27/09/2013

Guillaume Almayrac, compositeur carcassonnais

Il y a maintenant six ans une dame me confiait un recueil de partitions pour piano: "Tenez" me dit-elle, "je vous le donne car je sais que vous le conserverez car mes enfants le mettront au feu, il appartenait à mon grand-père qui avait composé toutes ces musiques." "Votre grand-père?" dis-je avec circonspection. "Oui, il s'appelait Guillaume Almayrac. J'ai effectivement gardé ce recueil chez mes parents sans vraiment l'ouvrir pendant tout ce temps, puis mes recherches sur Paul Lacombe m'ont amené à me souvenir de lui. Dernièrement, je m'y suis penché avec davantage d'intérêt. J'ai découvert de nombreuses partitions manuscrites et des épreuves d'éditeur avec des dédicaces. Ainsi, la Valse en fa est-elle dédiée à Paul Lacombe et une autre œuvre à Michel Mir, chef des concerts symphoniques de Carcassonne. J'ai aussitôt lancé mon enquête à la recherche de ce Guillaume Almayrac, afin de connaître un peu sa vie...

1224565258.JPG

Guillaume Almayrac, rentier de son état, était propriétaire de la maison de tissus Almayrac-Canavy qui se trouvait à l'actuel café "Le Lonchamps". Sa famille détenait aussi le château de Villecarla sur la commune de Villedubert, propriété actuelle du chef cuisinier André Pachon.

Il est né dans la seconde moitié du XIXe siècle et est décédé en 1956 à Carcassonne à l'âge de 90 ans. Il est inhumé dans le caveau familial du cimetière Saint-Vincent. Titulaire d'une maîtrise de droit, il parlait couramment le latin et le grec. Je ne sais comment il apprit la musique, mais ses compositions attestent qu'il connaissait fort bien l'écriture musicale. Dans les familles bourgeoises de cette époque, fort nombreux étaient les musiciens amateurs. La vie de Guillaume Almayrac nous renseigne sur l'activité musicale carcassonnaise du début du XXe siècle. Il était cousin avec la famille Gastilleur, également marchand, dont Victor écrivit le texte da la cantate "La cité" composée par Déodat de Séverac pour le premier embrasement de la cité.

257759450.JPG

Sur la façade du "Longchamps", les initiales entrelacées d'Almayrac-Canavy.

3468471667.JPG

La valse en fa, dédiée à Paul Lacombe et éditée chez Decourcelle à Paris. Les partitions de G. Almayrac sont également conservées à la Bibliothèque Nationale de France.

3912142465.jpg

 L'illustration de cette partition de G. Almayrac porte la signature du peintre carcassonnais Jacques Ourtal (1868-1962)

_________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

02/09/2013

La musique de Paul Lacombe sur France 5

Quelle de fut pas ma surprise hier soir, lorsque regardant un documentaire sur France intitulé "Les artistes français sous l'occupation", j'entendis et je vis les élèves du conservatoire de Paris chanter en 1943 "l'Aubade printanière" de notre compositeur carcassonnais Paul Lacombe. Pour ceux qui seraient tentés de faire un raccourci facile avec cette triste période de l'histoire, ce compositeur est décédé en 1927. Voilà donc qui démontre une nouvelle fois aux plus septiques, la notoriété de la musique de Paul Lacombe en dehors de son Carcassonne natal. Carcassonne qu'il chérissait tant et pour laquelle il avait abandonné toute idée de postérité. Elle le lui a d'ailleurs rendu fort mal après sa mort et quatre vingt ans plus tard, rien n'a vraiment changé...

aubade.jpg

Vous pouvez entendre le passage concerné de ce documentaire en cliquant sur le lien ci-dessous.

C'est exactement à la 14'43 minute!

http://www.dailymotion.com/video/xk9f0g_l-occupation-sans...

Ci-dessous, l'Aubade printanière (Version orchestrale)

http://www.youtube.com/watch?v=RjtNoFEL3iI

_______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

 

12/06/2013

Michel Mir (1882-1906), violoniste et compositeur

Michel Mir.jpg

Michel Mir est un violoniste et compositeur carcassonnais né à Lodève (Gard) le 27 mars 1882. Il débute sa carrière comme violon solo de l'orchestre des concerts Lamoureux. C'est là qu'il fait la connaissance de son ami et maître Paul Lacombe dont il transcrira les oeuvres pour orchestre d'harmonie. Il prend ensuite en 1906 à Carcassonne, la direction des concerts symphonique puis celle de l'Harmonie municipale. Il se retrouvera à la tête de tous les concerts au kiosque du Square Gambetta, mais aussi des revues et opérettes jouées par l'orchestre du théâtre municipal entre les deux guerres. Il enseigna également à l'école de musique de la ville et au lycée St-Stanislas et forma bon nombre d'élèves comme Jacques Miquel. Il habitait dans une maison sur le boulevard de Varsovie à côté de l'actuel bar "Le Makilha". Michel Mir est décédé le 18 janvier 1958 à Carcassonne. Aujourd'hui, seule une salle de l'école de musique porte son nom. Un nom de rue devrait rendre hommage à ce grand musicien et pédagogue qui a tant fait pour la musique à Carcassonne.

_________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013