04/06/2014

Le baccalauréat de 1935 au lycée de Carcassonne

1095071909.jpg

Le lycée de Carcassonne était situé en haut de la rue de Verdun et ne dérogeait pas chaque année, à la coutume de la distribution des prix. Sous la bienveillance de Maître Georges Soum, Président de l'association des parents d'élèves, et de l'ensemble du coprs enseignant dont je donne la liste ci-dessous.

Administration

MM. Bailly (Proviseur), Fauroux (Censeur), Parayre (Econome), Testas (Sous économe)

Enseignants

MM. Pochard et Vigné (Mathématiques), Planavergne et Césari (Sciences physiques), Butel (Sciences naturelles), Ferdinand Alquié (Philosophie), Leblanc et Chaintron (Histoire et géographie), Virebayre (Première), Molino (Seconde), Cellier (Troisième), Clos (Quatrième), Genestet (Lettres), Caminade (Cinquième), Rey (Sixième), Jalabert et Castanier (Allemand), Tiburce et Léopold (Anglais), Suran (Espagnol), Bessot (Septième), Sire (Huitième), Lacroix (Dessin), Sans (Gymnastique), Mesadames Garriguet (Classes préparatoires) et Clos (Classes enfantines)

Culte et instruction religieuse

Le chanoine Cals (Aumonier)

Musique

MM. Pouillès et Scheurer (Piano), Michel Mir (Violon)

Surveillance

M. Sirvent (Surveillance générale), MM. Calmels, Doumeng, Goutal, Miaille, Signoles, Vaissiaire, Pech (surveillant d'internat)

Architecte du lycée

M. Combis

2579693175.jpg

Elèves reçus au Baccalauréat 1935

Arnaud Camille, Barbut Jean, Cahuzac Pierre (Très bien), Cassignol Charles (Très bien), Castel Jean, Combéléran Antoine, Dusseau Jacques, Guilhaumou Jean (Assez bien), Labaste Pierre (Assez bien), Bastide Marcel (Assez bien), Bonnemaison Piere, Boutet Maurice, Bru André (Assez bien), Cabrol Paul (Assez bien), Castanier René (Bien), Castres Jacques, Escaffre Antoine, Garros Louis, Pech Antoine, Puel Pierre, Rech Jean, Revel René, Verdier Eugène, Ferriol Jean, Guillarmenc Bernard (Assez bien), Pistre Georges, Pornon Charles, Abram Armand, Fages Henri (Assez bien), Richard Claude, Guilhem Louis, Maurin Jean (Assez Bien), Perdigou Gaston, Soucaille René (Assez bien) et Vidal Guy.

570253741_2.jpg

On retrouve dans ce bulletin bien d'autres noms bien connus à Carcassonne...

1182715070.jpg

Le Proviseur M. Bailly est ici entouré par une partie des élèves du lycée en 1934

Le total des élèves reçus au Baccalauréat pour l'année 1935 dans l'enseignement public s'élève à 35.

_________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

08:04 Publié dans Écoles | Tags : Écoles | Lien permanent | Commentaires (2)

29/05/2014

L'inauguration de l'école J. Jaurès

Construit sur l'ancienne prison et gendarmerie de la ville le long du boulevard, le groupe scolaire Jean Jaurès est inauguré le 22 juillet 1928 pendant les fêtes du bi-millénaire de la cité. Le Président de la République M. Gaston Doumergue est descendu à cette occasion avec son ministre de l'instruction publique M. Herriot. A 15h, le cortège présidentiel quitte sous le soleil la salle du manège de la caserne pour se rendre par les boulevard Commandant Roumens et Camille Pelletan au groupe scolaire. Les enfants des écoles sont là pour les accueillir. Les filles portent des gerbes de fleurs et les garçons agitent des drapeaux. "L'adorable printemps de la patrie" selon l'expression de M. Herriot, déploie le plus chaleureux des hommages aux autorités de la nation. M. Doumergue et l'ensemble de sa suite s'installe alors sur l'estrade prévue à cet effet. C'est le moment des discours...

509240223.jpg

Le Dr Tomey, maire de Carcassonne, est le premier à prendre la parole. Après les remerciements d'usage à l'endroit du Président de la République et du Ministre de l'instruction publique, M. Tomey se lance dans un long pensum sur l'école et les vertues démocratiques qu'elle défend. Un hommage est rendu à MM. Bertrand et Vidal, premiers architectes du groupe scolaires, trop tôt disparus pour assister au couronnement de leur bâtiment. Le continuateur de l'ouvrage, M. Enderlin, est vivement salué par le premier magistrat de la ville.

Du discours du Ministre Herriot, je retiendrai cette citation: "Si nous ne devons cesser de défendre l'idée de laicité contre ses irréductibles adversaires, contre ceux qui n'en comprennent pas la beauté, le temps n'est-il pas venu d'assurer l'égalité dans la répartition du savoir, d'offrir aux jeunes français des chances égales dans la lutte pour la vie, non pas au nom d'une théorie politique sectaire mais en vertu d'une idée généreuse et moralement indiscutable de fraternité?"

 À l'heure où depuis plusieurs années l'état supprime des postes d'instituteurs au nom de la rentabilité, dans les classes déficiantes en élèves. Où il y a toujours trop d'élèves par classes, ce qui entraîne l'échec des plus faibles et pour les plus aisés leur inscription dans le privé... L'unité républicaine appelle à méditer sur les valeurs héritées des anciens.

Sources:

     La dépêche (Juillet 1928)     

 L'Oeuvre (Juillet 1928)

__________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014