23/01/2018

L'atelier et la boutique d'horlogerie Labarre-Zwicker à Carcassonne

Quel beau métier, que celui de l'horlogerie ! Montres bracelet ou en pendentifs, horloges, carillons, etc. Il s'agit là d'un véritable art pour lequel plusieurs années d'études à Besançon - capitale française de l'horlogerie - sont nécessaires. Pendant près d'un siècle, l'atelier d'horlogerie fondé par Éloi Labarre mit les pendules à l'heure de très nombreux Carcassonnais.

Labarre.jpg

Avant la Grande guerre, Éloi Labarre possédait deux boutiques à Carcassonne. La première avec son petit atelier se trouvait en haut des marches des halles à la volaille, rue Chartrand. Sur la photographie ci-dessus, à l'intérieur on aperçoit la charcuterie de Jean Perdigou puis le cafés Fieu.

Capture d’écran 2018-01-23 à 08.58.07.png

Au même endroit en 2018

Labare.jpg

Le second magasin se trouvait dans la rue de la mairie ; débaptisée en septembre 1944, elle prit le nom d'Aimé Ramond.

Capture d’écran 2018-01-23 à 09.04.32.png

La boutique en 2018, au numéro 20 de la rue A. Ramond

Zwicker Jean-Jacques 2.jpg

Le beau-fils du fondateur M. Jean-Jacques Zwicker, reprit l'atelier et le magasin.

Zwicker Jean-Jacques.jpg

Le magasin dans les années 1970

zwicker 1.jpg

Lorsque Jean-Jacques Zwicker fit valoir ses droits à la retraite, il passa le flambeau à son fils Alain.

Zwicker 2.jpg

Celui-ci poursuivit l'œuvre de trois générations de Labarre dans l'horlogerie. Au début des années 2000, il laissa le magasin de la rue A. Ramond et alla s'installer dans la rue de Verdun. On se demande comment ce colosse pouvait réparer des pièces aussi petites, avec un telle dextérité. M. Zwicker n'aimait pas son métier ; il lui vouait une vraie passion. Hélas ! Il n'aura pas profité bien longtemps de sa retraite... Le maître des horloges fut rappelé bien trop tôt par le sonneur de Saint-Pierre. Que cet article lui soit dédié, car aujourd'hui depuis ce temps, tous les coucous de Carcassonne sont enroués.

_________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

22/01/2018

Cécile Rives (1880-1956), aquarelliste et professeur de dessin Carcassonnaise

Le 13 septembre 1880 naît à Carcassonne sur l'avenue du Pont neuf, Cécile Marthe Rives. Elle n'a que six ans lorsque ses parents s'installent dans une belle maison bourgeoise du quartier du Palais, au numéro 43 de la rue d'Alsace. C'est là que son père Antony Rives, qui deviendra par la suite son professeur, organise son atelier de peinture au milieu d'un véritable cabinet de curiosités. On y trouve des moulages de plâtre, des statues et un grand nombre de dessins.

Cécile Rives.jpg

Cécile Rives à l'âge de 25 ans

Contrairement à son père et à sa sœur Marie-Antoinette, Cécile Rives devient aquarelliste. A ce titre, elle fréquente les Salons artistiques de la capitale et entre grâce à son père dans la "Société des Artistes Français". Avant la Grande guerre, elle effectuera de nombreux voyages en train à Paris. Le conflit mondial lui prendra son frère Eugène, tué dès les premiers mois dans l'enfer des tranchées. Toute la famille est affligée par cette disparition ; Cécile s'installe en 1915 à Saissac et croque le château médiéval qui deviendra l'une de ses principales sources d'inspiration.

img015.jpg

Cécile Rives dans son atelier en 1897. Dans celui-ci, observons le moulage du bas-relief du tombeau de l'évêque Guillaume Radulphe. Il devrait se trouver encore dans la maison du 43 rue d'Alsace, appartenant désormais à Maître Bénédetti.

img016.jpg

Le château de Saissac

En 1920, Cécile Rives partage son emploi du temps entre les cours privés qu'elle dispense à son domicile, ceux à l'école Jeanne d'Arc et la préparation des expositions à Paris. Outre les représentations des châteaux de Saissac et Lastours, le lac de Saint-Ferréol, le peintre réalise des natures mortes. 

img017.jpg

A l'occasion des fêtes jubilaires, Cécile Rives se rend à Rome en 1933. Une véritable aubaine pour l'artiste qui ramènera dans ses cartons, les souvenirs des sites antiques. Plus près de chez nous, la Cité médiévale tient un place toute particulière dans son cœur. 

img018.jpg

La tour carrée de l'évêque en 1931

A l'âge de 72 ans, l'artiste poursuit son travail sur le chevalet et prodigue encore ses conseils à ses élèves au sein de l'école Jeanne d'Arc. Elle donne aussi des cours privés. Récemment, Jacques Miquel, qui fut le directeur du théâtre municipal et de l'école de musique, nous indiqua qu'il fut des élèves de Cécile Rives. Il se souvient de cette personne fort aimable et d'une grande qualité artistique.

img019.jpg

Dans son atelier à l'âge de 72 ans

Cécile Rives mourra le 3 janvier 1956 et repose au cimetière Saint-Vincent. De ses œuvres, il reste bien entendu ses nombreuses toiles dispersées dans des collections privées. Carcassonne se désintéresse de ces artistes, considérés sûrement à tort comme mineurs. Pourquoi ? Un peu de snobisme, sans soute, et surtout un manque de curiosité évident. Pourtant, Cécile Rives est répertoriée dans le dictionnaire des peintres, le "Bénézit". En 2009, grâce à Marthe Plessis-Garric et à Georges Gibert, un ouvrage réalisé à compte d'auteur rend hommage à la famille Rives et à ses œuvres. C'est avec cet ouvrage que nous relayons cet hommage, en espérant vous faire connaître cette artiste oubliée.

img020.jpg

Cet ouvrage est disponible à la librairie Breithaupt, rue Courtejaire.

__________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

20/01/2018

Le Festival international du cinéma amateur de Carcassonne

C'est en 1955 que les pionniers Carcassonnais du 7e art créèrent de toutes pièces le Festival international du cinéma, groupant films amateurs, films d'exploration et d'ethnographie, de voyages et de tourisme. Des cinéastes venus du monde entier (Japon, Amérique, Canada, Espagne, etc.) participèrent à cet événement. De nombreuses personnalités européennes du film 8, 9 et 16 mm présentaient leurs œuvres sur l'écran de l'actuel théâtre municipal. Lors de la clôture de ces journées, un repas était servi dans la salle du très chic Hôtel de la Cité où les festivaliers en robe noire et smoking se donnaient rendez-vous.

savy.jpg

Georges Savy et Paul Charles, au centre

L'idée de ce Festival revient aux dirigeants du Ciné-Club dont le professeur Paul Charles, à monsieur André Faye le président du Photo-Caméra-Club, ainsi qu'à d'autres Carcassonnais épris de 7e art. Un comité fut forma sous le haut-patronage de Monsieur le ministre de l'Education Nationale, de la Fédération française des clubs de cinéma, sous la présidence de Monsieur le secrétaire d'état à la présidence du Conseil, du préfet de l'Aude, du maire Jules Fil et du président du Conseil général. A ces notabilités, il convient d'ajouter de nombreuses personnalités locales et régionales des Arts et des Lettres. La cheville ouvrière  de ce qui, au départ représentait une véritable gageure, était composée de MM. André Bastien, Paul Charles, André Faye, Ernest Barthe, André Limousis, Jean Alary, André Bousquet, André Prat, Georges Rousset, Clément Cartier, Robert Mousseigne, René Chésa, Georges Savy, l'abbé Pierre Alcouffe, Charles Castres, etc.

Capture d’écran 2018-01-20 à 12.27.52.png

Menu de l"édition 1957 à Hôtel de la Cité

Le jury émanant des arts et des lettres était représenté par Gaston Bonheur, Michel Maurette, Max Savy, Ramon Marty, Joseph Monestier (Conseiller à la Cour d'appel de Toulouse), Font Marcet (Barcelone), Leonida Giafforio (Milan), Jean Camberoque et Raymond Bordes (Critique cinématographique).

savy 2.jpg

Ramon Marti et Paul Charles, à droite

Jean Grémillon, le réalisateur de "Remorques" et de "Gueule d'amour" donnera une conférence sur Robert O'Flaherty, le maître du documentaire. C'est tout cet environnement qui fit de Carcassonne pendant de nombreuses années, un véritable bouillon de culture. En regardant dans le rétroviseur, ne doit-on pas dire aujourd'hui que Carcassonne vit une régression en ce domaine ? 

Merci à M. Julian Charles pour ses photos

_________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

14:03 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (8)

19/01/2018

La naissance du premier réseau de transports urbains de Carcassonne

Au mois de décembre 1979, la municipalité de Carcassonne envisage la création d'un réseau de transports urbains afin de faciliter les déplacements des habitants de la commune. Un groupe de travail se réunit le 14 décembre pour une première approche. Quel nombre de lignes et de bus ? Quel mode de gestion ? Au mois de janvier 1980, les organismes et associations de commerçants, de personnes âgées sont consultés pour affiner les besoins des Carcassonnais et les moyens à mettre en œuvre. C'est au mois de septembre 1980 que la ville de Carcassonne inaugure son premier réseau d'autobus. L'objectif est d'atteindre les 800 000 voyageurs la première année et le million la seconde. En effet, en 1981 se sont 1 097 000 usagers qui prendront ce moyen de transport.

Bus.jpg

Les bus PU 70 livrés par Renault Véhicules Industries

Du personnel compétent est alors recruté aussi bien pour assurer la conduite des bus, que pour vendre les tickets à la halte centrale. Cette dernière se trouve au square Gambetta, devant le musée. Un système de feu prioritaire automatique permet aux autobus de sortir du boulevard.

halte.jpg

La halte centrale

Petit à petit, le réseau se met en place avec en octobre 1980, la création d'une ligne spéciale les dimanches et jours fériés, effectuant le tour de ville et desservant notamment l'hôpital. Avant la fin de l'année, les lignes 1 à 6 sont modifiées pour une meilleure desserte des établissements scolaires. Une carte spéciale pour les anciens combattants de 14-18 et veuves de guerre est créée. Pendant ce temps, les services municipaux terminent les aires d'arrêts aux abri-bus. 

Capture d’écran 2018-01-19 à 16.53.24.png

En janvier 1981, on inaugure les nouveaux bus PU 70 ; les premiers en service en France. Les billets collectifs sont mis à disposition des scolaires, jeunes, groupes, associations et personnes du 3e âge. Au mois de mars, les lignes s'agrandissent avec de nouveaux arrêts : Leclerc, Ecole normale, RN 113, Viguier et Maquens. Le service du C.A.R.T régit lui-même la publicité sur ses véhicules, réservés en priorité aux commerçants de la ville. Au mois de mai, le futur garage des autobus sera construit derrière la caserne des pompiers ; les premières fondations débuteront au mois de juillet. C'est d'ailleurs en ce début d'année que sont mises en place des lignes pour se rendre au Festival de la Cité. Des négociations avec des transporteurs privés sont engagées pour satisfaire les hameaux de Villalbe et de Grèzes-Herminus, jusque-là délaissés.

Capture d’écran 2018-01-19 à 17.18.19.png

A la rentrée de septembre 1981, les scolaires et les jeunes de moins de 18 ans bénéficieront d'une semaine gratuite du 24 au 30 septembre. La première tranche du système "Onde verte" permet grâce à un système électronique par ondes de déclencher le passe au vert pour les autobus. 

Capture d’écran 2018-01-19 à 17.33.45.png

Avec les correspondances gratuites et la carte d'abonnement à 80 francs (12 €), on peut circuler malin dans Carcassonne en 1981.

26906978_10214460811621754_3816910587356378999_n.jpg

Le réseau en 1982

En 1985, 1 423 000 passagers auront emprunté les bus de la ville. Toutefois, l'embellie marque un peu le pas. Cinq autobus tournent à plein régime mais deux sont sous-exploités. La municipalité envisage de desservir les quartiers de Grazailles et de La Prade. 

carte.jpg

La carte des transports en 1985

Depuis, l'ancien C.A.R.T est passé dans le giron de la Communauté d'Agglomération du Carcassonnais. Carcassonne Agglo a ensuite confié en 2015 l’exploitation des transports urbains et interurbains à la Régie des Transports Carcassonne Agglo (RTCA), Etablissement Public Industriel et Commercial. Les grands perdants sont les Carcassonnais excentrés dans les hameaux tels que Villalbe. Pensez-donc ! Pour faire seulement 4 kilomètres, le bus met 1/4 d'heure pour rejoindre le centre-ville. Les personnes âgées qui bénéficiaient de la gratuité ont perdu cet avantage, excepté pour les personnes non imposables. A Villalbe ont paie les mêmes impôts à l'agglomération que les Carcassonnais, mais sans en retirer les avantages, dit-on. 

Sources

Bulletins municipaux

____________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

18:01 | Tags : cart | Lien permanent | Commentaires (2)

17/01/2018

Le tournage de Robin des bois avec Kevin Costner à la Cité de Carcassonne en 1990

Les Anglais possèdent de nombreux et beaux châteaux médiévaux, mais aucun ne s'impose comme celui de Carcassonne. C'est sans doute ce qui a poussé le réalisateur américain Kevin Reynolds à choisir notre Cité avec ses deux kilomètres de remparts, pour le tournage de Robin hood, prince of thieves. Ainsi, figure t-elle à l'écran dès la vingtième minute, comme étant le château de Notthigham, propriété du terrible shérif du même nom. Les Carcassonnais ne sont évidemment pas dupes de cette supercherie. Qu'en est-il du reste du monde ?

Capture d’écran 2018-01-17 à 09.48.43.png

Le château de Nottingham ? Mais, non...

Ce film dispose d'un budget de 40 millions de dollars, dont 8,5 millions pour le seul Kevin Costner. Lorsque l'équipe de tournage composée d'une centaine de personnes débarque à Carcassonne, plusieurs scènes ont déjà été filmées depuis trois mois en Angleterre. Aux studios Shepperton, Nothumberland et au parc national de Yorkshire Dale. En ce début de mois de décembre 1990, il fait un froid de canard à Carcassonne. Le vent engouffré dans les ruelles de la vieille ville, glace le sang du plus résistant des britanniques.

Robin des bois..jpg

© Richard Picheric

Kevin Costner est bien là près de la porte Narbonnaise, tout auréolé du succès de son dernier long métrage : Danse avec les loups. 

Porte narbonnaise.jpg

Autour du Pont-levis, on a installé un vieux marché : miches de pains, légumes, volailles. Beaucoup de paille et et de terre pour cacher le bitume. Au quatre coins du plateau, des hommes munis de talkie-walkies, veillent au déroulement des opérations. Plusieurs répétitions sont nécessaires...

img497.jpg

© Richard Picheric

Enfin, après plusieurs heures de retard, en début d'après-midi, la première scène peut être tournée. "Rolling camera", lance un assistant ! Action, lui répond un autre.

img501.jpg

La scène ne durera que quelques minutes à l'écran. Sous les oripeaux d'un mendiant, Robin de bois pénètre  dans le château de Nottingham pour sauver Marianne. Les paysans les bousculent, les gardes armés le prennent à partie et lui refusent l'entrée. Il finit tout de même à franchir le barrage.

img508.jpg

Les figurants Carcassonnais sont crasseux, mais prennent le temps de se restaurer entre deux prises.

img507.jpg

Kevin Costner ? Non ! Sa doublure pour la cascade, lorsqu'il se lancera dans le vide depuis la tour du Tréseau. 

Petit.jpg

© Richard Picheric

"Petit Jean" alias Nick Brimble

Au cours des trois jours de tournage, Kevin Costner logea à l'hôtel de la Vicomté. Aujourd'hui, Hôtel Mercure dans la rue Camille Saint-Saëns. L'établissement était tenu à cette époque par Eddie Aguilar. 

aguilar.jpg

© Droits réservés

Alain Andrieu, Kevin Costner et Eddie Aguilar

freeman.jpg

© Droits réservés

Eddie Aguilar et l'acteur Morgan Freeman

Guidé par Richard Picheric, Kevin Costner entreprit de faire la tournée des grands ducs. On le vit dans les tribunes de Domec, où il assista à un match de l'ASC XIII. Il continua son périple au restaurant Dame Carcas, place de la basilique Saint-Nazaire. Enfin, il dansa le flamenco au Rabbit Show.

Le story Board

26734505_10214442189996225_6848029212320109725_n.jpg

La scène du marché, porte Narbornaise

Capture d’écran 2018-01-17 à 11.49.46.png

Dans le film...

26733778_10214442189636216_4193863510091976089_n.jpg

Dans la barbacane du château comtal

Capture d’écran 2018-01-17 à 11.52.42.png

Dans le film...

26991692_10214442189356209_1150295645974197463_n.jpg

Cette scène ne figure pas à l'écran... A t-elle été coupée ?

Capture d’écran 2018-01-17 à 12.12.07.png

"Robin des bois, prince des voleurs" aura été vu par près de 5 millions de spectateurs en France. Certainement, beaucoup plus aux Etats-Unis et dans le monde. Une belle promotion pour la Cité de Carcassonne qui ne deviendra patrimoine mondial UNESCO que sept ans plus tard.

Sources

Notes et synthèse / Martial Andrieu

Remerciements à Richard Picheric et Eddy Aguilar

————————————————

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

14/01/2018

Le chef du maquis de Villebazy a t-il été assassiné au sein du 81e régiment d'infanterie ?

Cette question reste à ce jour sans réponses. Pourtant, la petite fille du Lieutenant Jacques alias Antonin Arnaud se la pose depuis plusieurs années. Comment ce chef droit et adulé de ses hommes a t-il pu disparaître dans des conditions aussi troubles ? Tué, au cours d'une méprise.

Jacques.jpg

© Elodie Bérard

Le lieutenant Jacques, chef du maquis de Villebazy

Antonin Arnaud naît le 1er janvier 1924 à Lunel dans l'Hérault. Marié le 28 mars 1942 à Perpignan, il tente, comme beaucoup de jeunes, d'échapper au Service du Travail Obligatoire. Depuis février 1943, le futur réfractaire est appelé à partir travailler en Allemagne. C'est alors qu'il décide avec son épouse de s’enfuir et de rejoindre un maquis en Haute-Savoie. Il participe aux combats des Glières opposant à partir de février 1944, la Résistance à la Milice française. Arrêté par les troupes de Joseph Darnand. Il est gardé par elles dans un hôtel de Thônes avec son épouse et son fils mais réussit l’exploit de s’échapper en sautant du 2e ou 3e étage.

Antonin Arnaud et sa femme lors de son mariage. Ils ont 18 ans.jpg

Antonin Armand et son épouse en 1942

A l’issu de cette évasion, il se réfugie dans l’Aude et fonde le 1er mars 1944 le maquis de Villebazy, appelé plus tard « Corps Franc Lorraine ». Lorraine, car son ancien maquis en Haute-Savoie portait ce nom. Antonin Arnaud prend le pseudonyme de Jacques, au sein de ce groupe de résistance constitué de 15 hommes en avril 1944. Il est ravitaillé par Honoré Désarnaud, futur maire de Villebazy. Ce dernier, chef cantonal de la Résistance pour le canton de Saint-Hilaire, faisait le lien entre Jean Bringer et Jacques. Au cours de l'été 1944, la Milice et les troupes Allemandes mènent des actions afin d'anéantir les maquis. Villabasy n'échappe pas à ces attaques, grâce à des dénonciateurs payés par la Gestapo. Le 18 juillet 1944, c'est Georges R qui indique son emplacement. Entre le 20 et le 23 juillet, les maquisards se replient sur Lairière, mais des accrochages ont lieu avec les Allemands qui n’ont pas cessé de les pourchasser. La veille de l'arrestation de Jean Bringer - chef FFI de l'Aude -Villebazy se replie sur Missègre à l’Est de Limoux. Au même moment, une grande réunion des chefs de la Résistance se déroule à la Digne d’Aval pour la constitution d’un nouveau maquis (Myriel, Vals adjoint d’Astier, Roubaud (chef départemental des M.U.R). C'est le lendemain, 29 juillet 1944, que Jean Bringer sera arrêté par la Gestapo.

19981129040.jpg

Jean Bringer

Depuis 72 ans, on nous ressert la même explication : Fernand Fau, agent de la Gestapo infiltré dans la Résistance, se présente chez Maurel à Carcassonne. Ce dernier est agent de liaison de Jean Bringer. Fau a paraît-il une lettre signée de Jacques - chef du maquis de Villebazy -dans laquelle il demande des ordres de repli à Bringer (Myriel). Son maquis aurait été attaqué par les Allemands. Maurel se rend alors à la clinique du Bastion (Dr Delteil) où se trouve Bringer avec René Chiavacci (agent de liaison). La clinique Delteil servait de lieu de réunion à la Résistance. Bringer rédige alors les ordres et part accompagné de Chiavacci et de Maurel remettre la réponse à Fau pour Jacques. Peu de temps après Chiavacci puis Bringer sont arrêtés par Fau et la Gestapo. Cette version supposerait que Antonin Arnaud (Jacques) soit dans la combine, ou ait fait preuve de légèreté vis à vis de Fau.

1464481969.2.jpg

© ADA 11

René Bach

Regardons de plus près... Qui raconta cette version ? René Bach, agent de la Gestapo, à son procès en juillet 1945. Fernand Fau lui aurait raconté l'arrestation de Bringer, dans l'après-midi au siège du SD. Il fit cette déposition devant la Cour de Justice. Le problème, c'est que Fau sera éliminé par le Résistant Robert le 19 août 1944 sans que l'on puisse l'interroger. Mme Bringer s'étonnera que l'on n'ait pas cherché à le prendre vivant... Bach n'a jamais été un témoin oculaire de l'arrestation de Bringer, on s'en tient donc à ce que lui aurait rapporté le Gestapiste Fau. Maurel aurait pu en témoigner ; curieusement, il ne se présentera pas au procès de Bach. On ne l'interrogera pas ; il n'y pas même une déposition de sa part dans l'instruction. Il était en vie et vivait dans les Haute-Pyrénées, car nous avons retrouvé sa trace. Quant à Chiavacci, Bach l'accusera d'avoir désigné Bringer à ces services, comme étant le chef de la Résistance. Les nombreuses contradictions de Chiavacci permettent de le penser. Or, ce dernier était connu pour être un homme de main de la Résistance, agent de liaison sans envergure. Nous savons que Bringer avait imposé une cloisonnement très strict des différents services de la Résistance audoise. Certes, Chiavacci connaissait Bringer, mais les agents de liaisons n'étaient pas mis dans la confidence ni des projets, ni des chefs de réseaux.

2113587922.jpg

La clinique du Bastion

Chiavacci a été arrêté quelques heures avant Bringer devant l'école du Bastion, avec de sa compagne - infirmière à la clinique Delteil. Amenés à la Gestapo route de Toulouse, elle sera relâchée et ira prévenir Delteil. Ce dernier restera, au lieu de s'enfuir. Il sera arrêté quelques temps après. Entre temps, pourquoi Delteil n'a t-il pas cherché à prévenir Bringer ? Là encore, enfumage à Carcassonne ! Non, Jean Bringer n'a pas été arrêté sur le boulevard Barbès, comme certains l'écrivent, mais vers 14h30 sur le Pont d'Artigues. Après la réunion de midi à la clinique où il vit à ses dépens l'agent Fernand Fau, il remonta déjeuner chez ses logeurs dans la rue Alfred de Musset. Où se rendait-il à 14H30 sur le pont d'Artigues ? A une réunion où devait se trouver Francis Vals (Chef du Comité de Libération et futur député socialiste). La Gestapo trouva sur lui des Bons du trésor de la banque d'Alger. Evidemment, pour savoir cela il faut aller fouiller dans les archives du Service Historique de la Défense. En 1953, Daraud (chef de la police politique à la Libération) déclarera que plusieurs fois il mit en garde Bringer de ne plus aller à la clinique Delteil. Qu'il ne voulut pas l'écouter. Que lui-même ne s'y rendait plus depuis longtemps, cela lui faisait peur."

Cette thèse complotiste peut être renforcée par le fait que Chiavacci et Delteil ne partiront pas à Baudrigues le 19 août 1944. Au lieu d'être exécutés avec Bringer et Ramond, il seront relâchés par les Allemands lors de leur départ. Delteil ira même témoigner en faveur du sous-chef de la Gestapo de Carcassonne à son procès en 1953 à Bordeaux. Quant à Maurel - employé SNCF, né à Verzeille-, la Gestapo ira perquisitionner chez lui mais ne réussira pas à l'arrêter. Un coup de chance ? 

Revenons un peu à l'ordre de repli qu'aurait demandé par lettre Jacques à Jean Bringer...Ceci est une pure invention, car la veille (28 juillet 1944) le maquis de Villebazy s’était déjà replié sur Missègre. Il n’avait pas besoin des ordres de Myriel puisqu’il s’était déjà replié. De plus, lors de la grande réunion qui s’est tenue ce jour-là à La digne d’aval, Myriel a pu être tenu au courant de ce repli. Sachons que le maquis de Villebazy était placé sous les ordres de Négrail, chef du secteur de Limoux. La digne d’Aval et Missègre en faisaient partie.

26904476_10214419187821185_56150825397435333_n.jpg

La maison qui logeait Bringer avant son arrestation


Il nous semble que jamais Jacques n’a demandé un ordre de repli à Myriel. La lettre amenée par Fau aurait pu être faussement signée de Jacques et le mot de passe donné par un complice. Bringer serait ainsi tombé dans un piège. Quels complices ? Chiavacci et Maurel ne sont sans doute que la face immergée de l'iceberg. Curieusement, Chiavacci bien qu’emprisonné par la Gestapo et à la Libération, par la Police politique, finira ses jours tranquillement. Pourquoi aurait-on dénoncé Bringer ? Les mobiles ne manquent pas : Politique, financement de la Résistance, vols des parachutages.

L'engagement de Jacques dans le 81e régiment d'infanterie

Général Zeller. 15 décembre 1944.jpg

© Centre de la mémoire combattante

Le général Zeller à Carcassonne en décembre 1944

La fille d’Antonin Arnaud vient de naître. Nous sommes quelques mois après la Libération de l’Aude et l’ancien chef du maquis de Villebazy décide de continuer le combat contre les Allemands. Il s’engage avec le 81e RI formé à Carcassonne le 15 décembre 1944 par le général Zeller. Le lieutenant « Jacques » conserve son grade d’ancien FFI dans le 1er bataillon commandé par le capitaine Frank, alias Lucien Maury. Ce dernier avait été le chef du maquis de Picaussel dans l’Aude. Dans ce même bataillon, se trouvent le capitaine Martinet et le lieutenant Fontrouge.

Le 16 février 1945 à quatre heures du matin à Niffer (Alsace), Jacques décède à la suite de ses blessures. Une rafale de mitraillette l'atteint à la tête et au thorax. L' acte de décès est dressé par Jacquemond Marius, sous-lieutenant au 81e régiment d’infanterie, sur la déclaration de Camarata Jean, médecin adjoint au 81e RI et de Arrecot Paul, infirmer au 1er bataillon du 81e RI. Les circonstances de la mort de Jacques ne sont pas très claires... 

"La veille de sa mort, Antonin Arnaud, réussit l’exploit en plein jour sur le nez des blockhaus ennemis, de s’emparer d’un canot pneumatique camouflé sous la berge et utilisé par les patrouilles allemandes pour passer le Rhin. Il a supplié son chef de bataillon (Lucien Maury, NDLR) de lui laisser traverser le Rhin pour opérer une reconnaissance en territoire allemand. Mais si, en raison du dispositif peu dense cette opération est facile pour les patrouilles nocturnes de l’ennemi, la réciproque n’est pas vraie. Le chef de bataillon s’est donc refusé à sacrifier des hommes de l’autre côté du Rhin où l’ennemi est puissamment organisé." (Annuaire des anciens du 81e RI - Lucien Maury)

De son côté, le capitaine Piquemal (Bataillon du Minervois) rapporte que : "Ricaud fait un rapport à Régis Bès sur les circonstances de la mort de Jacques : le lieutenant a dit à ses hommes qu’à partir de ce soir, il n’y aurait plus de sommations. Ordre de tirer à vue. Peu de temps après, Jacques était atteint - suite à une méprise, par une rafale de mitraillette tirée à bout portant par l’un de ses hommes."

Nous reproduisons ci-dessous la lettre que Lucien Maury, commandant le 1er bataillon du 81e régiment d'infanterie, envoya à son épouse :

« Tué à l’ennemi le 15 février 1945 au cours d’une embuscade sur les bords du Rhin, non loin du petit village de Niffer en Alsace. Tous les officiers du bataillon, tous ses hommes, l’aimaient pour sa bravoure et son bon cœur. Il est tombé en soldat, frappé d’une rafale de mitraillette. Il n’a pas souffert. Ses hommes qui l’adoraient ont tenu à monter une garde d’honneur auprès de lui jusqu’au dernier moment. Nous lui avons fait des funérailles dignes de lui. Il repose en terre alsacienne avec un de ses camarades de combat, officier au même bataillon sous-lieutenant Assens, tué comme lui au bord du Rhin. Vous pourrez plus tard venir voir sa tombe au village de Sierenz et faire les démarches nécessaires à son transfert.
Je regrette la perte de l’officier intrépide et du camarade sympathique et loyal qu’il était."

Le lieutenant Antonin Arnaud obtient la citation suivante à titre posthume le 24 mars 1945 du Lieutenant-colonel Gauvin (81e RI), accompagnée de la Croix de guerre avec étoile de bronze.
"Chef de Corps Franc. Officier intrépide, brave jusqu’à la témérité, volontaire pour toutes les missions dangereuses. Est tombé mortellement frappé au cours d’une embuscade sur les bords du Rhin, à l’Est de Niffer, le 15 février 1945." 
Le 18 décembre 1946, Mme Arnaud reçoit l’avis de décès avec la mention « Mort pour la France », ainsi que deux attestations de décès pour que ces enfants puissent être adoptés par la Nation.

Tué ou assassiné

D'après des militaires que nous avons interrogés, le tir par méprise serait pratiquement impossible. Si nous retenions l'hypothèse d'un acte volontaire de la part de l'un des hommes, il faudrait étudier les raisons d'un éventuel règlement de compte. Soit, on a fait payer à Jacques l'arrestation de Bringer. Ceci nous paraît improbable compte tenu de ce que nous avons exposé plus haut. Soit, une vengeance s'est opérée au sein du bataillon. Qui pouvait lui en vouloir ? Au mois de juin 1944, Jacques fit fusiller Marcel Basque au sein de son maquis, accusé d'être un milicien et d'avoir volé le châtelain de Ladern. Y avait-il l'un de ses frères dans le 81e régiment d'infanterie ? Est-ce l'œuvre d'un résistant ayant, comme beaucoup, rejoint le maquis en juillet 1944, où d'un milicien engagé dans le bataillon pour se blanchir de ses fautes ? Notons la présence de B dans le 2e bataillon du 81e RI qui transporta le corps du capitaine Charpentier, assassiné dans la clinique Delteil le 6 septembre 44. Il y a aussi M qui sera condamné en 1952 par le tribunal militaire de Bordeaux pour assassinats et vols. 

Sources

Archives du Service Historique de la Défense

Archives de l'Aude

Annuaire des anciens du 81e RI

_____________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018