29/05/2017

L'église des Carmes, de sa fondation à aujourd'hui

Les Carmes s'établirent pour la première fois à Carcassonne par autorisation du roi Saint-Louis en 1267, sur l'emplacement voisin de l'entrée de la ville (Jardin André Chénier). Ils se transportèrent dans l'intérieur de la Bastide, là où subsiste encore l'église fondée en 1297.

Eglise_des_Carmes_Carcassonne_54_0.jpg

© aude.catholique.fr

L'église possède une seule nef avec une abside et douze chapelles. Les deux du fond furent masquées par la construction de la tribune qui reçut un orgue en 1853. Trente ans plus tard, celui-ci était déposé et installé dans l'église de Lagrasse. Les chapelles sont ogivales et uniformément orientées, surmontées de fenêtres ogivales à meneaux. Certaines furent remplacées postérieurement par des baies orbiculaires sans ornements. Si la voûte de la nef n'est probablement pas d'origine, contrairement à celle des chapelles.

Eglise des Carmes.jpg

L'entrée par la rue Courtejaire

On doit à Engalhière, peintre décorateur de Toulouse, la décoration intérieure réalisée en 1851. Ce travail fort bien exécuté a masqué ou empâté diverses inscriptions ou écussons assez bien conservés. Le sol actuel, formé d'un parquet en planches, se trouve surhaussé de cinquante centimètres environ au-dessus du sol de la construction. Il suffit d'observer l'enfouissement des bases des piliers qui supportent les arcs des travées. Ce rehaussement fut opéré quand à la Révolution, l'église devint une remise de roulage ; afin de mettre le sol au niveau de la rue. Cet édifice aliéné par la Nation en 1791, avait été acheté par Sarand et servit jusqu'en 1850 de remise.

indépendant.jpg

© Claude Boyer / L'indépendant

Le sol primitif est presque entièrement occupé par des caveaux ; au XVe et XVIe siècles, les familles des notables de la paroisse de St-Vincent avaient leur sépulture dans l'église des Carmes. Le mausolée de la famille de Saint-André, qui était un des précieux ornements de l'église des Carmes, a été transporté au musée des Augustins de Toulouse en 1848. Il s'y trouve toujours...

carmes.jpg

© Musée des Augustins

Bas-relief funéraire de la famille de Saint-André

Le 26 novembre 1848, un club démocratique qui s'était s'installé dans l'église et tient un banquet sous la présidence de Théophile Marcou. Deux ans plus tard, l'ordre des Carmes rachète le couvent et fait restaurer la chapelle. Elle sera consacrée par Mgr de Bonnechose le 14 octobre 1851. Les Carmes furent chassés le 16 octobre 1880. La congrégation est dissoute par la loi du 1er juillet 1901 et l'église occupée l'année suivante par un asile dirigé par M. Chosset. La chapelle ne sera réouverte au culte qu'à partir du 27 juin 1909. En 1925, le couvent et la chapelle seront rachetés par la paroisse St-Vincent.

eglise_carmes_2.jpg

© France 3

 Aujourd'hui, l'église des Carmes se trouve dans une situation de péril. Sans de profondes et coûteuses restaurations, cet édifice religieux du XIIIe siècle sera fermé au public. Une souscription a été lancée afin de réunir les fonds nécessaires (2 millions d'euros) à cette remise en état. On peut se rapprocher de l'Evêché de Carcassonne, 89 rue Jean Bringer.

Quelques dates à retenir

1698 : Inhumation de J-J Mélair, sculpteur, dans l'église

1855 : Érection de la statue St-Jean-de-la-croix (L. Nelli)

1860 : Érection de la statue de la Vierge en marbre blanc (Perrin)

1871 : Inauguration de la chapelle de la Vierge

1872 : Inauguration des chapelles du Sacré-cœur, N-D de la Salette, St-Albert, St-Jean Baptiste

1876 : Réfection de la porte d'entrée, rue Clémenceau.

Source

L'église des Carmes / Louis Cros

__________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

27/05/2017

Dans les cachots de Carcassonne du XVIIIe au XXe siècle...

Au cours du XVIIIe siècle et jusqu'à la Révolution, les condamnés n'étaient plus emprisonnés dans la Cité. La prison, appelée également la geôle, avait été déplacée au début de la rue Mage (actuelle, rue de Verdun) et occupait un petit bastion à gauche débordant sur le boulevard.

Capture d’écran 2017-05-27 à 07.52.20.png

© Google maps

De l'entrée de cette prison, il subsiste la porte dans l'immeuble du n°2 de la rue de Verdun, occupé par un caviste. Selon plusieurs études rédigées dans les années 1920 dans le bulletin de la SESA, ce bâtiment devait avoir un aspect fortifié puisqu'au cours de travaux pour ouvrir un couloir, on dut percer un mur qui comportait une meurtrière.

Cellule de Prison sous la Rue Mage.jpg

Une cellule de la prison

L'immeuble comportait une douzaine de cellules à l'étage et d'autres dans le sous-sol, qui sert aujourd'hui de cave au marchand de vin. Les bas-flancs de pierre (photo ci-dessus) servaient de couchette aux prisonniers.

"Si on descend pour la visite des lieux, on remarque le soubassement du couloir en pierre taillée et au bas de l'escalier, le départ rond d'un autre escalier hélicoïdal comblé. Probablement, il desservait une souricière pour conduire les détenus peu communs au Palais de justice (Présidial), situé en face du côté droit de la rue (aujourd'hui, Musée des beaux-arts)." Antoine Labarre.

Capture d’écran 2017-05-27 à 08.21.58.png

L'ancien Présidial, rue de Verdun

Élevé en 1657 lors du transfert de la justice qui siégeait à la Cité dans les dépendances de l'Évêché - peut-être au logis de l'inquisition - le Présidial vint s'établir dans la rue Mage. Malgré la transformation de la façade durant le Premier Empire, le tribunal garde encore la disposition des salles du XVIIe siècle. En entrant à gauche le prétoire ; en face, le concierge et une écurie ; à l'étage, la bibliothèque et les archives. Le Présidial rendit la justice à cet endroit jusqu'en 1861, date à laquelle l'actuel Palais de Justice fut construit en face de l'actuelle préfecture de l'Aude.

construction du Palais de Justice en  1870.jpg

© ADA 11

Construction du Palais de justice

Vers 1830, le Conseil général fit construire une gendarmerie et une nouvelle prison, afin de remplacer les anciennes geôles de la rue de Verdun. 

Ancienne Prison Départementale  Remplacée par Ecole J Jaurès.jpg

La prison et la gendarmerie face au square Gambetta vers 1910

Ces bâtiments se trouvaient sur l'emplacement actuel du groupe scolaire Jean Jaurès, inauguré en 1928 par le Président de la République M. Gaston Doumergue. Ils ont été rasés à cette occasion.

Ancienne Prison sous Préau JJaures  Les cellules et un cellule de réclusion.jpg

Il reste quelques grandes cellules dépourvues de grilles dans le sous-sol de l'école Jean Jaurès, au niveau du préau. Gageons que dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, un conférencier obtiendra l'autorisation de les faire visiter au public.

Ancienne Prison J Jaurès portes de prison réutilisées.jpg

Portes des cellules en réemploi dans le jardin d'un particulier

Au temps où les coupables étaient emprisonnés et jugés en la Cité, les exécutions avaient lieu sur le Prado. Là, y fut pendu à un arbre pour cause de duel le 21 décembre 1591, l'avocat général Gibron. AU XVIe siècle, celles-ci se faisaient au-lieu dit "Les justices", en bordure de la voie romaine (avenue H. Gout) dans le parc du chirurgien Héran. On y dressait les touches patibulaires. Il a été trouvé en ce lieu des pièces de monnaies d'époque romaine.

jeanne2.jpg

A la Révolution, Jeanne Establet - dite Jeanne la noire en raison de son teint basané - accompagnée de Chanard et de Boyer, assassins du Procureur général syndic Verdier, furent guillotinés en décembre 1792 sur la place Carnot. Les petits délinquants étaient exposés au pilori sur la place des halles, actuelle place Eggenfelden. Un rond de pavés marque encore aujourd'hui l'emplacement de ce pilori.

Sources

La prison de Carcassonne / C. Boyer / Bull. SESA 1923

Le présidial de Carcassonne / J. Sablayrolles / Bull. SESA 1929

Antoine Labarre et remerciements à son fils Louis

________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

09:14 Publié dans Patrimoine disparu | Tags : cachots | Lien permanent | Commentaires (4)

26/05/2017

Les Pandores et les Bigophones Carcassonnais

Fondés au début du XXe siècle, les Pandores et les Bigophones étaient deux groupes carnavalesques Carcassonnais qui ont totalement disparu du paysage, à la fin des années 1950. 

Les Pandores

pandore.jpg

Les Pandores dans l'hôtel de ville de Carcassonne

Le mot pandore est communément employé en argot afin de désigner un policier ou un gendarme. Il serait une francisation de "pandour" ; soldat d'un milice qui faisait partie de l'armée hongroise appelé ainsi, car venant de la ville de Pandur au XVIIe siècle. À Carcassonne, on a voulu brocarder le gendarme en le singeant et en reprenant sa tenue vestimentaire. Le Pandore se présentait sous la forme d'une carcasse en bois recouverte de toile, munie d'une tête de cheval et d'un balai en guise de queue, dans laquelle s'installait un homme. Lors du carnaval, il leur arrivait de s'élancer vers la foule en flagellant leurs victimes de leur queue enduite de poussière, toiles d'araignées, urine ou d'excréments.

Capture d’écran 2017-05-26 à 10.27.13.png

Pandores à Narbonne en 1912

Le groupe des Pandores Carcassonnais mettra fin à ses activités en 1958

 

Les Bigophones

Capture d’écran 2017-05-26 à 10.28.03.png

Les bigophones dans l'Hôtel de ville de Carcassonne

Le Bigophone est une espèce de musicien burlesque, qui fait du bruit avec des instruments en carton ayant la forme d'un cornet. Comme leurs concurrents "Les Pandores", ils se manifestaient durant le carnaval en défilant sur les boulevards en ordre serré.

Bigophones.jpg

© ADA 11

La bannière des Bigophones devant l'école Jean Jaurès

Lors d'une réunion au Grand Café Glacier chez Mialhe, boulevard Roumens, ils se reconstituent en 1951 et participent aux fêtes de quartier. Sept ans plus tard, ils disparaissent définitivement. Les fécos Carcassonnais, inspirés par ceux de Limoux remplaceront nos traditionnels Pandores et Bigophones.

Bigophones 2.jpg

© ADA 11

Adiù paure carnaval...

Source

Folklore / 1987 / J. Marrot

Dictionnaire encyclopédique

___________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

25/05/2017

Unique au monde ! La plus vieille statue de St-Louis est à Carcassonne.

La ville de Carcassonne possède en ses murs et plus exactement à l'intérieur de l'église Saint-Vincent, la plus ancienne représentation du roi Louis IX, connue à ce jour. La statue n'est pas contemporaine de Saint-Louis, fondateur de la Bastide qui porte son nom, mais selon le Bulletin archéologique de 1909 (Paris / Imprimerie Nationale), elle aurait été sculptée peu après 1320.

Pendant près de six siècles, elle fut exposée dans une niche du portail ouest de l'église donnant sur l'actuelle rue Albert Tomey, sans que l'on y porte grand intérêt. Après la Révolution française, Alexandre Lenoir chercha en vain une statue de Saint-Louis parmi les monuments détruits. Finalement, il prit pour modèle une statue de Charles V qu'il avait en double et pendant une cinquantaine d'années, les sculpteurs et les peintres se sont appuyés sur les traits de Charles le sage pour donner figure au fils de Blanche de Castille.

St-Louis.jpg

La statue de Saint-Louis en 2017

Dans le courant du XXe siècle, on mit les quatre statues à l'abri à l'intérieur de l'église. Elle s'y trouvent toujours, fort mal exposées et dans un presque total anonymat.

"Le saint roi, canonisé en 1297, porte la couronne dont les fleurs de lys ont disparu ; sur son bras droit dont il manque la main, la couronne d'épines ; enfin il tient le sceptre de la main gauche. On n'aperçoit plus qu'un fragment de la sainte couronne. Il reproduit exactement la forme de la précieuse relique pour laquelle la Sainte-Chapelle fut construite et qui est aujourd'hui dans le trésor de Notre-Dame : un faisceau de joncs marins autour duquel était entrelacé le rameau épineux. Le sceptre est brisé et a perdu la fleur de lys qui le surmontait. La robe est retenue au col par un fermail quadrilobé sur lequel est sculptée une figure qui, à travers l'usure de la pierre, paraît être celle de la Vierge. Le manteau relevé sur l'épaule droite vient ensuite entourer le bas de la robe pour produire un effet de plis contrariés. La tête est fort belle. Elle est empreinte d'une gravité douce qui traduit le caractère du saint roi. Elle reproduit les traits sereins et nobles du buste en or repoussé de la Sainte-Chapelle qui contenait la partie supérieure de son crâne, mais que nous ne connaissons, il est vrai, que par la gravure. On y retrouve même les larges boucles de cheveux qui entouraient ce chef célèbre. L'ensemble de la statue donne bien l'impression que laisse le portrait de Joinville." 

(Extrait du Bulletin archéologique de 1909)

Statues copie.png

Deux des quatre statues dans leur niche au début du XXe siècle.

Pendant longtemps, on vint du monde entier à Carcassonne pour copier ce que l'on considérait comme l'unique représentation fidèle de Saint-Louis. Aujourd'hui, faute de communication et pour ne pas fâcher les quelques mauvais coucheurs sectaires du coin, on tient cette statue dans une quasi obscurité. 

____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

24/05/2017

Villalbe. Un hameau de Carcassonne

Voici un livre totalement inédit sur l'histoire de ce hameau de Carcassonne qui à la fin des années 1970 comptait 350 habitants et dont la population, aujourd'hui, atteint les 1200 âmes. Un retour vers le passé afin de comprendre comment s'organisait la vie de ce petit village autour de l'église Notre-Dame, entre les travaux viticoles et les difficultés sociales. Là, se trouvent concentrées en 160 pages quatre années de recherches au sein des archives départementales, communales et des souvenirs glanés ça-et-là.

Capture d’écran 2017-05-24 à 11.46.09.png

Cet ouvrage conçu de A à Z par mes soins et sans aucune subvention, est le fruit d'une passion au service de la mémoire collective. En faire l'acquisition - au-delà de l'intérêt historique - c'est aussi encourager une initiative privée pour la promotion du patrimoine culturel local. N'en doutez pas, ce sont mes propres deniers qui ont été investis dans cet ouvrage.

Capture d’écran 2017-05-24 à 13.54.58.png

La table des matières

Capture d’écran 2017-05-24 à 13.56.37.png

Un large chapitre est consacré aux domaine viticoles

Capture d’écran 2017-05-24 à 13.58.10.png

Le club de football de Villabe

Capture d’écran 2017-05-16 à 11.44.35.png

Vous trouverez ce livre à Carcassonne dans les points de vente ci-dessus. Pour ceux qui ne sont pas sur place, il est possible de l'avoir par correspondance en me contactant à l'adresse ci-dessous. Ce livre étant publié à compte d'auteur, il n'est vendu que localement.

andrieu-martial@wanadoo.fr

________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

14:03 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0)

22/05/2017

Espionnage et dénonciations à l'hôtel de police de Carcassonne sous l'Occupation

On a trop souvent réduit l'enseignement de l'histoire de l'Occupation Allemande en France, à une vision manichéenne. A savoir, les gentils d'un côté et les méchants de l'autre. C'est vrai qu'avec le recul on s'aperçoit que cette idée réductrice a arrangé pas mal de monde, en faisant l'impasse sur les choses qui fâchent. Les archives que nous exhumons grâce au décret Sarkozy et plus récemment, celui de Manuel Valls sur les procès de Vichy, ouvrent des horizons nouveaux dans notre quête de vérité. 

police.jpg

Idéalement situé sur le boulevard Barbès, le commissariat de Carcassonne fut durant les heures sombres de l'Occupation, une véritable ruche au service de l'administration de l'Etat Français. Avec toutefois cette particularité, que l'on y trouvait aussi bien de bonnes ouvrières autour de la reine, que des frelons et mêmes des faux bourdons. On peut affirmer sans crainte que la production de miel s'en trouvait largement frelaté. Pour en finir avec ce langage imagé, disons qu'au milieu de policiers fidèles à Pétain, d'autres comme Aimé Ramond, Gabriel Creupelandt et Pierre Escudey jouaient un double-jeu au service des réseaux de Résistance. Ils le paieront de leur vie. Quant aux premiers nommés, les plus zélés d'entre eux seront révoqués à la Libération et les mi-figue mi-raisin, finiront par regagner les rangs de la République. L'histoire est plutôt belle racontée ainsi... comme celle des policiers parisiens portés en héros, car Résistants le 24 août 1944 à 21h22.

3025467352.jpg

Je vous propose d'imaginer le travail de Ramond, Creupelandt et Escudey en terrain hostile, faisant passer des informations à leurs réseaux, détruisant ou falsifiant des rapports d'enquête sur les maquis. Ils étaient chargés du N.A.P (Nettoyage des Administrations Publiques). A Carcassonne, le héros c'est Aimé Ramond mais on complètement oublié d'honorer Creupelandt et Escudey dont les noms figurent sur une plaque à l'entrée du commissariat. Vous allez voir comment ces deux-là, respectivement commissaires et commissaires adjoint aux Renseignements généraux, l'ont payé de leur vie.

L'affaire de Belcaire

Au mois de novembre 1943, les Allemands ont connaissance que des réfractaires du STO se cachent à Belcaire et à Camurac, où ils reçoivent de l'aide. Les Allemands exigent que la police française mène l'enquête. Pierre Escudey et son adjoint Gabriel Creupelandt sont chargés de cette mission. Bien entendu, ils dresseront un rapport négatif. Celui-ci n'ayant pas convaincu la Gestapo, Albert Kromer (Agent de la Gestapo) et Hoffman sont envoyés à l'hôtel Bayle à Belcaire où ils recueillent des renseignements en se faisant passer pour des Résistants. Les jours suivants, les gens de Belcaire seront arrêtés.

L'arrestation d'Escudey et de Creupelandt

 Dans les dépositions du procès de René Bach (Agent du SD à Carcassonne), nous avons trouvé les circonstances de l'arrestation des deux commissaires. Ils ont été dénoncés par la maîtresse d'un officier Allemand qui travaillait comme dactylo aux Renseignements généraux. Ceci de la manière la plus sournoise ; l'agent 007 James Bond n'a rien inventé.

Marty Antoinette (Agent M.O 230) demeurant 71, rue de la République à Carcassonne était la maîtresse du capitaine Reinhardt de la Kommandantur. C'est à lui qu'elle fit part des propositions faites à elle par le commissaire des Renseignements généraux Escudey. Celui-ci lui avait proposé du fait qu'elle entrait et sortait du bureau de ce capitaine, de lui fournir des renseignements d'ordre militaire. Reinhardt envoya Marty à Eckfeffner (Chef de la Gestapo, NDLR) qui lui fit jouer la comédie auprès de Escudey, lui fournissant des renseignements sans aucune valeur. C'est ainsi qu'elle fit également arrêter pour complicité le commissaire adjoint Creupelandt, et qu'elle dénonça un inspecteur Lagoutte qui réussit à prendre la fuite.

le-batiment-du-67-avenue-franklin-roosevelt_453080_800x600.jpg

Villa de la Gestapo de Carcassonne en 2014

Escudey et Creupelandt seront arrêtés le 10 janvier 1944 pour espionnage par la Gestapo. Antoinette Marty avait travaillé à l'Office de placement Allemand puis aux Renseignements généraux. Courant mai ou juin, elle devait intégrer le bureau de la L.V.F (Légion des Volontaires Français contre le Bolchévisme) située rue de l'Aigle d'or. Détenue à la Libération à la Maison d'arrêt de Carcassonne pour trahison, elle sera d'abord condamnée à mort puis graciée par le général de Gaulle.

Voici l'interrogatoire de Mlle Marty à la Libération

Je craignais que la Gestapo ait trouvé chez Escudey des papiers compromettant pour moi. J'ai vu Escudey deux fois : Café Not et R.G. J'ai fourni des renseignements à Escudey d'ordre militaire. Je me suis rendu à la Gestapo - route de Toulouse - en présence de René Bach et des blonds.

- Est-il exact que vous avez travaillé aux RG ?

- Oui

- Qu'était Creupelandt ?

- Policier très honnête. Français avant tout. Collaborateur. National 100 %. Nous nous en étions aperçus. Je n'ai jamais travaillé avec Escudey.

- Etiez-vous au courant de son arrestation ?

- M. Escudey a été renvoyé par Vichy par mesures disciplinaires. J'espère que M. Creupelandt sera libéré grâce à vous. J'ai été la maîtresse de Lagoutte.

Nous voyons là toute la subtilité de la Gestapo, à se servir des charmes d'une femme pour infiltrer la Résistance. Maîtresse d'un officier Allemand et d'un inspecteur de police. Evidemment Creupelandt, Escudey et Ramond pour ne pas éveiller les soupçons, jouaient à fond en interne la carte Vichy. La signature de Ramond sur le registre de condoléances de Philippe Henriot en juillet 1944, s'explique ainsi.

 

Gabriel Creupelandt

Le commissaire adjoint Creupelandt était né le 31 décembre 1910 à Roubaix (Nord). Son père Albert résidait en 1945 à Roubaix, 203 rue Lacroix. Arrêté le 10 janvier 1944, il sera déporté le 7 juillet 1944 de Paris vers le camp de Vaihingen par le transport "Nacht und nebel". Il y mourra le 21 février 1945.

11-6232-1.jpg

©memorialgenweb.org

Son nom est gravé sur le monument aux morts de Bram, car il habitait dans cette commune. 

 

Pierre Escudey

 Le commissaire Escudey était né le 24 novembre 1909 à Toulenne (Gironde). Titulaire du baccalauréat et d'une licence en droit, il pratique l'athlétisme au haut niveau. Il est incorporé le 15 novembre 1932 au 196e RALT et élevé au grade de Maréchal des logis l'année suivante. 

Capture d’écran 2017-05-22 à 10.49.38.png

En 1934, Pierre Escudey porte le N° 111

Le 2 juin 1936, il épouse à Langon Simone Saintespès avec laquelle il aura un fils, Bernard né le 12 novembre 1937. Le 1er novembre 1942, il est nommé à Carcassonne comme chef des Renseignements généraux. Il participe aux réseaux de renseignements Marceau (Marco Polo) et N.A.P. Le 1er octobre 1943, il s'engage dans le réseau de Résistance Gallia-Impérium comme agent P2. Pierre Escudey est d'une aide précieuse, car il a gardé des contacts dans les milieux proches de Vichy et, surtout, avec les Allemands.

Capture d’écran 2017-05-22 à 10.57.19.png

Pierre Escudey et son épouse

Arrêté à Carcassonne par la Gestapo le 10 janvier 1944, le commissaire Escudey est interné à Montpellier du 10 janvier au 1er juin 1944. Il est ensuite transféré à la prison de Montluc à Lyon (cellule 129). Il subit des interrogatoires à la baignoire, aux coups de poings et aux bâtons. Déporté le 2 juin 1944 vers Compiègne. Après trois jours et quatre nuits, il arrive au camp de Dachau le 6 septembre 1944. Il décèdera à Hambourg-Neuengamme le 6 janvier 1945 en tentant de s'évader.

Capture d’écran 2017-05-22 à 11.05.08.png

Bernard Escudey, son fils.

A titre posthume, il reçoit la médaille de la Résistance le 26 janvier 1947. Il est fait chevalier de la légion d'honneur le 14 juillet 1959. Son fils Bernard en est le récipiendaire.

En écrivant cet article, nous avons souhaité combler une lacune. Celle de l'oubli de P. Escudey et G. Creupelandt qui, au prix d'énormes risques, se sont sacrifiés pour l'honneur de la France. Dans quelques mois, un nouvel hôtel de police sortira de terre à Carcassonne. Gageons que les noms de ces deux héros, ne seront pas oubliés ; ce ne sera pas la faute de ce blog.

Remerciements

Madame Jeanine Escudey

M. Sylvain le Noach

M. Eric Fargeaudoux et l'ensemble de ceux qui travaillent sur le réseau Gallia

Archives de l'Aude

________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017