les billets pour le festival sans avoir à se garer. Il était même question de créer là une espèce d'auditorium muni d'un écran qui, avec un fond sonore, proposerait une découverte des deux cités, bien sûr, et de la ville en général.

Gazaniol. Rue Chartran.JPG

© Martial Andrieu

Les Halles pourraient devenir un local destiné aux jeunes avec un pôle multimédia par exemple. Pour conforter sa vocation de services "tout public", la structure devait accueillir des toilettes publiques, une nursery pour éviter aux jeunes mamans et papas de langer leurs enfants dans les toilettes des bars, mais aussi un espace de « consignes » où touristes et locaux pourraient déposer bagages ou commissions. Enfin, une sorte d'annexe de la bibliothèque municipale devrait être créée afin que tout un chacun puisse lire son bouquin ou son journal préféré en bonne compagnie. Sans précisément chiffrer, le coût de l'opération se montait à 4 millions d'euros.

ec770341ea50c61aef1321dc112b7883.jpg

© Chroniques de Carcassonne

Gérard Larrat a bien son idée derrière la tête, car son équipe vient de réaliser la transformation des halles, côté rue de Verdun. Cet endroit devient en 2008 un lieu d'expositions. Il est inauguré avec les collections des sculpteurs Yvonne Gisclard-Cau et Paul Manaut, puis d'Olivier Parayre. Le projet Larrat n'ira pas à son terme, car une nouvelle municipalité fut élue en septembre 2009. Le nouveau maire et son conseil municipal ne donna pas de suite à cette réalisation. Le lieu d'exposition accueilla une petite médiathèque avec accès internet. Le Pôle culturel alla s'établir dans la Salle du Dôme, puis dans des bureaux mitoyens.

Capture d’écran 2018-02-13 à 10.08.23.png

L'ancienne droguerie servit d'exposition pour les commerçants du coin. On y mit un papier collé sur la vitrine avec de la publicité touristique de la ville. Quelle destination demain pour ces locaux ? Voilà une question que nous soulevons...

______________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018 

05/02/2018

Y avait-il une villa romaine dans le quartier de la Trivalle ?

Au mois de mars 1968, Antoine Labarre fait une découverte peu ordinaire dans un terrain situé en bordure de la montée Combéléran, de la rue Gustave Nadaud et de la rue Trivalle. C'est précisément à cet endroit que se trouve actuellement un des parkings goudronnés de la Cité, construit au début des années 1970. Monsieur Labarre, archéologue amateur et membre de la Société d'Etudes Scientifiques de l'Aude, passa sa retraite à signaler des lieux de fouilles et à tenter de sauver ce qui pouvait l'être. Ces faits d'armes furent relatés dans la presse locale, dans laquelle il tenait régulièrement une chronique. Qu'avait t-il découvert en ce mois de mars 1968, après que que les pelles mécaniques ont sorti des excavations, du terrain de Mme Bousquet ?

Capture d’écran 2018-02-05 à 11.15.39.png

Ci-dessus le terrain de Mme Bousquet, rue Trivalle

A cet endroit, Antoine Labarre trouva un nombre considérable de tegulae avec imbrices. Il s'agit de tuiles creuses servant dans l'Antiquité romaine à couvrir les toits. Avec ses tegulae se trouvaient également des  fragments d'amphores et de la poterie. Celle-ci provenait du site de Graufesenque près de Millau (Aveyron) qui fut au 1er siècle le site le plus important de production de céramique.

villa.jpg

Évocation depuis le sud-est de la villa des Alleux à son apogée.
© G. Le Cloirec – Inrap

Ces tegulae désignent l'emplacement d'une ancienne villa romaine, et la Graufesenque, permet de dater cette agglomération. Elles montrent également que le passage de l'antique "Via Aquitania", devenue beaucoup plus tard "Voie royale", était route de Berriac (avenue Jean Moulin). Elle traversait l'actuelle avenue du général Leclerc (qui n'existait pas), suivait la Trivalle et franchissait la rivière Aude.

Capture d’écran 2018-02-05 à 11.39.38.png

L'ancienne route de Berriac à Carcassonne

Il est rapporté qu'un Carcassonnais vit dans son enfance d'immenses dalles pavant certains passages de la route de Berriac et qui sont aujourd'hui recouvertes de goudron. La logique veut qu'un antique Villa n'ait pu être située qu'au bout d'une voie de communication. Or, une Villa romaine était une agglomération autarcique. Habitée généralement par plus de 500 personnes, elle était l'unité cellulaire de l'empire romaine en Gaule. 

Capture d’écran 2018-02-05 à 11.32.16.png

A pied de ce terrain, désormais en bordure de la rue Trivalle, se trouve cette espèce de borne. Pour beaucoup de Carcassonnais, elle reste une énigme de l'histoire.

______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

04/02/2018

Le grand magasin de vêtements Alexandre Dony à Carcassonne

Le premier magasin Dony est crée à Limoges en 1894, 4 rue des Halles, par Alexandre Dony (1860-1936) alors associé à Paul de Laval et Joly de Bénac. L'aventure carcassonnaise débute en 1925, quand M. Bauville laisse sa boutique de tailleur. Dony magasin.jpg

© A. Dony

Le magasin A. Dony de Carcassonne

Après plusieurs décennies, le vieux tailleur Bauville passé maître en vêtements sur mesure, gabardines, chemises et bonneterie prend sa retraite. 

Bauville.jpg

Nous avons retrouvé dans le travail d'Alfred Raucoules sur la rue de Verdun, une vue de la boutique Bauville avant l'arrivée du magasin Dony.

img028.jpg

On s'aperçoit que le rez-de-chaussée faisait apparaître des fenêtres de forme ogivales donnant sur la rue.  Lorsqu'en 1925, le magasin Dony vint s'installer en lieu en place de Bauville, il effectua des travaux. 

img027.jpg

Le magasin Dony après les travaux de 1925

Construite dans le style Art-Déco de cette époque, la façade révélait des motifs floraux et le noms des boutiques de l'enseigne en France : La Rochelle, Caen, Lyon, Calais, Limoges, etc. Ces inscriptions sculptées ont été effacées par une couche de peinture. Il suffirait de rien pour qu'elles ne réapparaissent. L'enseigne Dony ne possède plus à l'heure actuelle que sept magasins en France avec celui de Carcassonne.

Dony.jpg

En 1925 le directeur Carcassonnais était Paul Rodange, puis ce fut Théophile Richard à partir de 1931. L'atelier comportait un coupeur, deux apiéceurs et trois retoucheuses, plus des vendeurs.  

img029.jpg

L'intérieur de la boutique en 1931

Sources

 Notes, synthèse et recherche / Martial Andrieu

Alfred Raucoules

__________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018