01/02/2017

Le séjour du compositeur César Franck à Azille chez Gallimard

C'est dans la commune d'Azille située au coeur du Minervois, que vint s'installer au XIXe siècle la famille Gallimard. On peut dire sans crainte que Paul Gallimard (1850-1929) - père du fondateur des éditions littéraires du même nom - était né avec un cuillère en or dans la bouche. Son père, Sébastien, avait épousé Henriette Chabrier dont la famille avait amassé une somme considérable sous le règne de Napoléon III. A tel point qu'elle possédait plusieurs théâtres et des hôtels particuliers dans la capitale.

ob_f05ef2_henri-de-toulouse-lautrec-m-de-lauradour.jpg

Paul Gallimard par Toulouse-Lautrec

Paul, en dandy bourgeois, fréquente la belle société de l'époque, tant dans le domaine des affaires que dans celui des arts. Ami de Renoir et de Manet, il possède plus de cent tableaux. Il suit également les cours d'architecture à l'école des Beaux-arts et mène une vie d'aventurier. Est-ce lui qui fit construire la demeure d'Azille communément appelée "Château Gallimard" ? Nous ne pouvons répondre pour l'instant à cette question. 

Capture d’écran 2017-02-01 à 11.40.15.png

Maison Gallimard à Azille

C'est dans cette belle demeure que séjourna durant l'été 1875, le compositeur et organiste français César Franck (1822-1890). Ami de la famille, Franck était sans doute venu à l'invitation des Gallimard y puiser un peu d'inspiration.

250px-César_Franck_by_Pierre_Petit.jpg

César Franck

Outre le fait qu'il joua sur le Grand harmonium de l'église St-Julien, il composa à Azille une de ces oeuvres : Les Eolides. Ce poème symphonique sera joué le 13 mai 1877 à Paris aux Concerts Colonne.

Les_Eolides_(manuscrit_autographe)_Franck_César_btv1b550081465.jpg

© BNF

Manuscrit de la partition composée à Azille

Signé et daté, le document porte la mention suivante de l'auteur : 

Azille // le 28 7bre 1875 // César Franck

En écoute sur le lien ci-dessous

https://www.youtube.com/watch?v=6FO4--_BuNg

ob_8764c6_gaston-gallimard-o.jpg

Gaston Gallimard

Durant la Seconde guerre mondiale, Gaston Gallimard - fondateur de la maison d'édition - et son épouse se réfugièrent à Azille. Louis Aragon et Elsa Triolet les suivirent et s'installèrent à Carcassonne pendant trois mois. Avec Joë Bousquet et d'autres écrivains réfugiés, la capitale audoise devint ainsi le plus important salon littéraire de l'occupation. La maison des Gallimard à Azille a été vendue il y a une vingtaine d'années.

gallimard_400x400.jpg

Nous n'avons rien contre les fêtes de la Truffe ou la Féria d'Azille, mais force est de constater que cet épisode historique n'occupe que la moitié d'une ligne sur le site de l'Office du tourisme intercommunal du Haut-Minervois. Il y aurait tant à faire sur le plan culturel pour mettre en avant ce riche passé. Il n'a fallu pourtant à ce blog qu'une demi-journée pour effectuer l'ensemble de ces recherches.

_______________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017

12:59 Publié dans Musique classique | Tags : azille | Lien permanent | Commentaires (3)

04/10/2014

70 ans après, ce sombre passé qui fait de la résistance au temps.

azilhe.jpg

Il est un village du Minervois de mille habitants nommé Azille, dans lequel, un mur peint sur une ancienne grange conserve depuis 70 ans les stigmates d'un sombre passé. Sur fond blanc, liseré de bleu et lettres rouge on peut encore lire :

"Avec la Légion ou contre la France"

Il s'agit de la Légion française des combattants et de la révolution nationale, fondée par le Maréchal Pétain. De cette légion ont émergé deux formations :

Le S.O.L (Service d'ordre légionnaire) en 1942

La Milice française en 1943

LFCaude.jpg

Dans notre département, les résistants de la première heure furent peu nombreux. Le gros des troupes grossit au moment du STO (Service du travail obligatoire), mais aussi en juin 1944. Notons tout de même que ce n'est pas un hasard si ce type de peinture orna les murs d'un petit village du Minvervois ; un nombre conséquent de grands propriétaires viticoles audois s'étaient rangés du côté du Maréchal. L'indignité nationale dont ils furent frappés en 1945 les condamna de fortes amendes et à la dégradation de leur citoyenneté.

________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014