03/10/2017

La croix des Justices et son mystère non encore élucidé...

Des travaux effectués entre le 4 et le 10 juillet 1966 pour la mise en place d’un pipeline d’alimentation en gaz de Lacq, mirent au jour un socle en pierre sculpté en bordure de la route de Montréal. Ce vestige armorié à quatre face d’environ 400 kg se trouvait trente mètres en face de l’actuel collège Émile Alain. Dépêchés sur place MM. Albert Blanc et Antoine Labarre, membres de la Société d’Etudes Scientifiques de l’Aude, firent les premiers relevés avant de prévenir M. Bourrely, l’architecte des Bâtiments de France. Celui-ci décida alors de placer le socle à l’intérieur de la cour du Château comtal à la Cité, afin de le protéger. Où se trouve t-il actuellement ? Mystère… Nous avons interrogé la DRAC à Montpellier et le dépôt archéologique du CAML de Carcassonne qui nous ont affirmé ne pas l’avoir en leurs murs. Il n’est pas non plus dans le musée lapidaire de la Cité ; nous l’avons visité la semaine dernière. A moins qu’il ne soit dans les réserves - puisque personne ne veut nous fournir d’inventaire -, ce vestige doit-être considéré comme à ranger dans la liste de nos chers disparus.

Socle en pierre au Viguier.jpg

Le socle tel qu'il fut découvert en 1966

C’est le journal l’Indépendant dans son édition du 1er août 1966 qui relate cette découverte, sans plus d’explications. Afin d’en savoir davantage, nous avons cherché dans les bulletins de la SESA si ses inventeurs n’avaient pas rédigé une communication plus approfondie. Grâce à celle-ci nous sommes en mesure, non seulement d’identifier ce socle sur lequel était la croix de 1646 dite « des justices », mais surtout d’actualiser géographiquement sa position sur une carte d’aujourd’hui.

dessin socle.jpg

Le dessin réalisé par Antoine Labarre 

"Les écussons ciselés sur ses quatre faces sont sculptés en relief et creux. Sur la face côté route, dans l’écusson une croix à branches inégales (17 x 21 x 2 cm) et entre chaque branche un croissant de 5 cm.
Sur sa face gauche, côté Carcassonne, au milieu d’un écusson de forme originale, un splendide W, d’un fini étonnant. Sur la face droite, au milieu de l’écusson non moins original, une rosace à huit pétales paraissant retenue par une branche à double courbure ornant le haut. Les blasons de ces deux dernières faces sont en relief de 1,5 cm. Enfin, sur la face derrière un écusson plus stylisé portant la date de 1646 et au-dessous de la date, biaisé sur la droite, en ciselure à peine ébauchée, un fer à cheval. Le dessus du socle de 48 cm de côté, formant un carré régulier, possède au centre un trou carré dans lequel on avait dû sceller au plomb une tige métallique. "

Route d'Espagne.jpg

L'ancienne route royale d'Espagne

C’est en compulsant les plans cadastraux du XVIIIe siècle, qu’Albert Blanc et Antoine Labarre purent déterminer qu’il s’agissait du socle de la Croix des Justices. La route d’Espagne par Limoux bifurquait à l’intersection du chemin de Toulouse à 250 cannes, soit 437 mètres en amont de l’actuel pont de chemin de fer. C’est-à-dire peu après et en face du parc au matériel de la ville, avenue Henri Gout. Ce lieu était appelé autrefois « Les Justices », et l’ancienne caserne (aujourd’hui, parc au matériel de la ville) portait ce nom. C’est donc à la bifurcation de ces routes que se trouvait la Croix des Justices.
Si le socle s’est retrouvé à une centaine de mètres plus loin c’est parce qu’au fil du temps, l’urbanisation à dégagé ce vestige et l’a utilisé comme remblais. 

Capture d’écran 2017-10-03 à 13.51.14.png

La croix à l'endroit où elle se trouvait

Nous avons effectué quelques recherches afin d'enrichir l'exposé de MM. Blanc et Labarre. Le socle semble présenter des armoiries. La famille Gilbert de Voisins (Île de France) possédait le blason présenté avec la croix et quatre croissants : D'azur à la croix engrêlée d'argent, cartonnée de quatre croissants d'or". Le croissant rappelle les croisades et les expéditions contre les Sarrasins. Ainsi, la croix du Pont vieux a t-elle les mêmes attributs que les armoiries sculptées sur ce socle. Les deux V entrelacés ou W figurent sur les armoiries de La Vaupalière (Seine-Maritime) : D'azur à la lettre W capitale d'or". Il existe de nombreuses croix des Justices en France, près desquelles étaient installés des potences pour les exécutions capitales. Route de Montréal, au lieu-dit la Justice étaient installées les fourches patibulaires - précisément à l'endroit du parc au matériel de la ville, qui servit d'abord de caserne en 1913, appelées de la Justice.

 
Si vous avez aperçu cette croix quelque part ou que vous ayez des informations sur les symboles représentés, veuillez nous le communiquer.

Sources

L'indépendant / 1er août 1966 

Antoine Labarre et Albert Blanc / Bulletin SESA / 1966

______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

27/09/2017

On a retrouvé la "Croix de las refachados" disparue depuis plus de 50 ans !

Au moment où par une simple coïncidence, les vandales ou les voleurs s’en prennent à nos croix, nous, défenseurs passionnés du patrimoine, nous exhumons celles qui avaient disparues. Ceux qui nous ont précédés croyaient que la croix de las refachadas avait été définitivement rayée de la carte historique de Carcassonne. Il ne restait plus qu’un nom dans les souvenirs des anciens ; ceux qui pourraient aujourd’hui témoigner ne l’ont jamais vue. Que signifie « las refachadas » ? Là, encore, il nous faudrait interroger les morts et la science ne nous le permet pas encore. Fort heureusement, les communications actuelles rapprochent les gens ayant des passions communes. C’est donc par heureux concours de circonstances dû essentiellement aux articles de ce blog qu’un vieux Carcassonnais m’a signalé la croix de la refachadas dans son jardin. J’avais vaguement entendu ce nom cité dans un livre d’Henri Alaux, sans plus de précisions sur l’origine, que sur l’identité de l’objet. Ne pouvant me déplacer dans l’immédiat sur les lieux, j’ai envoyé sur place Jacques Blanco afin de faire les premières constatations d’usage. Quelques jours après, je me rendis au domicile du détenteur de la croix avec mon émissaire. Celui-ci se munit d’outils de jardinage afin de procéder au dégagement du socle enterré à 1,50 mètres de profondeur. Avec son concours et surtout son habileté, nous avons pu mettre au jour des inscriptions burinées sur le socle : « Croux de la refachados reconstruite en 1926. »

21951628_10213545346615701_442085355_o.jpg

Croux de las refachados

Comment cette croix a t-elle pu se retrouver dans le jardin de ce particulier ? Dans les années 1960, quand les entreprises firent des travaux de terrassement sur les terrains du domaine de la Reille, ce monsieur récupéra cet objet du patrimoine. Alors que les pelles mécaniques le chargeaient pour l’amener à la carrière, le propriétaire obtint la permission de le récupérer sur sa parcelle. Depuis, le lotissement est sorti de terre avec le pavillon de ce monsieur et la croix s’est retrouvée enfouie dans son jardin. Cela fait maintenant une cinquantaine d’années… En fait de croix, il ne reste plus qu’un socle cylindrique portant une inscription. La croix sur le dessus a été cassée par les engins de chantier avant qu’il ne la sauve.

21985537_1549132331815356_10247544_o.jpg

Tout vestige possèdant une histoire, tout mon travail consista à dénouer l’énigme de la Croix de las refachados. D’abord d’un point de vue linguistique en interrogeant l’Institut d’Etudes Occitanes qui ne put que s’en remettre au dictionnaire occitan de Frédéric Mistral. Rechafar signifie se rhabiller ; fachar signifie fâcher. En espagnol, refachado signifie réfracté. Nous ne sommes pas plus avancés, car il est probable que l’histoire de cette croix coïncide avec un événement particulier ou une coutume locale. Très souvent, la tradition orale nous renseigne mais comme nous l’avons écrit en préambule, les morts ne parlent pas. Je me suis donc rendu aux archives départementales où j’ai consulté le travail de l’abbé Sabarthès sur l’ancienne paroisse de Gougens, le cadastre du XVIIIe siècle et la monographie du Dr Jean Blanc sur les croix de l’Aude. Fort de tous ces éléments, nous sommes en mesure de géocaliser la croix au fil des siècles et d’en révéler quelques aspects méconnus.

croix.jpg

© ADA 11

La croix de las refatjades mentionnée sur le compoix de 1729

C'est en feuilletant les cadastres de l'ancienne paroisse de Gougens que j'ai trouvé le signalement de cette croix, au carrefour des avenues Roosevelt et Alfred de Musset. Ceci définit l'emplacement d'origine et vient compléter le travail du Dr Jean Blanc sur les croix légendaires de l'Aude.

"En 1780, carrefour de la route de Pennautier, chemin de la Reille (Gougens) et du chemin de Cantegril. Remplacé par une croix en fonte, carrefour du chemin de la Reille et rue Pascal - rue Raspail. 26 mai 1926 : reconstruction en pierre rectangulaire sur socle cylindrique ; mise par M. Castel de la Reille en lisière ouest de la butte de Cantegril, derrière le cimetière Saint-Vincent. Elle a été ensuite déplacée au-dessus du lycée Paul Sabatier. Elle a servi aux rogations jusqu'en 1885. Sur le socle est inscrit son nom."

 Nous voyons qu'au fil du temps la ville s'étant développée, les croix ont été déplacées avec les modifications urbaines. D'autres, furent purement et simplement jetées à la décharge. Abordons maintenant l'aspect historique, en citant le chanoine Sabarthès dans son dictionnaire topographique de l'Aude (1912). 

Les refachades. Place publique et croix, au quartier de Saint-Gimer. Commune de Carcassonne - Placette de las Refachados (rue des Jacobins), au-dessus de laquelle était anciennement le couvent des Jacobins, XVIIe siècle. Croix de las refachados, ancien oratoire au quartier de Saint-Gimer.

Il se peut fort bien que dans un temps encore plus ancien, elle se soit retrouvée dans le quartier de Saint-Gimer.

croix 2.jpg

Ce socle a été refait en 1926 et c'est celui que nous avons retrouvé chez un particulier dans le quartier de la Reille. Quant à l'origine du nom de la croix, nous ne pourrions qu'émettre des hypothèses. Que chacun fasse la sienne à la lumière des informations que nous transmettons.

Sources

Croix légendaires en pays d'Aude / Dr Jean Blanc / 1977

Dictionnaire topographique / Abbé Sabarthès / 1912

Compoix / Paroisse de Gougens / ADA 11

Recherches, notes et synthèse / Martial Andrieu

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

20/09/2017

Cette chapelle du XIIIe siècle rasée à proximité de la Cité

On ne connaissait pas bien la date précise de la construction de la chapelle de Sainte-Croix, même si l'architecture du chœur permettait de penser qu'elle avait dû être érigée au XIIIe siècle. Sa voûte, ses nervures, ses culs-de-lampe décorés de feuillage ne laissaient sur ce point guère planer de doute. L'oratoire sur lequel elle avait été bâtie en bordure du chemin de Palajanel, servait de chapelle annexe à l'église Saint-Michel, aujourd'hui disparue, du diocèse de Saint-Nazaire et Saint-Celse. Les habitants de l'ancien quartier Saint-Michel et Fontgrande y venaient assister à l'office dominical. En période rogations, ils y priaient pour obtenir les grâces du ciel sur les récoltes. Au cours des siècles, le lieu avait subit des transformations dans le but de l'agrandir. Cet oratoire était le dernier vestige d'un faubourg dense autour de Fontgrande. Ses habitants payèrent chèrement leur attachement 

3240082193.jpg

© SESA

En 1858, un article de presse alerte les lecteurs sur la ruine de la chapelle de Sainte-Croix. Il serait vraiment dommage qu'elle disparaisse. A Carcassonne, les vieilles pierres des anciens lieux de culte n'ont jamais suscitées d'émotion chez les élus. Quatre ans plus tard, un petit encart dans le journal évoque la disparition de plusieurs pierres sculptées de cet édifice classé par les beaux-arts. L'œuvre des pilleurs s'est effectuée loin des préoccupations quotidiennes de la municipalité. Il est à parier que ces pierres soient allées rejoindre la propriété d'un particulier, après celle d'un antiquaire recéleur.

P1070651.jpg

© Midi-Libre

La pierre taillée volée en 1962

 Faute d'entretien et menaçant de ruine, le sort municipal réservé en 1966 à la chapelle du XIIIe siècle, fut la destruction pure et simple. Bien entendu, il est inutile de demander où sont passées les pierres de taille. Au mieux chez un particulier, au pire dans une carrière.

3836297378.jpg

© SESA

Au début de l'année 1972, un comité du souvenir est constitué par les commandants Béteille et Adroit ainsi que MM. Decaud, Sourou et Sarraute. A l'endroit où se trouvait la chapelle, une stèle enfouie dans la terre est dégagée et redressée. Elle va servir de socle à l'érection d'une croix matérialisant l'emplacement de l'ancien édifice. MM. Antoine Labarre et Albert Blanc, membres du comité et de la Société d'Etudes Scientifiques de l'Aude sont à la manœuvre. La chapelle rasée avait fait place à un dépotoir et ces messieurs obtinrent l'autorisation municipale d'y installer la croix.

croix.jpg

Antoine Labarre et Albert Blanc

 Après une messe dite à la basilique Saint-Nazaire, l'inauguration devait avoir lieu le 19 novembre 1972 en présence de l'abbé Mazières, vicaire général représentant Mgr l'évêque ; le commandant Phillipot (3e RPIMA), le commandant Campredon (Souvenir français), M. Pech de Laclause (SESA), M. Georges Cotte (Président de la Société des arts et des sciences de Carcassonne) et des membres du comité. L'abbé Mazières procéda à la bénédiction de la croix :

"Je voudrais me situer dans la lignée de tous ceux qui sont venus ici bénir et prier."

1652826354.jpg

© Martial Andrieu

La croix et son socle de nos jours

Cette chapelle accueillit une grand-messe du chapitre cathédral en 1707. En 1754, Guillaume de Bellegarde, vicaire général, y fit une visite. A la Révolution, elle fut vendue à Pierre Routier pour 1250 livres le 13 fructidor de l'an XII.

2764607782.jpg

On doit beaucoup à Antoine Labarre et à Albert Blanc. Puisse cet article réhabiliter leur mémoire auprès de ceux qui les ont oubliés. C'était une époque, hélas défunte, où des citoyens tentaient de sauver le patrimoine au plus près du terrain.

____________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

13/09/2017

Où est passée la plaque en hommage à Joseph Fortunat Strowski, rue Armagnac ?

 Par délibération du Conseil municipal de Carcassonne en date du 26 décembre 1952, la ville de Carcassonne décida d'honorer la mémoire de Fortunat Strowski et de Joë Bousquet. Elle fit apposer deux plaques : l'une, rue de Verdun sur la maison du poète J. Bousquet et l'autre, au 22 rue Armagnac sur la maison natale de Fortunat Strowski. Cette dernière a été déposée de la façade sur laquelle elle se trouvait par l'actuel propriétaire en 2014 ; jamais depuis elle ne retrouva son emplacement.

765801478.jpg

C'est le dimanche 11 mai 1954 qu'eut lieu l'inauguration de cette plaque, en hommage à l'académicien natif de Carcassonne. Ce jour-là une foule d'anonymes et de personnalités s'étaient massées au pied du 22 rue Armagnac afin d'honorer la mémoire de l'écrivain décédé le 11 juillet 1952 à Neuilly-sur-seine. Parmi les notabilités, on notait la présence de MM. Merlaud (Chef de cabinet du préfet), Jules Fil (Maire), Clément (Directeur de l'enseignement primaire), Commandant Larche (Gendarmerie), Vidal (Proviseur du lycée), Garnon (Chef de la sûreté), Descadeillas (Bibliothécaire), Sablayrolles (Syndicat d'Initiatives), Chanoine Degud (Directeur de l'enseignement diocésain), Callat (Chambre de Commerce), Delpech (Secrétaire général de mairie), Jean Lebrau (Poète), le conseil municipal et la famille Strowski.

4138128598.jpg

Joseph Fortunate Strowski

La famille Strowski, française avant la lettre, s'était mise au service de la France dès 1797. C'est à cette époque que François Strowski, seigneur de Leuka, né en 1772 à Siédlec s'engagea dans les légions polonaises au service de la France. Il participa aux campagnes d'Italie et d'Espagne où il connut la charge célèbre de Somosierra au cours de laquelle les lanciers polonais de l'armée de Napoléon enlevèrent le passage qui, par le col de Somosierra, faisait communiquer les deux Castilles et les bassins du Tage et du Damo. C'est grâce à cette campagne que François Strowski reçut la légion d'honneur par décret de Napoléon 1er. Chef d'escadron puis lieutenant-colonel au 17e régiment de cavalerie polonaise - lancier du colonel Conte Tyszkiewiez - il participe à la campagne de Russie et connaît le calvaire de la retraite en 1812, à la suite de laquelle son régiment est interné au Danemark. Après la chute de l'empereur, l'aïeul de Fortunal Strowski rentre en Pologne où il promu général dans l'armée autrichienne en 1825 ; il meurt en 1842.

Fortunat Adalbert Cyprien Alexandre, père de Fortunat et fils du colonel de l'empire, est né le 17 avril 1828 à Siedlec. Il fut élève du Gymnasium de Navo-Sandec avant d'être élève-officier de l'école militaire de Neustadt, près de Vienne, d'où il s'échappa en 1848 pour participer à l'insurrection polono-hongroise de Kossuth contre l'Autriche et la Russie comme officier d'état-major dans l'armée de général Bem. Sans doute a t-il connu les succès de Chlopicki et les glorieux combats de Grochow et d'Ostrolenka, mais ressentit profondément la prise de Varsovie et l'annexion de la Pologne par la Russie. Pris avec la reddition générale des troupes hongroise et polonaises, il réussit à s'enfuir et à regagner la France. Ce fils d'un officier des armées de Napoléon 1er se vit faciliter les formalités administratives de installation en France. C'est dans notre pays qu'il se fixa et où il exerça le métier d'enseignant. Il sera nommé au lycée de Carcassonne le 8 février 1861 et s'y installera le 25 du même mois.

471095595.png

Acte de naissance (11 mai 1866) de Joseph Fortunat Strowski

En 1866, année de naissance de Joseph Fortunat, la famille logeait au second étage du 20 rue du Port (actuel, 22 rue Armagnac). Selon le recensement, il y avait là son père (professeur d'Anglais au lycée), son mère Adélaïde, sa sœur Hedwige († 6 janvier 1868 à l'âge de 5 ans) et Eulalie Mauriès (fille de service). Au mois d'octobre 1869, la famille Strowski quitte Carcassonne pour Mont-de-Marsan. C'est dans cette ville que la guerre de 1870 mobilise le père de Fortunat, comme capitaine dans la Garde nationale. Il fonde le journal "Le Républicain Landais" et milite en faveur de l'établissement du régime républicain. Le 16 mai, il est invité à cesser la publication de son journal ainsi que toute activité politique.  Il meurt le 22 juin 1885 à l'âge de 56 ans ; son fils n'a pas encore 19 ans. Fortunat ne laisse pas décourager, il entre à l'Ecole normale supérieure et est agrégé à 22 ans.

Jaurès.jpg

L'ami de Jean Jaurès

C'est à Albi que le jeune Carcassonnais débute sa brillante carrière. Nommé professeur de réthorique, il rencontre Jean Jaurès avec qui il se lie d'une solide amitié. Nommé à Montauban en 1890, il se marie l'année suivante avec Mlle Germaine Mérens, native de Toulouse. Professeur au lycée de Nîmes, il est docteur es-lettres en 1897 après une soutenance de thèse sur Saint-François de Sales. C'est ensuite le lycée Lakanal et la faculté de lettres de Bordeaux qui l'accueillent, alors que la Sorbonne lui ouvre ses portes en 1910, succédant à la chaire de l'éminent critique Emile Farguet. 

En 1926, il est élu membre de l'Académie des Sciences morales et politiques dont il président en 1938. Professeur d'histoire contemporaine à l'Université de Paris en 1930, il a été maintes fois délégué de la France auprès de pays étrangers. C'est ainsi qu'il fut désigné par la direction de l'Enseignement supérieur  pour plusieurs périodes à la célèbre université de Columbia. Au mois de mai 1940, en pleine tourmente, il est envoyé au Brésil pour la fondation de la Faculté nationale de philosophie de l'Université de Rio de Janeiro jusqu'en 1947. C'est pendant cette période qu'il publie "La France endormie". Ses missions à l'étranger furent nombreuses. Il fut l'ambassadeur  des lettres françaises en Belgique, en Norvège, à Rome, en Hongrie et en Pologne où une de ses filles a été professeur au lycée français de Varsovie. Fortunat Strowski laisse une œuvre immense de plus de 25 livres, sans compter les communications faites à l'Académie. Montaigne, Pascal et François de Sales durent ses sujets préférés. Vice-président de la Société des Gens de Lettres, Fortunat Strowski était officier de la légion d'honneur et commandeur de Polonia Restitua. Ainsi vécut cette famille d'origine étrangère, qui mit sa vie et son intelligence au service de la France.

fortunat strowski

Joseph-Fortunat Strowski participa à la collection des écrivains Audois "À la porte d'Aude", constituée de 17 volumes. Il donna à cette collection deux contes dont "Le porteur du rouleau des morts". Au Moyen-âge étaient portés d'abbaye en abbaye, des parchemins pour commémorer les morts et solliciter en leur faveur des prières des vivants. Mais le parchemin, nous dit Fortunat Strowski, avait moins d'attrait pour la curiosité des moines que la conversation du personnage obscur qui le portait et qu'on appelait du nom plaisamment choisi de "frère roulier". Ces messagers étaient choisis parmi les frères les plus agiles de jambes et d'esprit ; ils s'en allaient d'un pied léger, à travers routes et sentiers, comme l'imagination du savant faisant pour une fois l'école buissonnière. Les yeux bien ouverts, l'oreille attentive, bon appétit et bonne humeur. C'est à l'un d'eux que Fortunat Strowski demanda donc pour "La porte d'Aude", l'histoire du sénéchal fantôme, alors qu'en l'an 900, comme hier, la France était à peine délivrée  d'une invasion qui avait mené jusqu'à Montmartre l'armée germanique de l'empereur Otton. 

3180641383.jpg

La maison natale de Fortunat Strowki, actuellement sans la plaque

On pourrait polémiquer à loisir sur l'indigence du petit patrimoine Carcassonnais, mais nous n'en ferons rien. En vérité, c'est bien plus grave que cela. On pourrait s'entendre dire que cette plaque avait dû être posée par quelques admirateurs, membres d'une quelconque société savante de la ville. Or, cette fois ce chapelet d'objecteur des mauvaises consciences ne peut être soutenu. Il s'agit ni plus ni moins d'un acte répréhensible par loi, qui envoie au tribunal toute personne s'en prenant aux biens municipaux. Oui ! le propriétaire de l'immeuble - si, c'est lui - doit restituer l'objet déposé. 

Source

Délibération Conseil municipal / 26 décembre 1952

A la porte d'Aude / 1928-1930 / 17° volumes

Discours de Jean Lebrau

L'Indépendant / 12 mai 1954

Notes et synthèses / Martial Andrieu

_____________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

12/09/2017

Les anciennes bornes d'octroi de la ville

Cachées par la végétation et usées par le temps, les bornes des anciens octrois de Carcassonne se sont endormies avec l'espoir qu'un curieux ne les découvre à nouveau. Il y a donc quatre ou cinq ans que Jacques Blanco tenta de faire connaître à qui voulut bien l'écouter, l'existence de ces vieux piliers en grès prélevé sur la carrière de Villegly. Tant et si bien qu'il s'amusa à les recenser : route de St-Hilaire, chemin de Montredon, etc. L'un d'entre-eux servit en réemploi de support à une croix matérialisant une chapelle disparue. Restait encore à s'instruire de l'utilité de ces bornes et d'essayer de comprendre la raison pour laquelle, elles se trouvaient là, en bordure de la route. Tout dernièrement, le fruit de mes recherches a permis de mettre la main sur un vieil article de journaux d'après-guerre. 

Octroi, rte St-Hilaire.JPG

© J. Blanco

Borne d'octroi en place, route de St-Hilaire

M. Achille Alaux avait débuté sa carrière au bureau des Octrois de Carcassonne en 1913, jusqu'à en devenir le chef. Il prit sa retraite en 1948, après que cet office municipal a été démantelé par les gouvernement de Vichy. Grâce aux souvenirs qu'il livra à un journal dans les années 1970, nous sommes maintenant en mesure de pouvoir expliquer l'utilité de ces bornes. 

Alaux.jpg

Achille Alaux

En 1913, la ville de Carcassonne disposait de onze bureaux d'Octrois, en comptant la recette centrale de la mairie. Ils étaient ouverts de 6 heures du matin à 8 heures du soir. Dans la nuit, une brigade de surveillance, un contrôleur et deux employés prenaient la relève. 

Employés octroi.jpg

© Coll. Martial Andrieu

Employés de l'Octroi de Carcassonne

Ces bureaux étaient disposés de la façon suivante aux quatre coins de la ville : carrefour de l'avenue Jean Moulin et de l'avenue du général Leclerc, sur la place du Prado à la Cité (wc publics), route de St-Hilaire à l'angle avec le chemin des Ourtets, au quatre chemins à l'angle des avenues Bunau Varilla et Henri Gout. Ce dernier fut scindé en deux en 1914. L'un alla dans la caserne de la Justice (Parc municipal au matériel, avenue H. Gout) et l'autre, route de Limoux au niveau du maraîcher Gélis.

16022013-Chateau019.jpg

© Coll. Martial Andrieu

L'octroi de la route de St-Hilaire (Disparu)

On trouvait également des bureaux au Chemin de Serres, contre le pont de chemin de fer de l'Estagnol ; au pont d'Artigues, route de Toulouse ; boulevard de Varsovie, en face du collège du Bastion côté Canal du midi ; à l'entrée de la gare SNCF ; route Minervoise, avant d'arriver à St-Jean (on l'appelait Tourtel) et enfin, à l'abattoir à la route de Montredon (Espace Jean Cau).

10960064_851269614934968_2305124596750343663_o.jpg

© J. Blanco

Borne en bordure de la route minervoise

Ces bornes avaient pour utilité d'annoncer le bureau de l'Octroi, car elles étaient toutes placées à une distance de 100 mètres de celui-ci. Si les bureaux ont disparu, il est tout de même possible de savoir où ils se trouvaient précisément. Il suffit de prendre un décamètre afin de mesurer la distance. Ces octrois percevaient une taxe pour faire entrer des marchandises en ville. M. Alaux se souvient que pour un poulet ou un lapin, il fallait s'acquitter de deux sous. Les cochons abattus par des particuliers en ville c'était 10 francs les cinq kilos ; 100 kg de bois c'était deux francs. Quand le service des Octrois fut abandonné, les employés ont été recasés à la police municipale et à la voirie.

Je remercie J. Blanco de m'avoir fait connaître l'existence de ces bornes. 

__________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

05/09/2017

A l'origine du Chapeau rouge, rue Trivalle...

Si les plus anciens des Carcassonnais d'aujourd'hui ont surtout connu Le chapeau rouge comme salle de cinéma puis en tant que salle de concerts, il est de notre devoir de rappeler ce qu'il fut à ses débuts. A l'époque des carrioles, carrosses et autres camions, Le Chapeau rouge était une maison de roulage avec un affenage. Qu'es aquó ? 

Capture d’écran 2017-09-05 à 09.21.00.png

© Google maps

Le chapeau rouge en 2017

En occitan "Afénaje", signifie "Nourriture en fourrage donnée au bétail, sans peser toutefois le foin. Sorte de pension pour bêtes". Autrefois, les anciens disaient en patois "Métré sous chival à l'afénajé". L'affenage était donc un lieu où l'on hébergeait les bêtes de somme, les chevaux de trait principalement. C'était une espèce de fourrière pour ces animaux. On donnait le foin aux chevaux, mis en pension parfois pour quelques jours. Ce gîte d'étape pour les attelages se payait à l'afénaïre (M. Blanc en 1904), chargé de l'hébergement et de la nourriture des bêtes.

1871653807.jpg

Le chapeau rouge avec son enseigne vers 1900

Autrefois, la traction animale était le seul moyen de locomotion et de communication. Les voituriers transportaient des voyageurs, les rouliers avec leurs longues charrettes faisaient le charroi des barriques de vin, des demi-muids dans notre région. Il y avait également une quantité de transporteurs de fourrage, de paille, de balles de blé, de farine et de bien d'autres marchandises. Tous accomplissaient souvent de longs trajets qui les obligeaient à faire escale dans une ville ; ils servaient alors de l'affenage pour faire reposer leurs bêtes. Souvent, l'affenage et l'auberge ne faisaient qu'un.

21368771_10213402977776569_4104965746884639339_o.jpg

Affenage (à droite), rue Voltaire vers 1900

Toute une législation fut édictée au sujet du roulage. Jusqu'en 1724, on peut penser que les transports par la route jouissait d'une liberté absolue. Seul Colbert en 1670 prit des mesures pour garantir les routes des dégradations auxquelles les exposaient la liberté du roulage. La réglementation débute donc en 1724 et se poursuivra jusqu'en 1785 avec les nouvelles dispositions permettant aux voituriers d'atteler à leurs véhicules, un nombre illimité de chevaux, à la condition d'employer des bandes de roues avec largeur déterminée. Vers 1851, toutes ces lois sur le roulage et la police de la route seront abrogées.

Petit à petit au cours du XXe siècle, la mécanisation fit disparaître les affenages. En 1891, on en comptait plus de vingt dans Carcassonne, dont Le chapeau rouge dans la rue Trivalle. Le plus fréquenté étant "L'affenage des trois mulets", place Davilla. En 1914, le nombre tomba à quinze puis à dix en 1921. A la veille de la Seconde guerre mondiale, seuls ceux de la rue Tourtel et la route Minervoise fonctionnaient. Le dernier affenage de la ville fut rasé dans les années 1970 ; on y construisit à la place, la Mutualité Sociale Agricole.

hier-devantchapeaurouge.jpg

© ADA 11

Devant l'Hostellerie du Chapeau rouge au XIXe siècle

Hôtel du Chapeau rouge - Faubourg de la Trivalle, n°112
Prix à partir du 1er septembre 1881 :
Affenage : Vente du foin, le quintal : 10 francs ; vente de la paille, le quintal : 5 francs ; vente du fourrage, le quintal : 10 francs ; vente de la lotte : 0,50 francs.
Attache : par bœuf, pour un jour ou fraction de jour : 0,20 franc ; par cheval ou mulet par ou par fraction de jour : 0,20 franc ; par âne : 0,15 franc ; par mouton enremisé : 0,10 franc
Repas pour les marchands et meneurs seulement : 2 francs par repas. On sert à la portion selon la carte.
« Couchée » pour les marchands et meneurs seulement : un chambre 1,15 francs ; un lit 1 franc

L’hôtel du Chapeau rouge qui se trouvait en face de l'affenage eut son heure de célébrité, à laquelle se rattache le souvenir du chanoine Verguet, dont le Dr Girou a rappelé l’existence aventureuse dans sa « Vie des personnages célèbres de l’Aude ». Né à Carcassonne en 1818, ce prêtre se consacra longtemps aux missions des îles lointaines et les plus dangereuses. Quand il revint de ces pays, il fut tour à tour cité de Montredon et de Pomas.

Verguet à 80 ans.jpg

© ADA 11

Le chanoine Verguet à 80 ans


Devenu chanoine titulaire en 1901, précenteur entouré de six chapiers, il avait grand allure. Il combattit les élections faites sous le ministère du « petit père Combes ». Le siège épiscopal devenu vacant par la mort de Mgr Billard, il s’institua lui-même vicaire capitulaire et se décernant les honneurs épiscopaux, il devint, Mgr Verguet. L’évêché de la Trivalle eut pour siège l’hôtel du Chapeau rouge. Dès son arrivée Mgr de Beauséjour mit de l’ordre à cette fantaisie et cette indiscipline.
Le chanoine Verguet termina sa longue vie dans une indépendance pittoresque. Artiste et lettré, il assura longtemps le secrétariat de la Société des Arts et des Sciences. Il mourut dans a ville natale, en 1914, à l’âge de 96 ans.

___________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017