02/04/2015

Il était une fois... Le Xénon et Jean-Jacques Duffaut

Au début des années 80 débarque à Carcassonne, un gersois nommé Jean-Jacques Duffaut propriétaire de la boutique Kraft, 42 rue Barbès. Ce fils de paysans gascons va faire tourner les têtes et piétiner les Carcassonnais pendant trente ans. Revenu des Etats-Unis d'Amérique où il a fantasmé sur une boîte de New-York, il n'a qu'une idée c'est de réaliser la même. Ce sera sur l'actuelle zone du Pont rouge. Duffaut va alors se lancer dans une entreprise folle pour mener à bien en solitaire, un projet dans lequel il va mettre 300 millions d'anciens francs. Ce sera le Xénon ! Rien que le fronton lui coûte 20 "bâtons". Qu'importe ! Il veut ses colonnes doriques inspirées des temples grecs.

xénon.jpg

Jamais on n'avait bâti une telle discothèque dans Carcassonne : 350 m2 de surface totale avec un bar de 25 mètres et un disquaire en hauteur. Dans les futurs plans de l'entrepreneur, il faut ajouter une piscine, un court de tennis et de squash, un bowling.

duffaut 006 copie.jpg

Jean-Jacques Duffaut au Xénon

La discothèque sera inaugurée le 28 décembre 1983. En moins de dix ans, Jean-Jacques Duffaut va créer Le Xénon (1983), la piscine et le restaurant (1985), le bowling (1988), la station Skyrock (1988) et le Mc Duff' (1989). Ce dernier l'un des premiers fast-food de la ville, sur le boulevard Omer Sarraut.

Mc.jpg

Le Mc Duff' avec Gilles et Bob derrière le bar en inox rouge, servait les meilleurs hamburgers de la ville. Quand on voit ce qu'est devenu aujourd'hui ce local jouxtant le café de la Rotonde, on voit le déclin de notre ville depuis quinze ans. Pour ceux de notre génération, croyez-moi, cela crève le coeur. 

Xénon 3.jpg

En 1986, une émission de variétés est diffusée en direct par FR3 national depuis le Xénon. Parmi les artistes, il y a les rois du Top 50 de l'époque dont Canal + donne le classement chaque semaine. On se souvient sans doute de Marc Toesca et de son : "Salut, les petits clous". Corinne Charby chantant "Comme une boule de flipper" autour de la piscine éclairée du Xénon... Quel souvenir !

soirée xénon Barzotti 1986.jpg

Une soirée au Xénon en 1986

Soirée Xénon.jpg

Sur la piste...

NUADC3~1.jpg

Les cuisiniers et serveurs du restaurant

En 1991, Jean-Jacques Duffaut décide de mettre la discothèque en gérance. Ne pouvant courir plusieurs affaires à la fois, il se concentre sur d'autres activités. En fait, peu à peu et avec discrétion il s'éloigne de Carcassonne. Le Mc Duff' va fermer en même temps que l'on va perdre Pavanetto, son Conti et sa boîte Le privé. Une catastrophe que cette année maudite de 1992.

La leçon selon Duffaut

 Jean-Jacques est un grand baroudeur qui a visité plus de cent pays différents. A ces débuts, il même travaillé dans un kibboutz. De tout cela, il a tiré une grande sagesse et une richesse spirituelle sans pareil. Avant de partir, il se confie en 1991 à un journal local sur la difficulté de mener des entreprises à Carcassonne :

"Quand on est considéré comme un étranger. Ici, sont étrangers les gens qui n'ont pas été à Stan ou à Varsovie (lycées de la ville, NDLR).

Il ajoute au sujet du tourisme :

J'ai vu pas mal de choses dans le monde. Cela me ramène à dire que la Cité est un des plus beaux monuments, au moins de France. Depuis 1979, j'entends cette question : pourquoi les touristes ne restent pas ? C'est pourtant évident, rien n'est pour eux... Beaucoup de gens parlent de tourisme sans connaître Hong-Kong, Singapour ou New-York... Ici, on voit passer un million de touristes en transit. On reçoit des Japonais et qu'est-ce qu'on leur donne ? Ce sont des gens qui ont tout chez eux et une notion du service très poussée. D'abord comment arrivent-ils ? Je caricature, mais il leur faut presque attendre trois heures pour un bus. Aujourd'hui, c'est fini, il n'y a qu'à Ponte-de-Lima qu'on attend trois heures. Il y a un problème de communication. On parle d'un aéroport, mais moi je me fous que les Carcassonnais puissent aller à Paris. L'important, c'est que les étrangers puissent venir chez nous ou au moins qu'on les y pose. Qu'on ouvre des lignes avec l'Europe, Berlin, Londres... Ensuite, les structures. Il n'y a pas un distributeur bancaire à la Cité. J'ai jamais vu ça, même dans les coins les plus paumés. Location sur place de voitures, idem. Il faut savoir que les gens viennent visiter la Cité pendant deux heures. C'est bien gentil, des prospectus, mais il faut faire tout ce qu'il y a entre, prendre les gens en charge. On comprend que le mec ne reste qu'un jour, il ne peut pas faire dix fois le tour de la Cité. ce monument est une raison de venir, pas une raison de rester. Ou alors, on fait des rues tordues à l'intérieur pour que les gens ne puissent pas en sortir...

Quand à l'économie... Qu'on arrête de faire pousser des zones industrielles sans usines dessus. Cela fait uniquement travailler des charpentiers et des liquidateurs de biens. On est un très beau pays, mais arrêtons de jouer les vierges effarouchées. N'ayons pas peur de fermer ce qu'il faut fermer, mais implantons autre chose...

Xénon 2.jpg

Le Xénon a été entièrement rasé en 2009, puis ce fut le tour du bowling. Aujourd'hui, il ne reste plus rien de ce temple des nuits Carcassonnaises. Quant à Jean-Jacques Duffaut, il est toujours dans les affaires entre le Brésil et le Cap d'Agde. Les hommes de valeur et les visionnaires ne restent jamais à Carcassonne. Ils dérangent...

_________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

 

07/03/2015

La discothèque "Le privé"

6431041_2.jpg

Avec le décès du patron Pierre Pavanetto, le 16 février 1992, la discothèque

"Le privé"

n'allait pas lui survivre bien longtemps. Les jeunes et moins jeunes carcassonnais gardent tous un souvenir ému de ce lieu mythique aujourd'hui disparu. Qu'est devenu cet endroit quinze ans après?

1090013475.JPG

Les bâtiments de la discothèque en 2012, derrière la route de Toulouse.

3589037863.jpg

L'entrée du privé au temps de sa gloire

1002954512.JPG

La même entrée en 2012. L'emplacement des ampoules au dessus de la porte était encore là, mais plus rien ne brille...

3378052307.jpg

Pierre Pavanetto était toujours devant la cheminée dans l'entrée de la discothèque avec son Whisky à la main. Il suffisait d'un signe pour qu'une personne ne rentre pas et fallait pas chercher d'embrouilles au patron.

1610595929.JPG

La cheminée ou plutôt ce qu'il en reste...

1655597834.JPG

À droite, l'entrée vers la piste de danse a été murée pour des questions de sécurité. Seule subsiste, la peinture murale de la cité de Carcassonne.

851324600.jpg

Avec mes souvenirs, j'ai dressé ce plan de l'établissement.

2419506365.jpg

La piste de danse. Sur la gauche, le bar. Au fond, le Disc jockey. Sur la droite, un petit étage avec des tables.

110231095.JPG

Au même endroit...

623232613.jpg

L'entrée vers la pizzeria "Le vésuvio" à partir de la discothèque

2759581813.JPG

Le restaurant à l'heure actuelle.

51800320.JPG

Des locaux vidés et ouverts au quatre courants d'air en 2012

1152783312.JPG

À l'arrière de la discothèque.

3466229557.jpg

Des habitués du "privé", aux temps des copains...

Les bâtiments de l'ancienne discothèque sont désormais la propriété de la société CFPR. Elle a depuis 2012 transformé l'ensemble en une école de conduite d'engins de travaux.

Si vous possédez des photos, envoyez-les moi par mail pour faire revivre la légende

andrieu-martial@wanadoo.fr

Retrouvez-vous des photos sur ce formidable blog:

http://discotheque-leprivecarca.skyrock.com/

________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

31/01/2015

André Saura, matricule 51.119 tatoué au bras gauche

C'est l'histoire de deux amis, deux gymnastes de "la Carcassonnaise":

André Saura et Maurice Ancely.

En juin 1940, ils ont 16 ans et n'acceptent pas la défaite et la capitulation. André s'engage alors deux ans après, dans l'armée d'Afrique du nord, mais bien qu'incorporé il ne pourra la rejoindre. La Marine française s'est sabordée en rade de Toulon, en raison de l'invasion par l'armée du Reich de la zone sud en novembre 1942. Il est démobilisé mais en mars 1944, il prend une décision lourde de sens et qui bouleversera sa vie, à jamais.

2058981204.jpg

Accompagné par son camarade Maurice Ancely, bien décidés à fuir les Chantiers de jeunesse, passeport pour aller travailler en Allemagne et construire des bombes pour tuer ses compatriotes, il rejoignent le maquis. Ils sont rapidement pris en main par les résistants de Montolieu et de Brousses et Villaret. Leurs travaux vont consister d'abord, à rechercher des terrains pour les parachutages dans la forêt de la Galaube. Un soir, on leur annonce qu'il doivent partir pour l'Afrique en passant par l'Espagne. N'écoutant que leur courage, ils obéissent et s'en vont dans une ambulance de Carcassonne "Mer Laborie", jusqu'à la frontière avec les Pyrénnées Orientales. Ensuite, ils marchent de nuit jusqu'au village de Taulis où les attend un passeur. Cet individu au nom de Lopez est aux mains des allemands et quand il est relâché, il les livre à la Gestapo. Ils sont interrogés au Boulou, internés à la citadelle de Perpignan et finalement envoyés au camp de Compiègne. Le 11 mai 1944, dans des wagons à bestiaux contenant 120 hommes chacun, ils sont envoyés à Buchenwald où ils arrivent quatre jours plus tard.

1025111428.jpg

"Pendant le transit, nous n'avions pas d'autre choix que de boire de l'urine pour survivre. Malgré cela plusieurs hommes sont morts à l'arrivée au camp." m'a t-il confié. Les SS les font alors descendre à coup de crosse, pendant qu'ils assistent à l'atroce spectacle des camions qui passent sur les corps des hommes morts ou dans le coma. Après la désinfection sommaire, ils revêtent les habits du camp. Leur logement? Une tente de cirque où il sont 400, entassés sur des fagots de bois, la tête touchant les pieds du voisin. certains meurent de froid... A Ellrich, on les fait travailler sur une voie de chemin de fer de 6 heures à 18 heures avec demi-heure de pose à midi. Le camarade Maurice Ancely n'est plus avec lui, il ne survivra pas. Le 19 juillet, changement de camp et nouveau travail. Lever à 3h30, café à 3h40, 4h l'appel dans la cour jusqu'à 5h15 sans bouger par des températures de moins 20 dégrès, 6h le travail jusqu'à 18h30, 20h la soupe (1 litre d'eau avec 3 carottes dedans), 21h le pain (400 grammes) et la margarine (10 grammes). L'hiver la température atteignait -22°, ils étaient en caleçons! La boue rentrait dans les chaussures; sous les coups des Kapos des hommes ne relevent pas et leurs camarades ne peuvent pas intervenir.

7986228.jpg

Le 4 avril 1944, les américains sont à 30km. Les hommes vont quitter le camp et marcher sous les coups des SS. Ceux qui ne peuvent pas suivre sont abattus d'une balle dans la nuque! C'est la colonne de la mort... Dans un village, les "Bôches" vont tenter de les tuer plusieurs fois avec la complicité des habitants mais ils échoueront et finalement, les libérateurs mettront fin à leur calvaire.

3159674749.jpg

André Saura (à gauche) et Maurice Ancely (à droite)

A son arrivée ne gare de Carcassonne, sous les yeux de sa mère qui ne le reconnaîtra pas, André ne pèse que 43 kilos. Il devra sa survie à un excellent moral et ensuite à sa mère. Car, malgré la libération beaucoup décéderont par la suite. André mangera de la soupe et de la Blédine préparée par sa mère pendant des mois, cela lui sauvera la vie. Aujourd'hui à près de 90 ans, ces souvenirs sont autant de plaies à jamais ouvertes. Il en parle comme tous ceux qui sont revenus de l'enfer, avec mesure et humilité. Il m'a confié son récit, qu'il a fait taper sur cinq pages et je l'en remercie.

°°°°°°°°°°°°°°°°°

En souvenir de son ami Maurice Ancely (frère de Fernand, ancien maire de Carcassonne) qui a laissé sa vie à 20 ans à Buchenwald, il avait obtenu de Raymond Chésa que le rond-point situé à Géant Cité2 portât son nom. Si vous passez par là, ayez une pensée pour Maurice.

saura.jpg

André Saura est décédé en mars 2013 à l'âge de 89 ans, son témoignage que j'avais recueilli en 2011 le gardera vivant pour l'éternité. D'une grande humilité et d'une immense discrétion sur ce qu'il a vécu, André Saura s'était confié à moi alors même qu'il ne disait que très peu de choses à ses proches. Ce n'était pas un homme des médailles mais un homme des combats. Chacun comprendra sûrement...

______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

03/01/2015

L'école de piano de Mademoiselle Alay

001.jpg

Isabelle Alay ou Mlle Alay — comme l'appelaient ses élèves — est un professeur de piano qui a formé pendant plus de trente ans à Carcassonne, un nombre impressionnant de jeunes musiciens. Née en 1927 dans une famille émigrée de la catalogne espagnole, elle perd son père dans un accident de moto en août 1931 ; elle n'a alors que quatre ans. Sa mère devra élever ses quatre enfants dans un pays dont elle ne maîtrise pas tout à fait la langue, en faisant le dur métier de couturière. À cette époque, point d'allocations familiales, d'allocation logement ou de Revenu de Solidarité Active... Quand on n'a pas le sou, difficile d'accéder aux loisirs de l'apprentissage musical comme l'ensemble de la bourgeoisie Carcassonnaise. Pourtant... Il est dans la rue du marché (Rue Tomey) une dame d'une grande générosité — Gabrielle Saulnier — qui va lui enseigner le piano gratuitement. Cette personne qui fut amie de Gabriel Fauré et de Paul Lacombe, tante de l'auteur Jean-Claude Brisville, dispense des cours aux familles bien nées de la ville. Ironie du sort, c'est à leurs enfants qu'Isabelle Alay enseignera le piano, plus tard...

alay.jpg

Après une rencontre avec le futur pianiste concertiste Michel Briguet — alors sous-lieutenant à la caserne Lapérine — Isabelle Alay fonde son école de musique en 1968 au 22, rue de la digue. Précisément dans l'ancien local d'une épicerie de l'Étoile du midi. Elle débute avec peu d'élèves, mais bientôt, la réputation de cette école va faire grossir les effectifs. Parmi ses tout premiers élèves, on retiendra les noms d'Anne-Marie Mazières, Brigitte et Sylvie Bochard, Isabelle de Rochette, Martine Laure...

P1050090.jpg

Dès l'année 1971, elle organise une audition de piano de ses élèves, au théâtre municipal de Carcassonne. Ce gala sera reconduit chaque année jusqu'au milieu des années 1990. Il ne s'agissait pas d'un simple récital, mais d'une représentation costumée dans laquelle les enfants évoluaient autour d'une histoire préalablement écrite. Isabelle Alay passait des nuits à dactylographier sur sa machine à écrire, le texte narratif de l'histoire et les dialogues que chaque élève devait apprendre. Ceci afin de présenter le morceau qu'il allait interpréter.

Ecole de Piano. Isabelle Alay (2).jpg

Cette année-là, ce fut les musiques du monde. Les élèves, le drapeau d'un pays différent à la main, incarnaient un compositeur. Les auditions étaient enregistrées sur disque vynil par Georges Savi et chaque élève pouvait ainsi garder un souvenir de son passage.

Le royaume de la musique (2).jpg

Ses élèves participaient également au concours national du Royaume de la musique, fondé en 1947 par Mme Raynaud-Zurfluh. Il passait chaque année par Carcassonne. Les meilleurs d'entre-eux étaient envoyés chez Mme Perrier à Toulouse où ils jouaient devant le concertiste Pierre Sancan. Isabelle Alay organisait également pour ses élèves des déplacements à l'opéra de Montpellier, aux ateliers de fabrication des pianos Rameau à Alès... Tout un univers musical dans une ambiance familiale et amicale.

857034_708069282620482_931322812544900496_o.jpg

Dans cette école, les élèves évoluaient au milieu des chats — compagnons fidèles des artistes. Sur cette photo, on reconnaît Marion Charles et Sophie d'Arzac.

Ecole de Piano. isabelle Alay (3).jpg

Nous avons tenté de dresser la liste non-exhaustive des enfants qui furent élèves d'Isabelle Alay. Pensez-donc sur une période de trente ans, c'est quasi impossible...

Bruno Ferrisi, Michel Plasse, Michel Martin, Serge Portella, Frédéric Portella, Bernard de Rochette, Gérard de Rochette, Philippe Berger, Christian Berger, Olivier Martheleur, Arnaud Martheleur, Aude Martheleur, Philippe Cruchandeau, Sénagas, Georges Rives, Marie Rives, Olivier Roux, Jacques Martin, Philippe Dardier, Eric Garcia, Quentin Jaussan, Laurent Monnier, Benjamin Charles, Marion Charles, Brigitte et Sylvie Bochard, Isabelle de Rochette, Evelyne Berger, Catherine Pagès, Patricia Meyrous, Sandrine Lafitte, Laetitia Jollet, Martine Laure, Fanny Virelizier, Aude Buxeda, Elisabeth Morin, Laurence barrou, Laurence Cornet, Gersende Journet, Florence Gianesini, Joelle Loriot, Pascale Pous, Caroline Sawas, Géraldine Calmet, Evelyne Calmet, Brigitte Mauleau, Anne Masson, Laurence Zamith, Gilberte Olive, Hélène Bel, Sylvie Bel, Agnès le Corron, Mireille lestrade, François Luis, Sophie Merau, Sophie Denjean, Marie Parayre, Nathalie Parayre, Isabelle Coll, Véronique Diaz, Barbara Gatin, Bernard Roques, Josiane Barbe, Marie-Aude Dariscon, Cécile Roumiguières, Anouck Abadie, Françoise Gorroz, Cécile de Grenier, Brigitte Labécède, Bernadette Horcholle, C. Authier, Christine Pédron, M. Bisauta, R. Allard, Cathy Fages, Jean-Marie Lezcano, Arielle Thibout, Audrey Laraury, Cathy Subreville, Lionnel Andrieu, Martial Andrieu...

Aujourd'hui, Isabelle Alay vit encore au milieu de ses chats, de ses souvenirs et de son piano... Elle a 87 ans !

_______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

27/12/2014

Les Travaux Aériens du Midi

En ma qualité de collectionneur de cartes postales de Carcassonne — comme chacun peut le penser — je me suis toujours demandé ce que signifiait le sigle TAM qui figure dans un coin de celles-ci. À force de recherches, j'ai découvert qu'il s'agissait de l'abréviation des

Travaux Aériens du Midi

salvaza.jpg

Fondée le 4 juillet 1946 par Robert Ménard, concessionnaire Citroën à Carcassonne, la TAM a son siège 21 boulevard Omer Sarraut. Les Travaux Aériens du Midi s'étendent au Maroc et à Madagascar après avoir ouvert une succursale dans chacune de ces colonies. L'activité est au départ concentrée sur le travail agricole par épandage. Les appareils Piper de la société, au nombre de seize, avaient été équipés à l'arrière d'un réservoir et d'un diffuseur capables par un effet aérodynamique dans des venturis, d'épandre 100 à 150kg de produit en quelques minutes sur trois à trente hectares. Ce sont des engrais, graines de semence ou sulfate pour la vigne. À Madagascar, il s'agissait d'un traitement insecticide sur les champs de canne à sucre afin de combattre les ravages des sauterelles.

TAM.jpg

Henri Gantès, pilote de la TAM, diffuse le produit

L'utilisation de ce type de traitement par voie aérienne, nécessite des pilotes chevronnés capables de voler à basse altitude et de se poser sur des sols par toujours adaptés. À ces risques ajoutons un nombre d'heures de vol élevé, la fatigue et la toxicité des produits embarqués. Très souvent, les pilotes avaient été recrutés parmi des anciens de l'armée de l'air.

TAM2.jpg

À Perrégaux (Algérie) en 1952, un Piper de la TAM dans les orangers

Dans l'Aude, la TAM dont les avions décollaient depuis l'aérodrome de Salvaza, disposait de pilotes tels que Maurice Boullu (Carcassonne), M. Reynès (Castelnaudary), Obrecht (ancien mécano de Mermoz). Dans le cadre de la coopération Franco-Magache, deux pilotes instructeurs furent détachés auprès du ministère malgache chargé de l'aviation civile, MM. Jean Cazelles (instructeur du Centre National de Carcassonne) et Henri Maurice. Dans le cadre de leurs missions, ils formèrent des pilotes dans certains aéroclubs et Jean Cazelles, des instructeurs de pilotes privés.

La photographie aérienne

1952.jpg

Georges Andrieu au-dessus de la Cité en 1952

Équipés d'une caméra embarquée sur le bord de l'avion, l'opérateur prenait des clichés à moyenne altitude par déclenchement automatisé. Sur une photographie aérienne de l'usine SOMECA, l'opérateur-photographe de la TAM est M. Cousin et l'épreuve, développée et agrandie, par le studio Portes de Carcassonne. Comme l'éditeur de cartes postales Combier, rendu célèbre pour ses clichés aériens, Robert Ménard suivra cette voie et diffusera dans les bureaux de tabacs les vues du Carcassonne des années 50. C'est aujourd'hui une mine d'informations sur les transformations urbaines de la capitale audoise du milieu du XXe siècle.

Les Transports Aériens du Midi

junker.jpg

En 1947, Robert Ménard lance deux lignes aériennes transversales de passagers. L'appareil est un Junker.

1. Bordeaux - Nice (via Toulouse, Montpellier, Marseille)

2. Biarritz - Marseille (via Pau, Toulouse, Castres, Carcassonne, Perpignan, Montpellier, Nîmes, Avignon)

Les escales sont facultatives et l'appareil ne se pose que s'il y a un passager à déposer ou à prendre. Sylvain Floirat (Patron de Bréguet et d'Europe 1) sera l'associé de Robert Ménard dans cette affaire, qui ne durera pas longtemps en raison des risques encourrus et du peu de rentabilité.

La TAM s'est alors orientée vers le transport en autobus

Sources

Le livre d'or de l'aviation Malgache

L'aviation à Carcassonne (Tome 3) / A. Raucoules

aviation-algerie.com

Je remercie Jean-François Ménard

_________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

05/12/2014

Jeux et gamineries au quartier des Capucins dans les années 50

Je vous parle d'un temps où les consoles de jeux video n'existaient pas. De toute façon, personne dans ce quartier populaire de Carcassonne dans lequel cohabitaient plusieurs familles issues de nationalités différentes, n'aurait eu la somme pour s'en procurer. Car, si maintenant le jeu video se pratique presque uniquement en solitaire ou avec un adversaire du bout du monde, les jeux traditionnels ont fondé des amitiés de jeunesse qui perdurent encore. Outre les classiques tels que marelle, corde à sauter, billes ou ballon, les petits débrouillards des Capucins s'amusaient avec presque rien...

Claude Marty un ancien du quartier, aujourd'hui exilé dans le Nord — comprenez chez nous tout ce qui se situe au-dessus de Castres — nous a transmis quelques souvenirs de ces instants joyeux.

marty.jpg

Claude Marty

D'autres jeux étaient plus périodiques sans que l'on sache comment ils arrivaient à la mode. Quoique, après analyse, le temps y était pour quelque chose. Lorsqu'il faisait mauvais dehors — c'est-à-dire trop chaud — les jeux calmes prenaient le dessus. On y jouait sur les trottoirs, à l'ombre ou mieux, dans la fraîcheur des couloirs. Par exemple, les osselets...

osselets.jpg

Au printemps et au début de l'été, pendant la période où les agneaux étaient petits — car ce jeu avant l'arrivée du plastique se faisait avec de vrais os du métatarse d'agneau donnés par un boucher compatissant. Ces os (deux par animal) sont les astragales. Il fallait cinq osselets pour jouer et cela facilitait l'agilité des enfants.

abricot.jpg

Lorsque les billes de verre étaient trop chères, on jouait avec des noyaux d'abricot. Le jeu consitait à bloquer un noyau dans la paume de la main, de frapper les doigts sur la bordure du trottoir et de lâcher le noyau. Le joueur suivant faisait de même et s'il touchait un noyau, il emportait le tout sinon la partie continuait. Quand on avait perdu trop de noyau... il fallait manger des abricots.

sifflet-noyau.jpg

Avec les noyaux d'abricots, une occupation courante était d'user les deux côtés convexes sur un mur jusqu'à l'obtention de deux trous — on évide l'intérieur avec une épingle à nourrice. Lorsque cela est terminé, on met le noyau sous les lèvres et devant les incisives et on soufle... Avec de la chance, cela faisait un sifflet.

rugby.png

Pour les garçons... Le rugby "à toucher" avec un bout de tissu roulé (un peillot, en occitan). Et on faisait même des transformations ! Comment ? Voir la dessin ci-dessus...

_____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014