17/09/2013

Le 3e RPIMA sur le départ

Arrivée du 3e RPIMA à Carcassonne (2).jpg

Nous cacherait-on une catastrophe économique pour après les municipales de 2014 ? Si l'on en croit les colonnes de la Dépêche et du Midi-Libre, le 3e Régiment Parachutiste d'Infanterie de Marine devrait quitter définitivement Carcassonne par décision gouvernementale. Ceci dans le cadre des coupes budgétaires des armées entraînant la suppression de 24 000 postes. Selon ces journaux locaux, neuf anciens généraux ont écrit au ministre de la défense pour sauver Carcassonne. Du côté des politiques, le député-maire J-C Pérez, membre de la commission parlementaire de défense, fait valoir sa discrétion pour ne pas fâcher Paris; Isabelle Chésa, son opposante, évoque sur son blog son pessimisme quant à la capacité du maire à faire infléchir cette décision. En tout état cause, les politiques de Carcassonne qui se sont succédé sont tous responsables de la situation économique de la ville. Depuis des années, les querelles partisanes en dehors des partis et à l'intérieur de ceux-ci, plongent Carcassonne dans une léthargie suicidaire.

Se sont-ils posés un jour cette question: Et si le RPIMA partait un jour ? 

__________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

09/09/2013

Le 3e Festival du livre de Caunes-Minervois

1147988_603362923049915_419297706_n.jpg

Je serai présent au 3e Festival du livre de Caunes-Minervois le week-end prochain. Dans le cloître de l'abbaye, vous pourrez rencontrer les auteurs et vous faire dédicacer leurs derniers ouvrages.

1208485_603363283049879_840384624_n.jpg

Tout au long de ses deux journées, des rencontres sont organisées autour de personnalités connues. Par exemple, le samedi à 15h avec l'écrivain Régine Desforges. Cette manifestation est organisée par Jean-Marc Savary et les Editions Liber Mirabilis.

_______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

02/09/2013

Programme des Journées européennes du patrimoine 2013

Le 14 septembre de 9h30 à 18h

Visite commentée de l'Usine de traitement des eaux de Maquens (Route de Limoux, à côté de l'Auberge des chênes) par les techniciens de la Lyonnaise des eaux, en collaboration avec la ville de Carcassonne et l'Association des Amis de la ville et de la Cité.

maquens.jpg

Les techniciens de l'usine de Maquens ( photo: La Dépêche)

 

Le 14 septembre à 14h30

Conférence animée par Jacques Blanco (Membre de la Société d'Etudes Scientifiques de l'Aude, Secrétaire des Amis de la ville et de la Cité) dans le musée de l'usine de traitement des eaux de Maquens (Route de Limoux). Le sujet: " L'aqueduc Cailhau et Pitot au XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles".

blanco.JPG

Jacques Blanco, à l'aqueduc de Prat Mary

 

14 septembre de 9h30 à 12h

Visite des trésors religieux de Carcassonne (Notre-Dame de l'abbaye, Cathédrale St-Michel, Eglise St-Vincent) par Marie-Chantal Ferriol (Conservatrice et déléguée des antiquités et objets d'arts du département de l'Aude).
Réservation obligatoire au 04 68 77 71 68 (places limitées)

ferriol.JPG

Marie-Chantal Ferriol (Conservatrice du patrimoine)

 

14 septembre à 15h30

Visite de la chapelle et du tombeau de l'évêque Radulphe (Jamais ouverte au public) par Jean Blanc (archiviste et historien). Rendez-vous  dans la basilique St-Nazaire et St-Celse de la Cité de Carcassonne.

jean blanc.jpg

Jean Blanc (historien)

 

14 septembre à 11h et 16h

Découverte de l'orgue de l'église St-Vincent par Henri Ormières (organiste), titualire du Grand orgue de St-Vincent. Renseignements: 04 68 25 51 45

ormières.JPG

Henri Ormières lors d'une présentation de l'orgue

 

14 et 15 septembre de 14h30 à 17h

Visite et découverte du grand orgue de St-Nazaire par Jean-Louis Bergne, organiste titulaire du Grand orgue. Rendez-vous dans la Basilique St-nazaire.

car.nz.brg1.jpg

Jean-Louis Bergnes, organiste

 

14 septembre de 14h30 à 16h

Visite guidée de la Bastide St-Louis et conférence sur le patrimoine oublié à 18 heures par Jean-Louis Bonnet (Professeur de latin).

DSC_5702.jpg

J-L Bonnet

 

14 septembre de 15h à 16h

Conférence de Marie-Elise Gardel (archélogue) sur l'Actualité de la recherche sur la Bastide St-Louis.

M.E_Gardel_-_Lastours_1_.jpg

Marie-Elise Gardel, archélogue

 

15 septembre à 14h15

Conférence sur le compositeur Paul Lacombe (1837-1927), sa vie et son oeuvre. Projection de documents et écoute d'enregistrements sonores. Salle des mariages de l'Hôtel de ville, 32 rue A. Ramond.

Martial_Andrieu1.jpg

Martial Andrieu (Artiste lyrique)

 

Vous pouvez retrouver toutes les autres manifestions (expositions, lieux officiels ouverts au public, visites guidées, concerts) sur le site de l'Office municipal du tourisme de Carcassonne (rubrique Agenda annuel).

http://www.tourisme-carcassonne.fr/preparer/agenda/agenda...

Il convient de remercier madame Monique Arthozoul-Joseph (Conseillère municipale déléguée au patrimoine) et ses services, pour la parfaite mise en musique de l'ensemble de ces journées.

_______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

La musique de Paul Lacombe sur France 5

Quelle de fut pas ma surprise hier soir, lorsque regardant un documentaire sur France intitulé "Les artistes français sous l'occupation", j'entendis et je vis les élèves du conservatoire de Paris chanter en 1943 "l'Aubade printanière" de notre compositeur carcassonnais Paul Lacombe. Pour ceux qui seraient tentés de faire un raccourci facile avec cette triste période de l'histoire, ce compositeur est décédé en 1927. Voilà donc qui démontre une nouvelle fois aux plus septiques, la notoriété de la musique de Paul Lacombe en dehors de son Carcassonne natal. Carcassonne qu'il chérissait tant et pour laquelle il avait abandonné toute idée de postérité. Elle le lui a d'ailleurs rendu fort mal après sa mort et quatre vingt ans plus tard, rien n'a vraiment changé...

aubade.jpg

Vous pouvez entendre le passage concerné de ce documentaire en cliquant sur le lien ci-dessous.

C'est exactement à la 14'43 minute!

http://www.dailymotion.com/video/xk9f0g_l-occupation-sans...

Ci-dessous, l'Aubade printanière (Version orchestrale)

http://www.youtube.com/watch?v=RjtNoFEL3iI

_______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

23/08/2013

Séance de dédicace "L'Aude en 200 questions"

IMG_2362.JPG

Le 3 août dernier, je dédicaçais à la Maison de la presse mon dernier livre "L'Aude en 200 questions" et tout je que j'ai produit jusqu'ici.

Je remercie les personnes qui ont pu venir me rencontrer à cette occasion. Cela a permis de beaux échanges amicaux et de partager des points de vue. Je remercie également chaleureusement la responsable de cette librairie pour son accueil. Je remercie la librairie Breithaup-Cariven pour avoir mis ce livre dans sa vitrine. Je remercie le Midi-Libre et l'Indépendant qui ont envoyé photographes et journalistes pour relayer cet évènement. Je remercie le service communication de la mairie pour avoir annoncé cette dédicace sur les panneaux lumineux d'informations municipales. Je remercie la radio Chérie FM (99.6), leurs responsables Mathieu Larrat et François Mourrad pour l'interview qu'ils m'ont accordée. Je remercie M. Delahaye, directeur de l'Office municipal du tourisme, pour avoir mis une affiche annonçant la dédicace et l'insertion sur la page facebook de l'Office. Je remercie Valérie Laffon du Pays Carcassonnais. Je remercie le Comité départemental du tourisme pour sa promo sur sa page Facebook. Je remercie Alain Pignon pour le blog "Chroniques de Carcassonne". Je remercie Gérard Jean (Académie des Arts et Sciences), Charles Paytavie (SESA) et Jacques Blanco (Amis de la ville et de la Cité) pour l'annonce à leurs adhérents.

Vous pouvez si vous le souhaitez écouter à nouveau cette interview de Chérie FM en cliquant sur le lien ci-dessous:

http://www.dailymotion.com/video/x12rb8q_cherie-fm-99-6-c...

 

21/08/2013

Où étiez-vous?

Monsieur Bonnet,

Nous avons échangé des informations et des documents depuis septembre 2009, date de l'ouverture du blog "Histoires de Carcassonne", jusqu'en septembre 2012. Nous avons eu pendant tout ce temps des relations amicales et je dois avouer avoir appris un certain nombre de choses que j'ignorais à vos côtés. Il faut être honnête; qu'on ne vienne pas me faire ce reproche. Amoureux de Carcassonne par dessus tout, j'ai dénoncé avec vos plus vifs encouragements à cette époque le patrimoine abandonné de cette ville. Vous restiez dans l'ombre quand je prenais les coups dans la lumière. J'étais devenu en quelque sorte votre bras armé, votre porte flingue. Cela m'a valu bien des désagréments et des jugements négatifs non sur le fond, mais sur la manière dont tout ceci était dénoncé. Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose! Comme le dis le vieil adage. Aujourd'hui, je me rends compte que vous m'avez utilisé pour assouvir quelques vengeances personnelles que vous avez encore à régler. J'y viens...

Depuis que j'ai entrepris la réhabilitation de Paul Lacombe il y a quatre ans, vous m'avez soutenu dans ce travail. Toutefois, le livre que j'ai écrit sur lui ne s'est pas fait tout seul. J'ai effectué de très nombreuses recherches et trouvé des lettres totalement inédites chez les collectionneurs et bibliothèques de part le monde. Comme tout historien, je me suis également appuyé sur le peu qui avait été écrit voilà plus de 80 ans. Pourquoi ne dîtes-vous pas que je vous ai passé le manuscrit de mon ouvrage? Que vous l'avez selon vos propres mots, trouvé excellent et sans fautes de français? Pourquoi votre ami et désormais adjoint Michel Marsenach, ne dit-il pas la même chose car lui aussi en a eu un exemplaire?

M. Bonnet, vous allez donc expliquer pour quelle raison au moment de la sortie de ma biographie sur Paul Lacombe, vous n'avez eu de cesse de tenter de la décrédibiliser. Pourquoi, vous et votre ami Michel Marsenach, membres de l'Académie des Arts et des Sciences de Carcassonne, avez agi de la sorte en le commentant sur le blog de cette institution? C'était la première fois que de mémoire d'Académicien, des confrères s'attaquaient au travail d'un des leurs. D'autant plus que je vous cite dans les remerciements. Quand j'ai annulé ma conférence prévue le 12 juin dernier, vous vous encore fendu d'un commentaire pas bien plaisant:

Cher président,
Il est impensable, incorrect et impoli de décommander une prestation - fut-elle gratuite - à cinq jours de délai, surtout quand on sait que l'on connaît les obligations professionnelles à plus longue échéance, surtout dans le monde du spectacle. Une déception pour notre Société, pas pour moi car je n'avais aucunement l'intention d'y assister.
Jean-Louis Bonnet

Sachez que j'avais prévenu le président Gérard Jean un mois avant l'échéance par courrier. Que je n'ai pas la chance d'être à la retraite comme vous.

Alors, monsieur Bonnet, permettez-moi de m'interroger sur ce qui a motivé ce revirement de sentiments à mon égard.En fait depuis le début vous ne supportez pas que des blogueurs viennent marcher sur vos plates bandes. Vous ne maîtrisez pas les nouvelles communications d'internet et vous vous n'aviez plus la main. Dans le blog "Histoires de Carcassonne", je vous ai toujours cité mes sources et vos livres. J'ai même annoncé vos conférences et vos visites de la ville.

La vérité, c'est que vous m'en voulez pour d'autres raisons. La vengeance et la rancune! Oh! certes, pas contre moi car je n'y suis pour rien, mais contre les membres de l'Association des amis de la ville et de la cité qui vous ont remercie avec pertes et fracas. Parmi eux, il y a une personne que j'estime, qui fait vivre ce blog et qui a d'éducation. Quand vous avez vu que je lui faisais autant de bonne presse que je vous en faisais, vous ne l'avez pas supporté. Est-ce par jalousie, par rancœur ou par méchanceté? Je n'ai jamais fait de différence entre vous et cette personne, car je ne me mêle pas des histoires entre associations dont je ne suis pas membre.

Monsieur Bonnet, vous n'aimez pas que l'on vous fasse de l'ombre mais vous agissez dans l'ombre. Ce qui vous connaissent le savent, les autres le découvriront bientôt. Vous vous faites le chantre de la défense du patrimoine quand cela ne risque pas d'ébranler vos intérêts.

Où étiez-vous au moment où j'avais besoin de vous pour soutenir la pétition sur le mauvais entretien de la Cité? Vous ne l'avez pas signée! Où étiez-vous pour dénoncer la destruction de la Maison de la Gestapo, dont vous connaissez mieux que moi l'histoire? Où étiez-vous pour dénoncer l'abandon de la stèle du Quai Riquet? Aujourd'hui, vous marchez sur une aire dégagée pour vous mettre en avant grâce à mon action. Où étiez-vous pour faire remettre en place la plaque à Noël Ramon, route Minervoise? Où étiez-vous pour dénoncer l'abandon du jardin du Calvaire? Bien entendu, vous seul en aviez la clé pour faire visiter pour les journées du patrimoine. Vous alliez perdre un privilège que seul aviez. Où étiez-vous pour la croix du XVe volée à la Cité? Où étiez-vous pour retrouver l'urne au pied du monument à la Résistance, square Gambetta? Où étiez-vous quand le blog Chroniques de Carcassonne et le mien dénoncions l'état déplorable des hôtels particuliers de la Bastide? Bien sûr, vous en avez la clé pour les faire visiter, vous n'allez pas vous mettre les propriétaires à dos.

Où étiez-vous Monsieur Bonnet?

Aujourd'hui, je vous demande de m'oublier et de ne rien colporter sur ma moralité dans la ville. Car question de moralité, cela pourrait vous arroser bientôt. Mon livre n'a été financé que par mes deniers personnels et porté d'un bout à l'autre. Comprenez que je ne peux pas vous laisser dire n'importe quoi. J'en ai vendu 120 et tant pis si je n'ai pas bénéficié de la publicité à laquelle j'avais droit. J'ai rempli mon contrat et aujourd'hui, Lacombe n'est plus un inconnu.

J'avais sur le coeur tout cela monsieur Bonnet, car vos attaques me font mal. Je suis un être sensible, comme tout artiste qui agit pour faire plaisir à son public. Je ne tire aucune couverture, car mon métier me donne satisfaction et je n'entends pas de poste à la mairie ou à la préfecture. Je ne cherche pas les honneurs, je veux simplement que l'on reconnaisse mon travail désintéressé pour la ville. Mon père, Louis Andrieu, était un honnête homme qui a fait beaucoup pour son hameau de Villalbe. Je suis l'héritier de l'éducation par l'exemple et l'exemplarité des valeurs.

Je vous demande désormais, monsieur Bonnet, de bien vouloir m'oublier. Dans l'attente, je vous adresse mes sincères salutations.

Martial Andrieu