12/06/2015

Le Centre de séjour du Pont-vieux est une coquille vide

L'ancien hospice devenu Centre de séjour du Pont vieux est actuellement fermé, depuis l'ouverture d'une nouvelle structure d'accueil des personnes agées, située en bordure de la route de Limoux. On s'est longuement interrogé sur le devenir des bâtiments, offrant une vue panoramique sur la Cité médiévale. Qui allait s'en porter acquéreur ? Plusieurs groupes hôteliers pouvaient prétendre emporter l'affaire, mais le député-maire de Carcassonne indiquait d'emblée qu'il souhaiterait plutôt que la ville gardât l'ancien hospice pour y réaliser un Centre des congrès. Ceci a t-il refroidit les investisseurs ? En tout état de cause, la mairie ne disposant pas des sommes nécessaires, abandonna peu à peu le projet du premier magistrat. Après trois ans, le Centre de séjour du Pont vieux n'a toujours pas trouvé d'acquéreur, malgré une situation immobilière de premier ordre.

Carcassonne voit double

L'administration Carcassonnaise a une particularité dont les contribuables se passeraient bien. C'est peut-être une des rares villes de France a construire de nouvelles structures, sans avoir auparavent pris soin de vendre ce qui les précédait. Ainsi avons-nous : deux mairies (rue A. Ramond), deux hôpitaux (Gayraud et Montredon), deux EHPAD (Pont vieux et Prat Mary), deux Agglo (Pierre Germain et la Roseraie)... Sans compter bien d'autres bureaux ou annexes qui pourraient être vendues et constituent des doublons administratifs. Y avait-il urgence à faire bâtir un nouvel hôpital et un nouveau Centre de séjour ? Le premier datait de 1976 et le second de 1986...

L'ancien hospice

897_001.jpg

Sur la rive gauche de l'Aude, l'hôpital est construit en 1686. Une statue de Saint-Vincent de Paul orne sa façade dont l'entrée s'ouvre sur la chapelle, bénie en 1783. Elle a été rasée lors des travaux de construction du Centre de séjour du Pont vieux vers 1985. Seule la façade sera conservée...

Plans

P1050131.jpg

Rez-de-chaussée en 1963

P1050128.jpg

L'ancien hospice était pour ainsi dire une espèce de mouroir où les vieux Carcassonnais pas très fortunés, finissaient leurs jours dans conditions d'hygiène indignes. Cette annexe de l'hôpital général Antoine Gayraud manquait de lits, si bien que les pensionnaires étaient également logés dans l'ancienne maternité. Celle-ci se trouvait sur l'emplacement actuel du parking de l'hôtel des trois couronnes.

La réfection

P1050129.jpg

La réfection et l'humanisation de l'hospice, futur Centre de séjour du Pont-vieux sera réalisée en trois tranches successives mises en chantier en juin 1982, mars 1983 et juillet 1986. Ce programme avait été arrêté par le préfet de l'Aude, le 8 novembre 1978. Il faudra donc attendre sept ans et une subvention de 7 500 000 francs du Ministère des Affaires sociales pour financer la 3e tranche à hauteur de 40% des travaux estimés à 18.750.000 francs. Par délibération du Conseil municipal en date du 10 juillet 1986, la ville de Carcassonne se porte garant de l'emprunt de 1.680.000 contracté par le Centre hospitalier Antoine Gayraud.

La capacité totale des lits était fixée à 288 : 90 en 1982, 105 en 1983 et 90 en 1986. Toutefois, lors de la dernière tranche le nombre passa de 90 à 66. En effet, le directeur de la DDASS fit savoir qu'il convenait de faire passer les lits de long séjour en lits de Maison de retraite. La mesure fut ainsi enterrinée par le maire avec l'édification de services médico-techniques (balnéothérapie, cabinet dentaire, salle de radiologie, kinésithérapie).

P1050130.jpg

Les nouveaux bâtiments sont l'oeuvre de deux architectes : Mlle Cailhau et Monsieur Tran Huy Loc. On peut largement s'interroger sur l'étude menée par ce cabinet en matière d'harmonisation architecturale dans un périmètre historique avec vue sur la Cité médiévale.

Quel avenir ?

201306020060-full.jpg

© Roger Garcia

Opération "qui n'en veut" ? Avec 10.000 m2, on pourrait en faire des choses... Tiens, à commencer par loger des familles en attente de logements à loyer modéré. Au lieu de cela, Habitat Audois poursuit à grand renfort de subventions provenant de nos impôts son programme de constructions de logements sociaux. Pourtant, il y en a plus de 4000 dans Carcassonne qui ne sont toujours pas pourvus. A qui donc profite cette manne financière dans une cité minée par les impôts ? Le centre hospitalier propriétaire de l'ancien Centre de séjour aimerait bien le vendre pour apurer les dettes contractées lors de la construction du nouvel hôpital. Sans compter que plus le temps passe, plus le bâtiment décline faute d'entretien et sa valeur immobilière se déprécie. Mais on est riche dans la capitale audoise, n'est-ce pas ?

_____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine / 2015

31/03/2015

Que va devenir le domaine de Moureau ?

Chacun connaît les nombreux articles consacrés sur ce blog à l'avenir du domaine de Moureau, transformé en squat, en décharge, en incendie et bientôt en zone commerciale. C'est le parcours obligé de tout le patrimoine viticole du Carcassonnais : Salvaza, la Reille, Saint-Jean de Brucafel...  

467795819_2.jpg

Moureau — du nom de son fondateur — était un charmant domaine viticole du XVIIIe siècle que l'on pouvait admirer à l'entrée de Carcassonne en venant de Trèbes. Acheté par un tiers pour placer de l'argent dans la pierre, puis laissé à l'abandon, c'est aujourd'hui une ruine qu'un investisseur marseillais a récemment racheté avec les terrains autour.

2848007035_3.jpg

Le domaine de Moureau a été acheté par M. Lucien Ferrandis qui bataille depuis plusieurs années afin d'y réaliser le projet Rocadest. Il s'agit de la construction d'une vaste zone commerciale avec l'implantation de l'hypermarché Auchan. C'est vrai que cela manque à Carcassonne, les supermarchés... Au moins va t-il considérablement améliorer l'entrée urbaine de la ville, qui a cet endroit n'est que friche et désolation.

Que faire de Moureau ?

Le domaine et ses ruines vont être rasées, c'est certain. Toutefois, il y a deux ans Madame Tamara Rivel, alors adjointe à l'urbanisme de la municipalité Pérez, m'avait indiqué qu'elle avait obtenu de M. Ferrandis que l'on conservât la tour en ardoise du domaine. Elle ressemble tellement à celles de la Cité... De son propre aveu, M. Ferrandis s'était engagé à la conserver et à l'inclure dans son projet pour la construction d'un restaurant haut de gamme. Nous allons nous renseigner pour savoir si ce projet est toujours d'actualité.  Car, il y a urgence... M. Ferrandis a enfin obtenu l'autorisation et les permis pour construire Rocadest.

________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

15/03/2015

La gare de "Madame" porte mal son nom...

En 1869, il est décidé la construction d'une gare ferroviaire sur la ligne Carcassonne - Quillan, au lieu-dit de "Madame" situé au hameau de Villalbe. Ce nom de "Madame" aurait été choisi en rapport avec la Bastide de Madame, non loin de là.

madame.jpg

Depuis la fin des années 1980 plus aucun train ne s'arrête à la gare de "Madame". Le bâtiment, aujourd'hui totalement désaffecté et muré, appartiendrait à la Communauté d'Agglomération du Carcassonnais. 

gare de madame.jpg

Ce qui est cocasse, c'est que finalement cette gare portait bien mal son nom. Sur un mur visible à l'intérieur, on peut lire la chose suivante :

"Messieurs les voyageurs doivent mentionner sur leurs bagages, leurs noms et adresse ainsi que le nom de la gare de destination."

Les femmes ne devaient sans doute pas exister...

http://musiqueetpatrimoine.blogs.lindependant.com/archive/2013/07/06/la-ligne-chemin-de-fer-carcassonne-quillan.html

___________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

16/02/2015

Le buste d'Omer Sarraut, c'est la cabane au fond du jardin !

Le 29 octobre 1905 est inauguré au jardin des plantes (André Chénier), le monument à Omer Sarraut, ancien maire de Carcassonne décédé en 1887 à l'âge de 43 ans dans l'exercice des ses fonctions. Les plus hautes autorités sont présentes: MM. Dujardin-Beaumetz (secrétaire d'état aux Beaux arts), Camille Pelletan (Ministre de la marine) et Jules Sauzède (Maire de la ville). Il s'agit d'une fontaine avec des représentations en bronze.

SARRAUT H2.jpg

L'oeuvre est du sculpteur Ducuing et du tailleur de pierre Semat. Sur le devant, il s'agit d'un bronze représentant une femme symbolisant la ville de Carcassonne faisant offrir à un écolier une palme au buste de Sarraut.

1992694080.jpg

Le monument au début du XXe siècle

1269182608.jpg

Sur l'arrière, il s'agit du bronze d'un vigneron assis, la tête appuyée sur le bras droit, dont le coude repose sur une hotte d'osier. Il a sur ses genoux les journaux que dirigeait Sarraut (La tribune, le courrier de l'état, La fraternité, le Réveil de l'Aude, le Radical du midi)

2122706636.jpg

En 1942, les allemands démontent les bronzes et les fondent. Seul le buste de Sarraut est sauvé in-extremis par un habitant dont j'ignore le nom. Il est actuellement placé sur son socle d'origine au fond de ce qui reste du jardin André Chénier. On ne peut pas dire qu'il soit bien mis en valeur.

2015-02-16_09h19_59.png

Sur cette carte des années 1980, on remarquera (en haut à gauche) que le buste était encore à cette époque à son emplacement d'origine. La fontaine, elle, avait été transformée en espace vert. Le buste a été déposé au fond du jardin, quand la municipalité Chésa décida de faire le parking souterrain en 1988.

14254450.JPG

Le monument, si toutefois il mérite encore cette dénomination, est réduit aujourd'hui à sa plus simple expression. Seule satisfaction, on l'a transformé en une fontaine... qui ne fonctionne pas la plupart du temps, avec autour d'elle, un espace dont le gazon n'a d'égal que celui des champs de patates.

_____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

04/02/2015

Le quartier Saint-Martin est-il tombé dans l'oubli ?

Tout commence par de vieilles photographies aériennes tirées de ma collection personnelle, prises par la TAM (Transports Aériens du Midi) au début des années 1950. Dans un coin, il est indiqué :

" Carcassonne, quartier Saint-Martin"

Martin 1.jpg

N'ayant jamais entendu parler d'une partie de la ville portant ce nom, j'en conclus d'abord qu'il s'agit sûrement d'une erreur. Quelques mois plus tard, les clichés me retombant entre les mains, je décide d'examiner plus profondément les photographies. À l'aide d'une loupe et d'un plan de Carcassonne, j'essaie les comparaisons et là, je me rends à l'évidence. Le quartier Saint-Martin n'est ni plus ni moins que le quartier Pasteur, dénommé ainsi par les habitants en raison de la rue du même nom qui le traverse.

Martin 2.jpg

La construction du quartier St-Martin vers 1950

quartier st-martin.jpg

Le quartier Pasteur en 2015

Jaune : Rue Albert

Rouge : Rue Rodin

Vert : Rue d'Isly

Bleu : Rue Pasteur

Violet : Daumier

Restait à connaître les raisons pour lesquelles il portait autrefois ce nom et celles pour lesquelles, il ne le porte plus aujourd'hui.

chapelle Saint-Martin.jpg

Ainsi ai-je appris l'existence d'une chapelle édifiée en 1953 dans la rue Pasteur, numéro 82. Elle a été placée sous le vocable de Saint-Martin et se trouve à l'arrière de l'actuelle maison de retraite Béthanie. Ceci explique qu'elle servit à de nombreuses reprises pour les sépultures des prêtres ayant fini leurs jours à Béthanie. Cette chapelle, selon un témoin, pourrait être menacée de destruction car l'évêché n'a plus les moyens d'entretenir son patrimoine sacré. L'achat du terrain par un promoteur et un coup de bulldozer auront raison de ce lieu de prières. En lieu et place, je vous laisse imaginer ce qu'on pourrait y faire... Aussi est-il très important de ne pas laisser tomber dans l'oubli l'origine de ce quartier Saint-Martin devenu... Pasteur.

________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

19/01/2015

La peinture sous le Dôme tombe en ruine !

dome.png

La municipalité d'Antoine Gayraud décidait en 1977 de raser l'ancien hôpital de la ville (Hôtel Dieu) pour ne conserver que la porte d'entrée (rue Brassens) et le dôme de la chapelle. Ce dernier vestige est le plus remarquable du bâtiment disparu. L'aspect extérieur trompe le public sur le réel état de conservation de l'ensemble car il est une partie de toute beauté totalement laissée à l'abandon depuis trop longtemps déjà.

1059918496.jpg

Si vous vous placez sous le Dôme, levez donc les yeux au ciel. L'accès est libre et chacun peut si rendre sans problèmes. Je trouve scandaleux qu'une telle beauté, même si ce n'est pas la chapelle sixtine, soit dans cet état. Carcassonne n'aura jamais une chapelle sixtine, en revanche ce qu'elle possède doit être conservé.

2022533232.jpg

Une voie d'eau dans la toiture a endommagé d'une manière irréversible, les peintures en plusieurs endroits. Je vous laisse juge de la beauté, ci-dessous, de chaque détails.

1173176768.jpg

4157447632.jpg

3400381536.jpg

2366492336.jpg

2959992576.jpg

842887377.jpg

257775969.jpg

145346869.jpg

Le blason de la ville de Carcassonne

902428805.jpg

Hélas, les pigeons nichent sur la corniche en bois et personne ne se soucie des dégâts qu'ils occasionnent. Il suffirait de placer des tiges en métal tout autour afin qu'ils ne puissent pas se poser et cela règlerait un des problèmes. Cela se fait sur bien des bâtiments historiques qui sont ainsi préservés des fientes.

1326033893.jpg

L'espace F. Mitterrand est maculé par la fiente des pigeons qui nichent sous le dôme!

_____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014