10/04/2017

Le mausolée romain du hameau de Montredon: une pépite enfouie depuis 9 ans!

Au début de l'année 2008, lors d'un sondage archéologique préventif sur un terrain de 2ha situé sur le hameau de Montredon destiné à être transformé en zone pavillonnaire, les chercheurs vont faire une extraordinaire découverte.

3150416480.jpg

L'unique mausolée de l'Empire romain en grand appareil (16m2) découvert en Gaule jusqu'à aujourd'hui. Selon l'INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives), il aurait été édifié pour servir de sépulture au premier colon envoyé par Rome pour administrer Carcassonne entre 50 et 40 avant J-C. La pierre verticale servait à obstruer l'entrée du temple.

4139576065.jpg

La datation a pu être réalisée en partie grâce à la découverte de la base d'une colonne de brique en quart-de-rond. En effet, cette technique était utilisée à Rome dès le 1er siècle avant J-C et seulement en Gaule, au 1er siècle après J-C. L'INRAP en déduit que le concepteur l'a importé pour bâtir le mausolée entre 40 et 50 avant notre ère.

4287251941.jpg

Avec les parties restantes éparpilées sur le terrain, on a tenté de reconstituer l'aspect primitif du mausolée. Etait-ce un temple? Les éléments d'ornementation accréditent plutôt la thèse d'un mausolée de type turriforme (Comme une tour).

352492320.jpg

Les blocs de gré font environ 700kg chacun. Ils ont été assemblés par un système de levage dit à la louve.

3960808388.jpg

A l'est et en bordure du mausolée passait une voie publique pour que l'on puisse l'admirer.

2861866444.jpg

A l'ouest, s'élevait une villa romaine.

2916069918.jpg

Un puits

3918113405.jpg

Cette découverte unique a fait grand bruit en 2009: reportages télévisés, articles dans la presse locale et scientifique, journée ouverte au public, commentaires des élus...etc. Et quatre ans après ?

2553781060.JPG

Voici ce qu'il en reste... Il semblerait qu'un tel héritage soit devenu très difficile à gérer, aussi sur les conseils des scientifiques la ville de Carcassonne a enfoui le site archéologique. Il n'a pas disparu, mais pour le préserver des pilleurs, taggers et autres vandales, c'est désormais une friche. La ville a gelé le terrain où est situé la construction, qui est par ailleurs municipal. Le lotissement devait accueillir en son sein dans un espace préservé ce mausolée, mais la ville lui cherche depuis neuf ans une meilleure exposition. Entre-temps, on a trouvé de la place pour l'exposition des supermarchés ! Reste encore à lui trouver un nouveau site et étudier techniquement la possibilité de le démonter pour le bâtir ailleurs. On avait pensé au square Gambetta, mais l'intérêt historique ne risque t-il pas d'être altéré à des fins purement touristiques ? Et puis, les hameaux ont aussi le droit d'avoir leurs visiteurs... Bon allez, rendez-vous dans mille ans !

patrimoine

En attendant, tout autour du site archéologique, un bailleur social a construit 51 logements HLM. L'ensemble des vestiges de l'ancienne voie romaine a été écrasé. Au milieu de ces maisons, se trouve désormais une friche sous laquelle est enfoui le mausolée. Autant dire que c'est maintenant lui le gêneur... Dans n'importe quelle autre ville, on l'aurait mis en valeur. Oui, mais c'est Carcassonne !

http://www.inrap.fr/un-mausolee-romain-carcassone-9450

Article mis à jour le 10 avril 2017

_________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2017

04/04/2017

Le charivari. Qu'es aco ?

Voilà une coutume héritée du Moyen-âge et qui se pratiquait encore dans certains villages jusqu'au milieu du XXe siècle. Imaginerait-on faire Le charivari aujourd'hui ? Les moeurs ayant considérablement évolués, il faudrait sans doute en faire un toutes les heures. La tradition nous allons le voir n'a pas que de bons côtés lorsqu'elle se mêle de la vie privée d'autrui...

4_charivari07.png

"Selon les lieux, on organisait le charivari pour les filles-mères, les concubines qui régularisent leur situation, les vieilles femmes qui se marient, les hommes âgés qui épousent une jeune fille, l’époux qui célèbre ses troisièmes noces, l’étranger qui se marie sans payer le vin à la jeunesse, le ménage qui n’a pas d’enfant au bout d’un an. Adultères, mariages mal assortis, retour au foyer d’une épouse volage trop facilement absoute par un mari un peu trop compréhensif: tout ceci était dénoncé sans pitié par la jeunesse. (L'abeille de la Ternoise)

Capture d’écran 2017-04-04 à 10.14.11.png

Selon les régions, un cortège de jeunes gens grimés accompagnés par des bruits de casseroles, de cloches ou de poêles allaient perturber leurs victimes. Afin d'arrêter ce charivari, la solution était de payer les meneurs, soit en argent, soit en nourritures et surtout en vin. Cela ne marchait pas toujours et il y eut des cas où la réception se fit à coup de fusil de chasse.

___________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

29/03/2017

"Les folies Carcassonnaises", un music-hall retrouvé dans Carcassonne

C'est à un véritable jeu de pistes et d'enquêtes auxquels on se livre lorsque nous recherchons un lieu et son histoire à partir de photographies. A la fin du XIXe siècle, il existait à Paris des Music-hall dans lesquels la population allait se distraire : L'Alcazar, le Casino de Paris, Le Moulin rouge, etc... On y rencontrait Félix Mayol, la Goulue, Toulouse-Lautrec. En province, de nombreux café-concerts et music-hall ouvrirent à l'instar des établissements parisiens. Dans les villes d'eaux, la bonne société au sortir des bains se distrayait dans les casinos et leurs théâtres à Aix-les-Bains, Arcachon, Vichy, etc... Certains de ces bâtiments à l'architecture remarquable de la Belle époque, font encore la fierté des communes dans lesquelles ils ont été bâtis. Ailleurs, les autres ont été rasés ou laissés à l'abandon.

Limoges.jpg

Le Casino-Théâtre de Limoges

A Carcassonne, on relève dans les annuaires deux café-concerts : L'Alcazar d'été et l'Alcazar d'hiver. Ils étaient situés dans le quartier du Palais. Nous avons retrouvé l'existence d'un music-hall sur l'actuel boulevard de Varsovie ; les galeries de l'occasion (Meubles Gérard) ont longtemps occupé cet emplacement. "Les folies Carcassonnaises" donnaient aussi sur l'avenue Charles Lespinasse ; à cet endroit se trouve l'ancien cinéma Le cinoch'. On peut supposer qu'une des salles fut exploitée dans l'ancien music-hall.

Copie.jpg

Le premier balcon dans les années 1970

Témoin de l'Art nouveau avec ses décorations en stuc, le théâtre des Folies Carcassonnaises devait avoir fière allure. On ignore qui en fut l'architecte.

Petit Théatre Les folies Carcassonnaises  2.jpg

La scène des Folies Carcassonnaises

Ce théâtre a été occupé des années 1960 à 1985 par le dépôt-vente des meubles Gérard. Qu'est-il advenu de lui depuis ? C'est toute la question dont nous espérons un réponse prochainement. Peut-être pourrait-il être classé à l'inventaire des monuments historiques.

Capture d’écran 2017-03-29 à 09.32.46.png

© Google maps

C'est là... sur l'emplacement de la pizzeria et de l'entreprise Puerto que se trouvait le théâtre des Folies Carcassonnaises à la fin du XIXe siècle. Un petit trésor bien caché dans Carcassonne...

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

28/03/2017

L'école du Mail, un établissement méconnu de Carcassonne

Dénommée ainsi en 1809 car elle conduisait aux terrains de ce jeu de boules, le rue du Mail prit le nom de Jules Sauzède - ancien maire de Carcassonne - le 8 juin 1920. Pendant de nombreuses années, se tint l'école primaire du Mail au numéro 43 de cette rue. L'annuaire de l'Aude de 1921 indique que Madame Moret en était la directrice, assistée de Mesdames Albarel, Gleizes et Ferrié. D'après l'historien Claude Marquié, cette école devait être la seule du centre ville car des élèves y venaient depuis le quartier des Capucins ; la rue était si insalubre qu'on l'appelait la rue du mal.

Ecole.jpg

© Droits réservés

L'école du Mail accueillait également "La goutte de lait" fondée en 1920 par Clément Durand, instituteur à Carcassonne, sous les hospice de la Ligue Française. Cette oeuvre procurait du lait stérilisé aux nourrissons. Elle avait pour président J. Guilhem assisté d'Emile Dufour (trésorier) et Clément Durand (secrétaire). Au niveau national "La goutte de lait" fut créée par le docteur Léon Dufour en 1894 à Fécamp, afin de lutter contre la mortalité infantile. En 1912, on comptait 200 Gouttes de lait françaises.

Capture d’écran 2017-03-26 à 21.43.50.png

© Google maps

L'intérieur de l'école du Mail fut rasé en 1974 mais l'on conserva la façade. Sur la clé de voûte de l'entrée on peut encore apercevoir le millésime de l'année 1690. C'est l'école des Serres, rue des Etudes, qui aurait remplacé l'ancienne école du Mail.

ilot.jpg

En 1986, les sociétés d'économie mixte SIDEMRA - propriétaire de l'ancienne école du mail - et SEMICA avec à leur tête M. Rouvier entreprennent la destruction d'un pâté de maisons mitoyens de l'école. Sauf le numéro 41 que Jacques Dango n'a pas voulu vendre. L'îlot de l'environnement ainsi bâti comptera plusieurs logements du T2 au T4, une cour intérieure avec un parking et un espace vert.

Capture d’écran 2017-03-28 à 09.29.27.png

L'actuel Îlot de l'environnement

____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

24/03/2017

On retrouvé les vestiges de la chapelle de l'Hôtel Dieu dans un champ

Depuis deux jours nous évoquons le souvenir de la destruction de l'Hôtel Dieu et de sa chapelle sur le boulevard Camille Pelletan. Aujourd'hui, il ne reste plus que le dôme car tout le reste est passé au pilon. Enfin, c'est ce que l'on croyait jusqu'à ce que l'on nous indique que les pierres de taille provenant de la chapelle, avaient été entreposées dans un champ sur la commune de Berriac. Enfouies sous la terre pendant 40 ans, il semblerait que le propriétaire du terrain ait décidé de les rassembler. Pour quel usage ? Nous l'ignorons, mais cela démontre une nouvelle fois s'il le fallait, le soin et l'intérêt que les municipalités successives ont porté au patrimoine de Carcassonne. Comment ce bien communal a t-il pu se retrouver dans un terrain privé ?

17457537_10211841736626516_6648188146098091038_n.jpg

Plusieurs tonnes de pierres taillées 

17362893_10211841737946549_4900723152163175260_n.jpg

Que diront nos archéologues et nos historiens ?

17424617_10211841739506588_2202102640913227561_n.jpg

__________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

23/03/2017

La construction du Palais des congrès de Carcassonne (Salle du dôme)

Après la démolition de l'Hôtel Dieu et de la chapelle attenante en 1977, l'espace ainsi dégagé servit pendant de long mois de parking anarchique. La ville venait de raser trois siècles d'histoire sans réel projet sinon celui d'une hypothétique nouvelle mairie - vite abandonné - et d'un parking avec espaces verts. Tellement ils ont aimé le patrimoine de Carcassonne, qu'une partie des vestiges de l'Hôtel Dieu a été passé au pilon pour construire la nouvelle rocade ; l'autre partie, se trouve actuellement dans un champ à Berriac à proximité du chemin de Canteloup. Vous y retournerez les pierres de taille de l'ancienne chapelle du Dôme, dont nous avons publié des photographies hier. D'après des témoins, il semblerait même que le propriétaire chercherait à en tirer profit...

Maquette du Dôme.jpg

© Droits réservés

Maquette du Palais des congrès 

Le bulletin municipal "Vivre à Carcassonne" de 1981 présente le projet de construction d'un Palais des congrès, sur le terrain de l'ancien Hôtel Dieu dont on avait conservé le dôme.

La création de la Salle du Dôme sur le terrain laissé libre par la démolition de l'ancien hôpital, complète le projet initialement inscrit au Programme municipal de 1977 et deviendra effective dès 1983. Cette réalisation souhaite répondre à un besoin croissant et au désir de créer un pôle attractif réel et puissant, proche du coeur de la ville. Pour se faire, l'ensemble doit permettre un grand rayonnement d'activités et s'adapter à une série de programmes diversifiés, la capacité de la grande salle étant de 3000 places assises.

Projet Palais des Congrés Dôme en 1981.jpg

La ville demande à l'architecte Castella de faire plusieurs propositions afin que les habitants puissent donner leur avis. Ce sont au total sept variantes qui seront présentées au public. Ce Palais des congrès qui n'est autre qu'une salle polyvalente doit pouvoir accueillir du sport, des meetings électoraux et syndicaux, des expositions, des spectacles et des réceptions.

Cette Salle du Dôme adossée aux murs aveugles des bâtiments existants du Bureau d'Aide Sociale, est conçue pour s'intégrer au tissu urbain de ce quartier et pour transformer cette vaste esplanade en un lieu de rencontre privilégié. Le point fort de la composition sera donné par le Dôme de l'ancienne chapelle, fortement typé architecturalement, qui deviendra l'accès de ce ensemble.

De part et d'autre de cette entrée se trouveront les pavillons de l'Aude et du Tourisme ; à deux pas du Centre-Ville et face à la Cité médiévale, ils seront idéalement placés pour présenter les richesses touristiques et les produits régionaux.

Les volumes volontairement bas des constructions s'intégreront aux bâtiments voisins en mettant en valeur les parties anciennes existantes ainsi que la ceinture verte qui caractérise le périmètre du Centre-Ville...

Copie.jpg

© Droits réservés

Les sept variantes présentaient une salle de 3000 m2 avec une jauge pour les spectacles allant de 1600 à 2000 places. Nous sommes loin des 3000 places assises annoncées. Ce que les projets avaient en commun :

Utilisation du Dôme comme entrée, servant de distribution

Galeries de verre

Places de parking : 60, soit le nombre de places occupées en moyenne

3 petites salles de 150 m2 chacune et des bureaux. 

2 pavillons "Tourisme" et "Produits régionaux"

Copie 1.jpg

© Droits réservés

La construction de la Salle du Dôme

Vous remarquerez que le projet d'intégrer le vestige de l'Hôtel Dieu dans le chantier pour en faire l'entrée principale de la Salle du Dôme, n'était pas sot. Or, aujourd'hui la salle est totalement dissociée de ce Dôme, dont beaucoup se demandent encore ce qu'il fait là. Seuls, les vieux Carcassonnais et les historiens locaux en connaissent l'origine. Sous ce dôme, on peut observer une représentation des apôtres du Christ datant du XVIIIe siècle - elle est livrée à la fiente des pigeons. Les pavillons "Tourisme" et "Produits régionaux" ont disparu. En fait, ils n'ont jamais été construits.

17492481_10211839784337710_1288048685381917162_o.jpg

En mars 1983, lors des élections municipales, la Salle du Dôme n'est pas achevée. La liste "Carcassonne avenir" menée par le candidat d'union de la droite Raymond Chésa, s'en prend à la réalisation de la municipalité sortante. Quand Raymond Chésa prend la mairie, il critique - de ses propres mots - l'héritage que lui ont laissé les socialistes. Selon le maire, la Salle du Dôme n'est pas un Palais des Congrès, mais une salle polyvalente qu'il faudra rentabiliser. Le coût de l'opération étant trop élevé, le conseil municipal revoit à la baisse les prétentions du projet.

Construction de la Salle du Dôme 1983-1984 2.jpg

© Droits réservés

L'intérieur de la salle en construction

Pendant les premières années, on y verra surtout les spectacles sur glace d'Holiday on ice. La salle sera également occupée par les matchs de handball du HBCC qui jouait à cette époque en Nationale 2. Du côté des expositions : salon du mariage, salon de l'habitat, etc.. Impossible toutefois d'y faire des congrès, ni des foires expositions comme cela était prévu à l'origine. 

Capture d’écran 2017-03-23 à 10.18.51.png

La marotte des politiques sur le Palais de Congrès dure depuis 40 ans. En 1986, c'est à cause de l'escroquerie Orta sur la construction d'un Palais des congrès à l'île, que la ville s'est endettée de 20 milliard de francs pendant 20 ans. La taxe foncière a plombé sérieusement les finances des ménages pour rembourser cette somme astronomique, sans compter les intérêts. Aujourd'hui, le maire de Carcassonne transforme la Salle du Dôme en Palais des Congrès, après l'arrêt du projet du cinéma Odéum pour cause de désamiantage - présenté en 2009 aux Carcassonnais. Sans vouloir jouer les rabats-joie, faire et défaire c'est toujours travailer... mais avec l'argent du contribuable.

"En attendant d'en savoir un peu plus sur son coût – le projet est estimé à environ 2 M€ – le futur Dôme serait avant tout une salle modulable. Un outil capable d'accueillir plus de 900 personnes en configuration restaurant, de 70 à 130 box en mode salon, plus de 700 personnes réunies en congrès et enfin une salle de spectacles pouvant accueillir 1 800 personnes assises. Pour parvenir à boucler ce budget, la ville entend donc faire participer l'Agglo, le département, la Région et l'État. Mais désormais quid de l'Odéum ? «Je persiste à penser que nous aurions dû en faire un centre des congrès dès 2009», a rappelé Gérard Larrat. Les circonstances en ont décidé autrement. Mais quelques années et 700 000 € euros plus tard, l'ancien cinéma, désamianté à grands frais, reste une coquille vide. Alors, pour le faire revivre, le maire de Carcassonne évoque deux pistes : en faire un bâtiment dédié aux associations ou bien un centre d'accueil universitaire."

(La dépêche / 11 décembre 2015)

____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017