05/03/2017

L'histoire du jardin Pierre et Maria Sire, au pied du Pont vieux

Sur ce terrain situé au pied du Pont vieux et à l'entrée des vieux faubourgs de la Trivalle et de la Barbacane, se trouvait autrefois des étendoirs. C'est là que l'usine Farge qui occupait l'ancienne manufacture royale de la Trivalle, faisait sécher les draps et chiffons.

011.jpg

Les casemates allemandes en 1944

Quand Carcassonne fut occupée par les Allemands à partir de novembre 1942, les entreprises réquisitionnées construisirent à cet endroit des casemates et des blockhaus. Cette zone était rigoureusement interdite aux civils et constituait un point stratégique pour la défense Allemande. A la Libération, l'ensemble de ces constructions militaires furent détruites et le terrain retrouva son aspect d'origine.

Capture d’écran 2016-01-10 à 14.41.54.png

Le futur jardin Pierre Sire en 1945

Dans sa séance du 30 janvier 1947, le conseil municipal de Carcassonne dirigé par le Dr Henri Gout décide d'honorer la mémoire de Pierre Sire (1890-1945). Il est prévu sur ce terrain la construction d'un jardin qui portera le nom de cet écrivain et poète Audois, prématurément décédé. Une partie de ces terrains avait acquise en 1937, l'autre partie le fut en 1945.

Nous avons déjà écrit un article sur Pierre Sire, que vous pouvez consulter ci-dessous.

http://musiqueetpatrimoine.blogs.lindependant.com/archive...

En mai 1950, la ville présente le projet d'aménagement paysager réalisé par l'architecte parisien M. Brice. Depuis un certain temps, l'emplacement des pelouses avait été bêché, ratissé et le gazon semé. Selon, les plans de l'architecte des arbres ont été plantés et dispenseront ombre et fraîcheur, les murettes du pourtour édifiées et des bancs complèteront bientôt l'ensemble. 

sire.jpg

Le jardin Pierre Sire dessiné par M. Graza en 1950

Ce nouveau jardin sera inauguré le jeudi 22 juin 1950 par Marcel Itard-Longueville - maire de Carcassonne. On notera la présence de Maria Sire - épouse de Pierre Sire - et de M. Bruguier , sénateur du Gard et ami de la famille. René Nelli dans son allocution retracera les grandes lignes de la vie du poète. 

Manaut.jpg

Monument à Pierre Sire

Le samedi 7 juillet 1951 à 18h, une foule importante s'était massée dans le jardin Pierre Sire pour l'inauguration du monument lui rendant hommage. Le médaillon à l'effigie du poète avait été réalisé par le sculpteur Paul Manaut. On notait les présences à cette manifestation de MM. Picard (Préfet de l'Aude), Francis Vals (Député et ancien Résistant), Georges Guille (Député), Jules Fil et Philippine Crouzat (Adjoints au maire), Henri Gout (ancien député), Noubel (Conseiller général), Laurens (Inspecteur d'Académie), Vidal (Proviseur du lycée), Sirven (Directeur du petit lycée), Blaquière (Archiviste départemental), Vincent Jordy et Louis Amiel (ancien adjoints au maire). Les membres des Associations des prisonniers de guerre et de la Résistance. L'association des Amis de Pierre Sire au rang desquels René Nelli, Patau, Chaussade, Llobet, Abadie, etc...

jardin sire

Régine Tort, Henri Tort-Nouguès et Raymond Chésa

Le Vendredi 20 septembre 1985, le maire Raymond Chésa inaugurait le médaillon à l'effigie de Maria Sire sur le monument qui jusque-là ne possédait que celui de son époux. En préambule, Henri Tort-Nouguès - neveu des Sire - ne pouvait s'empêcher de parler de l'émotion qui l'étreignait à l'heure où, après de longues années d'attente, on allait, enfin honorer ses "parents". 

"Ceux qui me connaissent, savent que je dois à mon oncle et à ma tante tout ce qui fait ma richesse..."

M. Henri Tort-Nouguès - ancien Grand maître de la Grande loge de France - remerciait Raymond Chésa d'avoir, voulu honorer deux enseignants qui consacrèrent leur vie à l'éducation des enfants et à l'enrichissement de notre langue et de notre spiritualité.

jardin sire

Pierre et Maria Sire

Raymond Chésa commençait son discours par :

"Erckmann et Chatrian ont rempli de gloire l'est de la France. Nous sommes, nous, méridionaux, heureux de pouvoir rappeler en ce jour qu'un couple d'instituteurs audois, au-delà de son enseignement fondé sur le respect de chacun, a su enrichir notre patrimoine culturel en publiant sous la même signature une oeuvre imposante dans la grande tradition de nos écrivains régionalistes : "L'homme à la poupée", "Le Clamadou", "Marthe et le village" pour ne citer que quelques titres, n'ont rien à envier aux livres d'un Ramuz, d'un Pourrat ou d'un Giono qui, pour ce dernier, comme Pierre et Maria Sire, était instituteur.

Le foyer intellectuel qu'ils créèrent sans la recherche d'une quelconque notoriété brûla de ce feu dévorant qu'alimentèrent si longtemps les familiers du couple : Jean Camp, Claude-Louis Estève, Ferdinand Alquié, René Nelli et Joë Bousquet, cohorte impressionnante, cortège lumineux que ces apôtres de l'esprit et des mots."

jardin sire

L'assistance et les élus

Parlant ensuite des "grands principes" qui guidèrent la vie de Pierre et Maria Sire, le maire se laissait aller à un long pensum sur la laïcité en général et sur Jules Ferry en particulier : "Particulièrement respectueux de la conscience religieuse et partisan de la plus large liberté sous réserve des droits de l'état."  Raymond Chéa termina son discours par cette phrase...

"Quelle chance d'avoir pour Carcassonne un tel homme, adversaire du sectarisme et militant de la vérité."

Sources

La dépêche / 22 septembre 1985

La dépêche / Mai 1950

L'indépendant / 23 juin 1950

_________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

04/03/2017

Raymond de Mostuéjouls (1275-1335), évêque de Saint-Papoul et cardinal

Raymond de Mostuéjouls naît au château de Mostuéjouls, dominant la vallée du Tarn, aux limites du Rouergue et du Gévaudan vers 1275, de Richard de Mostuéjouls, chevalier, et de Guillemette, son épouse. Sa famille est fort ancienne, fort riche et fort puissante aussi.

Raymond_de_Mostuéjouls.jpg

Raymond de Montuéjouls

Une partie de la jeunesse de Raymond de Montuéjouls se passe au château familial avec Guillaume, son frère aîné et futur Sénéchal des Comtés de Rodez qui signera en 1303 l'acte d'adhésion des barons à l'appel du roi Philippe le Bel contre les entreprises du pape Boniface VIII, de ses soeurs, Guise, Fine et Wassadelle enfin qui épousera le chevalier de Lordet de Chirac et dont l'un des fils, Albert, sera évêque de Mende de 1331 à 1336.

Blason.png

De gueule à la croix fleurdélisée d'or, cantonnée de quatre billètes de même.

Raymond de Montuéjouls a une dizaine d'année lorsque meurt son père. L'éducation du jeune orphelin est assumée par sa mère que les contemporains peignent comme une femme très intelligente. Très tôt, il part pour l'abbaye de Gellone (Saint-Guilhem-le désert) où son oncle Guillaume est abbé depuis 1289. Là, il va vraisemblablement effectuer ses études secondaires. On ne sait où il va poursuivre ses études supérieures, mais nous savons qu'à 25 ans à peine il peut coiffer le bonnet carré de Docteur en décrets. Il retourne alors à Saint-Guilhem-le désert, le puissant monastère que le pape Alexandre II vient d'ériger en abbaye avec juridiction épiscopale sur deux paroisses et sur le reste de la vallée de Gellone, qui ne dépendront dès lors que du Saint-Siège. Là, c'est son oncle l'abbé qui lui confère la tonsure monacale en 1301. Deux ans plus tard, à la mort de ce dernier, la communauté se divise à propos de l'élection de son nouveau supérieur. Pour sortir de l'impasse un compromis est trouvé : deux ou trois religieux, élus comme grands électeurs désigneront le futur abbé. Au nombre d'entre eux, Raymond est choisi malgré son jeune âge et son peu d'ancienneté monacale.

Jean_XXII_1316.jpg

Jean XXII

Peu de temps après, il est nommé camérier, poste très important car il faut à ce poste administrer tout le temporel du monastère. Les solides qualités dont il fait preuve lui valent d'être nommé prieur de Saint-Martin-de-Londres (Diocèse de Maguelone) qui dépendait de Saint-Guilhem-le désert. Six ans plus tard, en juillet 1316, il est élu abbé de Saint-Thibéry où il arrive au mois de juillet. Le 7 août, le cardinal Jacques Duèze dont il est le chapelain est élu pape et prend le nom de Jean XXII. Dès lors, le destin du jeune abbé va être lié à celui du nouveau pontife et à peine a t-il le temps de prêter serment de fidélité et d'obéissance au roi le 30 avril 1317, que le pape le nomme évêque de Saint-Flour ; évêché qu'il vient de créer avec plusieurs autres au nombre desquels Saint-Papoul.

Peu après son intronisation, Raymond de Montuéjouls reçoit une mission diplomatique importante. Jean XXII le nomme Nonce apostolique et lui adjoint un autre Rouergat, Béranger de Landorre, Maître général des Dominicains. Le but de leur mission est très ambitieux : arriver à calmer l'un des plus grands féodaux de ce temps, le bouillant Robert d'Artois et son allié du moment, le puissant comte des Flandres, tous deux en révolte contre le roi Philippe le Long. les troubles que les deux complices entretenaient en Artois, Picardie et Flandres mettaient le royaume en difficulté et rendaient impossible le projet royal d'une nouvelle croisade en terre sainte. 

En 1318, Raymond reçoit une nouvelle mission capitale pour l'avenir de l'église. En effet, depuis de nombreuses années, les propositions théologiques de Jean Olive († 1297 à Béziers) que continuent de soutenir plusieurs membres de son ordre, celui des Frères Mineurs, empoisonnent le débat ecclésiastique. Jean XXII comme alors une commission de 12 docteurs pour juger ces thèses. C'est Raymond de Montuéjouls qui prononce la sentence qui condamne avec force ces propositions comme hérétiques et par ordre du pape, les livres de Jean Olive seront brûlés en place publique. Au service du Saint Siège, Raymond n'en est pas moins évêque de Saint-Flour, et le jeune diocèse se doit d'être administré avec rigueur : accaparé, le prélat délègue ses pouvoirs et il nomme deux vicaires généraux pour l'administration spirituelle de son diocèse et établit quelques offices pour le temporel.

Abbaye_de_Saint-Papoul_-_H4A4812.jpg

Evêque de Saint-Papoul

Le 22 avril 1319, Raymond de Montuéjouls est transféré à Saint-Papoul où le siège est vacant depuis 16 mois. Pendant cette très longue vacance, c'est Arnaud Amiel, aumônier du chapitre de Saint-Papoul qui a administré le diocèse. A l'arrivée du titulaire du siège, Arnaud est nommé par le pape, abbé de Psalmodi. Plusieurs raisons peuvent expliquer la nomination de l'évêque de Saint-Papoul. 

- La ville épiscopale et le Lauragais sont plus proches de la Cour d'Avignon que Saint-Flour et l'Auvergne.

- Le peu d'étendue du diocèse exigerait moins de présence du jeune prélat qui pourrait travailler plus souvent à Avignon.

- Bien que petit, le diocèse procurait néanmoins à son titulaire 22000 livres de revenus au lieu de 12000 à Saint-Flour.

De plus, et c'est une constance de la politique pontificale, Jean XXII tenait à ce que ce soit un évêque d'origine bénédictine qui soit nommé là où il y avait un chapitre cathédral bénédictin.

En 1320, Raymond prend consciences de la nécessité de transformer dans les faits ce qui l'avait été dans le droit, pour que l'ancien chapitre abbatial érigé en chapitre cathédral remplisse correctement son rôle. Pour cela, il rédige avec le prieur claustral des statuts remarquablement précis, dans lesquels il définit le rôle de chacun. Ces statuts prévoyaient aussi que pendant quatre ans, les prébendes de trois dignitaires seraient suspendues pour faire face aux dépenses des nouveaux bâtiments (probablement l'aménagement du coeur et la construction de la salle capitulaire effectués sous l'épiscopat de Bernard 1er de la Tour).

A peine trois mois après sa nomination à Saint-Papoul, Raymond de Montuéjouls est nommé par le pape avec jean de Comminges, archevêque de Toulouse, et Jacques Fournier, évêque de Pamiers, membre du tribunal chargé de juges les spirituels. Cette affaire, tant religieuse que politique, va passionner le midi de la France. En effet, l'ordre de Frères Mineurs est secoué par de violentes disputes qu'animent Michel de Césène, général de l'ordre et Guillaume Ockam, provincial de Bavière, au sujet d'une interprétation de la règle contaire à celle des papes Nicolas II et Clément V, portant sur la notion de propriété individuelle ou collective des ordres Mendiants, et repoussant la pauvreté dans ses extrêmes limites. Le pape craint que sur ce débat, toute l'église se divise. Le principal foyer de l'agitation est à Carcassonne où l'inquisiteur tente un retour au calme, mais où une violente campagne d'attaques et d'injures se développe contre lui. Les passions politiques s'en mêlent, le retentissement dans la population est très grand. Un homme échauffe les esprits par ses prêches enflammés dans la ville et la région, le frère Bernard Délicieux.

eh.jpg

Bernard délicieux délivre les emmurés de Carcassonne

A la fois, l'église et l'état lui reprochent :

- De s'attaquer à l'Inquisiteur, mais surtout à l'Inquisition

- D'essayer de détacher la région du pouvoir royal avec la complicité des Carcassonnais, du Syndic d'Albi et des habitants d'autres villes (Cordes).

- De tenter de faire passer ces régions sous la tutelle de l'Infant du Royaume de Majorque.

Ni l'église, ni la monarchie ne pouvaient tolérer de tels troubles dans deux zones aussi sensibles historiquement que le Carcassès et l'Albigeois où l'hérésie Cathare pour l'une, et rattachement à la couronne pour l'autre avaient laissé des souvenirs encore récents, présents dans les esprits et dans les coeurs. La répression va être féroce.

En août 1319, les trois juges se réunissent à Castelnaudary. Un mois plus tard, Jean de Comminges se démet de ses fonctions. L'instruction du procès va continuer cependant, mais à Carcassonne même. Prudents, l'évêque de Saint-Papoul et celui de Pamiers vont s'entourer d'une commission de grands juristes tant l'affaire est délicate. C'est le 8 décembre 1319 que Raymond de Mostuéjouls et Jacques Fournier rendent leur verdict :

Bernard Délicieux est condamné à être déposé et dégradé le jour-même. Il sera ensuite emprisonné à perpétuité, enchaîné, mis au pain et à l'eau, suivant sa conduite, sa peine pourra être allégée. C'est devant une foule considérable qu'a lieu sa dégradation sacerdotale. Le lendemain, il est emprisonné au Mur étroit entre la Cité et l'Aude.

Laurens_-_The_Agitator_of_Languedoc.jpg

© Musée des Augustins

L'agitateur du Languedoc / J-P Laurens / Toulouse

Le roi Philippe le Long est dépité : il écrit aux deux évêques en terme polis, certes, mais fermes, estimant que la justice ecclésiastique après avoir dépossédé le condamné du sacerdoce, aurait du le livrer au pouvoir royal (qui l'aurait condamné à mort). Le pape aussi leur fait connaître son sentiment mais demande que Bernard Délicieux ne soit plus revêtu de l'habit de son ordre et que sa peine ne soit pas assouplie.

Mur.jpg

© Dominique Baudreu

Vestiges de la prison (Mur) à Carcassonne

Dans cette affaire au retentissement national où tant d'intérêts étaient en jeu, les deux prélats s'en tièdement avec beaucoup d'honneur tant par leur esprit d'indépendance que par leur sciences juridique.

La dernière manifestation de l'Inquisition va se dérouler à Toulouse en septembre de la même année, et le diocèse de Saint-Papoul y est concerné car certains accusés sont du Lauragais. Un grand procès public s'ouvre donc à la cathédrale de Saint-Etienne sous la présidence du Dominicain Bernard Guidonis, grand pourfendeur d'hérétiques, relaps, juifs, etc... Raymond de Mostuéjouls doit siéger à ce tribunal, mais pris par sa mission à Carcassonne, ne peut s'y rendre et délègue ses pouvoirs au Grand Inquisiteur. Le procès s'ouvre en présence d'une foule considérable et les représentants du pouvoir civil, sénéchal, Grand viguier, Juges royaux sont au premier rang. Les 56 prisonniers originaires des diocèses de Saint-Papoul, Toulouse, Cahors et Montauban adjurent tous, mais vont être très différemment condamnés. Neuf sortes de peines vont être prononcées :

- La privation de tout office public et l'obligation de porter deux larges croix jaunes sur leurs vêtements.

- L'obligation d'effectuer un pèlerinage mais sans porter la croix.

- Le pèlerinage en portant la croix en des lieux très divers (Limoges, Vauvert, Le Puy, Rocamadour, Saint-Denis, Chartres ou Montmajour, etc...)

- La condamnation à la prison perpétuelle 

Confiscation des biens pour neuf personnes

- Exhumation des restes d'un mort (mais sans brûler les ossements)

- Exhumation des corps d'un homme et d'une femme qui seront brûlés

- Quatorze personnes condamnées par contumace à être brûlées vives 

- Quatre personnes dont un prêtre hérétique seront brûlées vives

L'année 1320 commence pour l'évêque par l'arrestation puis l'extradition vers Pamiers, à la demande de l'évêque de la ville, Jacques Fournier, de deux suspects accusés d'hérésie. Les deux fugitifs - Béatrice de Planissoles et un prêtre d'origine espagnole, Barthélémy Amilhac, vicaire à Mézerville - seront arrêtés au Mas-Sainte-Puelles puis jugés à Pamiers.

Dans la gestion de son diocèse Lauragais, Raymond de Mostuéjouls, se rend compte que le chapitre cathédral de Saint-Papoul avait des revenus insuffisants pour remplir correctement son rôle. En homme pratique, il décide de leur adjoindre ceux du prieuré de Montferrand dont lui seul avait la pleine collation.

Notes

benoit12_800x400.jpg

Benoît XII

Raymond de Mostuéjouls est créé cardinal par le pape Jean XXII le 12 décembre 1327 à l'âge de 52 ans. Il mourra le 12 novembre 1335 à Avignon. Jacques Fournier, évêque de Pamiers, deviendra en 1334 le pape Benoît XII. Bernard Délicieux mourra très peu de temps après son emprisonnement en 1320.

Merci à M. Julian Charles - descendant de Raymond de Mostuéjouls - pour sa communication.

Sources

Histoire générale du Languedoc

Gallia Christiana

Guide du visiteur de Saint-Papoul / Jean Blanc

Hennet de Bernonville-Mélanges / Evêché de St-Papoul

Un cardinal Rouergat / L. Garriguet-Carrière / Rodez 1924

______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

09:04 Publié dans Catharisme | Tags : mostuéjouls | Lien permanent | Commentaires (1)

03/03/2017

La Maison de la presse : une histoire d'amour avec Carcassonne

Depuis 1981, la famille Bastouil préside aux destinées de ce commerce situé en haut de la rue Georges Clémenceau. C'est au moment de la retraite de M. et Mme Georges Navarre que les parents de Nathalie Bastouil - l'actuelle propriétaire - ont repris cette affaire et sont venus s'installer à Carcassonne. Les époux Navarre avaient pris la Maison de la presse le 1er août 1972 après le départ de M. et Mme Lartigues. Ils s'occupaient également du dépôt central de presse de la rue Prosper Montagné, chargé d'alimenter chaque jour les 32 sous-dépôts du Carcassonnais soit 2 tonnes de papier.

20160618_165754.jpg

La Maison de la presse dans les années 1980

Henriette Navarre avait toujours vécu dans le papier puisque ces parents étaient déjà dépositaires de presse à Montauban, dans les années 1920. Assez curieusement, M. et Mme Bastouil avaient repris en main l'affaire des Navarre à Saint-Gaudens le 1er août 1972, le même jour où les Navarre s'installaient à Carcassonne. En fait, les Bastouil sont des Narbonnais de retour au pays, avec leurs trois enfants : Jean-Pierre, Nathalie et Sophie.

bastouil.jpg

M. et Mme Bastouil et les époux Navarre en 1981

Aujourd'hui, Nathalie Bastouil poursuit l'aventure de ses parents. La presse ne se vendant plus comme autrefois, elle a été contrainte pour survivre, de moderniser et diversifier son commerce. Il y a trois ans, Nathalie s'est mise à vendre du tabac. Bien plus qu'un simple dépositaire de presse, ce commerce offre un choix conséquent d'ouvrages sur l'histoire locale. Et toujours avec le dévouement de Nathalie...

Capture d’écran 2017-03-03 à 10.53.13.png

La Maison de la presse

76, rue G. Clémenceau

11000 Carcassonne

______________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

01/03/2017

Les "Jazz Landers"

Le vieux Hot club carcassonnais fondé avant guerre par Jean Osmont sommeillait depuis trop longtemps, quand cinq cinglés de swing fondèrent les "Jazz Landers": Roger Alonso (Saxophone), Michel Sauret (Trombone), Robert Rivals (Contrebasse), André Malacan (Trompette), Jean-Pierre Carayol (Batterie). Parmi eux, seul le Dr Malacan avait connu les grandes heures du Hot club dont il fut une des chevilles ouvrières, au temps du cabaret "Le congo" dans la rue de l'Aigle d'or. L'amalgame entre l'héritage New Orleans et le Be-bop de Charlie Parker allait donner au groupe loin des querelles passées, un formidable élan d'amitié et de respect mutuel.

1375522047.jpg

Les "Jazz Landers" se revendiquèrent comme des ruraux, provinciaux occitans comme le mot anglais "Lander" semble le signifier. Le jazz qui est né dans les champs de coton de la Louisiane ne saurait les contredire. C'est un art musical populaire dont l'essence est le swing, rythme ternaire sur lequel s'articule autour d'un thème de départ, l'imagination mélodique (Chorus) de l'instrumentiste. Contrairement à la musique classique où tout est écrit à l'avance, là, souvent les meilleurs jazzmen ne savaient pas lire la musique. Mais quel feu d'artifice mélodique, rythmique et harmonique !

1652956973.jpg

Les répétitions se tenaient à Villalbe dans la grange de Michel Sauret, agriculteur le jour et bluesman la nuit. Le hameau de Carcassonne aurait-il pu avoir le même destin que le festival "Jazz in Marciac"? Qui sait... le jazz n'a pas besoin de salles rutilantes pour s'exprimer. Ainsi nous retrouverons nos amis au café de la Comédie tous les mois à partir du début des années 1970. L'établissement géré par Gérard Baux en face du théâtre municipal fera ses choux gras à chaque concert. Imaginez, 200 personnes coincées sur des chaises, tables ou parterre essayant de se balancer sur "Tiger Rag", "Muskat Rumble" ou "Nuages" de Django Reinhardt. Il y avait aussi des compositions personnelles comme "Alonso Blues" de l'excellent Roger au sax soprano. Un soir se joignit à eux dans un boeuf endiablé, l'ami René Coll qui passait par là.
 
 
Photo 1: Guy Lafitte, Roger Alonso, André Malacan
Photo 2: Michel Sauret, Guy Lafitte, André Malacan, Roger Alonso
 
Merci beaucoup à Roger Alonso d'avoir mis ses souvenirs à ma disposition
 
_________________________________
 
© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2017 

27/02/2017

Louis Bosc, ce Carcassonnais qui libéra Paris en août 1944

Louis, François Bosc est né à Carcassonne le 7 juin 1901 de Pierre Marcel Bosc et de Louise Marguerite Sirvent. Après ses études primaires et secondaires au lycée de Carcassonne, dans la même classe que celle de Roger Hyvert, Louis Bosc souhaita embrasser une carrière militaire.

Lycée.jpg

Sur cette photo de 1912, il se trouve assis au second rand (2e à gauche)

Elève brillant, il s'engage pour 8 ans le 1er octobre 1920 à l'Ecole polytechnique. Affecté au camp de Mailly du 1er au 20 août 1921 pour un stage d'instruction, il est promu sous-lieutenant un an plus tard. Après l'école militaire du génie, il se retrouve au 17e régiment du génie de Strasbourg comme lieutenant, puis capitaine le 1er octobre 1930. Louis Bosc fait l'Ecole de guerre en 1935 avant le déclenchement des hostilités avec l'Allemagne nazie. Le 18 janvier 1940, il occupe une place importante à l'Etat-Major du général commandant en chef au front Nord-Est. Chef de bataillon en 1941, il soutient ensuite la Résistance au sein de l'Armée de Vichy l'année suivante. Il est commande la section E du 3e bureau de l'Etat-Major de l'Armée de Vichy du général Jean Touzet du Vigier. Il est ensuite mis en congé d'armistice le 29 janvier 1943 et se retire à Vichy, 2 rue Bintot.

liberation-2eb-paris.jpg

Dès 1942, Louis Bosc rejoint les réseaux de Résistance de la zone sud. En région parisienne, il est Commandant de Cité de Paris et prend une part active à sa Libération au mois d'août 1944. Il s'engage ensuite dans la Première armée du maréchal Juin, au sein de la 5e division blindée pour la campagne d'Alsace. Il s'est particulièrement distingué au cours de l'attaque du pont d'Aspach des 29 novembre et 6 décembre 1944, en se portant en première ligne sous le feu de l'ennemi afin de permettre la construction d'un pont Bailey. Le lieutenant-colonel Bosc ainsi promu le 25 mars 1945 commande la 14e division des troupes d'occupation en Allemagne. En juillet 1946, il commande le 19e génie à Hussien-Dey (Algérie).

Louis, François Bosc mourra à Nice le 20 décembre 1976

Médailles 

Citation à l'ordre de l'armée

Croix de guerre avec palme

Chevalier de la légion d'honneur

___________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

26/02/2017

Roger Hyvert (1901-1988), l'arpenteur du patrimoine culturel audois

Le texte que nous avons choisi de vous présenter ci-dessous est une autobiographie de Roger Hyvert, écrite à la fin de sa vie et racontant les principales étapes de sa vie intime et professionnelle. Lorsque nous avons rédigé sur ce blog un article sur la société Docor-Grazailles, fondée par son père Georges, nous avons attiré l'attention de son petit-fils. Avec une extrême gentillesse, il nous a confié de précieux documents sur les activités des mines et de l'usine, propriétés de la famille Hyvert dans l'Aude. Sur mes conseils, Pascal Hyvert a fait don de cette masse documentaire aux Archives départementales de l'Aude. Qu'il en soit remercié.

photo_roger_hyvert.jpg

© SESA

Roger Hyvert

Né à Saint-Junien (Haute-Vienne) le 28 mars 1901, il faillit de ce fait être prénommé Gontran, en l'honneur du saint de ce jour, par une grand-mère abusive qui consentit toutefois à lui laisser les prénoms de son grand-père paternel Pierre et de son père Georges, encadrant celui de Roger, alors à la mode et qui devint son prénom usuel.

Quelques mois plus tard, le jeune Roger, né dans une vieille maison en haut de l'avenue de Limoges, posait la main sur la truelle de la première habitation de granit que le grand père maternel, Germain Faye, faisait édifier sur la même avenue, quelques centaines de mètres plus bas.

Quai Riquet clair.jpg

© Pascal Hyvert

L'usine Hyvert avant l'incendie, rue Buffon

Dès lors, la jeunesse de Roger se partagea entre la vieille demeure branlante du Quai Riquet à Carcassonne (où par les nuits de tempête, le vent faisait craquer les poutres) et, pendant les vacances scolaires, dans l'agréable maison de St-Junien, bien chauffée l'hiver par une énorme chaudière, entourée d'un beau jardin, bien planté, entretenu par le vieux jardinier Beaumartin qui aimait rappeler les souvenirs de ses sept ans de service dans les cuirassiers (car il avait tiré le mauvais numéro) et qui, à l'occasion, se coiffait d'une casquette de cuir pour remplir l'office accessoire de cocher, attelant au break familial le vieux cheval "Bonhomme" (qui mourut âgé de 30 ans).

Dans ce décor, la solitude d'un fils unique ne pouvait être pesante, cependant tel n'était pas l'avis de la grand mère Faye qui s'ingéniait à faire venir des enfants du même âge pour jouer avec son Roger. Par exemple, Guy Rougier, petit-fils de Sylverine, soeur de Germain Faye, infortuné enfant d'une famille accablée par la misère et par l'ivrognerie du père et qui du moins, goûtait confortablement ces jours-là. Parfois, c'était le jeune d'Arcambal, d'une famille amie des écrivains Jérôme et Jean Tharaud qui venaient souvent dans ces parages, enfant qui scandalisait ses parents en prétendant avoir la vocation de cocher ; bon camarade de jeux ayant l'avantage supplémentaire de m'inviter parfois, à son tour, dans un splendide rendez-vous de chasse situé près de la route d'Angoulême, avec un des derniers chenil de chasse à coure restant encore dans le pays.

Le jeune Dedareuil venait plus souvent, pour la raison simple qu'il habitait tout près, en période de vacances comme moi, car son père professait, le reste du temps, à la Faculté de droit de Toulouse. C'était un enfant rieur, spirituel, qui apprit rapidement à dissimuler ses qualités pour se composer un visage rigide, car il devint juge d'instruction et procureur de la République. Quant au cousin Marc Bouneau, si j'ai beaucoup regretté qu'il fut victime de la guerre en 1915, mes jeux avec lui manquaient d'entrain, car il était plus âgé que moi de trois ans et l'éducation rigide de sa mère n'en avait pas fait un boute-en-train.

Lycée.jpg

© Pascal Hyvert

Roger Hyvert au lycée de Carcassonne en 1912, assis à l'extrême droite

Bachelier à 17 ans, on m'envoya à Louis-le-Grand en octobre 1918 pour préparer Centrale. Mon père tenait à effacer le souvenir de son échec au diplôme de sortie. J'y fus donc reçu, y passai deux ans et en sortis le 22 février 1922, âgé de 20 ans et quelques mois. Sursitaire, j'avais encore du temps devant moi et entrepris avec un camarade en voyage d'études en Alsace et en Rhénanie, pour penser ensuite à mon incorporation, retardée par une bénigne opération de hernie .

Le service militaire de 18 mois se divisa pour moi en trois périodes : six mois à la caserne Pelleport de Bordeaux, comme canonnier de 2e classe (car il n'y avait pas alors de loi sur la préparation militaire pour les grandes écoles), six mois à l'école d'E.O.R de Poitiers, après concours. Enfin, six mois comme lieutenant au 6e d'artillerie de Valence.

Après cet intermède obligatoire, il était temps de chercher une situation, même problème pour moi que pour mes camarades de promotion, à peu près insoluble malheureusement en raison de la crise économique et aussi pour que la promotion de rattrapage des étudiants qui avaient été mobilisés, avaient saturé le marché de l'emploi. Je me résignai donc à rester après de mes parents (qui ne demandaient pas mieux) et à aider mon père à la vente - de plus en plus difficile - de ses produits arsenicaux.

14249871_1111367812266195_1270562679898359898_o.jpg

Usine Docor, vue depuis la route de Villemoutaussou

Lors de mon mariage, en 1926, il parut cependant utile de trouver d'autres débouchés et la création d'un atelier de cannetilles perlières parut opportune, d'autant qu'elle convenait pour utiliser un grand local disponible au 2e étage, rue Buffon. Mais la mode évolua en défaveur de ce type de produit ; la concurrence en devint que plus vive, abaissant les prix de vente au niveau du prix de revient. Aussi fallut-il abandonner, et si le matériel eût pu être vendu, ce ne fut qu'après la guerre de 1945 lorsqu'une offre parvint, mais tout avait été détruit dans l'incendie de 1944 (NDLR, incendie du Quai Riquet).

Ayant peu de goût pour des activités commerciales, qu'il n'exerçait que dans les stricte mesure nécessaire pour l'entretien vital, Roger souhaitait se consacrer à d'autres sortes de travaux, mais fut peu encouragé dans cette voie. Par exemple, s'étant inscrit à la Faculté des Sciences de Toulouse pour préparer le diplôme d'ingénieur-docteur, il ne peut obtenir de son père les autorisations nécessaires pour préparer une thèse sur les métaux-carbonyles, sous prétexte que ces composés chimiques étaient toxiques et dangereux. Or, on sait que cette voie était fructueuse, puisque quelques années plus tard on en fit l'application aux composés de plomb antidétonants  - en voie d'abandon en 1971, précisément pour les dangers de pollution, mais après plus de 40 années d'emploi intensif.

Un travail, également d'ordre chimique, fut déposé à l'Académie des Sciences et publié par la Société d'etres Scientifiques de l'Aude, portant sur certains composés où la molécule organique est formée d'homologues du benzène (1924).

Ce n'est que bien plus tard que Roger commença de s'intéresser à l'archéologie, publiant vers 1928 une étude sur St-Bertrand de Comminges, puis sur d'autres moins poussées, sur Minerve et d'autres sites et monuments de la région.

14217985_1103283973074579_948892609_n.jpg

© Pascal Hyvert

Roger Hyvert sur le plateau de Grazailles

Après 1940, l'arrêt quasi-total de la production commerciale lui laissant de longs loisirs, Roger fréquenta assidument les archives départementales de l'Aude, dressant un répertoire des documents non classés de la série C, trouvés par lui dans un effroyable désordre, consécutif aux déménagements subis par suite de la reconstruction des locaux. Constatant l'intérêt des compoix (NDLR, plans cadastraux) terriers pour l'étude de l'histoire économique et agricole, il dépouilla spécialement la collection de compoix de Lavalette, dont la suite remarquable permet de reconstituer complètement l'évolution des cultures et du morcellement des propriétés du XVIe au XVIIe siècle.

Un travail plus étendu premit ensuite d'établir un bilan des diverses mesures utilisées dans l'Aude. Cette synthèse parut en deux fois dans le bulletin de la Société d'Etudes Scientifiques de l'Aude, mais les circonstances du moment ne permirent pas l'exécution de tirages à part.

Capture d’écran 2017-02-26 à 10.08.36.png

Entrée de La Boussole en 1936

(Bonnet, Roger Hyvert, Esparseil)

Vers le même temps, Roger écrivit le chapitre "Corbières" du guide touristique Privat. Sur le plan minier, il écrivit une étude stratigraphique sur le gisement de "La Boussole-Maisons", portant notamment sur la structure et la disposition des failles et diabases, expliquant ou tâchant d'expliquer l'origine spéciale et complexe de cet ensemble de gîtes minéraux.

Un inventaire sommaire des documents d'archives concernant les guerres religieuses du XVIe siècle dans l'Aude, occupa les loisirs résiduels, interrompus par le sinistre d'août 1944 qui, supprimant les ressources des loyers, fit rechercher d'urgence une activité rémunératrice. Il s'en présenta deux, chacune d'elles insuffisante pour vivre, mais y convenant simultanément, du fait qu'elles laissaient beaucoup de temps de libre. L'une était l'inspection, au sein du service des examens du permis de conduire, travail rémunéré (faiblement alors) à la vacation, représentant environ 8 à 10 jours effectifs par mois. L'autre activité, celle de délégué au recensement des monuments anciens, présentait beaucoup plus d'attrait, mais pour une mensualité dérisoire, exigeant cependant - en principe - 200 heures de travail par mois. En bonne forme physique, Roger put cumuler l'une et l'autre tout en satisfaisant chaud de ses employeurs, non sans y passer de longues veillées, surtout en fin de mois à l'époque des rapports ou comptes-rendus périodiques.

16997843_10211601446579415_4795078756472912422_n.jpg

Après l'incendie de 1944, des appartements ont été reconstruits sur l'usine

Cela cependant ne pouvait durer, surtout après que des attributions sans alourdies eussent rendu ce cumul absolument intolérable ; ce point de rupture fut atteint en 1964 et, déclinant alors les offres faites par les Monuments historiques pour une amélioration de sa situation, Roger abandonna pour se consacrer à la situation de Contrôleur général du service des examens, signifiant sa présence permanente à Paris, d'où son déménagement dans le XVe arrondissement.

Au sein de cet organisme, il eut à s'occuper - indépendamment de ses attributions habituelles - du secrétariat de la commission internationale des examens automobiles (CIECA), rédigeant tous les comptes-rendus des séances tenues à Paris, Cologne, Munich, La Haye, Ostende, Londres, Naples, Séville, Montreux ; tout en ayant à se poser, sur la plan technique, la position du service français et à élaborer les projets d'amélioration des examens.

Sur le plan littéraire, Roger avait trouvé le temps de rédiger en 1964, plusieurs certains articles qui lui avaient été demandés par Robert Laffon pour le tome Languedoc du dictionnaire des églises de France (offert plus tard à la bibliothèque Vaticane), et vers la même époque quelques articles pour la Revue des Monuments historiques Français : "Ephémérides lapidaires" et surtout "Métrologie des églises romanes du Languedoc" ; travail très poussé sur les mesures de ces monuments, exprimés en unités locales anciennes et permettant d'y reconnaître des affinités, jusque-là inaperçues. Une étude sur la "dissémination de l'art flamboyant en Languedoc" avait d'autre part été publié par le bulletin Monumental.

Capture d’écran 2017-02-26 à 10.07.01.png

Surmené par son travail de Contrôleur général, Roger ne put s'adonner à une nouvelle oeuvre qu'en mai 1971 (alors qu'il était en retraite depuis 14 mois), éditant à ses frais un recueil de documents sur le siège de Paris (lettres par ballon monté), l'affaire de Buzenval (dépêches échangées pendant la bataille du 19 janvier 1871) et la commune, plaquette qui revint peut-être cher pour une vente incertaine, mais que son auteur considérait comme un devoir de publier à la mémoire de son grand-père. Indiquons ici, ce qui ne l'a pas été dans cette plaquette, que l'auteur de la lettre racontant en quatre pages serrées la bataille de Buzenval, était Louis Laylavoix, descendant d'une soeur de Pierre Hyvert. Les Laylavoix étant une famille notable de Rochechouart (H-V).

16996114_10211601446299408_5452714193773771942_n.jpg

La tombe de Roger Hyvert au cimetière St-Vincent

Là, s'arrête le récit autobiographique de celui qui fut le Président de la Société d'Etudes Scientifiques de l'Aude. Chevalier de la légion d'honneur, chevalier du mérite agricole, Officier des Palmes académiques et Croix des Services militaires volontaires. Inutile de préciser - cela va de soit - qu'aucune rue de Carcassonne ne porte son nom.

Mon article sur l'usine Docor

http://musiqueetpatrimoine.blogs.lindependant.com/archive...

____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017