24/06/2015

L'histoire de l'usine de glaces Pilpa de Carcassonne

Pilpa-1 copie.jpg

Tout commence en 1941 et surtout dans les années suivantes avec l'ULC (Union Coopérative Laitière) une coopérative toulousaine rebaptisée ensuite ULAC. Elle s'associera au cours du temps avec d'autres entreprises de ce type dans la région. En 1974, le marché de ces entreprises s'est progressivement étendu à 17 départements dont la Charente et la région Auvergne. Elles produisent le lait Candia, les yaourts Yoplait, le fromage Fraimont... La croissance est telle qu'en 1988 elle se constitue en un groupe puissant appelé 3A (Alliance Agro Alimentaire) dont le président est un Audois, Jacques Lapeyre. 4000 sociétaires et 2500 salariés veillent à la bonne marche de l'entreprise implantée dans tout le sud-ouest. Le lait ne dérangeant que de faibles marges et dont les cours sont assez aléatoires, le groupe d'oriente vers la production de crèmes glacées ; spécialités de la société Boncolac.

img_full_1274100226.jpg

Ainsi, naît en 1973 à Carcassonne l'usine Pilpa dans la nouvelle zone de la Bourriette, dont le prix du terrain n'est pas très élevé. Pilpa emploie près de 120 personnes et une soixantaine d'intérimaires ; une main-d'oeuvre peu coûteuse...

Pilpa-2 copie.jpg

L'usine Carcassonnaise de la société Boncolac génère un chiffre d'affaire de 490 millions de francs en 1998. Elle promet un plan d'investissement sur quatre ans de 130 millions de francs. La prime d'aménagement du territoire lui octroie 1,6 millions de francs. L'usine Pilpa est grandie ; elle tourne 48 heures / semaine et 6 jours / 7. 

r-and-r-icecream-training.png

Le groupe germano-britannique "R and R Ice cream" rachète à Boncolac pour 23 millions d'euros en juin 2011, l'ensemble de son activité de crèmes glacées. L'usine Pilpa de Carcassonne (137 salariés) et les services commerciaux toulousains (17 salariés) font partie de la transaction. Malgré les bonnes intentions affichées par les nouveaux propriétaires sur le devenir des salariés, ils vont s'emparer des marques de distributeur sous licence Oasis, Disney et Fauchon que produit Pilpa à Carcassonne pour la grande distribution, puis licencier le personnel et fermer l'usine. Les employés avaient de quoi se méfier, puisque R and R avait supprimé des emplois lors de la reprise du glacier breton Rolland en 2010. De son côté Boncolac réalisait en 2010 (groupe 3A) un CA de 709 millions d'euros, en hausse de 11%. Il veut recentrer son activité sur le surgelé traiteur.

Philippe Carré, directeur général de Boncolac, confie au journal Les échos du 16 juin 2011 :

« R&R a une puissance de feu européenne et voudra agrandir le site pour vendre en Europe, alors que nous écoulons 90 % de notre production en France »

De son côté, le groupe "R and R" possède 8 usines et réalise 550 millions de Chiffre d'affaire en Europe avec 2000 collaborateurs en France, Allemagne, Pologne et Royaume Uni. Il use d'une communication assez cynique lorsqu'il s'exprime dans le Daily reporter le 6 septembre 2011 :

Il est clair que le site de Carcassonne est très vieux et où rien n'a été investi depuis 20 ans, mais nous sommes très heureux de le posséder. Nous allons bien le gérer et il y a un très bon effectif à Carcassonne. Je suis impatient de travailler avec tout le monde là-bas et de bâtir une entreprise vraiment forte. (traduit de l'anglais)

Un mois après son acquisition, le groupe supprime l'ensemble des commerciaux. Quelques temps après, il ferme les services de recherche et de développement.

Licenciés !

pilpa.jpg

© L'indépendant

Le 5 juillet 2012, "R and R" annonce qu'il ferme l'usine et met au chômage les 123 salariés de Pilpa, dont 45 d'entre-eux ont plus de 50 ans. Comme toujours le cynisme de ces multinationales n'a pas de limites ; elle propose un reclassement des salariés en Pologne (nouvelle usine créée), Italie, Allemagne ou Royaume-Uni. C'est loi la contraint à cela...  On apprend que la production continuera jusqu'en décembre 2012 pour honorer les carnets de commande de fin d'année. Les salariés se voient proposer un congé de reclassement de neuf mois et des indemnités de licenciement de 5000 à 30 000 euros, selon l'ancienneté. Avec la nouvelle loi Macron sur le plafonnement des indemnités de licenciement, combien auraient touché aujourd'hui les Pilpa ?

À qui appartient R and R ?

Un rapport du cabinet d’expertise Progexa présente ce fonds d’investissement californien comme une firme de gestion de placements mondiale axée sur les marchés alternatifs. Dans la presse anglo-saxonne spécialisée comme le Financial Times, on peut lire qu’« Oaktree gère des fonds dans les stratégies d’investissement qui comprennent notamment les prêts en difficulté, la dette des entreprises ou encore l’investissement de contrôle ». Tout est dit. Pilpa est pris au piège d’une toile d’araignée de la finance internationale. La mécanique infernale s’emballe et les chiffres font peur. Après étude, on s’aperçoit que R & R est endetté à hauteur de 593  millions d’euros auprès d’Oaktree. Avec un emprunt de 283 millions d’euros de taux à 8,9 % et un emprunt obligataire de 350 millions d’euros au taux de 8,4 %, on comprend mieux l’argument de « mauvais résultats » : R & R se doit en effet de rembourser les frais financiers liés à ses emprunts ; Pilpa fait partie de la myriade des entreprises tombées sous le joug du fonds d’investissement américain dont les bénéfices servent à rembourser ces emprunts. « Résultat, Pilpa est passé du statut d’entreprise viable à celui de Kleenex », s’indigne Rachid Ait Ouakli. Une logique à très court terme où le moindre million est bon à prendre. Oaktree a mis en vente le site de production de glaces de Carcassonne en début d’année, ce qui devrait lui rapporter 2 ou 3 millions supplémentaires. « Quant à 
R & R, ses résultats médiocres, du fait des remboursements qui plombent sa comptabilité, lui permettent peu ou pas de payer des impôts », conclut le délégué syndical. Pendant ce temps, les bénéfices engrangés par Pilpa finissent dans les comptes de sociétés offshore que possède le fonds d’investissement américain. Dans le rapport Progexa, on s’aperçoit que les bénéfices de Pilpa terminent dans des comptes en banques, situés dans des paradis fiscaux aux îles Caïmans et au Luxembourg après avoir transité par R & R Ice Cream à Londres et R & R Ice Cream France. (L'Humanité, 16 mai 2013)

La bataille syndicale

Les salariés dénoncent le plan social devant les tribunaux.

Le 11 décembre celui-ci est annulé par le juge des référés qui estime que le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) présenté par la direction "est manifestement insuffisant dans les mesures de reclassement proposées au regard des moyens du groupe" et que le licenciement collectif de l'ensemble du personnel constitue donc "un trouble manifestement illicite", selon le texte de son ordonnance. 

Lionel Rolland, directeur général du groupe "R and R" vient à Carcassonne dans une ambiance houleuse proposer des solutions de reclassement et justifier par une communication hasardeuse, la fermeture de l'usine :

«Le groupe a perdu 15 M€ de chiffre d'affaires l'année dernière, soit -9 %». Au-delà de cet aspect conjoncturel, le patron de Pilpa met ce plan social sur le compte d'une «forte contraction du marché des marques distributeurs depuis 4 ans»

Une «contraction» qui n'a pourtant pas empêché le groupe R & R Ice Cream d'acheter une énième société l'an dernier, à Terni en Italie. Le numéro est bien rodé : on rachète une entreprise, on rafle ses marques (dans le cas de Pilpa : Oasis, Disney, par exemple), puis on revend quelques mois après en sacrifiant les salariés. Une course à la rentabilité financière dans un marché à concurrence sauvage - R & R Ice Cream veut rivaliser avec l'ogre Unilever, et Nestlé lorgne sur le rachat du groupe R & R - qui fait bien peu de cas des situations humaines. (La dépêche, 5 avril 2013)

Le 16 mai 2013, les salariés annoncent qu'il dénoncent une troisième fois devant le tribunal, le plan social proposé par le groupe "R and R". Finalement, c’est avec la direction nommée par le nouvel actionnaire PAI Partners qu’un accord sera trouvé avec les salariés. Tous obtiendront des indemnités supra-légales de licenciements représentant entre quatorze et trente-sept mois de salaire brut ainsi qu’un budget de formation de 6 000 euros par salarié. 

L'agglo à la rescousse

 Grâce à l'énergie des salariés et à la Communauté d'agglomération du Carcassonnais, une SCOP va être créée afin de pérenniser une partie de l'outil de production et des emplois. Les nouveaux entrepreneurs seront aidés dans leur tâche par Henri Garino et René Escourrou, avec le soutien de la municipalité de J-C Pérez et de l'ensemble des Carcassonnais mobilisés pour Pilpa. La nouvelle direction du groupe "R and R" ne s’oppose pas à ce qu’une nouvelle entité produise de la crème glacée à la condition toutefois qu’elle n’opère pas sur le marché des marques de distributeur. La direction s’engage à laisser sur place une ligne de production, à subventionner 815 000 euros de machines et matériels divers, à financer 200 000 euros de formation ainsi qu’une étude de faisabilité confiée à un cabinet d’experts. Un peu plus tard, la communauté d’agglomération de Carcassonne fera l’acquisition des bâtiments et des terrains pour revitaliser économiquement le lieu et donc permettre, entre autres, à la SCOP de démarrer.

La Fabrique du Sud

Le 6 janvier 2014, les statuts de la nouvelle entreprise Fabrique du Sud sont déposés. Une trentaine parmi les anciens salariés va mettre ses indemnités de licenciement et ses allocations chômage dans la SCOP à hauteur de 10 000 euros chacun. L'activité démarre en avril 2014 avec un capital de 400 000 euros. À  ce jour, ils sont une vingtaine à faire tourner la seule ligne de production restante depuis Pilpa et commercialisent avec succès des glaces sous la marque "La belle Aude".

La-Belle-Aude.jpg

Ces glaces de qualité artisanale sont vendues dans tous les supermarchés de la région et proposées chez les restaurateurs comme dessert. 

Une loi Pilpa

Pour aider les salariés repreneurs, la loi Economie sociale et solidaire (ESS) du 31 juillet 2014 a créé la Société coopérative et participative (SCOP) d’amorçage qui permet aux salariés de renforcer progressivement leur part au capital social. Le décret relatif à sa création vient d'être publié. Il met fin à l’obligation de détenir la majorité du capital social, frein à la reprise d’entreprises sous forme de SCOP.

1799450-201505201244-full.jpg

© Claude Boyer

Le 19 mai 2015, le Président de la République en visite à Carcassonne se rend dans l'usine de la SCOP Fabrique du Sud. La réussite de ces salariés, devenus patrons, fait le tour des rédactions nationales de la presse écrite et télévisuelle.

Sources

Claude Marquié / Aux origines de Pilpa / 2012

Les échos

L'Humanité

La dépêche

Dailyreporter.com

__________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

12:24 Publié dans Usines | Tags : pilpa | Lien permanent | Commentaires (11)

30/06/2014

Les anciennes colonnes de remplissage de la fonderie Marsal

Je vous parle d'un temps où les nombreuses vignes aux alentours du carcassonnais n'étaient pas encore transformées en lotissements sous la forme de cages à poules. Les vignerons venaient remplir leurs comportes à des colonnes de remplissages installées dans les villages. Certaines d'entres elles subsistent encore et sont fonctionnelles. Nous avons le devoir de les conserver avec le plus grand soin, car bientôt ce seront les derniers vestiges de la viticulture en milieu périurbain.

img580.jpg

Cette colonne en fonte à potence tournente avait pour fonction de remplir rapidement en eau propre les récipients, barriques ou demi-muids placés sur les charrettes ou tombereaux. Les communes devaient par cela être équipées d'un château d'eau. Ce procédé révolutionnaire allait faciliter la vie des viticulteurs, qui devaient autrefois puiser l'eau des auges au moyen de seaux, puis les déverser manuellement dans les barriques. Autre inconvénient, les impuretés s'infiltraient dans les appareils de sulfatage.

potence.jpg

Description du matériel

Une colonne de fonte à l'aspect décoratif, est traversée par un tuyau d'amenée d'eau à la potence tournante. Un robinet de commande R, supprimant les coups de bélier, se trouve à mi-hauteur du fût. Un deuxième robinet V facultatif, peut être placé à la base de la colonne. Il permet aux municipalité soucieuses d'économies de donner l'eau à la colonne ou de la supprimer de leur gré. De plus, il met la colonne à l'abri de la gelée. Il suffit pour cela pendant l'hiver de fermer le robinet V et d'ouvrir le robinet R. Sur demande ces colonnes peuvent être livrées soit avec un robinet servant de bornes fontaines, soit avec un raccord de prise incendie. La pose est effectuée en quatre heures par un plombier, un maréchal ou un ouvrier. Scellement sur socle en béton par trois boulons.

villalbe colonne.jpg

Il reste deux de ces colonnes au hameau de Villalbe en plus ou moins bon état. Celle-ci fonctionne encore pour le cantonnier et le dernier vigneron, Olivier Ormières.

027.JPG

L'autre se trouve à proximité du premier réservoir d'eau potable du hameau (détruit depuis). Elle mériterait un coup de peinture.

colonne 2.jpg

Sur la colonne est gravé le nom du successeur de la fonderie Marsal: Durand-Roger. Cette usine se trouvait au square Gambetta et faisait angle avec l'avenue Arthur Mullot.

____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

 

10/03/2014

Gisclard, marchand de charbon

2351245319.JPG

Le charbon est encore au début du XXe siècle l'énergie la plus utilisée. Elle est indispensable pour faire tourner les machines à vapeur. A Carcassonne, il y avait plusieurs fournisseurs: Clergues (route Minervoise), Graissessac (allées d'Iéna), J. Mons (Pont neuf), Oustric (bd du Tivoli) et Embry (Quai Riquet). L'entreprise de Raymond Embry fondée en 1799 fut reprise par sa veuve. Ses entrepots étaient au Quai Riquet sur la rive gauche du canal (derrière la gare), puis déménagèrent après 1904 sur le boulevard de la Préfecture (actuel J. Jaurès). Les cokes et les charbons de terre venaient des mines de Carmaux. Avant la guerre de 1914, c'est L. Gisclard qui reprit l'affaire.

gisclard.jpg

L'immeuble de l'ancienne entreprise Gisclard sur l'actuel boulevard Jean Jaurès. Il servit plus tard d'entrée pour la clinique Saint-Vincent qui se trouvait juste à côté. Avec les changements de numéros, il n'y a que le coup d'oeil qui nous a permis de le retrouver.

2356154269_2.JPG

Peut-être qu'en passant sur le boulevard Omer Sarraut, vous êtes-vous demandé comme moi qui était ce J. Oustric pour avoir un si bel immeuble. C'était un fournisseur de charbon, concessionnaire des mines d'Albi. Il vendait de la coke et de l'anthracite, des briquettes perforées, et du charbon grêle. Ce dernier servait pour les forges ou les hauts fourneaux.

_____________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

21/02/2014

L'usine Sainte-Marie, allée de Bezons

Au début du XIXe siècle était édifié au bord de l'Aude et à l'endroit où se trouve actuellement le boulevard Paul Sabatier, une importante filature de 84 ares nommée Usine Sainte-Marie. Ce bâtiment ne formait qu'un seul et même corps, composé de deux ailes jointes à l'extrémité par une galerie surmontée d'un étage en plusieurs endroits. La matrice cadastrale nous donne confrontant à l'est Birot, à l'ouest Castel et Jourdanne, au nord le chemin de la rivière, au sud le ruisseau de l'égoût de la ville. Suite à la faillite Bellotiny et Cié, banquiers à Béziers, l'ensemble de l'usine est saisie les 14 et 15 juillet 1970 à Marie Sabatier et Jules Cazanave, son époux. L'adjudication a lieu le jeudi 25 juillet 1972 à Carcassonne sous l'autorité de Maître Pistre, avoué, 27 rue de la Préfecture. L'usine sera tranformée par M. Bruguière en distillerie au début du XXe siècle. Elle sera dirigée par la famille Grossetête jusqu'à sa fermeture en 1958.

img522.jpg

L'usine Sainte-Marie avec ses cheminées dans les années 50

Cet imposant bâtiment comprenait l'habitation du maître et concierge, les salles ayant servi pour la filature, magasins, arrière-magasins, hangars, lieux d'aisance, cours, jardin, étendoir, salles pour l'établissement des machines à vapeur et pour la fabrication du gaz.

Description

Au milieu de la cour se trouvait le bâtiment des chaudières et du gaz, ainsi que la salle qui servait pour le lavage des laines. A l'extrèmité de l'étendoir se trouvait le jardin d'agrément, fermé par une grille et une porte en fer et entouré d'un mur de clôture. Il nous est dit que le bâtiment est construit en bonne maçonnerie et couvert de tuiles canal. Il présente, à l'extérieur, les ouvertures suivantes: au nord une porte-cochère en fer, deux fenêtres au rez-de-chaussée, trois fenêtres au premier étage concernant l'habitation et, à côté, deux fenêtres barrées en fer donnant jour aux magasins et aux salles de filature, plus deux autres petites ouvertures; au levant une porte et deux ouvertures au premier étage donnant jour aux magasins et salles, plus une autre petite porte et six petites ouvertures.

En entrant à gauche, se trouvait un petit appartement ayant servi de loge pour le portier. A l'écurie contigüe, autrefois savonnerie, en partie détruite, il y avait une porte. Bâtiment au milieu de la cour, salles des laveuses et des chaudières. Cet immeuble comprenait encore un hangar sur la ligne de l'aile gauche du bâtiment, lieux d'aisance pour les hommes, lieux d'aisance pour les femmes construits à la suite de l'aile droite. Un grand étendoir pour les laines au milieu duquel se trouve une allée conduisant au jardin. Ce dernier possédait une serre couverte et vitrée, construite en tuiles canal, mais à cette époque dans un état de vétusté faute d'entretien.

Détail du matériel à la vente

Salle servant d'atelier et de forge

Une enclume, une forge avec soufflet et accessoires, quatre étaux, une bascule pour taroder montée sur un établi, quarante deux cléfs à écrous de diverses qualités, deux clefs anglaises, 20 mèches à fer, un étau à main, une scie à scier le fer, 3 compas, 5 feuillères, une hâche de forge, 9 marques en fer

Salle de la filature

Les tuyaux et appareils pour la distribution du gaz servant à éclairer la salle

Arrière salle contigüe

Une machine pour monter les balles de laine,Un réservoir avec ses tuyaux, Une échelle à crampons pour le service du manège, un cercle en fer à crochets pour emballer la laine.

Aile gauche

Grande machine à vapeur pour le service des peigneuses et des machines à dégraisser, un baromètre, une pompe à deux corps avec accessoires, servant à alimenter les chaudières., tuyaux et appareils à gaz.

Salles des peigneuses

Un grand séchoir avec les appareils et accessoires, une caisse en fonte pour réservoir de vapeur, une pompe à deux corps pour alimenter les chaudières

Salle des emballages

Une presse à emballer

Salle des sécheuses

Fourneau et accessoires en très mauvais état, deux étendoirs pour la laine et sesz accessoires

Salles des laveuses au milieu de la cour

Une grande cuve en bois pour échauder la laine avec accessoires

Local des chaudières

Deux grandes chaudières à vapeur de la force de 30 chevaux chacune. Ces chaudières donnaient la force à toute l'usine. Un thermomètre. Les appareils pour la fabrication du gaz.

Source

Le bon sens / 3 juillet 1872

Quartiers et faubourgs au fil du temps/ H. Alaux/ 2002

__________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

04/02/2014

La route minervoise, la belle ombragée (6)

le 14 juillet 2012, je passais par la route minervoise au moment où le magasin de Louis Béteille était ouvert, alors même que son rideau était baissé depuis des années. J'appris de son neveu qu'il était décédé depuis le mois de décembre dernier (2011) et que la famille cherchait à vendre la maison et quelques effets lui appartenant, d'où cette ouverture provisoire. L'opportunité était trop belle pour ne pas rassembler quelques souvenirs et vous les faire partager...

3655806653_2.jpg

Louis Béteille était constructeur mécanicien, depuis qu'il avait pris la succession de son père prénommé comme lui. Ce dernier avait repris l'ancienne fonderie Martignol au 24, route minervoise. Il fabriquait principalement des pompes et des moulins pour l'élévation des eaux dans son atelier communiquant avec la rue Tourtel.

1808265901.jpg

Ces pompes destinées à l'activité viticole sont les derniers vestiges d'une fabrication purement carcassonnaise, dont Louis Béteille fut l'ultime représentant.

1453841181_2.jpg

Une pompe à eau

285712845.jpg

Amirable travail

2922848172.jpg

Le magasin de Louis Béteille avec à côté le restaurant de Joseph Gil "A la grillade"

3834054413_2.jpg

Le magasin en 2012

2471966236.jpg

A l'intérieur de la maison, l'entrée de l'atelier

646043355.jpg

L'atelier avec à droite, la forge

1905653592.jpg

Louis Béteille père au travail, vu du même plan que la photo ci-dessus

467795819.jpg

La charpente a plus d'un siècle

1547797947.jpg

L'entrée par la rue Tourtel communique avec celle de la route Minervoise. L'ensemble était en vente en 2012, mais le souvenir doit rester c'est le but de cet article.

__________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

27/01/2014

L'usine de constructions agricoles Elbé-Piquemal

J'ignorais totalement la présence dans une période comprise entre 1930 et 1960 d'une usine de machines agricoles dans le quartier des quatre chemins. Tout est parti d'une vieille facture acquise pour ma collection et du fil que j'ai pu tirer pour rédiger cet article.

elbé.jpg

L'usine dont il est question fabriquait des pulvérisateurs, échaudeuses, étuveuses de la marque Elbé pour le travail de la vigne, à l'angle de la route de Limoux et de la route de Montréal. M. Piquemal était le directeur de cette production dans un quartier autrefois très industriel et artisanal. Nous avons déjà évoqué la présence d'une fonderie, par exemple.

553545380.jpg

Je me suis mis en quête de retrouver sur internet, la trace d'un alambic fabriqué dans cette usine spécialisé dans la chaudronnerie. René Laffont (ci-dessus) est l'un des derniers bouilleurs de cru de l'ariège (Photo: La dépêche). Nous le voyons ici devant son alambic ambulant portant sur la plaque l'inscription du constructeur: Elbé-Carcassonne. "On verse les fruits dans deux chaudières en cuivre reposant sur des foyers chauffés au feu de bois. Un double serpentin transporte les vapeurs dans un rectificateur où elles sont triées. L'éthanol est rejeté tandis que les vapeurs d'alcool sont condensées dans un refroidisseur à eau avant de couler dans un chaudron en cuivre. Le premier alcool fait 80 à 85 degrès, le dernier 15 à 20 degrès et le distillateur qui surveille pèse le liquide pour qu'il ait la bonne teneur pour être mis en bouteille."

3345755806.jpg

Echaudeuse pour éliminer les chenilles (pyrale). On épandait l'eau bouillante sur les souches de vigne avec une "cafetière" comportant un foyer rempli de braises.

2014-01-27_10h17_28.jpg

L'usine Elbé se trouvait exactement dans les murs de l'actuel supermarché des quatre chemins. Nous voyons d'ailleurs la toiture caractéristique d'anciens bâtiments industriels; elle correspond même au dessin sur la facture.

_________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014