14/01/2017

La saga des clubs musicaux Carcassonnais du Congo au Conti

Tout commence au 12 rue de l'Aigle d'or à la fin du XIXe siècle avec le Café-Restaurant Lambert-Burniquel. A cette époque, Carcassonne comptait près de 100 établissements de ce type. Entre les deux guerres, le café change de propriétaire ; il passe successivement de Sentanac à Lagarde jusqu'à la Libération.

Sentenac (2).jpg

Le Congo

En 1945, deux associés Rigail et Bouisset transforment l'établissement en cabaret et lui donnent le nom de la colonie dans laquelle ils ont fait fortune. Le cabaret est ainsi baptisé: "Le Congo". Jusqu'en 1955, les plus grands jazzman de l'époque y viendront faire le "boeuf" avec de jeunes instrumentistes carcassonnais issus du "Hot Club de jazz"

014.JPG

Pierre Alay, André Delmas et Raymond Buisan

La devanture du Congo était faite de banbous et l'intérieur avait une décoration très africaine.

Jenny Alpha au Congo. Carcassonne Fev 1948.jpg

Jenny Alpha (1910-2010), chanteuse et comédienne réunionnaise, en février 1948 au Congo. Elle est accompagnée par Loulou Boyer (piano), Teddy Rambaud alias André Delmas (contrebasse), Claude Alay (clarinette) et André Malacan (batterie), tous musiciens carcassonnais.

Reportage Johny Hess copie.jpg

Le chanteur Johnny Hess (1915-1983), inventeur du style musical Zazou au Congo. On lui doit la chacun populaire "Je suis swing". A ses côtés, la chanteuse française Anne Chapelle. On vit aussi des musiciens de jazz célèbres comme James Moody, Georges Arvanitas, Mezz Mezzrow, Guy Lafitte, Marcel Zanini, etc...

hess_johnny_je_suis_swing.jpg

https://www.youtube.com/watch?v=Ht4hGxczUZo

Il y eu aussi la grande époque de Robert Chaliès qui vit défiler au Congo, Eddy Barclay au piano et Henri Salvador à la guitare. Notons également le passage de Jacques Brel, Mouloudjy, Johnny Hallyday, etc...

img107.jpg

Une soirée au Congo avec Jean Pidoux (clarinette), André Malacan (trompette), Jean Osmont (saxophone), Loulou Boyer (piano).

Le Club

Le Club.jpg

"Le club" va succéder dans les années 50 au "Congo" après son rachat par René Guardiola. On y fera toujours du jazz avec Titi Laffargue et Roger Alonso, entre autres.

img117.jpg

René Guardiola et Marius Laffargue (Contrebasse)

Le Club rue de l-Aigle d-or ann-es 70 001.jpg

Le club, version pattes d'éph', dans les années 70. Derrière le comptoir, Albert (serveur) et René Guardiola (patron). Avec le sandwich, Roselyne Cros que je remercie pour sa photo.

Le Conti

526x297-bDO.jpg

Pour connaître le Conti dans sa configuration actuelle, il faudra attendre la reprise de l'établissement par Manuel Pena. Ce dernier travaillait au Grand café Continental en face la gare, qui appartenait à Pierre Pavanetto. En 1992, cet établissement est vendu à une célèbre chaîne de Fast Food et Manuel, comme d'autres carcassonnais, devient orphelin de son Conti. Il achète alors, rue de l'Aigle d'or ce qui était devenu la discothèque "Le club" ainsi qu'une partie du mobilier du Grand Café Continental et lui donne le nom de: "Le Conti". Tous les carcassonnais l'appelleront familièrement en souvenir de Pavenetto "Le petit Conti".

1168634984.JPG

L'établissement aujourd'hui est la propriété de Frédéric Seguy, depuis 2002. Au premier étage dans les années 1990, il y avait une belle salle de billard et une excellente convivialité créée par les frères Pena.

conti.jpg

Le Conti en 2017 fait toujours danser la jeunesse Carcassonnaise.

https://www.facebook.com/Clubbing-Le-Conti-828122317282913/

_____________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2017

30/12/2016

Les cars Bourdier, excursions et transports scolaires

Malgré le peu d'informations historiques que je possède sur cette entreprise, il m'a paru indispensable d'en évoquer le souvenir. La plus ancienne trace des cars Jean Bourdier, nous la trouvons dans un annuaire de 1950 au n°22 de la rue Pierre Sémard. C'est d'ailleurs à cet endroit que se trouvait le dépôt des autobus effectuant les excursions et les transports scolaires vers les différents villages autour de Carcassonne.

Bourdier.jpg

Le dépôt des cars Bourdier dans les années 70

Capture d’écran 2016-12-30 à 10.32.50.png

Au même endroit en 2016

L'entreprise possédait au moins de deux agences dans Carcassonne pour ce qui concerne les excursions :  voyages à Lourdes, en Andorre ou à travers l'Europe grâce à l'agence de voyage FRAM dont elle était le correspondant.

Capture d’écran 2016-12-30 à 10.24.53.png

En 1976, l'agence Bourdier se trouvait sur l'emplacement de l'ancien garage Daydé à l'hôtel Terminus, 1 avenue Joffre. 

Piétonnisation (5).jpg

Si l'on remonte le temps, l'agence Bourdier était dans la rue de la gare. La boutique resta longtemps fermée tout en conservant son aspect d'origine. C'est aujourd'hui la bijouterie Secrets d'or.

Capture d’écran 2016-12-30 à 09.15.52.png

Prenez votre ticket ! 

bourdier bus copie.jpg

Un autobus Berliet de l'entreprise Bourdier

Les transports scolaires partaient de l'autogare ; d'abord située sur le boulevard Omer Sarraut, puis boulevard de Varsovie en face de la passerelle du Canal du midi. Les courriers du Roussillon et du Languedoc effectuaient également ce type de transports. Leur dépôt se trouvait boulevard Paul Sabatier.

Capture d’écran 2016-12-30 à 09.16.24.png

Les cars Bourdier ont été repris par l'entreprise Teissier en 2004. Désolé d'avoir rédigé cet article avec si peu d'informations, mais j'invite toute personne ayant des renseignements permettant de l'enrichir à se mettre en rapport avec ce blog.

__________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

26/12/2016

Des meubles Rouger à l'imprimerie Gabelle, rue Barbès

Nous allons vous montrer de quelle manière il est possible de retrouver après un siècle, l'emplacement d'un ancien commerce dans Carcassonne, avec juste pour indice une carte postale publicitaire. N'étant pas en ce moment sur place, j'ai fait appel à Jacques Blanco afin de tenter de reconnaître les lieux. Ainsi a t-il pu me confirmer avec exactitude ce que mon annuaire de 1904 indiquait à cent mètres de là... La numérotation des rues dans Carcassonne ayant changé depuis, seul l'oeil avisé du secrétaire des Amis de la ville et de la Cité était à même de spécifier l'endroit avec précision. Je me chargeais ensuite de remonter le temps grâce aux archives départementales consultables en ligne (registres d'Etat-civil, recensement civil et militaire) et à mes propres documents. Aujourd'hui, nous sommes en mesure de retracer l'aventure des meubles Rouger, qui précéda l'imprimerie Gabelle, au n°44 rue Barbès.

Capture d’écran 2016-12-26 à 10.22.27.png

Orens Rouger - tourneur, de son état - se marie le 19 octobre 1859 avec Charlotte Canis, sans profession. De cette union, naîtront : Jean Rouger le 3 novembre 1867, Charles Marius Rouger le 16 mai 1870 et Marius Rouger en 1886. Les frères Rouger exerceront tous le métier de tapissier d'ameublement.

Capture d’écran 2016-12-25 à 18.13.57.png

En 1901, la famille Rouger demeure au n°7 de la rue Barbès. Elle a perdu Orens, le patriarche décédé depuis. Ce sont donc les enfants qui ont la charge d'une affaire de fabrication et de vente de meubles. Elle s'appelle "Au grand chandelier" et occupe un vaste bâtiment à l'angle des rues Barbès et Pinel. Les frères Rouger seront dispensé de service pendant la Grande guerre ; l'aîné de la fratrie a la charge de l'entreprise. En 1927, une publicité dans le programme du carnaval de Carcassonne nous informe que la Maison Jean Rouger vend des Chambres à coucher, des salles à manger, des sommiers, des matelas ainsi qu'un grand assortiment de meubles de Provence.

Capture d’écran 2016-12-26 à 11.43.57.png

L'ancienne Maison de meubles Jean Rouger

André Gabelle, imprimeur né en 1844, tient son entreprise en 1904 au n° 64 de la rue de la gare. Avec sa famille, il loge au 8 rue Victor Hugo : Gabelle Elise (son épouse) née en 1858 à Burlatz, leurs deux filles Jeanne (1887) et Cécile (1890) et la domestique Salvaire Eugénie née en 1873 à Pezens. L'imprimerie Gabelle avait repris l'affaire de Pierre Polère. En 1897, elle partageait son activité au n° 50 rue de la mairie, avec Bonnafous et Thomas.

Reste à comprendre quand Rouger a vendu son magasin à Gabelle. Pour cela, nous avons plusieurs indices... La publicité du programme de 1927, nous informe encore de son existence. Il n'est pas présent dans l'annuaire de 1931 ; en revanche, l'imprimerie Gabelle se trouve mentionnée au n° 44 rue Barbès. C'est donc qu'entre 1927 et 1931, Gabelle a pris l'emplacement de Rouger. On peut également en déduire que la façade Art-déco avec l'enseigne "Les imprimeurs Gabelle" date de cette époque.

gabelle.jpg

© Jacques Blanco

L'imprimeur Gabelle s'est retiré de la rue Barbès en 2008, mais l'enseigne demeure. Actuellement, on refait la façade et espérons qu'elle sera conservée. Voilà comment avec presque rien comme informations, on arrive à retracer l'histoire de ce bâtiment.

_______________________________-

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016 

23/12/2016

Le café Roldan, siège de la jeunesse de la Trivalle

Voilà un café de quartier comme il en existait tant dans Carcassonne ; ils ont presque tous disparu. Le café Roldan se tenait au n° 54 de la rue Trivalle. Autrefois, café et pension de famille, l'affaire fut reprise jusqu'en 1940 par Manuel et Maty Roldan avant qu'il ne prenne définitivement le nom de "Café Roldan".

café roldan2.jpg

Né le 2 février 1899, Manuel Roldan débuta sa vie professionnelle comme cimentier et la termina comme chef de chantier dans l'entreprise Subias. On lui doit notamment la construction du château d'eau de Bram en 1936, selon les plans dressés par l'architecte Enderlin. Il s'occupera ensuite de son café en compagnie de son épouse Clémentine (1894-1962), née Mathissart.

Roldan 1.jpg

Le café Roldan vers 1936

La famille Roldan gérait plusieurs affaires en ville. D'abord, la buvette du stade de la pépinière (A. Domec) entre 1948 et 1966 ; elle passa ensuite entre les mains du limonadier Guilhem. Ensuite, la buvette sous les halles où l'on dansait au rythme des orchestres Maravella ou Eddie Warner.

ORQUESTA MARAVELLA 0.jpg

Dans ce quartier cosmopolite de Carcassonne dans lequel se côtoyaient émigrés espagnols, italiens et gitans, la jeunesse avait fait du café Roldan le rendez-vous des fêtards. Au 1er étage, la salle servait pour les réunions de la fête de St-Saturnin (15 août) et de penderie pour le carnaval. Les ouvriers de la brasserie Fritz Lauer, de l'usine Farge et de la distillerie Sabatier y venaient déjeuner. 

2149401791.jpg

L'orchestre Carcassonnais Jeanoely des frères Marson

Outre les fêtes de la Trivalle, du café Roldan partait le Tour de l'âne, la "Java vache" sous l'impulsion de Gualdo et de Gimenez. Cet établissement ferma ses portes en 1963 et Manuel Roldan s'éteignit le 23 février 1972.

Capture d’écran 2016-12-23 à 10.01.33.png

© Google maps

L'ancien café Roldan aujourd'hui

Cet article n'aurait pas pu être rédigé sans le travail remarquable sur la Trivalle de Jean-François Vivès. Les photos du café Roldan m'ont été prêtées par René Roldan ; celle de l'orchestre Jeanoely, par Madame Marson.

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

17/12/2016

Le café français, place Davilla

1288244161.jpg

Jusque dans les années 1980, le Café Français se tenait sur la place Davilla dans l'immeuble Tomey. Cet établissement était tenu dans les années 1950 par M. Bouc. Sur même trottoir en remontant, se trouvaient l'épicerie Crouzilles, Canavy, le marchand de graines Rieux et la boucherie Marcel. En face (aujourd'hui un restaurant), il y avait Gleizes, graines en gros. les lignes des autobus des Courriers du Midi faisaient une halte devant le Café Français. Le trottoir devant le bistrot était encombré de sacs cageots et toutes sortes de choses « précieuses » achetées en ville et qui partaient avec les passagers embarquant pour les villages de la ligne Carcassonne, Bélesta. Des poules et des lapins prenaient part au voyage… Le chauffeur connaissait tout le monde. Dès que l’heure du départ approchait, les gens s’agitaient, s’interpellaient fébrilement comme si on allait partir pour un voyage lointain. Il y avait toujours un passager qui traînait au bar. Le chauffeur klaxonnait rageusement pour l’appeler…

café français.jpg

Le Café Français était tenu par M. Flanzy au début du XXe siècle

img242.jpg

Sur la photo ci-dessus datant de la fin du XIXe siècle, le café Français n'existe pas encore.

2013-09-10_08h55_21.png

Le café français a disparu de cette place Davilla qui manque cruellement d'animations. Une rénovation avec un peu de verdure s'imposerait...

Mise à jour de l'article le 17/12/2016

____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

21/10/2016

La mercerie Bénédetti, souvenirs d'un commerce familial

Marguerite Bénédetti ouvrit une mercerie dans les années 1930 au 22 rue Courtejaire, juste en face des Nouvelles Galeries (Monoprix). Ce commerce occupé autrefois par l'armurier Belloc ferma ses portes en 1996. C'est aujourd'hui, un marchand de sandwichs à emporter.

169.JPG

Marguerite Bénédetti

Au 41 de la rue Clémenceau - à 100 mètres de là - M. Bénédetti tenait le magasin Tricoton dans lequel on se fournissait en laines à tricoter. Avant la Seconde guerre mondiale, la boutique se nommait "Au chic féminin".

171.JPG

Le magasin Tricoton dans les années 1950

172.JPG

L'intérieur de la boutique

166.JPG

Monsieur Bénédetti et sa fille

170.JPG

Dans les années 1960, les publicitaires rivalisaient d'imagination pour faire connaître les produits. Quoi de plus simple que de faire atterrir un hélicoptère au portail des Jacobins pour impressionner le chaland ?

164.JPG

L'ancien Tricoton s'agrandit et se rénova ; il prit le nom des laines Pinguoin. 

Capture d’écran 2016-10-21 à 08.45.28.png

On savait fabriquer en France...

165.JPG

Les clients faisaient la queue dès l'ouverture 

Capture d’écran 2016-10-21 à 08.48.44.png

En 2008, l'ancienne mercerie Bénédetti a été vendue à une enseigne nationale de prêt-à-porter masculin. On rénova la façade, ce qui permit de mettre au jour des arcades et des fenêtres à meneaux. La mercerie venait de tirer un trait sur plus d'un demi-siècle d'existence.

__________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016