05/10/2015

Marius Authier et son fidèle destrier

C'est d'abord l'histoire d'une famille de maraîchers qui cultivait deux ou trois hectares à la plaine Mayrevieille au début du vingtième siècle et que la grande guerre ne va pas épargner. Les Assens vivaient chichement mais heureux avant 1914; un hectare pour la production maraîchère et les autres pour l'alimentation des chevaux et autres cochons. Des trois garçons capables de travailler la terre, un seul reviendra de cette fichue guerre obligeant pendant et après le conflit  leurs soeurs à remplacer le labeur des hommes. Dans cette fratrie, seule Madeleine percera le coeur et trouvera l'amour d'un homme vaillant mais atypique: Marius Authier.

2025693337.jpg

Marius Authier n'était pas destiné au jardinage car lui, c'était plutôt la pierre. En s'installant dans le quartier des capucins, il va néanmoins reprendre le flambeau de sa belle famille.

757832431 copie.jpg

Entre 1950 et 1975, Marius Authier allait qu'il pleuve ou qu'il vente, vendre sa production sur le marché sur sa jardinière tirée par Pompon. Ce maraîcher poète commandait son cheval à la voix et il lui arrivait parfois de devoir dresser un constat à l'amiable, avec un automobiliste dans les rues de Carcassonne.

273396575.jpg

Après 1975, un incendie dans une grange de la ferme des capucins ravagea l'attelage nommé La jardinière. Marius Authier la remplaça par un camion qu'il fit tirer par son jument Marquise. Oui, car cet attelage s'appelle ainsi et donna le nom aux engins à moteur entourés de ferrailles que l'on trouve sur nos routes. A l'arrivée de Marius en ville, les policiers bloquaient le centre pour libérer la passage. L'attelage heurtant parfois les véhicules en stationnement, Marius dut se résoudre à l'abandonner au début des années 1980.

2724949839 copie.jpg

Madeleine Assens épouse Authier, vendait ses légumes sur le marché de la place Carnot

2668316415.jpg

Pour élargir leurs revenus, Madeleine faisait venir des chrysanthèmes qu'elle vendait pour la toussaint. Marius s'en est allé à la fin des années 1980 et avec lui s'acheva l'épopée du maraîcher-poète....

Crédit photos

Albert Authier

Cicérone

Jacques Blanco

________________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

 

 

01/10/2015

La famille Noubel, c'est plus d'un siècle dans le meuble à Carcassonne

Guillaume Noubel fonde vers 1880 un magasin de meuble dans ce qu'on appelait autrefois "la Grand-rue" à Carcassonne, actuellement rue de Verdun. Ce petit commerce deviendra au fil des acquisitions foncières, la Grande maison Noubel. Trois générations après Guillaume et Gaston - son fils - c'est Guy qui arrive aux affaires.

noubel.jpg

Il rallie Mobilier de France en 1975 en devenant franchisé. Les meubles fabriqués sous cette enseigne provenaient en majeure partie de la production nationale.

noubel1.jpg

Le magasin dans les années 1980

Capture d’écran 2015-10-01 à 10.26.24.png

Les meubles Noubel ont quitté le centre-ville depuis plus de 20 ans. L'immeuble acheté par la ville pour y faire une médiathèque qui ne se fera pas, sera revendu à un promoteur immobilier. C'est aujourd'hui un magasin des arts de la table.

noubel2.jpg 

L'originalité de ce magasin de cœur de ville résidait dans l'architecture de ses vitrines en verre cintré et galbé dont le milieu se situait à plus ou moins 1,5 m de hauteur, ce qui correspondait à cette époque à la vision de la femme Française selon les normes du fabriquant Saint-Gobin. La façade avait été transformée par Gaston Noubel sur les conseils de l'architecte Paul Enderlin.

NOUBEL4.jpg

Madame Noubel réalisait des vitrines magnifiques. Il s'agit ici du Petit poucet d'après le conte de Charles Perrault.

noubel5.jpg

La belle au bois dormant

noubel.jpg

© Chroniques de Carcassonne

Pendant longtemps on a pu apercevoir cette publicité en haut de la rue de Verdun. Elle a été récemment recouverte par un bel enduit lors de la rénovation de la façade.

noubel3.jpg

Sur ce site étaient employés une quinzaine de collaborateurs selon un modèle d'entreprise familiale, jusqu'aux années 90 avec la fermeture du magasin et départ en retraite du dirigeant Guy Noubel.

 À gauche, il y a Élisabeth et Guy Noubel avec des lunettes a monture noire. On aperçoit Marc au-dessus de son épaule gauche. Le 2e en partant de la droite est gilles Noubel et la plus jeune devant, avec les cheveux longs c'est Anne. Les autres personnes sont le personnel du magasin. Il s'agissait d'une fête pour la remise de médailles du travail aux plus âgés. 

noubel6.jpg

  Marc Noubel (fils de Guy)  ouvrira un magasin de meubles et plus largement de produits d'équipement de la maison dans l'enceinte de Cité 2 premier hypermarché de la ville dès 1972 et sous enseigne MOBIS (Filiale de Mobilier de France).

But.jpg 

L'avenir de l'entreprise passe alors pas l'adhésion à l'enseigne BUT, toujours en franchise et au travers de trois emplacements différents à savoir dès la fin de Cité 2, sur la RN113 entre Trèbes et Carcassonne, par la suite route de Toulouse dans la zone commerciale de Félines et enfin aujourd'hui au cœur même de la zone commerciale de la Ferraudière. C'est aujourd'hui le dernier des Noubel, Guillaume (fils de Marc) qui préside à la destinée d'une affaire familiale qui garde encore son nom dans les pages de son bilan.

Un grand merci à Anne et Marc Noubel pour leur disponibilité et leur gentillesse.

__________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

18/09/2015

Les chaussures Bellan

1449408629.jpg

Jean Bellan né le 22 avril 1846 dans la Haute-Garonne, cordonnier ayant fait le tour de France des compagnons du devoir, s'installe à Carcassonne. Il épouse en 1883 Marie Rosalie Bonnaure, née Brennac, qui est brodeuse de son état. De ce mariage naîtront sept enfants: Georges (1885, décédé à la naissance), Henri (1886), Paul (1888), Jeanne (1890), Charles (1892), Jean (1894) et André (1896). Jean Bellan fonde en 1888 une cordonnerie à l'angle de la place Carnot, de la rue de la gare et de la rue de l'Aigle d'or, qui deviendra après la grande guerre un magasin de chaussures fabriquées à Romans (Drome).

1916737743.jpg

Les deux enfants André et Henri reprendont l'affaire de leur père, mais dans les années 1930 le magasin changera d'aspect extérieur. On y vendait des chaussures de qualité pour hommes, femmes et enfants aux pieds sensibles. L'activité s'est définitivement arrêtée en 1972. A ma connaissance, la maison Galy est l'unique et le plus ancien magasin de chaussures encore en activité dans Carcassonne.

3134557403.jpg

La famille Bellan en 1952

774546634.jpg

Aujourd'hui, en 2015

_______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

 

11/09/2015

À la recherche des commerces disparus de la Bastide (3)...

Le grand café Not

Café Not.jpg

Le grand café Not, place Carnot. De mémoire de Carcassonnais c'était le plus beau de la ville ; le rendez-vous des négociants en vins et autres notables. À l'étage se trouvait une salle de billard français. Peu avouable, pendant la guerre c'était aussi le café des miliciens... C'est maintenant, une banque.

Capture d’écran 2015-09-10 à 20.17.44.png

La quincaillerie Cuin

Cuin copie.jpg

Fondée en 1793 par Paul Cuin, cette quincaillerie ferma ses portes en 1995 après six générations se succédant aux affaires. 

Capture d’écran 2015-09-10 à 20.24.44.png

Chaussures Alary

Chaussures Cendrillon copie.jpg

Les chaussures Cendrillon, commerce fondé par la famille Alary à l'angle de la rue de la liberté. Jean Alary fut nommé à la tête du théâtre municipal et du Festival de la Cité. C'est aujourd'hui un magasin de vêtements.

Capture d’écran 2015-09-10 à 20.28.43.png

Le grand café glacier

Café glacier.jpg

On a du mal à imaginer le café Mialhe aujourd'hui... Pourtant, il resta pendant de nombreuses années l'établissement des réfugiés espagnols ayant fui le Franquisme. Il a été détruit dans les années 80 afin de construire l'actuelle maison de retraite Montmorency, boulevard du commandant Roumens.

Capture d’écran 2015-09-10 à 20.37.18.png

La chapellerie Blain

commerces

Initialement place Carnot, numéro 29, la chapellerie Blain reprend au XIXe siècle l'affaire de la maison Saint-Lézin. Elle s'installe en 1928 dans la rue de Verdun et vend les feutres et autres chapeaux de la manufacture d'Espéraza. Les vieux Carcassonnais se souviennent encore de l'immense haut de forme au-dessus du magasin. Celui-ci est englobé désormais dans la librairie Majuscule.

commerces

La cordonnerie Audouy

commerces

Tout commence avec Jean Auguste Audouy qui s'installe comme cordonnier au 75 de la rue de la mairie en 1890. A la même adresse son fils, Adrien, prendra sa succession comme cordonnier et bottier (il confectionnait des chaussures sur mesures). Ses enfants ne poursuivront pas la même voie. En revanche sa soeur, Marguerite Augustine épousera... Je vous le donne en mille! Un cordonnier nommé Octave Galy qui s'installera dans un petit magasin à côté de l'actuelle crêperie de la rue Courtejaire. Leur enfant, Georges Galy, bien connu des carcassonnais vendait des chaussures dans la même rue (magasin fermé à côté de France Loisirs). Désormais, c'est William qui assure la relève d'une histoire familiale de chausseurs carcassonnais, dans la rue Victor Hugo.

Le café des Américains

commerces

Ancien café Durand depuis 1896, il devient ensuite Café des Américains sous la direction de M. Puissant. Dans les années 50, cet établissement jouit d'une mauvaise réputation en raison des bagarres entre militaires du régiment Indochinois en garnison à la caserne Laperrine. Il était situé au 33, boulevard Barbès.

commerces

Épicerie L. Canavy

commerces

L'épicerie Louis Canavy, rue de Verdun. Sa construction dans les années 30 fut un sujet de polémique. En effet, la municipalité Tomey donna l'autorisation de bâtir légèrement en retrait de l'alignement de la rue. Ce fut perçu comme un passe-droit... C'est l'un des rares bâtiments Art-déco de la Bastide, occupé aujourd'hui par une boulangerie.

commerces

La boucherie Rigaudis

commerces

Chez Rigaudis, on était boucher depuis des générations. Émile et Henriette (ci-dessus) devant leur boucherie, à l'angle des rues Victor Hugo et Tomey. Après la guerre, ils ont acheté le domaine d'Auriac et transformé en hôtellerie de luxe.

commerces

Mayol, primeurs

commerces

Barthélemy Mayol créa ce commence de vente de fruits et légumes, 31 rue Chartran. Georges, son petit-fils reprit l'affaire jusqu'au milieu des années 90. Ce magasin est aujourd'hui à l'abandon et l'ensemble du bâtiment menace de s'écrouler.

commerces

La patisserie Gau

commerces

Célestin Gau, ancien chef pâtissier de l'hôtel de Paris à Monaco, installe son commerce dans la rue Clémenceau en 1928. Neuf ans plus tard, il trouve la mort dans un accident de voiture avec son épouse du côté d'Alet-les-bains. Ils sont inhumés au cimetière Saint-Vincent. Son beau-frère, Émile Galinier reprendra l'affaire jusqu'en 1975, puis Jacques Galinier. L'activité cessa en 2003. L'ensemble de la façade avait été conçue en marbre rose d'Italie. Rien n'a été conservé par l'acquéreur qui a suivi, avant qu'aujourd'hui la somptueuse pâtisserie ne devienne une belle friche... La boutique ci-dessous a fermé depuis plus d'un an.

commerces

La bijouterie Mary

commerces

La bijouterie Mary, 40 rue de la gare. 

commerces

Vous pouvez retrouver bien d'autres photographies d'anciens commerces dans mes deux ouvrages

Carcassonne, mémoire en images / Tome 2

Carcassonne, mémoire en images / Tome 3

___________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015 

10/09/2015

À la recherche des commerces disparus de la Bastide (2)...

Restaurant Sentenac

Lambert.jpg

Le restaurant Sentenac-Bourguignon est signalé sur un annuaire dès 1897, au numéro 12 de la rue de l'aigle d'or. L'enseigne indique que M. Vitrac lui succéda, sûrement avant la guerre de 1914. Est-ce la même famille Vitrac qui tint ensuite l'hôtel du même nom dans la rue du Pont vieux ? 

Capture d’écran 2015-09-09 à 14.09.37.png

Le Paris-Carcassonne

img160 copie.jpg

Ce grand magasin de nouveautés se trouvait place Carnot jusque dans les années 1960. On pouvait y acheter presque de tout, allant de l'habillement à l'horlogerie. Il faisait la fierté de la ville. C'est aujourd'hui un petit supermarché.

Capture d’écran 2015-09-09 à 14.15.43.png

Le comptoir national d'escompte

img156.jpg

Le comptoir national d'escompte de Paris avait pour directeur M-O Laffon. Il faisait fructifier l'argent des Carcassonnais, à l'angle de la place Carnot et de la rue de la gare. C'est aujourd'hui le Crédit Lyonnais.

Capture d’écran 2015-09-09 à 14.21.38.png

L'horlogerie Labarre

img157 copie.jpg

Éloi Labarre possédait une petite boutique en haut des marches des halles, rue Chartran. C'était l'oncle de M. Zwicker qui tenait encore il y a quelques années une horlogerie dans la rue de Verdun. Dans les halles, on aperçoit la boucherie J. Perdigou et les cafés Fieu. Tout ceci est désormais fermé et l'échoppe de l'horloger a disparu.

Capture d’écran 2015-09-09 à 14.24.33.png

La pharmacie Chaubet

img158 copie.jpg

La pharmacie Chaubet, chimiste de première classe. Elle passa ensuite entre les mains de M. Coll puis Boyer. L'une des plus anciennes encore en activité dans Carcassonne, rue Aimé Ramond.

Capture d’écran 2015-09-09 à 14.31.36.png

Rouan, soldeur

img161 copie.jpg

Dans la rue Chartran, M. Rouan était également éditeur d'une série de cartes postales de Carcassonne. Un peu plus loin, on aperçoit le magasin "À la vierge" dont de nombreux Carcassonnais se souviennent encore. C'est maintenant l'épicerie fine "La ferme" et son restaurant à côté.

Capture d’écran 2015-09-09 à 14.39.57.png

Les cycles Jalbaud

img163 copie.jpg

Au début du XXe siècle, les cycles Jalbaud et Darzens possédaient un magasin 35 rue du Pont vieux. Si l'activité passa ensuite à M. Azalbert en 1935, le devanture d'origine est aujourd'hui toujours là...

Capture d’écran 2015-09-09 à 14.46.41.png

Pierre Sibra, Modes

img159 copie.jpg

Autre magasin dont la devanture est restée intacte, le salon de modes de Pierre Sibra, 3 bis rue Barbès. C'est maintenant une agence immobilière.

Capture d’écran 2015-09-09 à 14.51.57.png

Si vous possédez des cartes postales ou des photographies d'anciens commerces ou artisanats de Carcassonne, vous pouvez les envoyer par mail :

andrieu-martial@wanadoo.fr

Photos

Collection Martial Andrieu

Google street view

_______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

09/09/2015

À la recherche des commerces disparus de la Bastide (1)...

Le centre-ville de Carcassonne, appelé encore il y a 25 ans "Ville basse", a subi en un siècle bien des transformations dans les domaines du commerce et de l'artisanat. Ce sont d'abord de vieux métiers qui ont disparu tels que cordonnier, bourrelier, coutelier, chaudronnier, ferblantier...etc. Peu à peu, les commerces indépendants ont suivi la tendance laissant aujourd'hui, presque uniquement le champ libre à des enseignes nationales franchisées. Nous allons donc tenter de les faire revivre à travers les vieilles cartes postales qu'ils nous ont léguées.

Cordonnerie Courrieu

Horlogerie Labène

img146 copie.jpg

Ces deux artisans étaient rassemblés dans un même commerce. Sûrement, une seule et même famille travaillant ensemble, 20 rue de la mairie (actuelle rue Aimé Ramond). On les retrouve dans le Didot-Bottin de 1934.

Capture d’écran 2015-09-09 à 09.07.15.png

Épicerie Ambry

img147 copie.jpg

L'épicerie de Joseph Ambry, 66 Grand'rue (actuellement, 58 rue de Verdun). Fondée en 1875, ce commerce alimentaire vendait également de la droguerie. Le dernier des Ambry qui se prénommait Joseph comme tous ses descendants, fonda l'Étoile du Midi. Les entrepôts se trouvaient sur la rive gauche du Canal du midi. On a construit depuis la résidence l'Étoile à cet endroit, d'où son nom. Après la guerre de 14-18, cette grande épicerie de la rue de Verdun fut vendue pour moitié à la boucherie Miquel. L'autre moitié fut transformée en une succursale de l'Étoile du midi. (Source : A. Raucoules)

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.11.38.png

Séverac, Modes

img148 copie.jpg

La boutique de modes de Madame Séverac se trouvait 14, place Carnot. Outre des corsets, on y trouvait des chemisiers, des bonnets... C'est aujourd'hui un débit de tabac et marchand de journaux.

Severac.png

Roumens, tailleur

img149 copie.jpg

Voilà un autre artisanat qui a totalement disparu de notre ville... Les hommes n'ont plus besoin de s'habiller sur-mesures car la confection s'est adaptée aux contraintes corporelles. Le magasin de M. Roumens se trouvait 57, rue du marché (actuelle rue A. Tomey).

Roumens.png

Lordat, Nouveautés

img150 copie.jpg

Au départ, ce sont trois associés Paul Lordat, Cassigniol et Barrau qui reprennent l'affaire de la maison A. Sorel : 50 et 52 Grand-rue (rue de Verdun) et 5, place Carnot. Ce grand magasin possédait donc deux entrées dont il reste encore aujourd'hui la façade d'origine. Aussi bien à l'actuel New Man qu'à la banque CIC. Peut-être cette famille était-elle descendante de Louis, Comte de Lordat et Baron de Bram ; Brigadier des armées du Roy Louis XV.

Capture d’écran 2015-09-09 à 09.08.49.png

Pharmacie Taillefer

img151 copie.jpg

L'une des plus anciennes de la ville répertoriée sur un annuaire de 1904, 41 rue de la gare.   Aujourd'hui, 39 rue Clémenceau c'est le lunetier Afflelou. Comme beaucoup à cette époque, l'officine est également herboristerie. Remarquez le bec de gaz aux armes de la Cité, en haut à droite.

3030273488.png

Roquefort, Graines

img152 copie.jpg

J. Roquefort, marchand de graines et de fleurs, 28 rue du marché. Il avait pris la succession de M. Alazet. L'ancien magasin est situé actuellement 38 rue A. Tomey, en raison du changement de numérotation au cours des années.

Capture d’écran 2015-09-09 à 10.57.00.png

Tisseyre, bourrelier

img153 copie.jpg

Auguste Tisseyre, bourrelier dans la Grand-rue au numéro 90. Selon Alfred Raucoules, le joueur de rugby Albert Domec aurait habité cette maison.

Capture d’écran 2015-09-09 à 11.15.36.png

Photos

Collection Martial Andrieu

Google street view

________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015