23/02/2015

Souvenirs de la Cité sous l'occupation

L'armée allemande a occupé Carcassonne — qui faisait partie de la zone sud — à partir du 11 novembre 1942. Ce furent les conséquences du débarquement des alliés en Afrique du nord. On sait moins qu'une délégation de la commission d'armistice de la Werhmacht se rendit à plusieurs réprises à Carcassonne, afin d'y rencontrer des homologues français.

Carcassonne 30-05-42 (1).jpg

Les officiers allemands à l'Hôtel de la Cité, le 30 mai 1942.

© Sylvain le Noach

boche.jpg

La commission d'armistice devant la Basilique.

© Sylvain le Noach

La Cité durant la guerre a mangé son pain noir. Les allemands transformèrent l'Hôtel de la Cité en quartier général et l'ensemble du personnel dût se mettre à leur service. La direction ne s'est pas trop forcée, à ce que l'on peut lire dans les archives ; assumant son allégence au Maréchal.

A la cité.jpg

Un jour de fête Franco-Allemande à l'hôtel de la Cité

Il est d'ailleurs étrange de constater que ce qui a été réquisitionné dans Carcassonne, ne le fut pas au hasard et dans l'improvisation. Reportez-vous à une certain bâtiment récemment rasé route de Toulouse, par exemple...

Soldats allemands. Hôtel de la cité.jpg

Un jour de 1942, les citadins reçurent un avis de la mairie qui les obligeait à quitter leurs maisons.

Un habitant raconte : "Nous avons tout laissé. On vendait ce que l'on pouvait aux gitans. Les Allemands ont pillé le reste. C'était terrible. Des rondes avaient lieu tous les soirs. Sans concession. Il paraît qu'il y avait des munitions partout. Seuls MM. Louis Cadène et Buisan furent autorisés à rester. En huit jours, il fallut se replier sur la ville basse "

On cite toutefois le cas isolé d'une réfractaire, Madame Rajol, institutrice de son état. Le jour elle descendait en ville faire ses courses. Le soir, elle trompait la vigilance des sentinelles.

On se souvient également du capitaine Helcacer, commandant de la place : "La nuit, il se rendait à la basilique Saint-Nazaire pour jouer de l'orgue. Un gros bavarois, disent les témoins."

Autre souvenir : Les Allemands fouillaient. Quoi ? On se le demande. Ils creusèrent de nombreuses galeries à l'aide d'un cheval blanc qui tirait un wagonnet.

img917.jpg

Parmi les citadins, des FFI membres de la Résistance audoise. On reconnaît Eugène Pueyo et son frère Antoine, Guy Escloupié et Lucien Sylvestre. Ce dernier sera dirigeant à l'ASC XIII. Cette photo a été prise à la libération de Carcassonne devant l'hôtel Bristol, le 20 août 1944.

_______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

20/02/2015

L'action résistante de Robert Tauziès dans le secteur de Lézignan-Corbières

Je voudrais vous faire partager un document dactylographié inédit, émanant des Archives de l'Aude datant de la Libération. Il a été rédigé par le Comité Local de Libération Nationale de Lézignan. Ce texte évoque les actions de Robert Tauziès au service de la France Libre.

crédit.jpg

Le cours de la République à Lézignan

Nommé à la direction du Crédit Lyonnais de Lézignan, en août 1940, après sa démobilisation, il fait de son agence une succursale Gaulliste ; ainsi baptisée par des membres influents de la Légion. Il entre ouvertement en conflit avec les légionnaires, ainsi qu'avec toute personne attaquant directement ou indirectement l'action du général de Gaulle ; il transmet ou fait transmettre par son personnel, qui lui est entièrement dévoué, toutes les nouvelles ou instructions de la Radio Française de Londres.

Au point de vue professionnel, il refuse de participer au financement du marché allemand, conclu par le syndicat des vins, alors que certaines banques de la place proposent leur concours. Il aide à la formation d'un clan Gaulliste, à la tête duquel se trouve Oswald, pour saper l'influence de la Légion au sein du Conseil municipal, pour aboutir finalement à la désagragation de cet organisme Vichyssois. Il insiste particulièrement pour que des Gaullistes notoires soient inclus au Conseil municipal, et plus particulièrement Tallieu et Oswald.

Le champ était ainsi libre pour lui permettre avec Oswald de fabriquer de fausses cartes d'identité (50 à 60). De nombreuses cartes d'alimentation, dérobées par Oswald étaient distribuées aux réfractaires, et Tauziès remit des jeux entier à Graille pour les maquis.

Dès 1941, Oswad avait envisagé, avec le colonel Picard, la possibilité de créer des mouvement de résistance ; peu de temps après, étant rentré en contact avec Jean-Paul Léry, Tauziès fut désigné comme agent de liaison, transportant des documents importants à Carcassonne ; lesquels parvenaient au commandement allié. Léry était reçu chez lui et ce travail dura jusqu'au 22 septembre 1943, date de l'arrestation de ce grand français qui fut fusillé le 5 novembre 1943.

Afin de coordonner l'action de résistance, son chef de secteur lui demande d'essayer de se mettre en contact avec les chefs de la Résistance de l'Aude. Après de nombreuses démarches, il parvient à déceler Sablé, et le fait toucher par M. Claustres, son beau-frère. Il obtint un rendez-vous au Crédit-Lyonnais de Carcassonne, auquel il se rend avec Oswald. Dès cette époque, il se tient en contact avec Sablé, Graille, Myriel [Jean Bringer, NDLR], Georges... et transporte à Lézignan toutes les circulaires et instructions qui lui étaient remises à la suite des réunions tenues au Café du Nord [actuel, café du Dôme. NDLR], et auxquelles il assistait.

Recevant des ordres de Carcassonne pour organiser des réunions clandestines à Lézignan, soit dans son bureau, soit chez Oswald, ou chez Vidal, instituteur, il s'acquitte merveilleusement de sa tâche et tout se passe bien.

En juillet 1944, Sablé lui remet un bon de 500.000 francs parachuté d'Alger, et place ce bon chez un de ses clients, accompagné de son chef de secteur. L'argent fut remis à Graille par fraction.

Quelques temps après, Sablé lui demande de s'assurer de la police ; il rend compte à son chef de secteur, et convoque à la mairie le chef de brigade Chabbal ; celui-ci paraissant hésiter de se mettre à la disposition de la Résistance au jour indiqué. Tauziès et Oswald menacent de le descendre au cas où il n'accepterait pas ; l'accord fut conclu pour qu'il obéisse aux ordres insurrectionnels qui lui seraient donnés le jour J.

Georges et Sablé convoquent Tauziès à Carcassonne pour lui remettre le plan du cable téléphonique reliant Narbonne-Carcassonne ; avec ordre de le faire sauter ; il emporte ce plan à Lézignan, où les membres du Comité actif l'étudient. Huit jours après le cable sautait à la borne 222.

Les évènements se précipitèrent et le 19 août 1944, le capitaine Oswald lui ordonna de faire la liaison avec Carcassonne par n'importe quel moyen.  Toutes les communications étant coupées, il réquisitionne d'ordre de la Résistance, un garde-voie avec sa moto et muni d'un faux ordre de mission, il part vers Carcassonne. Plusieurs fois arrêté par les troupes allemandes en retraite, il est retenu à Trèbes où s'agit de traverser les lignes allemandes. De nouveau arrêté, adossé contre un arbre, il doit son salut à la confusion soudaine apportée par une autre colonne allemande se dirigeant sur Béziers.

Il arrive à Carcassonne, trouve Sablé dans la cour de la mairie, recueille ses conseils et ses ordres, puis se rend au Comité départemental qui siégeait clandestinement rue de la préfecture ; il y rencontre Guille [Georges Guille sera député de l'Aude. NDLR] et Milhaud au moment où la fusillade crépite dans la rue.

Il repart à Lézignan, rejoint son chef de secteur Oswald et organise avec lui la direction de tous les services de la ville. Il participe aux arrestations, interrogatoires, travaillant nuit et jour pour seconder son chef, dont la charge est écrasante.

Il organise des patrouilles, aide à la capture de prisonniers et demande à participer à la bataille de Rieux-Minervois, où il part avec la section de Lézignan. Le commandant Bousquet fit connaître , le lendemain, comment s'était comportée cette section.

Actuellement, les pouvoirs publics prenant peu à peu la direction des affaires, M. Tauziès, membre du Comité local actif de Libération, continue à servir son pays dans la Résistance.

Fait à Lézignan, le 17 novembre 1944.

robert tauziès

Note du blog

D'après mes recherches, il n'y a pas de rue Robert Tauziès à Lézignan-Corbières. Une lacune fort dommageable... Je ne possède pas de photographie de Robert Tauziès, hélas.

_____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

14/02/2015

Ce lourd passé qu'on voudrait taire...

Je suis convaincu que mes articles sur l'occupation captivent ou agacent, sans jamais laisser indifférent ceux qui les lisent. Le but que je poursuis n'est pas — comme j'ai pu le lire — d'assouvir une quelconque vengence. Au nom de quoi et au bénéfice de qui ? Soyons sérieux ! Je souhaite simplement démontrer grâce aux recherches que je mène, que Carcassonne n'a pas été la ville résistante que l'on voudrait nous vendre. Un article du journal La dépêche paru il y a quelques années, titrait au-dessus d'un article consacré aux commémorations de Baudrigues : "Carcassonne, la résistante". Cela a dû en faire bondir quelques-uns, mais quelques-uns seulement ; les autres, sont morts dans la grotte de Trassanel ou à Baudrigues. Les vrais résistants de la première heure — bien qu'avant l'invasion de la zone sud, on ne puisse pas parler de réseau organisé — ce sont la poignée de courageux meneurs qui sont allés défiler pour la République en chantant la Marseillaise à la statue de Barbès. Ceci au nez et à la barbe du Service d'Ordre Légionnaire, contre l'échange de coup de poings et d'arrestations.

Bien sûr qu'il y a eu des résistants dans Carcassonne, mais combien au milieu d'une population de 35000 habitants dont 800 faisaient partie des Amis de la Légion ? Une population dans laquelle les commerçants étaient majoritairement impliqués dans les associations maréchalistes. Une épuration à nulle autre pareille à partir d'août 1944 avec des centaines d'arrestations dans tous les milieux, et 600 individus frappés d'une peine d'Indignité Nationale avec confiscation des biens et amendes.

N'oublions pas également les résistants de la dernière heure, si prompts à tondre de pauvres filles sur l'autel de la rumeur publique. Là, en haut de la rue de la liberté sur le boulevard Jean Jaurès...

Pourtant, le vendredi 12 juin 1942...

 Le théâtre municipal avait fait le plein

img906.jpg

Ce jour-là, l'écho de Carcassonne s'énorgueillait de la venue du Dr Grimm au théâtre pour une conférence. Ce grand ami de la France ! Mais de quelle France, parlez-vous ?

grimm.jpg

Friedrich Grimm

(1888-1959)

Agent de propagande du régime nazi en France et accessoirement, bras droit de Josef Goebbels. Rien que ça ! Ses conférences rassemblent jusqu'à mille personnes. Il publie des livres et ses discours de propagande sont diffusés sur Radio Paris. Mais si, Radio Paris... la radio sur laquelle parlait Philippe Henriot de sa haine des juifs et de la victoire du Reich, avant qu'il ne se fasse tuer par un groupe de résistants en juillet 1944. D'ailleurs, 400 Carcassonnais ont porté leur signature sur le registre de condoléances placé devant le siège de la Milice.

Quand je lis certains scores aux élections et que je vois des croix gammées dessinées dans Carcassonne, je me dis que rien n'est vraiment mort dans certaines familles, mais seulement en sommeil...

_______________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

12/02/2015

François Pastour, procureur au procès de René Bach, agent du SD

Le 13 mai 1948 disparaissait en pleine Cour d'assises de l'Aude, François Pastour, Procureur de la République de Carcassonne. Au moment où il pronoçait ses réquisitions lors d'un procés, le magistrat s'effondrait sur sa chaise sans qu'il fut possible de le ramener à la vie. François Pastour avait succédé à A.E Morelli, procureur de Carcassonne envoyé en déportation et mort à Dachau le 17 février 1945 (le jardin à l'entrée du Palais de justice porte son nom).

3263267594.jpg

François Pastour

naît le 16 avril 1899 à Antibes dans un milieu d'universitaires. Après de brillantes études secondaires, il s'inscrit à la faculté de droit d'Aix en provence. Le 9 mars 1923, il est membre du barreau de Nice puis deux ans plus tard, il est reçu parmi les premiers au concours d'entrée de la magistrature. Il est nommé comme juge suppléant du ressort d'Aix le 10 mai 1925, puis est affecté au tribunal de Tarascon. Substitut à Perpignan le 9 août 1931 et à Bordeaux le 30 mai 1935, il participe ensuite à la guerre avec le grade de Capitaine. Ses faits d'armes lui vaudront deux citations à l'ordre de son régiment. Ce n'est qu'après l'armistice qu'il prendra ses fonctions le 22 janvier 1941, à la cour d'assises de l'Aude comme procureur.

 C'est grâce à lui que furent organisés dans le département des centres pour mineurs, afin que ceux-ci n'aillent pas en prison avec de dangereux malfrats.

Il est décédé dans l'exercice de ses fonctions le 13 mai 1948. De nombreux hommages lui firent rendus par ses pairs en la cathédrale Saint-Michel. Parmi eux: René Pech (Président la chambre des huissiers de l'Aude), Me Frontil (Bâtonnier de l'ordre des avocats), M. Barradat (Président de la cour d'assises), M. Rouvière (Président du tribunal civil) et M. Hugues (Procureur général). Il est inhumé à Antibes.

 Il y a tout de même une question qui me hante... Pourquoi ce même procureur a t-il honoré de sa présence, la soirée inaugurale de la Milice Française le 28 février 1943 au théâtre municipal ? Pourquoi a t-il signé de son nom le registre de condoléances de Philippe Henriot en juillet 1944 ?

Procès Bach à Carcassonne 27.07.1945 Archives Pablo Iglesias Núñez .jpg

Le 27 juillet 1945, c'est pourtant le procureur Pastour qui jugea en qualité de commissaire du gouvernement, l'agent français du SD (Gestapo) René Bach.

Tout ceci est fort étrange et révèle l'extrème complexité de cette période.

____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

09/02/2015

La commission départementale de contrôle, d'épuration et de sélection de l'Aude.

Constituée seulement cinq jours après la libération de Carcassonne, à savoir le 25 août 1944, la commission départementale de contrôle, d'épuration et de sélection s'est réunie dans une salle de la préfecture de l'Aude. Le document ci-dessous transcrit in-extenso vous permettra de mieux comprendre l'indicible.

Ses membres sont ci-dessous nommés :

Sablé Jean, chef départemental du N.A.P

Demons, Inspecteur Primaire en retraite

Durand, Inspecteur des contributions directes

Bassoua, Magistrat

Le comité départemental a choisi le représentant de la C.G.T

Correspondance 1944 1945 (8).jpg

Sur quels textes s'est appuyée la commission ?

1. Circulaire du directoire départemental de Montpellier en date du 24 octobre 1943, reçue pendant la clandestinité.

2. Ordonnance du 27 juin 1944 relative à épuration administrative

3. circulaires émanant de chaque ministères (plus ou moins sévère dans le fonds selon "la pureté" du ministre ou de ses chefs de service)

4. Ordonnance du 26 août 1944 instituant l'indignité nationale

5. nstructions ministérielles sur l'application de l'ordonnance du 4 octobre 1944 sur l'internement administratif des individus dangereux pour la défense ou la sécurité nationale.

Comment a travaillé la commission ?

A/ L'épuration administrative

La commission a étudié les rapports des commissions administratives d'épuration crées dans chaque administration, les plaintes émanant des comités locaux de libération, les plaintes émanant des particuliers. Elle a été amenée à prendre des mesures contre les fonctionnaires coupables. En foi de quoi, le Comité de Libération a donné son avis avant que le préfet ne prenne des arrêtés de suspension.

B/ Cas étudiés pour l'Aude

P.T.T = 23

Contrôle des prix : 1

Police : 14

S.T.O : 1

Préfecture : 8

Main d'œuvre : 1

Contributions indirectes : 14

Trésor : 3

Commis administratif : 1

S.N.C.F : 9

Délégué jeunesse : 1

Enseignement : 37

Contributions directes : 3

Santé publique : 10

Contrôle postal : 4

Justice : 2

Ravitaillement : 9

Employés communaux :

Carcassonne 7, Narbonne 5, Communes 14

Architectes : 1

Inspection du travail : 1

Société Méridionale Transport de Force : 9

Enregistrement : 2

Services agricoles : 3

Secours National : 1

Hospices : 4

Ponts et chaussées : 4

Eaux et forêts : 1

Banques : 7

Clergé : 2

20 cas de demandes de réintégration de fonctionnaires frappés par Vichy

c/ Autres mesures d'épuration

Remise en état de la ville avec avis sur paiement facturés aux entrepreneurs ayant collaboré aconomiquement avec les allemands. Les listes ont été transmises au génie militaire et à la commission de confiscation des profits illicites.

Liquidation de la Légion des combattants

Dissolution de la coporation paysanne départementale, avec son remplacement par le comité départemental de défense et d'action paysanne.

Dissolution de l'ancien bureau du syndicat des commerçants en gros

Direction provisoire du syndicat des vins

Épuration de la Caisse Interprofessionnelle d'Allocations Familiales

Dissolution du Comité d'organisation des bâtiments et travaux publics.

Constitution du Conseil provisoire d'administration de la cave coopérative "La vigneronne"

Épuration de la Maison du prisonnier

Suspension de l'ancien conseil d'administration de la Société départementale des chasseurs

Commission départementale des impôts directs

Remaniement du bureau bienfaisance de Carcassonne

Syndicat des boulangers

Chambres de commerces

Épuration de la Chambre des métiers

Réorganisation des conseils d'administration des Caisses d'épargnes

Épuration du Conseil des Prud'hommes

D/ Demandes d'arrestations ou d'internement administratifs

Préfet Marchais

Chef de cabinet Bourgin

Sentenac (Maire de Trèbes)

Freund-Valade (ex prefet de l'Aude)

Julien Jules (ex maire de Roubia)

Castel (ex maire de Lézignan)

Membres de la L.V.F

Cabouat (préfet)

Causse (ex sous-prefet de Limoux)

Bousquet (Dir Main d'œuvre)

E/ Chambre civique

La commission a transmis un nombre élevé de dossiers au parquet en vue de la comparution des intéressés devant la chambre civique. Cet envoi a été réalisé à partir de plaintes, des rapports du Comité de Libération, des dossiers des communes du cabinet du préfet. La commission a été amenée à donner son avis sur un nombre impressionnant de dossiers litigieux, communiqués par le commissaire du gouvernement.

F/ Autres études de la commission

Demande de blocage et de mise sous séquestre des biens des personnes accusées (Miliciens, SOL...)

Études des demandes de levée de séquestre (700)

Visites des prisonniers

Convocations de personnes signalées à la commission des plaintes

Participation active de la commission à la recherche de René Bach après son évasion.

G/ Bilan

288 Procés verbaux au 25 août 1945

Rôle de la commission de contrôle des incarcérations

Composition

Pastour( procureur de la République), un officier F.F.I, Blanc, Daraud, Bassoua

Les arrestations sont massives au début, puis la commission de contrôle des incarcérations propose à la commisison d'épuration une sélection après étude des dossiers. La liste est établie selon les personnes à incarcérer, assignées en résidence surveillée, à relâcher.

La commission de criblage

Après étude des dossiers, elle propose le renvoi des personnes en chambre civique, en cours de justice ou leur libération.

Toute personne ayant été traduite devant la chambre civique doit comparaître libre. C'est ce qui explique que celles qui sont internées sont relâchées quelques jours avant leur comparution devant la chambre civique. Tout collaborateur qui après jugement et qui retourne chez lui, peut s'il manifeste une activité marquée où s'il est considéré comme dangereux, être interné administrativement par le préfet sur demande motivée des Comités Locaux de Libération.

Difficultés rencontrées

La constitution de commissions administratives d'épuration n'ont pas été simples dans certaines administrations comme, par exemple, les eaux et forêts, l'enregistrement ou les contributions directes. Celle qui a le mieux fonctionné est celle des P.T.T

Les griefs insuffisants ou incomplets émanant des particuliers ou des commissions d'épuration.

Dans les plaintes des comités locaux de libération, il y a eu parfois des vengeances personnelles.

Les termes de l'ordonnance du 27 juin 1944 sont trop vagues. Peut-être à dessein afin d'enrayer l'épuration. Cette ordonnance est incomplète et ne permet pas de frapper les admirateurs du gouvernement Pétain.

Trop d'attestations de résistants en faveur des épurés. Un dossier pesant exactement 65 grammes au moment de la décision de suspension, pèse après l'apport des interventions 1022 grammes, soit 957 grammes en faveur de la contre épuration.

Les pouvoirs de la commission s'arretent aux propositions. Ce sont, selon les cas, le préfet, le commissaire de la République ou le ministre qui prennent les sanctions définitives. Les dossiers sont transmis aux commissions supérieures d'épuration près des ministères. D'un façon générale ces commissions trouvent les dossiers insuffisants. Il manque des témoignages, des preuves, des dépositions, des attestations, des rapports... En haut lieu, la valeur d'un dossier doit être en fonction de son volume et son poids...

Exemples

C'est là une marque de défiance vis à vis des commissions départementales d'épuration. Quand les sanctions sont prises, la commission départementale n'est même pas avisée ; d'où l'impossibilité de savoir si l'épuration se fait ou ne se fait pas. Certaines adminsitrations comme l'armée, ne font pas d'enquête avant d'embaucher des épurés. C'est ainsi qu'on a pu voir des épurés suspendus, lieutenant de réserve, devenir subitement capitaines. Tel épuré au traitement de 4000 francs/ mois, gagne 8000 francs/ mois dans l'armée.

Tel collaborateur Carcassonnais qui a été incarcéré car affilié au groupe collaboration, entre à l'intendance militaire de Carcassonne. Tel compromis dans le trafic des boites de lait, reçoit en prison son ordre de mobilisation et on le retrouve, non sur le front, mais à l'intendance militaire de Carcassonne. Le colonel Picard ayant été averti, a éloigné ces deux oiseaux.

Le manque de courage civique du public

Les gens critiquent dans la rue que l'épuration ne se fait pas, mais quand on leur demande de déposer, il ne savent pas, n'ont rien vu ou entendu. Ceci permet aux épurés d'attaquer en diffamation ce qui ont le courage de les dénoncer. Ces derniers ne trouvent plus de témoins pour les défendre.

En ce qui concerne les personnes traduites devant la chambre civique ou la cour de justice, les dossiers sont souvent insuffisants. Les comités locaux de libération sont souvent surpris des jugements.

Pour quelle raison ?

- Les juges jugent sur pièces

- Le procureur requiert d'après les pièces du dossier

- Les jurés donnent leurs avis d'après ces pièces

Pourquoi les dossiers sont insuffisants ?

La police amputée de policiers épurés n'a pas eu le temps et les moyens d'instruire dans un délai si court, le nombre formidable d'affaires en cours. Tel inspecteur fait ses enquêtes avec son vieux vélo et il est obligé de parcourir tout le département. Peut-être qi à la PJ, il y avait eu deux fois plus de policiers, Bach ne se serait pas évadé.

Les comités locaux de libération savent ce qu'ont fait ou dit les collaborateurs de leur village et s'imaginent que tout le monde le sait. Le procureur et les jurés en particulier. Ils ont oublié de faire des déclarations écrites et de les transmettre au parquet.

Conclusion

La commission départementale d'épuration a conscience d'avoir rempli sa tâche. Elle s'est efforcée d'être juste et n'a pas craint de revenir sur ses décisions toutes les fois que les enquêtes ont révélé qu'elle avait été induite en erreur. Ses propositions n'ont pas toujours été acceptées (exemple certaines arrestations de préfets par trop collaborateurs). Ses pouvoirs sont très limités puisqu'elle ne fait que des propositions de sanctions. Si l'épuration ne se fait pas dans le sens voulu par le pays, elle n'est nullement responsable

Lettre du 30 octobre 1944

Les groupements et mouvements de l'Aude :

CGT, Parti Socialiste, Parti Communiste, Front National, Mouvement de Libération Nationale, Union des Femmes de France, Action Féminine, Milices patriotiques, Amicale des résistants

Interprètes de la Résistance et de la Nation, saisis de la création dans les ministères à Paris de commissions, chargées de prendre des mesures définitives d'épuration, ont le devoir d'exprimer leur sentiment, leur crainte.

Ils ne mettent pas en cause les personnalités des commissions. Ils supposent que, chargées en dernier ressort de l'épuration, elles ont été elles-mêmes préalablement et soigneusement épurées. Encore voudraient-ils savoir par et comment elles l'ont été.

Ils estiment qu'une commission, si parfait soit-elle mais siègeant à Paris, est moins qualifiée pour bien juger qu'une commission statuant sur place ; qu'il s'agit moins de décider sur un rapport d'enquête, dans une capitale lointaine, que d'apprécier, prise sur le vif, une activité condamnable, au lieu même de la résidence.

Qui peut mieux, en effet, connaître les entreprises favorisant l'ennemi et contrariant l'effort de guerre de la France, les atteintes aux institutions constitutionnelles et aux libertés publiques, qui ceux, qui pendant quatre ans et chaque jour, ont été spectateurs, témoins, victimes et martyrs ?

Leur crainte dernière, c'est qu'en s'éloignant du lieu d'origine, en s'écartant de la personne pour ne plus voir que le dossier, l'épuration malgré et contre la volonté des épurateurs suprêmes, n'aît, en fin de compte, un effet déplorable de retardement, de relâchement, d'étouffement.

Note du blog

Il appartiendra désormais à chacun à la lumière des documents ci-dessus rapportés des Archives de l'Aude, de comprendre pour quelles raisons il eut été dérangeant de conserver des lieux de mémoire, qui n'exonéraient pas dans le temps leurs anciens propriétaires, de leur participation à des groupes maréchalistes. Les défenseurs de cette mémoire par la lâcheté des hommes et leurs intérêts communs, ne pourraient raisonnablement faire un parallèle entre la destruction de ces bâtiments et les amités supposées d'un certains nombre de dirigeants avec les anciens propriétaires, sans risquer un procès en diffamation. C'est bien là, toute la difficulté rencontrée par l'épuration pour faire comparaître les collaborateurs à partir d'août 1944. Amitiés politiques et économiques au sein des administrations, ont eu bien des fois raison de la justice... et aujourd'hui, du devoir de mémoire. On comprend mieux comment Maurice Papon, René Bousquet ou encore Paul Touvier sont sortis indemne de l'épuration. Il doit exister sans doute encore dans Carcassonne comme ailleurs, des familles prospères et fort mal épurées se partageant depuis 1945, les bénéfices d'un pouvoir politique et économique. Que ce soit dans les chambres consulaires ou au sein des adminsitrations locales.

Fermez le ban !

Sources

ADA 123J62

__________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015 

31/01/2015

André Saura, matricule 51.119 tatoué au bras gauche

C'est l'histoire de deux amis, deux gymnastes de "la Carcassonnaise":

André Saura et Maurice Ancely.

En juin 1940, ils ont 16 ans et n'acceptent pas la défaite et la capitulation. André s'engage alors deux ans après, dans l'armée d'Afrique du nord, mais bien qu'incorporé il ne pourra la rejoindre. La Marine française s'est sabordée en rade de Toulon, en raison de l'invasion par l'armée du Reich de la zone sud en novembre 1942. Il est démobilisé mais en mars 1944, il prend une décision lourde de sens et qui bouleversera sa vie, à jamais.

2058981204.jpg

Accompagné par son camarade Maurice Ancely, bien décidés à fuir les Chantiers de jeunesse, passeport pour aller travailler en Allemagne et construire des bombes pour tuer ses compatriotes, il rejoignent le maquis. Ils sont rapidement pris en main par les résistants de Montolieu et de Brousses et Villaret. Leurs travaux vont consister d'abord, à rechercher des terrains pour les parachutages dans la forêt de la Galaube. Un soir, on leur annonce qu'il doivent partir pour l'Afrique en passant par l'Espagne. N'écoutant que leur courage, ils obéissent et s'en vont dans une ambulance de Carcassonne "Mer Laborie", jusqu'à la frontière avec les Pyrénnées Orientales. Ensuite, ils marchent de nuit jusqu'au village de Taulis où les attend un passeur. Cet individu au nom de Lopez est aux mains des allemands et quand il est relâché, il les livre à la Gestapo. Ils sont interrogés au Boulou, internés à la citadelle de Perpignan et finalement envoyés au camp de Compiègne. Le 11 mai 1944, dans des wagons à bestiaux contenant 120 hommes chacun, ils sont envoyés à Buchenwald où ils arrivent quatre jours plus tard.

1025111428.jpg

"Pendant le transit, nous n'avions pas d'autre choix que de boire de l'urine pour survivre. Malgré cela plusieurs hommes sont morts à l'arrivée au camp." m'a t-il confié. Les SS les font alors descendre à coup de crosse, pendant qu'ils assistent à l'atroce spectacle des camions qui passent sur les corps des hommes morts ou dans le coma. Après la désinfection sommaire, ils revêtent les habits du camp. Leur logement? Une tente de cirque où il sont 400, entassés sur des fagots de bois, la tête touchant les pieds du voisin. certains meurent de froid... A Ellrich, on les fait travailler sur une voie de chemin de fer de 6 heures à 18 heures avec demi-heure de pose à midi. Le camarade Maurice Ancely n'est plus avec lui, il ne survivra pas. Le 19 juillet, changement de camp et nouveau travail. Lever à 3h30, café à 3h40, 4h l'appel dans la cour jusqu'à 5h15 sans bouger par des températures de moins 20 dégrès, 6h le travail jusqu'à 18h30, 20h la soupe (1 litre d'eau avec 3 carottes dedans), 21h le pain (400 grammes) et la margarine (10 grammes). L'hiver la température atteignait -22°, ils étaient en caleçons! La boue rentrait dans les chaussures; sous les coups des Kapos des hommes ne relevent pas et leurs camarades ne peuvent pas intervenir.

7986228.jpg

Le 4 avril 1944, les américains sont à 30km. Les hommes vont quitter le camp et marcher sous les coups des SS. Ceux qui ne peuvent pas suivre sont abattus d'une balle dans la nuque! C'est la colonne de la mort... Dans un village, les "Bôches" vont tenter de les tuer plusieurs fois avec la complicité des habitants mais ils échoueront et finalement, les libérateurs mettront fin à leur calvaire.

3159674749.jpg

André Saura (à gauche) et Maurice Ancely (à droite)

A son arrivée ne gare de Carcassonne, sous les yeux de sa mère qui ne le reconnaîtra pas, André ne pèse que 43 kilos. Il devra sa survie à un excellent moral et ensuite à sa mère. Car, malgré la libération beaucoup décéderont par la suite. André mangera de la soupe et de la Blédine préparée par sa mère pendant des mois, cela lui sauvera la vie. Aujourd'hui à près de 90 ans, ces souvenirs sont autant de plaies à jamais ouvertes. Il en parle comme tous ceux qui sont revenus de l'enfer, avec mesure et humilité. Il m'a confié son récit, qu'il a fait taper sur cinq pages et je l'en remercie.

°°°°°°°°°°°°°°°°°

En souvenir de son ami Maurice Ancely (frère de Fernand, ancien maire de Carcassonne) qui a laissé sa vie à 20 ans à Buchenwald, il avait obtenu de Raymond Chésa que le rond-point situé à Géant Cité2 portât son nom. Si vous passez par là, ayez une pensée pour Maurice.

saura.jpg

André Saura est décédé en mars 2013 à l'âge de 89 ans, son témoignage que j'avais recueilli en 2011 le gardera vivant pour l'éternité. D'une grande humilité et d'une immense discrétion sur ce qu'il a vécu, André Saura s'était confié à moi alors même qu'il ne disait que très peu de choses à ses proches. Ce n'était pas un homme des médailles mais un homme des combats. Chacun comprendra sûrement...

______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015