15/01/2016

Un documentaire américain tourné à Carcassonne pour la NASA en 1985

Jusqu'au 12 mai 1985, la cité de Carcassonne, Sigean et les châteaux de Quéribus et de Peyrepertuse ont été le théâtre d'un tournage, pour le compte de la NASA et de l'Air space muséum Smithsonian de Washington.

Capture d’écran 2016-01-15 à 10.26.05.png

Le maire R. Chésa avec l'équipe de production

Il s'agit d'un documentaire de trente-trois minutes, produit et réalisé par Francis Thompson et Bayley Silleck. Inutile de vous préciser qu'il m'a été très difficile de recueillir des renseignements sur 

ON THE WINGS

Capture d’écran 2016-01-15 à 08.54.41.png

Il raconte l'histoire de l'aile, des insectes depuis Icare, jusqu'à la navette et l'homme volant. Une réplique du Quetzalcoatl - oiseau préhistorique - a été fabriquée et pilotée à cette occasion par Paul Mc Ready et son équipage AeroVironnement. L'engin mécanique volait et reproduisait les battements des ailes grâce à un système de stabilisation automatique. Le premier vol réussi, le 7 janvier 1986, fut tourné à Death Valley en Californie. 26 ont été nécessaire pour le film.

quetzalcoatlus.jpg

Le quetzalcoalt

On the wings fut diffusé pour la première fois le 27 juin 1986 dans des salles IMAX. L'acteur principal est F. Murray Abraham ; la bande musicale a été confiée à R. Einhorn.

Capture d’écran 2016-01-15 à 09.33.23.png

Bayley Silleck explique lors d'une conférence à l'université comment il s'est impliqué dans la réalisation de films documentaires sur l'environnement. Les salles du sud des États-Unis ont refusé de projeter ses films sur l'évolution.

12562741_10208009182015046_115730136_o.jpg

70 figurants Carcassonnais ont été engagés afin de représenter gentes dames et damoiseaux. Les costumes furent l'oeuvre de Janick Andrillon et de Agnès Marlaud. Le cascadeur Mario Luraschi eut pour mission de sauter depuis une tour de notre Cité médiévale.

Sur la photo ci-dessus, on reconnaît François Novosad et Maurice Poujade. Ce dernier était fort connu pour son engagement syndical ; on lui doit la création du restaurant inter-administratif. Il est décédé en 2007.

on the wings

© Droits réservés

Les figurants

Mis à jour le 11 avril 2017

__________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2016

10:30 Publié dans Cinéma | Tags : on the wings | Lien permanent | Commentaires (4)

07/01/2016

Exclusif ! Un nouveau tournage de film dans la Cité en 2017

La Cité médiévale de Carcassonne sera le décor naturel d'un nouveau film dont le tournage devrait débuter dans le courant de l'année 2017. C'est ce que m'a indiqué au téléphone hier soir le producteur et réalisateur Yves Lombard. Une énorme coïncidence est l'origine de cette information que je suis en l'état actuel le seul à détenir. En effet, depuis plusieurs semaines, je cherche à savoir ce qu'est devenu le projet d'un long métrage à la Cité en 1999, initié par ce même réalisateur. N'écoutant que mon culot, je me suis mis en tête de trouver les coordonnées de M. Lombard afin de connaître le fin mot de l'histoire. Une fois le contact établi, Yves Lombard m'expliqua qu'il travaillait actuellement avec son scénariste à la reconstruction de ce projet cinématographique qui n'avait pas pu aboutir en 1999. La coïncidence de mon appel avec l'actualité de ce monsieur est plus que troublante. La Cité qui dans le premier scénario devait servir à représenter Saint-Gilles du Gard pour les extérieurs de nuit, sera cette fois utilisée de jour pour représenter elle-même. Mais alors, me direz-vous, de quoi s'agit-il ?

cite_de_nuit_copyright_paul_palau.jpg

© Tourisme Carcassonne

L'origine du projet 

RHEA films et son producteur Yves Lombard avaient obtenu l'aval en 1999 de la mairie de Carcassonne et du Centre des Monuments Nationaux, pour réaliser le tournage d'un film dans la Cité médiévale. Il s'agissait du premier long métrage de M. Lombard, connu pour ses courts métrages "Kriegspiel" et "Rédemption" avec Féodor Atkine et Claire Keim. Côté production, il avait investi dans "Time is money".

Capture d’écran 2016-01-07 à 09.04.45.png

L'histoire de ce film est tiré de la pièce de théâtre de Jean-Louis Marteil : "Et Dieu reconnaîtra les siens". Elle fut jouée au châteaux de Lastours en 1996. Le roman "Les chiens du diable" constitue le prolongement de la pièce dans lequel on retrouve l'héroïne principale de ce film, intitulé

La main de Dieu

1206, près de Toulouse. Alix, la fille adolescente de Hugues de Carcassonne, est désespérément en amour avec l'un des plus proches amis de son père, mais Pierre-Roger de Cabaret est un chevalier dont les codes l'empêchent de répondre aux avances de la jeune, rebelle Alix.
Quelques temps plus tard, Alix est pris en embuscade dans la forêt par une bande de soldats de fortune. Son père vient à son aide mais il est tué. Maintenant, orpheline, l'éducation de Alix est placée dans les mains de Raymond VI, comte de Toulouse et de son épouse Eléonore d'Aragon.
Deux ans plus tard, le 13 Janvier 1208. Pierre-Roger trouve une belle jeune femme à la cour du comte de Toulouse. Alix a grandi, mais Pierre-Roger est venu exhorter le comte de résister aux exigences de légat du pape, Pierre de Castelnau. 
Pierre-Roger déclare enfin son amour pour Alix juste avant l'arrivée du légat ; les deux sont présents lors de sa rencontre avec le comte. Une discussion froide se transforme en une confrontation violente, lorsque le comte exaspéré par les exigences et arrogance de Castelnau essaie de le tuer.
De Castelnau quitte le terrain dans le dégoût, répétant sa menace à l'ex-communiquer le comte et ses partisans. Il donne au comte une dernière chance de se racheter aux yeux du pape lors d'un rendez-vous à l'aube, sur les berges du Rhône, où le légat a jeté le camp.
À l'aube, de Castelnau est sur le point de quitter le comte de Toulouse qui n'est pas arrivé quand il est assassiné par un cavalier masqué.
Assassiner le Pape sert de prétexte pour lancer la croisade contre les Cathares, elle a aussi des conséquences dramatiques pour la vie d'Alix et Pierre-Roger de Cabaret.

Plusieurs sites avaient été retenus pour le tournage initial en Ardèche, Catalogne et dans l'Aude avec Carcassonne et Lastours. Les comédiens pressentis en 1999 donnaient sue l'ampleur à la distribution : Claire Keim, Pierre Vanek, Feodor Atkine, Philippe Volter, Caroline Sihol et Bruno Putzulu. La bande originale avait été confiée à Jordi Savall.

L'arrêt du projet

Quelles sont les raisons pour lesquelles ce film ne se tourna pas en 1999 ? C'était au départ le but de mon appel à M. Lombard. "Nous n'étions pas prêts. C'était trop tôt." J'ai mené de mon côté une petite enquête qui révèle qu'en 1999, une journée de tournage dans la Cité se paie 45.000 francs à la Caisse des Monuments historiques. Si un particulier n'a pas besoin d'autorisation pour garder un souvenir video de la Cité, en revanche toute exploitation commerciale est payante. L'article publié dans la dépêche le 30 septembre 1999 rédigé par l'excellent Dubois-Chabert, révèle qu'une somme exorbitante avait été demandée à la production par la Caisse des Monuments historiques, pour un budget total du film avoisinant les 30 millions de francs. 

Il est dommage que l'état ponctionne autant l'exploitation commerciale d'un film à la Cité, dont les retombées économiques pour Carcassonne en terme d'image sont inestimables. Quand on sait, en plus, que le film sera exploité en Espagne, Allemagne, Belgique... On comprend mieux les raisons pour lesquelles les producteurs vont désormais faire tourner leurs films en Europe de l'est. Ce sont autant de figurants et techniciens qui ne seront pas employés chez nous, sans compter le reste. La gourmandise est un vilain défaut quand elle vous prive du dîner... L'équipe des Visiteurs II "Les couloirs du temps" devait tourner à Carcassonne en 1997 ; faute d'accord avec la ville, elle est allée tourner au château de Castelnau en Dordogne.

2017

M. Yves Lombard m'a assuré vouloir tourner à Carcassonne. La distribution devra être remaniée ; Pierre Vaneck et Philippe Volter ne sont plus de ce monde. Quoi qu'il en soit, lui et son scénariste travaillent actuellement faire de "La main de Dieu", le bras séculier du 7e art.

_____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2016

05/12/2015

La folle épopée du cinéma Le Cinoch', rue Charles Lespinasse.

Trois passionnés du 7e art (Gilbert Ladet, Monique Ladet et Anne-Marie Caraguel), dont deux anciens projectionnistes du Colisée, ont dans l'idée depuis cinq ans de créer un nouveau cinéma dans Carcassonne. En 1983, la ville compte déjà six cinémas pour un total de treize salles obscures : le Boléro, les Capucines, le Chapeau-rouge, le Lido, le Colisée, l'Odéum. Quant au Rex situé dans la rue de la liberté, il vient juste d'être fermé et repris par l'évêché. L'importance de l'offre ne décourage en rien ce trio de cinéphiles puisqu'il constate avec justesse que Carcassonne ne possède pas de salle d'Art et d'essai. Or, c'est précisément ce qu'il avaient dans la tête au départ.

Scan0032-2.jpg

Après cinq années de tractations afin de réunir les financements nécessaires à la réalisation de leur projet, ils font l'acquisition de l'ancienne carrosserie Ramos, 15 rue Charles Lespinasse. Grâce à un prêt bancaire et à une subvention de l'agence régionale du développement du cinéma versée à hauteur de 250 000 francs, la S.A.R.L réunit les 100 millions d'anciens francs.

Scan0001.jpg

Les travaux débutent le 20 mai 1984 ; deux salles sont construites, l'une de 60 et l'autre de 140 places assises. Une troisième de 300 places est prévue à terme, si l'affaire tourne bien...

Scan0012-2.jpg

La salle de 60 places assises

Ce cinéma prendra le nom de Cinoch' - titre un peu soixante-huitard, parfaitement assumé. L'exigence de rentabilité a dû réfréner un peu les ardeur des fondateurs en matière d'Art et d'essai. Ce cinéma mêlera projections "sérieuses" et projections "divertissantes".

Scan0009-2.jpg

Il lui faut réaliser 50.000 entrées annuelles, soit 1000 entrées hebdomadaires pour entrer dans ses frais. Pour cela, la direction proposera quatre films chaque semaine avec trois séances par jour : 14h30, 18h30 et 21h. Des cartes d'abonnement seront proposées à 15 francs (2,50 euros) pour 10 entrées.

Scan0011-2.jpg

L'inauguration a lieu le 10 octobre 1984 en présence de R. Chésa (Maire) et de Maurice Martin (Conseiller général)

Programme de la première semaine

Local Hero de Billie Forsythe

Les murs de la pleine lune d'Eric Rohmer

L'hôtel New Hampshire

Le professionnel avec JP Belmondo

Scan0003.jpg

Gilbert Ladet et Anne-Marie Caraguel

1099462876.png

Le Cinoch' déposa le bilan en 1988, après seulement quatre années d'existence. En à peine 30 ans, Carcassonne a perdu le Lido, le Boléro, les Capucines, le Cinoch', l'Odéum, le Chapeau-rouge. Quant au Colisée, il est en état de survie grâce à la passion de quelques-uns. Les cinémas ont subi avec les multiplex, la même loi que les épiceries avec les hypermarchés. 

Crédit photos

A-M Caraguel

___________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

09:55 Publié dans Cinéma | Tags : cinoch | Lien permanent | Commentaires (0)

30/11/2015

Le Ciné-club carcassonnais

Le Ciné-club carcassonnais est fondé en 1948 par une poignée d'amoureux du 7e art parmi lesquels, l'avocat Clément Cartier. L'esprit qui animait ces passionnés était de projeter des films ignorés, les tendances modernes du cinéma, la revue des classiques de l'écran...

54656370.jpg

L'adhésion à l'association en 1963 se faisait par l'achat d'un carte annuelle (27 francs pour 18 séances) dont le coût revenait à 1,50 francs par film, ou semestrielle (20 francs). Il existait également une carte scolaire semestrielle de 9 francs pour l'accès du Ciné-club au jeunes. On pouvait se les procurer dans les librairies Breithaupt, Gally, Lauer ou Rouquette.

boléro en 1979.jpg

Le Boléro

Les séances avaient lieu tous les quinze jours - les vendredis à partir de 21 heures - au cinéma le Boléro sur le boulevard Jean Jaurès. La soirée débutait par la projection d'un court métrage. Puis, une présentation orale précèdait le film principal. À la fin de ce dernier, il y avait une discussion sur l'oeuvre visionnée et dirigée par deux animateurs. Au cours de la séance, point entr'acte ou de films publicitaires.

Le Ciné-club était affilié à la Fédération française des Ciné-clubs, agréée par le Ministère de la culture.297916916.jpg

L'ancien Boléro en 2015

748810308.jpg

Les programmes sont annoncés dans la presse locale.

Pour l'année 1963, voici les films du 1er semestre:

Comme un torrent (Vincente Minelli)

À travers le monde (Ingmar Bergman)

Elmer Gantry le charlatan (Richard Brooks)

El Pisito (Marco Ferreri)

Le pigeon (Mario Monicelli)

Le grand couteau (Robert Aldrich)

___________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

09:04 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

08/09/2015

Une "drôle de dame" à Verzeille...

Au mois d'octobre 1984, la ville de Carcassonne reçoit l'équipe de tournage et les acteurs d'un téléfilm anglais réalisé par Lawrence Gordon Clark pour le compte de Yorkshire Television. Les scènes seront tournées à la Cité et dans un petit village des alentours.. Ce film sera diffusé aux États-Unis le 4 mars 1985 et dans d'autres pays dont l'Espagne, les Pays-bas, la Hongrie, la Roumanie et bien sûr la France.

Romance on the Orient-Express

romance.jpg

Synopsis

Après un séjour à Venise, Lily Parker, une jolie américaine, récemment promue rédactrice d'un magazine, décide de se rendre à Paris en empruntant le train de luxe : le Venise-Simplon-Orien-Express. Au cours de la première soirée passée à bord, elle rencontre fortuitement Alex Woodward, un jeune aristocrate britannique, avec qui elle a connu une histoire d'amour 10 ans auparavant à l'occasion de vacances en France. Après une courte aventure passionnée, Alex l'a quittée brutalement sans lui donner la moindre explication sur les raisons de sa rupture. À l'occasion de leurs retrouvailles, Alex essaye de se faire pardonner tandis que Lily cherche à connaître les motivations de sa conduite passée. Malgré les années, leur amour ne s'est pas éteint. (Wikipedia)

Cheryl Ladd

L'actrice principale de ce téléfilm (Cheryl Ladd) n'est autre que l'une des "Drôles de dames" dans le série du même nom, très connue en France dans les années 80.

droles-de-dames-serietv-s-3-01-g.jpg

Les lieux de tournage

Orient.Express.in.Poland.02.jpg

L'Orient-Express s'arrêta en gare de... Verzeille. Si, si ! Un petit village sur la ligne Carcassonne- Quillan situé à seulement à une quinzaine de kilomètres de Carcassonne.

Capture d’écran 2015-09-08 à 09.47.14.png

On voit clairement le nom de la gare de Verzeille sur cette capture d'écran tirée du téléfilm. Ce qui est amusant c'est d'y voir une actrice acheter un tee-shirt "J'aime la France" sur le quai de la gare de ce village de 400 habitants.

Verzeille.png

La gare de Verzeille en 2015

Capture d’écran 2015-09-08 à 10.02.55.png

De très beaux plans de la Cité et du Canal du midi mettent en valeur notre patrimoine historique et touristique. Ainsi que la beauté des villages qui sont traversés par les protagonistes de cette romance.

Vous pouvez visionner ce film en cliquant sur le lien ci-dessous

watch?v=oRjW_qeTU1g

_________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015 

10:07 Publié dans Cinéma | Tags : verzeille | Lien permanent | Commentaires (3)

15/08/2015

"Joë Bousquet ou le mouvement paradoxal", téléfilm tourné à Carcassonne en 1977

Joë Bousquet ou le mouvement paradoxal

est un téléfilm réalisé par

Jean-Claude Morin

et tourné dans Carcassonne pendant l'hiver 1977. Il sera diffusé le 11 mars de la même année sur FR3.

Mouvement-paradoxal-4 copie.jpg

Ce court métrage de 13 minutes retrace à travers des documents d'archives et des scènes filmées dans Carcassonne, la vie résistante du poète audois. Il évoque la période de l'occupation durant laquelle, la chambre de Joë Bousquet servit de boite à lettre pour la résistance locale et de cache pour les intellectuels juifs ayant fui Paris. Madame Pataud, la soeur du poète, égréna tout au long du tournage une série d'anecdotes à ce sujet. Par exemple, comment Simone Veil transita par la chambre de Bousquet pour échapper à la répression des nazis. Le réalisateur aurait pu se contenter d'un documentaire en interrogeant René Nelli, Mme Pataud ou Gaston Bonheur, mais aidé par son épouse (Marie-France Briselance, historienne de l'art et productrice de télévision) il a effectué un véritable travail de recherche.

Mouvement paradoxal-1 copie.jpg

Ceci malgré quelques inexactitudes historiques, comme le Palais de justice de Carcassonne transformé en Kommandantur. Cette dernière occupait en vérité, l'Hôtel Terminus et l'Hôtel de la Cité.

Synopsis

Il se nourrit d'un épisode historique bien réel au cours duquel Bousquet réussit à prévenir les officiers et sous-officiers de l'armée française qu'ils allaient être arrêtés par les allemands. Dans le film, une résistante (L'actrice Mme Joly) subtilise la liste des anciens officiers et sous-officiers de l'armée française à l'intérieur de la Kommandantur ; ils allaient être déportés. Elle la rapporte à J. Bousquet qui prévient les chefs du maquis. Les allemands seront étonnés du faible nombre de ces haut-gradés en résidence à Carcassonne...

Le tournage

Filmé aux abords du Palais de justice et à l'intérieur de la maison de Joë Bousquet, ce téléfilm a été perturbé par la grève des comédiens. La grue nécessaire aux prises de vues fut remplacée par un camion-grue prêté par les services techniques de la mairie. Le réalisateur dut également se contenter de quatre feldwebel en tenue vert-de-gris, dont le peu de ressemblance avec les soldats de race aryenne de la Wehrmacht ne manqua pas de faire parler les curieux. Autres anachronismes, les mitraillettes n'étaient pas raccords avec celles utilisées par l'armée allemande.

Cartier-allemands copie.jpg

Le bâtonnier Clément Cartier en bien mauvaise compagnie... en 1977.

La maison de J. Bousquet

En visionnant ce téléfilm, on revoit la demeure du poète audois dans son jus d'autrefois avant sa rénovation en Maison des mémoires.

Capture d’écran 2015-08-15 à 12.14.40.png

MAISON-DES-MEMOIRES---CENTRE-JOE-BOUSQUET-1.jpg

Vous pouvez visionner ce téléfilm sur le site de l'INA

https://www.youtube.com/watch?v=i8gLj1EwHWk 

Crédit photos

Audimage

(Avec l'aimable autorisation de P. Cartier)

____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

13:17 Publié dans Cinéma | Tags : bousquet | Lien permanent | Commentaires (2)