11/10/2017

La fontaine, près de la Porte Narbonnaise à la Cité, est sexagénaire

Nous nous y sommes tous arrêtés au moins une fois pour se rafraîchir et peut-être aussi, pour soulager un besoin pressant dans les Water-Closed situés en dessous d'elle. La jolie fontaine en pierre taillée qui orne le Pradal à la Cité a fêté ses soixante-six ans. Oui ! J'insiste sur le mot "pradal" qui désigne un petit pré en langue occitane. Laissons le Prado à Marseille... 

Capture d’écran 2017-10-11 à 08.52.54.png

© Google maps

La fontaine du Pradal

Elle fut inaugurée le 23 juin 1951 par la municipalité Itard-Longueville en présence de MM. Noubel (Conseiller général), Reynès (Adjoint au maire), Seigne (Chef des travaux de mairie) et Pierre Embry (Conservateur des Monuments historiques). Ce dernier représentait également le Comité de "La plus belle France".

lavoir.jpg

© Collection Martial Andrieu

Avant cette date s'élevait à cet endroit un lavoir, ainsi que nous pouvons le voir sur cette carte postale de 1930. Jugé obsolète et surtout considéré comme une verrue, la municipalité Itard-Longueville entreprit sa destruction. On bâtit donc en lieu et place cette fontaine et ces WC souterrains, avec le concours de l'entreprise Péra. La maison Castro s'occupa des installations sanitaires en posant une mosaïque jaune et des toilettes en porcelaine blanche, offrant toutes les commodités modernes. Un éclairage au néon, œuvre des services techniques municipaux, vint parfaire cette réalisation fort utile.

020.jpg

© Collection Barberis

Les habitants de la Cité ne tardèrent pas à se satisfaire de l'installation de cette fontaine. En 1971, après quelques travaux, elle fut remise en eau. Monsieur Barberis et ses petits-enfants furent les premiers à s'en réjouir.

Source

La dépêche / 24 juin 1951

________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

10/10/2017

Une cantatrice Belge donatrice de sa collection à la Bibliothèque municipale de Carcassonne

Au mois de juillet 1954, une cérémonie à la Bibliothèque municipale de Carcassonne rassemblait les autorités municipales autour de Paul Delmas. Ce brillant médecin né à Rieux-Minervois le 14 avril 1880, fit ses études au lycée, puis à la faculté de médecine de Montpellier. Interne des hôpitaux en 1904, docteur en médecine en 1907 (titre de la thèse : L'avarie des remplaçantes, prix Fontaine de la meilleure thèse, en raison de la qualité de l'analyse de la situation médicale, sociale et juridique des nourrices, contaminées, faute de prévention, par des enfants malades), agrégé de médecine en 1910, professeur titulaire en 1923 et professeur de clinique obstétricale en 1926. Durant la Grande guerre, le Dr Delmas sert son pays avec le grade de colonel et reçoit la légion d'honneur en 1932. Il exercera de nombreuses responsabilités au sein d'académies, de sociétés ou d'organismes de médecine, en particulier dans le domaine de l'obstétrique : membre correspondant étranger de la Société médico-chirurgicale de Bologne (Italie)en 1925; membre honoraire étranger de la Société belge de gynécologie et d’obstétrique 1928. membre correspondant de l’Académie royale de Médecine de Barcelone 1931.Il est docteur « honoris causa » de la Faculté de Médecine du Caire (Egypte) 1928. A Carcassonne, il sera président de la Société des Arts et des Sciences en 1921. Est-ce à ce titre qu'il légua la bibliothèque de son épouse à la ville de Carcassonne ?

img_120103.jpg

© CTHS. La France savante

Paul Delmas

(1880-1962)

Il s'agit là d'une centaine de volumes reliés, afférents aux grandes époques de la littérature et de la science, légués par l'épouse de Paul Delmas à la Bibliothèque municipale. René Descadeillas, conservateur de la bibliothèque, réalisa un catalogue précis de cette donation. A cet effet, une salle Gabrielle Wybauw-Delmas fut inaugurée à son nom avec le portrait de la généreuse donatrice.

"On a bien voulu dire en rendant hommage à la seule et véritable donatrice, que le fonds qu'on inaugure aujourd'hui, et qui a reçu son nom, apporte de nouveaux moyens de travail aux étudiants, aux chercheurs, aux érudits. Ainsi, son but est pleinement rempli. Il n'a jamais voulu autre chose que développer le goût et la culture. Il sera trop heureux si ces livres, choisis et rassemblés patiemment, fortifient le désir d'apprendre et éveillent des vocations (Paul Delmas)".

Qu'est-elle devenue après le désherbage survenu dans les conditions que nous connaissons en 2010 ? En contrepartie, la municipalité de l'époque s'engagea à faire fleurir chaque année la tombe de Gabrielle Wybauw-Delmas à La Livinière (Hérault).

Qui était Gabrielle Wybauw ?

 Née à Brabant (Belgique) le 23 avril 1883, sœur du professeur Wybauw, de la Faculté de médecine de Bruxelles, Gabrielle Wybauw se fit entendre comme soprano dramatique dans les théâtres royaux d'Anvers et de Bruxelles. Elle rencontra le succès dans les opéras de Wagner comme la Walkyrie. Nous avons retrouvé son passage au Théâtre des Champs-Elysées en 1922 et 1924. Cette année-là, elle participa au Festival César Franck. Pendant la Grande guerre, sa présence au front des armées comme ambulancière de la Croix-Rouge Belge, lui valut la Croix de l'Ordre de Léopold et la Médaille de la reine Elisabeth. Le dévouement de Gabrielle Wybauw à la cause des alliés fit d'elle la coéquipière d'Edith Cavell, qui fut fusillée par l'ennemi. Au mois de février 1938, la cantatrice devint Chevalier de la légion d'honneur. Elle mourra le 9 décembre 1950 à La Livinière où elle est inhumée en compagnie de son époux, Paul Delmas.

Outre sa donation à la Bibliothèque municipale de Carcassonne, Gabrielle Wybauw en fit d'autres au Musée des Augustins de Toulouse et au Conservatoire de musique de Bruxelles. Nous n'avons pas trouvé de portrait de l'illustre artiste, mais le musée ou la bibliothèque en possède un. Reste à savoir où il se trouve et ce qu'est devenue la donation Wybauw.

Sources

Nous remercions la mairie de La Livinière pour son aide

La dépêche / Juillet 1954

CTHS. La France savante

Programme Théâtre des Champs Elysées

_________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

09/10/2017

La lauseto dal Carcassès : Quand Carcassonne avait encore une âme languedocienne.

Dans la salle des Jeux floraux de l'hôtel de ville fut fondé le 12 mars 1952, le groupe folklorique "La lauseto dal Carcassès". Cette association souhaitée par André Mouls, véritable passionné de la culture occitane, bénéficia du soutien de M. Marcel Itard-Longueville, maire de Carcassonne. C'est d'abord pour rendre hommage au félibre Achille Mir et à son ouvrage "La cansou de la Lauseto" que ce nom fut donné à ce groupe. L'alouette représente l'oiseau du Languedoc par excellence ; il naît, vit et chante dans nos contrées. Les buts de cette nouvelle société inscrits dans les statuts furent multiples : S'intéresser à tout ce qui touche le folklore (costumes, danses, chants régionaux du Languedoc), donner des représentations de pièces folkloriques, de danses et de chansons languedociennes, conserver de vieilles coutumes, organiser des conférences, des expositions, des projections, etc. Mme Maviel fit part des difficultés de reconstituer, d'après des sources officielles, un costume typiquement carcassonnais. Les seuls renseignements certains recueillis ce jour-là furent la coiffe tuyautée et le châle. M. Bourdil (Professeur de danse) mettra son ardeur à retrouver les danses de notre Languedoc.

Capture d’écran 2017-10-09 à 11.21.24.png

© Martial Andrieu

Les danseurs et musiciens de la Lauseto dal Carcassès

Comité d'honneur

MM. le Maire de Carcassonne, François-Paul Alibert et Jean Lebreau (poètes), le Dr Girou, Antoine Arnal (adjoint au maire), Georges Cotte (organiste de la cathédrale), Henri Signoles, Pierre Embry (Conservateur), René Descadeillas (Bibliothécaire), René Nelli (Conservateur du Musée), le chanoine Salvat (Félibre), Victor Bonnafous et Armand Tarès (acteur dramatique).

Comité actif

André Mouls (Président), Jean Bourdil (Vice-président), Célestin Combes (Trésorier), Francine Astier (Secrétaire), Jacqueline Barou (Secrétaire adjointe), Mme Maviel (Déléguée à la presse), Jean Lapeyre (Conseiller technique)

Capture d’écran 2017-10-09 à 11.22.42.png

© Martial Andrieu

Farandole dans la Cité

Le 8 juin 1952, la lauseto dal Carcassès se produisait pour la première fois au Jardin des plantes de Carcassonne. Pendant trois mois, il ne fut pas aisé de reconstituer les costumes traditionnels, les danses et les chants languedociens. Pour ce qui concerne les habits, on consulta l'ouvrage de Jean Lebreau "Ceux du Languedoc" et M et Mme Boumadier, habitants à Bouriège. Les costumes masculins se ressentent de l'influence catalane : bérets, cravates et ceintures blanches, sandales blanches et lacets bleus, qui se croisent jusqu'au dessous du genou. Les couleurs bleues et blanches sont celles figurant sur les armes de la ville de Carcassonne. Les costumes féminins comprennent les jupes fleuries, taillées dans des étoffes tuyautées fournies par Mme Guiraud à Arzens, et les châles authentiques.

Capture d’écran 2017-10-09 à 12.00.52.png

© Martial Andrieu

La ronde du coucou

Le groupe était constitué d'une vingtaine de bénévoles dont six couples de danseurs et un couple de jeunes danseurs de 6 à 8 ans, trois chanteurs (MM. Jean Lapeyre et Jean Jalabert, Mme Yvette Reynes). Cette dernière règle également la chorégraphie des danses. Les répétitions avaient lieu deux fois par semaine. Au répertoire de la Lauseto dal Carcassès : Le poivre, Les bâtons, le quadrille à l'Aragon, La fille de la meunière, la polka du fifre, La danse des treilles, La danse du chevalet, La trompeuse, Los Esclots (les sabots), la mazurka de Baset et Michel.

Lauseto 2.jpg

© Martial Andrieu

"Le poutou", chanson languedocienne

En 1953, la Lauseto dal Carcassès est rattachée à la Fédération des Pyrénées, présidée par Mme Dasque. Elle se retrouve ainsi avec les groupes du Comminges, de la Bigorre, du Béarn, du Pays Basque, de l'Ariège, de la Haute-Garonne et des Pyrénées-Orientales. Ce groupe folklorique suscite beaucoup d'intérêt en dehors de son département, notamment à Marseille en 1955 lors d'un rassemblement au parc Borély en compagnie d'un millier de participants venus de la France entière. A Carcassonne, le défilé avec la Lance Sétoise aux fêtes du 14 juillet 1955, ne recueille que peu d'applaudissements. Durant la saison 1958-1959 la Lauseto participe au Cabaret occitan pendant le Festival de la Cité, au cours duquel elle est présentée par René Nelli.

Lauseto.jpg

© Martial Andrieu

"Le poivre", danse languedocienne

Pendant une quinzaine d'années, la Lauseto dal Carcassès exporta notre culture par delà les frontières du département en contribuant à sa promotion. Aujourd'hui, il ne reste plus rien de tout cela. Pourtant, dans d'autres régions comme le Pays Basque, la Bretagne ou la Catalogne, le folklore constitue une force. Il est le ferment sur lequel les générations se passent le témoin. 

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

08/10/2017

Dans les années 60, la Bastide St-Louis a failli être entièrement rasée.

 À cette époque et malgré la promulgation de la Loi Malraux, des quartiers entiers d'une grande valeur patrimoniale seront quand même rasés en France. Pour exemple, à Limoges les maires Léon Betoulle et Louis Longequeue détruiront l'ensemble des rues du XIV et XVe siècle du centre-ville, l'abbaye de la Règle ainsi que les bâtiments Belle époque comme le cirque théâtre ou le théâtre Berlioz. En lieu et place, on tracera de larges avenues de type soviétique sur lesquelles seront élevées des immeubles en béton armé. C'est cette catastrophe que l'on a évité de justesse à Carcassonne, grâce à la mobilisation d'habitants et d'associations. On ne parlait pas de Bastide Saint-Louis - appellation qui n'apparaîtra qu'en 1995 avec le classement en secteur sauvegardé - mais de Ville basse par opposition à la Cité.

La bastide.jpg

La ville basse en 1960

A la fin des années 1950, les pouvoirs publics se préoccupent du logement et l'extension des nouveaux quartiers en périphérie ne semble pas suffire à leur ambition. On explique que dès 1965, la génération née au lendemain de la Seconde guerre mondiale aura besoin de trouver des logements décents. Or, il est très difficile de trouver à se loger dans un habitat rénové au cœur de la ville. Les municipalités cherchent à anticiper sur ce que seront les centres urbains du futur, avec leurs immeubles à appartements multiples, conditionnés en fonction des nouveaux modes de vie. À Carcassonne, la ville s'est étendue au-delà du centre historique et force est de constater - selon la mairie - qu'il faut y mettre un frein si l'on ne veut pas que cela se fasse au détriment de la vitalité du cœur de ville. Ce cœur bien mal en point et si vétuste qu'il n'attire pas la jeunesse, on songe à le rénover. Considérant qu'il est bien plus aisé de bâtir du neuf que de faire accepter une restauration architecturale totale de l'habitat ancien, on suggère de démolir certains immeubles, voire des quartiers entiers. Citons l'affaire du quartier des Capucins que la municipalité Fil voulait raser entièrement, et qui ne dut son salut qu'à la fronde des habitants.

La municipalité préconisa de créer d'acheter les terrains, acheter les murs qui s'y trouvent, prévoir le relogement des habitants, prévoir le dédommagement des commerçants qui ont pignon sur rue, démolir et reconstruire. Se posa alors la question du financement...

Capture d’écran 2017-10-08 à 12.23.54.png

Tout ce pâté de maisons depuis l'école Jeanne d'Arc aurait dû être rasé

Dans ces années-là des entreprises privées de constructions s'organisent en vue de la reconstruction des centres urbains. Les Comités interprofessionnels du logement œuvres en France. A Carcassonne, vient de se créer le 11 août 1959 une de ses filiales : La Société Immobilière Départementale d'Economie Mixte de l'Aude. La municipalité lui donna l'autorisation de procéder à des travaux de rénovation là où cela serait possible. L'un des premiers objectifs de cette société fut la construction d'un vaste building à l'angle des rues Jules Sauzède et Victor Hugo. Tout un pâté de maisons serait rasé afin de laisser place à un immeuble vaste et moderne de quarante appartements, huit magasins, vingt-et-un garages individuels. Les rues l'encadrant seraient également élargies. La SIDEMA avait acquis la majeure partie des maisons du secteur qu'elle se proposait de détruire.

On a eu chaud 2.jpg

Voici l'immeuble qu'il était prévu de bâtir

Capture d’écran 2017-10-08 à 12.28.27.png

Ce bel hôtel particulier avec typique du XVIIIe siècle aurait été détruit

Fort heureusement, les Beaux-arts s'opposèrent à la destruction de ce bâtiment ayant été occupé par des services du domaine et du timbre. Faisant valoir la valeur artistique de la façade, on la considéra comme intouchable. La société immobilière proposa alors aux Beaux-arts de démonter pierre par pierre le vieil édifice et de les entreposer au parc municipal. 

 "Les Beaux-arts n'ont rien voulu savoir. Il faut conserver au centre de la ville, intacte, cette vieillerie grise, lépreuse et surtout gênante." (L'Indépendant - 1959)

Ceci n'empêcha pas les municipalités entre 1970 et 1997 de donner du grain à moudre aux sociétés immobilières. Dans les années 70, on ne compte plus les édifices religieux rasés durant le mandat d'Antoine Gayraud. Celui de Raymond Chésa, avant l'inscription de la ville basse en secteur sauvegardé, fit la part belle aux logements sociaux réalisés par le Groupe Marcou. Exception à la règle, la réhabilitation de l'ancien hôtel Bernard (rue de Verdun) en Résidence de l'Officialité. Pour les reste, on détruisit des pâtés de maisons sans identité architecturale pour les remplacer par des immeubles. Donnons en exemple, la résidence Saint-Vincent à laquelle s'opposa l'abbé Cazaux en 1991.

DURAND 3.JPG

En 1986, la ville fit raser ce bel immeuble de style à l'angle du square Gambetta et de la rue des Calquières. Il était occupé autrefois par le service des contributions indirectes. Raymond Esparseil dans ses souvenirs du XIXe siècle, en donne une description :

"Il y avait à l’emplacement actuel de la l’immeuble des contributions indirectes, un mur surélevé qui limitait le couvent des Carmélites, dont l’entrée était rue du Pont vieux.
Le maire Marcou a exigé que l’on construise à l’emplacement de ce mur inesthétique, une construction à façade convenable. C’est pourquoi en bordure du jardin, il a été construit un immeuble de rapport occupé actuellement par les bureaux de Contributions indirectes.
Cette maison est construite de l’épaisseur d’une pièce. Les pièces sont disposées à la suite les unes des autres, dont on fait des chambres habitables le long de la façade, sans ouverture, et isolé du couvent."

Capture d’écran 2017-10-08 à 13.28.18.png

En lieu et place, un hôtel a été construit dans un style... Comment dire ?

Avec le rapport Melissinos, la ville basse prit le nom de Bastide Saint-Louis. C'était en 1995 et Carcassonne depuis, possède un cœur de ville classé en secteur sauvegardé. Si celui-ci impose des contraintes un peu trop drastiques au goût des propriétaires, il a empêché la destruction de notre patrimoine historique. En fait, pas tout à fait, si l'on considère les nombreuses faillites ou escroqueries de sociétés immobilières ayant profité de la loi Malraux. Elles ont laissé des hôtels particuliers à moitié rénovés qui se sont transformés en squat : Ancien couvent (rue du pont vieux), Hôtel Castanier-Laporterie (rue de Verdun), Maison Fabre d'Egantine (Cabinet Jassogne - rue de Verdun), Hôtel Franc-Cahuzac (rue Jean Bringer), etc. La plupart d'entre-eux sont toujours en déshérence. 

Devant tant d'erreurs, certains appétits sont tentés de profiter de l'aubaine de ces cloaques, pour décréter qu'il serait temps de raser pour bâtir du neuf. Les vautours ne sont-ils pas toujours attirés par les charognes ? Après tout c'est ainsi que l'on a démoli un grand nombre d'anciennes métairies du XVIIIe siècle à Carcassonne : La Reille, Salvaza, St-Jean de Brucafel et bientôt Moureau (Rocadest). Le 2 mars 2017 l'architecte Carcassonnais Michel Galibert, déclarait dans la presse : "Il faut reconstruire la Bastide". 

A qui profitera le crime ou plutôt l'aubaine financière ? Je vous mets l'article en lien ci-dessous

http://www.ladepeche.fr/article/2017/03/02/2527503-il-fau...

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

07/10/2017

Le nouveau parvis de la cathédrale Saint-Michel ne fera pas l'unanimité !

Tout a débuté il y a bientôt dix ans avec le plan de relance de Nicolas Sarkozy, dont les bâtiments classés Monuments historiques ont largement bénéficié. Carcassonne obtenait de la part de l'état, la restauration de la cathédrale Saint-Michel : réfection des toitures et des gargouilles, remplacement des pierres défectueuses. Le Grand orgue de Cavaillé-Coll entièrement révisé par le facteur Nicolas Toussaint a été béni par Monseigneur Planet, évêque de Carcassonne, le dimanche 24 septembre 2017. Quelle émotion que d'entendre pour la première fois résonner tous les timbres de ce merveilleux instrument ! Citons à ce titre l'excellent organiste Florent Mamet pour sa virtuosité.

cathedrale-saint-michel.jpg

Depuis ce temps donc, notre joyau de l'art religieux Languedocien fait sa toilette. Ce chantier s'achèvera dans quelques semaines, avec l'inauguration d'un parvis devant l'entrée Est de la vieille dame. De mémoire, il n'y a jamais eu de parvis devant notre cathédrale, pas plus d'ailleurs qu'il y en a eu au Moyen-âge devant Notre-Dame de Paris. Quand on a déjà un joli square gazonné devant pour admirer la façade, a t-on besoin d'un parvis bétonné ? Là, est toute la question surtout lorsqu'on ne peut raser les immeubles autour pour offrir davantage de dégagement. Eh ! bien. Il semble que l'architecte des bâtiments de France et ses collègues du ministère de la culture aient vu les choses différemment.

lustres.jpg

Les nouveaux lustres financés, choisis et placés par l'Etat dans la cathédrale

N'excluons pas sûrement quelques édiles de notre bonne ville qui ont dû participer à cette commission. Ont-il entrepris des recherches sur l'origine de la construction de ce square, bientôt transformé en parvis ? Si seulement, ils avaient eu l'heureuse initiative de nous le demander...

sap01_mh013667_p.jpg

© Ministère de la culture

Jusqu'à la première moitié du XXe siècle, le square faisant face à la cathédrale n'existait pas. Sur son emplacement s'élevaient des maisons d'habitation et la rue de la lune permettait de passer du boulevard Barbès à la rue Voltaire. Après la Grande Guerre, tout ceci fut rasé et resta en terrain vague. Il ne restait que les murs qui l'entouraient. Sur le boulevard Barbès, des baraques de photographes et de marchands s'adossaient à ce mur.

mieusement.jpg

© Ministère de la culture 

Chantier de restauration de la cathédrale en 1884

A l'occasion d'une grande fête commémorative, le 14 septembre 1919 à 9 heures sont dévoilées et inaugurées les plaques de marbre portant le nom des soldats de Carcassonne tués à l'ennemi, disparus ou morts sous les drapeaux en 1914-1918. Cette cérémonie à l'initiative du conseil municipal dirigé par M. Faucilhon (maire) se déroule dans la grande salle de la mairie. Ces plaques de marbre ont été démontées lors de la destruction de l'hôtel de ville au milieu des années 30. Nous parlons ici de celui qui se trouvait jusqu'en 1933 sur l'emplacement de celui que l'on nomme maintenant "Ancienne mairie". Quand il fut détruit, on décida de fixer ces dalles comportant les noms des poilus décédés au combat, contre le mur du square faisant face à la cathédrale. Elles s'y trouvent toujours avec le nom de mon grand-père... Il n'y a pas si longtemps, ce jardin fut baptisé "Square de l'armistice de 14-18 et de la capitulation nazie".

3569607556.jpg

Les enfants de Carcassonne "Morts pour la France"

En 1948, le futur square n'était donc qu'un terrain vague et les murs enserrant la cathédrale ne permettaient pas d'admirer le porche d'entrée, ni la façade. 

89251533.jpg

© Martial Andrieu

Le terrain vague et la rue de la Lune vers 1945

Le 22 juin 1949 vers 11h45, le maire Philippe Soum donna symboliquement le premier coup de pioche afin d'abattre les murs enserrant la cathédrale. Ce projet avait échoué depuis près d'un siècle ; c'était au moment où Viollet-le-duc achevait le gros œuvre de la restauration de la cathédrale Saint-Michel. Là, l'ensemble des parties prenantes se sont entendues : M. Naudet (Architecte en chef des Monuments historiques), M. L'Archiprêtre, M. Soum (Maire de Carcassonne). M. Bourely, architecte des Monuments historiques, adressa à la Commission, un rapport qui reçut un avis favorable.

Il y a un projet beaucoup plus simple que ceux de Viollet-le-duc et Saulnier. Il consiste à abattre les murs entourant la cathédrale, sauf la partie subsistante des anciens remparts, notamment les murs de l'enclos appartenant aux Beaux-arts qui autorisent la ville à construire sur son emplacement et celui de la rue de la lune, un square qui réunirait le boulevard Barbès et la rue Voltaire. Ce projet revaloriserait un quartier de la ville. Saint-Michel n'a pas de porte... La porte était anciennement placée au nord (pour éviter le vent de cers). Elle a été murée par le Chapitre au début du XIXe siècle. La petite porte près de la tour n'est pas suffisante pour les cérémonies, notamment les sépultures. Quant à celle qui a été percée provisoirement par Viollet-le-duc en attendant un grand porche trop fastueux, ayons le courage de la regarder et d'avouer qu'elle ne ferait pas de réclame à un garage ou à une usine. Une table de communion cache de sa lourde masse, les cérémonies du chœur à un bon quart de l'assistance. La direction des Beaux-arts approuve totalement la réouverture de la porte du nord avec le déplacement de la chaire qui en est la conséquence, l'aménagement de la Sainte-Table, la construction à l'ouest d'une porte décente. Qui finance ?" (La Républicain / 25 octobre 1949)

parvis 2.jpg

© L'indépendant

Le conseil municipal valide la construction du square le 3 novembre 1950. Les travaux débuteront en mars 1951. Peu à peu cet espace s'ornera des vestiges d'une fenêtre de la maison Grassialo et de la statue de Jeanne d'arc.

Le nouveau parvis

Comme nous l'écrivons en début d'article, la transformation d'un square verdoyant en parvis bitumé n'est pas du goût de tout le monde. Pour le moment, on s'exprime à voix basse mais nous n'avons rencontré personne pour sauter de joie.

parvis

Un aspect du chantier ce samedi

Imaginez aujourd'hui, un espace bétonné au centre et un rétrécissement latéral supporté par des blocs de béton qui devraient accueillir des végétaux. C'est le parti pris de nos grands penseurs, alors même que la municipalité manifeste sa volonté de revenir au végétal. Deux exemples : le square Gambetta, le Jardin de la poste et le futur square Chénier.

Jeanne d'Arc privée de parvis ?

Selon les informations que nous avons recueillies auprès de la cathédrale Saint-Michel, la statue de Jeanne d'Arc sera mise dans le jardin du Chapitre. C'est-à-dire derrière le chevet de la cathédrale, là où personne ne la verra à côté de la Croix de mission. Cette statue avait été acquise par le chanoine Combes et placée dans une fenêtre donnant sur le boulevard Barbès, depuis l'actuel lycée privée St-François. C'est en 1972 qu'elle fut mise dans le square de la cathédrale, avec la plaque des réfugiés d'Alsace-Lorraine. Sera t-elle restaurée ?

Parvis.jpg

Jeanne d'Arc autrefois dans le square

Il se dit que le choix de pousser la fille de Lorraine à l'écart du parvis, serait dicté par la volonté d'exclure de sa vénération, les processions patriotiques du Front National. Mais chut... c'est pas correct de le dire. Barbès peu trembler à deux pas de là, car les vénérations communistes... Nous qui ne vénérons que le patrimoine, sommes marris.

Sources

Léon Riba / Carcassonne. Ses places, ses rues / 1951

Le Républicain / Octobre 1949

Programme des fêtes de l'armistice / 1919

Recherches, notes et synthèses / Martial Andrieu

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

12:09 Publié dans Actualités | Tags : parvis | Lien permanent | Commentaires (4)

06/10/2017

L'histoire chaotique du Musée des beaux-arts de Carcassonne de 1850 à 1971

En 1850, les salles provisoires du Musée de Carcassonne étaient situées 50 rue Lafayette (actuelle, rue de la République) et renfermaient 140 tableaux.Cros-Mayrevieille dans les « Monuments de Carcassonne » édité en 1850 énumère à la page 201, quelques-unes des toiles du musée, mais ne mentionne pas la nature morte de Chardin. Il cite « Louis-Philippe à Valmy » (Mausaisse), « Portrait de Mme Poulhariez et de sa bonne fille » (Sableyras), « Un bouquet de fleurs » (Van Spændonck), deux tableaux de Rigaud, etc. Dans le même temps, la Société des Arts et des Sciences s’attelait à la constitution d’une galerie de portraits. A ceux déjà cités, elle avait ajouté celui de Bernard de Monfaucon, Andréossy, Dejean, Gamelin, Ramel, Fabre d’églantine, Bosquet, Marie de Pech de Calage, etc.

Facade Ecole.jpg

L'entrée du Musée des beaux-arts vers 1960


En 1861, le musée fut installé ainsi que la bibliothèque, dans les locaux de l’ancien Palais de Justice de la rue de Verdun. La délibération du Conseil municipal du 5 janvier 1861, affecte la bibliothèque et le musée à l’ancien Palais de Justice. Malgré des expositions organisées par la Société des Arts et des Sciences, les collections entre 1864 et 1875 ne s’étaient guère augmentées - seulement quelques envois de l’état et de maigres donations. En 1876, la ville reçut l’importante donation des œuvres d’art de Casimir Courtejaire. Ce dernier compléta son don en 1880 et 1884 par une somme allouée de 120 000 francs qui servit à l’acquisition de tableaux et à l’aménagement de deux salles. Isidore Nelli, grand-père de René Nelli, participa à la commission d’achat des tableaux. À partir de 1887, la Société des Arts et des Sciences cessa d’administrer le musée, passé désormais sous le contrôle de la mairie, malgré les protestations de ses membres. Le premier conservateur municipal fut le peintre Émile Roumens, assisté de M. Mauré pour les collections archéologiques. Un arrêté municipal du 5 avril 1894, assigna le conseiller municipal Charles Chamans comme délégué à la surveillance spéciale du musée. C’est à cette date que fut établi par Émile Roumens et M. Mauré, le premier inventaires des legs de Couretjaire, Chénier et Coste-Reboulh.

Falguière-Gamelin.jpg

Jacques Gamelin par Falguière

A la fin du XIXe siècle les œuvres de Gamelin reviennent à la mode et une grande exposition est présentée en 1898. Emile Astruc remplace Emile Roumens comme conservateur. A partir de 1912, c’est le peintre Léon Cabanier qui lui succède. En 1938, Louis Cazaban assisté de Pierre Embry pour les collections archéologiques, tente de réorganiser le musée avec Mlle Mouton épouse Cahen-Salvador. Dans une note adressée à la Direction des Beaux-arts, Louis Cazaban énuméra les rôles qu’avait dû assumer le vétuste édifice destiné en principe à n’abriter que des livres et des peintures. Il a servi de siège au Syndicat d’initiative, à l’Association des anciens combattants. On y a vu un cantonnement de Sénégalais qui allumaient des feux dans le cour pour y faire leur cuisine, des sections de vote pour les élections, des soupes populaires, des dépôts d’ustensiles, des réfugiés. En 1945, il servit même à l’échange de billets de banque. Malgré cela, on y organisa une exposition des tableaux avec en même temps une présentation des chef d’œuvres de l’art religieux. Alors que le musée prend une nouvelle tournure, la Seconde guerre mondiale éclate…

Embry.jpg

© AAVC

Pierre Embry

Victime d’un incendie en 1942 et désorganisé par la guerre, le musée ferme ses portes jusqu’en 1948. Les plus belles œuvres avaient été mises à l’abri par Pierre Embry dans le monastère d’En Calcat ; notamment les tableaux de Gamelin.

« Durant leur retraite ils voisinèrent avec les Goya de Castres, le Snyders (à moins qu’il ne soit un Rubens) de Narbonne et le portrait du duc d’Orléans venu de Perpignan, sans faire de faux plis à son pantalon rouge. La Trinité de Saint-Just, avec les trois personnes divines habillées en papes, présidait, sans doute, cette auguste assemblée. » (Chanoine Sarraute / 1946)

En 1948, l’état du musée inquiète ses plus ardents défenseurs. Tant et si bien que dans une interview de 1966, M. Bourely, architecte des Bâtiments de France, confia que la ville avait pour ambition de raser le vieux musée afin de construite en lieu et place, un bâtiment offrant toutes les garanties de modernité. Ce projet qui n’aboutira faute de moyens, fut étudié par son père. Au sortir de la guerre, les finances publiques allèrent en priorité à la reconstruction des villes bombardées. Le musée échappa ainsi à la destruction municipale. Je vous laisse imaginer un bâtiment analogue à celui de la Trésorerie générale, édifiée en 1952 à la place du charmant Café du musée…

collection Bousquet1 copie.jpg

La collection Joë Bousquet au musée en 1952

Entre-temps, René Nelli venait d’être nommé comme conservateur. A la mort de Joë Bousquet en 1950, quelques-uns de ses amis - à l’initiative de René Nelli - qui avaient bénéficié de ses legs décidèrent de les mettre en dépôt au musée et d’y constituer une salle pour perpétuer sa mémoire. Voici les noms des donateurs : Alquié, Bernon, Féraud, Girou, Grizou, Nelli, Patau, Roumens et Sire. Les toiles exposées dans la salle d’Art moderne avaient pour auteurs les plus illustres de la peinture contemporaine : Marquet, Fautrier, Braque, Ernst, Picasso, Tanguy, Masson, Dali, Hans Arp, etc. La municipalité avait édité en 1948 un catalogue-guide et l’inventaire déposé au Louvre fut achevé en 1949. En octobre 1952, le buste de Joë Bousquet sculpté en pierre de Clamecy par Salomé Vénard fait son entrée dans les collections. Il s’agit d’un envoi l’état. Ce buste se trouve depuis 50 ans dans les réserves…

1790870939.png

Le buste de Bousquet par Salomé Vénard

Au mois de décembre 1952, le journal « Le patriote » d’obédience communiste brise l’omerta et informe le public, qu’il pleut dans le musée.

« Salle Armand Raynaud. Sérieuse gouttière, au-dessus de la porte ou l’eau suinte, s’amasse, coule entre la « Cascade de Terni » de Labruzzi, et la « Ferme des bois » de Pelouse. Salle Coste-Reboulh, l’eau tombe de la verrière sur le plancher. L’humidité fait tâche mouvante dans l’encoignure gauche et menace directement une nature morte de Desportes et un portrait de Seilboldt. Dans la loggia Sarraut, la « Dame en rouge » de Dutilleul est partiellement menacée. Salle Sourbieu, est-ce une illusion d’optique ? On dirait que des coulées ont dégradé « Les toréadors » de Dilfre et « La marée basse à Grandcamp » de Pelouse. Dans l’avant-dernière salle, à chaque ondée violente sur le toit correspond un lac sur le plancher. Le plâtre commence à tomber par plaques et vraisemblablement continuera. »

A cet article, ajoutons qu’en 1948 le musée possède une verrière transparente et non opaque. Les tableaux sont exposés à la chaleur du soleil, à l’humidité et au froid en hiver. Il n’est pas gardé durant les heures d’ouvertures et à la merci des voleurs. Avec un tel musée, Carcassonne rata de bien belles donations qui allèrent enrichir les villes concurrentes. Malgré tout, Nelli reçut en cadeau du Louvre cinq toiles de Nicolas Bertin dont « La tentation ». Ces chefs d’œuvres avaient décoré l’appartement de la Pompadour.

collection Bousquet3.jpg

Le journal indique qu’un crédit de 1 119 000 francs avait été voté pour la restauration des bâtiments municipaux. Crédit qui sera désaffecté le 14 novembre en revoyant au calendes grecques, l’impérieuse nécessité de restauration du musée. Deux ans après, la municipalité inaugure de nouvelles salles de peinture grâce au financement des Beaux-arts. Parmi les maîtres d’œuvres citons René Nelli, Jean Vergnet-Ruiz (Inspecteur général), Jean Mesuret (Chargé de mission aux musées nationaux). De son côté, la mairie finança la restauration de tableaux effectuée par M. Linard. Ces salles réaménagées se composent ainsi : Salles Coste-Reboulh, Courtejaire, Gamelin, Art ancien, Art français, Artistes locaux (Jalabert, Ourtal, Grillon, Sibra), sculpture contemporaine (Manault et Yvonne Gisclard) et enfin, peinture moderne avec la collection Joë Bousquet (Dali, Ernst, Braque…). Le musée organisé par René Nelli rassembleait enfin dans un espace cohérent nos richesses picturales. Notons qu’aujourd’hui, la collection Bousquet a été dispersée et vendue ; les artistes locaux comme Ourtal sont dans les réserves.

Nelli.jpg

© aecnelli.com

René Nelli à son bureau

Accusé anonymement et à tort par Pierre Cabane d’avoir caché l’inventaire de la collection Bousquet en fermant le musée en 1961, Nelli démissionne en 1963 et écrit au maire Jules Fil :

"Je me renseignais et j'appris que les tableaux prêtés par les héritiers de Joë Bousquet avaient été vendus à Paris par l'intermédiaire d'une galerie (André-François Petit, ndlr) et les soins d'un médecin de la ville assisté d'un peintre étranger installé dans la région (Piet Moget ?, ndlr), lesquels, évidemment, avaient largement trouvé leur compte dans l'opération !
Comme les musée est très en désordre, je crois qu'il ne serait pas prudent d'annoncer tout de suite qu'il n'y a plus de conservateur. Cela pourrait tenter les voleurs. Et je tiendrais à passer l'inventaire au nouveau conservateur, après recensement des objets fais en sa présence."

Le musée des beaux-arts fermera pour une durée dix ans. Le chanoine Sarraute - membre éminent de la Société des Arts et des Sciences - s’inquiète et avec le sens de la formule indique qu’à Carcassonne « Pipette est plus connu que Chardin ». Autrement dit que les Carcassonnais qui ans leur très grande majorité n’ont jamais poussé les portes du musée, connaissent davantage les joueurs de rugby à XIII. Ce n’est pas parce qu’ils ne s’y intéresserait pas, mais parce qu’il n’y a pas de politique pour les inciter à s’y rendre.

Capture d’écran 2017-10-05 à 15.41.52.png

© Musée des Beaux-arts de Carcassonne

"Madeleine", odalisque de Jean Jalabert

M. Vergnet-Ruiz déclara à René Nelli : « J’ai déjà compté dans votre musée 14 toiles dignes du Louvre. » Nous pourrions citer un paysage Van Goyen ou un portrait de Morelsée souvent demandé pour des expositions à l’étranger. Une odalisque (Madeleine) du peintre Carcassonnais Jean Jalabert (1815-1900) inspira Manet pour son Olympia (Musée d’Orsay). On trouvera cette note dans Olympia de François Mathey aux Editions du chêne (1948). La nature morte de Chardin est un véritable chef-d’œuvre dont le Louvre ne possède qu’une copie. Le chanoine Sarraute ajoute à notre descriptif, deux tableaux de Guigou et « un extraordinaire petit tableau « Le guerrier » de Salvador Rosa ».

P1070905.jpg

En octobre 1967, la ville entreprend enfin la restauration complète du musée. Pierre et Christiane Tarbouriech, deux jeunes architectes, sont chargés des travaux. La première tranche est estimée à 70 millions de francs et c’est l’entreprise Escourrou qui a la maîtrise du gros œuvre. Dans la cave où sera installée la cuve à mazout, on découvre l’amorce du souterrain qui reliait l’ancien Palais de Justice à la prison sous la rue de Verdun. Les fenêtres qui étaient jusque-là murée seront ouverte.
L’inauguration et l’ouverture au public eut lieu le 2 juillet 1971 en présence d’Antoine Gayraud (Maire), de M. Descadeillas (Conservateur). On apprend que les collections du musée s’élèvent à 650 objets d’art, dont seulement la moitié est exposée d’une manière permanente. Durant les travaux, 160 toiles furent restaurées ; certaines au Louvre et d’autres sur place.

portes.jpg

Ces deux portes provenant de l'ancien hôtel de ville rasé en 1933, furent installées au Musée des beaux-arts en 1972. C'est une Carcassonnaise qui les sauva en les tirant des décombres.

"C'était une porte à double battant et sans huisserie, autant qu'il m'en souvienne, en bois sombre très ouvragé avec des motifs en gros relief. Avant les travaux faits au musée, elle était fixée à un mur du premier palier de l'escalier. Mais que sont devenues les autres portes de la mairie ?"

Voilà chers lecteurs tout le travail de recherche et de synthèse que j'ai pu réaliser avec le concours des articles de journaux de l'époque, des guides des collections, du fonds René Nelli conservé aux archives de l'Aude, etc. Ce travail, je vous livre par amour pour Carcassonne et sa culture. Dans quels buts ? Celui de montrer à nos responsables actuels que pour se glorifier du présent, il faut savoir regarder ce qui nous a précédé. Qu'il faut savoir avec humilité s'incliner devant l'héritage que nous avons reçu. Enfin, qu'il faut éviter de préjuger des qualités d'historien d'un artisan passionné de la mémoire locale.

____________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017