03/09/2015

Le Saint-Suaire de Carcassonne a t-il enveloppé le corps du Christ ?

Carcassonne est l'une des villes au monde à posséder depuis le XIIIe siècle, une relique en étoffe qui aurait servi à envelopper le corps de Jésus après sa mort. La plus connue d'entre elles, est bien entendu le suaire de Turin. Grâce au travail remarquable de Claude-Marie Robion et de Michelle Fournié, nous en savons davantage sur l'origine, le parcours et la nature de ce linceul.

suaire 2.jpg

Origines

Selon le R.P Bouges et Alphonse Mahul, ce Saint-Suaire aurait été rapporté d'Orient par deux frères Augustins. La date de 1298 que donne le R.P Bouges correspond avec le départ des Occidentaux après la prise de Saint-Jean d'Acre. Elle coïncide également avec la construction à la fin du XIIIe siècle, de la nouvelle église des Augustins. La légende prétend que la relique aurait choisi elle-même Carcassonne puisque les frères ne trouvant pas le chemin de Toulouse où ils souhaitaient la déposer, la laissèrent dans la ville basse. A la fin du XIVe siècle, un nouvel oratoire aurait été bâti dans le couvent des Augustins pour le Saint-Suaire. Il concurrence celui de Cadouin, déposé à Toulouse.

Le procès

En 1403, les moines cisterciens de Cadouin intentent un procès pour récupérer le suaire de Carcassonne. Ils prétendent qu'il est une partie de celui de Cadouin, dérobé par les R.P Augustins et demandent la destruction de l'oratoire de Carcassonne et la restitution des émoluments. En fait, le suaire des Augustins concurrence directement celui conservé à Toulouse dans le collège Saint-Bernard. Les deux rapportent des offrandes grâce aux miracles qu'ils produisent et dûment constatés. Le 12 novembre 1403, le pape Benoît XIII remet le suaire comme possession des Augustins, avec défense aux abbés de Cadouin d'intervenir contre eux à l'avenir. Le jugement est signifié le 13 décembre 1403. Un jugement royal de Charles VI va dans le même sens, le 22 mars 1404.

Les miracles

Onze miracles début 1403 et quarante-sept fin à la fin de cette année, on été constatés d'official du diocèse d'après le procès. 

"Le père Bouges en détaille quatre : celui d'Isabeau Albumen, trente ans, qui accablée de douleurs n'avait pu parler pendant quinze jours ; elle réussit à parler à la suite d'un voeu au suaire de Carcassonne ; ayant comparu devant l'official, elle dit croire que ce suaire était un de ceux qui enveloppèrent le corps du Christ. Elle en avait entendu parler par Flore, épouse de Pierre Brungerie qui avait été guérie d'une maladie aux yeux dont il a souffert pendant quinze ans. Jeanne Marini, elle, a été affectée d'une fluxion aux yeux pendant huit mois ; du miracle dont a bénéficié Paul Tussens, un chanoine de la cathédrale, et de sept autres miracles nous ne saurons rien. (Michelle Fournié)

L'ensemble de ces miracles a fortifié le culte au suaire de Carcassonne. La confrérie fondée peu avant 1397 s'étend à la fin du Moyen-âge au Languedoc, Catalogne, Aragon, Royaume de Navarre, Royaume de Valence. Les ostentions attirent près de 10 000 pèlerins.

Après une période de déclin aux XVIIe et XVIIIe siècles, le suaire est solennellement transporté à l’hôpital en 1791. Les ostensions, très rémunératrices, se poursuivent pendant tout le XIXe siècle. Confié à un notaire de la ville en 1795, le suaire est restitué à l’évêque en 1802 et réintègre la chapelle de l’hôpital en 1803. Au début du XXe siècle, il est transféré dans une chapelle de l’église Saint-Michel devenue cathédrale. Le culte s’interrompt de manière progressive et sans ordonnance épiscopale. 

Les doutes

suaire.jpg

Le suaire de Carcassonne

 

Après que l'on a finalement désigné le suaire de Cadouin comme étant un manteau médiéval fabriqué vers 1100 en Égypte pour un émir arabe, les doutes se lèvent au sein de l'évêché de l'Aude sur l'origine de celui de Carcassonne dans les années 1930. En 1970, le linceul est transféré dans le trésor de la cathédrale Saint-Michel. En 1991, une datation au carbone 14 réalisée par un laboratoire de l'université d'Oxford, révèle qu'il s'agit d'un tissu de la fin du XIIIe siècle. 

Note du blog

 Comme pour les suaires de Cadouin ou de Turin, il n'y eut pas de miracle ; la science a parlé. Il n'en demeure pas moins que pour les deux derniers cités, la dévotion et la curiosité attirent encore des milliers de visiteurs. Ils sont exposés à la vue du public sinon comme des objets de culte, tout du moins comme des instruments de légende et d'histoires. À Carcassonne, c'est tout à fait différent. Le suaire est enfermé à double tour dans une commode de la sacristie de la cathédrale Saint-Michel. L'abbé refuserait systématiquement à toute personne de le voir, prétextant qu'il s'agit d'un objet de culte. Le carbone 14 a surtout révélé qu'il s'agissait d'un objet historique. D'après mes sources, ce linceul est la propriété de l'état puisqu'il se trouve dans la cathédrale.

Pourquoi donc Carcassonne se priverait-elle de la manne touristique, qui pourrait découler de l'exposition dans une vitrine de ce tissu ? À Cadouin (Dordogne), c'est un fac-similé du suaire qui est exposé pour ne pas altérer l'original. Avec quelques oboles laissées à la discrétion des visiteurs, l'évêché pourrait même envisager de financer la restauration de l'église des Carmes. Voilà donc une suggestion que je laisse à votre jugement...

Sources

Le Saint suaire de Carcassonne au Moyen-âge / Michelle Fournié/ Bull. SESA. Tome 110. 2011

Une relique dans la ville / Claude-Marie Robion/ Bull.SESA. Id

sanctuaires.coldev.org

_________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

11/07/2015

Les fêtes jubilaires de Mgr de Beauséjour, le 20 avril 1927

Paul-Félix Beuvain de Beauséjour

(1839-1930)

paul_felix_0_beuvain_de_beausejour.jpg

est nommé le 13 mai 1902, évêque du diocèse de Carcassonne, après le décés de Mgr Billard. Né à Vesoul (Haute-Saône) le 5 avril 1839, il est ordonné prêtre le 6 janvier 1863 et devient curé de Luxeuil. C'est un éclésiastique très érudit ; il enseigne au lycée Saint-François Xavier de Besançon et écrit plusieurs ouvarges en sa qualité de membre de l'Académie des belles lettres et arts de Besançon.

armesbeausejour.jpg

Armes de Mgr de Beauséjour

D'azur au sautoir d'or, accompagné de quatre étoiles de même et chargé en coeur de gueules passant.

fêtes jubilaires.png

Contrairement à son prédécesseur, le nouvel évêque de Carcassonne représente la ligne rigoriste de l'église. Il s'avère droit et brutal quand il s'agit de tenter de dénouer l'affaire de Rennes-le-château dans laquelle Mgr Billard et l'abbé Saunière avaient trouvé quelques intérêts à s'entendre. Beauséjour ira jusqu'à accusé ce dernier d'avoir détourné les biens de la quête et instruira un procès contre lui.

Les fêtes jubilaires

jubilaire.jpg

Le 20 avril 1927, le diocèse de Carcassonne célèbre les noces de diamant sacerdotales et les noces de diamant épiscopales de Mgr de Beauséjour en la cathédrale Saint-Michel

img845.jpg

Tout ce que Carcassonne compte de catholiques se masse sur le parcours de la procession, en direction de la cathédrale Saint-Michel. Les photographies ci-dessus et ci-dessous ont été prises par le studio Charles, depuis la rue du marché (Rue Tomey).

img846.jpg

On ne peut bien étudier la sociologie actuelle de notre ville, sans comprendre que les affrontements de la fin du XIXe siècle entre les catholiques fervents et les laïcs sur fond de séparation de l'église et de l'état ont laissé des traces. Citons pour exemple, les manifestations et les heurs contre l'explusion des moines du couvent des capucins en 1903. Carcassonne la bourgeoise, contrairement à Narbonne la laborieuse, a un passé très ancré dans la tradition religieuse. Pas étonnant donc, qu'au moment des élections municipales deux visions de la société s'affrontent avec véhémence. Dans ce grand village audois, les familles se reconnaissent entre-elles et poursuivent des buts communs dans les domaines économiques ou sociologiques soit qu'elles soient de culture religieuse ou laïque.

_________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

13/03/2015

Le campanile de la rue de Verdun

786593844.jpg

Contre les halles et la Médiathèque Grain d'aile, dans la rue de Verdun se trouve le clocher de

Notre Dame de l'Officialité.

Il a été préservé après la destruction de l'église et des bâtiments en 1760. J'ai le plaisir de vous présenter ci-dessous une vue inédite de la cloche que j'ai prise moi-même.

3266994354.jpg

Après 1760 on y installa l'horloge de la ville et cette cloche, fondue en 1595. Il s'agit de la plus ancienne de la ville de Carcassonne.

Le campanile est toujours là, mais qu'en est-il du fléau de la grande balance qui était scellée dans un angle des halles ? C'était un objet qui symbolisait bien l'ancien usage de ce lieu. Remarquable par sa taille et son état, aujourd'hui il a disparu. Au mieux dans un des entrepôts de la mairie au pire parti à la féraille.

2233080418.jpg

Au milieu, on distingue encore la date: 1595

On pourra interroger M. Claude Seyte pour obtenir davantage de précisions. Le carillonneur de Saint-Vincent est l'auteur d'un ouvrage très documenté sur les cloches du département de l'Aude.

_________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

06/02/2015

La chapelle Saint-Martin

Avant-hier nous avons évoqué le quartier Saint-Martin et sa chapelle du même nom, sans toutefois évoquer l'origine de sa construction. On m'a transmis à la suite de cet article, un papier de la Semaine Religieuse du 30 octobre 1953 que je restranscris ci-dessous.

2660149622.jpg

Le dimanche 8 octobre [1953], Monseigneur l'Évêque a béni, sous le soleil ensoleillé de l'Estagnol, une chapelle bâtie par la paroisse Saint-Vincent, pour le service du quartier lointain situé rive droite du Canal vers l'ouest de la ville.

Un millier de fidèles occupaient le terre-plein sommairement devant la construction quand son Excellence, après un chant de la Schola, commença, hysope en main, le tour de l'édifice pour l'asperger. À ses côtés, Monseigneur Rivière, MM. les chanoines Cazemajou, Fauré, Raynaud, Montagné ; Monsieur le Supérieur de Notre-Dame de l'Abbaye, et le clergé paroissial.

La foule suivait la cérémonie grâce aux explications données par un prêtre et aux textes qu'ont lui avait préparés. Quand l'accomplissement des rites de l'intérieur le permit, le plus grand nombre possible des assistants entrèrent dans l'enceinte au chant du Laetatus sum, en bon ordre et déjà respectueux de la sainteté du lieu.

Celui-ci pour le moment est un sanctuaire occupant 17 mètres sur 9. Dans le ciel, à dix mètres environ, le faîte du clocheton qui est en ciment armé et à deux alvéoles. Sous les belles lignes de la toitures en pente abrupte, une charpente très rassurante construite par le Père Merme, de Grazailles.

La couverture intérieure, aux bords légèrement incurvés, semble reposer sa blancheur sur deux séries de colonnettes à peine amorcées où se cache un éclairage moderne. Mais la lumière ruisselle surtout par les treize fenêtres cintrées, aux verres variés.

L'autel en granit nuancé, sur colonnes d'un rose discret, fut l'œuvre d'un artisan local (comme beaucoup d'autres parties de l'édifice). Ilse profile dans un bel arceau où s'annonce le chœur à construire et qu'entourent deux autres plus petits faisant prévoir les sacristies futures. Pour l'instant ce fond est dissimulé derrière un ottoman bleu, et il porte deux statues très fines entourant un bas-relief qui représente Saint-Martin à cheval et son pauvre.

Dans son allocution, M. le chanoine Andrieu, curé de Saint-Vincent, présenta l'œuvre comme une réalisation de l'église missionnaire. Et après le salut du Très Saint Sacrement, où le chant de la foule alternait avec les prières exécutées par la Schola, Monseigneur l'Évêque fit prier à l'intention de tous ceux qui ont participé à cet ouvrage si utile pour le quartier, et souligna que Dieu fait aux hommes en venant habiter parmi eux.

Cela les fidèles de l'endroit l'ont senti profondément. Quelqu'un qui est "très dans la vie" et encore jeune, disait en sortant : "Rien que d'entendre cette petite cloche et que penser que Dieu va se trouver chez nous, ça fait pleurer de joie".

Source

Louis Cros/ Contribution historique religieuse/ 1983-1984

_____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

04/02/2015

Le quartier Saint-Martin est-il tombé dans l'oubli ?

Tout commence par de vieilles photographies aériennes tirées de ma collection personnelle, prises par la TAM (Transports Aériens du Midi) au début des années 1950. Dans un coin, il est indiqué :

" Carcassonne, quartier Saint-Martin"

Martin 1.jpg

N'ayant jamais entendu parler d'une partie de la ville portant ce nom, j'en conclus d'abord qu'il s'agit sûrement d'une erreur. Quelques mois plus tard, les clichés me retombant entre les mains, je décide d'examiner plus profondément les photographies. À l'aide d'une loupe et d'un plan de Carcassonne, j'essaie les comparaisons et là, je me rends à l'évidence. Le quartier Saint-Martin n'est ni plus ni moins que le quartier Pasteur, dénommé ainsi par les habitants en raison de la rue du même nom qui le traverse.

Martin 2.jpg

La construction du quartier St-Martin vers 1950

quartier st-martin.jpg

Le quartier Pasteur en 2015

Jaune : Rue Albert

Rouge : Rue Rodin

Vert : Rue d'Isly

Bleu : Rue Pasteur

Violet : Daumier

Restait à connaître les raisons pour lesquelles il portait autrefois ce nom et celles pour lesquelles, il ne le porte plus aujourd'hui.

chapelle Saint-Martin.jpg

Ainsi ai-je appris l'existence d'une chapelle édifiée en 1953 dans la rue Pasteur, numéro 82. Elle a été placée sous le vocable de Saint-Martin et se trouve à l'arrière de l'actuelle maison de retraite Béthanie. Ceci explique qu'elle servit à de nombreuses reprises pour les sépultures des prêtres ayant fini leurs jours à Béthanie. Cette chapelle, selon un témoin, pourrait être menacée de destruction car l'évêché n'a plus les moyens d'entretenir son patrimoine sacré. L'achat du terrain par un promoteur et un coup de bulldozer auront raison de ce lieu de prières. En lieu et place, je vous laisse imaginer ce qu'on pourrait y faire... Aussi est-il très important de ne pas laisser tomber dans l'oubli l'origine de ce quartier Saint-Martin devenu... Pasteur.

________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

31/12/2014

Le vitrail de Sainte-croix

À l'intérieur de la Basilique St-Nazaire et Celse de la Cité de Carcassonne, dans la chapelle Sainte-Croix à droite du choeur, se trouve un vitrail remarquable:

L'arbre de vie.

Il est du XIVe siècle et un texte de Saint-Bonnaventure est inscrit le long de la verrière. Viollet le duc a fait réparer le bas du vitrail par un peintre parisien du nom de Gérente.

2166456150.jpg

Ce vitrail symbolise toute la religion chrétienne. Dans le bas, l'arche de Noë à gauche, l'arche d'alliance à droite annoncent le salut des croyants. Adam et Eve, qui cédent au tentateur et mangent le fruit de l'arbre de la science, personnifiant le Christ et l'Humanité pécheresse. Plus haut, le Christ en croix rachète les péchés des hommes. L'arbre de la science se confond avec la croix; ses branches correspondent aux prophètes et à d'autres personnages bibliques qui ont annoncé le Christ; sa floraison supérieure aboutit au Paradis représenté par des Anges et par le Père éternel.

1801809925.jpg

Ce vitrail a été mal réparé. Gérente a substitué aux quatre fleuves du Paradis, l'image d'Adam et Eve entourés de l'arche de Noë et de l'arche d'alliance. Ceci change l'arbre de vie en arbre de mort. Une inscription tente de réparer l'erreur:

"Que ligno vetus Adam mortem protulit novus adam vitam retulit".

2079872769.jpg

Description des éléments du vitrail

 

Sources:

Guide la cité de Carcassonne/ Pierre Foncin/ 1902

Carcassonne/ Lily Deveze/ Editions Bonechi/ 1980

Monographie de l'église de la cité/ Abbé Delmas

_________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014