20/06/2017

Les secrets des anciens remparts médiévaux de la Bastide Saint-Louis (I)

Après le passage du Prince noir en 1355 et de ses troupes qui incendièrent la ville basse, édifiée sur ordre de Louis IX (Saint-Louis), on procéda à sa reconstruction. En 1247, elle s'étendait au nord et au sud au-delà du périmètre actuel. Disons sur l'actuel quartier des Capucins et le square André Chénier.

19396911_10212670053133911_4532422544225518291_n.jpg

© Carcassonne, ville basse / G. Mot

Un an après la mise à sac, on fut obligé de reconsidérer les pourtours de la ville en réduisant sa superficie. Elle fut rescindée de moitié en raison des coûts de construction et de la perte d'un nombre conséquent d'habitants. En 1331, Carcassonne dénombrait 20 000 sujets du roi de France. On enserra la ville de remparts de 12 mètres de hauteur sur 3 mètres d'épaisseur avec un chemin de ronde. A chaque angle, quatre bastions flanqués d'une tourelle pour les commander : Tour Saint-Martial (école du Bastion), Tour du bourreau (ancienne clinique St-Vincent), Tour des Jacobins (Maison de retraite Montmorency) et Tour Grosse (Calvaire). Les fossés de 12 mètres de large sur 5 mètres de profondeur étaient alimentés par des recs (ruisseaux) ou escouladous. Le premier (Tourtel) au niveau de la Tour du bourreau, vers La Prade ; le second au niveau de la porte des Cordeliers (Le toual), vers l'Aude. Quatre portes fortifiées gardaient les entrées de la ville : Porte des Carmes (rue Clémenceau), Porte des Cordeliers (rue de Verdun), Porte de Toulouse (rue de Verdun) et la Porte des Jacobins (rue Courtejaire).

19225551_10212670052973907_4829341329849616959_n.jpg

© Carcassonne, ville basse / G. Mot

En 1764, Monseigneur Armand Bazin de Bezons décida de transformer les anciens fossés en promenade. Ils furent comblés ; des ormeaux et du gazon furent plantés. C'est la configuration actuelle des boulevards, à l'exception de celui d'Omer Sarraut.

À la recherche des anciens remparts...

En face de l'actuel square Chénier, sur l'emprise des immeubles longeant le boulevard Sarraut se trouvait la promenade arborée décidée par Mgr de Bezons. Cependant, à la suite de la transformation du vieux chemin de Toulouse et de Pennautier en route départementale après la Révolution, il s'avérait que les bastions étaient frôlés par la nouvelle route. Diverses auberges et relais de poste s'étaient implantés en avant du rempart nord. C'est pour cela que ces anciens murs se trouvent aliénés dans ces immeubles, auxquels ils servent de point d'appui. Les remparts n'ont pas disparu ; ils sont cachés à l'intérieur des maisons du boulevard Sarraut.

Capture d’écran 2017-06-20 à 09.10.21.png

© Cartulaire de Mahul / Tome 6 (2e partie)

L'actuel boulevard O. Sarraut vers 1780

Il reste un seul vestige des arbres plantés sous Mgr de Bezons. On l'appelle le platane des orphelines, en raison de sa proximité avec l'Œuvre des Orphelines qui s'appuyait jusqu'en 1974 sur le bastion St-Martial. Ce beau plantureux fait quatre mètres de circonférence. 

Capture d’écran 2017-06-20 à 11.22.05.png

© Google maps

Le platane des Orphelines, rue A. Tomey

Lorsque les écuries de l'ancienne brasserie Lauth (aujourd'hui, immeuble liberté) - à droite, sur la photo ci-dessus - se sont écroulées au début des années 70, la ville voulut y faire un parking. On appela ce projet l'îlot Liberté. On rasa ces immeubles vétustes du XIXe siècle, ce qui permit de mettre au jour une partie des anciens remparts de la bastide Saint-Louis, dans sa partie nord.

Ancienne écurie de la Brasserie Lauth efondrée en .jpg

© Droits réservés

L'ancienne écurie Lauth écroulée, à côté de l'actuel restaurant Chez Fred.

En partant de l'ouest, ce mur accolé au bastion Saint-Martial avait une épaisseur de 3 mètres à la base. On peut encore en apercevoir des vestiges en bordure du parking, place Lucie Aubrac. Il est coupé par la rue Tomey, puis reprend entre le restaurant Chez Fred et l'immeuble Liberté. C'est là qu'on le découvrit en 1975, lors de la démolition des écuries.

Parking Rue Tomey Démolition immeuble écurie Brasserie Lauth.jpg

© Droits réservés

A droite, la mise au jour des anciens remparts de 1356 avec le chemin de ronde. A gauche, la cour de la brasserie Lauth (actuellement, Chez Fred), avec au-dessous des caves voûtées.

Capture d’écran 2017-06-20 à 11.46.54.png

La situation en 2017 avec les vestiges de ce rempart

_copie-0_Ancienne Brasserie Lautk 2.jpg

© Droits réservés

Dans l'écurie Lauth avant sa destruction, on voit la partie de l'enceinte avec ce pourrait ressembler dans le mur à une meurtrière. Nous sommes là, au niveau de la rue médiévale telle qu'on la voyait au XIVe siècle.

Rempart.jpg

L'ancienne route de Toulouse (Bleu) ; la promenade de Mgr de Bezons au XVIIIe siècle (vert) ; les remparts médiévaux (rouge). Nous allons maintenant cheminer virtuellement sur le chemin de ronde... Plusieurs étages supérieurs de la rue de la liberté, ont les greniers de ces maisons sur ce chemin de ronde. Par exemple, l'ancien maréchalerie de M. Picheric, s'appuie intérieurement sur le rempart.

Capture d’écran 2017-06-20 à 11.58.46.png

Maréchalerie Pichéric, 65 rue Armagnac

Après avoir sauté ladite rue, il se poursuit jusqu'à la rue Clémenceau. L'ancienne quincaillerie Rey 113 (Supermarché G20), avait démoli un tronçon pour établir son commerce et son parking souterrain. Le magasin d'optique Ducoup s'appuie sur la face externe qui reliait à cet endroit la Porte des Carmes.

Capture d’écran 2017-06-20 à 09.10.21.png

La Porte des Carmes au XVIIIe siècle

Capture d’écran 2017-06-20 à 12.05.40.png

Son emplacement en 2017. On l'appelait aussi Porte Dillon.

Si l'on continue, le mur historique en question sépare les anciens immeubles Ouliac de ceux de la boutique Camaïeu, rue de la liberté. A l'immeuble des meubles Wolf alias Teisseire (N°24), au temps où c'était une menuiserie, des trous avaient été pratiqués dans l'épaisseur du rempart pour façonner plus commodément les pièces de bois. En cet endroit, le mur avait conservé son chemin de ronde, son faîte constitué de dalles en un mètre de large et de longueurs diverses avec bord en encorbellement. Malheureusement, une terrasse en béton, construite vers 1935, s'appuie dessus.

Capture d’écran 2017-06-20 à 12.13.29.png

Après cet immeuble, on trouve l'ancien entrepôt Ouliac. Là, on voyait encore vers 1930 les restes d'un escalier qui servait à monter sur le rempart. Ces défenses étaient crénelées, mais sans meurtrières. Elles s'élevaient à 12 mètres de hauteur du bas des fossés. Enfin, face au magasin Jaumes dans la rue Bringer, se trouvait une partie du bastion du bourreau, appelé aussi le Landremont et de la Figuière. Ce bastion disparut à la Belle époque car il s'avançait trop vers le carrefour du Minervois et gênait la circulation.

Capture d’écran 2017-06-20 à 12.21.46.png

L'ancienne Clinique St-Vincent édifiée en 1958 sur laquelle se trouvait le bastion du Bourreau. Il servait de logement à l'exécuteur des hautes œuvres... La fois prochaine, nous évoquerons les secrets des boulevards Jean Jaurès et Camille Pelletan.

Sources

Antoine Labarre / L'Indépendant / 1975

Gustave Mot / Carcassonne, ville basse / 1963

Synthèse et souvenirs / Martial Andrieu

__________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

19/06/2017

Antoine de Saint-Exupéry survola la Cité de Carcassonne

Le 22 avril dernier, nous écrivions un article concernant le passage d'Antoine de Saint-Exupéry à l'aérodrome de Salvaza. Nous ne faisions que relater les souvenirs de Marie-Louise Pujol publiés dans un article de l'Indépendant en 1975. Toutefois, nous avons constaté quelques incohérences dans la date, puisque cette dame affirmait que le héros de l'aéropostale s'était posé en 1944, juste avant qu'il ne se perde en mer. Or, à cette époque là, l'aérodrome était aux mains de la Luftwaffe. Il se peut fort bien qu'avec l'âge, Mme Pujol se soit égarée dans les dates.

Stanp P 18 Piloté par le moniteur chef Mr Andrieu Année 1952.jpg

© Archives P. Mariou

Images d'un Stamp survolant la Cité

Aujourd'hui, c'est une interview radiophonique de 1965 que nous avons retrouvée, dans laquelle le colonel Louis Castex évoque le passe de St-Ex à Carcassonne. Castex (1896-1968), né à Pinsaguel près de Toulouse, était un ami très proche de l'auteur du Petit prince. Aviateur de la Première guerre mondiale, le colonel effectua de nombreuses missions de reconnaissances. Au cours de l'une d'entre elles, il relia pour la première fois Papeete aux îles Marquises en 1953. 

castexportrait.jpg

Le colonel Louis Castex

C'est à l'occasion de l'inauguration d'une plaque faite à la mémoire de Saint-Exupéry au Panthéon en 1965 que le colonel relata la personnalité de l'aviateur, à travers les détails d'un vol fait avec lui sur la Cité de Carcassonne.

 "J'ai eu le grand privilège de le connaître à Toulouse, lors de ses premiers vols. Je l'ai vu pilote de ligne accomplir les grandes randonnées avec la haute conscience, le courage, l'abnégation de ces héros obscurs de l'aéropostale, qui les premiers ont créé la ligne et ont jalonné les routes de l'air dans le monde. Tandis que Saint-Exupéry joue un rôle capital dans le pilotage d'un avion, il médite, il se livre à des remarques d'ordre social, comme s'il n'était qu'un touriste installé confortablement dans le Pullman d'un clipper.

Je le revois encore aux commandes d'un cabriolet de l'air et j'étais à ses côtés. Il voulait me montrer la Cité millénaire de Carcassonne. Il adorait voir en philosophe, en artiste, ces remparts célèbres. Et pour moi, pour moi seul, l'histoire de ces tours, depuis les romains, les wisigoths, les maures jusqu'au remaniement de Viollet-le-duc.

Comment pouvait-il concilier ses méditations philosophiques dans la solitude du ciel, avec la matérialité des préoccupations des pilotes ? Et quelles préoccupations ! À côté du camarade enjoué, d'une exubérance verbale, il y avait l'homme. L'homme, la rude écorce. D'une énergie de fer, d'une volonté devant laquelle tout devait plier. On ne pouvait rien lui refuser. C'est un homme qui ne ressemblait à aucun autre. Il nous imposait sa supériorité intellectuelle sans atténuer en rien, la camaraderie la plus parfaite."

Antoine_de_Saint-Exupéry.jpg

© Wikipédia

Antoine de Saint-Exupéry au Canada en 1942

Source

Inter actualités de 13 h / 17 février 1965 / Radio

______________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

11:37 Publié dans La Cité | Tags : louis castex | Lien permanent | Commentaires (0)

18/06/2017

Le premier Centre International de Bowling de Carcassonne

Les Américains n'ont rien inventé ! Ils ont simplement adapté et modernisé le jeu de quilles... En 1951, la société A.M.F sortait le premier "requilleur" automatique, le célèbre "Pinspotter" qui allait être à la base de l'expansion du bowling dans le monde. Le bowling est un jeu simple : il s'agit de renverser dix quilles disposées en triangle, en faisant rouler une boule spéciale, sur une piste de 20 mètres de long. Chaque partie comprend dix jeux au cours desquels on dispose de deux boules pour renverser les quilles. Si l'on ajoute que la boule poète entre 5 et 7 kilos, et qu'un joueur effectue de 12 à 21 lancers, on comprend que le bowling soit aussi un véritable sport. En France, l'A.M.F avait installé ses premiers centres de bowling en 1960, à Biarritz et à Paris. En dépit d'un accueil très favorable de la part du grand public, le marché ne s'est développé que tardivement. A partir de 1968, les implantations se sont succédé et en 1975, on comptait près de 809 centres en France. Carcassonne ouvrait le sien le 27 décembre 1975, au n°7 du boulevard Omer Sarraut.

bowling.jpg

Le centre international de bowling en 1979

Le gérant de Sud-moto Pierre Chapus (29 ans) et son frère Bernard (31 ans), décident de réaliser le premier bowling de Carcassonne en 1975. D'une surface de 700 m2, il s'installe dans les anciens locaux du supermarché Coop. Un investissement important d'un million cinq cent mille francs.

"Nous prévoyons l'inauguration pour la Noël. Nous ne savons pas si nous réussirons, car nous rencontrons déjà des difficultés dans l'exécution. L'entrepreneur pour le terrassement (il faut construire des piliers est tombé sur les anciens remparts de Carcassonne. Ceci dit, il va essayer de trouver rapidement une solution..."

P1070415.JPG

Pierre Chapus

L'établissement qui ouvrira de 10h à 2 h du matin (3h le week-end) possédera huit pistes avec marquage électronique des points, une salle de jeux de 250 m2 avec flippers et billards, un bar avec snack de 150 places, un vestiaire. Il emploiera dix personnes : une caissière, un manager, trois serveuses, un mécanicien, un électro-mécanicien et les deux directeurs.

Bowling 4.jpg

À cette époque, la partie coûtait 7 francs et la location des chaussures 1,50 francs. Sachant qu'elle pouvait durer jusqu'à 3/4 d'heure. En dehors de ces activités de loisirs, les patrons organisèrent des concours, un club de bowling et des compétitions nationales. Seul problème, les places de parking largement déficitaires pour accueillir les clients du samedi soir.

Capture d’écran 2017-06-18 à 11.10.08.png

Le bowling de Carcassonne disparut au début des années 1980 dans un immense incendie. Après avoir créé la discothèque le Xénon, Jean-Jacques Duffaut fera construire un bowling sur l'actuelle zone du Pont rouge. Aujourd'hui, le boulevard Omer Sarraut est mort le samedi soir. Avant l'ouverture du Cap' cinéma, l'ensemble des cafés (La Rotonde) et des restaurants (L'escalier) de désemplissait pas. On aurait voulu tuer le centre ville que l'on ne s'y serait pas mieux pris.

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

17/06/2017

Qu'est venu faire le cinéaste américain Otto Preminger à la Cité en 1965 ?

Qu'à bien pu venir faire à Carcassonne, le réalisateur américain Otto Preminger en 1965 ? On sait qu'il logea à l'hôtel de la Cité, mais est-ce suffisant pour en faire tout un article ? Nous avons donc poussé plus en avant les recherches, car cette pointure du cinéma d'Hollywood n'était venu faire du tourisme. A cette époque, si les stars et autres personnalités internationales se déplaçaient à la Cité c'est surtout qu'elles y avaient un intérêt professionnel. Une visite officielle, un congrès, un tournage ou bien l'exceptionnel retentissement d'un festival d'Art dramatique dont Jean Deschamps était la tête pensante.

Otto_Preminger_Allan_Warren_1.jpg

© Allan Warren

Nous avons trouvé dans les mémoires du scénariste Nelson Gidding, une partie des raisons de la venue de Preminger à Carcassonne. Depuis longtemps déjà, ce dernier avait sollicité Gidding afin qu'il lui écrive un film. Un jour, le scénariste lui fit connaître un roman de l'écrivain français Vercors : "You shall know them" (Les animaux dénaturés). A l'époque, il était construit comme une pièce de théâtre. Après avoir acheté et lu le livre, les deux américains décident de venir à Carcassonne. 

Otto Preminguer.jpg

Vercors et Otto Preminger à l'hôtel de la Cité en 1963

Le cinéaste américain qui parlait le français couramment, assiste le 15 juillet 1965 à la représentation de "Zoo", adaptation du roman "Les animaux dénaturés" de Vercors. Ayant eu connaissance de la présence de l'auteur à cette création mondiale pour le Festival d'Art dramatique de Carcassonne, Preminger vient discuter de l'achat des droits pour le cinéma. La pièce créée dans la capitale audoise en 1963 sera reprise en février 1964 à Paris (TNP) et à travers l'Europe, obtenant à chaque fois un grand succès. Preminger envisagea à la fin de l'année 1964 d'adapter Zoo pour Broadway. Ce projet sera abandonné, mais l'année suivante une seconde version de la pièce est jouée à nouveau à Carcassonne, et Preminger vint discuter des droits.

Capture d’écran 2017-06-17 à 09.16.55.png

La pièce sera traduite en plusieurs langues

Le jeudi 15 juillet 1965, Zoo est interprétée avec une distribution théâtrale prestigieuse : Jean Deschamps, Jean-François Rémi, Claude Piéplu, Françoise Bertin, André Rousselet, etc. On considère que la seconde version est encore meilleure que la première et la critique nationale se montre dithyrambique.

"Cette pièce de Vercors est amusante, profonde, passionnante. Elle est stimulante, à la fois sceptique et généreuse et d'un ton insolite. La mise en scène de Jean Deschamps remarquable. Et la distribution digne des plus grands éloges." (Le figaro / J-J Gautier)

"L'évènement de la saison théâtrale." (Carrefour / Christian Mégret)

"C'est un franc succès, certains diront un triomphe. C'est à Jean Deschamps que cette adaptation doit - de l'aveu même de Vercors - beaucoup de son astuce et de son efficacité." (Le monde / Claude Sarraute)

Paris-P1070657.jpg

Plaque sous le Pont des Arts à Paris

Jean Brüller avait pris Vercors pour nom de résistant ; il le garda comme pseudonyme. Il refusa la légion d'honneur pour protester contre la torture durant la guerre d'Algérie. Il est décédé en 1991.

Sources

I was a monster movie maker / Tom Weaver / 2001

Programme Festival Art dramatique / 1965

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

09:39 Publié dans Cinéma, La Cité | Tags : preminger | Lien permanent | Commentaires (0)

16/06/2017

Le compositeur Jacques Charpentier est décédé hier matin à l'âge de 83 ans

C'est avec une grande émotion que j'ai appris hier, le décès du compositeur et organiste Jacques Charpentier. Il s'était fixé à Carcassonne depuis les années 1960, après plusieurs collaborations musicales avec son ami Jean Deschamps, dans le cadre du Festival d'Art dramatique de la Cité. Il avait notamment composé la musique pour la pièce de théâtre de Jean-Paul Sartre "Les mouches". Inutile que je revienne sur la carrière de Jacques Charpentier, pour laquelle nous avons consacré de nombreux articles sur ce blog. Disons que cet homme affable et abordable faisait honneur à ceux avec lesquels, il s'abandonnait à parler de musique. J'en fus et à ce titre, les moments hélas trop courts que j'ai passés avec lui, furent en tous points délicieux. Sa préface dans mon ouvrage biographique de Paul Lacombe, restera à jamais d'une inestimable valeur. Que dire de plus quand un homme, qui fut la tête pensante et créatrice de la musique nationale au sein du ministère Malraux, accepte de préfacer votre ouvrage ?

201504061285-full.jpg

© DDM

Jacques Charpentier voulait que l'on joue sa musique et qu'elle soit reconnue avant sa mort. A plusieurs reprises, il me confia ses craintes ; il faisait un parallèle avec le devenir de celle de Paul Lacombe. Que son unique opéra "Béatrice de Plannisolas" sur un livret en occitan de René Nelli, n'ait été jamais représenté à Carcassonne, le tourmentait. En 2013, il s'empressa de m'annoncer l'attribution d'un Diapason d'or pour l'exécution de ses Etudes karnatiques par un pianiste Allemand. Il était en droit d'attendre quelque chose de la part des municipalités de Carcassonne sur le plan culturel, mais n'avait plus guère d'illusions.

 Un jour, je dis à Chésa que je connaissais très bien.

- Pourquoi donc, fais-tu un Festival pareil ?

- Pourquoi, me répondit-il, tu n'aimes pas ?

- Ce n'est pas un Festival, ça ! 

- Tu comprends, ça fait venir du monde.

 - Dans ce cas, je te conseille de le remplacer par un festival de la pornographie. Tu en auras encore davantage.

Chésa est allé bouder dans son coin...

Les inflexions programmatiques du Festival le rendaient furieux : "Ah ! Si Deschamps voyait ça". Le pire c'est quand sur un coup marketing, la mairie annonçait en 2015 les 10 ans du Festival de Carcassonne. Lui, plus que tout autre, savait que Jean Deschamps était à l'origine du Festival qui débuta dans les années 60. D'abord, ce n'est pas un Festival, disait-il. Car, il n'y a pas de thématique et on ne peut pas se prévaloir de ce titre.

"J'habite rue Denisse à deux pas de la place Carnot, me disait-il. En été, je suis obligé de fermer mes fenêtres pour ne pas entendre le bruit assourdissant des sonorisations. J'aime la musique populaire, mais en France elle n'existe plus."

Il n'était pas tendre non plus avec la politique culturelle du gouvernement Hollande. "Ils sont en train de détruire tout ce que l'on avait mis en place avec Malraux : Les centres culturels, les conservatoires, les orchestres nationaux, les Jeunesses musicales de France, etc." 

2040904241.jpg

On n'était pas ami avec Jacques Charpentier, c'est lui qui voulait que vous le soyez. Cela fait une sacré différence dans ce pays où les gens se disent l'ami de quelqu'un, alors qu'ils ne le connaissent que depuis 5 minutes. Carcassonne a perdu un homme de grande valeur qu'elle n'a pas su utiliser, comme d'ailleurs beaucoup de talents et de belles choses qu'elle possède. Soyez assurés qu'ils seront tous présents mercredi 21 juin à 16 h à la cathédrale St-Michel pour ses obsèques. Après tout, ce serait bien là la moindre des choses, non ?

_______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

19:02 Publié dans Actualités | Tags : charpentier | Lien permanent | Commentaires (3)

15/06/2017

4 janvier 1987 : Jean-François Daré de l'ASC tué par un joueur du XIII Catalan

Ce dimanche 4 janvier 1987, je n'étais âgé que de 16 ans quand je me rendis avec mon père au stade Albert Domec. Le temps quoique un peu froid, laissait resplendir le soleil de l'hiver sur la pelouse. Toutes les conditions étaient réunies afin que nous assistions à une belle affiche de rugby à XIII, entre deux clubs mythiques du championnat. Le XIII Catalan auréolé de plusieurs titres, avait fait parler de lui ces dernières saisons par la brutalité de ses joueurs sur le terrain. Depuis 1981, on se souvenait de la bagarre générale pendant la finale entre les Perpignanais et Villeneuve ; le match avait duré cinq minutes. Hélas, pour ce sport régulièrement diffusé sur les chaînes nationales, les exploits belliqueux du XIII Catalan allaient mettre fin aux retransmissions. Il fallait croire qu'en ce mois de janvier 1987, le rugby à XIII n'avait pas encore touché le fond avec ces sportifs qu'on serait tenter de traîter de voyous, voire d'assassins.

JF Daré.jpg

L'ASC XIII

Dans la tribune d'honneur de Domec, dès la sortie des joueurs vers la pelouse, les invectives venant du groupe de "supporters" Perpignanais, commençaient à donner le ton. Toute la première mi-temps ne fut qu'intimidations et bagarres sur le terrain. Déjà, les frères Naudo de l'équipe visiteuse, s'étaient distingués en allumant la mèche contre Albérola. A la 51e minute, l'arbitre M. Carrière excluait Hébert du XIII Catalan. Les deux équipes rivales entraient au vestiaire sur un score de parité : 6 à 6. En seconde mi-temps, des canettes de bière commençaient à nous pleuvoir sur la tête. Juste au moment où Jean-François Daré venait par un superbe mouvement à l'aile, de marquer le second essai de l'ASC. 

Daré.jpg

Jean-François Daré, 3/4 centre de l'ASC

 A la 76e minute, alors que Daré allait sans doute plier le match par un autre essai en coin, le n°7 du XIII Catalan le stoppait brutalement dans sa course vers l'en-but. Ces images sont demeurées immortelles dans ma mémoire et je ne les avais pas revues depuis 30 ans. Hier, j'ai visionné sur le site de l'INA l'ensemble des journaux télévisés relatant cette tragédie, avec toutes les interviews et résumés de l'époque. 

Capture d’écran 2017-06-15 à 20.02.54.png

On y voit clairement le joueur catalan en blanc (cercle rouge) le bras tendu, aller chercher le porteur du ballon (flèche bleue). Il s'agit de Thierry Naudo, le numéro 3 du club Perpignanais. A cet égard, les conclusions des journalistes ne laissent pas de doute sur ce fait de jeu : il s'agit d'une agression caractérisée.

"A la 76e minute, l'attaquant Carcassonnais, Jean-François Daré a été victime d'une manchette donnée par le joueur Catalan Thierry Naudo. Jean-François Daré, 32 ans, employé municipal à Carcassonne, avait été admis hier soir à l'hôpital de Rangueil de Toulouse, dans un coma dépassé de stade 4, provoqué par un œdème au cerveau." (FR3 Montpellier)

Nous avons trouvé un article publié dans le journal de Singapour "The straits times", publié trois jours après le drame. En voici un passage...

"The Carcassonne club secretary Louis Fernandez said there was no suggestion of foul play. Club president Dr Philippe Ourliac said : "Daré was running at full speed when he was stopped in his tracks by a tackle. The effect on the brain would be similar to someone hitting the windscreen of a car in a collision."

Daré 2.jpg

Etendu sur le sol et ne bougeant plus, l'arbitre a mis une minute avant d'arrêter le match. Une minute pendant laquelle, Jean-François Daré a avalé sa langue. Pendant vingt minutes, les secours ont tenté de le ranimer mais déjà le joueur ne donnait plus de signe de vie. L'ambulance a fait son entrée sur la pelouse, emporta la victime et le match reprit. Pour l'anecdote, l'ASC gagna 10 à 7 ; staff et joueurs se rendirent ensuite à une réception avec les partenaires du club à la discothèque Le privé. Le lendemain matin on apprenait que Daré n'avait pas survécu. Naudo lui avait fracturé les cervicales ; une autopsie a été ordonnée par la justice, ainsi qu'une enquête.

Grill.jpg

L'ASC déclara qu'elle refuserait de jouer contre le XIII Catalan, tant que des décisions exemplaires n'étaient pas prises. Cette affaire mit en émoi le monde du sport local et national. Plusieurs équipiers de JF Daré s'exprimèrent. Philippe Gril déclara : "Nous avons peur quand nous rentrons sur un stade. De ça, nous n'en voulons plus." Hervé Guiraud : "Il faut éliminer les brebis galeuses. Ils récidivent tous les dimanches, on ne les punit pas assez." De son côté, Palanques (International de l'équipe du Pontet) affirme qu'il "refusera de jouer en Equipe de France tant qu'un Perpignanais en fera partie."

Les joueurs du XIII Catalan répondirent à Palanques par la voix de Guy Lafforgue : "Avec les paroles de Palanques, on va vers des incidents" et d'Yvan Grésèque " Il ne faut pas oublier que le XIII Catalan est très jalousé à cause du palmarès qu'il obtient depuis de nombreuses années."

SOPPELSAJACQ.jpg

Jacques Soppelsa

Le président de la Fédération de rugby à XIII indiqua qu'en cas de délit reconnu par la justice, il n'hésiterait pas à demander l'exclusion du XIII Catalan. Le Dr Francis Mourgue (Président de la commission des clubs) fit cette déclaration à la presse : "Les présidents des clubs plaident coupables d'avoir laissé se développer des errements sanctionnables, mais nous n'avons rien dit et laissé faire."

La déclaration de Justin Salgado, le président du XIII Catalan, cherche à disculper Thierry Naudo de toute faute intentionnelle. Elle s'aligne finalement sur celle de ses joueurs. Quelques jours avant l'entraîneur des juniors du XIII Catalan, avait cassé la gueule sur le terrain à l'arbitre de touche...

"Il n'y a pas d'agression. J'enlève le mot d'agression. C'était une phase normale, disons que peut-être les deux joueurs se sont rencontrés, certainement lancés à grande vitesse. Pour moi, Thierry Naudo n'avait aucun sens d'agressivité. Pour moi, il n'est pas coupable. C'est peut-être le sort qui a voulu ça. Un sort qui a été méchant envers nous, envers tous. Thierry Naudo est dévasté, il pense à arrêter le rugby."

Finalement, Naudo ne prendra que quelques matchs alors qu'il aurait dû être suspendu à vie. Le club remportera le championnat de France 1987 et ne sera pas sanctionné.

Capture d’écran 2017-06-15 à 21.53.24.png

Construit en 1990, le stade du hameau de Grèzes-Herminis près de Carcassonne porte le nom de Jean-François Daré. Qu'évoque t-il aux visiteurs ? Nous sommes là pour rappeler ce triste 4 janvier 1987, au cours duquel un joueur de 32 ans, a perdu la vie sur un terrain de rugby à cause de la violence. 

Sources

JT de FR3 Montpellier / 5 janvier 1987

Stade 2 / Antenne 2 

JT Tf1 / 5 janvier 1987

___________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

22:00 Publié dans Sport | Tags : jean-françois daré | Lien permanent | Commentaires (5)