31/01/2018

Mrg Jacques Despierre aussi bien que Johnny Hallyday au Grand Théâtre de la Cité

Combien étaient-ils ? Beaucoup avaient pris place sur les remparts, du haut des quels ils surplombaient une scène fort encombrée. Si ce jour-là la foule des fidèles fut difficile à évaluer, on peut estimer qu'il y a avait 5000 personnes dans le Grand théâtre de la Cité. De qui parle t-on des Rolling stones, des Beatles ou de Johnny Hallyday ? Eh ! bien, non. La vedette de ce 10 octobre 1982 est un homme d'une grande simplicité et humilité, qui allait succéder à Pierre-Marie Puech à la tête de l'évêché de l'Aude : Jacques Despierre.

Octobre 1982 Ordination a la Cité Monseigneur Despierre.jpg

© Droits réservés

L'ordination de Jacques Despierre, né à Toulouse le 6 mai 1928, fut célébrée par Mgr André Collini (archevêque de Toulouse), Mgr Sabien (Evêque d'Agen) et Mgr Pierre-Marie Puech (évêque de Carcassonne) qui descendait de charge. Outre, bien entendu, le rituel liturgique et les chants, il fut rappelé au nouvel évêque l'histoire de ses prédécesseurs dans l'Aude.

P1070370.jpg

L'imposition des mains et la remise de l'anneau pastoral

Ce n'est pas dans émotion, dit Mgr Puech, que votre évêque votre parle pour la dernière fois. Puis s'adressant à Mgr Despierre, il ajouta : "Tout un peuple vous attend. Vous lui donnerez vos forces et votre vie, vous lui donnerez Notre-Seigneur. Un évêque est l'employé du Christ, toute sa valeur vient du Christ. L'homélie de Mgr Collini n'en faut pas moins écoutée : "Vingt ans après "Vatican 2", l'on se représente un évêque de façon incomplète - parfois, de manière caricaturale. Il suffit d'interroger les gens pour s'en apercevoir. Pourtant, quand on pose la question de savoir qui furent les premiers évêques, les gens interrogés vous répondent que ce furent les apôtres." Pour Mgr Collini, l'apostolat doit être un humble service de tous. L'évêque n'est pas au-dessus de sa communauté, c'est un frère au milieu de ses frères. De par la volonté du Christ, il est le serviteur de tous. Pour exercer vraiment ce qui est requis de lui, il doit demeurer un missionnaire.

P1070367.jpg

Le nouvel évêque de l'Aude reçut la crosse qui fut offerte à Mgr Le Camus le 2 février 1901 par ses amis du clergé de Carcassonne. Mgr Le Camus, prêtre du diocèse, avait été nommé cette année-là, évêque de La Rochelle. La célébration de l'ordination de Mgr Jacques Despierre se termina par le Magnificat chanté par la foule à l'intérieur du théâtre. N'oublions que sur cet emplacement s'élevait jusqu'à la Révolution, le Palais épiscopal de Carcassonne.

Capture d’écran 2018-01-31 à 10.48.04.png

© Thierry Tiberghien

Jacques Despierre vit le jour à Toulouse le 6 mai 1928. Ordonné prêtre le 24 juin 1952, il passa 38 années au sein du diocèse de Toulouse auprès des plus pauvres et de plus démunis. D'une grande simplicité qui trancha avec le côté un peu rigoriste de son prédécesseur, Mgr Despierre démontra ses qualités d'homme de terrain. Dynamique, très attentif aux problèmes sociaux et économiques, jamais il ne se départit de sa mission guidée par l'Evangile. Ces premières paroles furent les suivantes : "Il n'y a pas de diocèse sans évêque, mais l'évêque tout seul ne fait pas le diocèse." Mgr Despierre n'a jamais caché son côté méridional et sa pointe d'humour qui font de lui un personnage extrêmement sympathique, qui réussit à faire l"unanimité même chez les "brebis égarée". Au classement des évêques (si, cela existe !), Mgr Despierres n'eut jamais une seule mitre. Toutefois, qu'il soit conscient que ceux qui l'on connu le gardent encore dans leur cœur ; que cela vaut toutes les récompenses. Aujourd'hui, à près de 90 ans cet homme d'église s'est retiré dans une maison de retraite, Mgr Planet veille désormais sur les ouailles du département.

Sources

Notes, recherches et synthèse / Martial Andrieu

_______________________

Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

 

29/01/2018

La banque populaire de l'Aude, d'hier à aujourd'hui

A l'heure où les grandes banques françaises font le choix de fermer leurs agences afin de replier leurs services sur internet, la Banque populaire de Carcassonne tient encore le coup. Pour combien de temps encore, sachant que la Société générale a fermé ses guichets de la place Carnot et que d'autres lui emboitent le pas ? Moins d'humains, beaucoup plus de machines... et toujours les mêmes tarifs et commissions pour la banque.

img024.jpg

La Banque populaire de l'Aude en 1925

Au départ, l'actuelle banque populaire est un groupe mutualiste. Il offre des services aux petits porteurs (artisans, commerçants, professions libérales) n'ayant pas accès aux grandes banques commerciales. C'est la loi de mars 1917 du ministre du commerce Emile Clémentel va indirectement donner naissance aux Banques populaires et à leur statut coopératif. Dans la foulée, une agence ouvre ses bureaux à Carcassonne en 1919, au 1er étage du 6 rue de Verdun, avec un directeur et un seul employé. Il s'agit de la Banque populaire de Carcassonne.

Capture d’écran 2018-01-29 à 09.03.40.png

Les locaux de la Banque populaire en 1919

Ce n'est qu'en 1924 que l'agence se déplacera au n°10 où elle se trouve encore aujourd'hui. Ces anciens locaux passeront entre les mains de l'Office régional de banque et d'informations financières. C'est là également qu'Antoine Guiraud de Lévizac possédait son bureau de Courtier en produits agricoles et Me Nogué, avait son étude d'avoué.

img025.jpg

Les guichets de la nouvelle agence en 1925

Elle prend le nom de Banque populaire de l'Aude ; ce n'est que dix ans plus tard que l'Ariège sera ajouté à cette dénomination. L'aspect extérieur n'a guère évolué, si ce n'est la disparition de la porte monumentale et l'inscription entre les deux étages. Les bureaux logaient dans le corps de bâtiment donnant sur la rue. La cour fut fermée avec une verrière et transformée en salle des guichets. La comptabilité se faisait au second étage. Le directeur Ernest Albert habitait dans l'agence.

Capture d’écran 2018-01-29 à 09.20.41.png

L'agence de Carcassonne-Verdun

Les transactions bancaires se faisaient à cette époque essentiellement en argent liquide. Des employés, nommés recouvreurs, étaient chargés d'effectuer les encaissements à domicile. D'ailleurs, Jean Ricard et Léon Raynaud résidaient dans l'agence, avec la famille du directeur...

Capture d’écran 2018-01-29 à 09.25.46.png

Le Garçon de recettes 

Leurs uniformes différaient selon les banques, mais ils étaient généralement bleus avec le sigle de la banque brodé de fil d'or sur le revers du col. La casquette remplaça peu à peu le bicorne, mais sur la carte postale ci-dessus des années 1910 il était encore en usage. Dans une solide sacoche de cuir noir attachée à eux par une chaînette, les recouvreurs transportaient ainsi les valeurs. Imaginerait-on cela aujourd'hui ? Pourtant, ce métier a perduré jusque dans les années 1960.

Sources

Alfred Raucoules / Gambetta - Verdun - Davilla / 1990

Loi de mars 1917 / Emile Clémentel

Histoire des banques mutualistes 

______________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

09:38 Publié dans Commerces | Tags : banque populaire | Lien permanent | Commentaires (4)

27/01/2018

Paris-Carcassonne, le grand magasin de nouveautés de la place Carnot

A la fin du XIXe siècle, Carcassonne possède deux grands magasins dans le style des Galeries Lafayette : Le bazar Combéléran (actuel Monoprix) dans la rue de la gare et le Paris-Carcassonne. Installé sur la place aux herbes (place Carnot), on y trouve une large gamme de produits qui font le bonheur de la ménagère et de l'homme distingué.

Capture d’écran 2018-01-27 à 08.49.41.png

En 1897, le directeur J. Peyras veille sur un grand nombre d'employés chargés de satisfaire la clientèle. L'importance du personnel peut se mesurer en fonction des postes de vente : Ameublement avec un atelier de tapisserie, horlogerie et bijouterie, armes de chasse, argenterie, tailleur avec atelier de coupe, meubles de style, confection pour dames, tissus, etc. On trouve presque de tout au Paris-Carcassonne.

Carca3-68-B-d.jpg

© Collection Patrice Cartier

La photographie ci-dessus illustre parfaitement l'attractivité de ce magasin au sein de la ville. C'est dans les années 1960-1970 que le Paris-Carcassonne cessa définitivement ses activités. Que reste-il de nos jours de sa présence ? Juste les souvenirs de ces Carcassonnais regrettant que leur magasin ait ainsi disparu. La mode des grands magasins ne subsiste désormais que dans les grandes villes. 

Capture d’écran 2018-01-27 à 09.14.41.png

L'emplacement du Paris-Carcassonne sur cette photographie de 2010. Aujourd'hui, il y a Carrefour market. Lorsque vos grand-parents évoqueront le souvenir de ce grand magasin d'autrefois, vous saurez le situer.

_____________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

24/01/2018

Antoine Armagnac (1912-1944), héros de la Libération de l'Aude

Non ! La rue Armagnac à Carcassonne n'est pas dédiée à une célèbre eau-de-vie. C'est l'artère qui fut donnée à un martyr de la Résistance audoise, devenu héros tragique de la Libération. Son nom lui fut donné dans les premiers jours du mois de septembre 1944, sur proposition du Comité Local de Libération, en remplacement de l'ancienne rue du Port. C'est précisément pour ne pas oublier qui fut Antoine Armagnac et pour en aviser les nouveaux habitants de Carcassonne, que nous écrivons cette chronique. Souvenons-nous que l'an passé, une journaliste de la rédaction de La dépêche avait relaté un fait divers, dans la rue de Nice (sic). Cette pigiste ne s'était sans doute pas rendue sur les lieux, près de la place Carnot, où elle aurait constaté qu'il s'agissait de la rue Denisse, marchand parfumeur au XVIIIe siècle. A ne pas confondre avec son homonyme de cinéma : Brice de Nice. 

armagnac.jpg

Antoine Louis Marius Armagnac, fils de Louis Gustave et de Louis Constance Monié, naît le 6 avril 1912 à Quillan. Durant la Seconde guerre mondiale, ces parents habitent à Conques-sur-Orbiel où le père exerce la profession de boulanger. Après son service militaire dans la marine, le matelot Armagnac travaille à la mine d'or de Salsigne. Il en a même le titre de chef d'équipe. Le 17 août 1935, Antoine convole en juste noces avec Jeanine Roquefort, âgée seulement de 17 ans. C'est la sœur de Félix Roquefort, qui sera ensuite résistant, député et maire de Conques-sur-Orbiel. Quelques mois avant l'invasion de la zone sud par les troupes Allemandes, Antoine Armagnac se fait repérer par les partisans de Vichy. Albert Picolo, premier résistant du département de l'Aude avec Lucien Roubaud, anime et dirige à Carcassonne le journal du mouvement "Combat". C'est à ce moment qu'Armagnac les rejoint avec Michel Bruguier, Marcel Valette et Joseph Dufour.

3598.jpg

 Sa participation à la commémoration de la bataille de Valmy le 20 septembre 1942, à la statue de Barbès à Carcassonne, lui vaudra la répression de l'administration de Vichy. Non seulement pour y avoir défilé, mais pour également des activités de propagande contre le régime de l'Etat-Français. Albert Picolo et quelques autres sont arrêtés. Sur ordre du préfet Marc Freund-Valade, ils sont incarcérés à la Maison d'arrêt entre le 30 septembre et le 5 octobre 1942. Parmi eux, citons Michel Bruguier (étudiant), Marcel Valette (Cheminot), Joseph Dufour (Cuisinier), Michel Gambau (Plombier), Biart Jean Marie (Représentant), etc. Ils écopent d'une peine de trois à quatre mois d'emprisonnement et de 3000 francs d'amende pour menées antinationales. Dans les faits, leur libération n'interviendra que le 25 juin 1943 par décision d'un maintien d'écrou administratif. Antoine Armagnac sera jugé le 13 mai 1943 par le Tribunal civil de Carcassonne et condamné à deux mois de prison et 1000 francs d'amende. Libéré le 11 août 1943, il reprend ses activités. Traqué par la Milice, il prend le maquis avant que celle-ci ne se présente à son domicile pour l'appréhender. Au mois d'avril 1944, Jean Bringer (Myriel) le charge de constituer un noyau de résistance du côté de Pradelles-Cabardès. Ainsi naît le "Maquis Armagnac", au sein duquel son chef prend le grade de lieutenant FFI. 

grave.jpg

© aude.gouv.fr

Le maquis obligé de replier sur Trassanel est attaqué par des Allemands supérieurs en nombre et en matériel. Bien entendu, sur dénonciation... Le 8 août, le chef Armagnac tombe les armes à la main en essayant de protéger la fuite de ses camardes. La quasi totalité du maquis est décimée ; les Allemands achèveront les blessés aux couteau et à la baïonnette. Ils ne sont pas à un crime de guerre près... Le lendemain, Antoine Armagnac succombe à ses blessures. Il sera inhumé dans son village de Conques-sur-Orbiel.

Capture d’écran 2018-01-24 à 19.32.45.png

Le 17 août 1945, Antoine Armagnac est cité à l'Ordre de la division à titre posthume par le général de brigade Zeller, Commadant de la 16e région militaire. On lui attribue la Croix de guerre avec étoile d'argent.

"Un des premiers résistants de l'Aude, d'un courage exemplaire. A constitué les premières équipes de sabotage, puis celles du Cabardès, dont il a pris le commandement en mai 1944. Est glorieusement tombé à la tête de ses hommes, après une lutte héroïque contre un ennemi supérieur en nombre et en armement à Trassanel (Aude) le 8 août 1944."

Lieutenant FFI Arnal - c'est son pseudonyme - est élevé au grade de capitaine le 1er octobre 1955 dans l'armée d'active. L'année suivante, le 8 juin 1956, sa veuve obtient de statut d'Interné-Résistant pour son mari. Enfin, Antoine Armagnac est fait Chevalier de la légion d'honneur à titre posthume le 30 décembre 1959. Son épouse, Jeanine Armagnac, mourra le 9 décembre 2014 à l'âge de 96 ans. 

Sources 

Notes, recherches et synthèse / Martial Andrieu

Service historique de la défense 

Midi-Libre / Septembre 1944

__________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

23/01/2018

L'atelier et la boutique d'horlogerie Labarre-Zwicker à Carcassonne

Quel beau métier, que celui de l'horlogerie ! Montres bracelet ou en pendentifs, horloges, carillons, etc. Il s'agit là d'un véritable art pour lequel plusieurs années d'études à Besançon - capitale française de l'horlogerie - sont nécessaires. Pendant près d'un siècle, l'atelier d'horlogerie fondé par Éloi Labarre mit les pendules à l'heure de très nombreux Carcassonnais.

Labarre.jpg

Avant la Grande guerre, Éloi Labarre possédait deux boutiques à Carcassonne. La première avec son petit atelier se trouvait en haut des marches des halles à la volaille, rue Chartrand. Sur la photographie ci-dessus, à l'intérieur on aperçoit la charcuterie de Jean Perdigou puis le cafés Fieu.

Capture d’écran 2018-01-23 à 08.58.07.png

Au même endroit en 2018

Labare.jpg

Le second magasin se trouvait dans la rue de la mairie ; débaptisée en septembre 1944, elle prit le nom d'Aimé Ramond.

Capture d’écran 2018-01-23 à 09.04.32.png

La boutique en 2018, au numéro 20 de la rue A. Ramond

Zwicker Jean-Jacques 2.jpg

Le beau-fils du fondateur M. Jean-Jacques Zwicker, reprit l'atelier et le magasin.

Zwicker Jean-Jacques.jpg

Le magasin dans les années 1970

zwicker 1.jpg

Lorsque Jean-Jacques Zwicker fit valoir ses droits à la retraite, il passa le flambeau à son fils Alain.

Zwicker 2.jpg

Celui-ci poursuivit l'œuvre de trois générations de Labarre dans l'horlogerie. Au début des années 2000, il laissa le magasin de la rue A. Ramond et alla s'installer dans la rue de Verdun. On se demande comment ce colosse pouvait réparer des pièces aussi petites, avec un telle dextérité. M. Zwicker n'aimait pas son métier ; il lui vouait une vraie passion. Hélas ! Il n'aura pas profité bien longtemps de sa retraite... Le maître des horloges fut rappelé bien trop tôt par le sonneur de Saint-Pierre. Que cet article lui soit dédié, car aujourd'hui depuis ce temps, tous les coucous de Carcassonne sont enroués.

_________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

22/01/2018

Cécile Rives (1880-1956), aquarelliste et professeur de dessin Carcassonnaise

Le 13 septembre 1880 naît à Carcassonne sur l'avenue du Pont neuf, Cécile Marthe Rives. Elle n'a que six ans lorsque ses parents s'installent dans une belle maison bourgeoise du quartier du Palais, au numéro 43 de la rue d'Alsace. C'est là que son père Antony Rives, qui deviendra par la suite son professeur, organise son atelier de peinture au milieu d'un véritable cabinet de curiosités. On y trouve des moulages de plâtre, des statues et un grand nombre de dessins.

Cécile Rives.jpg

Cécile Rives à l'âge de 25 ans

Contrairement à son père et à sa sœur Marie-Antoinette, Cécile Rives devient aquarelliste. A ce titre, elle fréquente les Salons artistiques de la capitale et entre grâce à son père dans la "Société des Artistes Français". Avant la Grande guerre, elle effectuera de nombreux voyages en train à Paris. Le conflit mondial lui prendra son frère Eugène, tué dès les premiers mois dans l'enfer des tranchées. Toute la famille est affligée par cette disparition ; Cécile s'installe en 1915 à Saissac et croque le château médiéval qui deviendra l'une de ses principales sources d'inspiration.

img015.jpg

Cécile Rives dans son atelier en 1897. Dans celui-ci, observons le moulage du bas-relief du tombeau de l'évêque Guillaume Radulphe. Il devrait se trouver encore dans la maison du 43 rue d'Alsace, appartenant désormais à Maître Bénédetti.

img016.jpg

Le château de Saissac

En 1920, Cécile Rives partage son emploi du temps entre les cours privés qu'elle dispense à son domicile, ceux à l'école Jeanne d'Arc et la préparation des expositions à Paris. Outre les représentations des châteaux de Saissac et Lastours, le lac de Saint-Ferréol, le peintre réalise des natures mortes. 

img017.jpg

A l'occasion des fêtes jubilaires, Cécile Rives se rend à Rome en 1933. Une véritable aubaine pour l'artiste qui ramènera dans ses cartons, les souvenirs des sites antiques. Plus près de chez nous, la Cité médiévale tient un place toute particulière dans son cœur. 

img018.jpg

La tour carrée de l'évêque en 1931

A l'âge de 72 ans, l'artiste poursuit son travail sur le chevalet et prodigue encore ses conseils à ses élèves au sein de l'école Jeanne d'Arc. Elle donne aussi des cours privés. Récemment, Jacques Miquel, qui fut le directeur du théâtre municipal et de l'école de musique, nous indiqua qu'il fut des élèves de Cécile Rives. Il se souvient de cette personne fort aimable et d'une grande qualité artistique.

img019.jpg

Dans son atelier à l'âge de 72 ans

Cécile Rives mourra le 3 janvier 1956 et repose au cimetière Saint-Vincent. De ses œuvres, il reste bien entendu ses nombreuses toiles dispersées dans des collections privées. Carcassonne se désintéresse de ces artistes, considérés sûrement à tort comme mineurs. Pourquoi ? Un peu de snobisme, sans soute, et surtout un manque de curiosité évident. Pourtant, Cécile Rives est répertoriée dans le dictionnaire des peintres, le "Bénézit". En 2009, grâce à Marthe Plessis-Garric et à Georges Gibert, un ouvrage réalisé à compte d'auteur rend hommage à la famille Rives et à ses œuvres. C'est avec cet ouvrage que nous relayons cet hommage, en espérant vous faire connaître cette artiste oubliée.

img020.jpg

Cet ouvrage est disponible à la librairie Breithaupt, rue Courtejaire.

__________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018