13/02/2018

Que faire de l'ancienne droguerie Gazaniol ?

En 2007, la ville de Carcassonne administrée par Gérard Larrat achète l'ancienne droguerie Gazaniol située dans la rue Chartrand. Le maire a un projet pour cet ancien commerce dont le propriétaire vient de prendre la retraite. Il souhaite regrouper à cet endroit, au cœur de la ville, tous les services culturels avec pour point d'ancrage, les anciennes halles à volaille. 

Gazaniol 2.JPG

© Martial Andrieu

Dans un article du journal "La dépêche", son adjointe à la culture, Madame Broussy explique en février 2009 que "Tous les services devraient y être regroupés, du patrimoine au pôle culturel (locataire de ses locaux actuels rue de la République) en passant par les billetteries (théâtre, Dôme, Chapeau Rouge, auditorium…). En outre, ce nouveau centre accueillera les « chargés » des futurs centres d'affaires et de congrès." La ville souhaitait transformer les Halles en interface de service public. Un projet innovant puisque une borne "drive-in" aurait permis de prendre les billets pour le festival sans avoir à se garer. Il était même question de créer là une espèce d'auditorium muni d'un écran qui, avec un fond sonore, proposerait une découverte des deux cités, bien sûr, et de la ville en général.

Gazaniol. Rue Chartran.JPG

© Martial Andrieu

Les Halles pourraient devenir un local destiné aux jeunes avec un pôle multimédia par exemple. Pour conforter sa vocation de services "tout public", la structure devait accueillir des toilettes publiques, une nursery pour éviter aux jeunes mamans et papas de langer leurs enfants dans les toilettes des bars, mais aussi un espace de « consignes » où touristes et locaux pourraient déposer bagages ou commissions. Enfin, une sorte d'annexe de la bibliothèque municipale devrait être créée afin que tout un chacun puisse lire son bouquin ou son journal préféré en bonne compagnie. Sans précisément chiffrer, le coût de l'opération se montait à 4 millions d'euros.

ec770341ea50c61aef1321dc112b7883.jpg

© Chroniques de Carcassonne

Gérard Larrat a bien son idée derrière la tête, car son équipe vient de réaliser la transformation des halles, côté rue de Verdun. Cet endroit devient en 2008 un lieu d'expositions. Il est inauguré avec les collections des sculpteurs Yvonne Gisclard-Cau et Paul Manaut, puis d'Olivier Parayre. Le projet Larrat n'ira pas à son terme, car une nouvelle municipalité fut élue en septembre 2009. Le nouveau maire et son conseil municipal ne donna pas de suite à cette réalisation. Le lieu d'exposition accueilla une petite médiathèque avec accès internet. Le Pôle culturel alla s'établir dans la Salle du Dôme, puis dans des bureaux mitoyens.

Capture d’écran 2018-02-13 à 10.08.23.png

L'ancienne droguerie servit d'exposition pour les commerçants du coin. On y mit un papier collé sur la vitrine avec de la publicité touristique de la ville. Quelle destination demain pour ces locaux ? Voilà une question que nous soulevons...

______________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018 

05/02/2018

Y avait-il une villa romaine dans le quartier de la Trivalle ?

Au mois de mars 1968, Antoine Labarre fait une découverte peu ordinaire dans un terrain situé en bordure de la montée Combéléran, de la rue Gustave Nadaud et de la rue Trivalle. C'est précisément à cet endroit que se trouve actuellement un des parkings goudronnés de la Cité, construit au début des années 1970. Monsieur Labarre, archéologue amateur et membre de la Société d'Etudes Scientifiques de l'Aude, passa sa retraite à signaler des lieux de fouilles et à tenter de sauver ce qui pouvait l'être. Ces faits d'armes furent relatés dans la presse locale, dans laquelle il tenait régulièrement une chronique. Qu'avait t-il découvert en ce mois de mars 1968, après que que les pelles mécaniques ont sorti des excavations, du terrain de Mme Bousquet ?

Capture d’écran 2018-02-05 à 11.15.39.png

Ci-dessus le terrain de Mme Bousquet, rue Trivalle

A cet endroit, Antoine Labarre trouva un nombre considérable de tegulae avec imbrices. Il s'agit de tuiles creuses servant dans l'Antiquité romaine à couvrir les toits. Avec ses tegulae se trouvaient également des  fragments d'amphores et de la poterie. Celle-ci provenait du site de Graufesenque près de Millau (Aveyron) qui fut au 1er siècle le site le plus important de production de céramique.

villa.jpg

Évocation depuis le sud-est de la villa des Alleux à son apogée.
© G. Le Cloirec – Inrap

Ces tegulae désignent l'emplacement d'une ancienne villa romaine, et la Graufesenque, permet de dater cette agglomération. Elles montrent également que le passage de l'antique "Via Aquitania", devenue beaucoup plus tard "Voie royale", était route de Berriac (avenue Jean Moulin). Elle traversait l'actuelle avenue du général Leclerc (qui n'existait pas), suivait la Trivalle et franchissait la rivière Aude.

Capture d’écran 2018-02-05 à 11.39.38.png

L'ancienne route de Berriac à Carcassonne

Il est rapporté qu'un Carcassonnais vit dans son enfance d'immenses dalles pavant certains passages de la route de Berriac et qui sont aujourd'hui recouvertes de goudron. La logique veut qu'un antique Villa n'ait pu être située qu'au bout d'une voie de communication. Or, une Villa romaine était une agglomération autarcique. Habitée généralement par plus de 500 personnes, elle était l'unité cellulaire de l'empire romaine en Gaule. 

Capture d’écran 2018-02-05 à 11.32.16.png

A pied de ce terrain, désormais en bordure de la rue Trivalle, se trouve cette espèce de borne. Pour beaucoup de Carcassonnais, elle reste une énigme de l'histoire.

______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

04/02/2018

Le grand magasin de vêtements Alexandre Dony à Carcassonne

Le premier magasin Dony est crée à Limoges en 1894, 4 rue des Halles, par Alexandre Dony (1860-1936) alors associé à Paul de Laval et Joly de Bénac. L'aventure carcassonnaise débute en 1925, quand M. Bauville laisse sa boutique de tailleur. Dony magasin.jpg

© A. Dony

Le magasin A. Dony de Carcassonne

Après plusieurs décennies, le vieux tailleur Bauville passé maître en vêtements sur mesure, gabardines, chemises et bonneterie prend sa retraite. 

Bauville.jpg

Nous avons retrouvé dans le travail d'Alfred Raucoules sur la rue de Verdun, une vue de la boutique Bauville avant l'arrivée du magasin Dony.

img028.jpg

On s'aperçoit que le rez-de-chaussée faisait apparaître des fenêtres de forme ogivales donnant sur la rue.  Lorsqu'en 1925, le magasin Dony vint s'installer en lieu en place de Bauville, il effectua des travaux. 

img027.jpg

Le magasin Dony après les travaux de 1925

Construite dans le style Art-Déco de cette époque, la façade révélait des motifs floraux et le noms des boutiques de l'enseigne en France : La Rochelle, Caen, Lyon, Calais, Limoges, etc. Ces inscriptions sculptées ont été effacées par une couche de peinture. Il suffirait de rien pour qu'elles ne réapparaissent. L'enseigne Dony ne possède plus à l'heure actuelle que sept magasins en France avec celui de Carcassonne.

Dony.jpg

En 1925 le directeur Carcassonnais était Paul Rodange, puis ce fut Théophile Richard à partir de 1931. L'atelier comportait un coupeur, deux apiéceurs et trois retoucheuses, plus des vendeurs.  

img029.jpg

L'intérieur de la boutique en 1931

Sources

 Notes, synthèse et recherche / Martial Andrieu

Alfred Raucoules

__________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

 

31/01/2018

Mrg Jacques Despierre aussi bien que Johnny Hallyday au Grand Théâtre de la Cité

Combien étaient-ils ? Beaucoup avaient pris place sur les remparts, du haut des quels ils surplombaient une scène fort encombrée. Si ce jour-là la foule des fidèles fut difficile à évaluer, on peut estimer qu'il y a avait 5000 personnes dans le Grand théâtre de la Cité. De qui parle t-on des Rolling stones, des Beatles ou de Johnny Hallyday ? Eh ! bien, non. La vedette de ce 10 octobre 1982 est un homme d'une grande simplicité et humilité, qui allait succéder à Pierre-Marie Puech à la tête de l'évêché de l'Aude : Jacques Despierre.

Octobre 1982 Ordination a la Cité Monseigneur Despierre.jpg

© Droits réservés

L'ordination de Jacques Despierre, né à Toulouse le 6 mai 1928, fut célébrée par Mgr André Collini (archevêque de Toulouse), Mgr Sabien (Evêque d'Agen) et Mgr Pierre-Marie Puech (évêque de Carcassonne) qui descendait de charge. Outre, bien entendu, le rituel liturgique et les chants, il fut rappelé au nouvel évêque l'histoire de ses prédécesseurs dans l'Aude.

P1070370.jpg

L'imposition des mains et la remise de l'anneau pastoral

Ce n'est pas dans émotion, dit Mgr Puech, que votre évêque votre parle pour la dernière fois. Puis s'adressant à Mgr Despierre, il ajouta : "Tout un peuple vous attend. Vous lui donnerez vos forces et votre vie, vous lui donnerez Notre-Seigneur. Un évêque est l'employé du Christ, toute sa valeur vient du Christ. L'homélie de Mgr Collini n'en faut pas moins écoutée : "Vingt ans après "Vatican 2", l'on se représente un évêque de façon incomplète - parfois, de manière caricaturale. Il suffit d'interroger les gens pour s'en apercevoir. Pourtant, quand on pose la question de savoir qui furent les premiers évêques, les gens interrogés vous répondent que ce furent les apôtres." Pour Mgr Collini, l'apostolat doit être un humble service de tous. L'évêque n'est pas au-dessus de sa communauté, c'est un frère au milieu de ses frères. De par la volonté du Christ, il est le serviteur de tous. Pour exercer vraiment ce qui est requis de lui, il doit demeurer un missionnaire.

P1070367.jpg

Le nouvel évêque de l'Aude reçut la crosse qui fut offerte à Mgr Le Camus le 2 février 1901 par ses amis du clergé de Carcassonne. Mgr Le Camus, prêtre du diocèse, avait été nommé cette année-là, évêque de La Rochelle. La célébration de l'ordination de Mgr Jacques Despierre se termina par le Magnificat chanté par la foule à l'intérieur du théâtre. N'oublions que sur cet emplacement s'élevait jusqu'à la Révolution, le Palais épiscopal de Carcassonne.

Capture d’écran 2018-01-31 à 10.48.04.png

© Thierry Tiberghien

Jacques Despierre vit le jour à Toulouse le 6 mai 1928. Ordonné prêtre le 24 juin 1952, il passa 38 années au sein du diocèse de Toulouse auprès des plus pauvres et de plus démunis. D'une grande simplicité qui trancha avec le côté un peu rigoriste de son prédécesseur, Mgr Despierre démontra ses qualités d'homme de terrain. Dynamique, très attentif aux problèmes sociaux et économiques, jamais il ne se départit de sa mission guidée par l'Evangile. Ces premières paroles furent les suivantes : "Il n'y a pas de diocèse sans évêque, mais l'évêque tout seul ne fait pas le diocèse." Mgr Despierre n'a jamais caché son côté méridional et sa pointe d'humour qui font de lui un personnage extrêmement sympathique, qui réussit à faire l"unanimité même chez les "brebis égarée". Au classement des évêques (si, cela existe !), Mgr Despierres n'eut jamais une seule mitre. Toutefois, qu'il soit conscient que ceux qui l'on connu le gardent encore dans leur cœur ; que cela vaut toutes les récompenses. Aujourd'hui, à près de 90 ans cet homme d'église s'est retiré dans une maison de retraite, Mgr Planet veille désormais sur les ouailles du département.

Sources

Notes, recherches et synthèse / Martial Andrieu

_______________________

Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

 

29/01/2018

La banque populaire de l'Aude, d'hier à aujourd'hui

A l'heure où les grandes banques françaises font le choix de fermer leurs agences afin de replier leurs services sur internet, la Banque populaire de Carcassonne tient encore le coup. Pour combien de temps encore, sachant que la Société générale a fermé ses guichets de la place Carnot et que d'autres lui emboitent le pas ? Moins d'humains, beaucoup plus de machines... et toujours les mêmes tarifs et commissions pour la banque.

img024.jpg

La Banque populaire de l'Aude en 1925

Au départ, l'actuelle banque populaire est un groupe mutualiste. Il offre des services aux petits porteurs (artisans, commerçants, professions libérales) n'ayant pas accès aux grandes banques commerciales. C'est la loi de mars 1917 du ministre du commerce Emile Clémentel va indirectement donner naissance aux Banques populaires et à leur statut coopératif. Dans la foulée, une agence ouvre ses bureaux à Carcassonne en 1919, au 1er étage du 6 rue de Verdun, avec un directeur et un seul employé. Il s'agit de la Banque populaire de Carcassonne.

Capture d’écran 2018-01-29 à 09.03.40.png

Les locaux de la Banque populaire en 1919

Ce n'est qu'en 1924 que l'agence se déplacera au n°10 où elle se trouve encore aujourd'hui. Ces anciens locaux passeront entre les mains de l'Office régional de banque et d'informations financières. C'est là également qu'Antoine Guiraud de Lévizac possédait son bureau de Courtier en produits agricoles et Me Nogué, avait son étude d'avoué.

img025.jpg

Les guichets de la nouvelle agence en 1925

Elle prend le nom de Banque populaire de l'Aude ; ce n'est que dix ans plus tard que l'Ariège sera ajouté à cette dénomination. L'aspect extérieur n'a guère évolué, si ce n'est la disparition de la porte monumentale et l'inscription entre les deux étages. Les bureaux logaient dans le corps de bâtiment donnant sur la rue. La cour fut fermée avec une verrière et transformée en salle des guichets. La comptabilité se faisait au second étage. Le directeur Ernest Albert habitait dans l'agence.

Capture d’écran 2018-01-29 à 09.20.41.png

L'agence de Carcassonne-Verdun

Les transactions bancaires se faisaient à cette époque essentiellement en argent liquide. Des employés, nommés recouvreurs, étaient chargés d'effectuer les encaissements à domicile. D'ailleurs, Jean Ricard et Léon Raynaud résidaient dans l'agence, avec la famille du directeur...

Capture d’écran 2018-01-29 à 09.25.46.png

Le Garçon de recettes 

Leurs uniformes différaient selon les banques, mais ils étaient généralement bleus avec le sigle de la banque brodé de fil d'or sur le revers du col. La casquette remplaça peu à peu le bicorne, mais sur la carte postale ci-dessus des années 1910 il était encore en usage. Dans une solide sacoche de cuir noir attachée à eux par une chaînette, les recouvreurs transportaient ainsi les valeurs. Imaginerait-on cela aujourd'hui ? Pourtant, ce métier a perduré jusque dans les années 1960.

Sources

Alfred Raucoules / Gambetta - Verdun - Davilla / 1990

Loi de mars 1917 / Emile Clémentel

Histoire des banques mutualistes 

______________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

09:38 Publié dans Commerces | Tags : banque populaire | Lien permanent | Commentaires (4)

27/01/2018

Paris-Carcassonne, le grand magasin de nouveautés de la place Carnot

A la fin du XIXe siècle, Carcassonne possède deux grands magasins dans le style des Galeries Lafayette : Le bazar Combéléran (actuel Monoprix) dans la rue de la gare et le Paris-Carcassonne. Installé sur la place aux herbes (place Carnot), on y trouve une large gamme de produits qui font le bonheur de la ménagère et de l'homme distingué.

Capture d’écran 2018-01-27 à 08.49.41.png

En 1897, le directeur J. Peyras veille sur un grand nombre d'employés chargés de satisfaire la clientèle. L'importance du personnel peut se mesurer en fonction des postes de vente : Ameublement avec un atelier de tapisserie, horlogerie et bijouterie, armes de chasse, argenterie, tailleur avec atelier de coupe, meubles de style, confection pour dames, tissus, etc. On trouve presque de tout au Paris-Carcassonne.

Carca3-68-B-d.jpg

© Collection Patrice Cartier

La photographie ci-dessus illustre parfaitement l'attractivité de ce magasin au sein de la ville. C'est dans les années 1960-1970 que le Paris-Carcassonne cessa définitivement ses activités. Que reste-il de nos jours de sa présence ? Juste les souvenirs de ces Carcassonnais regrettant que leur magasin ait ainsi disparu. La mode des grands magasins ne subsiste désormais que dans les grandes villes. 

Capture d’écran 2018-01-27 à 09.14.41.png

L'emplacement du Paris-Carcassonne sur cette photographie de 2010. Aujourd'hui, il y a Carrefour market. Lorsque vos grand-parents évoqueront le souvenir de ce grand magasin d'autrefois, vous saurez le situer.

_____________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018