03/12/2015

Le tableau de la Comtesse de Béon sera vendu aux enchères chez Drouot.

Vous souvenez-vous de l'article sur la mystérieuse sépulture que nous avions identifiée au domaine de Baudrigues ? Il s'agissait de la Comtesse de Béon du Massés-Cazaux décédée à Carcassonne le 15 juillet 1818. Une toile la représentant, signée de Mme Vigée-Lebrun en 1787, se trouve au musée de Tucson (Arizona). Un autre exemplaire se trouvait au château de la Serpent dans l'Aude. Il semblerait que les descendants de la comtesse aient décidé de mettre celui-ci aux enchères publiques chez Drouot, ce samedi 5 décembre à 14h30.

Scan0002.jpg

Estimation

200 000 à 300 000 €

Lien ci-dessous vers mon article

http://musiqueetpatrimoine.blogs.lindependant.com/archive...

____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

09/11/2015

Jean-Marie Besset triomphe dans Le banquet d'Auteuil... à Paris.

 jean-marie-besset-etait-directeur-du-centre-dramatique_293222_516x343.jpg

© Christophe Barreau

Jean-Marie Besset 

Ignorez-vous qu'il est en notre bonne ville de Carcassonne, un de ses enfants parmi les plus remarqués, les plus talentueux du monde théâtral ? Si, par un populiste concours de circonstances, on vous a préféré la fête d'un taureau ensanglanté au centre de l'arène, vous n'avez aucune excuse à ne pas connaître l'auteur au milieu de sa scène. Vous, gens de culture et autres bienfaiteurs des usages verbaux de cet ivre village claudiquant sur des pas immoraux, que faites-vous donc pour tirer le vrai vers le beau ? Vous restez pétrifiés au bord de l'abîme, sans aucun élan pour gagner l'autre rive. Côté jardin, un spectacle subventionné commence grâce à un protecteur de la bienséance ; la pièce est triste et souvent mal éclairée. Qu'importe la lumière, aux illuminés ! Côté cour, on compte ses deniers et sur une cour de fidèles, on se doit d'espérer. Le libertinage y est toléré, encouragé sans être dévoyé par une espèce pudique, qui fornique d'ordinaire dans l'ombre des cabinets. Amis de la morale et d'ailleurs, le rideau c'est Besset. Au moment des trois coups, levez-le ! Vous verrez, l'Élysée.

Capture d’écran 2015-11-09 à 10.05.04.png

Lassé des infidélités de sa femme, Molière s'est installé dans une maison à Auteuil. Là, vivent à demeure son jeune protégé, l'acteur prodige Michel Baron, et l'ami de toujours, l'écrivain Chapelle. Ce dernier, aimable fêtard, a invité une turbulente troupe à dîner, les musiciens Lully, Dassoucy et Pierrotin, les hommes de cour Jonsac et Nantouillet, bientôt rejoints par leur ami disparu, Cyrano de Bergerac. Ces libertins-là vont moquer (ou envier) la passion jalouse de l'auteur du Misanthrope pour Michel Baron. L'art et l'amitié peuvent-ils nous sauver de l'absurdité de la vie ?

Le Banquet d’Auteuil est une pièce originale écrite en 2011 à partir de personnages et d’évènements du XVIIe siècle français. Elle présente des personnages historiques – des artistes –, dans une langue réinventée, mais avec des thèmes que seule l’époque actuelle (et la réapparition de textes d’archives) peut aborder de front : la rivalité d’hommes mariés pour l’amour, le désir, la beauté et le talent de jeunes gens.

La pièce oppose au principal la passion, cette fixation amoureuse sur un seul objet (Molière- Baron) au libertinage débridé des amis de Molière (Chapelle, Lully, Dassoucy, Bergerac) dans leurs jeux avec des jeunes hommes (Nantouillet, Jonsac, Osman, Pierrotin).

En respectant les unités classiques (l’action se déroule en 24 heures chez Molière dans sa maison d’Auteuil), la pièce est résolument moderne dans la sincérité, l’âpreté et la cruauté des rapports, qu’ils soient de désir ou d’ambition, pour ne pas dire d’argent et de carrière.

Dans la tradition du genre littéraire du banquet tel qu'il est inventé par les classiques gréco- latins (de Platon à Pétrone en passant par Xénophon, Plutarque, Lucien, Epicure...), c'est-à-dire d'une assemblée d'hommes savants qui discourent, en mangeant, d'éthique et d'esthétique, j'ai essayé de réinventer ce genre pour aujourd'hui, à partir d'évènements d'il y a plus de trois siècles. La fin de ce Dix Septième siècle français posait, pour la première fois en Occident me semble-t-il, l'hypothèse d'un groupe d'hommes assez hardis pour défier Dieu et les bonnes mœurs. On n'en attendait pas moins de l'auteur de Tartuffe et de Don Juan, mais cette réunion de libertins, où l'onréhabilite et redécouvre des artistesou despenseurs considérables (Cyrano, Dassoucy, Chapelle, Baron, Nantouillet), ouvre la voie aux hérétiques en matière de religion et de mœurs des siècles qui suivront: Encyclopédistes, Sade, Fourier, Wilde, Groupe de Bloomsbury, Gide, Foucault, Pasolini... 

(Jean-Marie Besset)

Le-Banquet-dAuteuil_6.jpg

© Le vingtième théâtre

L'express

« Jean-Marie Besset a rédigé un texte passionnant pour les historiens … et troublant pour les spectateurs ! »

Le Monde

"Provocateur avec élégance"

Café astral

« Les amateurs de spectacles (dé)culottés y trouveront leur compte, ce n’est pas tous les jours qu’on peut apprécier une telle liberté, ni pareille érudition, au théâtre. »

Jean-Marie Besset a assité dernièrement à New-York à une lecture de sa pièce en version américaine. Nul n'est prophète en son pays... un de plus.

http://www.vingtiemetheatre.com/spectacle/le-banquet-daut...

____________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

07/11/2015

Marti découpe Carcassonne en Cartier au Païchérou, ce soir...

L'évènement que le Tout-Carcassonne attend avec impatience ce sont les tapas et les paluches à serrer en période électorale au Païcherou, ce soir. Ah ? J'ai oublié quelque chose... Suis-je idiot, c'est l'excellent ouvrage mis en paroles par Claude Marti et mis en image par Patrice Cartier. Au milieu de ce concert de louanges méritées, il ne manquera plus que le son. Qui sait si le chanteur occitan ne posera pas au final des accords mistraliens sur les cordes de sa guitare ? Pour mettre tout ce monde d'accord, on pourra se marrer à entendre certains édiles chanter de bon coeur "Aquela Trivala" alors que leurs collègues du Sénat ont refusé de ratifier la Charte des langues régionales. Au pays de Carqueyrolles, tout est bon à manger, même ce qu'on a du mal à diriger d'habitude dans l'isoloir.

carca couv.jpg

La couverture de ce livre est une vraie réussite technique. Patrice Cartier a d'abord entièrement restauré la photographie originale en noir et blanc ; le graphiste est intervenu afin de la coloriser dans le style des cartes postales des années 30. Quand vous avez vu la couverture, vous n'avez qu'une envie c'est d'ouvrir l'ouvrage avec curiosité.

platanes.jpg

Les pages intérieures constituées par un savant dosage entre l'écrit et son support iconographique, respirent l'intelligence et le bon goût. On chemine chronologiquement à travers une période de vingt années, grâce au récit romancé d'un personnage typique de notre beau pays occitan. À titre personnel, je suis très heureux d'avoir mis une vingtaine de photographies de ma collection personnelle à la disposition des auteurs. Elles ne pouvaient pas être mieux mises en valeur.

paicherou-vue-a.jpg 

Donc, n'oubliez pas ! La présentation officielle de "Je t'écris de Carcassonne" c'est à la guinguette du Païchérou à 17h... Vous dégusterez des tapas cuisinées avec amour par Hélène Quintilla. Pour prolonger la soirée, vous pourrez même dîner avec les auteurs. Le repas ne sera pas gras, mais il est probable d'y voir quelques huiles.

Réservation

04 68 25 12 05

__________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

14/10/2015

Conférences publiques et gratuites

Vendredi 16 octobre

à 

18 heures

AVT_Jean-Lebrau_7038.jpg

Rencontres avec le poète Jean Lebrau, né à Moux.

Grand prix de l'Académie Française en 1968

par

Georges Bruyère

Professeur et mélomane

georges.jpg

Maison Pasteur

5, rue Ernest Renan

11000 Carcassonne

_____________________________

Samedi 17 octobre

à 

15 heures 30

square.jpg

Du couvent des Cordeliers au square Gambetta.

Histoire d'un lieu emblématique de Carcassonne.

par

Alfred Raucoules et Jacques Blanco

alfred-raucoules-et-jacques-blanco-de-la-societe-d-etudes_571699_800x600.jpg

© Claude Boyer

 Société d'Études Scientifiques de l'Aude

AUDITORIUM

Chapelle des Jésuites

Rue des études

11000 Carcassonne

____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

21/09/2015

Le blog à l'honneur dans "Le Républicain Lorrain"

Suite à l'article diffusé par ce blog sur la plaque des réfugiés lorrains, située dans le jardin de la cathédrale Saint-Michel en dessous de la statue de Jeanne d'arc, il m'a semblé important d'essayer de mettre en relation la Lorraine avec Carcassonne.

jeanne+d'arc

Je suis donc intervenu auprès des journalistes de ce quotidien afin d'essayer d'entretenir ce lien distendu désormais entre l'histoire de nos deux régions. Ils ont aussitôt alerté leurs historiens locaux ; c'est ainsi qu'un article est paru hier dans le Républicain Lorrain au sujet de l'exil des Mosellans à Carcassonne à partir de 1940.

Capture d’écran 2015-09-20 à 19.36.54.png

Mon voeu serait qu'à l'occasion de l'inauguration du nouveau jardin devant être rénové d'ici l'été 2016, la ville de Carcassonne puisse inviter des familles de ces réfugiés Lorrains à ce joindre à la cérémonie. Une proposition qui ne devrait pas être difficile à mettre en place puisque certaines d'entre-elles sont restées à Carcassonne et dans l'Aude. 

Ci-dessous la version web de l'article

carcassonne-n-a-pas-oublie-les-expulses-mosellans

________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

17/09/2015

La maison du compositeur P. Lacombe sera t-elle "Maison des illustres" ?

Jusque à présent seule l'ancienne demeure du poète Joë Bousquet - 53 rue de Verdun - possède le label "Maison des illustres" délivré par le ministre de la culture Frédéric Mitterrand sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Depuis 2010, ce sont plus de 110 maisons ayant abrité des personnages du monde politique ou culturel qui ont obtenu ce label. J'ai donc écrit à MM. le préfet et le député Jean-Claude Pérez afin de leur suggérer l'inscription de la maison du compositeur Paul Lacombe. J'ai conscience qu'à la vue de ce qu'est devenue cette demeure - autrefois prestigieuse - ayant accueilli  par le passé Jules Massenet, Charles Koechlin, Déodat de Severac, Marguerite Long... la cause devrait vite être entendue. En effet,  si le caractère mémorable ne peut être remis en cause, sa destination actuelle en revanche n'a plus rien de culturel. Or, c'est l'une des prérogatives du cahier des charges.

Maisons-des-Illustres-nouveau-label-du-ministere-de-la-Culture-et-de-la-Communication_large.png

 

C'est dire l'importance de ce patrimoine culturel Carcassonnais dont on n'a su trop souvent que faire, tout simplement par ignorance ou pire, par désintérêt. Lorsqu'on a la chance de voyager en France, on s'aperçoit qu'ailleurs on s'attache à entretenir l'héritage et à le faire connaître. Citons par exemple les maisons Pierre Corneille (Rouen), Darius Milhaud (Aix-en-provence), Jean Giraudoux (Bellac), J-J Rousseau (Chambéry)... Parfois, ces villes n'ont qu'un personnage célèbre à faire-valoir, d'autres n'en ont aucun. Carcassonne en possède plusieurs, mais sans vouloir attiser la polémique je vous invite à regarder ce qu'on en a fait 

Paul Lacombe / Compositeur/ 2, rue A. Ramond

(Membre de l'Institut de France)

André Cayatte / Cinéaste/ rue Denisse

(Ours d'or à Berlin)

Paul Sabatier/ Chimiste/ rue Chartran

(Prix Nobel)

Ferdinand Alquié/ Philosophe/ Rue de Verdun

(Membre de l'Institut de France)

_______________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015