16/10/2017

L'ouverture de la route touristique Luchon-Carcassonne par les Pyrénées en 1939

Depuis 1935, la SNCF avait rétabli la liaison touristique par autocars entre Biarritz et Luchon. Réalisant un vœu émis par les municipalités et les sociétés d’exploitation des stations thermales de l’Ariège et de l’Aude, la nouvelle ligne Luchon-Carcassonne était inaugurée le 24 juillet 1939. Cette liaison, qui fit de Carcassonne la plate-forme d’accès aux Pyrénées fut assurée en deux étapes par un service bihebdomadaire. Un mois après, la Seconde guerre mondiale éclatait... Ces excursions furent d'ailleurs interrompues à partir du 6 septembre 1939.

Capture d’écran 2017-10-15 à 20.51.35.png

Réunis samedi 22 juillet au matin à Luchon, les journalistes, après un petit déjeuner à l’hôtel d’Angleterre, commencèrent leur périple en direction de Carcassonne. Ce sont les cars Sors-Redonnet de Luchon qui embarquèrent tout ce beau monde.

luchon-carcassonne

"De Luchon, coquette ville d’eau à 630 mètres d’altitude - la Reine des Pyrénées, comme l’appellent les guides - un funiculaire conduit à Superbagnères. L’excursion en vaut la peine : à 1800 mètres, une solitude grandiose, le silence majestueux des grandes altitudes…

luchon-carcassonne

Au sortir de Luchon, on descend la grande vallée de la Pique, puis on traverse la Garonne, dont on suit quelque temps la rive droite. Mais, dès Fronsac, on quitte la vallée pour s’élever graduellement par une impressionnante montée en lacets, jusqu’au col des Ares, d’où l’on aperçoit au sud, les cimes neigeuses qui marquent la frontière espagnole.

On se laisse ensuite mollement descendre vers la vallée du Job pour remonter cette fois à travers bois, vers le col d’Aspet, qui atteint 1074 mètres d’altitude. Et voici Saint-Girons, capitale du Conserans, au triple confluent du Salas, du Les et du Baup. Calme Conserans aux frais paysages de pelouses vertes et d’eaux vives, véritable oasis de sérénité dans le chaos tourmenté des Pyrénées… Son ancienne capitale, Saint-Lizier, offre d’authentiques joyaux d’architecture romane, avec son cloître, son palais épiscopal et sa cathédrale où abonde le marbre, car la région en est riche.

luchon-carcassonne

Audinac-les-bains, où les voyageurs de l’autocar font halte pour déjeuner, est une calme et reposante station dont les eaux chargées en sel font merveille dans certaines caves.

La seconde étape comporte une curiosité : les grottes de Labouiche et ses merveilles souterraines. A quelques kilomètres de là, voici Foix, dont le château célèbre, qui abrita les fastes de la Cour de Gaston Phœbus, évoque sur son socle de rocher, dans son décor sauvage, l’art d’un Gustave Doré…
Plus loin, la traversée de l’Ariège, à Tarascon, nous transporte soudain dans un paysage nouveau et curieusement méditerranéen, bien qu’il nous faille rouler longtemps encore avant de découvrir, comme nous le ferons au-delà des Gorges de l’Aude, le panorama méditerranéen type, à quelques nuances près. Mais déjà l’on perçoit une influence maritime, dans ce bourg coloré, aux tons rudes, aux rocs pelés, aux vieilles portes d’enceintes admirablement conservées…

luchon-carcassonne

Mais c’est la journée du lendemain qui offre sans doute la large variété de panoramas et de sites, puisqu’elle conduit de près de 2000 mètres, pour le ramener au niveau de la mer ou presque, en traversant tour à tour les défilés vertigineux des gorges de l’Aude et les vallées verdoyantes que coupe la frontière espagnole à Bourg-Madame. La matinée se passe en ascensions et en descentes, aussi raides les unes que les autres. A la splendeur désolée du panorama qu’on embrasse du haut du col de Puymorens, à 1918 mètres, succède la promenade en lacets à travers la brûlante Cerdagne, puis la descente sur la vallée du Carol, avec sa fameuse tour dont le nom évoque les heures dramatiques de la guerre d’Espagne…

luchon-carcassonne

Une courte halte à Bourg-Madame pour contempler, à l’autre bout du pont international, les carabiniers espagnols, et l’on recommence une nouvelle ascension, celle de Font-Romeu, brillante station de sports d’hiver qui mérite mieux qu’un court passage. Et l’on redescend, à travers bois, vers Mont-Louis aux remparts inexpugnables qui rappellent le souvenir de Vauban.

luchon-carcassonne

Un nouveau col, celui de la Quillane, et c’est la descente, fertile en émotions, sur l’Aude et ses défilés sinueux qu’il fallut bien souvent gagner sur la montagne elle-même, à coups de mine.

luchon-carcassonne

Enfin, la vallée d’élargit, la campagne prend soudain - transformation d’autant plus saisissante après la sauvagerie du décor que l’on vient de traverser - l’aspect débonnaire des vignobles et des vergers méridionaux. Bientôt, à un détour de la route, la Cité de Carcassonne dressera ses remparts intacts au-dessus de la plaine, comme sur une enluminure des « très riches heures du duc de Berry… » (Le petit journal)

luchon-carcassonne

 Ce périple inaugural se termina par une réception à la mairie de Carcassonne, avant une dernière visite de la Cité médiévale. Dans la salle des fêtes, M. Sigé (adjoint au maire) représentant le Dr Tomey reçut les nombreuses personnalités : MM. Hyvert (Président de la Société d'Etudes Scientifiques) ; Embry (Conservateur du musée) représentant le Syndicat d'Initiative en l'absence du Dr Girou; Sorel (Délégué du Touring-Club de France), Colonel Cros-Mayrevieille (Président du folklore Audois) ; Génie (Chambre de Commerce) ; Lasserre (Syndicat des hôteliers) ; Brun (Chef de gare) ; Sablayrolles (Inspecteur de la SNCF) ; Doubrère (Chef de publicité SNCF), etc.

luchon-carcassonne

Stand du Syndicat d'initiative 

Cette manifestation avait amené à Carcassonne un très grand nombre de journaliste régionaux et nationaux qui ne tarit pas d'éloges sur la Cité médiévale. Surtout après le somptueux dîner donné à l'Hôtel de la Cité par son patron, M. Jordy. Parmi eux on put apercevoir : MM. Toulet (La dépêche) ; A. Praviel (La Garonne), Cep (La petite Gironde) ; Paul-Emile Cadilhac (L'illustration) ; Bruni (Le jour) ; Codur (Le petit Marseillais) ; Delhi-Cluzaux (Paris-Midi) ; Forestier (Paris Soir) ; Gardet (Agence Havas) ; Gouin (La France) ; Herpin (Journal des débats) ; Kuyper (Maasbode de Rotterdam) ; Lavedan (La journée industrielle) ; Mommarche (Les guides bleus) ; Perrin (La populaire) ; Pichon (L'époque) ; Georges Pernot (Le petit journal) ; Ranc (L'œuvre) ; Sangle-Ferrière (L'émancipation nationale) ; Mme Claude Sézanne (La République) ; Mme Gude (La presse américaine) ; Mme Léon (New-York Hérald) ; Mme Pernoud (L'intransigeant) ; Mme Vincent (Les pages de la femme) ; Guiter (Rummelspacher), etc.

luchon-carcassonne

La salle à manger de l'Hôtel de la Cité vers 1930

Menu

Filets de sole à la sauce méditerranéenne

Poulardes du Languedoc aux Rousillous

Foies gras du pays

Sorbets

Corbières, Picpoul et Blanquette de Limoux

Tous ces convives repartirent en direction de Paris en fin de soirée avec le rapide Port-Bou-Paris. Ils emportèrent le meilleur souvenir des richesses touristiques de notre région. Leurs échos résonnèrent chez les lecteurs du monde entier, contribuant ainsi à la renommée de notre ville.

luchon-carcassonne

Hôtel de la Cité vers 1930

Sources

La dépêche / 24 juillet 1939

Le petit journal

___________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

14/10/2017

L'arrivée du chemin de fer à Carcassonne sur la ligne de Toulouse à Cette.

La loi de 1842 détermina les lignes principales des chemins de fer français, mais le réseau n’était tracé que sur le papier. En 1845, on discuta sur l’importante question de savoir sir le chemin de fer de Bordeaux à Sète suivrait la vallée de l’Aude ou bien traverserait le Tarn. A cette époque, le département de l’Aude jouissait d’une bonne sphère d’influence au sein du gouvernement. Une commission fut instituée à Carcassonne, dont les membres durent faire ressortir les avantages d’un tracé suivant la vallée de l’Aude. Au mois d’août, M. Mandoul-Detroyat rendit un rapport au nom de la commission qui ne fut pas sans conséquences sur la décision finale. La loi du 21 juin 1846 concédait à la Compagnie Ezpeleta le réseau reliant la Méditerranée à l’Atlantique, passant par le département de l’Aude ; l’ordonnance du 1er juillet lui concédait l’embranchement de Castres. Hélas, le concessionnaire ne tint pas ses engagements et en 1849, la déchéance de la concession fut encourue. 

matabiau.jpg

© Archives de Toulouse

Inauguration de la gare Matabiau

Fort heureusement, l’avènement de Napoléon III devait imprimer aux grands travaux publics un essor jusqu’alors jamais observé. Le Midi encore oublié fit valoir ses droits, et sa juste réclamation trouva un écho auprès de l’Empereur. La compagnie Pereire recueillit la succession en déshérence de la compagnie Ezpeleta et les travaux de la ligne Bordeaux-Cette débutèrent au début de l’année 1853. Le tracé entre Bram et Carcassonne ne sera prouvé qu'en 1854 par une administration locale qui n'acceptait pas que le chemin de fer traverse la Bastide, située entre le Canal du midi et l'Aude ; la station est donc établie au-delà du canal, éloignée aussi de plus d'un kilomètre de la Cité médiévale. Nous avions déjà vu cela lorsque les Consuls de la ville avaient refusé le passage du Canal du midi dans la ville au XVIIe siècle.

loco.jpg

Locomotive de la Cie du Midi

"Le dimanche 21 décembre 1856, une locomotive apparaissait pour la première fois à Carcassonne, et son arrivée était accueillir avec joie par la population. On venait saluer, comme un symbole de la civilisation moderne pénétrant dans la contrée, cette puissante machine où l'eau et le feu, ces redoutables ennemis de l'homme, vaincus et humiliés, célèbrent le triomphe de l'intelligence sur la force, de l'esprit sur la matière. La curiosité était aussi un attrait, beaucoup de personnes ne connaissant que de nom ce monstre de fer et d'airain, qui secoue un panache de fumée, pousse des sifflements aigus et franchit rapidement les distances, entraînant à sa suite des centaines de voyageurs étonnés. Beaucoup ignorent encore les détails du mécanisme qui produit ces merveilles et il ne sera pas hors de propos d'en donner quelques idées." (M. Dupain, professeur de mathématiques au lycée / 3 janvier 1857)

Capture d’écran 2017-10-14 à 14.31.08.png

La ligne fut inaugurée le 2 avril 1857 sur 476 kilomètres. La traversée du département de l’Aude fut triomphale pour le convoi d’honneur. En traînés par deux locomotives, les wagons circulaient au milieu d’une foule en liesse ayant mis ses habits de fête. Les Audois avaient tant redouté que le chemin de fer ne passe pas chez eux, qu’ils lui firent une véritable ovation. Les maires, les conseillers municipaux saluaient au passage la vapeur qui s’échappait des locomotives. Les drapeaux et les banderoles fouettés par le vent se mêlaient aux musiques et aux salves tirées depuis les gares. De toutes les gares entre Toulouse et Cette, celle de Carcassonne est la plus avantageusement située.

"Le 2 et le 3 avril, elle avait provisoirement revêtu la plus coquette parure. Des panneaux peints en détrempe simulait les parties de la construction non encore terminées. Des mâts vénitiens aux brillants gonfanons et des faisceaux de drapeaux tricolores formaient les avenues ou décoraient les quatre faces de l’édifice que festonnaient d’immenses guirlandes de feulillage. La grande salle d’attente des voyageurs était intérieurement ornée avec le meilleur goût. De brillantes tentures, des massifs de feuillage et de fleurs lui donnaient un aspect d’un charme indescriptible. M. Endrès, ingénieur ordinaire de la section, et les ingénieurs sous ses ordres, à qui était due cette gracieuse décoration, ont droit aux éloges les plus justement mérités."

gal34_anonyme_002f.jpg

© histoire-image.org

Le train d'honneur parti de Cette, entra à midi et demi dans la gare de Carcassonne, au milieu des salves de l'artillerie municipale, des sons de la musique et des acclamations de la foule jusque sur les hauteurs de Gougens. Imaginez que Gougens se trouve au-delà du plateau de Grazailles, près de l'actuel Conseil général de l'Aude. Des dames élégamment habillées s'étaient placées en avant de la gare des voyageurs. Douze minutes plus tard, le convoi se lançant dans la tranchée à l'ouest de la gare, disparut avec à son bord M. le préfet, Mgr l'Evêque et le général de la caserne. Le parcours de Carcassonne à Toulouse mit 1h40 et arriva à l'heure...

"Les villageois émerveillés voyaient passer les voitures glissant sur le rail et le reporter Séguevesse, penché à la portière distinguait dans la plaine de Castelnaudary des groupes de femmes à genoux et en prières, dont les sifflements de la locomotive accéléraient les nombreux signes de croix. Nous avons vu un paysan naïf prendre ses sabots à la main et se livrer, en concurrence avec la vapeur, à un steeple-chase effréné, mais qui ne fut pas long. Au retour à Carcassonne dans la soirée, on servir un repas froid."

gare.jpg

La gare de Carcassonne

En 1875, la gare sera agrandie et l'on effectuera des travaux de raccordement pour la ligne de Carcassonne à Quillan.

Sources

Le Courrier de l'Aude / 3 et 8 avril 1857

Le rail en France / François et Maguy Palau / Tome 1

Recherches et synthèse / Martial Andrieu

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

15:03 Publié dans Evènements | Tags : chemin de fer | Lien permanent | Commentaires (4)

22/09/2017

La visite de S.A.R Monseigneur le duc d'Angoulême, neveu de Louis XVIII

Privé de courrier de Paris entre le 29 mars et le 19 avril 1814, le département de l'Aude se trouva dans une situation politique difficile. Nul avis de ce qui s'était passé dans la capitale ; l'information ne circulait que par voie publique. La ville de Narbonne était devenue le quartier général du maréchal duc d'Albuféra et de son armée. Après le maréchal duc de Dalmatie s'était retiré à Castelnaudary avec ses troupes. Une proclamation adressée par le maréchal Suchet à ses soldats, le 18 avril, un ordre du jour donné le lendemain par le maréchal Soult, manifestèrent leur adhésion au rétablissement de S.M le roi Louis XVIII sur le trône des Capétiens. Le 20 avril, toutes les autorités, tous les fonctionnaires de Carcassonne se réunirent pour exprimer le même sentiment. Par un mouvement spontané toute la ville fut illuminée. L'avènement de Louis XVIII le 6 avril mettait fin au règne de l'empereur Napoléon Ier. Cette information mettra deux semaines à arriver à Carcassonne.

Louis_Antoine_d'Artois.jpg

Louis-Antoine d'Artois, duc d'Angoulême

(1775-1844)

Informé que Mgr le duc d'Angoulême devait se rendre de Bordeaux à Toulouse, le préfet de l'Aude s'empressa d'aller dans cette dernière ville, afin de présenter à S.A.R l'hommage de son respect et de sa fidélité. Il fut suivi de plusieurs membres du Conseil général et des conseillers municipaux des villes du département. Le Baron Trouvé, préfet de l'Aude sous le Second Empire et dont l'épouse avait été reçue par Joséphine en 1811 au château de la Malmaison, ne mit pas beaucoup de temps à tourner sa veste.

Le prince arriva le 27 avril 1814 et ce jour-là, le préfet de l'Aude eut l'honneur de dîner avec S.G Lord Wellington. Admis le lendemain avec les députations à l'audience du prince, le préfet lui adressa le discours suivant :

J'ai l'honneur de présenter à Vôtre Altesse Royale, les députations du Conseil général et des conseils municipaux des villes du département de l'Aude. Nos vœux les plus ardents, le besoin de nos cœurs sont aussi de posséder un prince si cher à tous les Français ; n'osant encore, malgré la proximité de Toulouse, nous livrer à cette flatteuse espérance, nous venons déposer aux pieds de V.A.R l'expression de notre joie, l'hommage de notre respect et de notre fidélité. Oui, Monseigneur, tous mes administrés ont vu, avec autant d'attendrissement que d'enthousiasme, les descendants de Saint-Louis remonter au trône de leurs ancêtres, à ce trône illustre par la bonté paternelle de Louis XIII, par la loyauté chevaleresque de François Ier, par l'héroïque et touchante popularité de Henri IV. 

Au milieu de la grande réconciliation de tous les peuples qui ne rivalisent plus que d'amour pour la paix et pour le bonheur du monde, qu'il m'est doux, Monseigneur, d'être auprès de V.A.R, l'interprète des sentiments d'une nombreuse et intéressante population, heureux moi-même, si l'époux de l'auguste fille de Louis XVI daigne agréer le serment que je fais de servir avec un dévouement sans bornes S.M le roi Louis XVIII et la famille des Bourbons.

Gérard_-_Louis_XVIII_of_France_in_Coronation_Robes.jpg

Louis XVIII

MM. Pech-Palajanel, maire de Carcassonne, et Galabert, maire de Castelnaudary, eurent l'honneur de complimenter aussi S.A.R qui témoigna sa satisfaction pour les sentiments qu'on venait de lui exprimer, et promit d'en rendre compte au roi. Le lendemain, le préfet fut informé que Mgr duc d'Angoulême était disposé à venir dans le département de l'Aude pour y passer la revue des armées. Le soir, au cercle du prince, il en obtint la certitude de S.A.R elle-même.

Le 3 mai 1814, le duc d'Angoulême arriva à une heure de l'après-midi à Castelnaudary, accompagné seulement de MM. le duc de Guiche et le vicomte d'Escars, ses aides-de-camp. Il trouva les maréchaux Suchet et Soult, passa les troupes en revue et fut complimentés par les autorités. A une lieue de la ville, il rejoignit le préfet avec la garde d'honneur à cheval. Celui-ci s'adressa au prince :

Les vœux du département de l'Aude sont comblés. V.A.R nous accorde une faveur à laquelle nous aspirions. Depuis près de 40 ans, ce pays n'avait été visité par aucun membre de la famille régnante ; aucun ne s'était arrêté dans la ville de Carcassonne, depuis le séjour que daigna y faire l'auguste prince qui, par de si longues et si rudes épreuves, mûri dans l'art de gouverner, promet à la France un règne de paix, de justice et de bonheur. 

Le bonheur ! Déjà votre présence en est le gage ; elle est l'aurore des jours fortunés qui vont prospères, longtemps négligés, et dont V.A.R vient réparer l'abandon. Monseigneur, le département de l'Aude vous offre une physionomie particulière et peut-être unique en France. Il n'a point été ensanglanté par les fureurs de l'anarchie ; il n'a point été la proie des ressentiments, des réactions et de, vengeances ; il était impatient de faire éclater son respect, sa fidélité, son amour pour la famille des Bourbons. Si la ville de Castelnaudary a jouit la première de la vue d'un prince qui fait l'espoir, qui fera les délices de la patrie, les villes de Carcassonne et de Narbonne brûlent aussi de partager cette heureuse jouissance et de prouver leur enthousiasme et leur dévouement à V.A.R et au souterrain que la main de la providence a replacé sur le trône de Saint-Louis et de Henri IV.

Cent coups de canons annoncèrent l'arrivée de S.A.R. Elle monta à cheval et traversa, ayant a ses côtés MM. les maréchaux Soult et Suchet, les lignes de troupes qui bordaient son passage, et qui défilèrent devant elle aux cris de "Vive le Roi !". Le maire à la tête du conseil municipal, attendait le prince à la porte dite de Toulouse (place Davilla) ; il le complimenta, lui remit les clefs de la ville, lui offrit un dais, que S.A.R refusa. Son entrée dans Carcassonne se fit à cheval ; elle fut signalée par des acclamations à chaque pas. Un arc de triomphe avait été élevé, toutes les rues, toutes les maisons étaient décorées de tapisseries, de drapeaux blancs et de guirlandes ; toutes les fenêtres étaient remplies de dames élégantes ; de toutes parts, on entendait les applaudissements et les mêmes cris longtemps prolongés de Vive le Roi, vive le duc d'Angoulême. La garde royale l'escorta et la garde nationale à pied formait la haie.

C'est ainsi que S.A.R fut conduite à l'hôtel de la préfecture, préparé pour le recevoir. Au haut de l'escalier, la fille du préfet, à la tête des demoiselles de la ville, toutes vêtues de blanc, s'avança un bouquet de lys à la main. Le prince admit toutes les députations qui se présentèrent, et fut conduit dans le même appartement qu'avait occupé, en 1777, Le frère de Louis XVI (Louis XVIII). Après le souper, S.A.R voulut bien honorer de sa présence le bal qui était préparé à l'hôtel de ville. Le lendemain à cinq heures et demi du matin, le prince se rendit à la cathédrale  ; le clergé l'attendait à la porte avec un dais, sous lequel il fut conduit à un prie-dieu. La messe fut célébrée par M. de Laporte, évêque de Carcassonne. Le prince partit ensuite pour Narbonne avec le maréchal duc d'Albuféra.

trouvé.jpg

© Musée des beaux-arts de Carcassonne

Claude-Joseph Trouvé, par Roque fils

En janvier 1815, le Baron Trouvé et son épouse sont présentés au roi et à la famille royale. Au mois de mars, retour de Napoléon de l'île de d'Elbe ; le préfet Trouvé s'entretient avec Fouché, chef de la police. Après le Cent jours mettant définitivement fin à la tentative de retour de Napoléon, le préfet est admis à Saint-Denis le 8 juillet 1814 et renvoyé à Carcassonne. Le 15 novembre 1815, le duc et la duchesse d'Angoulême font un nouveau séjour à Carcassonne et dormiront à la préfecture. Le baron Trouvé sera destitué par ordonnance royale le 5 septembre 1816.

Sources

Description générale et statistique du département de l'Aude / Baron Trouvé / 1818

Souvenirs d'un octogénaire / Baron Trouvé

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

17/09/2017

Le massacre des protestants à Carcassonne et à Limoux en 1562

Le 15 décembre 1561 - soit un mois avant l’édit royal de janvier 1562 autorisant les protestants à s’assembler pour leur culte dans les faubourgs des villes et des campagnes - Carcassonne et sa région vont être le théâtre d’affrontements sanglants. Nous allons confronter les différentes versions et surtout celle rapportée par le R.P Bouges d’après les archives de l’hôtel de ville de Carcassonne ; elle semble comporter des erreurs dans les dates et un récit éloigné de la version officielle conservée aux archives du Gard sous le titre suivant : « Remontrances et doléances des églises réformées des villes du diocèse de Carcassonne, baillées aux états tenus à Montpellier le 10 mai 1563. » Le Révérend Père Bouges se conforme à la Lettre des Consuls de l’an 1572 au Père Séraphin Cabally, général des Frères prêcheurs. Selon lui, elle « fait encore mieux le détail » sur ce qui arriva « dans la nuit du 15 décembre 1560. » On est en droit de donner davantage de crédit à une version rédigée un an et demi après les faits, plutôt qu’à celle relatée dix années après, comportant une erreur dans la date. C’est pourtant celle-ci que l’on retrouve dans « Histoire du Languedoc » et par voie de conséquence dans le Cartulaire de Mahul.

Massacre-Saint-Barthelemy-24-aout-1572-Illustration-Belles-images-histoire-H-Geron-A-Rossignol-Vers-1950-Collection-Privee_0_1400_978.jpg

© la-croix.com

Que s’est-il passé dans la nuit du 15 au 15 décembre 1561 ?

D’après Bouges, quelques jeunes Religionnaires (protestants) échaudés par le vin et encouragés par leurs ministres, s’en prirent à une image de la vierge qui trônait dans une niche devant le portail de l’église Saint-Michel. Ils la traînèrent ignominieusement dans toutes les rues de la ville, répétant à haute voix des blasphèmes. Ils avaient prévu de la mettre en pièces, mais avec le jour la laissèrent dans le ruisseau au milieu des immondices. Guillaume Besse dans « Histoires des antiquités de Carcassonne » paru en 1660, indique qu’elle avait été jetée dans la fontaine du Juge-Mage. On ne sait d’où il tient pareille référence.
L’histoire ecclésiastique de Théodore de Bèze (Livre X) nous donne une autre lecture des évènements et la confrontation de faits est fort intéressante… Si les protestants ne s’étaient pas défendus, ils seraient tous passés par l’épée. Les adversaires des Huguenots auraient incité les moines et les prêtres, soutenus par les magistrats et les officiers, usant d’inventions pour empêcher les fidèles dans leurs offices, pour les tuer et les massacrer. Pour y parvenir, dans la nuit du 16 décembre 1561 ils firent porter une image de ce qu’ils appellent Notre-Dame de l’église Saint-Michel à la rue du Majour (actuelle, rue de Verdun), devant la maison de Ramond de Poix, bourgeois, qu’ils soupçonnaient d’être de l’église réformée.

niche-vierge-vide-5.jpg

Le R.P Bouges raconte que les premiers catholiques qui virent cette image dans cet état en avertirent les Consuls. A son tour, celui-ci en avisa le Vicaire général qui ordonna des prières publiques et une procession. Une partie de la population avec zèle prit les armes, tua huit « hérétiques » et pilla les maisons. Certains d’entre-eux ne durent leur salut qu’à « la charité de plusieurs catholiques » qui les avaient caché dans leurs maisons.

Au levé du jour - selon la version officielle du 10 mai 1563 - les magistrats, consuls et une partie de la population de Carcassonne qui avait prémédité cette action, chercha à la faire savoir en faisant sonne le Tocsin et toutes les cloches de la ville. Ceci afin de faire grandir la colère du peuple. Ils contraignirent chacun à fermer boutique et à venir en procession. On ferma les portes de la ville pour que personne ne puisse en sortir et on accusa les Huguenots d’avoir détérioré l’image de la vierge. Sans prendre la peine de le vérifier, la maison du sieur Poix fut saccagée - les vitres et les portes brisées, le vin répandu à terre, les papiers et les livres dispersés. Poursuivant leur furie, conduits par le bourreau de la ville aux maisons Guille, Maigre et André Couinctes (Marchands) et Pie (libraire), elles furent saccagées. Pierre Bonnet, Guiraud Bertrand et Guillaume Saval et cinq autres qui n’étaient pas de la religion, s’y opposèrent. Ils furent massacrés. Ni les magistrats, ni les Consuls ne firent même semblant de vouloir arrêter cette tuerie. Peu de jours après, la furie s’étant calmée, les Huguenots s’en plaignirent aux magistrats. Ils auraient recours au roi, si la justice n’était pas rendue. Les coupables furent arrêtés et condamnés à la question, mais firent appel auprès de la cour du Parlement de Toulouse où les juges complaisants les renvoyèrent vers l’évêque de Carcassonne. Monseigneur François 1er de Faucon, faisant fi de ses obligations, les envoya aux juges présidiaux de Béziers où ils furent remis en liberté. Les criminels allaient encore faire parler d’eux dans les mois qui suivirent…


Le 1er mars 1562, le massacre de Vassy, dans lequel 50 huguenots furent tués et 150 blessés, allait donner des ailes aux adversaires de la nouvelle religion. Outre les massacres de Castelnaudary, le 15 mars 1562 la ville de Carcassonne allait se distinguer de la pire des manières.

remparts.jpg

Rempart de la ville basse, au bastion Montmorency

Le 15 mars 1562, le R.P Bouges indique que les Huguenots se rendirent dans les faubourgs pour entendre le prêche de leur ministre (Vigneaux, selon Mahul). A leur retour, ils trouvèrent les portes de la ville fermées et ne purent y rentrer. Ceci, toujours d’après Bouges, parce que les Huguenots avaient l’intention de prendre la ville et qu’il attendaient du secours pour cette expédition. Les deux jours suivant, ils essayèrent d’entrer par la force mais ne le purent pas. Voyant qu’ils allaient mettre le feu au faubourgs, les catholiques leur tirèrent dessus et nombreux furent tués.
Sur ce point, la version de 1563 est relativement différente… L’évêque de Carcassonne, oncle de François de Lasset et de Jéhan de Lasset, empêcha la volonté royale promulguée par l’édit de janvier 1562. Les fidèles qui s’étaient rendus dans les faubourgs pour suivre l’office, trouvèrent à leur retour les portes fermées. Ils durent s’en retourner accompagnés par des jets de pierre, lancés par-dessus les murailles. Plusieurs furent blessés. Ceci est attesté par Ramond le Roux, Juge-Mage, qu’ils trouvèrent au faubourg et au Logis de la poste. Sans magistrats, ni officier, il ne put être d’un grand secours. Les fidèles s’armèrent de bâtons pour se défendre au cas où, et attendirent que les magistrats et consuls voulurent obéir à l’Edit du roi. Au lieu de cela, la situation allait empirer…

Le 19 mars 1562, la population contraignit les fidèles à quitter la ville au coup d’arquebuses et d’artillerie. Les maisons furent pillées et saccagées ; trois fidèles périrent dans leurs habitations. Bouges indique qu’une fois chassés de la ville, il fut ordonné que tous les ans une procession générale se rende à l’église des Augustins à la chapelle de St-Joseph. Ceci pour rendre grâce à Dieu de les avoir débarrassé des Calvinistes. Ce 19 mars était la fête de Saint-Joseph. Quant à l’église des Augustins, elle se trouvait en haut de la rue de Verdun.

limoux.jpg

Limoux

Les huguenots se réfugièrent à Limoux, où, d’après Bouges, la ville fut soumise aux Calvinistes le 17 avril 1562. Un grand nombre de ses habitants catholiques y seraient morts après s’être réfugiés dans l’église. Le sieur de Pomas alla chercher de l’aide et délivra ceux qui s’étaient déjà livrés aux crimes contre les protestants. Au cours de leurs expéditions, Jacques Sabatier fut égorgé avec son fils et trois ou quatre autres protestants (La France protestante. Vol 9). Aidés par le sieur de Mirepoix, l’artillerie et le régiment de Lupian, les catholiques réussirent à enfoncer le siège de Limoux, non sans une résistance farouche. Vigneaux, le prêcheur huguenot, fut tué.

cahors.jpg

Massacre contre les protestants de Cahors en 1561


L’acte officiel de 1563 fait état d’exactions terribles. Limoux fut pillée et saccagée, les femmes et les filles violées et ravies, sous la conduite du Sieur de Mirepoix, Sénéchal de Carcassonne et maréchal de la foi.
Eugène Haag dans la France protestante, relate le pillage des maison de Monterat, Bernard Ithier et Pech. Lugua habitant de Conques fut assassiné de la manière suivante : « Amené prisonnier à Carcassonne, il fut assommé dans les faubourgs à coups de pierres, avec telle cruauté qu’après sa mort ils lui coupèrent encore les oreilles et le nez et lui arrachèrent les yeux de la tête. » (Histoire ecclésiastique / Théodore de Bèze).
Après les exécutions sommaires vinrent les assassinats juridiques ordonnés par une commission du parlement de Toulouse qui appela 59 Huguenots de Carcassonne à comparaître. Selon Bouges, Jehan de More, Rhedon seigneur de Gasparols et François Geoffroy, natif de Mazamet, furent condamnés à être traînés sur une claie, tirée à quatre chevaux. Raymond de Saix, Paul de Saint Cyran et François des Maisons à être rompus vifs. Ceci pour avoir participé à la profanation de la vierge de l’église Saint-Michel. Nulle part dans les autres sources, ceci n’est indiqué.
Dans la France protestante, des cinquante-neuf individus seuls cinq furent pendus. Théodore de Bèze rappelle que le sieur de Mirepoix introduit des étrangers espagnols dans le royaume, obligeant les fidèles protestants à abandonner leur patrie avec femmes et enfants, pour échapper à la mort.

Le 3 octobre 1562, le sieur du Villa, gentilhomme paisible, accusé d’avoir été au faubourgs de la ville basse avec ceux de la religion, ayant corcelet et pistole (ce qui était faux) et trahi par ses parents, se constitua prisonnier pour se justifier. Sans être entendu, ni défendu, il fut condamné à être décapité en dehors de la ville au lieu-dit Le Pradet. Une autre version dit qu’il s’agit de Barthélémy du Ferrier, sieur du Villa, condamné à mort par contumace 1567. Une fois rentré à Carcassonne, il fut décapité sans autre forme de procès. Son fils jura de le venger sur les habitants de Carcassonne. Il le fit en se liguant en 1587 avec les Huguenots lors qu’il était gouverneur de Brugairolles.

huguenots.jpg

© Cath.ch

Huguenots en exil en Suisse

Voici donc un récit que j’ai pris soin de rendre le plus intelligible possible, afin que chacun puisse se faire une opinion sur la foi de plusieurs versions. Cet épisode trop méconnu n’est pas sans rappeler les massacres des catholiques contre les cathares, jugés eux aussi comme hérétiques. Vingt ans avant la Saint-Barthélémy de triste mémoire à Paris, Carcassonne s’écharpait dans un bain de sang. L’Edit de Nantes apaisa pour un temps les guerres de religion, mais sa révocation par Louis XIV souffla sur des braises encore fumantes. Les protestants furent déportés en 1687 vers les colonies d’Amérique et certains moururent lors de la traversée. D’autres, condamnés à être traînés sur la claie ou déterrés et jetés à la voirie. Ce que l’on ne dit c’est que la Cité servit entre 1705 et 1713 de prison pour les filles protestantes, originaires des Cévennes. On ne connaît pas bien leur nombre, mais le pasteur Antoine Court évoque le chiffre de 250. Joseph Poux dans son ouvrage « La cité de Carcassonne. Le déclin », tempère ce nombre par le manque de place dans le château comtal.

Sources

Histoire ecclésiastique et civile de Carcassonne / R.P Bouges /1746

Bulletin de la Société d'Histoire du protestantisme français / 1858

Histoire ecclésiastique / Théodore de Bèze / Livre X

La France protestante / Eugène Haag / 1848

Cartulaire de Mahul

Recherches, notes et synthèses / Martial Andrieu

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

18:01 Publié dans Evènements | Tags : huguenots | Lien permanent | Commentaires (8)

25/08/2017

La destruction par le feu des archives de la Cité de Carcassonne

Quelle richesse inestimable avons-nous perdue à jamais ce 20 novembre 1793 ? Il est presque impossible de le savoir. On parle très souvent de la profanation des tombeaux des rois de France dans la crypte de Saint-Denis, c'est très regrettable. N'est-ce pas toutefois moins important que la perte de documents historiques de premier plan pour l'histoire de la Cité, dans un grand feu de joie allumé par les sans-culottes ?

"Nous ne résistons pas à la satisfaction d'insérer ici cette pièce tristement curieuse et de livrer, en même, par leurs noms, au mépris et à l'indignation de tous ceux qui s'intéressent au passé, les auteurs de cette sotte exécution". (Guide à la cité de Carcassonne / Pierre Foncin / 1866)

couvportenarbonnaisetaylor.jpg

Aspect de la Cité sous la Révolution française

M. Champollion-Fijeac (1813-1894), dans son Annuaire de l'archiviste, publie le document d'archive relatant d'exaction des sans-culottes contre les archives de la Cité.

Ce jourd'hui 30e brumaire l'an II de la République Française, une, indivisible, quatre heures après-midi, nous, Jean-Marie Guilhem, maire ; officiers municipaux ; procureur de la Commune et notables composant le Conseil Général de la Commune de Carcassonne-Cité, accompagnés du citoyen Charles Assumac, secrétaire-greffier de la Commune ; du citoyen Maguelonne Naucadéry, juge de paix du canton de Carcassonne-Cité ; au milieu du bataillon de la Garde Nationale de la dite Cité, commandé par le citoyen Loubet, drapeau flottant, et de la compagnie des Invalides ou Vétérans de la garnison de la dite Cité, commandée par le citoyen Girot, capitaine de la dite compagnie, nous nous sommes rendus sur la place de la Liberté, ci-devant Belle-vue, où nous avons fait apporter tous les titres, privilèges, immunités, accordés à la dite commune de la Cité, par nos ci-devant Rois, ou, pour mieux dire, tyrans qui insultaient l'égalité, ainsi que deux registres de reconnaissances consenties en 1781, par les habitants ou possesseurs de bien-fonds et maisons de la récente Commune, au ci-devant roi le guillotiné ; et, étant parvenus dans cet ordre sur la dite place de la Liberté, et après avoir fait trois fois le tour des papiers et du bois destiné à faire le feu de joie, le citoyen Guilhem, maire, deux officiers municipaux et le secrétaire-greffier y ont mis le feu aux quatre coins, au milieu des cris de : Vive la République, une, indivisible ! Vive la Liberté, L'Egalité ! Périssent les Tyrans !

Capture d’écran 2017-08-25 à 09.28.24.png

La place de la Liberté en 1793

Le feu ayant duré pendant une heure, les citoyens qui s'y étaient rendus en foule, le Conseil Général de la Commune, et tous les assistants, on, pendant ce temps, avec la joie la plus vive, chanté l'hymne des Marseillais, la Carmagnole et autres couplets patriotes. Le feu étant éteint et les papiers, parchemins, registres, etc... entièrement consumés, et après avoir, sur la porte (Porte Narbonnaise, NDLR) donné l'accolade fraternelle aux commandants du bataillon de la Garde Nationale et de la compagnie des Vétérans, sommes entrés dans la salle publique de la dite maison commune, où nous avons dressé le présente procès-verbal, le jour et an susdits.

Signés : A. Baux, officier municipal ; Guilhem, maire ; Mieux, officier municipal ; Jean Girot, officier municipal ; Valens, Assumac, secrétaire-greffier. 

Capture d’écran 2017-08-25 à 09.38.06.png

Ancien hôtel de ville où fut dressé l'acte des sans-culottes

 Pour la petite histoire, le brûlement des archives n'ayant pas été complet, des titres emportés par le vent avaient été sauvés des flammes et des citoyens s'en étaient emparés. Le lendemain, 1er frimaire An II, une décision du Conseil Général de la Commune les prévenait "qu'ils seraient déclarés suspects s'ils ne les rendaient pas aussitôt." Etre déclaré suspect sous la Terreur, c'était passer en jugement devant un tribunal révolutionnaire qui vous envoyait à coup sûr au Rasoir national. Voilà donc un épisode de notre histoire qui n'enorgueillit pas nos révolutionnaires locaux. Si paraît-il à Carcassonne les têtes furent épargnées, les archives n'eurent pas ce privilège.

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017