04/07/2013

Maison de la Gestapo: Attestations sur l'honneur

Je viens de recevoir deux attestations sur l'honneur manuscrites et signées des veuves de Miguel Karner et de Thomas Martin. Ces documents avaient été envoyés à la mairie de Carcassonne en 2009. Se sont-ils perdus ou les a-t-on oubliés dans les tiroirs? Pourquoi les associations d'anciens résistants et déportés se taisent-elles sur ce dossier ? Parce que ce sont des combattants espagnols et qu'ils ne les reconnaissent pas comme des leurs ? Plus j'avance et plus je suis révolté !

témoins 6.jpg

Miguel Karner, était un républicain espagnol interné au camp de Bram en 1939. Combattant ensuite dans la 5e brigade de guerilleros aux côtés des résistants français dans l'Aude.

témoins 8.jpg

Réfugié républicain espagnol, Thomas Martin fut responsable de la résistance locale à Carcassonne. Il fut ami avec Agusti Centelles, photographe interné au camp de Bram.

____________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

Maison de la Gestapo: nouveaux éléments

Un ancien journaliste de la Dépêche nous indique qu'il avait rédigé un article à la fin des années 80, avec des témoignages sur l'histoire de cette maison pendant l'occupation allemande. Il suffirait d'aller le retrouver dans les anciens journaux conservés aux archives départementales de l'Aude. Le 10 octobre 2009 je rédigeais une chronique sur le blog "histoires de Carcassonne", dans laquelle je m'indignais sur l'opération immobilière destinée à raser cette bâtisse de triste mémoire. Ce journaliste y avait laissé le commentaire suivant :

Maison de l ancienne gestapo (11).JPG

La cheminée dans la maison du 67, avenue Roosevelt

"Ancien journaliste à La Depêche Carcassonne j'avais fait un article sur cette maison "discrête" où siegea de sinistre réputation la Gestapo. A la fin de la guerre quand tout était foutu, les Allemands ont brûlé précipitamment tellement de papiers et documents compromettants dans la cheminée que le canon de celle-ci avait explosé. Que dirait-on aujourd'hui si on rasait la maison de l'inquisition à la Cité ? Que font les associations d'anciens combattants sur le sujet ?"

___________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

03/07/2013

Maison de la Gestapo: La destruction est ajournée par décision municipale

Fort des documents produits par ce blog sur l'existence de cette maison comme lieu de torture de la Gestapo entre 1942 et 1944 et sur le possible charnier qu'elle pourrait abriter, le maire de Carcassonne demande à titre conservatoire la non destruction du bâtiment. La ville de Carcassonne veut s'entourer de toutes les garanties avant de rendre sa décision définitive. "Musique et patrimoine" est heureux d'avoir oeuvré pour la réhabilitation de la dignité de tous ces résistants, guerilleros espagnols et civils torturés en ce lieu. Il appartient désormais aux politiques d'agir de la façon la plus juste au regard de l'histoire de notre pays, de ses martyrs, de ses héros anonymes. Pour un Jean Moulin que l'on connaît, combien de combattants de l'ombre assassinés resteront à jamais les oubliés de cette triste période de haine? Il appartient à chacun d'entre-nous de la nouvelle génération, de s'élever afin de défendre la mémoire de ceux qui ne le peuvent plus. Si la France en cette période difficile se détourne de ce qui a lavé son déshonneur au lendemain de 1940, alors notre pays n'aura rien retenu 70 après. Regardons notre histoire droit dans les yeux, même s'il est à craindre que la révélation de certains épisodes ne les brûle encore à quelques uns...

2013-07-03_08h35_11.png

La dépêche, aujourd'hui

2013-07-03_08h35_11.png

L'indépendant, aujourd'hui

_________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

01/07/2013

Lettre ouverte d'Annie Bonet à Jean-Claude Pérez

"J’ai été scandalisée d’apprendre que vos services ont délivré un permis de construire, entraînant la démolition de la maison qui a abrité le siège de la Gestapo, entre 1942 et 1944. Cette décision m’a profondément choquée. Carcassonnaise et fille de républicains espagnols, j’ai œuvré au sein de l’Association F.R.E.39 (dissoute en 2008) à l’érection d’un Mémorial aux réfugiés républicains espagnols civils décédés à Carcassonne au moment de la Retirada. Ce Mémorial a été inauguré en février 2004 au cimetière La Conte. Vous comprendrez donc mon intérêt lorsque j’ai su que des résistants français et d’autres nationalités, dont des espagnols, ayant pris l’engagement de combattre l‘occupant nazi ont souffert dans leur chair en ce sinistre lieu. Je me suis intéressée à cette histoire et c’est ainsi que j’ai appris qu’à la libération, Carcassonne a été l’une des rares villes en France à faire un grand procès de la collaboration. Il s’agit du procès Bach, célébré aux Assises de Carcassonne du 26 au 28 juillet 1945 (voir archives du « Midi Libre » des 27, 28 et 30 juillet 1945), dont les actes judiciaires renferment les dépositions de 27 témoins, nombre d’entre eux, torturés dans cette maison de la Gestapo, au 67 route de Toulouse. Il est regrettable que ces archives détaillées, classées « sensibles », ne puissent être connues du grand public aujourd’hui. Lorsque ce sera le cas, Monsieur le député-maire, il serait ennuyeux pour vous d’avoir des regrets. Comment peut-on effacer de la sorte la mémoire de ces hommes et de ces femmes qui ont été torturés dans ces lieux et envoyés ensuite dans les camps de la mort, dont très peu ont pu revenir. Dans le contexte que nous connaissons de résurgence de l’extrême droite, nous avons tous un devoir de mémoire envers celles et ceux qui ont combattu le fascisme au péril de leur vie et ont permis que nous vivions aujourd’hui dans une société démocratique. Je considère comme un affront fait aux valeurs de notre République, toute atteinte à un symbole permettant de remémorer notre passé pour les nouvelles générations. Monsieur le député-maire, je vous serai reconnaissante si vous pouviez faire annuler de manière définitive cette décision honteuse, permettant ainsi la préservation de ce lieu, afin que la mémoire de nos résistants ne soit pas bafouée. Dans l’attente, je vous prie de croire, Monsieur le député-maire, en l’assurance de mes sincères salutations."

Annie Bonet

Maison de la Gestapo: L'ABF voulait la classer

a 19aout2009.jpg

Nous nous sommes procurés ce document du 19 août 2009 dans lequel l'Architecte des bâtiments de France (M. Huertas) demande à la Direction Régionale des Affaires Culturelles, le classement de la maison du 67, avenue Roosevelt comme Monument historique.

"Je me suis rendu sur place, l'édifice est modeste, il ne présence pas d'intérêt architectural particulier. Cependant le lieu de mémoire qu'il constitue pour les Carcassonnais et les résistants au régime nazi pendant la seconde guerre mondiale est incontestable. Il s'agit encore d'un "maillon" de la longue chaîne des lieux marqués par l'occupation. Je pense personnellement, qu'il nous appartient de tout mettre en oeuvre pour préserver l'ensemble de ces lieux coûte que coûte. A l'instar de cette demande, je souhaite que ce dossier puisse être instruit en vue de son inscrition au titre des Monuments historiques. Conjointement à cette procédure, je sollicite la société HLM Habitat Audois afin d'élaborer son projet en sauvegardant ce lieu de mémoire."

La question:

A quoi servent les directives de l'Architecte en chef de l'Etat?

28/06/2013

Témoignage de Miguel Amantegui, torturé en mai 1944 dans la maison de la Gestapo

"Dans son libre “Llibre d’exilis (3)”, le Minorquin Josep Portella Coll recueille un extrait du témoignage de Miguel Amantegui, résistant espagnol, arrêté à Carcassonne le 25 mai 1944 avec 11autres compagnons, parmi lesquels Gabriel Mascaró, Pedro Almagro, Francisco Rovira, Pierre Terrades, Antonio Mari Font, Vicente Miralles, Soriano, Juan López, ainsi que Mercedes Núñez, ma mère. Sept d’entre eux témoigneront au procès Bach. Amantegui relate la torture infligée par René Bach et ses collaborateurs à la Maison de la Gestapo, route de Toulouse : Amantegui es negà a cooperar i va ser torturat per un grup de soldats menats per Bach. … (Pablo Iglesias Nunez)

Témoignage en espagnol

“Con una cuerda me ataron los pies y me colgaron en el techo. La cabeza la tenía hacia abajo y, a unos centímetros, situaron una tina de agua. No sé cuántos me pegaron, ni que tiempo estuvieron haciéndolo. El tiempo se pierde y los golpes duelen debido a la insensibilidad del mismo dolor. La boca la tenía reseca pero no me daban agua. Yo veía la tina muy cerca de mis labios, pero no podía hacer nada. Se paseaban por la habitación con alimentos y se burlaba de mí. Después de estas torturas psicológicas venia la tanda de golpes. Mi rostro estaba casi desfigurado. La espalda era negra. Un hematoma enorme me cubría todo el cuerpo. Ellos se cansaron de pegarme y con el sadismo peculiar de los nazis, me dijeron que me iban a fusilar allí mismo. Trajeron unas frazadas para limpiar pisos y hermetiza- ron aún más el local. Me ordenaron ponerme de pie y pegarme a la pared. Como cinco de la Gestapo rastrillaron sus metralletas y me apuntaron al pecho. Yo los miré con dignidad. Cuando uno sabe que lo van a matar lo menos que puede ser es digno ante la muerte. No podía darles a ellos el gusto de que me vieran morir con miedo. Me sobrepuse al dolor del cuerpo y a esa sensación rara que uno siente cuando va a perder la vida. De mi boca sangrante salió una sonrisa de victoria, no de vencido. Mientras, ellos, a la voz imperativa de apunten, levantaron sus armas que yo vi como cinco enormes agujeros redondos”…

Traduction française de Montsé Obrados

" Avec une corde, ils m'ont attaché les pieds et m'ont accroché au plafond. La tête vers le bas, à quelques centimètres, ils ont mis une baignoire remplie d'eau. Je ne sais pas combien m'ont cogné, ni combien de temps ils l'ont fait. La notion de temps est perdue et les coups endommâgent, étant donné l'insensibilité, la même douleur. La bouche était dessèchée mais ils ne me donnaient pas d'eau. Je voyais la baignoire très près de mes lèvres, mais ne pouvais rien faire. Ils se déplaçaient dans la chambre avec des aliments et il se moquaient de moi.
Après ces tortures psychologiques, venaient le tour des coups. Ma face était presque défigurée. Le dos était noir. Un hématome énorme me couvrait tout le corps. Ils étaient fatigués de me cogner et avec le sadisme particulier des nazis, m'ont dit qu'ils allaient me fusiller sur place. Ils ont apporté des couvertures servant à nettoyer les étages et ainsi rendre le local plus hermétique. Ils m'ont ordonné de me mettre debout et me coller à la paroi. Quand cinq de la Gestapo ont râtelé leurs mitraillettes et m' ont mis en joue. Je les ai regardés avec dignité. Quand un sait qu'on va le tuer le moins qu'il peut faire c'est rester digne. De ma bouche sanglante est sorti un sourire de victoire, non de vaincu. Quand eux, d'une voix impérative ont levé leurs armes, j'ai vu cinq trous énormes ronds >>

 

Miguel Amantegui parviendra à s’échapper du train qui les conduisait en déportation début juin 1944.