25/05/2016

Albert Picolo : le premier Résistant du département de l'Aude.

L'histoire de la Résistance locale a enterré Albert Picolo sous les lauriers posés, après la guerre, sur la tête d'hommes qui s'étaient au départ montrés frileux à la Résistance. Non pas qu'ils ne fussent pas en désaccord avec le maréchal Pétain - Henri Gout refusa de voter les pleins pouvoirs à Pétain -, mais plutôt qu'ils préfèrent opter pour un position attentiste. Nous avons récemment évoqué les difficultés de Roger Stéphane - envoyé par Rénouvin - pour rallier des élus tels que le député Henri Gout et le Dr Lacroix - maire de Narbonne - à la cause du mouvement "Combat". Albert Picolo, lui, n'hésita pas une seule seconde à se montrer ouvertement dans Carcassonne, opposé à la collaboration. En se plongeant dans les archives des journaux locaux d'après-guerre, nous avons observé que Louis Amiel - maire par interim, nommé par le Comité de Libération - glorifie l'action du Dr Henri Gout comme ayant été le tout premier Résistant de l'Aude. Au regard de ce que nous avons découvert, ceci n'est pas tout à fait exact... Si Picolo n'a même pas été honoré d'un nom de rue dans Carcassonne, le nom du Dr Gout est gravé sur l'une des plus belles avenues de la ville. Les manoeuvres politiciennes pour attribuer à la S.F.I.O la gloire de la libération du pays, alors même que plusieurs de ses cadres s'étaient confondus dans le radicalisme d'avant 1944, aura eu sans doute raison des plus vertueux des Résistants. Albert Picolo - candidat S.F.I.O - arrivé en tête au premier tour des législatives s'était pourtant désisté en 1936 en faveur du Dr Gout, dans le cadre des accords du Front populaire... Sans Picolo, pas de députation pour le futur maire de Carcassonne ; mais, on a sans doute fait payer à l'électron libre après la Libération, de s'être fait élire Conseiller général avec l'étiquette des M.U.R (Mouvements Unis de Résistance), contre l'avis de la S.F.I.O.

La genèse d'un héros

albert 001.jpg

Albert Picolo, sa femme et son fils en 1932

Albert Joseph Justin Picolo naît à Batna (Algérie) au numéro 30 de la rue d'Alger le 4 octobre 1899, de Jules Picolo - peintre - et d'Émilie Pico - sans profession. D'abord surveillant d’internat au lycée Bugeaud à Alger en 1918 puis répétiteur au lycée de Constantine en 1921. Il vient ensuite en métropole et y occupe diverses fonctions : répétiteur au collège de Castelsarrasin (Tarn-et- Garonne) en 1921-1922, maître d’internat au lycée de Toulouse (Haute-Garonne) de 1922 à 1927. C'est à cette époque qu'il se marie le 2 septembre 1925 à Castelnau-Magnoac avec Odette Angèle Justine Bastiment (1904-1984), pharmacienne de son état. Le couple aura deux garçons.

Après un séjour, au collège de Condom (Gers) en 1927, il retourne au lycée de Constantine comme répétiteur en 1928-1929, avant d’être titularisé comme professeur adjoint au collège de Bizerte (Tunisie) en 1928-1929. Il rentre en France et obtient un congé entre 1930 et 1934 qu’il passe à Saint-Germain-en-Laye (Seine-et-Oise). Il est ensuite professeur adjoint de physique et de chimie au lycée de Carcassonne (Aude) en 1934 et l’occupe jusqu’à la guerre.

Le militant

En 1936, Picolo est secrétaire de la section S.F.I.O de Carcassonne et créée un comité d'intellectuels antifascistes. Il se présente aux élections législatives de 1936 ; malgré son succès au premier tour, il se désiste en faveur d'Henri Gout. Malgré ses convictions, Albert Picolo n'a jamais été initié en Franc-maçonnerie. Une forte personnalité sans compromission, notent ceux qui l'ont connu.

Capture d’écran 2016-05-24 à 17.49.01.png

© ADA 11

L'opposant à Vichy

Nos conclusions ne peuvent avoir de valeur que si elles s'exposent à l'appui de témoignages rédigés par des personnalités de valeur. Lucien Roubaud - un grand Résistant et ami de Picolo - expose les faits suivants :

"Il a sans doute été le premier organisateur de la Résistance dans l'Aude. Le magasin de sa femme, pharmacienne, était devenu un lieu de rendez-vous. Je me souviens que, le fusil de chasse à la main, nous partions avec lui reconnaître des endroits où ultérieurement nous pourrions tendre des embuscades. Plus sérieusement, nous faisions aussi de la propagande orale et nous menions campagne contre les quelques pétainistes de l'endroit. Nos propos trouvaient un écho certain auprès des petits commerçants du quartier : le réparateur de vélos, le menuisier, le tonnelier, etc... C'était limité, mais c'était très net. Nous nous sommes manifestés plus ouvertement lors de la cérémonie du 11 novembre 1940... Ainsi, au fil des mois, avons-nous monté plusieurs manifestations, dont celle où Picolo a arraché le bouquet qu'on venait de remettre à un allemand (Le SS Dr Grimm, NDLR) qui venait faire une conférence à Carcassonne. Peu à peu ces manifestations ont pris de l'ampleur." (Léon Roubaud)

48026518.jpg

Friedrich Grimm

(1888-1959)

Le 12 juin 1942, le théâtre municipal de Carcassonne avait fait le plein pour écouter la conférence du Dr Grimm - bras droit de Josef Goebbels. Picolo eut à ce moment-là la hardiesse d'arracher le bouquet de fleurs, que les collaborateurs allaient tendre à cette éminence grise du parti nazi. Ceci en pleine rue Courtejaire... Il venait ainsi de se signaler auprès des autorités préfectorales.

Albert Picolo recevait par kilos des exemplaires du journal "Combat" dans des emballages pharmaceutiques, dans l'officine de sa femme, avenue Buneau-Varilla. Il recruta pour la distribution des tracts et fonda l'Action ouvrière au sein de la mine de Salsigne. Le 14 juillet 1941, il dessine un grand V sur la vitrine de la pharmacie de sa femme.

Son arrestation

Capture d’écran 2016-05-24 à 17.49.25.png

© ADA 11

Le 14 juillet 1942, à l'initiative d'Albert Picolo une manifestation à lieu à la statue de Barbès ; elle réunit 2000 à 3000 personnes. Parmi les personnalités, on compte Henri Gout, Georges Bruguier et son fils, René Nelli... pris à partie par le S.O.L (Service d'Ordre Légionnaire). Picolo n'y est pas car la veille, il a été arrêté par la police.

"J'avais admiré les manifestants antipétainistes de 1942, devant le monument aux morts, bien moins nombreux, certes, que ceux du 1er mai d'après la Libération (et à cette cérémonie-là on n'avait pas amené les enfants) : une manifestation organisée par notre ami Albert Picolo, qui lui avait valu d'être arrêté par la police vichyste et exilé, en résidence surveillée."

Le 15 septembre 1942, la section spéciale de la cour d'appel de Montpellier condamne avec sursis Albert Picolo, professeur de chimie, jugé par le tribunal de Carcassonne pour menées antinationales, détention et distribution de tracts. (Archives Nationales / côte BB/18/7064 n°35)

P1050774.JPG

© ADA 11

La résistance en Lozère

Brûlé à Carcassonne, Picolo poursuit son action clandestine en Lozère.

À Langogne, il devint le responsable de l’AS. Convoqué à une réunion des cadres de l’AS de Lozère à Marvejols le 30 août 1943 à 21 h, et présidée par Henri Cordesse alias « Robert ». Picolo, étant à Mende, ne put être prévenu. Son adjoint, un agent de la police allemande, ancien journaliste à Montpellier le fut à sa place. La Gestapo, interrompant la réunion de l’AS put capturer la plupart de ses membres. Picolo fut arrêté à son retour à Langogne. Comme ses compagnons d’infortune il fut transféré à la villa des Rosiers au siège de la Siecherheitspolizei de Montpellier où il fut torturé. (Le maîtron)

La déportation vers Buchenwald

Le 23 octobre 1943, le convoi part de Compiègne en direction de Buchenwald. Le matricule 31267 se trouvera là-bas avec d'autres compagnons d'infortune Carcassonnais comme Charles Lespinasse. Le 20 avril 1945, lors de l'évacuation du camp de Flössenburg il réussit à s'évader et à rejoindre les alliés, cinq jours plus tard.

Capture d’écran 2016-05-13 à 08.46.03.png

© ADA 11

"Albert Picolo dès son arrivée fut incorporé dans le "troupeau" conduit sous une pluie de coups que leur distribuait les bergers. Ces hommes accomplissaient 12 heures de labeur. Seul, le hasard fut qu'il fut affecté bientôt à un Kommando. La blanchisserie fut dès lors son lieu de travail. Et ses journées employées au raccommodage ou au nettoyage des vêtements n'étaient troublées que par les longs appels que faisaient les gardiens. Parfois 20 minutes suffisaient à appeler les hommes, parfois trois heures ne suffisaient pas à leur besogne. Et si l'un deux s'effondrait c'était la mort et l'inévitable four crématoire."

Le retour des "musulmans"

A l'intérieur des camps, les SS appelaient "Musulmans" ceux qui ne tenant plus debout étaient en passe d'être choisis pour la sélection - autrement dit la chambre à gaz. Picolo revint de cet enfer, mais dans quel état !

Capture d’écran 2016-03-19 à 10.09.20.png

© Coll. Claude Marquié

Quelques temps après son retour de déportation

En avril 45, les premiers déportés survivants des camps nazis commencèrent à arriver. Et ceux qui étaient à peu près capables de tenir debout étaient reçus à l'hôtel Lutetia où leurs familles, ou leurs amis proches, venaient les reconnaître (il fallait, parfois, les reconnaître, comme on vient à la morgue dire d'un noyé, d'un suicidé : c'est lui), et les ramener parmi les vivants. Et c'est ainsi (et disons que c'était  dans le beau mois de mai) qu'un jour mon mère apprit qu'Albert Picolo était parmi ceux-là. il est allé à l'hôtel Lutetia. Il m'a emmené avec lui. Il voulait que je voie. J'ai vu. (Jacques Roubaud)

La reconstruction

Le 23 septembre 1945, il est élu comme conseiller général du canton ouest de Carcassonne en devançant  le candidat de la S.F.I.O, le Dr Philippe Soum. Albert Picolo quitta définitivement l'Aude en 1946 pour un poste d'Inspecteur de la Jeunesse et des Sports dans la Drôme, puis dans les Pyrénées-Orientales. C'est là qu'il s'éteignit à l'hôpital de Perpignan le 4 août 1975.

albert 002.jpg

Albert et Odette en 1958

Sources

Jacques Roubaud / La boucle / 1993 

Le maîtron

Archives de l'Aude

Archives Nationales 

Remerciements

390780_920.jpg

M. Jean-Pascal Picolo, petit-fils d'Albert

_______________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

23/05/2016

Le Carcassonnais Joseph Dufils emmuré vivant par les nazis le 13 juillet 1944

Parmi les nombreux compagnons de la Résistance exécutés par les nazis, il y eut surtout des héros sans grades tombés aujourd'hui dans l'indifférence et l'anonymat. Fort heureusement il demeure encore sur les bords des routes et des chemins de France, une stèle pour rappeler le sacrifice de ces hommes de l'armée des ombres pour notre liberté. À Saint-Pierre de Quiberon dans le Morbihan - bien loin du département de l'Aude - on nous a signalé une plaque sur laquelle est gravé le nom de Joseph Dufils de Carcassonne.

À la mémoire des cinquante patriotes des Forces Françaises de l'Intérieur martyrisées et lâchement assassinées par les Allemands le 13 juillet 1944 et découverts dans cette fosse le 16 mai 1945.

13271572_1707275969545865_173660584_o.jpg

Nous ignorons pour le moment les raisons pour lesquelles ce jeune combattant de 18 ans, né le 3 octobre 1925 à Carcassonne s'est retrouvé aux côtés des F.F.I de Bretagne. Est-il inhumé à Saint-Pierre de Quiberon, loin de son Languedoc natal ? Voilà des questions auxquelles ce blog tentera de répondre - nous l'espérons - très prochainement.

Que s'est-il passé le 13 juillet 44 au Fort de Penthièvre ?

Les horribles forfaits perpétrés par les Allemands au Fort de Penthièvre dans la commune de Saint-Pierre Quiberon dépassent toute imagination. Les occupants l'aménagèrent pour en faire une prison nazie. Et quelle prison ? Outre les tortures habituelles : pendaison par les pieds, bras et jambes brisées à coups de bâton, tête plongée dans la baignoire jusqu'à l'asphyxie, testicules serrés dans un étau, pieds brûlés, ongles arrachés, etc... ici cinquante deux prisonniers furent emmurés vivants.

Ces exécutions préméditées, sans jugement préalable, ont laissé un sentiment d'horreur et d'indignation. D'après les documents d'époque, ce fut l'Oberlieutenant Suling qui commandait les batteries du Bégot près de Plouharnel (rappelez-vous que les obus de 340 qui tombèrent aux environs de la gare de Vannes avaient été tirés depuis cette batterie) et, la garnison du Fort de Penthièvre depuis trois ans qui aurait ordonné les exécutions. Arrêté après la reddition de la poche de Lorient, il fut accusé d'avoir assassiné lui-même trois personnes dont les corps furent retrouvés dans les dunes, tué deux autres personnes en les arrosant d'essence et en y mettant le feu, avoir donné l'ordre d'emmurer les cinquante deux résistants.

(Amis entends-tu... / Journal de la Résistance Morbihannaise / 1971)

Capture d’écran 2016-05-23 à 13.09.43.png

Le 16 mai 1945, les autorités constatent l'odieux crime

france_baiedequiberon_60.jpg

L'entrée du Fort de nos jours

13271534_1707279466212182_248087866_o.jpg

Si vous avez des renseignements sur Joseph Dufils, merci de contacter ce blog

_______________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

16/05/2016

Le foyer du soldat Carcassonnais au temps de la coloniale

La création du

Foyer du soldat Carcassonnais

coïncide avec l'arrivée le 4 mai 1928 de deux bataillons constituant le 51e Régiment de Tirailleurs Indochinois à Carcassonne. Il s'agit des bataillons de Montélimar et de Compiègne qui défileront autour des boulevards devant une foule enthousiaste. Le colonel Berthomé, commandant le régiment, prendra l"initiative de solliciter auprès de Mgr de Beauséjour - évêque de Carcassonne - la désignation d'un prêtre pour les militaires. Ce fut l'abbé Gabriel Sarraute. L'évêque donna un local de fortune dans un ancien patronage, situé 2 rue neuve du mail (actuelle rue Marceau Perrutel) dans le quartier des Capucins. Il fut agrandi en ajoutant à une grande salle, des pièces d'une maison voisine puis à tout le bâtiment. Ainsi s'organisa un ensemble familial et colonial sous la responsabilité de Paul Guilly et de l'adjudant Paul Vu-Ngoc-Truong.

foyer.jpg

Le foyer du soldat

La façade ressemblait à un fortin et à un bateau avec un hublot à la porte, la bouée portant le nom du navire et le drapeau qui flottait le dimanche et les jours fériés. Au fond maison on trouvait un petit jardin avec sa treille. À l'intérieur, une salle au rez-de-chaussée avec une cuisine campagnarde et un bar. Au premier étage, on trouvait le salon meublé par le colonel Mignot, la bibliothèque avec sa Soupe Chinoise, le journal du foyer, le bureau de l'aumônier, la chambres des plantons.

P1050797.jpg

La salle du trône pour le roi élu par la fève du 6 janvier. Celui-ci nommait des ministres chargés des diverses services du foyer. Selon Gabriel Sarraute, il y avait même une pagode à l'intérieur de la caserne Laperrine avec des dessins annamites sur les murs. Il l'indique dans son ouvrage "la contrition de Joë Bousquet".

P1050798.jpg

Écoutons le récit du chanoine Sarraute :

"Nos soldats Indochinois avaient l'agrément de journaux en leur langue, envoyés par les missionnaires d'Hanoï. Il eurent aussi le bienfait de retraites et de prédications assurés par les pères des Missions étrangères. Aucun apartheid... Et le dimanche, la chapelle réunissait "Européens' et "Annamites". Nous avions commencé notre oeuvre en la réservant aux catholiques. Nous l'ouvrîmes bientôt à tous. Affiliés à la Fédérations des Foyers du soldat et du Marin, constituées en association déclarée en 1934, nous fûmes grâce au colonel Masse et au légendaire colonel Lelong, agrées par le Ministère de la guerre."

L'association intitulée "Foyer du soldat Carcassonnais" est déclarée le 24 avril 1934. Elle a pour objet de "s'intéresser au bien-être matériel et moral des soldats de la garnison de Carcassonne, de leur fournir un ou plusieurs locaux de réunion dans lesquels ils puissent trouver des avantages, des délassements et des distractions honnêtes, compatibles avec leurs obligations militaires." Son administration est confiée à MM. Alphonse Durand-Roger (Industriel), Jules Jourdanne (NDLR : il sera maire nommé par Vichy de 1941 à 1944), Gabriel Sarraute (Curé), Emile Aybram (Industriel), Jacques Palau (Négociant), Marcel Auzias (sous-officier de réserve), Marceau Dedieu (Négociant), Alphonse de la Soujeole (Propriétaire) et Auguste Lalanne (Président du Souvenir Français).

P1050809 copie.jpg

"Il y avait depuis peu à la caserne Laperrine, un Foyer de la Croix rouge dont les directrices, et en particulier Mlle Faure étaient en contact permanent avec l'aumônier. Il y avait donc deux Foyers, l'un pour ceux qui ne voulaient pas s'habiller pour sortir le soir, l'autre pour ceux qui voulaient aller en ville."

À partir de 1935, M. Durand-Roger céda la présidence du Foyer au général de division Jean Guizard, ancien sous-chef d'état-major de l'armée. Ce dernier venait de prendre sa retraite près de Carcassonne et demeura au sein de l'association jusqu'en 1965 - année de sa mort. Durant l'Occupation, ce général sera en charge du Secours National.

"Il y aurait des pages à écrire pour expliquer comment, grâce à un caporal-chef qui mourut sous-lieutenant, Henri Le Curieux-Belfond, né au Morne-vert (Guadeloupe), nous avons pris l'esprit colonial authentique. Grâce à lui et à Georges Quiclet, premier président de la J.O.C (NDLR : Jeunesses Ouvrières Chrétiennes) en France, nous avons fondé un journal - l'Ancre Colonial - ouvert à tous, avec une feuille pour les catholiques, puis une pour les légionnaires qui nous demandèrent de les adopter. Il parut mensuellement à partir de mars 1937 et quand fut imprimé son dernier numéro, en août 1939, il était lu dans les cinq parties du monde."

Capture d’écran 2016-05-16 à 11.50.52.png

Le Foyer du soldat

Au début de la Seconde guerre mondiale, l'aumônier fut chargé de la Ve division d'infanterie coloniale. Après l'armistice de juin 1940, le 2e RI.C de Brest se partagea la caserne Laperrine avec le 15e Régiment d'artillerie de Douai. Des Carcassonnais accueillirent chez eux ces soldats dont les familles étaient en zone occupée. Quand les Allemands occupèrent Carcassonne à partir du 11 novembre 1942, la caserne fut cernée par le tanks et le Foyer occupé par des SS l'espace d'une nuit. Jusqu'à la Libération - d'après Gabriel Sarraute - il devint le refuge des juifs pourchassés et des Alsaciens-Lorrains. 

2200003921.jpg

Ceci expliquerait qu'une plaque ait été posée le 9 mai 1945 par ces Alsaciens-Lorrains au pied de la statue de Jeanne l'Arc qui se trouvait dans un enfeu du Foyer du soldat, donnant sur le boulevard Barbès. La statue et la plaque sont désormais dans le jardin attenant à la cathédrale Saint-Michel.

Capture d’écran 2016-05-16 à 12.02.46.png

Pendant l'Occupation, le Soldatenheim (Foyer du soldat Allemand) se trouvait sur la place Joseph Poux, à l'ancien patronage Jeanne d'Arc appartenant à l'évêché. C'est aujourd'hui, l'école privée Saint-Michel. Nous savons cela grâce à ma tante qui - comme beaucoup de Carcassonnais affamés - se sont rendus dans cet endroit à la Libération pour prendre des boîtes du singe (boeuf en gelée) laissées par les troupes nazies. C'est à cet endroit que s'installera plus tard - nous le verrons - le Foyer du soldat Carcassonnais.

"Lorsque Carcassonne fut libérée, le Foyer était dans un piteux état. Il fut restauré par les soins de notre évêque Mgr Pays. Après avoir reçu des soldats du 173e R.I, commandés par un marsouin, le colonel Bousquet. Aaprès une période trouble où les Indochinois influencés par le futur Viet-Minh massacrèrent certains de leurs camarades fidèles à la France, nous eûmes le 24e R.T.S qui partit en Indochine avec son chef, le colonel Runner. Le 24e R.I.C lui succéda avec le colonel, depuis général Waymel. Période de grande activité sous ce chef et ses successeurs, les futurs généraux Daboval, Jaumes, Rives, le colonel Rouanet : l'organisation de l'aumônerie nous faisait avoir une paroisse militaire. Des excursions, à l'aide des camions de la caserne permettaient aux marsouins de mieux connaître notre région. Un groupe de sous-officiers de carrière animait nos réunions."

Selon Jeannot Lapasset, la présence des soldats Indochinois au café des Américains (Bd Barbès) se terminait toujours par une belle série châtaignes. Parfois, c'était au café des colonies (Bd Jean Jaurès). L'usage un peu trop poussé de la boisson les rendait colériques...

3075073274.jpg

La guerre d'Algérie prendra la plupart des soldats du 24e RI ; l'aumônier Gabriel Sarraute qui officiait depuis 1928 décida de passer la main à Bruno de Monts de Savasse, petit neveu de Laperrine. En 1962, l'évêque de Carcassonne Mgr Pierre-Marie Puech, souhaite agrandir l'actuel lycée Saint-François mitoyen du Foyer du soldat. En échange, il offrit un local au 8 de la rue Joseph Poux. C'est ainsi que le premier Foyer du soldat fut rasé avec ses souvenirs.

Le nouvel aumônier n'eut pas le temps d'installer le nouveau foyer qu'un incendie le ravagea le 15 juillet 1962 faisant 500 000 francs de dégâts. Bruno du Monts de Savasse fut remplacé par MM. Perrin, Rambeaud, Martinez et enfin, Petiot qui aménagea une chapelle au rez-de-chaussée de la caserne, à côté des transmissions. Elle sera inaugurée par l'aumônier Trublet à qui succèdera les pères Lallemand et Gonin.

Le déclin

Quatre années après, un luxueux Foyer était installé à la caserne Laperrine. Les temps changeaient avec les habitudes des soldats qui pour la plupart rentraient chez eux en fin de journée. L'aumônier ne pouvait plus les suivre les manoeuvres du 3e RPIMA ; cependant, une salle du 2 rue Joseph Poux restait disponible pour ceux qui souhaitaient rencontrer l'aumônier. 

P1050807.jpg

Le commandant Adroit et Gabriel Sarraute

En 1984, le Foyer du soldat est administré par le colonel Robert Depardon, Jean Auzias et Pierre Sarraute. Deux ans plus tard, l'abbé Mazières au nom de "La famille diocésaine audoise" met à disposition gratuitement à disposition l'immeuble 2, rue J. Poux à disposition du Foyer du soldat Carcassonnais.

P1050808.jpg

Le 2 novembre 1987, l'association "Foyer du soldat Carcassonnais" devient "Anciens du Foyer du soldat Carcassonnais" avec dont l'objet est désormais de "maintenir les liens d'amitié entre les personnes ayant fréquenté dans le passé le Foyer du soldat Carcassonnais ainsi que les sympathisants". Cette association est définitivement dissoute le 20 novembre 1991 après 57 ans d'existence.

P1050806.jpg

L'abbé Gabriel Sarraute (1893-1991) à qui nous devons d'avoir laissé ces mémoires avait été aumônier militaire de la 45e division d'infanterie coloniale. Grand érudit et photographe amateur, le chanoine a été le confesseur du poète Joë Bousquet qui, bien que s'étant éloigné de la religion, avait toujours gardé le souvenir du capitaine Houdard, aumônier de son régiment durant la Grande guerre - tué sous ses yeux. Nous remercions également Pierre Sarraute pour ses souvenirs...

___________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016 

13/05/2016

Il n'y a plus aucun chat dans Carcassonne entre 1942 et 1945...

Les historiens locaux ont-ils un jour traduit l'extrême misère dans laquelle s'est retrouvée la majorité des Carcassonnais au cours de l'occupation Allemande ? En consultant les quelques livres de référence nous n'avons pas trouvé de chapitre dédié à l'histoire tragique de ces corps amaigris, de ces enfants dont la croissance a été stoppée par les carences alimentaires, etc... Nous nous sommes alors mis en quête de témoignages sur ce triste épisode de la guerre qui fut le quotidien de milliers de Carcassonnais et d'Audois.

pain.jpg

Conséquence directe de l'armistice de 1940, les denrées alimentaires sont d'abord détournées pour nourrir l'armée du Reich. À partir de 1941, la pénurie se fait cruellement sentir en France ; les échanges commerciaux vers les colonies et d'autres pays comme l'Angleterre ou les États-Unis sont irrémédiablement freinés par le blocus maritime. L'acheminement de nourriture en métropole entre les régions est rendu extrêmement difficile à cause de la ligne de démarcation qui sépare le pays en deux zones : occupée et libre. Le gouvernement de Vichy met en place des tickets de rationnement échangeables chez les commerçants - quand il y a un approvisionnement. Ceci donne très souvent lieu à des files d'attente interminables au bout desquelles, les gens reviennent parfois bredouille.

20151007_113425-1 copie.jpg

© Paola Bourrel

Tickets d'alimentation d'une famille Carcassonnaise

Si l'on prend en compte que le nombre de calories nécessaires pour un adulte sont comprises entre 2000 et 2500 par jour, les rations alimentaires ne dépassaient pas les 1300 calories en France en 1943. En Allemagne, on mangeait à son aise à la même époque - jusqu'à 3295 calories / jour.

007.jpg

©Paola Bourrel

Un petit Carcassonnais pendant la guerre

L'État Français répartit la pénurie en divisant la population en huit catégories selon son âge et son statut : E (enfants de moins de 3 ans), à V (personnes de plus de 70 ans), J1 (jeunes de 3 à 6 ans), J2 (6 à 13 ans), J3 (13 à 21 ans) et A (adultes de 21 à 70 ans). Les travailleurs de force et le femmes enceintes ou qui allaitent ont droit à des rations supplémentaires. En 1938, un adulte consomme en moyenne 3,4 kg de bœuf par mois ; en mai 1941, un adulte A n’a le droit qu’à 350g par mois et en 1943, à 260g par mois). Les quantités prévues, déjà faibles au départ, diminuent au cour des années ; en Avril 1943, la ration de viande est de 120g par semaine. En 1944, elle n'est plus que de 60g.

viande.jpg

© Musée de la Résistance de Limoges

À gauche, la ration mensuelle de viande d'un J2 et T en 1941 (1kg).

À droite, la ration mensuelle d'un J2 et T en 1943 (480g)

Dans ces conditions de sous-alimentation, la première des préoccupations fut la recherche de nourriture. Ceux qui vivaient à la campagne n'eurent pas trop à souffrir des restrictions, contrairement à ceux de la ville qui crevaient de faim. Nous allons voir ci-dessous à travers des témoignages que nous avons recueillis, comment ils réussirent à lutter contre la famine.

13220911_10208981673086715_2917121999452412475_n.jpg

© Musée de la Résistance de Limoges

Plus aucun chat dans Carcassonne...

Si les animaux de compagnie aux pattes de velours avaient déjà disparu du paysage Carcassonnais - pour les raisons que vous comprenez -, les pigeons leur emboitèrent le pas. Les derniers survivants de cette espèce nichaient sur les hauteurs de l'église Saint-Vincent. Lorsqu'on réussit à mettre au point quelques frondes pour les atteindre, leur sort fut scellé. Les Carcassonnais se mirent ensuite à élever des lapins dans leurs caves. Pour les nourrir, les gens ramassaient les maigres fanes au pied des platanes de la place Carnot laissés après le marché, où déjà il n’y avait pas grand chose à emporter.

13151721_10208981673246719_306198315666691289_n.jpg

© Musée de la Résistance de Limoges

On récupérait la peau des lapins pour confectionner des cols de vêtements, des pantoufles avec semelles en carton.

Pinard contre fayots

Le département de l'Aude - grand producteur de vin - avait du pinard en grande quantité malgré le racket des troupes allemandes qui l'envoyaient outre-Rhin. Le ravitaillement général distribuait une infâme piquette à raison d'un litre et demi par quinzaine et par individu, alors les habitants allaient chercher clandestinement dans le Minervois, la Malepère ou les Corbières, un breuvage de bien meilleure qualité. Ce vin constituait une bonne monnaie d'échange pour les Audois débrouillards.

pillage.jpg

Les Allemands dans une cave audoise

Le Haut-Limousin récoltait des haricots en abondance, ainsi que d'autres légumes secs ; mais il manquait de vin. Après avoir planqué la majeure partie de leur récolte à cause de la réquisition allemande, les Limousins voyaient arriver les Audois par le train chargés de bonbonnes. Ainsi le Minervois était-il accueilli à bras ouvert du côté de Limoges, malgré les risques d'un contrôle. La gare de Limoges et de La Souterraine n'attendaient que les braves paysans locaux viennent chercher "les pèlerins de la faim". Une fois arrivés à la ferme et fort bien reçus par ces rudes Limousins, le pinard était vidé et rempli de bons haricots. Ils serviraient a être cuisinés en ragoûts accompagnés d'une couenne et d'un os de jambon pour y donner du goût. Oh ! certes, un goût de rance, mais en période de guerre on ne fait pas la fine bouche.

Comment les Audois connaissaient-ils les fermiers du Limousin ? Les adresses se passaient oralement avec la prudence d'un secret d'état. Le vin arrivait un peu "tréboul" par le voyage, mais les Limousins en faisait le une spécialité locale : le mijo. Il s'agit de pain trempé dans du vin avec du sucre. C'est paraît-il désaltérant. Là-bas, les Audois faisaient un véritable festin avec le ragoût de mouton, les châtaignes, le fromage maison ou le civet de lapin pris au collet. Le lendemain les voyageurs reprenaient les chemins boueux du retour vers la gare en direction de Carcassonne. Le miracle de Canna avait transformé cette fois, le vin en haricots !

La queue devant les magasins

denree1.jpg

Les ménagères avaient été informées la veille dans la presse locale de la distribution de denrées alimentaires. À partir d'une heure du matin, déjà les premières clientes attendaient l'ouverture du magasin prévue aux alentours de 8 heures. Certaines fois, il a été observé des files d'attente depuis 20 heures du soir ; soit douze heures avant l'ouverture ! En été, comme en hiver... Ces courageuses mères de familles patientaient sous la pluie et le froid pour espérer 50 grammes de viande par personne, quelques patates, un quart d'huile ou 25 grammes de graisse de cheval.

Entre amies, elles se gardaient la place et devisaient sur ce qui pourraient être acheminé prochainement.  La rumeur prétend que demain, il y a aura des châtaignes mais seulement pour le ticket des J3. Le plus embêtant était le manque de pain - pourtant aliment de base. Quand il y en avait, il était coupé avec du son, de la fécule de pommes de terre ou de fèves. Bref, une espèce de repasse distribuée à raison de 60 grammes par jour. Chez ma grand-mère qui avait cinq enfants, on coupait le pain si fin chaque jour que l'on pouvait y voir la Cité au travers : "On léchait ses doigts pour ramasser les miettes sur la table, tellement on avait faim." Je n'ai jamais vu mes tantes - même après la guerre - jeter du pain. Quant à mes oncles, ils ont conservé l'esprit de récupération et de transformation.

Le marché, place Carnot

Les autorités municipales avaient mis en place une procédure de sécurité les jours de marché. Personne ne devait accéder sur la place avant le coup de sifflet donné par le policier Mallabiau. Il paraît qu'il ne plaisantait guère avec la discipline. Tout cela pour quelques fanes de carottes... Au coup de sifflet donc, une nuée de femmes se précipitait sur la marché en jouant des coudes - on rapporte qu'un femme enceinte fut même piétinée. Enfin d'éviter les accidents, il fut décidé de séparer les femmes en trois groupes : cartes rouges, vertes et bleues. Tantôt les rouges pouvaient entrer les premières, tantôt les autres. Autant dire qu'une fois les premières passées, les autres devaient se contenter des épluchures... Les plus "privilégiées" restaient les femmes enceintes bénéficiant de cartes spéciales ; ceci, non sans créer des jalousies au sein des autres groupes.

Le système D

Avec un peu de farine de maïs récupérée à la campagne, on faisait du millas. Ma grand-mère avait essayé de faire bouillir les cosses des petits-pois, sans grand succès gustatif. Quelques topinambours, du rutabaga... Sur les berges de l'Aude, les nèfles faisaient un peu passer la faim. À la belle saison, la nature offre des mûres, du raisin et des figues.

13240500_10208981673606728_1074840516439043731_n.jpg

© Musée de la Résistance de Limoges

 Pour faire un bon usage des pommes de terre, on garde les épluchures et un petit morceau de chaque pomme de terre utilisée pour le repas (si possible avec un œil), pour le replanter aussitôt et assurer à bon compte les prochaines récoltes. Quant au café, celui que l’on peut se procurer est imbuvable : il sent la merde. On confectionne un appareil pour torréfier de l’orge...  

Le Marché noir

description_12.jpg

Il ne faut pas hésiter à dénoncer hélas, les commerçants (bouchers, boulangers ou épiciers) Carcassonnais qui se sont enrichis sur le dos de la famine en faisant du marché noir. Comment ? En détournant une partie des produits de la répartition arrivés par wagons, qu'ils revendaient sans tickets à des prix faramineux. Après la guerre, l'indignité nationale et la confiscation d'une partie de leurs biens ne les a pas ruinés, puisque beaucoup d'entre eux ont été amnistiés au début des années 1950. Quant à certains autres subitement fortunés, l'argent leur est tombé du ciel en parachute dans des caissons destinés aux maquis. Pour faire fortune pendant la guerre, il n'y avait pas trente-six mille solutions : la collaboration ou le marché noir. Parfois les deux...

Nous attendons vos témoignages pour enrichir cet article

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

12/05/2016

L'étrange connivence de l'évêché de l'Aude avec le Maréchal Pétain pendant l'occupation

L'article qui suit ne dressera pas un constat objectif de l'attitude de l'ensemble de la curée Carcassonnaise pendant la seconde guerre mondiale - il n'en a pas les moyens. Si certains prêtres comme les abbés Gau ou Courtesole se sont rangés derrière la Résistance en lui prêtant main forte contre la politique de Vichy, il semble que l'évêché de Carcassonne ait été clairement maréchaliste. Ceci nous est révélé par un certain nombre de faits mettant en avant l'action de Mgr Pays auprès des autorités de Vichy. À commencer par sa présence à la soirée inaugurale de la milice en 1943 au théâtre municipal.

Pays.jpg

Mgr Pays

Si certains évêques français ont adopté une attitude de neutralité ou tenté de manifester leur désapprobation vis à vis de la politique raciale de Vichy, nous pouvons penser que Mgr Pays s'est rangé du côté du maréchal Pétain. L'évêque de Carcassonne avait la fibre royaliste et anti-républicaine, si l'on en croit le récit diffusé sur le site de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X, retranscrit ci-dessous :

 En 1942, sous l'impulsion de M. l'abbé Paul Merme, directeur de l'oeuvre de Jésus Ouvrier à Carcassonne, une souscription est ouverte pour offrir un fanion du Sacré-Coeur au Maréchal Pétain.

Le dimanche 10 janvier 1943, le fanion, d'une grande réalisation chrétienne et artistique, symbolisant la royauté du Christ et la vocation de la France, est porté à la cathédrale, exposé devant l'autel pendant la Grand'Messe solennelle et béni par Mgr Pays, évêque de Carcassonne. M. l'abbé Merme prononce une vibrante et prenante allocution.

Le 28 janvier 1943, une délégation de catholiques audois, conduite par l'abbé Merme, est reçue en audience publique par le Maréchal Pétain. Dans une émouvante adresse, l'abbé Merme présente le drapeau au Chef de l'Etat, qui en saisit aussitôt la haute signification:

Monsieur l'abbé, dit le Maréchal, je suis très heureux et vraiment touché de votre démarche. J'ai toujours admis ces forces spirituelles dont vous me parlez et je tiens à ce qu'on y ait recours sous mon gouvernement ». Prenant le fanion dans ses mains et le serrant sur sa poitrine, le Maréchal ajouta: « Monsieur l'abbé, j'accepte avec bonheur ce fanion que vous m'offrez. Il sera mon drapeau ». Ce fut son drapeau, dont il ne se sépara pas... 

Cinq mois après ce grand événement suscitant la confiance et l'espoir, le 29 juin 1943, en la fête des apôtres Pierre et paul, M. l'abbé Merme écrivait une lettre au maréchal Pétain, lui rappelant la journée historique du 28 janvier, et, devant le fracas redoublé des batailles et l'aggravation des sacrifices, sollicitait de lui la réalisation de la troisième demande du Sacré-Coeur: la consécration officielle de la France, en s'appuyant sur cette parole de vérité:

 La France ne peut revivre qu'en retournant aux forces spirituelles dont elle issue.

Le Maréchal convoqua aussitôt les membres de l'Episcopat français en vue de ce grand acte officiel qui devait être accompli avec foi publiquement et solennellement le 2 juillet 1943, fête du Sacré-Coeur, ou à une date aussi rapprochée que possible. Malheureusement, le Maréchal ne put réaliser son désir, partagé par celui de millions de Français....

Le 12 juillet 1943, le secrétaire particulier du Maréchal faisait parvenir la lettre suivante à l'abbé Merme :

Monsieur l'Abbé,

Monsieur le Maréchal a reçu le lettre du 29 juin par laquelle vous lui demandez, de façon pressante, de vouloir bien, au cours d'une cérémonie officielle, consacrer la France au Sacré-Coeur. Le Maréchal a été sensible aux sentiments d'affectueux attachements que vous lui avez exprimés à cette occasion et il vous en remercie.

Votre projet est très louable et le Maréchal s'en est entretenu avec plusieurs hautes personnalités de l'épiscopat français. Si sa réalisation ne semble actuellement pas opportune, cela ne veut pas dire qu'elle soit écartée.

Je vous prie d'agréer, monsieur l'Abbé, l'expression de mes sentiments déférents et dévoués .

Autrement dit, sous un beau langage, c'était un enterrement de première classe. Peu après, le 15 octobre 1943, à Alger, au nom du Gouvernement Provisoire de la République Française, le Général De Gaulle, ce « grand catholique », ce « saint » de la Patrie, rétablissait le Franc-Maçonnerie, comme s'en réjouissait dans ses mémoires son fils Philippe (page 347, tome II)...

Ce n'est pas moi qui l'écrit mais la Fraternité Saint-Pie X sur son site internet ; elle a rompu toute relation avec l'actuel Saint-siège de Rome en raison de divergence, notamment sur le Concile Vatican II. La Fraternité Saint-Pie X qui possède une église et une communauté à Montréal d'Aude est considérée comme intégriste. 

Capture d’écran 2016-05-12 à 11.36.10.png

Nous avons retrouvé le fanion offert par le père Merme et les catholiques de Carcassonne au Maréchal Pétain en 1943.

480_002.jpg

Qui était le père Merme ?

merme.jpg

Dans son ouvrage "Carcassonne, quartiers et faubourgs au fil du temps", Henri Alaux indique que le curé était un homme de bien. Selon lui, Paul Joseph Merme "marqué ce quartier (NDLR Grazaille) par son action sociale, en particulier envers les jeunes de condition modeste, parfois en difficulté. Fondateur de l'oeuvre de Jésus ouvrier, le père Merme créa dans sa maison de la rue Buffon, dans les années 1930, un centre d'apprentissage ; chaque année, 20 à 30 jeunes gens y apprirent le métier de menuisier ou d'imprimeur, logés et nourris par l'oeuvre du père Merme, ils devinrent de bons ouvriers."

L'oeuvre du Jésus ouvrier

Merme 2.jpg

Le père Paul Merme fit imprimer pendant l'occupation le journal l'Enclume, organe officiel du Jésus ouvrier. Sûrement grâce aux apprentis imprimeurs dont il avait la charge. Dans ce trimestriel, tout était à la gloire du maréchal Pétain et de sa grandeur.

123J109_FONDS_VALS06.JPG

"Que le Sacré coeur de Jésus garde à la France son adorable chef, qu'il le soutienne et qu'il l'inspire."

A l'arrière du maréchal, on aperçoit le fanion offert par les Carcassonnais.

123J109_FONDS_VALS07.JPG

On fête le bicentenaire de l'insurrection des vendéens contre les armées de la République.

merme 3.jpg

Un extrait de l'Enclume

Dans une note d'octobre 1944 - après la Libération de Carcassonne - on s'insurge que le père Merme ait pu obtenir tous les mois pendant 3 ans pour son oeuvre du Jésus ouvrier, 1,200 kg de matières grasses et 4 kg de viande avec la complice du ravitaillement général et hors de tout contrôle (ADA 11). Ceci pendant que la majorité des Carcassonnais crevait de faim. En effet, la ration mensuelle de viande en 1943 par individu n'était que de 480 grammes - quand il y en avait...

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016 

09/05/2016

Les événements tragiques du 23 août 1944 à Conques-sur-Orbiel

Après le débarquement des troupes alliées en Provence le 15 août 1944, les unités de la 11e panzer division allemande - stationnées à Toulouse - se mettent en ordre de marche afin de gagner la vallée du Rhône. Dans l'après-midi du 22 août, elles entrent dans les villages de Maurens et Le Vaux à 4 kilomètres de Saint-Félix Lauragais où elles se rendent coupables de pillages et d'assassinats. Le jeune Antonin Escaffre est ce jour-là tué par la horde barbare forte de 3000 hommes, parce qu'il cherchait à s'enfuir. Son forfait une fois accompli, le convoi choisit de s'écarter de la RN 113 - régulièrement mitraillée par l'aviation alliée et les maquisards. Il emprunta alors un itinéraire à travers les routes de la Montagne noire afin de rejoindre la méditerranée. Est-ce celui-ci que l'on retrouve le lendemain dans l'Aude au village de Conques-sur-Orbiel ? La description qui sera faite de ces hommes semble en tous points semblable à celle de ceux ayant commis des crimes dans le Lauragais. Les témoins du massacre du 20 août au Quai Riquet à Carcassonne évoquent également des "Mongols" parmi les Allemands.

Il ne s'agissait pas en fait de Mongols mais d'hommes provenant de l'armée Vlassov, enrôlés dans la Wehrmacht. Parmi eux, on comptait des Géorgiens, des Russes, des Ukrainiens...

TURKLEGION91.gif

La légion du Turkestan

Ces hommes sous l'emprise de l'alcool se sont comportés comme des criminels partout où ils sont passés. Le 23 août 1944, le village du Conques-sur-Orbiel va subir la loi de ces barbares. Il n'existe que quelques lignes très vagues sur cet épisode tragique dans les ouvrages de références que nous avons consultés : La Résistance audoise (Lucien Maury) et La 2e guerre mondiale dans l'Aude (Julien Allaux). La chance de ce blog c'est de pouvoir encore recueillir des témoignages, alors même que les acteurs de cette triste histoire sont morts ou beaucoup trop âgés. Les travaux historiques se sont énormément concentrés ces dernières décennies sur les actions héroïques de la Résistance. Fallait-il cacher les choses les moins avouables ?...

Que s'est-il passé à Conques ?

Une réfugiée d'Alsace-Lorraine résidait à Conques-sur-Orbiel et s'y trouvait ce jour-là. Sa fille a recueilli son témoignage et me l'a transmis. Il corrobore et complète celui raconté dans le livre d'Annie Kochert-Bonnefoy "Ils voulaient vivre libre", que nous citerons à la fin de cet article.

Capture d’écran 2016-05-09 à 12.06.58.png

Quand ce convoi arrive à Conques, j'habite dans la maison tout en haut du village, à la limite de celui-ci, au fond d’une toute petite impasse.
Ils fouillent les maisons... Ernest a peur pour les femmes, surtout Paulette , mais elle échappe aux troupes grâce à la couverture qui cache l’escalier ….. d’ailleurs ils ont trouvé une partie des pots de confit d’oie et ils sont fourbus et affamés ! Pendant ce temps je me suis accroupie sur le bord extérieur de la fenêtre de l’étage, prête à sauter plutôt que de tomber dans leurs mains !
Après le pillage de toutes les denrées alimentaires qu’ils ont pu trouver dans le village, ils font la fête toute la nuit et s’enivrent.
Ernest - un ancien de 14-18 - pense qu’ils vont finir par mettre le feu au village avec les gens dedans (il a vu cela en Russie). Il faut absolument trouver le moyen de fuir, le moindre bruit la moindre tentative de sortie provoquent des tirs nourris des soldats qui sont sur les toits.
Alors ils tentent de passer par les terrasses chez le voisin - un cordonnier - mais celui-ci leur avoue que sa maison est bourrée d’armes ; il y en a partout dans les planchers et les plafonds. 
Toutefois les Mongols ont peur du maquis et n’osent pas s’aventurer en dehors du village : donc si l’on parvient à sortir de la maison en direction de la route de LASTOURS ils ne poursuivront pas le fuyard ; il ne devrait pas y avoir trop de problèmes car la forêt n’est pas loin.

Capture d’écran 2016-05-09 à 12.05.35.png
Il faut attendre la nuit et se préparer. Paulette et Marcel, plus menacés, décident de partir seuls, le plus vite possible en utilisant un réseau de minuscules ruelles et de terrasses ; Marcel ouvrant la route, Paulette à sa suite quand tout va bien. Ils parviennent à sortir du village et à franchir l’Orbiel à pied. 
Ils prennent la direction de Carcassonne et rencontrent le maquis au carrefour de Villegailhenc. 
Ceux-ci se posent des questions, ils ne savent pas s’ils doivent intervenir pour libérer le village ou attendre. Marcel leur décrit la situation en donnant le plus de précisions possibles sur les occupants ; il leur dit les craintes d’Ernest mais leur conseille de rester sur place et de ne rien faire pour l’instant car ce serait trop dangereux pour la population. Il est alors convenu que le maquis va rester sur place à l’affut du moindre bruit anormal, de la moindre odeur ; dans le cas de tirs ou d’odeur de feu ils interviendront. 
Marcel et Paulette repartent vers Carcassonne où ils trouvent refuge à la Gravette chez la fiancée de Marcel. Monsieur Bénazet est seul avec Louise car sa femme est partie chez son autre fille à Villanière dont les jumeaux nouveaux nés sont malades. À cause de la présence des Mongols et par manque de soins, un des jumeaux mourra.


Paulette et Marcel vont rester là plusieurs jours …sans nouvelles de la famille.
Ernest, Juliette et Marie ont eux aussi réussi à se sauver : ils possèdaient la clé d’une barraque de vigne des Bauquier dans laquelle Paulette cachait sa bicyclette. Cette cabane n’est pas très loin du village : ils partent à la nuit par l’arrière de la maison, avec quelques vivres et une couverture jusqu’à cette cabane sur la route de LASTOURS et y passent la nuit (de toute façon Juliette ne peut pas marcher plus loin).
Un peu plus tard Ernest va jusqu’à la première ferme demander du secours et ils reviennent tous dans celle-ci, Juliette dans une brouette.


Dans le village c’est la terreur ; les habitants se sont enfermés chez eux, le village occupé par des troupes très frustres, avinées et prêtes à tout : la directrice de l’école a été réquisitionnée pour cuisiner à ses messieurs les chefs, elle passe toute la nuit à faire des patisseries : tant qu’ils ont besoin d’elle elle ne risque rien ! Son mari cloitré dans la maison passe la nuit devant la porte de la chambre de sa fille.
Le cordonnier a réuni quelques hommes chez lui il est prêt à se servir des armes cachées chez lui... si nécessaire.  


Finalement les Mongols partent plusieurs jours plus tard sans avoir commis d’autres dommages ,pressés qu’ils sont de remonter vers le nord …. Un vrai miracle.

Le lendemain du départ des Mongols, le médecin est passé afin d’apporter son aide partout où cela était nécessaire. Ayant été la première à voir arriver ces troupes, j'ai également vu qu’ils s’en étaient pris à deux gamines qui se trouvaient en bas de leur rue : c’est alors qu’une jeune femme Russe est sortie en hurlant et s'est interposée... les deux gamines ont pu s’échapper (c’est pour cette raison que je m'étais réfugiée sur la fenêtre de l’étage prête à sauter et à courir à travers champs plutôt que de me faire prendre à la maison).
Il faut préciser que cette femme, employée de ménage à la kommandantur avait été tondue quelques jours plus tôt ...malgré cela elle a courageusement défendu ces deux gamines !

ils-voulaient-vivre-libres-.jpg

Dans l'excellent ouvrage ci-dessus, l'auteure à retranscrit le témoignage suivant :

La famille d'Alexis Belaud s'était réfugiée chez sa soeur, et les hommes s'étaient cachés sur les toits. André était resté avec les femmes et les autres enfants, dans une chambre. Ils avaient très peur... Ils entendirent frapper à la porte et durent ouvrir. Les Allemands envahirent la maison, et deux d'entre eux entrèrent dans la chambre, où la tante du garçon, encore très jeune et belle, fut contrainte, le révolver sur la nuque d'obéir aux ordres. Elle fut violée devant leurs yeux, alors qu'André tenait sur ses genoux deux enfants très jeunes qui pleuraient. Lorsque le SS termina sa besogne, il pria son compagnon de prendre sa place. Après avoir emporté quelques tricots et fouillé l'armoire, ils disparurent. Trois femmes dans le village furent violées ce jour-là...

La macabre épopée de ce convoi de la 11e division de panzers s'achèvera entre l'Ardèche et les Vosges. Entre temps à Blomac, ils tirèrent à vue sur les véhicules qui passèrent : MM. Colomb et Castans seront tués et Mme Castans, blessée. Le 24 août 1944, c'est à Rieux-Minervois que le village est pillée et que quatre otages périssent sous la mitraille des nazis : MM. Labatut, Amalric, Malrieu et Louis Cros.

Toute personne pouvant témoigner de ces évènements est priée de bien vouloir me contacter à l'adresse suivante : andrieu-martial@wanadoo.fr

________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016