31/08/2018

Le chic gourmand remplace l'ancien Hôtel des voyageurs sur l'allée d'Iéna

 L'hôtel des voyageurs, situé allée d'Iéna en face de la place Davilla, avait été vendu aux enchères avec l'ensemble de son mobilier en 2010. Sa plaque en émail n'était plus là et seul le nom subsistait encore. La société Eyraud qui le gérait depuis 1988 restait le dernier propriétaire de cet établissement. L'allée d'Iéna était autrefois la zone industrielle de Carcassonne. Des usines, des fonderies avec leur cheminées donnaient à ce quartier un aspect industriel qui a aujourd'hui complètement disparu. L'hôtel des voyageurs avait son utilité tant que les représentants ou industriels de passage cherchaient dans le coin, un endroit pour passer la nuit.

3939328919.jpg

Au numéro 37, l'hôtel des voyageurs vers 1930 propriété de P. Quellos

1653154749.png

L'hôtel des voyageurs en 2010 après sa fermeture

Il était resté dans cet état pendant huit ans, sans repreneurs... Depuis quelques semaines, le restaurant "Le chic gourmand" vient de s'implanter dans les anciens locaux de l'hôtel. 

Chic.jpg

Comme vous pouvez le voir sur cette photographie, la façade n'a pas été beaucoup modifiée. Elle a même subi une belle cure de rajeunissement et donne un peu de lustre à cette artère si encombrée de voitures.

Chic 2.jpg

L'intérieur du nouveau restaurant 

Le chic gourmand

41, allée d'Iéna

https://www.lechicgourmand.com

___________________________________

Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

21/05/2018

Le café de la Comédie dévoile ses autographes des grands artistes français

Conservé précieusement dans un tiroir, le café de la Comédie garde comme une relique, un cahier qui ferait pâlir de jalousie tous les chasseurs d'autographes. Depuis plus de 45 ans, le bistrot d'en-face fut la cantine et le siège non-officiel du Théâtre municipal Jean Alary. C'est d'ailleurs grâce à ce dernier - le regretté directeur de cette salle de spectacle - que Gérard Baux accueillit dans son établissement les vedettes de passage à Carcassonne. Nous n'en citerons que quelques-unes, parmi lesquelles Jacques Brel, Georges Moustaki, Jean-Paul Belmondo, Georgette Lemaire, etc. Ajoutons à ceux-là les comédiens du théâtre de boulevard, dont les tournées s'arrêtaient dans notre ville : Michel Leeb, Sim, Micheline Dax, Bernard Lavalette, Robert Lamoureux... Lorsqu'on interroge l'ancien patron et maintenant son fils Stéphane, un livre d'anecdotes s'ouvre à nos oreilles. Retenons par exemple que Gilbert Bécaud se prépara une omelette dans la cuisine du café, un soir de tour de chant. Cette proximité avec les artistes, Gérard Baux la devait à Jeannot Alary qui en avait fait au-delà de la relation professionnelle, des amis.

3461547892.jpg

Le café de la Comédie, dans les années 1980

Baux, le bien nommé, fut le premier commerçant de Carcassonne à installer en terrasse, des chaises semblables à celles que l'on trouve au Sénéquier, le célèbre café du port de Saint-Tropez. Là encore, une relation particulière avec Gilles Scagliola, qui possédait l'Hôtel des Lices de ce village Varois. 

030.jpg

Le mime Marcel Marceau en 1972

Marcel_Marceau_-_1974.jpg

Marcel Marceau en 1974

031.jpg

Annie Fratellini et Pierre Etaix

Scenes00566.jpg

Le célèbre duo de clown en 1970

033.jpg

Les frères Jacques, le 6 février 1975

maxresdefault.jpg

La truite de Schubert, par les frères Jacques

034.jpg

Sim

sim1.jpg

Sim, alias Simon Berryer

mag.jpg

Roland Magdane

Roland_Magdane_2013.jpg

© Wikipédia

Roland Magdane en 2013

039.jpg

Le réalisateur Yves Boisset

Yves_Boisset_Cannes_2010.jpg

© Wikipédia

Yves Boisset en 2010, au festival de Cannes

___________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

11:26 Publié dans Commerces | Tags : autographes | Lien permanent | Commentaires (0)

04/02/2018

Le grand magasin de vêtements Alexandre Dony à Carcassonne

Le premier magasin Dony est crée à Limoges en 1894, 4 rue des Halles, par Alexandre Dony (1860-1936) alors associé à Paul de Laval et Joly de Bénac. L'aventure carcassonnaise débute en 1925, quand M. Bauville laisse sa boutique de tailleur. Dony magasin.jpg

© A. Dony

Le magasin A. Dony de Carcassonne

Après plusieurs décennies, le vieux tailleur Bauville passé maître en vêtements sur mesure, gabardines, chemises et bonneterie prend sa retraite. 

Bauville.jpg

Nous avons retrouvé dans le travail d'Alfred Raucoules sur la rue de Verdun, une vue de la boutique Bauville avant l'arrivée du magasin Dony.

img028.jpg

On s'aperçoit que le rez-de-chaussée faisait apparaître des fenêtres de forme ogivales donnant sur la rue.  Lorsqu'en 1925, le magasin Dony vint s'installer en lieu en place de Bauville, il effectua des travaux. 

img027.jpg

Le magasin Dony après les travaux de 1925

Construite dans le style Art-Déco de cette époque, la façade révélait des motifs floraux et le noms des boutiques de l'enseigne en France : La Rochelle, Caen, Lyon, Calais, Limoges, etc. Ces inscriptions sculptées ont été effacées par une couche de peinture. Il suffirait de rien pour qu'elles ne réapparaissent. L'enseigne Dony ne possède plus à l'heure actuelle que sept magasins en France avec celui de Carcassonne.

Dony.jpg

En 1925 le directeur Carcassonnais était Paul Rodange, puis ce fut Théophile Richard à partir de 1931. L'atelier comportait un coupeur, deux apiéceurs et trois retoucheuses, plus des vendeurs.  

img029.jpg

L'intérieur de la boutique en 1931

Sources

 Notes, synthèse et recherche / Martial Andrieu

Alfred Raucoules

__________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

 

29/01/2018

La banque populaire de l'Aude, d'hier à aujourd'hui

A l'heure où les grandes banques françaises font le choix de fermer leurs agences afin de replier leurs services sur internet, la Banque populaire de Carcassonne tient encore le coup. Pour combien de temps encore, sachant que la Société générale a fermé ses guichets de la place Carnot et que d'autres lui emboitent le pas ? Moins d'humains, beaucoup plus de machines... et toujours les mêmes tarifs et commissions pour la banque.

img024.jpg

La Banque populaire de l'Aude en 1925

Au départ, l'actuelle banque populaire est un groupe mutualiste. Il offre des services aux petits porteurs (artisans, commerçants, professions libérales) n'ayant pas accès aux grandes banques commerciales. C'est la loi de mars 1917 du ministre du commerce Emile Clémentel va indirectement donner naissance aux Banques populaires et à leur statut coopératif. Dans la foulée, une agence ouvre ses bureaux à Carcassonne en 1919, au 1er étage du 6 rue de Verdun, avec un directeur et un seul employé. Il s'agit de la Banque populaire de Carcassonne.

Capture d’écran 2018-01-29 à 09.03.40.png

Les locaux de la Banque populaire en 1919

Ce n'est qu'en 1924 que l'agence se déplacera au n°10 où elle se trouve encore aujourd'hui. Ces anciens locaux passeront entre les mains de l'Office régional de banque et d'informations financières. C'est là également qu'Antoine Guiraud de Lévizac possédait son bureau de Courtier en produits agricoles et Me Nogué, avait son étude d'avoué.

img025.jpg

Les guichets de la nouvelle agence en 1925

Elle prend le nom de Banque populaire de l'Aude ; ce n'est que dix ans plus tard que l'Ariège sera ajouté à cette dénomination. L'aspect extérieur n'a guère évolué, si ce n'est la disparition de la porte monumentale et l'inscription entre les deux étages. Les bureaux logaient dans le corps de bâtiment donnant sur la rue. La cour fut fermée avec une verrière et transformée en salle des guichets. La comptabilité se faisait au second étage. Le directeur Ernest Albert habitait dans l'agence.

Capture d’écran 2018-01-29 à 09.20.41.png

L'agence de Carcassonne-Verdun

Les transactions bancaires se faisaient à cette époque essentiellement en argent liquide. Des employés, nommés recouvreurs, étaient chargés d'effectuer les encaissements à domicile. D'ailleurs, Jean Ricard et Léon Raynaud résidaient dans l'agence, avec la famille du directeur...

Capture d’écran 2018-01-29 à 09.25.46.png

Le Garçon de recettes 

Leurs uniformes différaient selon les banques, mais ils étaient généralement bleus avec le sigle de la banque brodé de fil d'or sur le revers du col. La casquette remplaça peu à peu le bicorne, mais sur la carte postale ci-dessus des années 1910 il était encore en usage. Dans une solide sacoche de cuir noir attachée à eux par une chaînette, les recouvreurs transportaient ainsi les valeurs. Imaginerait-on cela aujourd'hui ? Pourtant, ce métier a perduré jusque dans les années 1960.

Sources

Alfred Raucoules / Gambetta - Verdun - Davilla / 1990

Loi de mars 1917 / Emile Clémentel

Histoire des banques mutualistes 

______________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

09:38 Publié dans Commerces | Tags : banque populaire | Lien permanent | Commentaires (4)

03/03/2017

La Maison de la presse : une histoire d'amour avec Carcassonne

Depuis 1981, la famille Bastouil préside aux destinées de ce commerce situé en haut de la rue Georges Clémenceau. C'est au moment de la retraite de M. et Mme Georges Navarre que les parents de Nathalie Bastouil - l'actuelle propriétaire - ont repris cette affaire et sont venus s'installer à Carcassonne. Les époux Navarre avaient pris la Maison de la presse le 1er août 1972 après le départ de M. et Mme Lartigues. Ils s'occupaient également du dépôt central de presse de la rue Prosper Montagné, chargé d'alimenter chaque jour les 32 sous-dépôts du Carcassonnais soit 2 tonnes de papier.

20160618_165754.jpg

La Maison de la presse dans les années 1980

Henriette Navarre avait toujours vécu dans le papier puisque ces parents étaient déjà dépositaires de presse à Montauban, dans les années 1920. Assez curieusement, M. et Mme Bastouil avaient repris en main l'affaire des Navarre à Saint-Gaudens le 1er août 1972, le même jour où les Navarre s'installaient à Carcassonne. En fait, les Bastouil sont des Narbonnais de retour au pays, avec leurs trois enfants : Jean-Pierre, Nathalie et Sophie.

bastouil.jpg

M. et Mme Bastouil et les époux Navarre en 1981

Aujourd'hui, Nathalie Bastouil poursuit l'aventure de ses parents. La presse ne se vendant plus comme autrefois, elle a été contrainte pour survivre, de moderniser et diversifier son commerce. Il y a trois ans, Nathalie s'est mise à vendre du tabac. Bien plus qu'un simple dépositaire de presse, ce commerce offre un choix conséquent d'ouvrages sur l'histoire locale. Et toujours avec le dévouement de Nathalie...

Capture d’écran 2017-03-03 à 10.53.13.png

La Maison de la presse

76, rue G. Clémenceau

11000 Carcassonne

______________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

20/10/2016

Mort, comme un lundi à Carcassonne...

A Carcassonne, on connaît la chanson sur le bout des doigts... Les commerçants se plaignent toujours sans jamais regarder au final ce qui ne fonctionnerait pas dans leur comportement. C'est-à-dire, les bases du commerces ; à savoir, un sourire et un bonjour. Si autrefois ces qualités indispensables suffisaient, il n'en est pas de même aujourd'hui avec la concurrence d'internet et des grandes franchises dans les zones commerciales. Le premier reste ouvert 24h/24 et 7j/7 et le second, le dimanche et les jours fériés. Pendant ce temps, nos chers commerçants du centre-ville continuent à laisser leurs rideaux baissés le lundi, soit deux jours consécutifs. On peut toujours s'en prendre au mauvais temps, à la mairie ou au bon Dieu pour pester contre la baisse du chiffre d'affaire, mais il serait temps de se remettre en question. Non ? Or, il semblerait qu'à l'exception de quelques indépendants comme la Maison de la presse, les autres restent enfermés dans leurs certitudes d'un autre âge ; celui où le défaut de concurrence leur permettait de pratiquer des prix abusifs, de faire la tronche au client et de rester fermer le lundi. Oh ! certes, nous ne généralisons pas mais quand même, c'est du vécu. 

Capture d’écran 2016-10-20 à 14.13.59.png

Un lundi à Carcassonne

Pour tenter de convaincre que rien ne change à Carcassonne - dans l'état d'esprit des commerçants - nous avons décidé de retranscrire ci-dessous un article publié par La Dépêche du Midi en février 1993.

"Le lundi, Carcassonne n'offre pas son meilleur visage. Rues désertes, rideaux de fer, magasins baissés. Le passant... passe son chemin, trop heureux de retrouver plus vite son doux foyer. 

Ville morte ou simplement endormie ? Ville, c'est sûr, où il ne fait pas bon se transformer en consommateur. "Difficile de chiffrer le nombre de commerces ouverts toute l'année le lundi, reconnaît André Breffeil, coprésident de l'Union des commerçants. Sans trop se tromper, on peut avancer un pourcentage proche de zéro." Simple constant, sans amertume. Car la prise conscience est, tout de même, là. Bien sûr, le métier est prenant et l'on travaille beaucoup, poursuit André Breffeil. Cependant, cette période difficile devrait inciter un plus grand nombre à faire des efforts. Une animation cohérente de la ville doit passer par une ouverture maximum, tous les lundis après-midi (au moins) et entre midi et deux heures, durant les périodes fortes (fêtes, mois d'été...). Sinon, le serpent se mort la queue : moins de magasins ouverts égale moins de clients égale moins de magasins ouverts. Comment s'étonner alors que beaucoup s'évadent le lundi vers Toulouse et Montpellier pour faire leurs achats ?

Aujourd'hui, outre les épiceries et autres boulangeries, seul Monoprix et quelques enseignes nationales de prêt-à-porter s'offrent au client le premier jour de la semaine. Une situation qui agace prodigieusement Maryline Palacio, patronne de Mamona, l'immanquable bazar de la rue Clémenceau. "Je trouve inadmissible qu'un boutique soit fermée deux jours de suite. C'est franchement anticommercial. Carcassonne n'est quand même pas un village ! J'entends régulièrement des clients se plaindre et me dire : "Y a rien d'ouvert". De mon côté, ce jour est en général très bon. J'ai moins de monde mais j'effectue de meilleures ventes.

mme-bastouil-mise-sur-les-lotos_204262_516x343.jpg

© L'indépendant / Claude Boyer

Nathalie Bastouil de la Maison de la presse, ne ferme son magasin que le dimanche après-midi. Et ne déteste pas le tintement du tiroir-caisse, le lundi soir, au fond de la rue piétonne. "Les touristes - ou les nouveaux arrivants - s'étonnent souvent auprès de nous de voir tant de boutique fermées, explique t-elle. Or, je crois qu'après le week-end, il y a une réelle envie de renouer avec la ville, de s'informer et de dépenser quelques sous."

Source

La dépêche / Février 1993

_________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016