20/02/2016

L'exécution par la Résistance d'Albert Kromer, chef de la Milice à Carcassonne

Albert Kromer né le 12 juin 1905 à Belfort, commerçant 21 rue Georges Clémenceau, est exécuté avec Elise Journet née le 17 février 1903 à Carcassonne - son épouse - au second étage de son appartement situé rue Tranquille.

Capture d’écran 2016-02-20 à 08.20.32.png

Le Midi Socialiste / 25 février 1944

Le chef de centaine Kromer fut avec René Bach - l'interprète de la Gestapo - la figure la plus redoutée de la collaboration Carcassonnaise. Marié à une Carcassonnaise depuis le 23 octobre 1929, il tenait un magasin de jouet dans la rue de la gare depuis plusieurs années. En représailles après l'affaire de Belcaire dont nous allons parler plus bas, la Résistance commença par lui adresser un courrier le 8 décembre 1943, puis un cercueil miniature pour lui souhaiter une Bonne année 1944.

Capture d’écran 2016-02-20 à 08.40.33.png

Capture d’écran 2016-02-20 à 08.40.12.png

© ADA 11 / 107W230

L'exécution de Kromer

Capture d’écran 2016-02-20 à 09.08.23.png

Le magasin de jouet Kromer et leur appartement

© Google maps

Les chefs de la Résistance, ayant décidé d'éliminer Kromer, demandent aux dirigeants de la Région R3 de leur fournir des volontaires pour l'abattre. On leur envoie deux jeunes gens appartenant aux groupes francs. Il s'agit de Louis Bonfils alias "Paulo" né le 12 août 1920 à Nice et de Mathieu alias "Fracasse". Le premier sera fusillé à Montpellier pour avoir ensuite tenté d'assassiner le chef du groupe Collaboration de Narbonne, le 7 avril 1944. Le second, fit partie du commando qui assassina Philippe Henriot le 28 juin 1944 à Paris ; il sera tué pendant la Libération de la capitale en août de la même année.

Mathieu se présente donc le 24 février 1944 à la porte du domicile des époux Kromer, rue Tranquille à Carcassonne. Il tire trois balles de pistolet 7,65 ; deux atteignent Kromer qui est tué sur le coup, la troisième atteint sa femme qui s'était portée à son secours. Blessée au visage, elle est transportée à la clinique Cathala (route de Toulouse) où elle décèdera le lendemain.

Aux obsèques des époux Kromer, tout ce que Carcassonne compte de collaborateurs et miliciens est là, dont 120 francs-gardes en uniforme avec leurs armes. Les allemands offrent deux couronnes et sont représentés par quatre officiers dont un colonel. L'enquête confiée à deux inspecteurs du Service régional de police judiciaire de Montpellier ne donnera rien.

Après l'exécution, les deux Résistants furent pris en charge par l'abbé Courtessole. L'équipe resta à Carcassonne, tantôt hébergée par madame Fournier, tantôt à l'hôtel.

L'affaire de Belcaire

Au début du mois de novembre 1943, les allemands avaient eu connaissance que des réfractaires du S.T.O (Service du Travail Obligatoire) se cachaient à Belcaire et Camurac, où ils recevaient de l'aide. Ils exigèrent de la police française qu'elle mène une enquête. Les commissaires Pierre Escudey et Gabriel Creupelandt furent chargés de la mission. Ils étaient Résistants et dressèrent, bien entendu, un rapport négatif. Celui-ci n'ayant pas convaincu la Gestapo, c'est là qu'entre scène Albert Kromer - membre du P.P.F et chef de la Milice sous le numéro MO-221. Accompagné par l'inspecteur de la Gestapo Hoffman, ils font une descendante à l'hôtel Bayle de Belcaire. Ils y recueillent des renseignements en se faisant passer pour des résistants. Ils apprennent que L'hôtel Bayle héberge des clandestins et que le menuisier Julien Toustou, emploie en cachette des réfractaires du S.T.O.

 Le 29 novembre au cours d'une opération menée au petit matin par 60 soldats du 71e régiment de l'Air, cantonné à la caserne Laperrine de Carcassonne, des policiers allemands, de René Bach et de miliciens avec Albert Kromer, plusieurs personnes sont arrêtées. Elles sont amenées dans les geôles de la caserne pour y être interrogées. Seront déportés en Allemagne : Jacques Vacquié (Maire de Camurac), René Bayle (Hôtelier), Julien Toutou (Menuisier), René Fournet, Raymond Demarchi, Baptiste Arnaud et Raymond Dieuzère.

Témoignage de Reine Bayle en 1989

"J'avais flairé un piège quelques jours auparavant en voyant dans l'hôtel deux hommes, un chef de la Gestapo et un marchand de jouet nommé Kromer. Le 29, lors des arrestations elle aperçoit que les allemands arrachent du registre de l'hôtel la page où est inscrit le nom du commerçant. Le lendemain, raconte Reine, je suis allée à Carcassonne, à la préfecture et au commissariat pour avoir des renseignements sur l'arrestation de mon frère René, puis dans une rue du centre ville j'ai reconnu ce Kromer dans son magasin. Grâce à une cousine, on m'avait indiqué le marchand de jouets. Revenue à Belcaire, il y avait le sous-préfet, on faisait semblant de ne pas croire mes explications. Par chance, les allemands ne m'ont jamais interrogé. Je n'ai pas été inquiétée."

Le 10 janvier 1944, une perquisition a lieu dans le bureau du commissaire Escudey et au domicile de son adjoint, Gabriel Creupelandt. Ils sont envoyés en déportation. Pierre Escudey, né à Toulenne le 24 novembre 1909, mourra à Neuengamme le 6 janvier 1945.

Fold3_Page_9008_Miscellaneous_Lists_and_Registers_of_German_Concentration_Camp_Inmates_Originated_or_Collected_by_the_International_Tracing_Service.jpg

Gabriel Creupelandt, né à Roubaix le 31 décembre 1910, mourra le 28 février 1945 à Vaihingen. Ce dernier a son nom gravé au Monument aux morts de Bram.

179542877.jpg

Leurs noms figurent sur une plaque en hommage aux "Morts pour la France" dans la cour du commissariat de Carcassonne.

Sources

La 2e guerre mondiale dans l'Aude / J. Allaux

La Résistance audoise / Lucien Maury

Archives de l'Aude

Généanet

Merci à Sylvain le Noach pour ses renseignements sur G. Creupelandt

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016 

16/02/2016

L'arrestation d'André Coste par la Milice Française

Le policier André Coste - natif de Fanjeaux - était un agent P2 des S.S.D.N (Services Spéciaux de la Défense Nationale) pendant la Seconde guerre mondiale. Après avoir rendu ses services au sein de la Résistance à Paris, il arrive à Carcassonne en octobre 1942 afin d'y remplir plusieurs missions. Elles consistent notamment à recueillir des renseignements de personnes jugées dangereuses pour l'Armée secrète : Miliciens, membres du P.P.F (Parti Populaire Français), agents de la Gestapo, etc... Son appartement situé dans la rue de l'aigle d'or, lui permet d'observer les mouvements dans le Grand café Not de la place Carnot. C'est le siège du P.P.F et le lieu de rendez-vous des miliciens.

Dans le livre "La Résistance audoise" de Lucien Maury paru en 1980, André Coste raconte son arrestation par la Milice Française en mai 1944. Dans les détails, il explique comment et grâce à qui il a pu finalement échapper au triste sort qui l'attendait. Nous avons trouvé par hasard dans les archives de l'Aude, un document dactylographié de septembre 1944. Il s'agit de l'interrogatoire de l'un des collabos qui l'a fait arrêter ; il nous a paru très intéressant de confronter les deux versions. 

Le récit d'André Coste

Le 20 mai 1944, j'avais rendez-vous avec Müller sous-officier d'aviation du groupe Testa. Il avait une chambre dans l'immeuble de la droguerie Arnal, face à la gare, près du café Continental. Notre rendez-vous était fixé à 13 heures dans cette chambre, au deuxième étage, où on accédait par un immense escalier. Nous échangeâmes divers renseignements puis nous décidâmes de ne pas quitter la chambre en même temps. Il partit donc le premier. Quant à moi, je restai trois-quarts d'heures environ avant de partir. Descendu au premier étage, qu'elle ne fut pas ma surprise de me trouver en face de trois miliciens , qui, révolver au point, s'approchèrent, me fouillèrent ; parmi eux un résistant authentique, l'officier de paix Aimé Ramond, du Commissariat de police !...

Presse de questions, je leur dis que je venais de la chambre au-dessus qu'un ami m'avait prêtée où j'avais rendez-vous avec une fille qui n'était pas venue. Il m'obligèrent à remonter dans la chambre où ils perquisitionnèrent sans aucune autorisation, ne trouvèrent rien de compromettant, sauf des tenues de sous-officier d'aviation qui appartenaient à Müller. Ces tenues les inquiétaient. Ils me demandèrent le nom de mon ami, son adresse, que je donnai. Quelqu'un fut envoyé prendre Müller qu'on trouva fort heureusement. Ce dernier confirma aux miliciens ce que je leur avais dit quant à ma présence dans sa chambre. C'est d'ailleurs "l'alibi" que nous nous étions donné en cas de "coup dur". Mais les miliciens n'en étaient pas tellement convaincus, ils voulurent savoir le nom et l'adresse de cette jeune fille. Je leur dit que je la connaissais à peine depuis trois jours, qu'elle n'agitait pas en ville, mais du côté de Lézignan, qu'elle ne m'avait donné aucune précision sur son domicile et qu'elle s'appelait "Josiane", c'est tout ce que je savais.

Ce qui m'inquiétait surtout, et me rassurait à la fois, c'était la présence de Ramond avec les miliciens, Ramond qui faisait semblant de ne pas me reconnaître et qui ne m'adressa pas une seule fois la parole. Les idées les plus "moches" me passèrent par la tête. Müller ou Ramond était-il un agent double ? Comment Ramond savait-il que j'étais là ? Tout cela ne me paraissait pas possible. Après un interrogatoire sommaire et une perquisition de la chambre de Müller, qui ne fut pas arrêté, nous quittions cette chambre ; d'autres miliciens étaient en faction au rez-de-chaussée et dans la rue. Je fus conduis au siège de la Milice, Place Carnot, de là, toujours avec Ramond et deux miliciens, au domicile de ma femme, rue de l'Aigle d'or, menottes aux mains. Encore une fois, cette pauvre femme me vit arriver encadré de miliciens pour perquisitionner ; elle fut, elle aussi, interrogée, menacée, en présence de notre petite fille qui n'arrêtait pas de pleurer.

2295329460.jpg

Le siège de la Milice à Carcassonne

Pendant que les miliciens perquisitionnaient dans une pièce qui se trouvait sur le palier de l'appartement, à gauche au premier étage, Ramond et moi, nous nous trouvâmes seuls dans une des deux pièces qui donnaient sur la rue. Raymond qui ne m'avait jusque-là jamais adressé la parole, me dit spontanément :

- Surtout ne bouge pas, je te sortirai de là, mais-moi faire. Tu n'as rien de compromettant ici ? Sur ma réponse négative, il me fit un petit signe de tête qui voulait die "ça va". Ce furent ses seules paroles.

Ma femme fut interrogée pendant les deux jours que je restai place Carnot et gardée à vue. Je fus ensuite transféré au lieu-dit "Bouttes-Gach", un ancien asile où étaient stationnés les miliciens de choc qui participaient aux opérations de police, patrouilles et attaques de maquis.

Capture d’écran 2016-02-16 à 09.07.36.png

L'ancien asile de Bouttes Gach a été rasé, route de Toulouse.

Un jour, Ramond vint me voir (nous étions seuls) et m'expliqua comment j'avais été arrêté. J'avais été aperçu dans la rue par deux membres du Comité d'Action P.P.F de Carcassonne, Fontvieille et Lamouret, ces deux-là devaient me connaître ou avaient quelques renseignements sur moi. Je les connaissais parfaitement puisque j'avais fait leur fiche, en septembre 1943, et celle de tous les gros bonnets de ce mouvement à Carcassonne, qui avait son siège rue de l'Aigle d'or, même rue que celle de mon domicile. Or, suivi par les deux cités ci-dessous, je ne m'étais pas aperçu que j'étais "filé" ; ça peut arriver même à un ancien policier ! L'un deux avait dû rester sur place et l'autre était allé à la Milice, place Carnot où se trouvait le chef de centaine très connu pour son activité débordante à Carcassonne et dans les environ. F... se rendit avec un autre chef milicien trouver le commissaire de police Fra auquel ils expliquèrent qu'ils allaient procéder à l'arrestation d'un Français et demandèrent l'assistance d'un responsable de la police française. Ce fut Ramond qui fut désigné par le commissaire. La Milice prenait soin lorsqu'elle procédait à des arrestations de Français, d'être accompagnée d'un policier Français, de façon que l'arrestation soit officielle.

Un jour, au début de l'après-midi, la Milice, comme d'habitude, me descendit au siège place Carnot. Pendant que je l'attendais, sous la surveillance de deux miliciens, je pouvais voir Ramond qui discutait avec un chef de la Milice, celui qui a été fusillé à la Libération. Je fus introduit dans le bureau, Ramond me dit dit à ce moment-là :

- On va vous amener au Commissariat de police, nous avons quelques questions à vous poser.

Il passa un coup de fil et bientôt arriva une voiture avec un gardien de la paix. rond monta derrière avec moi, je n'avais pas de menottes, elles m'avaient été retirées dès mon arrivée à la Milice et non remises par Ramond. dans la voiture, il me remit un papier sur lequel était écrit :

"Arrivés devant la porte du Commissariat, tu me bousculeras et partiras en courant, prends la première rue à droite et rue Voltaire, presque en face de la clinique Delteil au N°X... au premier étage, une porte en face l'escalier, tu entres et tu attends, il n'y aura personne. Tu t'enfermes à clé et ne réponds que si tu entends frapper deux fois à la porte. Tu me rends ce papier." Ce que je fis.

Arrivés devant le Commissariat dont la porte d'entrée était dans le rue du Crédit agricole Mutuel, j'appliquai les consignes données : bousculade, Ramond fit semblant de tomber et de me poursuivre jusque dans la petite rue qui donne rue Voltaire. Je ne devais jamais plus le revoir. Arrêté avec Myriel le 29 juillet 1944, il périt sur le dépôt de munitions de Baudrigues le 19 août 1944. Grâce à lui qui avait tout prévu, mon évasion réussit sans grand mérite pour moi.

Je n'oublierai jamais ses dernières paroles lorsque, dans la voiture qui nous ramenait au Commissariat de police, je lui dis qu'il ferait bien de partir avec moi. Il me répondit : "Je ne peux pas, mon travail n'est pas fini."

Aimé Ramond était employé dans la Résistance au "Noyautage des administrations", au sein même du Commissariat de Carcassonne. Avec certains de ses collègues résistants et au milieu de la majorité des autres, Vichystes, il s'employa à recueillir des informations et à sauver des patriotes. Il mena un exercice périlleux afin de ne pas se faire repérer ; c'est aussi pour cela que l'on retrouve sa signature sur le registre de condoléances de Philippe Henriot, exécuté par la Résistance en juillet 1944 à Paris.

 L'interrogatoire de Fontvieille

J'appartiens en qualité de membre du P.P.F de la section de Carcassonne, depuis 1932. J'ai fait partie de la Légion Française des Combattants, depuis sa fondation, mais je n'ai pas adhéré au S.O.L ni à la Milice.

Dès le début de mon entrée dans le P.P.F, j'ai été chargé de faire des adhésions. C'est le nommé J... qui m'a fait entrer dans ce parti, et m'avait plus particulièrement chargé de faire des abonnés au journal "L'émancipation nationale". Je n'ai réussi dans cette dernière opération qu'à faire trois abonnés.

J'ai adhéré au groupe Collaboration de Carcassonne dès sa première réunion et j'ai été inscrit par un nommé De F, demeurant actuellement à Saint-Papoul. Je n'ai assisté qu'à deux réunions organisées par le groupe Collaboration et la Milice, à savoir : la conférence de Dr Grimm et celle de Henriot. En revanche, j'assistais régulièrement à toutes les réunions et conférences organisées par le P.P.F. Celles-ci avaient lieu en caractère privé et n'étaient qu'ouvertes aux membres du parti.

Dans quelles circonstances, avez-vous fait arrêter le nommé Coste de la Résistance par la Milice de Carcassonne ? Je vous demande de me répondre en toute franchise.

Il y a environ quatre mois, j'ai aperçu la présence au café Not du nommé Gayraud et d'un moniteur que j'ai appris par la suite qu'il s'appelait Coste, et qui consommaient à une table voisine de la mienne. Je me trouvais à ce moment-là en compagnie de membres P.P.F ; les nommés C..., I... et Lamouret. Comme je doutais que le nommé Gayraud appartenait à un groupe de la Résistance, nous avons défiguré l'invité de Monsieur Gayraud avec qui il discutait à voix basse et nous avons compris que nous avions affaire à un individu suspect. Lorsque cet individu s'est levé, mon camarade C... est sorti pour voir la direction qu'il prenait. Quelques instants après il est revenu nous joindre nous déclarant qu'il n'avait pas pu se rendre compte où il était passé. Au cours de la discussion qui s'en suivit, le nommé Lamouret nous demanda de faire notre possible pour établir l'identité de cet individu et de son domicile. Bien qu'intrigué par la présence de cet individu à Carcassonne, je ne me suis jamais livré à aucune surveillance sur lui. Je n'ai jamais cherché à savoir ce qu'il faisait et son identité. J'ai toujours cherché à l'éviter, craignant cet individu et le prenant pour un "terroriste".

Ne revoyant plus cet individu avec mon camarade Lamouret, nous en avons conclu qu'il avait dû quitter la ville. Un mois environ après, j'ai rencontré cet individu au moment où il rentrait dans l'immeuble Arnal qui fait corps avec mon bureau. Comme je sortais de celui-ci, je suis revenu sur mes pas et je suis allé dire à Monsieur Lamouret, mon associé, que cet individu était là. A ce moment-là, il m'a dit : "Je vais prévenir la Milice, faites le guet et regardez qu'il ne ressorte pas." Immédiatement un groupe de miliciens conduit par C de la Reille, s'est rendu sur les lieux et a attendu que cet inconnu sorte de l'immeuble pour l'appréhender. Dès l'arrivée de la Milice, j'avais quitté les lieux sans attendre le résultat de l'opération. C'est à 14 heures 30 seulement que j'ai connu que cet individu avait été arrêté et que la Milice s'apprêtait à la relâcher, n'ayant rien trouvé de suspect sur sa personne et au cours d'une perquisition effectuée à son domicile. C'est mon collègue Lamouret qui m'a mis au courant de cela.

Par la suite, mon camarade Lamouret devait faire une réflexion suivante : "Il a dû aller rejoindre son ami Gayraud et on n'aurait pas dû le relâcher, car vous le reverrez revenir à Carcassonne avec une mitraillette à la main !" Lamouret a prononcé des paroles par suite de l'absence de cet individu à Carcassonne pendant une période de trois mois environ.

Je n'ai jamais appartenu ni fourni aucun renseignement aux service de Police allemande. Je sais qu'au sein du P.P.F existait les Comités d'Action chargés de pourchasser pour le compte du Bureau de Placement allemand et ensuite pour le compte de la Gestapo, les réfractaires au S.T.O. Parmi les individus travaillant pour ces organismes, le seul individu que je connaisse et habitant Carcassonne est un nommé M... qui demeure rue Barbès, sur le côté gauche en se dirigeant vers la Place Carnot, sous un porche, et à proximité d'un marchand de primeurs. Je puis vous fournir quelques précisions sur le sus-nommé : C'est le nommé C... qui l'a enrôlé à Carcassonne et l'a présenté à Lamouret.

M... est allé faire un stage de trois semaines à un mois. Ce stage a eu lieu, si je m'en souviens, vers la fin juillet commencement d'août 1944. En plus du nommé M..., il y avait aussi le nommé B..., réfugié de Toulon demeurant à Axat, et le nommé F... de Castelnaudary.

J'ai rendu des services notamment aux nommés S..., tripier à la Trivalle et M..., coiffeur domicilié à la Barbacane, et j'ai empêché ceux-ci d'être affectés à l'usine de tuilerie de Limoux. C'est en qualité d'ami Monsieur F... que j'ai obtenu satisfaction.

Si j'ai agi ainsi vis-à-vis du nommé Coste, c'est que j'ai cru être menacé par celui-ci. Je croyais avoir affaire à un terroriste et être visé par celui-ci en tant que membre du P.P.F. J'affirme que c'est surtout sous la pression des nommés C..., I... et Lamouret que j'ai agi ainsi.

"Fonfon" a été condamné aux Travaux forcés à perpétuité par jugement de la Cour Martiale, en date du 10 septembre 1944.

Le nommé Gayraud alias Marty, était un membre important de la Résistance. Nous avons caché volontairement certains noms divulgués dans cet interrogatoire quand nous n'avons pas pu vérifier leur authenticité. Seuls Fontvieille et Lamouret étant cités dans le livre "La Résistance audoise".

Sources

ADA 11

La Résistance audoise / L. Maury / 1980

______________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016 

05/02/2016

L'urne des déportés retrouve sa place au pied du monument à la Résistance.

À une date que l'on estime être celle de l'inauguration du monument à la Résistance au Square Gambetta - soit en 1948 - une urne contenant de la terre provenant du camp de Buchenwald a été scellée au pied du monument. Elle aurait été ramenée par les déportés et déposée lors de la cérémonie officielle à cet endroit.  Nous n'avons pas de certitude concernant la date précise - il faudrait consulter les registres des délibérations du conseil municipal de Carcassonne - en revanche, les photos et cartes postales en ma possession attestent de l'existence de cet objet en ce lieu au moins jusqu'aux années 1990. 

11337109_10206587608236590_163468004_o.jpg

L'urne au pied du monument à la Résistance

En 2013, je saisissais Madame Tamara Rivel - adjointe à l'urbanisme - sur la disparition de l'urne après la destruction du square Gambetta et sa transformation en parking souterrain. Celle-ci commissionnait des agents municipaux afin de tenter de la retrouver. Sans succès...  Si tous les autres monuments du jardin avait été rassemblés aux serres municipales avant 2009, l'urne en fonte ne s'y trouvait pas. Notre hypothèse c'est qu'elle fut jetée à la benne ou, au mieux, récupérée par un ouvrier pour son usage personnel.

12168011_729705197173475_1797167275_n.jpg

Les collégiens et les élus à Sachsenhausen

L'histoire en resta là, quand en juin 2014 Tamara Rivel - Conseillère départementale - proposa au président Viola de refaire une urne et de profiter du voyage annuel des collégiens en Allemagne, pour ramener de la terre des camps. Le président André Viola trouvant l'idée excellente fit les démarches auprès de l'ambassade d'Allemagne afin d'obtenir les autorisations. De mon côté, à sa demande, je fournissais les photos à Madame Rivel, nécessaires à la reconstitution du précieux objet. Le Conseil départemental fit une demande écrite au maire de Carcassonne en vue d'obtenir l'autorisation de remettre à une date non précisée, la nouvelle urne à Gambetta. 

12178321_729705230506805_1925043442_n.jpg

Les collégiens s'en étant revenus d'Allemagne, la terre ramenée du camp de Sachsenhausen était gardée précieusement. Avec l'aval de l'Architecte des Bâtiments de France, on fabriqua un réceptacle en marbre en guise d'urne avec les noms de MM. Viola et Larrat ; ce dernier ayant accepté de se joindre à la future manifestation symbolique dans un élan d'oeucuménisme politique.

12696545_1025901094138485_1578199388_o.jpg

Dans le journal Perspective - organe de communication du conseil départemental de l'Aude - le président Viola annonce l'inauguration pour le 24 janvier 2016. La date sera finalement déplacée au 3 février.

12669219_1025899187472009_869789897_o.jpg

Je regrette de n'avoir pas pu me rendre à cette inauguration et je m'en suis excusé auprès des autorités compétentes ; j'habite à 350km de Carcassonne. Selon les observateurs sur place, les discours n'ont pas évoqué l'histoire de l'urne primitive et de son parcours. Ceci aurait permis de comprendre les raisons d'une telle manifestation aujourd'hui ; mais aurait suscité l'embarras de certains élus vis à vis d'un objet dont ils avaient la charge.

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

04/02/2016

Dans la valise des déportés Carcassonnais vers Auschwitz

Nous avons déjà évoqué sur ce blog, l'aryanisation, c'est-à-dire la spoliation des biens immobiliers et mobiliers des familles juives avant leur déportation dans les camps de la mort. Ceux-ci étaient d'abord confiés à un liquidateur - désigné par l'administration allemande - avec le concours de l'État Français, puis vendus aux enchères publiques ou cédés gracieusement à des nazis. Nous avons retrouvé des documents dans les archives de l'armée américaine prouvant qu'hélas, Carcassonne n'est pas passée au travers de ces spoliations. La difficulté pour les familles héritières -s'il en restait- de ces pauvres malheureux envoyés à la chambre à gaz, fut d'obtenir après la Seconde guerre mondiale, la restitution de ce qui avait été volé. La plupart du temps, des familles entières ayant été exterminées, les biens restèrent entre les mains de ceux qui les avaient acquis. Qui allait porter réclamation ? Dans d'autres cas, les héritiers durent s'armer de courage pour faire valoir leurs droits auprès des autorités compétentes ; il fallut qu'elles apportassent les preuves de propriété. Il y a sans aucun doute des propriétaires actuels qui, sans le savoir - dans le meilleur des cas - possèdent des biens provenant de l'aryanisation. Ci-dessous, nous ne donnerons que deux exemples parmi... combien ?

Birkenau_gate.jpg

L'entrée du camp d'Auschwitz

Steiner Greta

 Madame Steiner Greta de nationalité française, habitait 9 route de Limoux à Carcassonne, quand elle tenta de récupérer un logement en novembre 1947, par l'intermédiaire chef de la division des restitutions et réparations, au quartier général des forces armées américaines en Autriche.

"J'ai l'honneur de vous informer que l'immeuble situé à Vienne VII, Zieglergasse 38, appartenait avant la guerre à Madame Rosa Krieger ; il a été confisqué le 15 juillet 1942 au bénéfice du Reich conformément au Reichbürgergesetz*Il est toujours entre les mains du Reich comme cela apparaît dans Grundbuch du registre de Neubau (Numéro 1200).

Rosa Krieger disparut durant sa déportation. Par décision du 16 octobre 1947, le tribunal régional l'a déclaré comme étant décédée. Il résulte que sa succession est par conséquent ouverte. Son unique héritière est sa fille, Madame Gerta Steiner, de nationalité française habitant à Carcassonne qui demande la restitution de l'immeuble confisqué dès qu'elle deviendra propriétaire de son héritage.

En conséquence, vous seriez aimable de noter que cet immeuble, bien qu'apparemment allemand, représente un intérêt français, prendre les mesures pour le protéger et me tenir informé.

Je suis disposé à vous donner toutes information complémentaire."

*La loi sur la citoyenneté du Reich de 1935 créait deux espèces d'Allemands ; ceux de "sang pur" et les  ressortissants raciaux considérés comme étrangers. Ces derniers avaient moins de droits que les autres.

Haguenauer Paul

Paul Georges Haguenauer demeurant 10, rue de la préfecture pendant la guerre, possédait une société de vente de tracteurs sous la marque "Le Français". Par arrêté du 24 janvier 1942 paru au Journal Officiel, les biens de M. Haguenauer sont mis entre les mains d'un administrateur et d'un huissier Carcassonnais chargés d'en rédiger l'inventaire en vue de la vente. Il est également mis fin aux fonctions de M. Haguenauer comme directeur de cette société.

Le 30 novembre 1942, un courrier du Commissariat aux questions juives de Montpellier (2, rue des Etuves) signé de J. Tollincri est adressé au préfet de l'Aude :

" J'ai l'honneur de vous demander l'internement administratif du juif Haguenauer Paul, dont les agissements et l'activité croissante en qualité d'ingénieur conseil portent un grave préjudice aux vrais français."

 Le préfet Marc Freund-Valade ne va pas se soustraire contrairement à son prédécesseur à la demande du Commissariat aux questions juives. Le 5 janvier 1943 :

"M. Haguenauer Paul né le 24 décembre 1890 à Colmar (Haut-Rhin) de Simon et de Neyer Eve, domicilié 28 rue de la mairie à Carcassonne, est astreint de résider au centre de séjour de Fort-Barreaux (Isère) où il sera immédiatement conduit.

M. le chef d'escadron, commandant la compagnie de gendarmerie d'Aude, est chargée de l'application et de l'exécution du présent arrêté."

Après son internement sans sa fille et sa femme restées sous surveillance en leur domicile de Carcassonne, l'inspecteur de police Valentin D, l'administrateur Jules B et l'huissier maître T chargés de l'inventaire, découvrent des tracts jugés anti-nationaux du journal Combat, deux revolvers et un tract appelant au rassemblement du 14 juillet 1942 à la statue de Barbès. Un rapport est envoyé par Jules R, Commissaire principal, chef des renseignements généraux de l'Aude.

À la libération, Paul Haguenauer cherchera à récupérer une partie de ses objets dispersés. Sa bibliothèque contenant plusieurs livres de valeur ayant été expertisée par un libraire de la ville, il s'adressa à lui afin de la récupérer. Il dût s'y reprendre à plusieurs reprises avec au final une mise en demeure. Voici la réponse qu'il reçut du commerçant :

"Au cours de l'année 43, j'ai été sollicité pour examiner une bibliothèque. J'ai donné mon avis verbalement sur un certain nombre de livres en précisant que généralement le prix en occasion correspondait à la moitié du prix marqué. Au cours de la visite j'ai appris les raisons de cette vente et je n'ai fait aucune offre. Je précise que contrairement à ce que vous prétendez dans votre lettre, je n'ai pas remis d'expertise par lettre et que je n'ai reçu aucune rétribution de quelque sorte que ce soit."

De la même manière, M. Haguenauer s'adresse à un grand magasin de vêtements de Carcassonne afin de récupérer ses seize complets que celui-ci à accepter de revendre, contrairement à d'autres tailleurs qui ont refusé de prêter une aide quelconque à un acte de spoliation. 

(Ces commerces n'existent plus à Carcassonne)

Paul Haguenauer participa comme lieutenant F.F.I a la libération de Carcassonne, le 20 août 1944. Il est reconnu "Mort pour la France" le 9 novembre 1946 avec le grade de Commandant. Son corps se trouve dans la nécropole nationale "Les vallons" à Mulhouse, Carré A1 n°115. 

Capture d’écran 2016-02-04 à 11.23.18.png

© Georges Simon

MémorialGenWeb

 

Sources

Service historique de l'armée

Document déclassifiés US

Archives de l'Aude

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

29/01/2016

La collaboration industrielle dans l'Aude sous l'occupation

 Le 20 septembre 1944, le service du bâtiment et des travaux publics de la Délégation Générale à l'Equipement National relève une liste de 143 entreprises audoises - artisanales et non artisanales - ayant travaillé pour l'occupant Allemand. Ce grand nombre s'explique par le fait, qu'à un certain moment, l'Office de placement allemand de Carcassonne a réquisitionné en bloc un certain nombre d'entreprises ; ce fut le cas en particulier de toutes les entreprises de maçonnerie de Carcassonne.

Cette liste comporte le degré d'implication de l'entreprise, exprimé en pourcentage. Ce taux a été calculé en faisant le rapport entre le nombre d'ouvriers travaillant sur le chantier et les effectifs de chaque patron. La note de l'ingénieur en chef au Commissaire de la République rappelle que : " Ce pourcentage n'est donné qu'à titre d'indication et qu'il est probablement assez différent de celui que l'on obtiendrait, en faisant le rapport des chiffres d'affaires des secteurs allemands et français."

050.jpg

Fortifications allemandes, avenue A. Mullot.

Si une très grande partie d'entre-elles a exécuté ces travaux sous la contrainte de la réquisition, 31 cas ont fait l'objet d'un examen particulier. Certains entrepreneurs de maçonnerie se sont portés volontaires pour la réalisation de travaux militaires tels que casemates, blockhaus et autres tranchées anti-char. Des poursuites ont été engagées contre eux après la guerre, avec dans certains des arrestations. La circulaire ministérielle du 2 décembre 1944 "recommande aux administrations et aux Services publics concernés de s'abstenir d'attribuer aux entreprises dont l'activité en faveur de l'ennemi a eu un caractère notoire, des commandes et des marchés." Le 2 juillet 1946, suivant instructions du préfet de l'Aude, les noms de cinq entrepreneurs Carcassonnais exclus et condamnés sont affichés au tableau officiel de la mairie.

Lettre de Louis Amiel (Maire de Carcassonne) à M. le Commandant Georges (Commandant départemental des F.F.I)

31 août 1944

J'ai l'honneur de vous faire part d'une résolution du Comité local de la Libération, approuvée par le Comité départemental, tendant à mettre à la charge des entrepreneurs constructeurs de fortifications, la démolition des ouvrages qu'ils ont exécuté pour le compte de l'armée allemande.

Les conditions d'exécution de ces ouvrages ont soulevé pendant l'occupation, parmi la population, une émotion considérable. Certaines entreprises ont travaillé à forfait à des conditions honteuses que les allemands se souciaient fort peu de discuter puisqu'il s'agissait en définitive que des finances de la France. D'autres ont construit des ouvrages avec la main d'oeuvre fournie par la réquisition civile qui, durant quatre mois, a astreint nos compatriotes à de véritables travaux forcés.

Dans tous les cas, il est de notoriété publique que les entrepreneurs des ouvrages fortifiés ont édifié, sur les deniers de la France et la sueur des Français, des fortunes scandaleuses. Il est donc logique qu'ils participent les premiers à l'oeuvre de redressement moral à laquelle nous nous attachés.

Ces considérations ont conduit le Comité local, parfaitement d'accord sur ce point avec le Comité départemental, à vous demander de contraindre les entrepreneurs qui ont construit les ouvrages de défense allemands à les démolir immédiatement à leurs frais, à la main, avec l'obligation pour eux d'embaucher au tarif syndical, le personnel qui y travaillait et les ouvriers sans travail qui leur seront adressés.

Les allemands n'étaient pas regardant sur les sommes demandées par ces entreprises de travaux publics, car la France payait 400 millions de francs par jour au titre de l'armistice de 1940. Sans compter, bien entendu, les bénéfices de tous ordres qu'ils retiraient de l'aryanisation. C'est à dire, de la spoliation des entreprises et des biens appartenant aux juifs, après leur assassinat dans les camps. Je laisse le lecteur apprécier le caractère moral de l'enrichissement des entreprises, collaborant volontairement avec l'occupant. Certaines d'entre-elles ont disparu depuis, mais d'autres sont passées du statut de petit artisan avant-guerre à une importante société, après les lois d'amnistie du milieu des années 1950. Certes, leurs dirigeants ont été condamnés à des amendes et exclus des marchés publics ; dans les faits, les pénalités financières furent modestes en rapport de ce qu'ils avaient gagné. L'Indignité nationale avec confiscation des biens n'a pas toujours été prononcée ou a été minorée en appel, quand ces personnes profitant de quelques complicités n'ont pas retrouvé tout simplement une belle virginité morale au sein du milieu associatif ou politique.

Maquis Faita à Buc.jpg

© ADA 11

Maquis Faïta à Buc (Aude)

Qu'ont pensé les proches des résistants - morts au combat ou déportés - quand ils ont vu réapparaître dans les villes, ces anciens entrepreneurs du bâtiment ou commerçants enrichis grâce au détournement de la répartition pour inonder le marché noir, faire l'acquisition d'immeubles, d'hôtels ou tout simplement construire des maisons secondaires à la mer ? J'en ai beaucoup entendu me dire : "Maintenant, ce sont eux qui nous donnent des leçons." Eh ! oui, on ne s'enrichit pas en se cachant dans le maquis, on risque sa peau et celle de sa famille chaque jour. On mange ce que l'on trouve et parfois rien pendant quelques jours... Pendant ce temps, d'autres ont choisi une voie moins exemplaire mais bien plus lucrative.

Sources

Archives de l'Aude

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

18/01/2016

Le 3 juin 1944, la police rafle 200 jeunes sur ordre des nazis dans Carcassonne.

Nous sommes le samedi 3 juin et le dimanche 4 juin 1944 à Carcassonne. C'est jour de foire... Des agents français accrédités par l'Office du placement Allemand par un service dont le siège est à Marseille, investissent l'ensemble des cafés, la gare, les stations d'autobus et les maisons de tolérance. Sur ordre du service du placement allemand, situé 22 rue Strasbourg, elle appréhende et rafle plus de 200 jeunes français suspectés d'être réfractaires au S.T.O (Service du Travail Obligatoire). Une quarantaine de ces personnes sont retenues et confiées à la garde de la police urbaine de Carcassonne. Elles sont destinées à partir travailler de force en Allemagne pour alimenter l'effort de guerre des nazis. 

Dans un courrier du 5 juin 1944 adressé au Chef du gouvernement de Vichy, le préfet de l'Aude indique :

"Je suis immédiatement intervenu auprès de la Feldkommandantur pour demander qu'un fonctionnaire français qualifié assiste aux opérations de criblage. Le colonel, commandant la Feldkommandantur, a accepté la désignation de M. Bousquet, délégué départemental du Commissariat général à la main d'oeuvre."

Selon le préfet, sa réclamation auprès des services allemands contre l'arrestation de jeunes gens à peine âgés de 18 ans et en situation régulière, a permis finalement de ne retenir que 27 individus sur 40.

1268.jpg

© Musée de la résistance

 

Personnes partant pour l'Allemagne. Prévenir au plus vite la famille pour porte les bagages à l'Office de placement Allemand, 15 place Carnot.

Bourgeois Jean / 29.2.1920 à Aulnay sous bois / Rue de la mairie. Carcassonne 

Domenech François / 29.5.1923 à Barcelone / Névian

Armerio Joseph / 19.5.1925 à Béziers / Rue Capeau. Béziers

Farran René / 9.6.1922 à Sérignan / 10, rue faïence. Béziers

Gilbert Robert / 5.9. 1918 à Béziers / 5, rue Viennet Béziers

Guardia Julien / 13.11.1915 à Barbastro / 10, rue Dugommier. Carcassonne

Jeanjean Gustave / 18.7.1920 à Montjeaux / 39, av Gambetta. Béziers

Miquel Yvon / 10.3.1912 à Aspiran / 10, rue Subleyras. Montpellier

Ferrer Joseph / 8.3. 1917 à Narbonne / 21, rue dupleix. Narbonne

Sylvestre François / 18.1.1919 à Quillan / 28, rue du port. Carcassonne

Soules Émile / 2.1.1913 à Carcassonne / 59, rte de Limoux. Carcassonne

Tricarico Jacques / 26.3.1925 à Béziers / 27, rue Corneillan. Béziers

Taparel Roger / 31.7.1925 à Villassavary / Bassan (34)

Viseux René / 18.7.1924 à Paris / 46, bd Pétain. Carcassonne

Vidoni Gianino / 17.8.1916 à Trasaghis (Italie) / 37, rue de l'hôpital. Avignon

Bertholio Henri / 25.6.1915 à Florensac / Cussac (24)

Pages Étienne / 26.12.1919 à Argeliers / La digne d'aval

De Madaillan François / 14.6.1925 / La loubatière

Denat Émile / 4.7.1922 à Villalier / Villalier

Garrigues Raoul / 24.4.1926 à Prédelles / Trèbes

 

Source

ADA 107W145

__________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine / 2016