08/10/2013

Déodat de Séverac

Le compositeur Déodat de Séverac est né à St-Félix Lauragais, à la limite entre l'Aude et la Haute-Garonne le 20 juillet 1872. Après des études à la Scolla Cantorum où il aura comme professeurs Vincent d'Indy et Albéric Magnard, il retourne sur ces terres languedociennes auxquelles il est très attaché. Parmi ses œuvres: Le chant de la terre (1900), En Languedoc (1904), Baigneuses au soleil (1908), Cerdana...

3216135484.jpg

« Son œuvre, notait Pierre Lalo dans un article du Tempsen 1905, sort de la nature : elle est pleine de l’odeur du terroir, on y respire le parfum du sol. Les courses sous le soleil, les haltes à l’ombre, les cloches discrètes tintant dans l’air du soir, les heures de repos et de rêve à la fin du jour, les labeurs des champs, les divertissements après le travail, les peines et les joies de la vie rustique, sa musique exprime toutes ces choses : l’âme des paysages et celle des hommes, l’âme du pays natal est en elle. »

887836638_2.JPG

En 1909, pour la création du théâtre de la cité de Carcassonne, il compose une cantate à quatre voix d'hommes: La cité. Le texte est de Victor Gastilleur.

160130670.JPG

Une lettre de Déodat de Séverac

-----------------------------------------------

Il y a encore un vingtaine d'années Déodat de Séverac était parfaitement oublié du monde musical. Grâce à la persévérence et à la passion de Jean-Bernard Cahours d'Aspry, il a repris sa place parmi les plus grands de son époque. Le festival "Déodat de Séverac" depuis 1989, rend hommage au compositeur à St-Felix Lauragais. Le concours international de mélodie française de Toulouse a créé un prix "Déodat de Séverac". Dernièrement l'un des deux opéras du maître a été enregistré par le chef d'orchestre et directeur de l'opéra de Tours Jean-Yves Ossonce. "Le coeur du moulin" a ainsi obtenu une récompense dans le magazine Diapason. Nous voyons que ce qui a été possible pour Séverac, le sera sans doute pour son ami Paul Lacombe, mais il faudra du temps et de la volonté...

2727393972.jpg

____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

 

 

 

02/09/2013

La musique de Paul Lacombe sur France 5

Quelle de fut pas ma surprise hier soir, lorsque regardant un documentaire sur France intitulé "Les artistes français sous l'occupation", j'entendis et je vis les élèves du conservatoire de Paris chanter en 1943 "l'Aubade printanière" de notre compositeur carcassonnais Paul Lacombe. Pour ceux qui seraient tentés de faire un raccourci facile avec cette triste période de l'histoire, ce compositeur est décédé en 1927. Voilà donc qui démontre une nouvelle fois aux plus septiques, la notoriété de la musique de Paul Lacombe en dehors de son Carcassonne natal. Carcassonne qu'il chérissait tant et pour laquelle il avait abandonné toute idée de postérité. Elle le lui a d'ailleurs rendu fort mal après sa mort et quatre vingt ans plus tard, rien n'a vraiment changé...

aubade.jpg

Vous pouvez entendre le passage concerné de ce documentaire en cliquant sur le lien ci-dessous.

C'est exactement à la 14'43 minute!

http://www.dailymotion.com/video/xk9f0g_l-occupation-sans...

Ci-dessous, l'Aubade printanière (Version orchestrale)

http://www.youtube.com/watch?v=RjtNoFEL3iI

_______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

 

29/08/2013

L'orchestre José Marson

Si l'on jouait au jeu des sept familles de musiciens, on pourrait demander: "Dans la famille Marson, je voudrais le frère". On répondrait aussitôt: "Oui, mais lequel: José, Angel, Denis ou Jean? " Chez les Marson, ils étaient huit frères et soeur dont quatre figurèrent dans les plus importants orchestres de bal de l'Aude. Dans celui de René Cadrès: Jean Marson. Dans celui de Jeanoely: Denis et Angel. Il fallut qu'il y ait un indépendant au caractère bien trempé pour créer sa propre formation, c'est José. Aujourd'hui âgé de 92 ans, il se plaît encore à raconter que son orchestre était le plus important de la région... bien avant René Coll. C'est vrai que dans les années 1950-1960, il était demandé et réputé l'orchestre José Marson! Le tube du patron c'était "Arivederci Roma", une chanson de 1955 écrite par Renato Rascel, qu'il chantait de sa voix à la Tino Rossi. José Marson c'était le crooner de ses dames, au physique avantageux, dont la famille avait fui l'Italie du Duce pour s'installer à Carcassonne en 1935. Tous les villages du département s'en souviennent sûrement encore... Et puis, vint René Coll pour faire de l'ombre à Marson. Autre mœurs, l'époque yéyé allait-elle faire passer le grand José pour un "has been"*? Si le rital à la voix de velours refusait toujours la comparaison avec son ennemi juré, l'Orchestre de René Coll; il allait toutefois chercher à s'adapter à la nouvelle donne. C'est ainsi que dans les années 70, Marson est toujours là avec certes, des musiciens et chanteuses bien plus jeunes que lui, mais il tient tête... à ce sacré René Coll qui accompagne la tournée de Michel Sardou. Je vous livre une anecdote: Un jour au début des années 1990 (il avait donc 69 ans), il vint me proposer de chanter dans son orchestre. Il fallait que j'apprenne "The final countdown" du groupe de heavy metal suédois "Europe". J'ai décliné la proposition car j'avoue, j'avais pas la voix pour ce style. Qui a dit que José Marson était dépassé? Non, encore il vous dira que son orchestre est meilleur que celui de... Devenez qui... Mais René Coll, bien sûr!

1164032516.jpg

De gauche à droite: Marius Laffargue, Henri Daniel, Louis Rivière, Lucien Anicet, J-C Merlane et José Marson
 
* "Has been": anglicisme signifiant "a été"
 

 

Crédit photo:
Marius Laffargue
__________________________________
 
© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

08:55 Publié dans Orchestres de bal | Tags : musique | Lien permanent | Commentaires (2)

20/06/2013

L'orchestre Jeanoely

L'orchestre Jeanoly a fait ses premières armes au "Café Calmet" à la libération. Cet établissement aujourd'hui disparu se trouvait sur l'actuel parking de la place Gaston Jourdanne (en face des impôts). Les mois qui suivirent la libération de la France, tout le monde dansait dans les rues le soir et il fallait bien des formations pour assurer la partie musicale. Par la suite, l'orchestre a animé les fêtes de St-Gimer et de la Trivalle selon le programme établi au café Roldan, dont nous parlerons prochainement. Les meneurs de la fête s'appelaient: Labazuy, Gimenez, Bajouet, Rajol, Chésa, Franc...

1869831671.jpg

1er rang de droite à gauche: Yves Daniel, Angel Marson, Edouard Montanuy, Raymond Dellong
2e rang: Duchan, Denis Marson, Jean-Elie Gagliozzo (dit Jeanoely)
 
______________________________
 
© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

08:38 Publié dans Orchestres de bal | Tags : musique | Lien permanent | Commentaires (1)

07/06/2013

L'orchestre Jose Marson

Si l'on jouait au jeu des sept familles de musiciens, on pourrait demander: "Dans la famille Marson, je voudrais le frère". On répondrait aussitôt: "Oui, mais lequel: José, Angel, Denis ou Jean? " Chez les Marson, ils étaient huit frères et soeur dont quatre figurèrent dans les plus importants orchestres de bal de l'Aude. Dans celui de René Cadrès: Jean Marson. Dans celui de Jeanoély: Denis et Angel. Il fallut qu'il y ait un indépendant au caractère bien trempé pour créer sa propre formation, c'est José. Aujourd'hui âgé de 89 ans, il se plaît encore à raconter que son orchestre était le plus important de la région... bien avant René Coll. C'est vrai que dans les années 1950-1960, il était demandé et réputé l'orchestre José Marson! Le tube du patron c'était "Arivederci Roma", une chanson de 1955 écrite par Renato Rascel, qu'il chantait de sa voix à la Tino Rossi. José Marson c'était le crooner de ses dames, au physique avantageux, dont la famille avait fui l'Italie du Duce pour s'installer à Carcassonne en 1935. Tous les villages du département s'en souviennent sûrement encore... Et puis, vint René Coll pour faire de l'ombre à Marson. Autre moeurs, l'époque yéyé allait-elle faire passer le grand José pour un "has been"*? Si le rital à la voix de velours refusait toujours la comparaison avec son ennemi juré, l'Orchestre de René Coll; il allait toutefois chercher à s'adapter à la nouvelle donne. C'est ainsi que dans les années 70, Marson est toujours là avec certes, des musiciens et chanteuses bien plus jeunes que lui, mais il tient tête... à ce sacré René Coll qui accompagne la tournée de Michel Sardou. Je vous livre une anecdote: Un jour au début des années 1990 (il avait donc 69 ans), il vint me proposer de chanter dans son orchestre. Il fallait que j'apprenne "The final countdown" du groupe de heavy metal suédois "Europe". J'ai décliné la proposition car j'avoue, j'avais pas la voix pour ce style. Qui a dit que José Marson était dépassé? Non, encore il vous dira que son orchestre est meilleur que celui de... Devenez qui... Mais René Coll, bien sûr!

1164032516.jpg

De gauche à droite: Marius Laffargue, Henri Daniel, Louis Rivière, Lucien Anicet, J-C Merlane et José Marson
 
* "Has been": anglicisme signifiant "a été"
________________________________
 
© Tous droits réservés/ musique et patrimoine/ 2013
 

28/05/2013

Festival Léon Escalaïs

PROGRAMME festival2.jpg

Léon Escalaïs fut un grand ténor d'opéra, né à Cuxac d'Aude en 1859. Un site internet fait revivre sa légende et son parcours à travers les plus grandes scènes lyriques internationales.

http://opera.escalais.pagesperso-orange.fr/leon/biographi...

10:44 Publié dans Musique classique | Tags : musique | Lien permanent | Commentaires (1)