12/06/2017

La marque de vêtements Chipie est née à Carcassonne en 1967

Le 16 décembre 1967, le Carcassonnais Jean-Michel Signoles n'a que 17 ans lorsqu'il créée la marque Chipie. En fait, son idée lumineuse consiste à retravailler les fripes importées des Etats-Unis en les vendant sur les marchés de la région. Bientôt, il ouvrira un atelier de fabrication et des bureaux au N°8 de la rue d'Alsace à Carcassonne. Une griffe au design stylisé apparaît sur le modèle des 60's avec des étiquettes personnalisées portant de nom de Chipie. La réussite de J-M Signoles c'est d'avoir compris avant l'heure l'importance future du jean dans la tenue vestimentaire des français.

Chipie.jpg

Dans les années 70, Chipie devient un des leaders du jean grâce notamment à l'élégance des étiquettes, outil de référencement marketing. En 1979, la marque obtient la licence "Chipie junior" et peu à peu se développe à l'exportation. On ouvre des boutiques en Belgique, Italie, Londres, Amsterdam et Tokyo. 

chipie 1.jpg

La boutique de Carcassonne en 1981, rue Clémenceau

La première boutique ouvrit ses portes dans la rue Voltaire, avant de déménager rue de Verdun puis rue Clémenceau. Quel succès ! Toute la jeunesse Carcassonnaise à la mode passait son temps et son argent chez Chipie. On y achetait aussi Chevignon et Beccaro, il me semble. La marque était devenue un signe distinctif d'appartenance à un groupe de lycéens branchés. Il naviguait entre le Conti de Pavanetto et la discothèque Le privé, en passant ses samedis à faire la rue de la gare.

Chipie 2.jpg

L'intérieur de la boutique avec sa légendaire caisse enregistreuse.

On voit à plusieurs reprises Chipie dans le film de Christian Lara "Une glace avec deux boules", sorti au cinéma en 1982. Dans les années 90, on se souviendrai d'Elisabeth Rose qui tenait la boutique.

rose.jpg

© Carlos Recio

Elisabeth Rose dans la boutique de Carcassonne

En 1993, Renault lance une série spéciale pour sa Clio appelée Clio Chipie. C'est la même année que l'émission Taratata de Nagui fête la musique à Carcassonne, grâce à Jean-Michel Signoles et ses relations. Depuis quatre ans à peine, il est le directeur de l'Hôtel de la Cité acquis en 1989. Cet hôtel prestigieux, devenu l'ombre de lui-même, le patron Carcassonnais lui rend le lustre d'antant. 

Signoles.jpg

© Droits réservés

Jean-Michel Signoles photographié par Patrice Cartier en 1989

Son réseau comprend alors 1 200 points de vente en Europe et Chipie compte 650 boutiques en France, dont 25 en nom propre. En 1997, 40 % du chiffre d'affaires, qui s'élève à 600 millions de francs provient de la vingtaine de licences.A Carcassonne, on n'aime que modérément les gens qui réussissent... En 1999, Signoles vend Chipie à Zannier (Kindilz group) et se sépare de l'hôtel de la Cité. Ce dernier passe dans le giron du groupe Orient-Express, puis de Christine Pujol. Chipie compte alors 120 employés travaillant à l'usine de Carcassonne, avenue général Leclerc. Elle réalise 40 millions d'euros de chiffre d'affaire annuel. En 2014, Zannier ferme l'usine et envoie les 40 salariés qu'elle conservait à Carcassonne au chômage.

Jms3.jpg

© P. Lombardi / Institue Curie

J-M Signoles et Amélie Mauresmo à l'Institut Curie en 2006

En 1995, le patron Carcassonnais achète Goyard et se lance dans la maroquinerie de luxe. En marge de tout grand groupe de luxe il fait revivre le patrimoine de la rue Saint-Honoré, construit de nouveaux ateliers à Carcassonne, et ouvre des comptoirs de vente internationaux qui ont rendu, en l'espace d'une décennie, tout son rayonnement à l'enseigne à mille lieues de la production industrielle. A quand un point de vente dans la Cité de Carcassonne ?

_____________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

10/06/2017

Hommage à Jeannot Lapasset (1946-2017)

Avec la disparition de Jean Lapasset à son domicile vendredi dernier, après une longue maladie, s'éteint le dernier d'une génération de cafetiers brandissant l'amitié et la serviabilité comme étendard. Le café des Négociants c'était le café Lapasset, tellement le nom de cette famille marqua de son empreinte le cœur des Carcassonnais de toutes les générations. Pour preuve, malgré la vente de l'établissement en 2008 et son changement d'enseigne, on désigne toujours l'endroit comme étant chez Lapasset. L'ancien siège de l'USC, de la boule tapageuse, des jeunes lièvres, du FAC, etc. Autant de rires, de tapes dans le dos, de bons gueuletons entre amis avec la caserne Laperrine et ses bisasses du 3e Rpima. Combien de troisièmes mi-temps, les jours de défaites comme les jours de victoires ? Combien de lotos et de canards gras gagnés ? Au-delà de la perte physique de Jeannot Lapasset, c'est toute la bibliothèque immatérielle de ce lieu qui vient de brûler. Cette richesse lui avait été léguée par son père René, en même temps que le café. Notre devoir était d'en sauver un peu la mémoire. C'est ce que je fis en 2010 quand il me reçut à son domicile, en m'ouvrant ses souvenirs photographiques. Cet homme avait à la fois la force d'un chêne et le cœur d'un poète ; c'est d'ailleurs ce qu'il y a de remarquable chez les rugbymen. Nous n'allons pas être tristes, car l'homme aux belles bacchantes avait pour habitude de les sublimer d'un sourire. Nous allons simplement rappeler l'histoire de cette famille et de ce qu'elle apporta à la vie de notre ville.

img836.jpg

© Collection Martial Andrieu

Tout commence en 1905 avec Jean Lapasset qui après avoir quitté Paris achète les trois cafés de la place d'armes (Aujourd'hui Général de Gaulle) pour n'en faire qu'un seul. Il le baptise "Grand café des négociants" en raison des nombreux courtiers en vins de passage les jours de foire, sur le boulevard Barbès.

1903897524.jpg

© Collection Martial Andrieu

Dans les années 1920, les clients et amis du café posent autour de Jean Lapasset. Le charisme du patron emporte l'adhésion des clients. Ce sont des négociants en vins qui les jours de foires, finalisent leurs affaires autour du zinc. 

Lapasset.jpg

© Collection Martial Andrieu

Jean Lapasset passe ensuite la main à son fils unique René en 1930, surnommé amicalement "Luigi". Ce dernier fit les beaux jours d'une ASC qui jouait jusque dans les années 30 à XV, au poste de talonneur. 

USC 15.jpg

© Coll. Jean Lapasset

René Lapasset jouait à l'ASC

Cirque Amar. Musqtapha directeur.jpg

© Coll. Jean Lapasset

René Lapasset s'était lié d'amitié avec les cirques qui s'installaient régulièrement sur la place d'armes (aujourd'hui, général de Gaulle). Ci-dessus, une photo avec Mustapha, le patron du cirque Amar. Il était également un grand ami d'Achille Zavatta et de tous les forains. 

Tour de France 3.jpg

© Coll. Jean Lapasset

Le passage du Tour de France dans les années 1950

loto.jpg

Soirée de loto au Café des Négociants, au cours de laquelle René Lapasset annonçait les numéros tirés du sac. Les heureux gagnants repartaient avec canards gras, poulardes et jambons.

jean.jpg

Jeannot Lapasset entouré par sa mère et son père semble prêt à prendre la relève. Il a alors une dizaine d'années. C'est au début de 1970 que René passera la main à son fils unique. En fait, René ne quittera jamais vraiment les lieux dans lesquels il mourra en février 1992, à l'âge de 90 ans. 

img076.jpg

© Coll. Jean Lapasset

Jean Lapasset avec sa petite Vespa devant le café de son père

"Jeannot" prit la succession et modernisa le café. Il bénéficia de la clientèle fidèle, mais il sut surtout la conserver. Les lycéens ne manquaient pas les parties de flippers et de glisser une pièce dans le juke-box. Les samedis, combien de matches du Tournoi des 5 nations suivis depuis l'unique télévision du café ? 

lapasset.jpg

© Collection particulière

Jeannot Lapasset avec des amis bien connus

lapasset 2.jpg

© Collection particulière

Jean Lapasset avec le maire Raymond Chesa. 

lapasset 3.jpg

© Collection particulière

Jean Lapasset était passionné de belles voitures. On lui doit la création de la course du Col du Portel. En 2008, il vendit le café des Négociants à Norbert Serres. L'établissement allait devenir le Saint-Germain, car l'ancien propriétaire ne souhaitait pas que l'on conserve le nom d'origine. 

1280124656.jpg

J'avais photographié le café Lapasset en 2008 avant sa transformation. Aujourd'hui, ce lieu a changé d'aspect mais l'âme des Lapasset y est encore pour de nombreuses décennies. En ces moments difficiles, je voudrais témoigner de mon amitié à Marie-Aude, sa fille durement éprouvée par la perte de son père. Ainsi, bien sûr, qu'à l'ensemble de sa famille.

___________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine /2017 

05/06/2017

En 1982, la ville procédait à la rénovation des halles

La rénovation des halles de Carcassonne s'étala sur une dizaine d'années, d'une manière progressive. En 1977, à la réfection de la toiture et de la couverture en cuivre s'ajoutent celle de l'espace intérieur et la mise en place de fermeture. Le coût des travaux s'éleva à 1 600 000 francs. En 1980, c'est le toit de la halle aux grains qu'il fallut refaire pour 150 000 francs.

Rénovation des Halles Mars 1982  1.jpg

La façade des halles en 1982

La rénovation de la halle à la boucherie entraîna 2 500 000 francs de dépenses prises en charges par l'état à hauteur de 700 000 francs.

Rénovation des Halles Mars 1982 .jpg

L'intérieur des halles en 1982

C'est à l'architecte Durand-Roger que fut confiée la restauration extérieure et intérieur du bâtiment. Les entreprises Escourrou, Gleizes, Nacenta, Société charpente Sopib, Jeanson, SCREG... participèrent à ce chantier. 

Plan Rénovation des Halles.jpg

Plan dressé par l'architecte Durand-Roger

Inaugurées en grandes pompes par Fernand Ancely en février 1983, ces nouvelles halles devaient améliorer la dynamique commerciale du centre-ville. La construction d'un passage couvert de la rue Aimé Ramond vers la rue de Verdun participait à cette révolution architecturale, sans altérer la qualité du bâtiment classé monument historique.

Dessous de la Halle à la Boucherie en 1977.jpg

Sous la halle à la boucherie en 1977

Rénovation des Halles Mars 1982 installations provisoires  2.jpg

© Droits réservés 

Louis Bonhoure, boucher chevalin

 Courant de l'année 2006, de nouveaux travaux de mise en conformité et d'aménagements souhaités par le maire G. Larrat, donneront l'aspect actuel aux halles de Carcassonne. Reste encore à trouver une passerelle commerciale dynamique entre le marché du samedi place Carnot et la vieille dame...

Rénovation des Halles Mars 1982 installations provisoires  2.jpg

© droits réservés

Les tripiers Sautel en 1977

________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

15/04/2017

Montplésir d'été : une guinguette au bord de l'Aude

Que sait-on de Monrplésir d'été, improprement écrit "Montplaisir d'été" dans les très rares ouvrages qui évoquent son existence ? Presque rien, sinon que cet endroit situé sur la rive droite de l'Aude, fut une guinguette dans laquelle on venait se rafraîchir et danser à la belle saison. On y accédait par une barque qui traversait le fleuve en aval du Païchérou ou bien à pied, par les terrains de l'île.

Café Mont Plaisir d'été.jpg

Monplésir est complet depuis que sur l'Herbette, on a trouvé des mots écrits par un poète. Ô couples amoureux gardez-vous d'oublier, que nous avons ici l'Or-Kina Sabatier

De ce temps-là, il ne nous a pas été possible de retrouver le nom des propriétaires. Aucun des annuaires que nous possédons, ne nous donne cette information. En revanche, les registres du commerce nous apprennent que Laurent, Pascal Bourdel exploitait une "vente saisonnière au détail de boissons hygiéniques" après la Seconde guerre mondiale. Le fonds sera exploité jusqu'au 31 décembre 1974 par son épouse Raymonde, Marguerite Bourdel (née Pech). Margot, bien connue des Carcassonnais, vendait sa production maraîchère au marché de place Carnot. On l'appelait "La campardine". Quant on cherche l'étymologie de ce surnom, on observe qu'en provençal, un campardin est un fanfaron.

___________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

25/02/2017

L'histoire du Grand café glacier, aujourd'hui disparu

Fondé en 1920 par Antoine-Félix Miailhe, le Grand café glacier appartient à la liste déjà longue des établissements Carcassonnais qui ont aujourd'hui disparu. Une époque où les cafés étaient tenus par des patrons impliqués dans la vie associative et festive de la ville. On était limonadier de père en fils ; c'était une vraie profession représentée dans l'Aude par un puissant syndicat. Nous pourrions citer Not, Lapasset, Roldan, Miailhe, Calmet, Biscans, Lasserre, etc... Aujourd'hui, mis à part les cafés de la Comédie et Chez Félix, on peut dire qu'il n'existe plus guère de vrais héritiers de ces temps-là.

glacier.jpg

La terrasse du Grand café glacier

Jusqu'en 1974, cet établissement se trouvait 6, boulevard commandant Roumens. Après sa fermeture, il fut rasé afin d'agrandir la clinique Delteil. C'est aujourd'hui, la maison de retraite Montmorency.

img302.jpg

Simone Pujol dans les bras de sa grand-mère en 1928

Simone Pujol - la fille du patron née en 1922 dans le café - évoque les concerts de l'harmonie municipale au kiosque à musique, juste en face de la terrasse.

"Tous les jeudis soir, pendant l'été, papa installait les chaises de la terrasse dans l'autre sens et tout le monde écoutait religieusement. Le marchand de cacahouètes passait de table en table, il y avait toute une ambiance. Même si, la nuit, toutes les épluchures attiraient les rats."

Quelques vingt mètres plus haut se trouvait le cinéma l'Eden (aujourd'hui, Maison des syndicats) 

"A l'entracte, les spectateurs se glissaient jusqu'au Glacier pour boire un chocolat au lait que mon père avait baptisé Félix. On ne dirait pas non plus un café mais un "masa".

Félix Miailhe ne faisait pas de distinction dans les années 1930 entre les clients Carcassonnais et les autres. Au moment des la guerre civile espagnole, les réfugiés prirent le café pour lieu de rassemblement. Tant et si bien qu'il fut nommé le café des Espagnols.

"Il n'y a pas qu'eux ! On a connu les Alsaciens-Lorrains, la justice Belge, les annamites et aussi les Résistants, pendant la guerre. Et jamais de bagarre, ni de problème. Tout le monde cohabitait en harmonie."

img303.jpg

Notons que si le Café Glacier fut le rendez-vous des réfugiés et des Résistants, le café Not (place Carnot) fut le rendez-vous des Miliciens et des membre du PPF. C'était surtout le siège des gros négociants en vins... Le populaire café Glacier accueillit les associations du club taurin, de l'USC XV, du Caméra-club, le club d'échecs. On se souviendra également de Pepito, garçon de café en 1965 et oncle de Robert et de Manu Pena. 

img304.jpg

Fête des forains au Café glacier en 1954

Lors des carnavals, c'est là que les Pandores et que les Bigophones Carcassonnais venaient pour la grande parade. Un brassage des idées et des cultures...

Capture d’écran 2017-02-25 à 10.01.40.png

Il ne reste plus rien du Grand café glacier

_____________________________-

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

14/01/2017

La saga des clubs musicaux Carcassonnais du Congo au Conti

Tout commence au 12 rue de l'Aigle d'or à la fin du XIXe siècle avec le Café-Restaurant Lambert-Burniquel. A cette époque, Carcassonne comptait près de 100 établissements de ce type. Entre les deux guerres, le café change de propriétaire ; il passe successivement de Sentanac à Lagarde jusqu'à la Libération.

Sentenac (2).jpg

Le Congo

En 1945, deux associés Rigail et Bouisset transforment l'établissement en cabaret et lui donnent le nom de la colonie dans laquelle ils ont fait fortune. Le cabaret est ainsi baptisé: "Le Congo". Jusqu'en 1955, les plus grands jazzman de l'époque y viendront faire le "boeuf" avec de jeunes instrumentistes carcassonnais issus du "Hot Club de jazz"

014.JPG

Pierre Alay, André Delmas et Raymond Buisan

La devanture du Congo était faite de banbous et l'intérieur avait une décoration très africaine.

Jenny Alpha au Congo. Carcassonne Fev 1948.jpg

Jenny Alpha (1910-2010), chanteuse et comédienne réunionnaise, en février 1948 au Congo. Elle est accompagnée par Loulou Boyer (piano), Teddy Rambaud alias André Delmas (contrebasse), Claude Alay (clarinette) et André Malacan (batterie), tous musiciens carcassonnais.

Reportage Johny Hess copie.jpg

Le chanteur Johnny Hess (1915-1983), inventeur du style musical Zazou au Congo. On lui doit la chacun populaire "Je suis swing". A ses côtés, la chanteuse française Anne Chapelle. On vit aussi des musiciens de jazz célèbres comme James Moody, Georges Arvanitas, Mezz Mezzrow, Guy Lafitte, Marcel Zanini, etc...

hess_johnny_je_suis_swing.jpg

https://www.youtube.com/watch?v=Ht4hGxczUZo

Il y eu aussi la grande époque de Robert Chaliès qui vit défiler au Congo, Eddy Barclay au piano et Henri Salvador à la guitare. Notons également le passage de Jacques Brel, Mouloudjy, Johnny Hallyday, etc...

img107.jpg

Une soirée au Congo avec Jean Pidoux (clarinette), André Malacan (trompette), Jean Osmont (saxophone), Loulou Boyer (piano).

Le Club

Le Club.jpg

"Le club" va succéder dans les années 50 au "Congo" après son rachat par René Guardiola. On y fera toujours du jazz avec Titi Laffargue et Roger Alonso, entre autres.

img117.jpg

René Guardiola et Marius Laffargue (Contrebasse)

Le Club rue de l-Aigle d-or ann-es 70 001.jpg

Le club, version pattes d'éph', dans les années 70. Derrière le comptoir, Albert (serveur) et René Guardiola (patron). Avec le sandwich, Roselyne Cros que je remercie pour sa photo.

Le Conti

526x297-bDO.jpg

Pour connaître le Conti dans sa configuration actuelle, il faudra attendre la reprise de l'établissement par Manuel Pena. Ce dernier travaillait au Grand café Continental en face la gare, qui appartenait à Pierre Pavanetto. En 1992, cet établissement est vendu à une célèbre chaîne de Fast Food et Manuel, comme d'autres carcassonnais, devient orphelin de son Conti. Il achète alors, rue de l'Aigle d'or ce qui était devenu la discothèque "Le club" ainsi qu'une partie du mobilier du Grand Café Continental et lui donne le nom de: "Le Conti". Tous les carcassonnais l'appelleront familièrement en souvenir de Pavenetto "Le petit Conti".

1168634984.JPG

L'établissement aujourd'hui est la propriété de Frédéric Seguy, depuis 2002. Au premier étage dans les années 1990, il y avait une belle salle de billard et une excellente convivialité créée par les frères Pena.

conti.jpg

Le Conti en 2017 fait toujours danser la jeunesse Carcassonnaise.

https://www.facebook.com/Clubbing-Le-Conti-828122317282913/

_____________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2017