06/05/2018

La destruction de l'ancienne École normale de Carcassonne

Il est inutile de préciser que les municipalités qui se sont succédé tout au long du XXe siècle, ont été les plus destructrices pour ce qui concerne le patrimoine historique de notre ville. En ce domaine, la palme d'or toutes catégories revient à Monsieur Antoine Gayraud et à l'ensemble de son conseil municipal. Ces gens-là n'avaient aucun respect pour l'héritage que les anciens nous avaient transmis ; il fallait à tout prix raser les vieilleries et construire à la place des cubes de béton : Hôtel Dieu, Lycée de garçons, Chapelles, etc. C'est dans ce mouvement que l'on fit disparaître l'École normale de la rue Littré. 

1ère Ecole Normale avant démolition.jpg

Oh ! Certes, à l'époque la façade du bâtiment n'était pas bien reluisante. Il suffisait d'un ravalement pour lui rendre son lustre d'antan, mais on préféra faire travailler le BTP. Encore de nos jours, les vautours de   la truelle sortis de chez lego, rêvent encore de pouvoir bâtir dans la Bastide leurs fameux cubes en béton. On prend trop souvent ici les mesures de la verticalité avec l'horizontalité du portefeuille. Bref !... Donc, au début de l'année 1975, l'entreprise Depaule envoya ses pelles mécaniques mettre à bas l'École normale. La construction de cette dernière s'était réalisée au XVIIIe siècle, en réemploi avec les vieilles pierres des remparts de la porte de Toulouse. Que croyez-vous qu'ils en firent ? Ils les concassèrent et les utilisèrent ensuite pour la réalisation des routes. 

porte.jpg

La vieille porte d'entrée fut l'unique objet à être conservé, grâce à l'architecte des Bâtiments de France. Le millésime indiquant la date de 1709 partit avec les gravats. Vous pouvez encore apercevoir les montants de cette porte dans un recoin de l'immeuble cubique qui remplaça l'École normale.

Capture d’écran 2018-05-06 à 11.19.37.png

Il faut vraiment le savoir car rien n'indique l'histoire de cette porte...

Capture d’écran 2018-05-06 à 11.21.02.png

Le chef d'œuvre que nous a laissé à la place cet architecte dont la postérité n'a pas, fort heureusement, retenu le nom est sans doute du plus bel effet. Un parking souterrain a été réalisé, mais où sont passées les fouilles archéologiques ? Pourtant sur son emprise, il y avait l'ancien couvent des Augustins. 

_________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

24/04/2018

Cet homme qui empêcha la destruction des platanes du square Gambetta...

De 1248 à 1570, l'emplacement de l'actuel square Gambetta était occupé par le jardin et le couvent des Cordeliers. Il fut démoli sur l'ordre d'un commandant militaire afin de permettre à la ville basse de se défendre contre les huguenots.

Capture d’écran 2018-04-24 à 10.23.06.png

Le nouveau square Gambetta réalisé en 2016

La construction du Pont neuf entre 1850 et 1873 amena la la création d'une place sur le terrain appelé autrefois, "la place au charbon". On pensa dessiner une place triangulaire, puis le Conseil municipal dans sa délibération du 18 janvier 1950 opta plutôt pour la forme rectangulaire que nous connaissance encore aujourd'hui.

Capture d’écran 2018-04-24 à 10.26.12.png

Le Square Gambetta en 1900

En 1859, l'architecte Buckler proposa d'entourer la place d'une double rangée de platanes. Le 8 décembre de l'année suivante, Antoine des Plas eut l'idée de faire construire un bassin central alimenté par une gerbe d'eau. Ce jardin ainsi aménagé en son centre prit le nom en 1864 de Sainte-Cécile, patronne des musiciens. Restait à délimiter ses abords par une clôture en pierre de Beaucaire. Son espace désormais parfaitement matérialisé, prit la dénomination de square Gambetta en 1881, soit un an avant la mort de l'illustre défenseur de la République.

015.jpg

Durant l'été 1944, les Allemands craignant un débarquement allié sur les côtes méditerranéennes vont ordonner la destruction de ce merveilleux havre de paix. Le colonel commandant la place militaire de Carcassonne, souhaite que l'axe donnant sur la route de Narbonne soit dégagé, afin de contrer l'avancée des troupes alliées. Des Carcassonnais sont alors réquisitionnés, mais aucun d'entre-eux ne souhaite vraiment raser ce magnifique jardin. C'est sous la contrainte que la municipalité devra se plier aux exigences de l'occupant. Les micocouliers, les saules pleureurs et autres arbustes remarquables disparaissent à jamais, tout comme les bassins et le superbe kiosque à musique. Dans le boulevard entourant le square, des tranchées anti-char sont creusées. Voilà le triste spectacle de cet été 1944 !

019.jpg

Le square après le départ des Allemands

Certains éléments du décor seront mis à l'abri et sauvés par les municipaux. Deux statues : Mercure et La France blessée. La première se trouve actuellement dans la cour du musée des beaux-arts ; la seconde au cimetière Saint-Michel. D'autres, comme les balustres en pierre de Beaucaire, se trouveraient chez un particulier dans le quartier du Païchérou. Peu de choses, en somme. 

Capture d’écran 2018-04-24 à 10.22.08.png

En revanche, la double rangée de platanes plantée en 1859 a résisté à la destruction du square. Vous pouvez encore l'admirer de nos jours, elle est vieille de 159 ans ! Au moment de la démolition, le colonel Allemand demanda avec insistance à Roger Gayraud, chef des services techniques de la mairie, que l'on active l'abattage des platanes. L'employé communal trouva alors un subterfuge afin de l'empêcher. Il rétorqua à l'officier que le S.T.O (Service du Travail Obligatoire) avait considérablement diminué ses effectifs et que, par voie de conséquence, la vitesse d'exécution s'en trouvait altérée. M. Gayraud fit valoir que l'on ne pouvait répondre aux souhaits de l'autorité militaire avec pour seule main-d'œuvre, des retraités diminués par les restrictions alimentaires. Le débarquement en Provence n'ayant eu lieu que 4 jours avant le départ des troupes Allemandes, l'affaire en resta là. 

Capture d’écran 2018-04-24 à 10.22.42.png

Désormais, lorsque vous passerez sous les ombrages des platanes du square Gambetta, vous aurez sans doute une pensée émue pour Roger Gayraud.

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

20/04/2018

La dernière séance du cinéma le REX, rue de la liberté

De tant de salles de cinéma que comptait encore le centre-ville de Carcassonne il y a 30 ans, il ne restera bientôt plus rien. Le Colisée, jusque-là exploité en salle d'art et d'essai, va définitivement fermer le 30 juin prochain. Voilà un nouveau coup dur porté à l'activité, jadis si rayonnante, du centre-ville.

Le REX

2274632643.2.jpg

© Ministère de la culture

Après l'expulsion des religieux du Couvent des Carmes en 1880, un pensionnat s'installa dans l'actuel Évêché. L'incendie survenu dans la première décennie du XXe siècle à cet endroit fut d'une violence inouie. Les flammes pénétrèrent dans l'église des Carmes par la porte de la sacristie. Le bâtiment du pensionnat revint à la paroisse St-Vincent. Il abrita une société de gymnastique, le catéchisme mais surtout une vesta salle de concert. C'est là qu'on entendit les oeuvres jouées par la Société des concerts symphoniques dirigée par Michel Mir. Ensuite, le cinéma muet remplaça le cinématographe; la salle servit au cinéma catholique jusqu'au mois d'août 1914. Pendant la guerre, on y entreposa des sacs de grains. En 1918, une association d'éducation populaire fit modifier la salle; le cinéma catholique devint L'idéal cinéma. La fin du cinéma muet tua l'Idéal cinéma, remplacé par le Rex. Le parlant arriva à Carcassonne et deux grandes firmes se partagèrent le gâteau: La Western Electric et La Gaumont. L'Odéum opta pour la première et le Rex, pour la Tobis. Les premiers films parlant à Carcassonne furent La chanson de Paris, Le collier de la reine et Le chanteur de jazz avec Al Johns.

344070359.jpg

Marcel-Yves Toulzet et Jean Marais

Le REX fut administré par par M. Toulzet. Dans un article de 2009, Claude Marquié rappelle cette anecdote de Me Clément Cartier - ancien président du Ciné-Club - au sujet des projections au Rex.

"Tous les films étaient préalablement visionnés par un prêtre censeur. Les scènes jugées scabreuses (baisers langoureux ou prêtres louchant sur des jeunes filles) étaient systématiquement coupées."

Le projectionniste enlevait au ciseau les scènes censurées et conservait les bouts de pellicules dans une boite, prévue à cet effet. Si on devait procéder de la sorte aujourd'hui, la durée de certains films n'exercerait pas 10 minutes... Cela révèle au moins certaines pratiques d'un autre âge.

Démolition Ancien Cinéma Rex pour Construction Evéché en 1981.jpg

Au début des années 1980, l'Association diocésaine audoise qui était propriétaire des locaux ne souhaita pas renouveler le bail du cinéma Rex. On détruisit à l'intérieur de la salle plus de cinquante années de souvenirs cinématographiques, afin de réaliser trois étages de bureaux pour l'évêché. Le balcon fut arraché ainsi que l'écran, les insonorisateurs, etc...

Démolition Ancien Cinéma Rex pour Construction Evéché en 1981 2.jpg

Les ferrailleurs emportèrent tout. L'arrière-cour sera quelques temps après; aménagée en un parking et un jardin. Ainsi se termina la belle aventure d'un cinéma mythique de Carcassonne... un de plus sur la longue liste.

1925386295.png

L'ancien REX, rue de la liberté

Sources

La dépêche du midi / août 1983

La dépêche / 2009

_____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

10:15 Publié dans Cinéma, Patrimoine disparu | Tags : rex | Lien permanent | Commentaires (4)

20/03/2018

Ce qui a disparu du paysage urbain de Carcassonne depuis 15 ans...

Difficile de dresser une liste exhaustive et précise des magasins, objets du patrimoine ou encore des bâtiments administratifs, d'autant plus que nous n'avons pas tout archivé. Cependant, nous vous proposons un tour d'horizon de ces changements pour lesquels il nous faudra sans doute plus d'un article...

2003

Photo 044.jpg

Le square Gambetta disparaissait sous la pioche des pelles mécaniques afin de réaliser un parking souterrain. Voulu et décidé par Raymond Chésa, ce chantier restera un trou béant pendant quatre ans. Ce n'est qu'en 2008 que sa construction sera enfin lancée.

2006

Café Les Négociants.jpg

Le Café des Négociants est vendu par Jeannot Lapasset. Cette institution Carcassonnaise, autrefois siège de nombreux clubs dont l'USC, passe entre les mains de deux repreneurs. L'établissement ne gardera pas le nom, selon la volonté de son ancien propriétaire. Les arbres sont coupés, la façade est entièrement revitalisée. Le Saint-Germain ouvre ses portes et c'est tout juste si un groom ne vous cire pas les chaussures à l'entrée... L'histoire va durer trois ans au mieux. 

2009

station service 2.jpg

L'ancienne station service Horcholle de la route de Toulouse ferme définitivement. Le méridien de Paris perd le nord et se demande s'il ne doit pas aller s'installer près de la pompe du supermarché Leclerc.

Gambetta.JPG

Gambetta est soviétisé et l'ensemble des statues remisées aux serres municipales... A Carcassonne, on est en retard sur la déstanilisation du bien public. Une espèce de nostalgie post communiste, sans doute.

2010

2_coiffeur_Taillefer.jpg

Michel Taillefer, le coiffeur préféré de Philippe Noiret, s'exile au Maroc et met la clé sous la porte. La place Carnot perd ainsi l'une de ses figures emblématiques. Le cochon noir auquel il n'est pas nécessaire de couper les poils en brosse, prendra place quelque temps après.

clinique_la_Bastide_ou__st_vincent_.Je_comprend_pas_trop_l-_pq_la_bastide.jpg

C'est la fin des cliniques en centre-ville... On mure ! La clinique Saint-Vincent, elle, se mure dans le silence. Elle complète la liste de nos chères disparues : Brun (Quai Riquet et Delteil (Bastion). Il faudra attendre là encore quelques années pour que le bâtiment soit repris et transformé en logements.

croix.jpg

Tronçonnée à la disqueuse, pas vus pas pris. Faut dire que la croix en pierre du XVe siècle au pied de la Cité n'intéressait personne. Il a fallu que je donne le signal GPS aux soi-disants experts du patrimoine pour qu'ils s'en rendent compte. Ah ! C'est que nous avons des gens dans les bureaux...

2011 

xénon.JPG

La discothèque le Xénon est rasée, au Pont rouge. Des souvenirs de jeunesse qui s'écroulent ; ils laisseront place à des bureaux dont on conservera le nom d'Espace Xénon. Il y avait depuis longtemps déjà de l'eau dans le gaz des nuits Carcassonnaises. Là, on a coupé l'électricité...

2012

Square Chénier.JPG

Mais où est passée Héléna ? Avec de la poudre de perlimpinpin communale, on l'a faite disparaître du square Chénier. Ceci afin d'égayer un peu en cette année 2012, la nouvelle place rouge du Kremlin Carcassonnais. Là-bas pour la magie de noël. Un père noël bien kitch et tout feux clignotants s'amusera à la distraire pendant un mois chaque année.

Route Minervoise.JPG

Route minervoise, la plaque en hommage à Noël Ramon assassiné le 20 août 1944 avait été enlevée le temps de refaire la clôture. Heureusement, que l'œil de Limoges veillait... Il a fallu en faire des courriers et passer des coups de fils pour qu'on la remette en place.

2013

Poissonnerie moderne. rue de la gare.JPG

Qu'ils sont beaux vos poissons ! Il ne sont pas que beaux, il faut les faire cuire assez, avait dit la marchande avec un trait d'humour au militaire du Régiment d'infanterie de marine. La poissonnerie moderne qui n'avait que le nom puisqu'elle était là depuis très longtemps, décidait d'aller les vendre au port de Trèbes. Il paraît qu'au bord du Canal, là-bas, on y pêche le cabillaud et la morue. 

2013.JPG

Ceci n'est pas une perte, mais tout de même on se souviendra à droite de l'ancienne boutique "Aux souvenirs de la Cité". Ne trouvez-vous pas bizarre qu'en Bastide, les touristes ne puissent plus désormais acheter un seul souvenir de la Cité médiévale ? Pour mémoire, ces bâtiments bétonnés se trouvaient dans la rue Clémenceau, devant la Maison de la presse.

2014

P1000371.JPG

Les bancs du Jardin du Prado à la Cité sont remplacés par des grille-pains, qui par temps de soleil sont autant de chauffe-culs. 

2014.jpg

La cave coopérative de la rue Michelet est détruite pour l'édification de cubes en béton dont, seul Habitat Audois détient le secret, destinés à loger des familles à faibles revenus. C'est vrai qu'ils ont des architectes ! Ils sont tous sortis diplômés de l'école supérieure de chez Légo.

2015

Maison Gestapo. Rte Toulouse.JPG

Adieu la mémoire de Jean Bringer, d'Aimé Ramond et de tant d'autres patriotes torturés dans la villa de la sinistre Gestapo, route de Toulouse. Les anciens combattants n'auront même pas levé le petit doigt pour te sauver. Enfin, je parle de ceux engagés en juillet 1944. Ah ! si, une fois détruite, on les a vus avec drapeaux, discours et sonnerie aux morts te porter des fleurs. Quel beau cube désormais... Décidément, chez Légo on assure côté formation d'architectes ! Habitat Audois a dû tous les recruter.

disparitions

Fini l'esplanade soviétique ! Carcassonne retrouve des couleurs à Gambetta.

2016

fontaine Rue du pont vieux.JPG

La Samaritaine de la rue du Pont vieux descendue pour être restaurée, n'est jamais revenue. Quel beau fronton de pelote basque que nous avons maintenant !

2017

Croix pont vieux 2.JPG

La croix sur le Pont vieux était vandalisée ou victime d'un accident de maintenance, au mois de septembre. Tout est mis désormais en œuvre par les services de la ville pour la restaurer. Décidément dans Carcassonne c'est la croix et la bannière pour faire respecter le patrimoine...

_________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

05/02/2018

Y avait-il une villa romaine dans le quartier de la Trivalle ?

Au mois de mars 1968, Antoine Labarre fait une découverte peu ordinaire dans un terrain situé en bordure de la montée Combéléran, de la rue Gustave Nadaud et de la rue Trivalle. C'est précisément à cet endroit que se trouve actuellement un des parkings goudronnés de la Cité, construit au début des années 1970. Monsieur Labarre, archéologue amateur et membre de la Société d'Etudes Scientifiques de l'Aude, passa sa retraite à signaler des lieux de fouilles et à tenter de sauver ce qui pouvait l'être. Ces faits d'armes furent relatés dans la presse locale, dans laquelle il tenait régulièrement une chronique. Qu'avait t-il découvert en ce mois de mars 1968, après que que les pelles mécaniques ont sorti des excavations, du terrain de Mme Bousquet ?

Capture d’écran 2018-02-05 à 11.15.39.png

Ci-dessus le terrain de Mme Bousquet, rue Trivalle

A cet endroit, Antoine Labarre trouva un nombre considérable de tegulae avec imbrices. Il s'agit de tuiles creuses servant dans l'Antiquité romaine à couvrir les toits. Avec ses tegulae se trouvaient également des  fragments d'amphores et de la poterie. Celle-ci provenait du site de Graufesenque près de Millau (Aveyron) qui fut au 1er siècle le site le plus important de production de céramique.

villa.jpg

Évocation depuis le sud-est de la villa des Alleux à son apogée.
© G. Le Cloirec – Inrap

Ces tegulae désignent l'emplacement d'une ancienne villa romaine, et la Graufesenque, permet de dater cette agglomération. Elles montrent également que le passage de l'antique "Via Aquitania", devenue beaucoup plus tard "Voie royale", était route de Berriac (avenue Jean Moulin). Elle traversait l'actuelle avenue du général Leclerc (qui n'existait pas), suivait la Trivalle et franchissait la rivière Aude.

Capture d’écran 2018-02-05 à 11.39.38.png

L'ancienne route de Berriac à Carcassonne

Il est rapporté qu'un Carcassonnais vit dans son enfance d'immenses dalles pavant certains passages de la route de Berriac et qui sont aujourd'hui recouvertes de goudron. La logique veut qu'un antique Villa n'ait pu être située qu'au bout d'une voie de communication. Or, une Villa romaine était une agglomération autarcique. Habitée généralement par plus de 500 personnes, elle était l'unité cellulaire de l'empire romaine en Gaule. 

Capture d’écran 2018-02-05 à 11.32.16.png

A pied de ce terrain, désormais en bordure de la rue Trivalle, se trouve cette espèce de borne. Pour beaucoup de Carcassonnais, elle reste une énigme de l'histoire.

______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

07/01/2018

Où est donc passée la collection archéologique de Maurice Nogué ?

Voilà une nouvelle affaire à placer sans nul doute sur la longue liste de nos chers disparus... Au mois de juin 1952, Maurice Nogué fit don au Musée des beaux-arts de Carcassonne de sa grande collection archéologique. Au milieu des salles consacrées aux tableaux des peintres surréalistes provenant de chez Joë Bousquet, René Nelli avait installé dans sept vitrines les objets antiques de l'ancien avocat. Une carte des Pyrénées-Orientales, de l'Aude et de l'Hérault indiquait avec précision l'emplacement des stations ibériques de l'ère chrétienne. Les monnaies permettaient de constater que les Celtibères s'établissaient au bord de la mer et le long des routes fluviales. Le répertoire signalait les études publiées sur chaque emplacement ; les analyses en avaient été rédigées par les inventeurs des sites archéologiques.

Capture d’écran 2018-01-07 à 09.45.56.png

Poteries et anciens poids du Midi

 A côté de cette représentation schématique, figurait, en coupe, une station ibère type, telle que les travaux d'exploitation en révélèrent la structure. Les objets de fouilles, tessons de céramique ou poteries intactes, appartenaient à l'époque de Hallstatt et à l'époque de la Terre, premier et second âge du fer, avec des fibules en bronze, couches inférieures de la station. A un niveau intermédiaire reposaient les échantillons de céramique grecque à figures rouges. Les objets spécialement ibériques, de la fin du Ve siècle jusqu'aux approches de l'ère chrétienne, étaient des poteries et des figurines. On signalera, parmi elles, une espèce de guerrier en bronze inspiré de l'art étrusque. Enfin, au niveau supérieur, les poteries sigillées de la période gallo-romaine, signalaient la fin de la civilisation ibérique.

D'après les écrivains antiques, les premiers habitants dans nos régions furent les Ligures. On les situe dans la protohistoire et aux premiers âges du métal. Dès la fin du VIe siècle avant JC, début de l'époque de Tène, des peuplades ibériques venues de la péninsule hispanique, envahirent progressivement le sud de la Gaule en longeant les côtes pour s'arrêter au Rhône. Les premiers abris de ces peuplades furent retrouvés peu après la Libération. Ensérune et le Cayla de Mailhac en sont de précieux exemples. La civilisation ibérique a subsisté sous la domination des Galois qui vinrent s'établir chez nous 300 ans environ avant notre ère. Les nouveaux arrivants se divisèrent en tribus : Volques Arécomlques avec Nîmes pour capitale, Volques Tectosages autour de Toulouse. Les peuplades ibériques perdent leur autonomie. Lors de la fondation de la Province, en 118 avant J-C, elles vont disparaître.

Nos lointains ancêtres ont frappé des monnaies en bronze imitant les pièces grecques. Ces monnaies sont très rares. Dans deux des vitrines, Maurice Nogué exposait une cinquantaine de spécimens bien conservés émis par les Longostalètes, des environs de Narbonne, et les chefs de tribus Kaiantolos, Bitouios, restés des personnages mystérieux. L'histoire les identifia grâce à ces jetons de métal. Une rarissime petite pièce en argent peut être considérée comme la plus ancienne monnaie frappée en pays audois. On n'en connaît que seize exemplaires, dont quatorze proviennent de Montlaurès, colline située à 4 km de Narbonne. La date d'émission paraît être 400 ans avant J-C.

A côté de ces vestiges pré-romains, Maurice Nogué disposa dans trois vitrines, de beaux jetons du Languedoc ; une centaine à peu près, tous "fleur de coin". La notice rappelait que ces jetons apparurent sous le règne de Saint-Louis. Alignés dans une tablette, le "Comptoir" (l'albacus des anciens), ils étaient utilisés pour faire des calculs. Vers le milieu du XVe siècle, avec l'introduction des chiffres arabes, cet usage fut abandonné. On n'utilisa plus les jetons que pour récompenser les membres d'une administration, d'un Etat provincial. Les Stats du Languedoc, qui se réunissaient annuellement sous la présidence de l'archevêque de Narbonne pour fixer le chiffre et le mode de répartition des impôts, les firent frapper eux aussi des jetons en argent ou en cuivre. On voit un qui jeton rappelle la création du canal des Deux-Mers ; ceux qui ont été frappés à l'occasion de la publication de l'Histoire du Languedoc, monument d'érudition dû à Dom Devic et à Dom Vaissette ; les jetons qui commémorent l'achèvement de la statue équestre de Louis XIV, sise place du Pérou à Montpellier ; la construction du pont du Gard...

Dans une autre vitrine se trouvaient les poids du Midi. Les plus anciens remontant à l'an 1239 ; ils appartenaient à la cité de Toulouse. La plupart des villes d'origine romaine : Albi, Rodez, Carcassonne, Narbonne, la Cité et le Bourg avaient des poids distincts, portant des armoiries et des attributs différents. Dans la vitrine, le premier poids de Carcassonne, émis sous Saint-Louis, poids inédit, non mentionné dans les répertoires ; de même, le poids de fantaisie de Colbert. Des cartons les entouraient portant les blasons des villes.

Carcassonne,_Aude,_Musée_des_Beaux-Arts_(2).jpg

Où est passé l'ensemble de cette collection exceptionnelle ? Dans un coin poussiéreux des réserves du musée ? Ce serait un moindre mal, quand on sait que le bâtiment fut fermé une dizaine d'année après le départ de René Nelli et livré au quatre courant d'air. Il serait intéressant que du côté de l'administration et à la lecture de cet article, on veuille bien mener une petite enquête. Regrettons qu'une ville comme Carcassonne n'ait jamais possédé de musée archéologique. L'éminent Jean Guilaine pourrait nous éclairer sur la qualité de l'ensemble de la collection de Maurice Nogué.

_________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

10:45 Publié dans Patrimoine disparu | Tags : nogué | Lien permanent | Commentaires (3)