17/03/2015

La tisane de sarments : un téléfilm tourné à Carcassonne en août 1979

La tisane de sarments

est un téléfilm français réalisé par Jean-Claude Morin et diffusé le 10 mai 1980 sur FR3 ; il est tiré du livre du même nom écrit par Joë Bousquet en 1936 (éditions Denoël). Parmi les acteurs, on retrouve Philippe Léotard (Joë Bousquet), Anne-Laure Meury (Paule Duval), Henri Serre (Dr Duval), Anne Saint-Mor (Henriette), Françoise Bertin (Françoise)...etc.

cinema

L'intrigue

Il s'agit d'un récit autobiographique de ce que fut la vie du poète Carcassonnais Joë Bousquet, condamné à une vie immobile en raison d'une blessure de guerre. Ses réflexions sur la solitude et son infirmité, ses rêves d'amour pour une adolescente et ses rapports avec la droigue pour échapper à sa condition.

Le tournage

1130751112.jpg

Le tournage a eu lieu à Peyriac-Minervois (place de la libération), à Villallier et dans la rue Aimé Ramond à Carcassonne en septembre 1979.

cinema

Tournage dans la rue Aimé Ramond

On retrouve de nombreux figurants locaux et l'harmonie municipale. C'est Philippe Léotard qui joue le rôle de Joë Bousquet dans sa rencontre avec l'amour. Anne Saint-Mor est Henriette (sa soeur) et Jean-François Pujol campe René Nelli.

1926019228.jpg

Le Tacot club de l'Aude avait prêté pour la circonstance ses véhicules. Ce Ford A de 1931, était la propriété de M. Soucaret. On voit P. Léotard se faire porter par d'autres acteurs du film.

cinema

Philippe Léotard et Henri Serre

1565204344.jpg

La chambre de Joë Bousquet dans la rue de Verdun, reconstituée pour les besoins du tournage. Le Dr Bernard (Henri Serre) est à ses côtés.

cinema

Août 1979, le tournage de nuit dans la rue Aimé Ramond. On aperçoit l'ancien magasin Radiola de Monsieur Villalonga et l'imprimerie Bonnafous.

cinema

Philippe Léotard devant l'ancienne maison du Dr Oustric

La critique

"Le soin apporté à la réalisation, l'évocation somble et, malgré tout, suggestive de l'époque littéraire, une illustration sonore intelligente, font de l'adaptation du roman de Joë Bousquet un des plus beaux téléfilms que l'on ait vus depuis longtemps"

(Le Figaro TV / 9 mai 1980)

"C'est un film de communion avec Joë Bousquet, d'une facture rare à la télévision. Ce roman onirique, cette histoire d'amour fou est devenue un film qui donne le goût très fort de connaître Bousquet et ses livres."

(L'Humanité / 10 mai 1980)

"Je travaillais 24 heures sur 24. Il m'était impossible de sortir de mon personnage, n'était-ce que quelques heures. J'étais continuellement concentré, tendu, jusqu'au dernier jour : c'était un rôle écrasant, mais passionnant."

(Philippe Léotard)

Sources:

www.grammaireducinema.com

I. Debien et C. Ortiz

______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

16/03/2015

Quentin Durward : une série télévisée tournée à la Cité de Carcassonne.

1442934662.jpg

Quentin Durward

est une série Tv franco-allemande d'après le roman de Walter Scott et réalisée par Gilles Grangier. Elle compte pas moins de 7 épisodes dont le cinquième fut tourné en 1971 à l'intérieur de la cité. Le décor naturel de Carcassonne a été choisi pour représenter dans cette histoire, la ville de Liège. On peut dire que notre ville est vraiment mise en valeur au cours de scènes de combat au Château comtal et près de la porte d'Aude pendant 10 minutes. Nombreux sont les figurants à l'écran, filmés au plus près. Peut-être reconnaîtrez-vous l'un des votres...

1373984905.jpg

L'intrigue, située en 1468, prend comme cadre la rivalité entre Louis XI et Charles le Téméraire, duc de Bourgogne. Le héros, Quentin Durward, fuit son Ecosse natale pour la France. Il y retrouve son oncle Ludovic Lesly et intègre auprès le lui la Garde Ecossaise de Louis XI, découvrant avec surprise que ce dernier et le marchand qu’il a croisé peu de temps auparavant - et qui s’intéressait étrangement à lui - ne font qu‘un. Parallèlement, Isabelle de Croye, comtesse bourguignonne, est venue chercher refuge auprès de Louis XI pour échapper au mariage auquel Charles le Téméraire la destine. Louis, décidé à faire tomber le comté de Croye aux mains d’un allié, décide de la livrer à Guillaume La Marck. Pour ce faire, il fait croire qu'il l'envoie auprès de l’évêque de Liège, allié de Charles. Quentin Durward, est chargé du convoi ...

Une scène.jpg

Le héros principal Quentin Durward est incarné par Amadeus August.

Le tournage

L'ensemble des scènes ont été fimées dans la cité médiévale durant l'été 1970. Les lieux choisis furent la Porte d'Aude, l'entrée du château comtal, la cour du mid et les remparts. L'équipe de tournage et de production "Maintenon films" ont été logées à l'Hôtel Montségur, avenue Bunau-Varilla. Plusieurs Carcassonnais participèrent comme figurants, notamment ceux du Centre équestre qui avait mis ses chevaux et cavaliers à disposition du téléfilm. Rien que pour la journée du 2 juillet, ce sont au total onze chevaux qui furent mis en scène.

Dominique Coquille et Denis le Guillou.jpg

Dominique Coquile, cavalière Carcassonnaise, et Denis le Guillou

025.jpg

Une scène à la Porte d'Aude dans laquelle la doublure d'Amadeus August grimpe à l'aide de carreaux d'arbalète plantés dans le mur d'enceinte le logis de l'Inquisition. Si vous passez par là, levez la tête, les pièces en métal rouillé y sont encore...

Les acteurs

012.jpg

Amadeus August se détend entre deux prises

Philippe Avron.jpg

Philippe Avron

Denis le Guillou 1.jpg

Denis le Guillou

August et Claire Maurier.jpg

Claire Maurier et Amadeus August

L'équipe technique

021.jpg

Gilles Grangier dans la Cour du midi

techniciens.jpg

Les techniciens de la production

843220239.jpg

Vous trouverez désormais ce téléfilm en DVD

Sources

Un grand merci à Dominique Coquille

_____________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

11:28 Publié dans Cinéma | Tags : quentin durward | Lien permanent | Commentaires (2)

29/12/2014

"Les petits papiers de noël" à Carcassonne en décembre 1979

arton61504.jpg

Inventée et produite par Jacques Solness,

Les petits papiers de noël

était une émission diffusée à 20 heures sur FR3, entre le 22 décembre 1975 et le 29 décembre 1984. Elle remplaçait Les jeux de 20 heures pendant la période des fêtes de fin d'année, et était présentée par Jean-Pierre Descombes. C'était en quelque sorte l'ancètre du Téléthon. L'équipe sillonnait les routes de France et s'arrêtait dans une ville (12 à 16 par saison) dans lequelle l'émission était enregistrée à midi, puis diffusée le soir à 20 heures. La première année, les vedettes de la chanson parcouraient avec les présentateurs les rues d'une grande ville, afin de récolter des messages de solidarité et de l'aide envers les personnes nécessiteuses.

Petit-papier-2.jpg

À partir de l'année suivante, il s'agissait de récolter des promesses de dons pour l'UNICEF. En partenariat avec Europe 1 et le magazine Télé Poche, on pouvait découper le bon et le remettre au moment du passage de l'émission dans sa ville. Les maires des communes participaient activement à l'émission dans une ambiance bon enfant dans le style de Midi première, présentée par Danielle Gilbert.

favieres.jpg

Les petits papiers de noël sont à enregistrés à Carcassonne en décembre 1979, sur la place Carnot. Les vedettes autour de Jean-Pierre Descombes sont : Frédéric François, C Jérôme et l'homme-orchestre Rémy Bricka.

favières 2.jpg

Le présentateur Maurice Favières et le maire de Carcassonne, Antoine Gayraud.

favières 3.jpg

Frédéric François, place Carnot

Ci-dessous l'émission de Rouen en 1978

http://www.dailymotion.com/video/x1xavp_les-petits-papier...

_________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

09:46 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

06/12/2014

"Adémaï au Moyen-âge" fut tourné à la Cité de Carcassonne

ademai 3.jpg

Vers la fin de la guerre de Cent ans, Ademaï est un pauvre manant auquel son seigneur a ravi sa jeune et jolie femme. Ademaï tombe de calamité en calamité: condamné à la pendaison, puis à la noyade, il est définitivement abandonné par sa belle, mais toujours courageux, il se console aisément.

ademai.jpg

Noël Noël

(1897-1989)

Ce film réalisé par Jean de Marguenat en 1935 fut tourné à la Cité de Carcassonne, avec dans les rôles principaux Noël Noël, Tino Rossi, Michel Simon, Suzy Vernon...

Photos de tournage

photo2.jpg

Noël Noël et les figurants, à la barbacane de la Porte d'Aude

© C. Béteille

photo3.jpg

L'équipe technique du film

© C. Béteille

Lieux de tournage

pont troué.jpg

Une scène du film fut tournée au pont de la Seigne qui emjambait le Fresquel à cette époque. Oui, car depuis 1974 ce pont a été emporté par une crue. On le nomme vulgairement depuis : Pont troué

______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

13/10/2014

Le Ciné-club carcassonnais

Le Ciné-club carcassonnais est fondé en 1948 par une poignée d'amoureux du 7e art parmi lesquels, l'avocat Clément Cartier. L'esprit qui animait ces passionnés était de projeter des films ignorés, les tendances modernes du cinéma, la revue des classiques de l'écran...

54656370.jpg

L'adhésion à l'association en 1963 se fait par l'achat d'un carte annuelle (27 francs pour 18 séances) dont le coût de revient est à 1,50 francs par film, ou semestrielle (20 francs). Il existe également une carte scolaire semestrielle de 9 francs pour l'accès du Ciné-club au jeunes. On peut se les procurer dans les librairies Breithaup, Gally, Lauer ou Rouquette.

297916916.jpg

Les séances ont lieu tous les quinze jours, les vendredis à partir de 21 heures, au cinéma le Boléro sur le boulevard Jean Jaurès. La soirée débute par la projection d'un court métrage. Puis, une présentation orale précède le film principal. A la fin de ce dernier, il y a une discussion sur l'oeuvre visionnée et dirigée par deux animateurs. Au cours de la séance, point entr'acte ou de films publicitaires.

748810308.jpg

Les programmes sont annoncés dans la presse locale. Pour l'année 1963, voici les films du 1er semestre:

Comme un torrent (Vincente Minelli)

A travers le monde (Ingmar Bergman)

Elmer Gantry le charlatan (Richard Brooks)

El Pisito (Marco Ferreri)

Le pigeon (Mario Monicelli)

Le grand couteau (Robert Aldrich)

Le Ciné-club était affilié à la Fédération française des Ciné-clubs, agréée par le Ministère de la culture

______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

 

10:29 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (2)

19/10/2013

On a retrouvé le décor du Corniaud dans un restaurant de Carcassonne!

Voilà un secret jusque-là précieusement gardé par le discret et talentueux restaurateur de l'Auberge des Lices, Jean-Pierre Blasco. Tout le monde sait désormais avec quel goût, le propriétaire des lieux a décoré son établissement qui fait honneur à l'esprit de notre cité médiévale. Mais... Tout le monde ignorait que le sas d'entrée, avait été conçu en réemploi des anciennes portes des cabines téléphoniques de l'Hôtel de la Cité. Rénovées par Babeth Pech, c'est cette dernière qui l'apprit à Jean-Pierre Blasco qui en fit l'acquisition. L'anecdote ne s'arrête cependant pas là, car c'est également dans cette cabine que Louis de Funès (Léopold Saroyan) parle au téléphone avec Bourvil (Maréchal) dans la célèbre scène du film Le Corniaud de G. Oury. Ce succès du Box-office fut tourné en novembre 1964 dans la cité.

photo.JPG

Le sas d'entrée de l'Auberge des Lices

vlcsnap-2013-10-19-08h13m30s210.png

Louis de Funès sort de la cabine téléphonique dans Le corniaud

vlcsnap-2013-10-19-08h18m13s91.png

Bourvil, à l'Hôtel de la Cité: "Allo! Sa sa Saroyan?"

blasco.jpg

Merci à Jean-Pierre Blasco de m'avoir révélé son secret...

 

Auberge des Lices

3, rue Raymond-Roger Trencavel

11000 Cité de Carcassonne

04 68 72 34 07

_________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013