24/02/2014

La Société de secours mutuels

Le début du XIXe siècle voit en France la création de Sociétés de secours mutuel, qui en échange d'une modeste cotisation, assurent à leurs adhérents des prestations en cas de maladie ou de décès et dans certains cas, une petite pension de retraite. Reconnues par décret en 1852, elles s'émancipent sous Napoléon III avec l'appui financier et administratif du second Empire. La législation de 1898 leur permet t'étendre leurs prestations à la maternité et aux enfants et dans les campagnes, à une aide aux travaux agricoles. Dans la première moitié du XXe siècle, ces sociétés vont peu à peu être réléguées à un rôle d'appoint grâce à l'implication croissante de l'état dans la protection sociale. Après 1945 et la création de la sécurité sociale, elles prendront le nom de sociétés mutualistes.

2171675950.jpg

La société de secours de mutuels "La bienfaisance"est fondée en 1904, sous la forme associative, pour les habitants du hameau de Villalbe. Sur sa bannière brodée de fils d'or, on remarque comme un symbole de solidarité, les deux mains entrelacées. En bas, une ruche avec de part et d'autre de celle-ci deux branches d'olivier sur lesquelles sont brodées "Aimons-nous" (à gauche) et "Aidons-nous" (à droite). Au moment de l'ascension, pendant la messe la bannière était fixée dans le choeur de l'église. Ensuite, les villabois partaient en procession dans le hameau derrière cette bannière portée par Paul Andrieu.

1865545431.jpg

Lors des funérailles d'un membre adhérent, on portait à la boutonnière cette épinglette.

781622997.jpg

La Société de secours mutuels a également au lendemain de la guerre de 1914, financée la construction du monument aux morts de Villalbe.

1510059648.jpg

Sur la palme en bronze ornant le monument, on aperçoit encore le don de la société.

______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

11/02/2014

La construction du Centre hospitalier Antoine Gayraud

L'hôtel Dieu construit en 1728 (actuelle salle du Dôme) constituait encore jusqu'en 1974, l'unique hôpital de la ville. Les conditions sanitaires étaient déplorables; les malades se retrouvaient entassés faute de place et des cafards leur tenaient compagnie. La commission des hospices prend la décision de construire un nouvel hôpital le 15 mars 1963. Il faudra attendre le 16 novembre 1970 pour que l'entreprise "Les travaux du midi" puisse commencer les travaux de construction.

3765586004.jpg

L'allure du bâtiment est impressionnante: 120 mètres de long, 60 mètres de large, un rez de chaussée bas, un niveau inférieur, six étages, des ateliers indépendants. les bâtiments annexes abritent la centrale électrique, le centre eau-glace, le service d'incinération d'ordures, le dépôt d'oxygène et la morgue. A l'entrée, deux grands parkings et un terrain de sport. L'aménagement des espaces verts a été confié au jardinier municipal M. Viéro. Les travaux auront coûté 65 millions 134 000 francs, sans dépassements de budget. Le financement s'est effectué en deux temps: jusqu'au 31 décembre 1973 (39% de subventions d'état, 30% d'emprunt sans intérêt à la sécurité sociale, 31% d'emprunt à la Caisse des dépôts); après le 31 décembre (La subvention de l'état est passée de 39 à 20%, celle de la Secu de 30 à 50%, celle de la caisse des dépôts de 31 à 30%). Le Conseil général a pris en charge une partie des annuités de remboursement des emprunts et la ville, l'autre partie. Par ailleurs, cette dernière a été Maître d'oeuvre de la voirie, des accès et du pont de l'hôpital.

2768600952.jpg

L'inauguration a lieu le 9 décembre 1974 en présence de MM. Gayraud (Maire) et Pellegrin (représentant du ministre). Le 6 janvier 1975, le nouvel hôpital est livré avec l'entrée en fonction du premier service, la cardiologie. Au mois de mai, les 15 services sont fonctionnels. Au total ce sont 623 lits et 891 agents: plus d'un agent par malade! L'hôpital constitue à ce stade l'employeur le plus important après la mairie, avec 250 nouvelles créations d'emplois sur 400 fonctionnaires employés.

3362188042.jpg

Grâce à la création de nouveau services et à l'agrandissement de ceux existant, le nouvel hôpital compte 200 lits de plus que le précédent. A part la maternité, la pouponnière, les prématurés qui seront transférés plus tard, tous les autres services sont regroupés au nouveau centre hospitalier (cardiologie, pédiatrie, analyses). Les services créés sont: La rhumatologie (40 lits), la réanimation (20 lits), les urgences (7 lits), la réadaptation fonctionnelle (12 lits), la cobalt thérapie, les convalescents chroniques. Le bloc opératoire avec ses cinq salles, en fait le deuxième de France. L'équipement aura coûté la somme de 21 millions.

L'Hôtel Dieu sera détruit en 1977 et l'on ne conserva que le dôme de la chapelle. La mairie acheta l'emplacement au Président de la commission des hospices pour, pensait-elle, en faire la nouvelle mairie de Carcassonne. Finalement, le conseil municipal fit l'acquisition de l'Hôtel de Rolland qu'elle transforma en Hôtel de ville. L'ancien hôpital devint parking puis la Salle du Dôme, décidée sous le mandat du maire Ancely et construite sous celui de Raymond Chésa.

_______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014