01/11/2016

Où est passée l'oeuvre du sculpteur François Sicard ?

1310691129.jpg

Le 7 juillet 1901, Jacques Hilaire Théophile Marcou était honnoré dans sa ville natale par l'érection d'un monument à sa gloire dans la Cité de Carcassonne. Sénateur de l'Aude, il se lia d'amitié avec Armand Barbès et combattit avec tenacité le gouvernement de Louis-Philippe et plus tard, la présidence autoritaire de Louis-Napoléon Bonaparte. Condamné par contumace à la déportion, Marcou s'était réfugié en Espagne jusqu'en 1867. A son retour, il fonde le journal "La fraternité" à Carcassonne et deviendra maire de la ville le 22 août 1870.

1248270840.jpg

Le buste en bronze qui aujourd'hui, comme tant d'autres choses mériterait un nettoyage, trône sur l'actuelle place Marcou au milieu de la terrasse des cafés. L'oeuvre est du sculpteur Théophile Barrau à qui l'on doit de nombreuses réalisations dans Carcassonne.

3916724994.jpg

Ce buste est soutenu par un emmarchement de plan carré avec des quatre côtés du socle, un bassin de fontaine demi-circulaire avec mascaron en bronze.

1706061817.jpg

Le mascaron en bronze

161271557.jpg

En 1910, un comité se forme pour la construction d'un monument plus important. Une subvention municipale de 15 000 francs est accordée le 5 juin 1911 et l'oeuvre est confiée au sculpteur

Sicard

François Sicard (1862-1934),

1er Grand prix de Rome en 1891. L'emplacement choisi est le jardin des plantes (Square Chénier) en lieu et place de la statue "Héléna", puis finalement sur le boulevard Marcou. La sculpture en marbre de Sicard présentée au Salon de Paris en 1914 sera livrée à Carcassonne, mais remisée dans les caves du Musée des Beaux-arts de Carcassonne en 1930.

Plusieurs questions se posent :

Pourquoi l'oeuvre de Sicard a-t-elle été mise aux oubliettes en 1930? La municipalité Radical-socialiste d'Albert Tomey voulait-elle rompre avec une décision politique prise par celle de Gaston Faucilhon en 1911?

L'oeuvre de François Sicard est-elle toujours dans les caves du musée? Seule madame Maynard, la conservatrice pourrait peut-être y répondre. Il est à craindre toutefois que l'opacité d'un siècle de gestion du musée des Beaux-arts, ait eu raison d'une oeuvre d'art que d'autres villes auraient sûrement préservé. Puisse ce blog une nouvelle fois lever le mystère, sur une histoire que j'ignorais jusqu'à l'achat de cette carte postale...

_________________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2016

22/09/2016

EXCLUSIF ! On a retrouvé la fabuleuse collection de tableaux de Joë Bousquet !

Voilà le résultat d'une enquête de plusieurs mois... Vous vous souvenez sans doute d'un précédent article dans lequel nous vous révélions que la collection de tableaux du poète Joë Bousquet avait quitté Carcassonne. Après avoir été exposée au Musée des beaux-arts grâce à René Nelli, chaque propriétaire était venu récupérer son tableau légué par Bousquet. Ces toiles de maîtres du surréalisme ont été vendues au début des années 1960 dans des galeries en France, le plus souvent pour un prix très en-deçà de la côte actuelle. Je me suis mis en tête de retrouver le maximum de ces oeuvres ayant appartenues au poète. Pour cela, j'ai cherché les brochures des galeristes parisiens de cette époque, les salles des ventes, les musées, les archives. J'ai également consulté le livre de Pierre Cabane "La chambre de Joë bousquet" publié en 1997, mais si cet ouvrage recense certaines de ses toiles, d'autres ni sont pas. Mon enquête s'est bornée à tenter de trouver la photo du tableau, localiser les oeuvres dans les musées ou les collections privées. Bien entendu, cet article n'a pas la prétention d'avoir retrouvé tous les tableaux.

Joë_Bousquet_(par_Jean_Camberoque)_1943.jpg

J. Bousquet par Jean Camberoque

(1943)

J'ai longuement hésité a révéler sur ce blog le fruit de ce travail de bénédictin, car j'ai conscience qu'on s'en servira, comme à chaque fois, sans me citer avec un opportunisme teinté d'une indifférence malhonnête. Ce qui m'a déterminé à vous le présenter, c'est l'idée que le notre Musée des Beaux-arts pourrait rassembler à nouveau cette collection et la présenter lors d'une exposition. Nous savons que les musées se prêtent mutuellement des tableaux pour une courte durée, aussi en mémoire de Joë Bousquet, Carcassonne pourrait initier ce projet. En tout état de cause, voici ci-dessous la plus fabuleuse collection de toiles surréalistes que la ville de Carcassonne a laissé se disperser et partir aux quatre coins de la planète. Elle n'a pas senti souffler le vent de l'histoire de l'art...

Salvador Dali

La tour (Dali).png

La tour

(1935)

Huile sur toile (65,5 x 54)
Exposée en 1961 à Besançon au Palais Granvelle lors de l’exposition intitulée « Surréalisme et précurseurs ». Déposée en 1962 dans la Galerie André-François Petit (rue du Faubourg St-Honoré, Paris VIIIe) avec des oeuvres de Bellmer, Ernst, Dali, Delvaux, Brauner, Magritte, Tanguy… La tour provient de la collection J. Bousquet. A la mort du poète, c’est Monsieur T. (professeur de philosophie à la Sorbonne) qui en hérita. Elle fut ensuite vendue dans la galerie Petit et se trouva successivement à la Hanover Gallery de Londres, puis dans la collection de Erna et Curt Burgauer qui en fit don en 2007 à la Fondation Gali-Dali de Figueras (Espagne) où elle se trouve aujourd’hui.

Salvador Dali_Etude pour Le Miel est plus doux que le sang.jpg

Étude pour « le miel est plus doux que le sang »
(1926)

Exposé en 1956 au casino de Knokke le zoute, elle se trouve en 1970 dans la Galerie André-François Petit où elle fut acquise par Jacques Ullmann. Vendue aux enchères le 9 février 2011 pour 4 073 250 livres sterling. Elle se trouve actuellement à la Fondation Gali-Dali de Figueras.

Yves Tanguy

la main dans les nuages.jpg

La main dans les nuages

(1927)

Huile sur toile 65 x 54. Vendu chez Sotheby's le 7 décembre 1999. Staatsgalerie (Stuttgart / Allemagne). Cette toile se trouvait à côté du lit de J. Bousquet comme l'atteste la photographie ci-dessous prise par Denise Bellon.

bousquet tanguy.jpg

© Centre Joë Bousquet / Denise Bellon

Fin de rampe.png

Fin de rampe
(1930)

Huile sur toile de 80 x 90 cm.

Exposée à la Galerie André-François Petit achetée par Viktor et Marianne Langer en mai 1978. Vendue aux enchères chez Sotheby’s le 26 juin 2014. Estimée à un million de livres sterling.

Titre inconu. Yves Tanguy. MMA.jpg

Titre inconnu
(1926)

Huile sur toile avec string and collage. Héritée de J. Bousquet par James Ducellier en 1961. Mise en dépôt à la Galerie André-François Petit et vendue en mars 1962 à Pierre Matisse (famille du peintre Henri Matisse). Pierre et Maria Gaetana Matisse l’ont offert au Musuem of Art de New-York en 2002.

La balance parfaite. Tanguy.png

La balance parfaite

Huile sur toile 100x81

Vendu à la Galerie A-F Petit à Paris. Collection Gunther Sachs

Max Ernst

Facilité. Max Ernst.png

Facilité
(1923)

Huile sur toile de 65 x 54 cm.

Exposée à la Galerie André-François Petit en 1962 (James Ducellier probablement), puis à la Galerie Beno d’Incelli. Acquise le 22 octobre 1963 pour un collectionneur de New-York. Revendue aux enchères chez Sotheby’s le 13 décembre 2007 au prix de 318 250 euros.

Bousquet.jpg

Cette toile se trouvait au-dessus du lit de Joë Bousquet. Ceci est attesté par cette photographie prise par Denise Bellon.

Les papillons. Ernst.jpg

Les papillons
(1930)

Huile sur toile de 22 x 15,6 cm.

Exposée en 1962 (probablement James Ducellier) à la Galerie André-François Petit. Vendue à Anon. Se trouve en juin 1972 à la Galerie Motte de Genève (Suisse). Vendue chez Sotheby’s à Londres le 30 novembre 1988, puis chez Christie’s le 3 mai 2006 pour la somme de 180 000 dollar.

arbres conjugaux.jpg

Arbres solitaires et arbres conjugaux
(1940)

Huile sur toile 81,5 x 100,5

Elle appartenu à Joë Bousquet comme cela est stipulé dans la lettre ci-dessous de Max Ernst en date du 24 décembre 1940.

"Tu as raison, Joe. Il vaut mieux ne pas rouler ce tableau, je ne vais pas te priver de la surprise de le voir sortir de sa caisse. Car je pense (je voudrais au moins) qu'il te surprenne un peu et que tu le trouveras au moins l'égal du tableau vert dont tu me parles souvent. Un seul inconvénient si je demande au seul menuisier du village de me construire cette caisse, il le fera très bien, mais il y mettra quelques mois pour la terminer. Je vais donc essayer de le faire moi-même. Pour un autre tableau, il a le même problème avec le châssis qui n'est pas au format désiré, ce qui repose la question du menuisier. »

Cette toile a sans doute appartenu à James Ducellier après la mort de Bousquet. Elle se trouve désormais au musée Thyssen-Bornemisza à Madrid (Espagne)

la ville entière.jpg


La ville entière
(1935)

Huile sur toile 60 x 85

Exposée à la Fondation Beyeler (Bâle) en septembre 2013, cette toile avait acquise par James Ducellier sur les conseils de son ami Joë Bousquet.

Capture d’écran 2016-05-22 à 15.16.37.png

La colombe
(1926)

Huile sur toile 24 x17 cm.

Ayant appartenu à René Nelli à la mort de Bousquet. Le conservateur du Musée des beaux-arts de Carcassonne l’avait exposé dans la salle consacrée aux collections du poète jusqu’en 1963. Cette toile a été vendue chez Christie’s le 19 juin 2007. Estimation 80 000 livres sterling. On ne connaît pas le prix de l’enchère.

foret blonde (Max ernst).jpg

La forêt blonde
(1925)

Huile sur toile 92 x 65 cm

Donné par René Nelli à Bousquet et repris à sa mort. Elle a été exposée au Musée de Carcassonne jusqu’en 1963. Exposée au Magasin III Museum & Foundation for Contemporary Art de Stockholm (Suède). Collection privée.

L'oiseau.png

L’oiseau
(Circa 1925)

Huile sur papier émeri noir collé sur bois avec encadrement en liège : 34 x 31 cm.
Ayant appartenu à Henriette Patau - soeur de J. Bousquet - après la mort du poète. Après avoir été exposée dans la salle Joë Bousquet du Musée des beaux-arts de Carcassonne, elle a été reprise par sa propriétaire en 1963. Certainement revendue depuis.

La nature à l'aurore. Ernst. 1937.jpg

La nature à l’aurore
(1937)

Huile sur carton 24 x 33 cm.
Provenant de la collection Joë Bousquet (sûrement à James Ducellier), ce tableau a été vendu aux enchères chez Sotheby’s à un acheteur anonyme pour 564 750 euros.

Loplop présente. Ernst.png

Loplop présente
(1931)

Gouache. Frottage et collage. 50 x 64,3 cm

Provient de la collection Joë Bousquet et dédicacée « A mon très cher ami Joë Bousquet ». On le trouve ensuite dans la Galerie Halla Nebelung de Düsseldorf (Allemagne). Il serait actuellement à l’Institut Valencia d’Art modern (Espagne). Exposée en 1969 au Moderne Kunst aus Privatbesitz in Hannover.

Loplop présente deux fleurs. Ernst.png

Loplop présente deux fleurs
(1930)

Trônait dans la chambre du poète et obstruait une fenêtre close. La photo ci-dessous en apporte la preuve.

Bousquet lolop.jpg

© Centre Joë Bousquet / Denise Bellon

L'Ange du Foyer. Ernst.jpg

L'ange du foyer 

ou

Le triomphe du surréalisme

(1937)

Huile sur toile 114x146

Cette toile a appartenu à James Ducellier. Chez un collectionneur de Turin en 2005. Il s'agit là de l'oeuvre mythique du peintre. Elle annonce comme une mise en garde, les futures destructions de la Seconde guerre mondiale. C'est la toile la plus chère de la collection Ernst.

La nymphe Echo. Ernst.png

La nymphe Echo

(1936)

Huile sur toile 46x55

Collection du Musée d'Art moderne de New-York (MOMA)

La colombe avait raison. Ernst.png

La colombe avait raison

(1926)

Carton et bois 42x35

Vendu chez Sotheby's le 31 mars 1965 pour 5039 dollars

Vol nuptial. Ernst.png

Vol nuptial

(1931)

Huile sur toile 81 x 65

Vendu chez Christie's le 24 juin 1991 pour 344 925 dollars.

René Magritte

Les cicatrices de la mémoire. 1927.png

Les cicatrices de la mémoire
(1927)

Huile sur toile 73 x 54 cm

Le palais de la courtisane. Ernst.png

Le palais de la courtisane

Huile sur toile 73x54

Exposé à Toulouse en 1946. Vendu à la Galerie A-F Petit à Paris vers 1962

le repas de noces.jpg

Le repas de noce

(1940)

Gouache 31 x 41. 

Shéhérazade.png

Shéhérazade
(1947)

Gouache sur papier 16,8 x 12,7 cm

Ce tableau a été donné en 1948 par Joë Bousquet à Jacqueline Gourbeyre, résidant à Toulouse. Surnommée Linette, elle aura gardé cet oeuvre jusqu'à la fin de sa vie. Bousquet voulait créer un lien entre les deux chambres (Le poète l’exprime ainsi dans une lettre à Magritte en date du 29 Septembre 1948). Lors d’une vente aux enchères chez Sotheby’s le 4 juin 2014, cette version de Shéhérazade a été adjugée 217 000 euros.

L'idée fixe. Magritte.jpg

L'idée fixe

(1928)

Huile sur toile 81x116

Légué par testament à Georges et Georgette Roumens en 1943. Aujourd'hui, dans les collections du Staatliche Museum Preussicher Kuturbesitz National Galerie (Berlin / Allemagne)

Hans Bellmer

8759533350_0e190f58a6_b.jpg

Entre deux eaux

Gravure en couleur signée d’après une gouache de 1941. Tiré à 200 exemplaires numérotés et signés. Exposé à la Galerie André-François Petit. Vendu le 21 janvier 2005 à la salle Drouot pour la collection de M. Ferrier.

Chapeau main. Bellmer.png

Chapeau main

(1947)

Crayon rehauts de gouache sur papier ocre 24 x20. Exposé au Centre Pompidou du 1er mars au 22 mai 2006. Ancienne collection J. Bousquet

Jean Dubuffet

Haut négoce.jpg

© ADAGP, Paris 2016

Haut négoce

(1944)

Collection privée

"Chaque jour, je pense à Dubuffet, et maintenant devant Haut négoce (on est gosse, on naît gosse, on n'est gosse) qu'il m'a envoyé, et qui a chassé la nuit de ma chambre, car pour mieux voir ce tableau, je vis les contrevents ouverts... (Lettre de Jean Paulhan)"

1871851560.png

Portrait de J. Bousquet

Le 4 avril 1946, Joë Bousquet écrit au chanoine Sarraute : "Dubuffet m'envoie un admirable recueil de lithos en couleurs". L'année suivante, Jean Dubuffet se déplace à Carcassonne et rend visite à Joë Bousquet. Il réalise coup sur coup trois portrait du poète dans son lit, dont un en grand format se trouve au Museum Of Modern Art de New York (MOMA).

Joan Miro

Le repas des fermiers. Miro.png

Le repas des fermiers

(1925)

Huile sur toile 46x28

Acquis par le galerie Sami Tarica à la fin des années 1950. Cincinnati / Collection Thomas Adler

Fautrier

Paysage de port cros. fautrier.png

Paysage de Port Cros

(1945)

Huile sur toile 49,4 x 37,8

Collection Christian Durand. Actuellement au MOMA (New-York)

Kandinsky

Petit blanc. Kandinsky.png

Petit blanc

(1928)

Aquarelle, gouache et encre de chine sur papier 62 x 46. Provenance Collection André Breton. Musée d'art moderne Pompidou (Paris)

Auguste Herbin

Auguste Herbin. Composition. 1930.png

Composition

(1930)

Huile sur toile 41 x 25

Ayant appartenu à J. Bousquet. Estimation 18000 à 25000 €. Vendue le 24 octobre 2012 à Art curial (Paris) avec des oeuvres de la fondation Albert Gleizes.

Jean Arp

Arp.JPG

© La chambre de J. Bousquet / Pierre Cabane

Relief en bois peint 27 x 43 x 16

Légué par J. Bousquet à Henri Féraud. Actuellement au KUNSTHAUS Zürich (Suisse)

Tout ceci ne représente peut-être qu'un tiers des tableaux qui ont transité par la chambre de Bousquet. Espérons qu'avec ce travail, ceux-là pourront un jour revoir Carcassonne...

Sources

Sotheby's, Drouot, Art Net, Christie's, Akoun

La chambre de J. Bousquet / P. Cabane / 1997

Au gîte du regard / Centre J. Bousquet

Archives de l'Aude / Fonds R. Nelli

Et... beaucoup de patience et de temps.

__________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

01/09/2016

La classe de dessin de Jacques Gamelin en 1796

Dans l'article d'hier, nous avons vu quelle fut la vie et l'oeuvre du peintre Carcassonnais Jacques Gamelin, Grand prix de Rome en 1763. Aujourd'hui, nous vous proposons de pénétrer à l'intérieur de l'Ecole centrale de l'Aude et plus particulièrement dans sa classe de dessin. Il n'en reste hélas plus rien de nos jours... Quand le lycée de garçons succéda à l'Ecole centrale en 1864, plusieurs aménagements transformèrent l'ancienne classe de dessin. Après que ce lycée déménage en 1962 à Paul Sabatier, la municipalité rasera tous les bâtiments compris entre la rue Littré et la rue Aimé Ramond, laissant à la place un parking. La classe de dessin de Gamelin se trouvait exactement en face de l'actuelle MJC.

Capture d’écran 2016-09-01 à 10.00.56.png

L'emplacement de la classe de dessin de J. Gamelin.

A la fin du XIXe siècle, le professeur de dessin du lycée Impérial - M. Pringuet - trace un plan du bâtiment et indique par des lettres les transformations réalisées depuis l'époque de Gamelin. Nous avons par souci de clarté indiqué en rouge l'emplacement de la classe de dessin de l'illustre peintre. La rue de la Pélisserie est l'actuelle rue A. Ramond.

Classe Gamelin.JPG

Plan d'Henri Pringuet

Capture d’écran 2016-09-01 à 10.10.55.png

Dans ce qui reste aujourd'hui de la façade du XVIIIe siècle, contiguë à la partie rasée de l'édifice, on peut se faire une idée de l'aspect extérieur de la classe de Gamelin. 

1er Brumaire An V

(22 octobre 1796)

Ce jour est la date officielle de l'ouverture de l'Ecole centrale de Carcassonne, mais Jacques Gamelin avait été déjà investi de sa nouvelle fonction quatre mois auparavant, soit le 7 juin 1796. Il faisait partie des neuf professeurs : Alary (Histoire naturelle), Marcou (Langues anciennes), Birot (mathématiques), Sicaire (Physique et chimie), Coumes (Grammaire), Sériès (Belles-lettres), Gary (Histoire), Trey (Législation) et Lasalle (Bibliothécaire). L'apprentissage du dessin était ainsi défini :

"L'enfant qui cesse de bégayer s'instruit, en jouant encore, à discerner, à réunir, à prononcer, à tracer des caractères qui peignent la parole et sont les signes de ces sensations... Son attention ne peut d'abord être fixée que par l'attrait du plaisir. Le dessin est pour lui un amusement dont le prestige, adoucissant à ses yeux le rude aspect du travail, le familiarise avec l'application : aussi est-il l'objet de sa première étude et comme une sorte d'initiation aux connaissances humaine."

L'article 6 du règlement intérieur des écoles centrales fixait à deux heures l'après-midi, le temps consacré  au dessin. Faisant fi des instructions officielles, le jury d'instruction publique de l'Aude proposa à l'administration d'ouvrir tous les jours la classe de Gamelin. Cette disposition fut abrogée l'année suivante ; les cours de deux heures furent inaugurés.

La méthode Gamelin

Le plan d'études comporte un enseignement à trois degrés, tous consacrés à l'étude du corps humain, au triple point de vue de la constitution, de l'expression et de la plastique. Dans la première classe dite des Principes, l'élève se familiarise avec les éléments du visage, en distinguant les rapports que ces éléments présentent entre eux. La seconde, fournit l'occasion de réaliser la synthèse des notions de détail. Le travail s'opère en présence des chefs-d'oeuvre de la statuaire classique ; c'est le plus sûr moyen de façonner son esprit au sentiment des formes harmonieuses. Selon ses dispositions, il lui faudra un an ou deux avant de passer dans la classe du modèle vivant.

"C'est là, que ceux qui voudront atteindre à la perfection ou soigner précieusement leur goût naturel pour la peinture, apprendront à connaître les formes, l'élégance, le genre nerveux et qu'ils sauront justement apprécier les richesses que les Grecs et les Romains nous ont transmises à cet égard." (Jacques Gamelin)

Description de l'école de dessin

Capture d’écran 2016-09-01 à 09.45.35.png

©Musée de l'Evêché / Limoges

On imagine quel était l'aspect de cette haute et grande salle, médiocrement éclairée par sa fenêtre hors d'appui. De l'étroit cadre vitré tendu sur la rue d'un treillis de fer protecteur, la lumière descendait, rare et comme tamisée, sur les modèles qui s'alignaient le long du mur, non loin de la fenêtre. La salle avec sa cheminée en bois avait un faux air d'appartement. Le logis était si froid et si humide que le 19 juillet 1799, l'architecte Champagne dut proposer d'assainir les salles en bordure du jardin botanique, en pratiquant sur la longueur du bâtiment une rigole en cailloux de rivière. Les séances de dessin en fin d'après-midi imposaient d'éclairer les salles à la chandelle. Au terme du devis dressé le 19 juillet 1799, chacune des classes furent munies de lampes à huile.

Les élèves travaillent assis sur les bancs ou sur leurs rustiques tabourets de paille, leur planchette posée sur les genoux. L'estampe qui sert de modèle est collée sur un mince carton et pend des lignes de fils de fer tendus le long des murs ou à la traverse des seize chevalets volants. Avant l'installation des lampes, chaque écolier ou chaque groupe d'écoliers avait sa chandelle fixée près de lui dans une bobèche de fer blanc. Jusqu'aux derniers jours de l'école, le mobilier du cours de dessin se maintint dans cet état rudimentaire.

Salle de dessin  lycée avant 1914.png

© Archives de l'Aude

La salle de dessin avant 1914

Gamelin touchait annuellement 2000 francs pour dispenser ses cours. Il était également logé dans l'enceinte de l'établissement au premier étage, dans un modeste appartement de cinq pièces. Chacune d'entre elles prenait la lumière sur la cour par une fenêtre unique. Le peintre avait tant bien que mal aménagé dans son salon un atelier de peinture, mais l'ébranlement provoqué par le va-et-vient des voisins du dessus suffisait pour répandre un nuage de poussière. Le cadre exigu de la pièce ne se prêtait aux exigences de certains travaux. 

3200905490.jpg

Il fut contraint de monter ses grandes toiles dans la nef de la chapelle transformée en musée. C'est également dans le sanctuaire que s'assemblaient sous l'oeil du maître, les cours annexes de peinture. Aujourd'hui, cette chapelle a été transformée en auditorium, rue des Etudes. On peut toujours y voir le sanctuaire dont il est question.

La distribution des prix 

Aidé parfois de son fils aîné, Gamelin dessinait la plupart des estampes données en récompense aux lauréats. En 1911, Alma Cardes habitant à Carcassonne en possédait deux attribuées à Clément Bonnet, lauréat du concours de dessin en 1798 et 1799. Ce sont des croquis inspirés par les souvenirs personnels de la campagne des Pyrénées-Orientales de 1793 à 1794.

Capture d’écran 2016-09-01 à 13.57.37.png

Choc de cavalerie près du Mas d'Eu. An II

Capture d’écran 2016-09-01 à 13.57.55.png

Déroute des Espagnols sur les murs de Perpignan. An II

Liste des lauréats de 1799

Bernard Vergnes (Carcassonne) : Prix des Principes

Moulines (Limoux) : Couronne

Jacques Bastoul (Carcassonne) : Droit d'exposition

Reçus un cahier de gravures de 24 planches de Gamelin

Xavier Bonnafous (Montréal) : 1er prix des petites têtes

Reçu "La vue de Milan" de Gamelin fils

Etienne Denisse (Carcassonne) : Second prix

Alexandre dans la ville des Axydraques de Gamelin

Jean-Baptiste Echernier (Carcassonne) : Accessit 

Capture d’écran 2016-09-01 à 14.26.53.png

© Musée Paul-Dupuy / Toulouse

La mort de Socrate de Gamelin

Ce lavis a été acquis en 2001 chez un marchand d'art et provenait sans doute de la famille de Jean-Baptiste Echernier, lauréat du concours. Nous l'avons retrouvé au musée Paul-Dupuy de Toulouse.

Joseph Guiraud (Carcassonne) : Couronne

Galinier (Caunes-Minervois) : Droit d'exposition 

Jean-Baptiste Viviès (Ste-Colombe-sur l'Hers) : 1er prix

Une bataille des P-O, sur papier bleu lavé à l'encre de Chine

François Hortet (Prades) : Second prix

Un paysage de Jean Pillement

Jean-Baptiste Germain (Carcassonne) : Couronne

Raynaud (Carcassonne) : Droit d'exposition 

Idem

Armand d'hautpoul : 1er Prix des académies

Louis Alboize : 1er Prix des académies

Capture d’écran 2016-09-01 à 14.32.31.png

Deux Bacchanales de Gamelin

L'une des deux Bacchanales acquise par le musée Paul-Dupuy de Toulouse en 1998.

Toussaint Cros (Lagrasse) : Second prix

Taichère (Trèbes) : Honneurs de l'exposition

Rainier (Bram) : Honneurs de l'exposition

Un paysage de Pillement

Clément Denisse (Carcassonne) : 1er prix de ronde-bosse

Le poème de Watelet sur la peinture

Clément Bonnet (Carcassonne) : Second prix

Baudouy (Carcassonne) : Second prix

Une bataille des P-O de Gamelin

Source

Réunion des Sociétés des Beaux-arts des départements

Joseph Poux / 1911

________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

31/08/2016

Jacques Gamelin (1738-1803), un artiste sous la poussière et les toiles d'araignées

Dans la longue liste des artistes que la ville de Carcassonne a enterré sous la poussière et les toiles d'araignées figure le peintre Jacques Gamelin. Sans le savoir et la curiosité de l'abbé Cazaux, les toiles de ce peintre jusque-là endormi depuis deux siècles, seraient restées dans les combles de l'église Saint-Vincent. Ce grand érudit qu'est encore - Dieu nous en préserve - l'ancien curé de cette paroisse, saisit le maire Raymond Chésa et lui fit part de sa découverte. Carcassonne venait ainsi de mettre la main sur plusieurs tableaux inconnus de Gamelin. On les restaura et aujourd'hui, chacun peut les admirer dans le choeur de l'église Saint-Vincent.

Carcassonne, Eglise St-Vincent, Autel.jpg

© medieval.mrugala.net

Malgré cette découverte de taille et le regain d'intérêt qu'elle suscita pour le peintre, on ne peut pas dire qu'une grande publicité lui ait été réservée à Carcassonne. Il semblerait même que parmi les acteurs et les spécialistes de l'art pictural que nous détenons dans notre ville, on considère encore Gamelin comme un artiste de peu d'envergure nationale. Tiens ! Cela nous rappelle les réflexions sur la musique de Paul Lacombe, jamais enregistrée mais que l'on relègue ici au rang de mineure. Enfin, ce n'est pas tout à fait exact car j'ai découvert à la médiathèque de Limoges, un ouvrage sur la peinture de Gamelin réalisé par Marie-Noëlle Maynard à l'occasion d'une exposition au Musée des beaux-arts. Ce qui semble incompréhensible c'est de n'avoir pas donné le nom de ce peintre à ce musée ou à l'école municipale de dessin. Vous verrez plus tard dans cet article... Pire encore, le buste ci-dessous sculpté par Falguière et inauguré en 1898, se trouve actuellement dans le péristyle du musée des beaux-arts sous une couche de poussière et de toiles d'araignées, mis dans un côté sombre comme s'il gênait.

Falguière-Gamelin.jpg

A côté de lui, rutile en ce moment l'exposition temporaire de Mattia Bonnetti pour laquelle toute la bonne société Carcassonnaise se réjouit. Dans la cour, Carcassonne qui aime visiblement les toiles d'araignées y a installée celles de M. Cognée. C'est contemporain de notre époque, les vieux c'est bon pour l'hospice !

Capture d’écran 2016-08-31 à 09.21.16.png

© Roger Garcia / DDM

Jacques Gamelin

 naît à Carcassonne le 3 octobre 1738 dans la maison que le sieur Jean-François de Fornier, conseiller du roi et Lieutenant-général criminel en la Sénéchaussée de Carcassonne, vendit à son père. Ce dernier, marchand drapier de son état originaire de Tours, la rebâtit telle qu'elle se trouve aujourd'hui. d'après nos recherches, au-dessus de l'actuelle poissonnerie Montagné, en face des Halles dans la rue Aimé Ramond au n° 57. Gamelin fut dès son plus jeune âge, mis en nourrice chez une femme de la Cité à laquelle il porta une grande affection. Il prit soin de ses vieux jours et fit un portrait d'elle à l'âge de 90 ans qui est conservé au Musée des beaux-arts.

gamelin

La probable maison natale de Gamelin

Ses études

Mgr de Bezons venait tout juste de créer l'école des Frères de la doctrine chrétienne quand le jeune Jacques y entra. Par la suite, c'est au collège de Carcassonne tenu par les Jésuites qu'il poursuivit ses études. Passionné par les livres que ces professeurs lui prêtaient et par la musique qu'il étudiait avec ferveur, Gamelin avait tout d'un artiste. Ses premières notions de dessin, il les reçut d'un ouvrier serrurier nommé Bertrand. Ses nombreuses balustres, portails et rampes d'escalier existent encore dans les Hôtels particuliers de la Bastide. Au sortir du collège, son père voulut qu'il s'attachât aux affaires commerciales mais Jacques n'avait la tête qu'aux batailles des Grecs et des Romains. Son père décida alors de confier son fils à M. Marcassus, baron de Puymaurin, un des plus remarquables commerçants de Toulouse. Ce Marcassus était le fils d'un Capitoul de Toulouse auquel Louis XV avait accordé le titre de Baron en raison de ses grands services rendus à l'état par la création de deux grandes manufactures royales.

M. de Puymaurin

Gamelin s'ennuyait à devoir écrire sur les livres de comptes... Il fut surpris par le maître d'avoir dessiné avec grand talent sur l'un de ces livres, des miniatures et portraits. M. Puymaurin après l'avoir un peu courroucé, lui fit remarquer qu'il avait davantage de disposition pour le dessin que pour le commerce. Vous devriez apprendre le dessin, lui-dit-il. Mon père ne le veut pas, lui répondit Gamelin. M. Puymaurin était membre de l'Académie des sciences, Inscriptions et Belles lettres de Toulouse et de Nîmes. Il entreprit d'écrire au père afin de tenter de le persuader du talent de son fils pour le dessin. Ce dernier répondit que Jacques n'était qu'un paresseux qui finirait par le ruiner. Le voyage qu'entreprit à Carcassonne M. de Puymaurin ne changea rien à l'affaire. Ce dernier allait donc pourvoir à l'entretien des études de dessin de Gamelin, en agissant comme un second père.

L'Académie royale de peinture de Toulouse

L'ancienne Ecole des Beaux-arts de Toulouse venait d'être transformée en Académie royale. Pierre Rivalz, dit le Chevalier Rivalz en était l'un des professeur, issu d'une lignée de peintre dont Jean-Pierre Rivalz, élève de Poussin, natif de Labastide d'Anjou dans l'Aude. C'est à ses côtés que Gamelin perfectionna son art. Après cinq années d'études, il obtint le prix de l'Académie de Toulouse et fut envoyé à Paris.

1312619252.jpg

Jacques Gamelin

Rome

Après quoi, il remporta le Grand prix de Rome du premier coup, alors que David mit cinq ans pour l'obtenir. Nommé par Louis XV pensionnaire de France à Rome. Là bas, ce fut un ravissement auprès duquel il rapporta toute l'inspiration pour ses futures toiles ; il dessina les bas-reliefs antique, les colonnes, les arcs, etc... Il remporta le Grand prix de peinture fondé par le cardinal Albani. En 1771, Jacques Gamelin entre dans la prestigieuse Académie de St-Luc avec le titre et comme professeur et de peintre de bataille. Premier peintre du pape Clément XIV, il s'établit à Rome et épouse Julia Tridix, issue d'une noble famille Vénitienne. Rome tressait des lauriers à Gamelin ; en France où la haute peinture était morte avec Louis XIV, on eut écho de la renommée du peintre Carcassonnais. Mais en France, on avait fait de la place à des gens bien moins talentueux et le retour de Gamelin dans son pays allait l'enterrer.

Carcassonne

Si Gamelin était mort à 32 ans après avoir épuisé tous les honneurs, il serait entré aujourd'hui dans l'histoire de la peinture Française avec un grand H. Mais voilà, il décida de rentrer à Carcassonne  laissant pour un temps sa femme et sa petite fille en Italie, promettant d'y revenir bientôt - tout cela pour répondre à l'appel de son père infirme. Celui-ci s'était retiré des affaires, non sans une bourse bien remplie. Ce fils tout auréolé de gloire, il le présenta au tout Carcassonne et en fit son héritier en dépossédant ses deux filles. Quand Jacques Gamelin ouvrit le secrétaire contenant les biens de son père, il découvrit des valeurs pour une somme considérable ainsi qu'un trésor d'or et d'argent. A t-il perdu la tête ? Le fait est qu'il décida de revenir en France, de rémunérer matériellement les largesses de son bienfaiteur et de songer à créer une entreprise en faveur de l'art.

Capture d’écran 2016-08-31 à 13.31.51.png

La ruine

Après avoir insisté pour que M. de Puymaurin acceptât les largesses financières qu'il voulût lui consentir, Jacques Gamelin se lança dans une affaire qui allait le ruiner. Entre 1775 et 1780, il entreprend à Toulouse la composition de son Recueil d'Ostéologie et de Myologie, vaste ouvrage de science et d'art pour lequel il fallut construite un atelier de dissection, payer des cadavres, s'entourer de préparateurs et de graveurs.

Capture d’écran 2016-08-31 à 12.01.06.png

Dessin de M. de Puymaurin avec cette dédicace

"Si j'ai quelques talents, je vous les dois ; cet ouvrage en est le fruit ; puisse t-il mériter assez par lui-même pour consacrer à jamais et vos bienfaits et ma reconnaissance !"

Au moment de parution de son recueil, d'autres ouvrages traitant du même sujet étaient édités en France. Gamelin qui venait d'ordonner l'impression de 2000 exemplaires ne put soutenir la concurrence avec des graveurs parisiens de meilleure renommée que ceux de province. Ces livres allèrent d'enfouir dans un grenier... Il paya ses fournisseurs et ses ouvriers puis vint s'établir à Carcassonne. Il vendit la maison paternelle pour 10300 livres au sieur d'Aiguebelles. A la mort de Gamelin, le peu d'exemplaires qui n'avaient pas été rongés par les rats, se vendit 25 francs. Aujourd'hui ne parlons même pas de sa rareté...

La chute

Gamelin reprit le pinceau pour gagner sa vie ; il négocia le prix de ses toiles en fonction du temps passé et du coût des fournitures. Le génie y était toujours mais, des tableaux le plus souvent réalisés à la hâte, il manquait l'amour de l'art. David de retour de Rome chercha Gamelin et lui écrivit à Carcassonne, le pressant de s'installer à Paris en lui garantissant le succès et la gloire. Il n'en fit rien... L'abbaye de Fontfroide et l'hôpital de Narbonne lui commandèrent quelques sujets. La cathédrale St-Just fit appel à lui afin de remplacer la tapisserie du choeur par des toiles représentant l'ancien testament. La Révolution française vint annuler ce projet.

La Révolution

En 1793, alors que la France est attaquée de toutes parts par les armées étrangères, Gamelin va s'offrir avec ses deux fils au représentant en mission dans le Midi pour l'organisation de l'armée des Pyrénées Orientales. Sur les champs de bataille après le combat, il en profite pour dessiner l'atmosphère du lieu. Gamelin participa avec le 6e bataillon de l'Aude à la prise du Boulou, de Collioure... Laissant ses deux fils dans l'armée, il revint à Carcassonne une fois la guerre terminée.

209-GAMELIN-844x1024.jpg

© Musée de Narbonne / 1799

La terreur

Sous la terreur, la magnifique chasse de Saint-Paul fut profanée, ses restes traînés en place publique et livrés aux flammes. On mit détruisit les titres féodaux, les archives, tableaux, ornements... Gamelin dans le but de sauver ce qui pouvait l'être se fit passer pour un Républicain acharné ; on le nomma exécuteur en titre des hautes oeuvres au Palais de l'Archevêché. Quand la mort de Robespierre mit fin à la sanglante épopée révolutionnaire, la convention décida de créer une Ecole centrale de dessin à Carcassonne.

L'Ecole centrale de l'Aude

Tour heureux de retourner à Carcassonne dans le collège qui l'ouvrit à la connaissance des arts, Jacques Gamelin veut offrir quelques cadeaux à sa ville. Il lui offre les toiles qu'il avait miraculeusement sauvées des flammes, encore roulées et conservées dans un dépôt. Il les déroule en tapisse les murs du collège ; ce fut l'un des plus riches musées du département. A sa mort, cette fortune a été dispersée. Quel meilleur enseignant au passé si prestigieux pouvait rencontrer la nouvelle Ecole centrale de l'Aude ? 

img_1702_0.jpg

Le collège des Jésuites

La mort du peintre

Gamelin s'éteignit le 12 octobre 1803 à Carcassonne de la maladie de la pierre. C'est-à-dire de calculs dans les reins. Sa femme, cette belle romaine était à ses côtés. Le Préfet de l'Aude, le baron Trouvé, ordonna que son corps reposât dans une chapelle ardente dans une salle du Musée. Ce musée dont le département lui était redevable. L'école centrale de l'Aude lui fit élever un tombeau avec cette inscription 

A Jacques Gamelin

Peintre d'histoire

Professeur de dessin à l'Ecole centrale de l'Aude, 

ancien professeur

de l'Académie Saint-Luc

à Rome,

des académies de Toulouse, de Montpellier, etc.

Les professeurs de l'Ecole centrale

ses collègues

21 vendémiaire An 11 (14 octobre 1803)

gamelin_IMG_5469.jpg

La tombe de Jacques Gamelin au cimetière Saint-Michel de Carcassonne. Elle a été restaurée en 1839 par la Société des arts et des sciences... Depuis, on ne voit plus guère l'inscription sur la dalle.

Source

Mémoires de la Société des arts et sciences / 1849 / Chanoine Barthe

__________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

13/08/2016

"Les feux de Carcassonne" d'Henri Pringuet (1876-1946)

On ne sait pratiquement rien du peintre Carcassonnais

Henri Pringuet

(1876-1946)

sinon qu'il fut professeur de dessin au lycée de la ville et qu'il a décoré en partie de ses toiles l'hôtel de la Cité en 1927. C'est d'ailleurs assez regrettable d'avoir si peu d'éléments biographiques sur cet artiste. Au gré de nos recherches sur de vieux journaux du XIXe siècle, nous avons pu relever certains aspects de son parcours. Le patronyme Pringuet est originaire du nord de la France ; on le trouve uniquement à son époque dans l'Oise, la Somme et le Nord. On peut donc supposer que l'artiste a découvert notre ville au moment où il fut nommé comme professeur de dessin au lycée de Carcassonne, en remplacement de M. Pagnoux. Nous sommes au mois de mai 1894 ; il n'a alors que 18 ans. Peu à peu, le jeune homme prendra ses marques dans la salle autrefois occupée par l'illustre Jacques Gamelin. 

Capture d’écran 2016-08-13 à 10.02.30.png

Les feux de Carcassonne / H. Pringuet

Le tableau ci-dessus a été peint cinq ans plus tard en 1899, depuis les bords de l'Aude. Il s'agit sûrement du premier embrasement de la Cité tiré en 1898 lors du passage des Cadets de Gascogne - troupe itinérante d'intellectuels et d'artistes - à Carcassonne. Le courrier de l'Aude du 20 juin 1899 nous apprend son exposition dans la vitrine de Caseli, rue Courtejaire. Il devait s'agir d'un galériste local. Aujourd'hui, cette huile sur toile de 32,5 x 46 cm est en vente à la galerie Drylewicz à Paris. Si le musée des Beaux-arts de Carcassonne détient 5000 euros, il pourrait la rapatrier à la maison. On connaît déjà la chanson... on va nous dire que c'est un peintre mineur.

Capture d’écran 2016-08-13 à 10.02.41.png

© Drylewicz

En 1918, Henri Pringuet réalise pour le compte de la ville de Carcassonne le portrait de Léon-Auguste Sicard, qui a son décès avait légué 40 000 francs aux hospices. Ce tableau sera mis dans la salle des séances de la mairie avec l'ensemble des autres portraits des bienfaiteurs de la ville. Léon Sicard était rentier de son état et habitait 18, rue Victor Hugo. Cette information relayée par le Courrier de l'Aude du 26 février 1918 est d'importance, car en consultant le catalogue de l'exposition de portraits détenus par le musée des Beaux-arts, nous nous sommes aperçus que ce dernier détient au moins quatre toiles de bienfaiteurs des hospices de la ville. Elles sont toutes d'Henri Pringuet ; ceci peut laisser supposer que le professeur de dessin était le portraitiste officiel de la municipalité. La salle des séances dont il est question n'existe plus ; elle a été rasée au moment de la destruction de l'hôtel de ville dans les années 1930.

Femme au chapeau..png

La femme au chapeau / H. Pringuet

Cette huile sur toile a été vendue 2274 € en juin 2013 (Artnet)

Papagay.jpg

© Patrice Cartier

En 1927, Henri Pringuet réalisera une série de tableaux pour la décoration de l'Hôtel de la Cité. Ci-dessus, les exercices du Papegay (jeu local du XVe siècle). Ces oeuvres sont toujours bien visibles des clients de cet hôtel de prestige, mais le nom d'Henri Pringuet ne leur évoquera rien. Pas plus d'ailleurs qu'à certains décideurs locaux, si prompts d'ordinaire à enfoncer culturellement des portes ouvertes pour que la curiosité intellectuelle ne les étouffe pas. Pour la petite histoire, Henri Pringuet fut le professeur d'Yvonne Gisclard-Cau, dont le nom résonnera à l'oreille de nos édiles.

Généalogie

Henri Pringuet se marie en 1902 à Jeanne-Marie Cyprienne Escande, née à Escales (11).

___________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

29/05/2016

Comment la plus extraordinaire collection de tableaux de peintres surréalistes disparut de Carcassonne...

Toute sa vie durant le poète Joë Bousquet ne cessa d'acquérir, d'échanger voire de se faire offrir des toiles de maîtres, comptant aujourd'hui parmi les plus côtés de la peinture surréaliste. On estime à près de 150, le nombre d'oeuvres ayant transité par la chambre du 53, rue de Verdun. Jamais personne n'a été en mesure de recenser avec précision et dans le détail, le catalogue complet des toiles faisant partie de la collection Bousquet. Pierre Cabanne et Yolande Lamarain s'y sont essayés avec brio dans leur ouvrage paru en 2005, mais d'une façon incomplète ; leur enquête se base sur les échanges épistolaires de Bousquet, dans lesquels il évoque certaines de ses acquisitions. De notre côté, nous avons voulu pousser plus loin en recherchant ces toiles d'après les ventes chez Drouot, Sotheby's ou encore Christie's. Certains de nos efforts ont été récompensés, car d'autres tableaux peuvent désormais s'ajouter à la liste de Pierre Cabanne. Ce sera le fruit d'un prochain article...

À l'évidence, Joë Bousquet - aidé dans sa tâche par Paulhan et d'autres connaisseurs - eut le nez creux et l'intelligence de comprendre que ces artistes quasi anonymes à son époque, allaient prendre une tout autre dimension dans le futur. Ces toiles achetées entre 1930 et 1950 pour 3000 francs en moyenne atteignent des sommets. Pour exemple en 2011, deux tableaux de Max Ernst se sont vendus chacun 2 millions et demi d'euros et 840 000 euros chez Sotheby's - Bousquet en a possédé 28. Ne parlons même pas des toiles de Magritte qui séjourna quatre mois à Carcassonne en 1940 ; elles dépassent le million d'euros - Bousquet en possédait 8.

Alors comment cette fabuleuse collection a t-elle pu quitter Carcassonne après la mort du poète, alors même qu'il avait souhaité qu'elle ne fût pas dispersée ? 

Le testament de J. Bousquet

Il faut d'abord savoir pour comprendre ce qui va suivre que le poète fut "excepté de succession" par son père. Autrement dit, de l'immense fortune du Dr Bousquet il n'en vit presque rien... Dans l'ouvrage "Hypocrisies de Joë Bousquet" (François Berquin / Presse universitaires Septentrion / 2000), le poète Carcassonnais tente d'expliquer les raisons pour lesquelles il a été déshérité par son père. On retiendra deux idées forces : son père a cru que son fils mourait avant lui ; son père n'a pas voulu faire hériter un enfant qui n'était pas de lui. Qui peut raisonnablement étudier la personnalité de Bousquet, sans jamais avoir eu connaissance de cette profonde cicatrice ? Nous vous laisserons lire son émouvant poème "Le déshérité" ; sa nièce - Marie-Denise Aurengo- se confie au mémorial du Chemin des dames :

"On le lit la larme à l’œil parce que c’est quand même ahurissant, avec la vie qu’il a eue, qu’il ait pu savoir écrire une chose pareille. J’ai essayé de le faire mettre en chanson, j’avais écrit à Yves Duteil et Yves Duteil m’a répondu une lettre très aimable en me disant qu’il n’avait pas le temps en ce moment mais qu’il aurait aimé pourvoir mettre en musique le texte d’un homme qui a dû tellement souffrir dans sa vie. Lisez-le, je trouve qu’il est merveilleux ce poème."

En ce qui concerne Yves Duteil, l'excellent Jean Pidoux m'avait raconté que le chanteur de "la langue de chez nous" avait habité dans sa jeunesse à Carcassonne dans la rue Marceau.

Bousquet.jpg

Joë Bousquet rédige un testament en 1943 déposé chez Llobet à Carcassonne. Certains en ont connaissance - ce n'est pas mon cas n'étant pas du sérail templier de la rue de Verdun. Impossible donc de vous dire ce qu'il contient. A défaut, nous nous obligeons à passer par d'autres chemins... Ainsi, sommes-nous tombés sur un courrier de Bousquet en date du 10 octobre 1946, adressé à James Ducellier. Ce dernier fut l'homme de confiance et l'ami du poète qui lui légua un nombre conséquent de toiles de Ernst et plusieurs exemplaires inédits de ces écrits. Dans cette lettre, Bousquet est en train de corriger les épreuves de la Connaissance du soir (Editions Gallimard) et fait établir pour Ducellier un exemplaire de tête se distinguant des dix (Hors collection) nominatifs sur papier couleur - imprimé à son nom et chiffré à part.

Le poète souhaite créer un cercle Joë Bousquet afin "que pourvu de personnalités morales, ce cercle puisse hériter de mes tableaux et de mes livres." Il s'inquiète de savoir s'il y a avantage financier à faire hériter le cercle, car il ne veut pas que son testament puisse être annulé, où s'il vaut mieux désigner un ou deux exécuteurs testamentaires. Savoir comment domicilier la collection : "mon désir étant que tout reste en place au 53, rue de Verdun. L'exécuteur testamentaire c'est évidemment toi, et à défaut Nelli. Il y aura en outre un lien avec Paris à prévoir officiellement. Soit Paulhan. Car je ne veux pas qu'après mon départ, le cercle se ferme et se provinciale. C'est malheureux la tendance de Nelli. Et ce serait la sclérose.

Une salle J. Bousquet au musée

Après un incendie en 1942 et la mise à l'abri des toiles pendant l'Occupation dans un endroit que nous ignorons, le musée des Beaux-arts de Carcassonne ouvre à nouveau en 1948 ; René Nelli occupe alors le poste de conservateur. En 1951, après la mort du poète, le président de la Société des amis de Joë Bousquet souhaite ouvrir au sein du musée, une salle dans laquelle seraient exposées des toiles surréalistes provenant de la collection de l'illustre personnage. Le leg de Bousquet a été partagé entre cinq héritiers membres de l'association ; Nelli leur propose de mettre en dépôt leurs tableaux. Lui-même s'engage à titre d'exemple à déposer des oeuvres provenant de sa propre collection, dont certaines ne viennent pas de chez Bousquet.

Capture d’écran 2016-05-28 à 18.22.15.png

Capture d’écran 2016-05-28 à 18.22.26.png

© Musique et patrimoine

Cette salle Joë Bousquet constituée essentiellement à ses débuts d'oeuvres surréalistes et abstraites, a finalement perdu tout intérêt au début des années 1960. D'abord, comme le note René Nelli "la collection a été dispersée tout de suite après la mort de Bousquet par la famille et vendue misérablement ; ensuite, un concours de circonstances a amené "les amis" à venir retirer leurs dépôts à partir de 1961. L'année précédente, un gros collectionneur de Carcassonne vendit tous ses Max Ernst - il s'agit sûrement de James Ducellier qui les déposa à la Galerie André-François Petit de Paris. Des marchands d'art firent alors pression sur les cinq personnes ayant confiées des tableaux au musée. Ils revinrent tous sur leur parole - la plupart avaient donné ces tableaux - sans signer de donation définitive. Ainsi furent retirés 3 Ernst , 1 Beaudin, 1 Arp, 1 Dali. Certains confiés à Piet Moget pour les vendre à Paris. On compte parmi leurs propriétaires, deux professeurs de philosophie à la Sorbonne originaires de Carcassonne, un professeur de philosophie et syndicaliste de l'Hérault et la soeur de Bousquet.

L'oiseau.png

L'oiseau

(Max Ernst - Circa 1925)

La salle Joë Bousquet avait perdu ses pièces maîtresses ; seules subsistaient celles de la collection de Madame Georges Roumens - c'est-à-dire un Ghika et un Metzinger. La ville fera l'acquisition de "Académie de femmes" (Charles Kvapil), "Quai de Conti "(Marquet) et de la tapisserie "Soleil" de Marc Saint-Saëns. Cette dernière s'est longtemps retrouvée accrochée au-dessus du lit de Bousquet. Quant à l'état, il déposera un Guigou, "La cité de Carcassonne" (Valémi) et "le buste de Joe Bousquet (Salomé Vénard).

L'affaire du Dr Jean Girou

Jean Girou - érudit local et membre de plusieurs sociétés savantes - favorisa grandement le rayonnement touristique du département de l'Aude à travers le Syndicat d'initiative (ESSI), dont il fut le président jusqu'en 1963. Cette année-là il se confie dans un courrier à Nelli : "Merci d'abord pour le témoignage d'amitié dans mon éviction scandaleuse de l'ESSI à Carcassonne menée par Sablayrolles avec la complicité de Drevet, Noubel et Bonnafous. Il indique avoir eu l'intention de donner sa bibliothèque locale et régionale au Conseil général et au musée, faire une salle Jalabert (10 tableaux) et offrir 10 autres toiles modernes.

"Je ferme le robinet !"

 Si son portrait peint par Achille Laugé a été offert au musée de Montpellier, en revanche il compte venir reprendre ce qu'il a laissé en dépôt dans celui de Carcassonne : Le portrait de sa femme par Laugé, Une femme nue en pied de Derain, une lithographie de Toulouse-Lautrec représentant Blum à la Revue blanche, son portrait par Desnoyers, "place de la concorde" par Delaunay et "Jeune fille" par Hermine David.

"Après les manifestations de reconnaissance supprimées par la municipalité !!! Je tiens à récupérer ce que j'ai en dépôt dans votre musée."

Jean Girou venait également d'écrire une pièce de théâtre en cinq actes "Trencavel et la Louve de Pennautier". Il espérait qu'elle puisse être jouée à Carcassonne, mais l'envoi du texte à Jean Deschamps et Jean Alary, n'a même pas suscité un accusé de réception de leur part.

Capture d’écran 2016-05-29 à 08.51.01.png

©Musée de Narbonne

Jean Girou par Desnoyer

La démission de René Nelli

Nelli, déçu et amer d'avoir été ainsi lâché par ses amis, ne va pas être au bout de ses peines en ce début d'année 1963 : "La création de la salle J. Bousquet me valut plus de sarcasmes que d'encouragements". Alors que le musée des Beaux-arts de Carcassonne est fermé depuis deux ans à cause d'une voie d'eau dans la toiture, une tribune signée par un étrange Jean Bedos de Castelnaudary au sujet de la salle Bousquet, va déclencher une polémique dans laquelle la gestion de Nelli se trouve mise en cause.

Cabanne.jpg

© jacques-zwobada

Pierre Cabanne à l'Institut du Monde arabe en 1993

Utilisant un nom d'emprunt (Jean Bedos de Castelnaudary), le journaliste et critique d'art Pierre Cabanne signe une tribune dans le numéro 916 du journal "Arts". Pourquoi un pseudonyme ? Le journaliste est né à Carcassonne ; ce fut un ami de René Nelli puisqu'il lui a offert plusieurs de ses toiles en 1948. 

Capture d’écran 2016-05-29 à 09.16.02.png

"Je me renseignais et j'appris que les tableaux prêtés par les héritiers de Joë Bousquet avaient été vendus à Paris par l'intermédiaire d'une galerie (André-François Petit, ndlr) et les soins d'un médecin de la ville assisté d'un peintre étranger installé dans la région (Piet Moget ?, ndlr), lesquels, évidemment, avaient largement trouvé leur compte dans l'opération !"

Le 5 juin 1963, M. Jean Châtelain - Directeur des musées de France - demande des comptes au Conservateur de Carcassonne en lui demandant de s'expliquer sur ces révélations. Le lendemain, René Nelli écrit au maire de Carcassonne - Jules Fil - pour lui annoncer sa démission.

"Comme les musée est très en désordre, je crois qu'il ne serait pas prudent d'annoncer tout de suite qu'il n'y a plus de conservateur. Cela pourrait tenter les voleurs. Et je tiendrais à passer l'inventaire au nouveau conservateur, après recensement des objets fais en sa présence."

nelli.jpg

René Nelli

Le 12 juin 1963, Robert Mesuret - Inspecteur des musées de province - prend la défense de R. Nelli dans un courrier à Pierre Cabanne. Il met en évidence les contradictions et la méconnaissance de l'accusateur en ce qui concerne les collections du musée. Comment un illustre inconnu (M. Bedos) peut-il être si renseigné sur la collection Bousquet, alors que l'établissement est fermé depuis deux ans. Le conservateur n'avait aucun pouvoir de s'opposer à la reprise des tableaux par leurs propriétaires. Ces oeuvres auraient pu rester à Carcassonne, à condition que la ville s'en soit porté acquéreur et que cela lui soit proposé. 

"Nous voyons souvent des collectionneurs qui ont refusé de vendre à un musée, se laisser tenter par des opérations occultes qui échappent au regard du fisc. Et si nous nous souvenons que ceux-ci sont tous des légataires, nous comprenons qu'ils redoutent les agents des finances, que la législation française, moins favorable que celle des pays étrangers, n'a pas su exclure des opérations faites soit à titre onéreux, soit à titre gratuit, au bénéfice des Musées."

Ce même M. Mesuret indique cinq jours plus tard :

"Bien que M. Nelli soit assuré qu'un article aussi malveillant ne puisse trouver un écho ni auprès de M. le Ministre, ni auprès de vous-même, Monsieur de Directeur, il n'a pas laissé d'en être contristé, voire surpris, car M. Cabanne qui est originaire de Carcassonne est son élève et son obligé."

Il loue la thèse de René Nelli sur "L'érotisme des Troubadours" à la Faculté des lettres de Toulouse et son implication au sein du Laboratoire d'Ethnographie de l'Institut d'Etudes Occitanes où en tant que fondateur, il a fait déposer les collections au Musée Paul Dupuy. La ville de Carcassonne n'a jamais consenti à créer un poste de conservateur à temps plein. Nelli ne touchait qu'une petite indemnité...

Le 1er octobre 1963 - sans chercher à le retenir - le maire Jules Fil entérine la démission de René Nelli. Il sera remplacé par René Descadeillas - Docteur es-lettres - qui a été correspondant de la Dépêche sous l'Occupation. On avait réussi à avoir la peau de Nelli... Mais qui ?

Épilogue

La grande valeur morale de René Nelli ne saurait être remise en cause. Le soutien du Ministère des Affaires culturelles aux arguments du conservateur suffit à le conclure. A contrario, il semblerait qu'à Carcassonne l'on ait obtenu la tête de Nelli par le truchement d'une Kabbale orchestrée dans l'ombre. Jalousies ou vengeances ? En l'état, nul ne peut le savoir.

Quant à la collection Bousquet... Le Musée des Beaux-arts de la ville pourrait encore aujourd'hui détenir la plus fabuleuse collection surréaliste au monde. Comme l'a écrit Nelli :

"On ne peut pas demander à des particuliers peu fortunés, pas collectionneurs du tout, et peu enthousiasmés par la ville, de faire à la municipalité des cadeaux aussi somptueux."

Notons également que le musée prenait l'eau et que ce fut le prétexte pour que les héritiers viennent reprendre leurs toiles. Il a été délivré un reçu à chacun d'entre eux, lesquels pour des raisons diverses sont repartis avec leurs biens. Par exemple, celui-ci vendit à Paris la sculpture de Jean Arp afin d'acheter un nouveau véhicule... L'histoire ne dit pas si le produit des ventes aurait pu aller une Fondation en l'honneur de la mémoire de leur illustre donateur - cela se saurait. Si vous voulez contempler désormais la collection Bousquet, il vous faudra vous rendre à : Musée Dali (Figueras), Musée Thyssen (Madrid), Museum of Art (New York), Musée d'art moderne (Paris), Kunsthaus (Zurich), etc...

Vendues pour pas grand chose en 1962, ces toiles valent aujourd'hui plusieurs centaines de milliers d'euros. Elles ne retourneront jamais à Carcassonne...

rené nelli

La tombe de J. Bousquet à Villalier

____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016