27/03/2016

Une statue méconnue dans la cour de l'Evêché...

Capture d’écran 2016-03-27 à 11.00.58.png

Dans la cour de l'évêché de Carcassonne, située derrière le chevet de l'église des Carmes se trouve un enfeu dans lequel nous avons remarqué une statue de la Vierge Marie.

Capture d’écran 2016-03-27 à 11.03.12.png

Il s'agit d'une sculpture en marbre signée Cabrol en avril 1876. Qui était ce Cabrol ? Nous l'ignorons, il faudrait que sur ce point la responsable des objets sacrés de département de l'Aude puisse nous venir en aide. A moins, que cette statue ne soit pas répertoriée ; auquel cas, elle court le danger de disparaître un jour de la circulation et de se retrouver chez quelque antiquaire recéleur. 

Capture d’écran 2016-03-27 à 11.06.50.png

C'est précisément à cet endroit qu'au début du XXe siècle, l'oeuvre des Carmes jouait la Passion du Christ avec de nombreux fidèles Carcassonnais.

__________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

26/03/2016

Une bien triste visite à l'intérieur de la bastide Saint-Louis.

J'ai eu la "chance" de pouvoir visiter un hôtel particulier du XVIIIe siècle situé dans la rue de Verdun. L'aspect extérieur du bâtiment ne laissait rien présager de ce que je pourrais rencontrer, une fois à l'intérieur.

Un vaste portail en bois de couleur verte s'ouvre sur une cour avec un escalier monumental en pierre déservant des appartements et ceci, sur cinq étages. L'ensemble des logis est inoccupé depuis bien une cinquantaine d'année et se trouve dans un état déplorable de conservation. À certains endroits le plafond risque de s'affaisser à cause des infiltrations d'un toit trop longtemps soumis à l'épreuve des goutières. L'électricité est encore en porcelaine et les fils pendent sur le mur. Les fenêtres donnant sur la rue de Verdun sont dans un état qui dépasse l'entendement - très souvent obstruées par des cartons ou du contre plaqué. Des pigeons nichent dans ces pièces ou l'odeur des fientes se mêle au pourrissement. Si le toit a été mis récemment hors d'eau, pour des raisons d'économie, on n'a pas remplacé les voliges. Une couverture en fibre compactée a ici, en secteur préservé sous la bienveillance des bâtiments de France, été posée comme sur un hangar de garage. Je ne sais pas ce que cela donne du ciel, mais vu de dessous...

Capture d’écran 2016-03-26 à 09.55.47.png

La rue de Verdun

A défaut d'importants travaux coûteux mais indispensables, cet ensemble historique sera dans une vingtaine d'année ou moins, menacé de ruine. Combien d'autres bâtiments analogues à celui-ci, sont actuellement dans cet état en Bastide St-Louis ? Ce centre ville que l'on nous vend comme remarquable, a t-il un nom marketing pour attirer le touriste ? À titre personnel, je pense même si quelques bâtiments ont été remarquablement restaurés, que la globalité de l'hâbitat est en ruine. Là, où l'on parle de construire des logements sociaux, il faut contraindre les propriétaires - dont beaucoup ont les moyens - à rénover leur immobilier. Il est absolument insensé de voir autant de logements vacants dans cet état, sans compter ceux que l'on ose louer malgré des conditions d'une insalubrité telle, que les rats en ont fait leur siège. À Carcassonne, les marchands de sommeil sont notaires, médecins ou encore rentiers... Sont-ils intouchables ces notables ?

 Franchement, cette ville mérite mieux que ça ! Si vous n'avez pas d'idée d'une ville ayant pu tirer vers le haut son patrimoine, allez donc visiter Albi.

______________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

12/03/2016

Le lion de la caserne Laperrine

L'historien Henri Alaux nous raconte dans son ouvrage "Carcassonne, quartiers et faubourgs au fil du temps" qu'il y avait autrefois quatre lions sculptés au coins de la place d'armes. Les socles sur lesquels ils étaient posés ont été enlevés lors du passage de Louis-Napoléon Bonaparte à Carcassonne, le 3 octobre 1852 ; ceci, afin que le Prince-président puisse passer les troupes en revue.

lions 2.jpg

Un lion sur son socle en 1852

Il y a quelques années, il restait un de ces quatre lions au coin de l'actuelle rue Basse. Sur son piédestal, une inscription gravée a disparu ; elle rappelait la date de l'inauguration de la place d'armes en 1728, ainsi que les noms des consuls présents durant la cérémonie : Joseph Airolles, François Fornier, Nicolas Austic et François Blanchet.

lion.jpg

© Henri Alaux

Le lion en grès près de la salle du manège

Afin de secourir l'antique sculpture contre les ravage du temps, il fut décidé de la déposer à l'intérieur de la salle du musée du 3e RPIMA dans la caserne Laperrine.

lions 3.jpg

© J. Blanco

Lions 4.jpg

Sources

Henri Alaux / Quartiers et faubourgs au fil du temps

__________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

08:39 Publié dans Patrimoine en danger | Tags : lion | Lien permanent | Commentaires (1)

09/03/2016

La statue de la fontaine rue Pont vieux, a t-elle disparu ?

Qu'est-il arrivé à la vieille fontaine de la rue du Pont vieux ? C'est la question se sont posés quelques amoureux du patrimoine, en observant sa disparition soudaine du paysage de ce quartier de la ville. On a d'abord pensé qu'afin de réaliser le ravalement du mur de derrière, on avait dû naturellement déposer la vieille dame. En fait, ce n'est pas tout à fait cela...

12829381_1045055998889661_8466934292851903659_o.jpg

L'ensemble du socle en pierres de taille qui permettait à la statue de s'élever à quatre mètres de hauteur - donnant une perspective monumentale aux piétons arrivant du Pont vieux - a lui aussi été supprimé. D'après les renseignements que nous avons obtenus, c'est pour des raisons de sécurité que la statue a été enlevée.

la-fontaine-rue-du-pont-vieux-sera-l-une-des-premieres-a_180744_516x343.jpg

Il est vrai pour l'avoir constaté moi-même, que l'arrière de la sculpture n'était plus tenu que par des arceaux rouillés rendus apparents par l'effritement du grès. Toujours d'après nos sources, une restauration serait à l'étude mais impossible, compte tenu de l'état de fragilité de la pierre. Il pourrait alors être envisagé de réaliser un moulage afin d'en faire une copie. C'est en effet une technique qui a fait ses preuves à Carcassonne - la statue au sourire dans l'enfeu de la Porte Narbonnaise en est un exemple. Avec un bémol, toutefois... L'état est bien plus riche que les finances actuelles de la commune. Le budget ténu de la ville de Carcassonne permettrait-il cette restauration ? On voit mal comment la mairie pourrait refaire cette statue dans l'immédiat, à moins de lancer une souscription ou à faire appel au mécénat d'entreprise. Tiens, en voilà une idée !

Nous avons des craintes motivées par les usages du passé - les municipalités passent, les projets trépassent et finalement s'oublient. Des décennies après, un nouveau Martial Andrieu viendra soulever l'épineuse question : Mais où est donc passée la statue ? On la retrouvera aux serres municipales transformée en un caillou informe, à cause de nombreuses années passées sous les intempéries. 

Un peu d'histoire

fontaine.jpg

Selon les travaux de l'historien Henri Alaux, cette statue aurait été sculptée avec des matériaux provenant de la première fontaine monumentale érigée au XVIIe siècle, place Carnot. Jean-Louis Bonnet explique qu'en 1808, il y avait à cet endroit quelques sculptures et une espèce de rocher qualifié de Neptune ; sur décision municipale, il aurait été vendu car jugé ridicule au moment de recevoir l'Empereur Napoléon 1er. Toujours selon M. Bonnet, la statue actuelle représentant un femme avec une cruche aurait été installée au milieu du XIXe siècle.

Capture d’écran 2016-03-09 à 09.59.17.png

D'après mes recherches, les habitants du quartier venaient chercher l'eau à cette fontaine sur la place du Barry. Le "barry" en occitan désigne un quartier, comme du reste le barrio en castillan.

________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

23/01/2016

L'entreprise de matériaux Chauzy et fils

2921612898.jpg

L'entreprise Philippe Chauzy est fondée dans la seconde moitié du XIXe siècle à Carcassonne.

Capture d’écran 2016-01-22 à 16.27.30.png

Elle vend des matériaux de constructions: articles d'ornementation, carrelages, tuyaux en grès et ciment, appareils sanitaires, poëles en faïence décorée et des cheminées en marbre. Par ailleurs, elle est aussi concessionnaire des Sociétés Pavin de Lafarge (ciment et chaux).

2357088467.jpg

L'entrepôt est situé en 1904 au numéro 27 de la rue Pierre Germain (photo ci-dessus), tandis que les bureaux se trouvent dans la rue de Strasbourg (n°15), à quelques pas de là.

Capture d’écran 2016-01-22 à 16.27.17.png

L'entrepôt, rue de Strasbourg 

Capture d’écran 2016-01-22 à 16.32.53.png

 Les bureaux déménageront ensuite dans ce très bel immeuble du 2, boulevard Omer Sarraut vers 1910. J'ignore si c'est la famille Chauzy qui l'a fait bâtir, mais c'est probable. Aujourd'hui, c'est le cabinet de l'avocat Me Pouchelon qui occupe les lieux. Ce n'est pas étonnant si l'on retrouve ensuite le nouveau magasin d'exposition à deux pas de là. Il reste même des vestiges en faïence sur la façade, face à l'ancien cabinet de radiologie du Tivoli.

Capture d’écran 2016-01-22 à 16.35.49.png

La photo est en tous points comparable avec l'entête de la facture du magasin, situé boulevard Omer Sarraut. 

Capture d’écran 2016-01-22 à 16.37.22.png

Par bonheur, les faïences qui ornent la façade ont été conservées depuis le début du XXe siècle.

Capture d’écran 2016-01-22 à 16.38.07.png

Sur le fronton de la façade

Capture d’écran 2016-01-22 à 16.38.44.png

A l'angle de la rue J. Bringer et du boulevard Sarraut

Capture d’écran 2016-01-22 à 16.39.26.png

Cet immeuble appartient à la famille Antech, propriétaire d'une grande maison de Blanquette de Limoux. Nous espérons que par nôtre article, tout ceci sera préservé dans le futur.

____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

30/12/2015

Histoire de l'achat de la maison du poète Joë Bousquet

bousquet

Pourquoi cette plaque depuis 2011 n'est-elle pas fixée sur la façade ?

bousquet3.jpg

Je vous propose de vous expliquer l'histoire de l'acquisition de la maison de Joë Bousquet - ce que personne ne vous a jamais raconté. Vous allez de suite comprendre à la lumière de ce récit, comment fonctionne depuis plus de 30 ans la vie politique Carcassonnaise pour ce concerne la culture.

12374822_1490154057958844_2964480808016829156_o.jpg

© Archives départementales de l'Aude

La chambre de J. Bousquet dans laquelle il reçut Aragon, Benda, Paulhan, Gide, Gallimard, Magritte... Là, où la barde de l'occupant, fut organisée la résistance intellectuelle au fascisme. Sur la cheminée se trouvaient deux anges de pierre gothique ; ils furent offert par Bousquet à René Nelli en cadeau de mariage.

À la fin des années 1980, la maison de l'illustre poète - située 53 rue de Verdun - était restée fermée depuis des années et en indivision dans la famille de J. Bousquet. Depuis 1950 - date de son décès - la chambre était restée dans son jus ; pas un seul objet n'avait été déplacé, ni remplacé. La nièce de Bousquet souhaitait vendre l'imposant immeuble qu'elle n'avait plus les moyens d'entretenir. Considérant la richesse patrimoniale du lieu, elle fit intervenir son cousin l'abbé Cazaux pour proposer à la ville de Carcassonne de l'acquérir. C'est à Pierre Sarcos - pharmacien de son état et adjoint au maire - que le prêtre s'adressa afin d'avoir un rendez-vous avec Raymond Chésa. La réponse de ce dernier fut - selon l'abbé - la suivante :

"100 millions pour une chambre, c'est bien cher"

La ville rejetant la proposition d'achat, la famille Bousquet se tourna vers le Conseil général. L'abbé Cazaux intervint alors auprès de Roger Bertrand - conseiller général et futur candidat socialiste à la mairie de Carcassonne en 1989. Emballé par l'idée, ce dernier réussit à convaincre le président Raymond Courrière de ne pas laisser partir à un bailleur privé, ce trésor historique de Carcassonne. Ainsi fut sauvée la chambre de Joë Bouquet et l'immeuble pour 125 millions d'anciens francs.

Remerciements

Abbé Jean Cazaux

____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015