10/10/2017

Une cantatrice Belge donatrice de sa collection à la Bibliothèque municipale de Carcassonne

Au mois de juillet 1954, une cérémonie à la Bibliothèque municipale de Carcassonne rassemblait les autorités municipales autour de Paul Delmas. Ce brillant médecin né à Rieux-Minervois le 14 avril 1880, fit ses études au lycée, puis à la faculté de médecine de Montpellier. Interne des hôpitaux en 1904, docteur en médecine en 1907 (titre de la thèse : L'avarie des remplaçantes, prix Fontaine de la meilleure thèse, en raison de la qualité de l'analyse de la situation médicale, sociale et juridique des nourrices, contaminées, faute de prévention, par des enfants malades), agrégé de médecine en 1910, professeur titulaire en 1923 et professeur de clinique obstétricale en 1926. Durant la Grande guerre, le Dr Delmas sert son pays avec le grade de colonel et reçoit la légion d'honneur en 1932. Il exercera de nombreuses responsabilités au sein d'académies, de sociétés ou d'organismes de médecine, en particulier dans le domaine de l'obstétrique : membre correspondant étranger de la Société médico-chirurgicale de Bologne (Italie)en 1925; membre honoraire étranger de la Société belge de gynécologie et d’obstétrique 1928. membre correspondant de l’Académie royale de Médecine de Barcelone 1931.Il est docteur « honoris causa » de la Faculté de Médecine du Caire (Egypte) 1928. A Carcassonne, il sera président de la Société des Arts et des Sciences en 1921. Est-ce à ce titre qu'il légua la bibliothèque de son épouse à la ville de Carcassonne ?

img_120103.jpg

© CTHS. La France savante

Paul Delmas

(1880-1962)

Il s'agit là d'une centaine de volumes reliés, afférents aux grandes époques de la littérature et de la science, légués par l'épouse de Paul Delmas à la Bibliothèque municipale. René Descadeillas, conservateur de la bibliothèque, réalisa un catalogue précis de cette donation. A cet effet, une salle Gabrielle Wybauw-Delmas fut inaugurée à son nom avec le portrait de la généreuse donatrice.

"On a bien voulu dire en rendant hommage à la seule et véritable donatrice, que le fonds qu'on inaugure aujourd'hui, et qui a reçu son nom, apporte de nouveaux moyens de travail aux étudiants, aux chercheurs, aux érudits. Ainsi, son but est pleinement rempli. Il n'a jamais voulu autre chose que développer le goût et la culture. Il sera trop heureux si ces livres, choisis et rassemblés patiemment, fortifient le désir d'apprendre et éveillent des vocations (Paul Delmas)".

Qu'est-elle devenue après le désherbage survenu dans les conditions que nous connaissons en 2010 ? En contrepartie, la municipalité de l'époque s'engagea à faire fleurir chaque année la tombe de Gabrielle Wybauw-Delmas à La Livinière (Hérault).

Qui était Gabrielle Wybauw ?

 Née à Brabant (Belgique) le 23 avril 1883, sœur du professeur Wybauw, de la Faculté de médecine de Bruxelles, Gabrielle Wybauw se fit entendre comme soprano dramatique dans les théâtres royaux d'Anvers et de Bruxelles. Elle rencontra le succès dans les opéras de Wagner comme la Walkyrie. Nous avons retrouvé son passage au Théâtre des Champs-Elysées en 1922 et 1924. Cette année-là, elle participa au Festival César Franck. Pendant la Grande guerre, sa présence au front des armées comme ambulancière de la Croix-Rouge Belge, lui valut la Croix de l'Ordre de Léopold et la Médaille de la reine Elisabeth. Le dévouement de Gabrielle Wybauw à la cause des alliés fit d'elle la coéquipière d'Edith Cavell, qui fut fusillée par l'ennemi. Au mois de février 1938, la cantatrice devint Chevalier de la légion d'honneur. Elle mourra le 9 décembre 1950 à La Livinière où elle est inhumée en compagnie de son époux, Paul Delmas.

Outre sa donation à la Bibliothèque municipale de Carcassonne, Gabrielle Wybauw en fit d'autres au Musée des Augustins de Toulouse et au Conservatoire de musique de Bruxelles. Nous n'avons pas trouvé de portrait de l'illustre artiste, mais le musée ou la bibliothèque en possède un. Reste à savoir où il se trouve et ce qu'est devenue la donation Wybauw.

Sources

Nous remercions la mairie de La Livinière pour son aide

La dépêche / Juillet 1954

CTHS. La France savante

Programme Théâtre des Champs Elysées

_________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

14/09/2017

Ce concierge du théâtre municipal qui chantait la Traviata de Verdi

C'est en 1936 que M. Pédron et son épouse entrent comme concierge au théâtre municipal de Carcassonne. Depuis un an, ce nouveau lieu scénique inauguré par Paul Valéry a fière allure. Il offre surtout toutes les commodités aux artistes et au public de cette salle pouvant accueillir 800 personnes. A cette époque, le théâtre ne fonctionne pas en régie municipale. Nommé par le conseil municipal, le directeur bénéficie de l'exploitation du lieu de spectacle en concession pour un bail renouvelable. C'est-à-dire qu'il engage une partie de ses fonds personnels dans la programmation. Autant dire qu'il n'a pas le droit de se tromper... Messieurs André Valette de Marseille et Jean Alary de Carcassonne, occuperont ces fonctions durant toute la carrière de M. Pédron comme concierge. Et pendant ces longues années, cet homme modeste ne cessera de consulter, d'étudier et d'entendre l'ensemble du répertoire lyrique. Ceci, jusqu'à devenir une véritable encyclopédie et à coller le plus expérimenté des musicologues.

Joseph Pedron Concierge du Théatre en 1972.jpg

© Droits réservés

Joseph Pédron en 1972

Dans les premières années de sa carrière, M. Pédron avait été l'un des membres fondateurs d'une association qui faisait parler d'elle : "Les amis de l'art lyrique". A Carcassonne, comme dans l'ensemble du sud de la France, le public d'opéra et d'opérette était un fin connaisseur. Il pouvait se montrer même avare d'applaudissements dans le meilleur des cas, ou se rendre maître des huées. Il n'y a qu'à se plonger dans les souvenirs du théâtre du Capitole de Toulouse... Ce public qui assistait en masse et régulièrement aux représentations lyriques, se distinguait de celui des "Galas Karsenty". On ne se mélangeait pas entre mélomanes et amateurs du théâtre de boulevard. Les places les moins chères situées aux secondes avaient la préférence des aficionados. C'est là que l'on rencontrait la partition à la main, guettant le moindre couac du chanteur, ceux qui ne transigeaient pas avec la tradition. Du pigeonnier appelé aussi le paradis, l'acoustique était excellente. Tant et si bien que certains n'avaient rien à faire de la mise-en-scène. D'ailleurs le plus souvent, elle se résumait à un placement dans l'espace ; le chanteur après son air venait saluer le public. De nos jours, c'est l'inverse... 

Fernandel 1970. Carcassonne.png

© Paul Thomas

M. Pédron à gauche, avec Fernandel en 1970

Joseph Pédron avait donc acquis au fil des années, une connaissance redoutable de l'histoire de l'opéra. La vie de Bohème de Puccini jouée pour la première fois, se souvenait-il, le 1er avril 1896, était son ouvrage de prédilection. Eh ! oui. Aujourd'hui, on dit "La bohème" car on le chante dans sa langue originale. Autrefois, les chanteurs interprétaient tous les opéras en français. Cela donnait des traductions un peu bizarre. De plus, "La vie de Bohème" est l'adaptation théâtrale de la pièce d'Henri Murger dont est tiré cet opéra. Joseph Pédron retint l'interprétation parfaite à Carcassonne de Lakmé (Léo Delibes) et de Faust (Gounod). Dans ce dernier figurait l'excellente Suzanne Sarroca dans le rôle de Marguerite : "Impossible de trouver une femme qui chante mieux le rôle" disait-il. Quant à son ténor favori, c'était Tony Poncet : "Maintenant... faut pas le regarder jouer. Il est petit, presque difforme. Mais du point de vue vocal c'est la plus jolie voix que nous ayons. En plus de ça, c'est un véritable phénomène : c'est le seul ténor au monde qui soit capable de donner un contre-ré de poitrine."

poncet-aida_0.jpg

Tony Poncet

Lors des représentations d'opéras, Joseph Pédron se tenait dans les coulisses. Après avoir fermé sa caisse, il se faufilait mais ne craignait pas de perdre le fil de l'ouvrage. S'il avait raté le premier acte, il le connaissait par cœur. Parfois, Jean Alary lui demandait conseil : "Pour Faust, c'est moi-même qui ai fait pression auprès d'Alary pour qu'il prenne Michel Lance."

Pédron

© Coll. Martial Andrieu

La veuve joyeuse en 1947 au Théâtre municipal de Carcassonne

Un jour, un ténor nommé Tarbal et qui jouait dans l'opérette "Train de luxe" voulut tester l'érudition de M. Pédron. Comment s'appelait le ténor qui avait chanté le rôle dans "Le pays du sourire" de Franz Léhar pour la première fois ? Richard Tobber, répondit le concierge. Exact ! rétorqua le ténor. A ce jeu là, l'impétuosité de l'artiste n'allait pas durer... Comment s'appelait le ténor qui chantait "Werther" de Massenet pour la première fois ? M. Pédron un peu agacé, le retourna la question. Le ténor, croyant s'amuser du manque de réponse du concierge, affirma que c'était Hibos. Non ! Monsieur, rétorqua Pédron , très sûr de lui. Werther a été joué pour la première fois, le 16 février 1892 au Théâtre impérial de Vienne. Le ténor s'appelait Van Dyck, la chanteuse Renard et le baryton Heint. Quant à Hibos, il l'a chanté pour la première fois en France le 11 janvier 1893 au Théâtre du Châtelet à Paris. Le ténor tenta de se rebiffer voyant qu'il perdait la face : "Ce n'est pas vrai.." M. Pédron, le coupant : "Chut ! moi, je n'avance rien sans preuve." Et livre en main, M. Pédron a eu raison de son petit ténor, un peu trop sûr de lui-même.

_________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

10:26 Publié dans Musique classique | Tags : pédron | Lien permanent | Commentaires (7)

31/08/2017

Ce Carcassonnais, chef d'orchestre du Grand théâtre du Capitole de Toulouse

Bien qu'une rue porte son nom dans le quartier des Quatre chemins avec pour simple mention "Armand Raynaud, musicien", les Carcassonnais ont oublié depuis fort longtemps quel a été cet homme exceptionnel. Son parcours fut presque en tout point semblable à son ami Paul Lacombe, à qui il faut bien reconnaître une plus grande notoriété dans notre ville. Enfin, sur les bâtiments publics... 

Armand Raynaud.jpg

© Coll. Martial Andrieu

Raynaud Paul, Antoine, Emile, Armand naît le 8 décembre 1847 au N° 16 de la rue de la Comédie - aujourd'hui, n°20 de la rue Courtejaire. Il vit là avec son père Adolphe (commis fabriquant de draps), sa mère Victorine Gros, lingère, et ses beaux parents, Jacques Gros (Négociant) et Marie Polycarpe. Son prénom lui viendrait de son parrain et ami de la famille, le républicain Armand Barbès. Dans son domaine de Fourtou près de Villalier, ce dernier lui aurait permis de souffler dans son cor de chasse. Ainsi, Raynaud se serait-il pris de passion pour cet instrument, dont il jouera plus tard avec excellence. Destiné comme son ami Paul Lacombe à l'industrie drapière, Raynaud lui préféra la musique. Les Carcassonnais de cette époque se souviennent avoir vu ce célibataire à la barbe doublement pointue, se balader sur le boulevard de la préfecture coiffé d'un chapeau melon et sa canne à la main.

Société ste-Cécile. fondée en 1867.jpg

© Coll. Martial Andrieu

Société lyrique Ste-Cécile de Carcassonne

Armand Raynaud apprendra la musique grâce au cours dispensés par François Teisseire, fondateur de la première école de musique de la ville. A l'Exposition universelle de Paris en 1867, sa société chorale obtint des récompenses et souleva l'enthousiasme du public. Teisseire, que Carcassonne a définitivement enterré, s'évertua à dispenser des cours aux enfants d'ouvriers. Grâce à lui, on fit interpréter au théâtre municipal "Le chalet" de Adam et "La dame blanche" de Boieldieu. Une première dans cette ville de garnison, habituée à entendre surtout de la musique militaire. En 1875, Armand Raynaud prend la tête de la Société lyrique Sainte-Cécile fondée par Teisseire ; sous le kiosque à musique du square Gambetta construit par l'architecte Léopold Petit, il dirige cette phalange composée de talentueux musiciens tels que Gustave Barbot (1er prix du conservatoire de Paris), Colson (Violoniste, élève de Vieuxtemps), Jean Escaffre, etc.

Il était de coutume à Carcassonne la veille du 14 juillet de donner un concert au kiosque. Les spectateurs qui avaient pris place avec leurs chaises sous les platanes, attendaient l'exécution de la Marseillaise orchestrée par Armand Raynaud et Le chant des Girondins. Ce dernier avait été hymne national sous la Seconde république, entre 1848 et 1852.

4070494187.png

Armand Raynaud se révéla comme le compositeur de plusieurs œuvres dont La rapsodie espagnole, la Marche Chinoise, The nightingale, etc. Contrairement à Paul Lacombe, il quitta Carcassonne en 1885 et consacra le reste de son existence à la direction d'orchestre. D'abord en Belgique, au Grand théâtre royal de Gand d'où il revint à cause d'un climat qui ne s'accordait pas avec sa santé fragile. Par un heureux concours de circonstance, Raynaud fut nommé en 1886 à la tête de l'orchestre du théâtre du Capitole de Toulouse. A cette époque, le conservatoire et le Capitole de Toulouse, au public si exigeant, égalaient en qualité l'opéra de Paris. 

Dans les années 1890 et les premières suivirent le début du XXe siècle, les chefs d'orchestre n'occupaient pas encore au théâtre, comme aujourd'hui, la place en retrait qui leur permet d'avoir sous les yeux l'ensemble instrumental. Au contraire, il étaient assis sur un siège élevé en bordure de la scène, tournant le dos à la plupart des exécutants. Ceux qui ont vu Raynaud au pupitre rapportent qu'il portait toujours le poing gauche sur la hanche, le coude saillant, le bras droit au geste large tenant la baguette. Celui-c! conformément au vœu de Berlioz "avait la partition dans la tête et non pas, la tête dans la partition". Cette parfaite connaissance du répertoire lyrique, lui fit gagner la confiance des directeurs successifs : Debrat, Tournié, Frédéric Boyer... Le compositeur Paul Vidal, né à Toulouse mais originaire d'Issel (Aude), venait très souvent louer ses qualités.

Capture d’écran 2017-08-31 à 15.17.03.png

Les dernières années du XIXe siècle furent pour le théâtre du Capitole une période brillante. Son orchestre et le maître Armand Raynaud, inspiraient une telle confiance que la scène toulousaine était devenue comme un lieu d'élection pour Camille Saint-Saëns. On joua en 1885 Proserpine, puis Phryné qui évoquait l'antiquité grecque avec beaucoup de charme ; Mme Vaillant-Couturier de l'OPéra-Comique tenait le rôle titre. En 1896, Saint-Saëns vint lui-même interpréter au piano un de ces concertos. La même année, Raynaud dirigea la création de Jocelyn de Benjamin Godard avec Sentenac (Ténor), Desmet (Basse) et Mme Ribes-Tournié. Ce jour-là, l'inspecteur des Beaux-arts Armand Sylvestre, qui avait adapté le livret de Lamartine, s'avançant vers la scène dit au public :

"Notre admiration pour l'aigle de Victor-Hugo ne saurait exclure celle que nous inspire ce cygne blanc qu'est Lamartine".

En 1900, Frédéric et Justin Boyer administraient le Capitole. Dans les premiers jours du mois de mars, un désaccord les opposa à Raynaud au sujet d'une interprétation orchestrale. Fort de son bon droit et d'un conflit qui ne s'apaisait pas, Raynaud décidait de présenter sa démission après treize années à la tête de l'orchestre. De mémoire, ce fut un beau tapage parmi les abonnés. Lorsque à sa place, le second chef d'orchestre Montagné, Carcassonnais comme Raynaud parut au pupitre, l'assistance protesta violemment. 

"L'orchestre se tait. La représentation semble compromise. La toile se lève. Un régisseur paraît, assez penaud dans son habit noir. "Que désirez-vous ?" demande t-il. Une clameur lui répond : "Raynaud ! Raynaud ! Raynaud !" Cela dura quelques instants. Le rideau tombe pour se relever bientôt après. Nouvelle apparition du régisseur, qui déclare : "On est allé prier Monsieur Raynaud de retirer sa démission. S'il y consent, il reprendra sa place dès demain. Cette fois la salle applaudit et l'on pur jouer la Favorite de Donizetti. Le lendemain Raynaud réapparaît à l'orchestre, salué, dès son entrée, par une magnifique ovation à laquelle s'associaient les musiciens eux-mêmes, debout, battant des mains pour accueillir leur chef. Ainsi, fit cet incident qui montra toute la place de Raynaud à Toulouse."

Capture d’écran 2017-08-31 à 15.23.10.png

Photo d'illustration

Peu de temps après et incident, il fut atteint par une congestion pulmonaire. Le 3 avril 1900 à une heure du soir, Armand Raynaud décédait à Toulouse dans une famille originaire de Carcassonne (les Dussaud). La cérémonie funèbre se tint à l'église Saint-Sernin où se trouvait l'orchestre du Capitole. Son ami, le chef Montagné, dirigea la Marche funèbre de Haring. Le ténor Soubeyran chanta "Le crucifix" de Jean-Baptiste Fauré et Mme Baréty, un émouvant "Pie Jesu". Le cercueil rejoignit la gare Matabiau pour Carcassonne, où il arriva le 5 avril dans l'après-midi. La Société Ste-Cécile traversa la ville sur la Marche funèbre accompagnant Armand Raynaud, au cimetière Saint-Michel.

https://www.youtube.com/watch?v=DlaazgGtXNk

Quelques années après la mort du grand chef d'orchestre, un comité fit ériger son buste, œuvre du sculpteur Villeneuve, sous le kiosque du square Gambetta. Bientôt après, il fut déposé dans une dépendance du musée municipal. Qu'est devenu le buste d'Armand Raynaud ? 

Capture d’écran 2017-08-31 à 15.27.40.png

A cet endroit, s'élevait la maison d'Armand Raynaud à Carcassonne

Principales compositions

Tolosa (Suite d'orchestre)

Nouredda (Ballet)

Le roi Lear (Opéra)

Sources

Jean Depaule / Contribution à l'histoire de la vie musicale toulousaine 

L'artiste toulousain / 5 février 1888

Etat Civil et recensement / Archives de l'Aude

Notes, recherches et synthèse / Martial Andrieu

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

25/06/2017

Les cloches des églises d'Algérie ont été rapatriées à Carcassonne

A l'origine de l'article qui va suivre, une coïncidence... En visionnant une vieille émission diffusée en 1980 sur Antenne 2, un Carcassonnais autrefois habitant du quartier Bab el Oued d'Alger, participe à un jeu animé par Jacques Martin. Dans un reportage filmé, Jean Scotto explique que la cloche d'une église de Carcassonne provient de St-Joseph de Bab el Oued (1851). Ce lieu de culte catholique fut démantelé après l'indépendance de l'Algérie et transformé en Mosquée.

Capture d’écran 2017-06-25 à 18.16.18.png

Église Saint-Joseph à Alger (place Lelièvre)

J'ai souhaité évidemment en savoir davantage et tout naturellement, Marie-Chantal Ferriol m'a expliqué que l'on devait ce rapatriement à Claude Seyte. Ce dernier n'est autre que le carillonneur de Saint-Vincent, auteur de trois volumes sur les campaniles de l'Aude.

Capture d’écran 2017-06-25 à 18.17.47.png

© diaressaada.alger.free.fr

Mosquée El Nasr, place Lelièvre

Cette cloche de 550 kg baptisée en 1895 du nom de Rosalie par Mgr Dusserre, archevêque d'Alger, fut installée en 1980 dans le clocher de l'église du Sacré-coeur de Carcassonne. Elle prit le nom de sa marraine Sœur Rosalie, le curé de la paroisse St-Joseph d'Alger étant M. Planells. Fondue à Robecourt dans les Vosges par Ferdinand Farnier, elle joue la note Sol#3 et porte l'inscription suivante : "Fides caritas in hoc signe vicens" (Par ce signe d'amour tu vaincras)

2205167451.jpg

L'église du Sacré-Cœur à Carcassonne

Sur le plateau de Grazailles, l'église Notre-Dame bâtie le 22 octobre 1978 possède trois cloches provenant de l'ancienne église de Rouiba en Algérie.

Capture d’écran 2017-06-25 à 18.52.54.png

L'église de Rouiba fondée en 1876

Capture d’écran 2017-06-25 à 19.05.21.png

Les trois cloches Marcelle (Do), Marie-Rose (Ré) et Simone (La) en bordure du boulevard Léon Blum, veillent sur la paroisse de Grazailles.

582106446.2.jpg

© Académie des Arts et des Sciences de Carcassonne

Claude Seyte

 A la fin des années 1970, le carillonneur de Carcassonne fait rapatrier 29 cloches provenant du diocèse d'Alger. A leur arrivée, certaines seront refondues par Paccard près d'Annecy (Haute-Savoie) afin d'en réaliser de nouvelles pour les carillons de Carcassonne et quinze autres seront attribuées au Sacré-Cœur et aux églises du hameau de Montredon et de Grazailles. 

Nouveau Carillon eglise St Vincent  Octobre 1979 1.jpg

En novembre 1979, le carillon de l'église Saint-Vincent passe ainsi de 35 à 47 cloches. Une inauguration officielle a lieu sous la houlette de M. Seyte pendant un festival de 10 concerts. Une aubaine qui coïncide avec la venue du congrès de la Guilde des carillonneurs de France, durant lequel on croise des musiciens venus de Berkeley (USA), de Rotterdam et de Belgique. 

Bénédiction carillon.jpg

Depuis le Moyen-âge, la forme des cloches rappelle celle du gosier humain et de la langue qui s'y meut. Elles sont constituées de 78% de cuivre et 22% d'étain. Quant au carillon, son nom viendrait de "quadrillon", ensemble de quatre cloches. La plus grosse campagne de St-Vincent est un bourdon de 2 200 kg, d'un diamètre d'1,52 mètres qui donne le Do grave. Un nouveau clavier en bois aux normes américaines fut installé en 1979.

Bénédiction Nouveau Carillon  St Vincent Octobre 1979 2.jpg

Bénédiction par Mgr Pierre-Marie Puech

En 1995, sept nouvelles cloches furent ajoutées carillon qui aujourd'hui, représente le plus important du Languedoc et le 9e à l'échelle nationale. Tout ceci doit être mis au crédit de Claude Seyte.

Merci à Marie-Chantal Ferriol pour son aide

Sources

Campanes en pays d'Aude / Claude Seyte

L'indépendant / Novembre 2017

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

15/05/2017

Les grands travaux de l'automne 1975 dans la Basilique St-Nazaire et St-Celse

À l'initiative de la Direction des Monuments historiques placée sous la responsabilité de MM. Bourély et Hermitte, d'importants travaux de restauration son engagés à partir d'octobre 1975. Il s'agit de rendre son caractère original à un édifice qui, comme bien d'autres, a été restauré selon les conceptions de Viollet-le-duc.

Capture d’écran 2017-05-15 à 11.28.55.png

Le chœur de la basilique Saint-Nazaire

L'entreprise Sèle de Nîmes qui est chargée des travaux, entreprend de reconstituer le chœur afin de lui rendre sa configuration en "anse de panier". Pour se faire, on utilisera des matériaux nobles comme le marbre de Caunes-Minervois. 

Capture d’écran 2017-05-15 à 11.30.13.png

© TripAdvisor 

Dans le même temps, on procède au décrépissage des voûtes et des parements. Les réfections des installations électriques et l'installation d'un nouveau système de chauffage sont au programme. Cette dernière permettra la tenue de concerts d'orgue pendant l'hiver. L'ensemble de ces travaux d'un montant de 400 000 francs dureront plusieurs mois durant l'année 1976. Une somme de 300 000 francs sera affectée à la restauration des façades de la basilique.

D'autres édifices religieux dans l'Aude profiteront du généreux financement de l'état : Restauration des chapelles et de la sacristie de la collégiale Saint-Michel de Castelnaudary (170 000 francs), restauration de la voûte et de la charpente de la chapelle N-D du Colombier à Montbrun (150 000 francs), restauration des façades latérales de l'église Saint-Paul de Narbonne (300 000 francs), restauration de la couverture et le dégagement du chevet de l'église de Peyriac-de-mer (146 000 francs), réfection des couverture du cloître de Saint-Hilaire (185 000 francs).

carcassonnesn19.jpg

© musiqueorguequebec.ca

L'orgue de la basilique

Depuis 1962, l'Association des Amis de l'Orgue, présidée par le commandant Adroit, demandait la restauration de l'illustre instrument. La Commission des orgues de Paris finit par accepter et choisit pour l'exécution des travaux un facteur d'orgue italien, M. Barteloméo Formentelli. On remonta avec soin les 2000 tuyaux pendant huit jours et l'ensemble de la machinerie fut expédiée à Vérone. Seul le buffet d'orgue resta sur place où il subit quelques aménagements. Au XIXe siècle, il avait été peint d'une couleur marron peu esthétique dissimulant les sculptures qui la décorent.

Capture d’écran 2017-05-15 à 12.20.57.png

 Cet orgue existait déjà en 1522. En 1614, l'instrument comptait sept jeux. Vers la fin du XVIIe siècle, le facteur d'orgue parisien Jean de Joyeuse, en devint le titulaire. Il le restaura et proposa un projet d'agrandissement. Le 13 octobre 1696, l'orgue est réparé par le sieur Just Boat, facteur d'orgue. Il le sera également en 1704. Vingt ans plus tard, l'état de l'instrument s'aggrave. Le Chapitre met un crédit de 400 livres à la disposition du sieur Jean-Baptiste Lanes, facteur d'orgue demeurant à Carcassonne et organiste à Saint-Nazaire. C'est ensuite Jean-Baptiste Nicot, facteur d'orgue à Paris et demeurant à Toulouse, qui s'en occupa.

Entre 1751 et 1766, l'orgue n'est pas restauré mais en 1772, Jean Pierre Cavaillé est chargé de la réparation et de l'agrandissement de l'instrument. C'est lui qui place le dispositif actuel sur l'avant de la tribune et dote l'orgue de jeux de pédales, change la voix humaine et ajoute deux plate-faces et deux tourelles au buffet. Il semble que Jean Pierre Cavaillé se soit inspiré du projet de Jean de Joyeuse. Pendant la Révolution de 1789 et après, l'orgue se détériore, l'église étant transformée en écurie par les régiments de cavalerie. De 1810 à 1831, l'instrument est entretenu par Bidaux qui en est l'organiste.

Pendant la restauration de la basilique par Viollet-le-duc, il fut constaté que sur les trente-deux jeux d'alors, seize étaient muets ; d'autres étaient endommagés par des essaims de papillons ou leurs tuyaux étaient brisés ou oxydés. Seul l'organiste Milhet qui connaissait les défauts de l'instrument pouvait en tirer des sons relativement harmonieux. L'orgue semblait quand même voué à la ruine.

À la fin du XIXe siècle, l'abbé Antoine Falcou consacra son temps et sa peine à le faire restaurer. Une réparation complète est alors effectuée par Michel Roger, facteur d'orgue à Bordeaux. Les travaux portèrent principalement sur la soufflerie, sur la mécanique des claviers. Les leviers et mécanismes sont remis à neuf. Une machine 'barker" pour le grand orgue est ajoutée. Des tuyaux endommagés sont remplacés ou réparés. Quelques timbres d'inspiration romantique sont ajoutés.

Capture d’écran 2017-05-15 à 14.08.09.png

© Irène Randrianjanaka

La console

En 1925, la soufflerie est électrifiée. Pendant l'Occupation, l'orgue n'est plus utilisé régulièrement. Des vitraux ayant été extraits des ouvertures de 1939 jusqu'en 1951, l'orgue mal protégé est soumis à de grandes variations de température et subit les effets de la sécheresse et de l'humidité. L'instrument se dégrade jusqu'en 1962. Cette année-là, est fondée la Société des Amis de l'orgue de la Basilique Saint-Nazaire et Saint-Celse pour sauver de l'abandon complet ce magnifique témoin de la facture d'orgue française des XVIIe et XVIIIe siècles. Grâce aux cotisations des membres, aux dons ou recettes des concerts organisés chaque année, il a été possible de faire effectuer des réparations urgentes. C'est ainsi que des tuyaux de montre du buffet Grand Orgue ont été réparés en 1963-1964 et d'autres en 1965. En 1968, un trémolo est redevenu utilisable. En 1969, le jeu de hautbois est refait en partie.

_________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

30/03/2017

Le triomphe de Suzanne Sarroca dans sa ville natale, le 1er mai 1962

Le 21 février 1961 est constituée dans une salle du théâtre municipal,"l'Association des choeurs du Festival de Carcassonne". Cette formation de chanteurs Carcassonnais amateurs, puisée au sein du choeur de la cathédrale St-Michel, était dirigée par Georges Cotte et Jean Amiel. Elle devait participer aux productions des opéras programmés durant la période du Festival de la Cité.

Copie.jpg

© P. Hyvert

Pierre Hyvert (debout), Jean Amiel (centre), Georges Cotte (droite)

Les choeurs du Festival allaient se distinguer le 22 juin 1961 au théâtre municipal dans "l'Hommage à Camille Saint-Saëns" dirigé par Georges Cotte avec les solistes de l'Opéra de Paris dont Myriam Djavan (soprano), Geneviève Leroy-Thiebaut, contralto de l’Opéra (Dalila); Maurice Blondel, ténor de l’Opéra (Samson); André Jonquères, baryton de la Radio-Télévision (Le Grand Prêtre).

Copie 2.jpg

© P. Hyvert

On reconnaît Mlle Mailhac, Mme Jean Amiel, Mlle Bels, Zélie Lacoste

Carcassonne possédait en ce temps-là non seulement un choeur amateur très important, mais également une Harmonie municipale avec des éléments primés dans les conservatoires du musique. 

Copie 3.jpg

© P. Hyvert

Pierre Hyvert, Jean Malaval, Marius Laffargue, Sablayrolles, Mlle Mailhac, Mme Escoupérié

L'année suivante, Jean Alary qui avait en main la direction du théâtre municipal, eut l'idée de monter une production de Faust - le chef d'oeuvre de Charles Gounod. Cet opéra composé d'après la pièce de Goethe, reste encore de nos jours, le plus représenté à l'Opéra de Paris. Le désir d'Alary fut de proposer à la soprano Carcassonnaise Suzanne Sarroca, qui allait avec la Scala de Milan inaugurer l'ouverture de l'opéra de Genève quelques mois plus tard, le rôle de Marguerite. Il se mit alors en relation avec Louis Nègre - son mari et impresario - afin de la faire chanter pour la première fois dans sa ville natale. La fille d'une épicière de la rue Trivalle devenue star internationale de l'Art lyrique, acceptait de se produire à Carcassonne, alors qu'elle triomphait à Milan, Rome, Paris et New-York. C'est là toute la délicatesse et l'humilité de Suzanne Sarroca, qui même à 90 ans, ne l'ont toujours pas quittées. Sa ville le lui rend fort mal... Enfin, là n'est pas le sujet.

Copie 4.jpg

© P. Hyvert

Les chœurs de Faust à la Cité

Tenez-vous bien ! La distribution de ce Faust à Carcassonne rassemblait ce qui se faisait de mieux comme chanteurs français à cette époque.

Dr Faust : José Luccioni (1er acte) et Paul Finel

Marguerite : Suzanne Sarroca

Méphistofélès : Xavier Depraz

Valentin : Michel Dens

Siébel : Mireille Martin

Dame Marthe : Colette Gérardin

Wagner : Georges Borrot

Le Grand orchestre de Toulouse fort de 36 instrumentistes, les choeurs du Festival de Carcassonne, de Nîmes et de l'opéra de Toulon étaient dirigés par Georges Gayral. Les décors provenaient du théâtre du Capitole de Toulouse. C'est la maîtresse du ballet du Capitole - Simone Techeney - qui avait réglé "La nuit de Walpurgis". On peut retrouver son interview en cliquant ci-dessous.

https://www.youtube.com/watch?v=MTq5NfMWjQY

DSC00840.jpg

Paul Finel, Suzanne Sarroca et Xavier Depraz

Au cours du troisième acte, au moment où Suzanne Sarroca (Marguerite) chantait "Anges purs, anges radieux", son mari qui avait été pris d'un malaise dans la journée, succombait à une embolie pulmonaire. On la tint à l'écart de la nouvelle jusqu'au moment où dans la voiture, elle effectuait le trajet du retour vers sa maison natale, rue Camille Saint-Saëns. C'est là qu'elle apprit le décès brutal de Louis Nègre à l'âge de 59 ans. Ce grand chanteur et professeur de chant au conservatoire de Toulouse fut inhumé à Carmaux dans le Tarn.

DSC00842.jpg

Louis Nègre

Les représentations de ce Faust à Carcassonne resteront inoubliables pour tous les amoureux de l'Art lyrique, mais surtout bien tristes pour Suzanne Sarroca. Elles prouvent s'il le fallait que notre ville possédait des éléments de valeurs à la tête des orchestres, des théâtres et des chœurs. Aujourd'hui, nous allons simplement écrire avec fatalité et pour ne fâcher personne qu'il s'agissait certainement... d'un autre époque. Que chacun se fasse une idée du niveau actuel

Sources

La dépêche / Le Midi-Libre

Remerciements

Pascal Hyvert et Arlette Moulin

_____________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017