28/03/2016

La ruine de la maison natale du savant Paul Sabatier dans Carcassonne

Inutile de vous présenter - je le suppose - l'illustre savant Paul Sabatier qui naquit à Carcassonne le 5 novembre 1854 dans un immeuble de l'actuelle place Carnot.

Capture d’écran 2016-03-28 à 09.09.07.png

Paul Sabatier né, place aux herbes n° 10, d'Alexis Sabatier (chapelier) et de Pauline Guilhem

Notre ville - toujours bipolaire et d'une grande richesse culturelle - possède deux villes (la Cité et la Bastide), deux sites UNESCO (la Cité et le Canal du midi), mais aussi deux Prix Nobel :

Paul Sabatier (1912) et Albert Fert (2007)

sabatier.jpg

Paul Sabatier

On préfèrera sans doute s'enorgueillir davantage des illustres gladiateurs de l'ovalie, dont le rayonnement ne dépasse guère les frontières du massif des Corbières. Dont acte ! Avec ceux-là, on remplit mieux les urnes depuis longtemps...

Capture d’écran 2016-03-28 à 09.21.22.png

C'est donc dans cet immeuble à droite qu'est né l'illustre savant. Si ailleurs tout se termine par des chansons, à Carcassonne tout se termine par les destructions de notre patrimoine culturel. Inutile d'énoncer ici la longue litanie des bâtisses, rayées de la carte historique de la ville. Ce qui sauve - pour le moment - le patrimoine de la bastide Saint-Louis c'est qu'il se trouve en secteur préservé. Il y a fort à parier que dans le cas contraire, les bailleurs sociaux auraient déjà pilonné le centre historique afin d'édifier des blocs de béton du plus bel effet.

Jusqu'en décembre 2010, la maison de Paul Sabatier accueillait une pizzeria. L'immeuble menaçant de s'écrouler, la municipalité Pérez prit un arrêté de mise en péril immédiat. Ceci contraint normalement les propriétaires à effectuer les travaux nécessaires... Quatre mois après et 10 employés au chômage technique plus tard, le journal la Dépêche dressait le constat suivant :

"Et depuis, rien ou presque ne s'est passé. Une première phase de mise en sécurité de la façade de l'immeuble a été réalisée. Mais la suite, c'est-à-dire la phase II, imposée par les experts, pose problème. Les investisseurs privés de l'AFUL (association foncière urbaine libre) désormais transformée en Société civile immobilière ne sont pas prêts à mettre la main à la poche. Et pour cause. À ce jour, seulement trois des huit appartements qui doivent être réalisés ont été vendus dans le cadre de la loi Malraux. Pour Michel Chadelas, qui détient près de la moitié de l'indivision, la situation relève du dilemme. « Si l'on met la main à la poche maintenant, c'est à fonds perdus. Ce serait dépenser de l'argent sans rapport, et ce, même si cela nous permettrait de commercialiser mieux les biens. Notre logique, c'est que si l'on doit démarrer des travaux, c'est sur l'ensemble, et jusqu'au bout. Pour cela, il faudrait vendre trois appartements de plus et je prendrai le risque de deux pour moi, quitte à les louer… », explique l'homme d'affaires. Ce qu'il espère, c'est bénéficier d'un délai pour relancer la commercialisation de l'immeuble pour, et c'est son hypothèse récurrente, lancer le chantier en fin d'année pour une livraison un an plus tard. "

plaque sabatier.jpg

La plaque sur la façade

"Du côté de la Ville, c'est l'impatience. Tamara Rivel, adjoint au maire en charge de l'urbanisme, n'est pas du tout dans la même logique que ces investisseurs. Ils seront d'ailleurs mis en demeure de démarrer très vite les travaux de la phase II dès la date butoir. « Ils doivent comprendre que plus ce bâtiment prend l'eau, plus il s'abîme », souligne, logiquement, l'élue. La phase II impose, essentiellement, la destruction du plancher du dernier étage et la reprise complète de la toiture. Un investissement, utile, mais que les promoteurs ne semblent pas en mesure d'assumer. Si tel est le cas, c'est la mairie qui réalisera les travaux, comme l'impose l'arrêté de mise en péril. Puis, elle devra demander des comptes aux investisseurs… « Là aussi, si je me fie au rapport d'expert, ce serait de l'argent perdu pour tout le monde », regrette Michel Chadelas. « On serait obligé de détruire, par la suite », ajoute-t-il. Le dossier est dans l'impasse pour l'instant. La reprise, timide, de l'immobilier pourrait le faire évoluer. Mais quand ? Trop tard pour sauver l'institution Pizza Pepone en tout cas."

Six années sont passées... Où en est ce dossier ? Vu de l'extérieur, l'immeuble n'est pas très reluisant et quand on jète un coup d'oeil derrière les vitres de l'ancien commerce, on comprend vite qu'il s'agit d'une friche - une de plus - au coeur de la bastide Saint-Louis. 

Maison-de-P-Sabatier.jpg

La maison où vécut P. Sabatier à Toulouse

Plaque.jpg

Est-il utile de comparer les deux immeubles ?

Capture d’écran 2016-02-01 à 22.19.21.png

La tombe de Paul Sabatier se trouve au cimetière St-Vincent de Carcassonne.

Paul Sabatier cimetière.jpg

___________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

26/03/2016

Une bien triste visite à l'intérieur de la bastide Saint-Louis.

J'ai eu la "chance" de pouvoir visiter un hôtel particulier du XVIIIe siècle situé dans la rue de Verdun. L'aspect extérieur du bâtiment ne laissait rien présager de ce que je pourrais rencontrer, une fois à l'intérieur.

Un vaste portail en bois de couleur verte s'ouvre sur une cour avec un escalier monumental en pierre déservant des appartements et ceci, sur cinq étages. L'ensemble des logis est inoccupé depuis bien une cinquantaine d'année et se trouve dans un état déplorable de conservation. À certains endroits le plafond risque de s'affaisser à cause des infiltrations d'un toit trop longtemps soumis à l'épreuve des goutières. L'électricité est encore en porcelaine et les fils pendent sur le mur. Les fenêtres donnant sur la rue de Verdun sont dans un état qui dépasse l'entendement - très souvent obstruées par des cartons ou du contre plaqué. Des pigeons nichent dans ces pièces ou l'odeur des fientes se mêle au pourrissement. Si le toit a été mis récemment hors d'eau, pour des raisons d'économie, on n'a pas remplacé les voliges. Une couverture en fibre compactée a ici, en secteur préservé sous la bienveillance des bâtiments de France, été posée comme sur un hangar de garage. Je ne sais pas ce que cela donne du ciel, mais vu de dessous...

Capture d’écran 2016-03-26 à 09.55.47.png

La rue de Verdun

A défaut d'importants travaux coûteux mais indispensables, cet ensemble historique sera dans une vingtaine d'année ou moins, menacé de ruine. Combien d'autres bâtiments analogues à celui-ci, sont actuellement dans cet état en Bastide St-Louis ? Ce centre ville que l'on nous vend comme remarquable, a t-il un nom marketing pour attirer le touriste ? À titre personnel, je pense même si quelques bâtiments ont été remarquablement restaurés, que la globalité de l'hâbitat est en ruine. Là, où l'on parle de construire des logements sociaux, il faut contraindre les propriétaires - dont beaucoup ont les moyens - à rénover leur immobilier. Il est absolument insensé de voir autant de logements vacants dans cet état, sans compter ceux que l'on ose louer malgré des conditions d'une insalubrité telle, que les rats en ont fait leur siège. À Carcassonne, les marchands de sommeil sont notaires, médecins ou encore rentiers... Sont-ils intouchables ces notables ?

 Franchement, cette ville mérite mieux que ça ! Si vous n'avez pas d'idée d'une ville ayant pu tirer vers le haut son patrimoine, allez donc visiter Albi.

______________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

25/01/2016

Quand Carcassonne va t-elle (enfin) se doter de panneaux historiques ?

Carcassonne est maintenant "Ville d'art et d'histoire" depuis plusieurs mois ; il y a un an, la maison du patrimoine a été ouverte dans la rue Trivalle dans l'ancienne demeure de la famille Cros-Mayrevieille. Aux dernières nouvelles, la municipalité aurait recruté une animatrice de l'Architecture et du patrimoine. Pourtant, cela fait trois années que Carcassonne attend des panneaux historiques dont les premiers devaient être posés en 2014. Que s'est-il donc passé ?

2248130095.jpg

© La dépêche 

La municipalité Pérez avait invité les citoyens à se prononcer en mairie par un vote, sur le choix esthétique de panneaux historiques. La première tranche de ce plan quinquénnal devait être posée au printemps 2014. Depuis ce temps, les Carcassonnais ont choisi un nouveau maire et une nouvelle équipe municipale. Sans préjuger de la volonté de faire aboutir ce dossier, nous demandons ce qu'il est devenu. A t-il été remisé dans les cartons ?

1267312018.jpg

Voici les panneaux choisis en 2013 par le vote des Carcassonnais et qui devaient prendre place dans la Bastide. Nous imaginons que des études ont été réalisées et payées par le contribuable ; qu'un appel d'offre avait été lancé et qu'une société avait emporté le marché. A moins que ce dossier n'ait jamais été finalisé victime d'une campagne de communication ? Si les panneaux furent commandés, combien a coûté aux Carcassonnais ce projet que le changement de majorité municipale a oublié ? Comme nous n'en savons rien, nous posons simplement la question sans esprit polémique. Il est fort souhaitable qu'une nouvelle proposition - portée par l'équipe de M. Larrat - vienne dans les temps prochains alimenter la chronique des dossiers du patrimoine. En attendant, la ville au deux sites UNESCO est victime de ces atermoiements et de ces hésitations.

2737274333.3.jpg

Plusieurs villes de France - comme sur cette photo la ville de Paris - ont adopté depuis des lustres la signalisation historique des monuments. Ce panneau est l'oeuvre du designer Philippe Starck. Il est au catalogue de la société JC Decaux. Carcassonne a plus d'un train de retard ; comme toujours... Serait-il mesquin de le constater ?

___________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

13/01/2016

Quand on apprenait les chansons occitanes dans les écoles de Carcassonne

Quel contraste! Au début du XXe siècle, le ministère de l'Instruction publique encourageait l'apprentissage du chant et de la musique à l'école :

"C'est une chose grave de faire apprendre à un enfant une chanson ou un poème. La mémoire d'un adulte est infidèle ; c'est une plage de sable sec où notre travail ne peut laisser qu'une trace incertaine, vite effacée au moindre vent. Mais la mémoire d'un enfant ressemble à ces vieux coffrets d'autrefois où nos grand-mères seraient les plus humbles choses et leurs bijoux les plus précieux. On n'y touche pas pendant des années ; puis, un jour de mélancolie, on ouvre les vieux coffrets, et les pendentifs démodés, les mèches de cheveux, les rubans fanés provoquent l'explosion des souvenirs."

(Maurice David, Inspecteur de l'Académie de l'Aude)

Aujourd'hui, seuls nos enfants inscrits à la Calendreta (école occitane) sont susceptibles de connaître ces chants languedociens. Pourquoi ? Tout simplement, l'école de la République a tiré un trait sur l'occitan. Cela ne les gênerait absolument pas qu'il devienne une langue morte, rayant ainsi plusieurs siècles de l'histoire sociologique et ethnologique de notre belle région.

16886474.2.jpg

L'Europe avait créé la Charte sur les langues régionales en 1992 pour protéger et promouvoir les langues en tant qu'aspect menacé du patrimoine culturel. L'Espagne malgré ses autonomies souvent indépendantistes a ratifié ce traité. La France dans sa tradition jacobine a signé, mais a encore refusé d'inscrire la charte dans la constitution française. Le sénat s'y est opposé en octobre 2015. Toujours cette peur que la République ne soit menacée dans son unité ! Il est vrai que l'apprentissage de l'Anglais dès la maternelle, c'est plus "cool" pour faire plus tard de nos enfants de bon consommateurs rompus à l'économie de ce marché libéral et financier. Nous voyons que la culture a moins de valeur dès lors qu'elle ne peut pas être un acteur de l'économie. Tant pis si c'est au détriment de nos traditions, usages et origines culturelles.

1013023610.jpg

Quant à la pratique musicale à l'école... je finirais par être méchant!

___________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2016

09:32 Publié dans Carton rouge | Tags : occitan | Lien permanent | Commentaires (3)

08/10/2015

Hameau de Villalbe : autopsie d'un déclin progressif

Le hameau de Villalbe situé à 5km de la ville n'a plus aujourd'hui qu'un seul privilège... Celui de payer les mêmes impôts qu'à Carcassonne sans toutefois en avoir les avantages. Les rues n'y sont pas toujours bien entretenues depuis que le cantonnier Jean-Louis Arnaud a été déplacé au bénéfice de la ville intra-muros, la délinquance ordinaire s'y est établie et les commerces ont entièrement disparu. Rassurez-vous cela ne date pas d'aujourd'hui, mais depuis 20 ans cela ne cesse d'empirer.

Capture d’écran 2015-10-08 à 13.48.56.png

Villalbe

commune de Carcassonne

 Le village qui n'avait dans les années 1950 que quelques 300 âmes, possédait un nombre important de commerces. Aujourd'hui, le village compte près de 2000 habitants et n'a plus aucun commerce depuis la fermeture de la boulangerie de Michel Dominé au début des années 1990. On peut considérer contrairement aux autres hameaux (Maquens, Montlegun ou Montredon) que Villalbe et Grèzes-Herminis ont étés de ce côté, totalement laissés à l'abandon. L'argument pour justifier ce manque a toujours été la proximité (3 km, quand même) de l'hypermarché à Salvaza. Si l'on met en avant que les villalbois sont très mal déservis par les lignes de bus aux horaires impossibles qui bientôt passeront par Bram pour s'arrêter au hameau, on alourdit ce constat.

Capture d’écran 2015-10-08 à 13.59.55.png

Plus aucun abribus malgré des demandes insitantes à l'agglo. 

Oui, il faut près de 1/2 heure pour aller en bus du centre ville à Villalbe, là où en voiture cela en prend seulement dix minutes (il y a 5 km). Dois-je également parler des bus qui ne fonctionnent pas le dimanche à Carcassonne ? Un détail peu gênant pour les carcassonnais intra-muros, mais pour les autres ? Vous me direz, il y a la voiture. Effectivement, mais d'abord bon nombre de personnes âgées n'en possèdent pas ou ont arrêté de conduire. Si elles tombent malades un dimanche, il faudra attendre le lendemain pour se rendre chez le médecin et à la pharmacie... à Maquens. Si par malheur vous deviez mourir, ne comptez pas non plus sur un curé. Le dernier sur le hameau est mort en 1997, c'était l'abbé Maurice Vidal.

Les anciens commerces

3372091452.jpg

Épicerie Castel

358525428.jpg

Épicerie Martrète

2203614935.jpg

Café Escudier

635900367.jpg

Tabac-presse Ormières

2128941862.jpg

Boulangerie Dominé

Aujourd'hui cantine de l'école

Villalbe a perdu en 20 ans son club de football (Etoile Club Villalboise) et son Comité des fêtes, son curé et son conseiller municipal délégué sur place. Il lui reste l'école, la maternelle, un club de 3e âge et une association (A3V).

__________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

 

13/06/2015

L'évolution de l'hôpital général de Carcassonne depuis 1945

Jusqu'au 21 juin 1976, date de l'inauguration du Centre hospitalier Antoine Gayraud, les Carcassonnais se faisaient soigner dans l'ancien Hôtel Dieu dont il ne reste aujourd'hui que le dôme de la chapelle. Construit au XVIIe siècle, cet établissement ne répondait plus depuis longtemps déjà aux normes d'hygiène indispensables à l'exercice d'une médecine de qualité. Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, on y apporta un certain nombre d'équipements modernes mais dans des locaux fort mal adpatés à leur usage.

L'Hôtel-Dieu

Hôtel Dieu avant 1977.jpg

Vue aérienne de l'Hôpital général avant 1977

1951

Service d'électroradiologie 

1952

Pédiatrie

1953

Buanderie,

Services administratifs

Appartements de l'économe

1954

Bloc opératoire

1955

La neurologie

1956

Cabinet dentaire

Chapelle

1957

Cuisine

Tisanerie

Phtisiologie

1958

Médecine générale hommes

1960

Médecine générale Femmes

1961 et 1962

Chirurgie générale

Service des femmes

Hôtel Dieu (rasé en 1977).jpg

Faute de place suffisante, plusieurs services annexes de l'hôpital étaient répartis dans Carcassonne.

La cardiologie

2015-06-13_09h19_07.jpg

Elle fut transférée le 2 novembre 1961 dans l'ancienne clinique chirurgicale du Quai Riquet. Achetée par le Centre hospitalier en 1956 ; elle fut réaménagée jusqu'à l'ouverture du nouvel hôpital Antoine Gayraud puis vendue en 1989. C'est aujourd'hui une résidence.

La maternité

maternité.jpg

L'entrée de la maternité, à droite

 Construite entre 1883 et 1885 sur l'emplacement de l'ancien hôpital Notre-Dame du Bout du Pont, elle n'ouvrit que le 1er novembre 1887. Agrandie et surélevée entre 1927 et 1929, elle jouit d'un entretien constant. En 1957, un service pour les prématurés y est aménagé. Elle servira pour accueillir les résidents de l'hospice pendant les travaux de rénovation du Centre de séjour du Pont-vieux, puisque la maternité avait déménagé en 1980 au Centre hospitalier Antoine Gayraud. L'ensemble des bâtiments cédés à la ville de carcassonne furent rasés en 1990. C'est aujourd'hui, le parking de l'hôtel des trois couronnes.

La pouponnière

2015-06-13_09h22_09.jpg

Initialement à l'hospice, elle fut transférée le 16 juin 1958 dans un hôtel particulier de la rue Michel Sabatier, acquis par l'hôpital en 1955. Le bâtiment fut ensuite transformé en Centre Médico-psychologique en 1988 et géré par le Conseil général.

 

Le Centre hospitalier

A. Gayraud

3765586004.jpg

Le 4 décembre 1970, la première pierre du futur Centre hospitalier était posée. Avant même la mise en service, le Conseil d'administration décidait le 1er juillet 1974 de lancer quatre chantiers : La refection de l'hospice, la création du Serice d'explorations fonctionnelles par Isotopes Radio-actifs (achevé en juin 1981), la construction de la maternité et de l'école d'infirmières. Ces deux dernières seront respectivements achevées le 3 juin 1980 et en novrembre 1979.

 L'inauguration a lieu le 9 décembre 1974 en présence de MM. Gayraud (Maire) et Pellegrin (représentant du ministre). Le 6 janvier 1975, le nouvel hôpital est livré avec l'entrée en fonction du premier service, la cardiologie. Au mois de mai, les 15 services sont fonctionnels. Au total ce sont 623 lits et 891 agents: plus d'un agent par malade! L'hôpital constitue à ce stade l'employeur le plus important après la mairie, avec 250 nouvelles créations d'emplois sur 400 fonctionnaires employés.

 Autre inauguration, le lundi 21 juin 1976 à 11 heures en présence d'Antoine Gayraud (Député-maire), Hubert Husson (Préfet de l'Aude) et de Jacques Baudouin (Directeur des hôpitaux au ministère de la santé).

Les bâtiments

L'allure du bâtiment est impressionnante: 120 mètres de long, 60 mètres de large, un rez de chaussée bas, un niveau inférieur, six étages, des ateliers indépendants. les bâtiments annexes abritent la centrale électrique, le centre eau-glace, le service d'incinération d'ordures, le dépôt d'oxygène et la morgue. A l'entrée, deux grands parkings et un terrain de sport. L'aménagement des espaces verts a été confié au jardinier municipal M. Viéro.

Le coût

Les travaux auront coûté 65 millions 134 000 francs, sans dépassements de budget. Le financement s'est effectué en deux temps: jusqu'au 31 décembre 1973 (39% de subventions d'état, 30% d'emprunt sans intérêt à la sécurité sociale, 31% d'emprunt à la Caisse des dépôts); après le 31 décembre (La subvention de l'état est passée de 39 à 20%, celle de la Secu de 30 à 50%, celle de la caisse des dépôts de 31 à 30%). Le Conseil général a pris en charge une partie des annuités de remboursement des emprunts et la ville, l'autre partie. Par ailleurs, cette dernière a été Maître d'oeuvre de la voirie, des accès et du pont de l'hôpital.

1981

Piscine de rééducation

1982

Création du S.A.M.U

Réfection des Urgences

1986

Scanner

1988

Centre médico-psychologique

1990

Unité d'angéiologie

1991

Unité d'endoscopie digestive

Néonatologie

Réfection de la pédiatrie

Aménagement de la Maison de retraite Iéna

1992

Agrandissement du parking

1993

Construction de l'hélistation du SAMU

1994

Ouverture du CAMSP

 

Le nouvel hôpital

url.jpg

Un hôpital tout neuf est inauguré le 16 juin 2014 sur le hameau de Montredon. L'ensemble des bâtiments possède une surface de 59 209 m2 et peut accueillir 496 lits. Son équipement : 1 IRM, 2 scanners, 4 salles de radiologie, 2 gamma caméra, 1 salle de coronographie, 5 salles d'accouchement, 24 postes de dialyse. L'investissement total représente 160 millions d'euros. A cela, il faut ajouter les 6 millions pour la création d'un rond-point et l'élargissement de la route.

La dette

Le déficit s'élève à 2,8 millions d'euros. Le déménagement a coûté très cher  (300.000 euros), comme le financement sur fonds propres. Ajoutons 250.000 euros pour la mise en sécurité et le gardiennage de l'ancien hôpital. Selon la dépêche, l'équilibre financier ne sera pas atteint à la fin 2016 et déjà les syndicats se plaignent des économies réalisées sur le dos des employés, avec le risque d'altérer la qualité des soins aux patients.

Le constat

Aujourd'hui, notre ville possède deux structures neuves que sont l'hôpital général et l'EHPAD (Maison de retraite médicalisée) et deux structures vides, l'ancien hôpital Antoine Gayraud et le Centre de Séjour du Pont-vieux. 

______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

09:30 Publié dans Carton rouge | Tags : hôpital | Lien permanent | Commentaires (0)