20/10/2016

Mort, comme un lundi à Carcassonne...

A Carcassonne, on connaît la chanson sur le bout des doigts... Les commerçants se plaignent toujours sans jamais regarder au final ce qui ne fonctionnerait pas dans leur comportement. C'est-à-dire, les bases du commerces ; à savoir, un sourire et un bonjour. Si autrefois ces qualités indispensables suffisaient, il n'en est pas de même aujourd'hui avec la concurrence d'internet et des grandes franchises dans les zones commerciales. Le premier reste ouvert 24h/24 et 7j/7 et le second, le dimanche et les jours fériés. Pendant ce temps, nos chers commerçants du centre-ville continuent à laisser leurs rideaux baissés le lundi, soit deux jours consécutifs. On peut toujours s'en prendre au mauvais temps, à la mairie ou au bon Dieu pour pester contre la baisse du chiffre d'affaire, mais il serait temps de se remettre en question. Non ? Or, il semblerait qu'à l'exception de quelques indépendants comme la Maison de la presse, les autres restent enfermés dans leurs certitudes d'un autre âge ; celui où le défaut de concurrence leur permettait de pratiquer des prix abusifs, de faire la tronche au client et de rester fermer le lundi. Oh ! certes, nous ne généralisons pas mais quand même, c'est du vécu. 

Capture d’écran 2016-10-20 à 14.13.59.png

Un lundi à Carcassonne

Pour tenter de convaincre que rien ne change à Carcassonne - dans l'état d'esprit des commerçants - nous avons décidé de retranscrire ci-dessous un article publié par La Dépêche du Midi en février 1993.

"Le lundi, Carcassonne n'offre pas son meilleur visage. Rues désertes, rideaux de fer, magasins baissés. Le passant... passe son chemin, trop heureux de retrouver plus vite son doux foyer. 

Ville morte ou simplement endormie ? Ville, c'est sûr, où il ne fait pas bon se transformer en consommateur. "Difficile de chiffrer le nombre de commerces ouverts toute l'année le lundi, reconnaît André Breffeil, coprésident de l'Union des commerçants. Sans trop se tromper, on peut avancer un pourcentage proche de zéro." Simple constant, sans amertume. Car la prise conscience est, tout de même, là. Bien sûr, le métier est prenant et l'on travaille beaucoup, poursuit André Breffeil. Cependant, cette période difficile devrait inciter un plus grand nombre à faire des efforts. Une animation cohérente de la ville doit passer par une ouverture maximum, tous les lundis après-midi (au moins) et entre midi et deux heures, durant les périodes fortes (fêtes, mois d'été...). Sinon, le serpent se mort la queue : moins de magasins ouverts égale moins de clients égale moins de magasins ouverts. Comment s'étonner alors que beaucoup s'évadent le lundi vers Toulouse et Montpellier pour faire leurs achats ?

Aujourd'hui, outre les épiceries et autres boulangeries, seul Monoprix et quelques enseignes nationales de prêt-à-porter s'offrent au client le premier jour de la semaine. Une situation qui agace prodigieusement Maryline Palacio, patronne de Mamona, l'immanquable bazar de la rue Clémenceau. "Je trouve inadmissible qu'un boutique soit fermée deux jours de suite. C'est franchement anticommercial. Carcassonne n'est quand même pas un village ! J'entends régulièrement des clients se plaindre et me dire : "Y a rien d'ouvert". De mon côté, ce jour est en général très bon. J'ai moins de monde mais j'effectue de meilleures ventes.

mme-bastouil-mise-sur-les-lotos_204262_516x343.jpg

© L'indépendant / Claude Boyer

Nathalie Bastouil de la Maison de la presse, ne ferme son magasin que le dimanche après-midi. Et ne déteste pas le tintement du tiroir-caisse, le lundi soir, au fond de la rue piétonne. "Les touristes - ou les nouveaux arrivants - s'étonnent souvent auprès de nous de voir tant de boutique fermées, explique t-elle. Or, je crois qu'après le week-end, il y a une réelle envie de renouer avec la ville, de s'informer et de dépenser quelques sous."

Source

La dépêche / Février 1993

_________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

29/09/2016

L'inauguration du petit train touristique de la Cité de Carcassonne

Le Petit train touristique de la Cité de Carcassonne n'aurait peut-être jamais vu le jour sans l'initiative de deux hommes. Le premier c'est Jacques Pueyo - conseiller municipal - qui mit en relation le maire Raymond  Chésa avec Louis-Paul Barbaste. L'aventure commerciale de cet enfant du quartier de la Barbacane commence en 1980 avec la construction chez Bernard Blatter, forgeron à Saissac, du Petit train de Saissac. Homologué par les mines en 1981, il sillonna la Montagne-noire et fit découvrir aux touristes le lac du Lampy et la Prise d'Alzeau, sur le parcours du Canal du midi. M. Barbaste est le précurseur dans l'Aude de ce nouveau mode de transport à vocation touristique.

INAUGURATION-1-x.png

L'idée de l'installation de ce petit train dans la Cité médiévale ne fut guère appréciée par les Monuments historiques, contrairement à la municipalité. Cela n'empêcha pas son inauguration le mardi 17 juillet 1984 ; cela fait maintenant 32 ans que cela dure.

"Notre souci est d'animer, soulignait hier R. Chésa lors du voyage inaugural."

Avec un micro, M. Barbaste assortit sa visite de commentaires techniques et historiques avec un passage remarqué par les quartiers de la Barbacane (St-Gimer) et de la Trivalle. Le tarif en 1984 était de 15 francs le tour, soit 2 €. Une personne handicapée s'exprimant dans le journal La dépêche qualifia ce train d'utilité publique :

"Sans ce petit train, jamais je n'aurais vu la Cité si belle... et put faire une visite si complète."

inauguration-3-x.png

Aujourd'hui, le Petit train de la Cité propose toujours ses visites commentées à l'extérieur du monument. Bien entendu, la locomotive a changé d'aspect et les remorques ont amélioré leur confort. Il serait vraiment regrettable si un jour, l'Opération Grand Site venait à remettre en cause la présence du Petit train aux abords de la Porte Narbonnaise. Le manège de chevaux de bois, puis les artistes de rue ont été priés de d'aller voir ailleurs. Espérons que le Petit train ne sera pas le suivant sur la liste... Car visiblement, le souci actuel n'est plus d'animer.

img-petit-train-cite.jpg

Informations

http://www.petit-train-cite-carcassonne.com/train/

Source

La dépêche du midi / 18 juin 1984

_________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

13/01/2016

L'âge d'or de l'hôtel de la Cité en photographies

Oui ! il y eut un âge d'or pour le plus prestigieux établissement hôtelier de Carcassonne. Une époque où les princes et les vedettes du cinéma international s'arrêtaient à Carcassonne pour visiter son joyau médiéval. Elles ont laissé leur immortalité dans la signature du livre d'or que l'hôtel conserve précieusement. Il reste quelques photographies que je suis allé rechercher chez les rares témoins de cette époque ; les vrais acteurs ne sont plus de ce monde. Il faut partager cette mémoire pour montrer que Carcassonne n'a pas toujours été ce qu'elle est maintenant ; c'est-à-dire une ville sans âme dans laquelle la culture du déclin l'emporte sur celle de l'esprit et du progrès. Dans les années 50-60, Carcassonne n'était pas plus riche qu'aujourd'hui, mais elle exploitait avec soin ce qui faisait sa renommée chez les grands de ce monde :

L'hôtel de la Cité

258_001.jpg

Les hôtes de marque sortaient dans ce petit village entouré de tours séculaires. Il y avait un bureau de poste, un boulanger, un épicier et bien sûr des marchands de souvenirs. On retrouvait ces stars de cinéma chez l'antiquaire Sarraute qui savait vendre sa Cité, bien mieux que n'importe quel agent touristique actuel. Pour sûr, ils sont tous formés de la même manière... Ces habitants, la Cité, ils l'avaient reçu dans l'ADN dès leur naissance. Quant à la langue anglaise ? Ils s'en débrouillaient en baratinant et le touriste faisait le reste du chemin. Cet hôtel de légende constituait à lui seul la locomotive économique de la Cité, car ceux qui y logeait se promenaient avec de gros dollars en poche. 

Pierre Decaux et Albert Roos copie.jpg

"Gamin ,nous tenions nos assises devant le pont levis ,je me souviens d'avoir vu trois voitures américaines dont les numéros d'immatriculation se suivaient ; la premiere avec les parents et le chauffeur, la deuxieme avec les enfnats et le chauffeur et la troisieme avec les bagages et le chauffeur. Beaucoup de clients américains venaient, mais lorsque De Gaulle a bouté l'américain hors de france (americans go home) la clientele a disparu et a commencé le declin de l'hôtel. Nous allions le soir dans la petite rue où se trouvaient les cuisines humer les bonnes odeurs des plats concoctés par les cuisiniers. Je ne pensais jamais pouvoir pénétrer en tant que client dans l'hôtel et un jour, c'est arrivé : quel bonheur ! Le chef cuisinier (RION) a qui j'ai raconté mon histoire m'a accompagné aux cuisines pour une visite. Bien sûr nous avons connu tous les personnels de l'hôtel M. Lasserre directeur, M. Decaux Marcel l'homme de confiance, M. Cadène chauffeur officiel, Billion chef cuisinier lyonnais, et Oscar Roos bagagiste ... les femmes de la Cité allaient le temps de la saison y travailler, soit dans les chambres, soit à la buanderie située sous l'actuel Bar à vins." (Jean-Claude Loupia)

Albert Roos. Cadene copie.jpg

Albert Roos et M. Cadène

Parmi les grands de ce monde a avoir séjourné à l'hôtel de la Cité, notons : Walt Disney, Winston Churchill, Paul Valéry, Élisabeth II d'Angleterre, Gary Cooper, Kipling, le prince Rainier de Monaco, Edith Piaf, le comte de Paris, le roi d'Albanie, Fernandel, etc...

Colette

(Écrivain)

006.jpg

Après tant d'hôtels, enfin ! Un chez moi !

colette.jpg

 

Sacha Guitry

(auteur dramatique)

005.jpg

10 août 1932

052.jpg

 

François Mauriac

(Écrivain)

François Mauriac.jpg

 

James Stewart

(Acteur américain)

002 copie.jpg

Avec son épouse dans le hall de l'hôtel en 1939

 

Le duc de Windsor

(Edouard VIII d'Angleterre)

Le duc de Windsor copie.jpg

Le roi d'Angleterre avec ses chiens devant l'hôtel

"Madame Pueyo, une figure citadine connue, se souvient d'un anglais distingué se promenant dans la Cité avec une jeune femme fort élégante, qui s'arrêta pour admirer les roses de son jardin : Vous avez de bien belles roses !, dit l'anglais dans un très bon français. Je vais vous en donner une ! répondit-elle avec la chaleur et l'empressement qu'on lui connaît.

Puis avec curiosité...

Mon Dieu, monsieur, comme vous ressemblez au roi d'Angleterre !

Le monsieur sourit tandis qu'elle tendait à la dame une rose fraîchement coupée. Madame Pueyo apprit le lendemain que le duc de Windsor séjournait à l'hôtel de la Cité avec Wallis Simpson. Le duc de Windsor a laissé un grand souvenir. Il entendait être traité comme les autres clients. La courtoisie n'excluait tout de même pas, une nombreuse domesticité."

007.jpg

Le livre d'or

 

Maurice Chevalier

(Chanteur)

Maurice Chevalier.jpg

26 août 1953

684734909.jpg

 

Grace Kelly

(Princesse de Monaco)

img042.jpg

Son époux le prince Rainier, était venu le 6 juillet 1954

009.jpg

Juillet 1961

 

Alain Delon

(Acteur)

Alain Delon et Pierre Decaux copie.jpg

Place Saint-Nazaire

 

Tino Rossi

(Chanteur)

Tino Rossi copie.jpg

30 juin 1973

4248143477.jpg

Hôtel de la cité 2.jpg

"Le comte de Barcelone lorsqu'il arrivait, louait une aile entière (côté église) et se déplaçait avec plusieurs femmes de chambres plantureuses à souhait. Certains avaient des exigences particulières. Boulay Hassan, le père du roi du Maroc Hassan II, avait refusé de prendre ses repas dans de la vaisselle ayant déjà servi, et il avait fallu acheter à la hâte des casseroles en terre. D'autres enfin arrivaient avec leurs draps de lit. L'art de la discrétion consistait à satisfaire toutes les demandes."

À lire

L'hôtel de la Cité / B. Vaissière / Liber Mirabilis

______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2016

04/12/2015

Le café de la comédie, c'est bien Baux

Depuis 1970, la famille Baux détient les clés du café de la comédie qui a allègrement dépassé les cent ans de règne.  

Café de la comédie.jpg

Ce bistrot situé en face du théâtre municipal, en a vu passer des artistes autour de son comptoir les soirs de spectacle. Au temps du vieux théâtre aménagé dans l'église de l'ancien couvent des jacobins, il était déjà là... C'est à dire avant sa destruction en 1933.

img429.jpg

Quand Gérard Baux - le petit serveur du Bristol - succéda à l'âge de 24 ans à Madame Panisse derrière le zinc de cet établissement, il attira grâce à son sourire charmeur et son élégance naturelle tout ce que Carcassonne comptait de respectable. Tout le monde sait qu'il y a deux types de cafés : celui des poivrots et celui des philosophes, même de comptoir. Dans la seconde catégorie, le père Gérard fit à l'intérieur de son bar des rencontres littéraires et musicales. Le swing s'invita déjà en ces lieux en 1970 avec Claude Luther, puis avec d'une manière hebdomadaire avec les Jazz Landers composés de Sauret, Alonso et Laffargue. À cette époque, le petit noir se payait en salle 6 francs (80 centimes d'euros) et le demi, 13 francs (1,70 euros).

Machine à café. 1904.jpg

La machine à café de 1904

C'était le rendez-vous de la jeunesse dorée de Carcassonne ; les uns s'émoustillaient derrière le Juke-box pendant que d'autres, passaient leurs nerfs au flipper les mercredis après-midi. Quelques bécots au fond du fauteuil et les premiers amours naissaient à l'abri du regard des parents. Eh ! oui, à cette époque on se cachait...

img442.jpg

Le bar a changé plusieurs fois de place : de 1970 à 1985 et de 1993 à aujourd'hui, en bas ; de 1985 à 1993, en haut. Rappelons-nous des après-midi mémorables autour du baby-foot, dans une toute petite pièce au fond. La partie était à 2 francs et les meilleurs y restaient des heures sans débourser un centime, car tout le monde voulait les battre.

Georgette Lemaire au café de la comédie.jpg

Georgette Lemaire à la Comédie

Grâce à Jeannot Alary, son grand ami et directeur du théâtre municipal, Gérard Baux a vu dîner de grandes vedettes dans son café. Comme par exemple, Gilbert Bécaud qui se cuisina une omelette dans les fourneaux de la Comédie, Jacques Brel ou encore Moustaki. La patron garde précieusement le livre d'or sur lequel ils ont presque tous laissé leurs empreintes.

034.jpg

Le comédien SIM

img421.jpg

Bernard Laporte et Gérard Baux

Le patron a passé la main en 2010 à son fils Stéphane. Avec son épouse Josiane, ils n'ont gardé que la pizzéria La divine comédie, fondée en 1985.

Luis Fernandez.jpg

Stéphane que l'on voit ici avec sa mère et Luis Fernandez, c'est une nouvelle génération de cafetiers. Un métier qui a changé et qui a dû s'adapter aux modes de consommation d'aujourd'hui.

___________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

12:29 Publié dans Commerces | Lien permanent | Commentaires (1)

09/10/2015

La pharmacie Sarcos, place Carnot

La pharmacie Sarcos est sans doute la plus ancienne officine de la ville, dans la même famille depuis plus d'un siècle. 

1563697434.jpg

Osmin Sarcos, né le 13 octobre 1869 à Hagetmau (Landes), commence ses études pharmaceutiques par un stage officinal dans la pharmacie Olmières située 48 rue de la gare à Carcassonne. Après l'obtention de son diplôme, il revient dans la capitale audoise où il fonde son officine au 10 de la rue de la gare.

sarcos2.jpg

Elle sera déplacée au début du XXe siècle, 22 place Carnot.

1623069992.jpg

Osmin Sarcos, en blouse blanche, adossé à la guérite du vendeur de journaux sur la place Carnot. Il a également exercé le mandat de conseiller municipal chargé des problèmes d'hygiène. Il est décédé le 3 septembre 1929.

Capture d’écran 2015-10-09 à 10.17.51.png

La pharmacie actuellement 9, place Carnot

1404000673.jpg

© chroniques de Carcassonne

Elle possède une sortie dans la rue de l'Aigle d'or qui est restée dans son jus d'autrefois

Sources

Dictionnaire des fondateurs de la société d'histoire de la pharmacie

(Guy Devaux)

_________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

 

01/10/2015

La famille Noubel, c'est plus d'un siècle dans le meuble à Carcassonne

Guillaume Noubel fonde vers 1880 un magasin de meuble dans ce qu'on appelait autrefois "la Grand-rue" à Carcassonne, actuellement rue de Verdun. Ce petit commerce deviendra au fil des acquisitions foncières, la Grande maison Noubel. Trois générations après Guillaume et Gaston - son fils - c'est Guy qui arrive aux affaires.

noubel.jpg

Il rallie Mobilier de France en 1975 en devenant franchisé. Les meubles fabriqués sous cette enseigne provenaient en majeure partie de la production nationale.

noubel1.jpg

Le magasin dans les années 1980

Capture d’écran 2015-10-01 à 10.26.24.png

Les meubles Noubel ont quitté le centre-ville depuis plus de 20 ans. L'immeuble acheté par la ville pour y faire une médiathèque qui ne se fera pas, sera revendu à un promoteur immobilier. C'est aujourd'hui un magasin des arts de la table.

noubel2.jpg 

L'originalité de ce magasin de cœur de ville résidait dans l'architecture de ses vitrines en verre cintré et galbé dont le milieu se situait à plus ou moins 1,5 m de hauteur, ce qui correspondait à cette époque à la vision de la femme Française selon les normes du fabriquant Saint-Gobin. La façade avait été transformée par Gaston Noubel sur les conseils de l'architecte Paul Enderlin.

NOUBEL4.jpg

Madame Noubel réalisait des vitrines magnifiques. Il s'agit ici du Petit poucet d'après le conte de Charles Perrault.

noubel5.jpg

La belle au bois dormant

noubel.jpg

© Chroniques de Carcassonne

Pendant longtemps on a pu apercevoir cette publicité en haut de la rue de Verdun. Elle a été récemment recouverte par un bel enduit lors de la rénovation de la façade.

noubel3.jpg

Sur ce site étaient employés une quinzaine de collaborateurs selon un modèle d'entreprise familiale, jusqu'aux années 90 avec la fermeture du magasin et départ en retraite du dirigeant Guy Noubel.

 À gauche, il y a Élisabeth et Guy Noubel avec des lunettes a monture noire. On aperçoit Marc au-dessus de son épaule gauche. Le 2e en partant de la droite est gilles Noubel et la plus jeune devant, avec les cheveux longs c'est Anne. Les autres personnes sont le personnel du magasin. Il s'agissait d'une fête pour la remise de médailles du travail aux plus âgés. 

noubel6.jpg

  Marc Noubel (fils de Guy)  ouvrira un magasin de meubles et plus largement de produits d'équipement de la maison dans l'enceinte de Cité 2 premier hypermarché de la ville dès 1972 et sous enseigne MOBIS (Filiale de Mobilier de France).

But.jpg 

L'avenir de l'entreprise passe alors pas l'adhésion à l'enseigne BUT, toujours en franchise et au travers de trois emplacements différents à savoir dès la fin de Cité 2, sur la RN113 entre Trèbes et Carcassonne, par la suite route de Toulouse dans la zone commerciale de Félines et enfin aujourd'hui au cœur même de la zone commerciale de la Ferraudière. C'est aujourd'hui le dernier des Noubel, Guillaume (fils de Marc) qui préside à la destinée d'une affaire familiale qui garde encore son nom dans les pages de son bilan.

Un grand merci à Anne et Marc Noubel pour leur disponibilité et leur gentillesse.

__________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015