10/12/2015

Les fêtes de Saint-Gimer à la Barbacane

Au registre de nos chers disparus, les fêtes de St-Gimer dans le quartier de la Barbacane restent encore dans le souvenir de nombreux Carcassonnais. Vers le 15 mai de chaque année, le coup d'envoi était donné dans la joie et l'allégresse générale. Sans subventions, mais avec une volonté de fer, le comité des fêtes préparait cet évènement trois mois à l'avance. Seule une Marseillaise ou une Internationale - suivant les idées des familles - jouées par des musiciens lors du Tour de table, apportaient quelques sous à l'organisation. Attention ! Il ne fallait surtout pas dépasser la frontière avec la Trivalle voisine, située sous le porche de la rue de la Gaffe. Les deux quartiers étaient les deux meilleurs ennemis de ville...

005.jpg

Sur l'actuelle place du chanoine Verguet

Pendant 36 ans, le café Azéma (discothèque la Bulle) tenu par les familles Azéma et Gardel fut le quartier général des fêtes de St-Gimer. Pauline Azéma en vit passer des Tours de l'âne - la tradition typiquement Carcassonnaise, aujourd'hui disparue :

"Ah ! ça c'était quelque chose. Après que le dernier marié de l'année y fut monté dessus, je me souviens qu'ils arrivaient tous au café pendant la fête du quartier, âne compris, pour se faire payer à boire. Après plusieurs tournées, les hommes donnaient leur bière à l'âne qui repartait du café à moitié saoul. C'était une tradition."

002.jpg

Le café Azéma de 1930 à sa fermeture en 1966 avait pour siège les clubs de boxe et d'haltérophilie. 

"Avant la vie de quartier c'était drôlement vivant. Chez nous, les grandes figures de la Barbacane : les Morlain, Bajouet, Sautel, Soler, Rajol... savaient faire la fête."

La dernière halte durant les fêtes de St-Gimer se faisait chez Espeluque ou chez Denis. Chez Dame Carcas, la fête durait toute l'année.

Capture d’écran 2015-12-10 à 09.42.49.png

Dame Carcas en 2015

Des fois, l'épouse de l'un des joyeux drilles envoyait son fils chercher le père pour la soupe qui avait sonné depuis longtemps. Quand il arrivait chez lui, sa femme lui réservait cette fois, une belle soupe de "mours". C'est à dire qu'elle lui faisait la tête, en bon français. Le patron de Dame Carcas, Denis Rancher, passa la main et le bar devint Dame Jeanne. Ce fut le rendez-vous des concerts de rock.

001.jpg

Le char de la Barbacane au Carnaval de Carcassonne

Crédit photos

Paola Barberis

_______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

09:45 Publié dans Vieux quartiers | Tags : barbacane | Lien permanent | Commentaires (7)

21/10/2015

Quand on s'achoulait sur les peirous...

Ne cherchez pas dans la langue de Molière le verbe pronominal "s'achouler" ou pire "s'espatarrer" car ils proviennent de la langue occitane. Cela n'empêche pas que dans nos villages, ils soient entrés dans le langage courant du français, pour désigner l'action de s'assoir avec force où de tomber fortement sur le sol. En ce qui concerne les peirous, il s'agit de perrons devant les maisons de nos villages en Languedoc.

Rue des Peirous.jpg

 La rue des peirous

À Villalbe, il y a une rue des peirous. Ce sont des espèces de bancs naturels en pierre devant les maisons, où les riverains venaient s'assoir le soir à la veillée pour discuter avec le voisinage. En occitan, "pèira" ne signifie t-il pas pierre ? Cette pratique sociale était très répandue à l'époque où la télévision n'existait pas. 

À la Barbacane

Dans le plus vieux quartier de Carcassonne avec la Trivalle voisine et principalement dans la rue longue, les discussions allaient bon train durant les soirées estivales. C'est précisément lors de ces moments privilégiés de cordialité que les cultures se mélangeaient. En effet, ce quartier était connu pour avoir accueilli des familles espagnoles, italiennes ou gitanes. On y apprenait le patois occitan sur le devant de porte... 

013.jpg

Dans la rue longue...

 "L'Occitan, nous l'avons appris sur le pas de la porte, le soir, à la fraîche, assis sur des chaises, en discutant avec les voisins ou les parents. (Ramon Gougaud)"

Après le repas du soir, les vieux sortaient les chaises qu'ils enfournaient en posant les coudes sur le dossier. Les femmes, la vaisselle à peine achevée, sortaient avec leur tablier et venaient se mêler aux conversations. Quand les gosses se couraient après dans la rue dans un bruit étourdissant de cris juvéniles, les voix s'élevaient et tout le quartier connaissait la vie des uns et des autres. Vers dix heures du soir, seules les tours illuminées de la Cité donnaient un peu de soutien à l'astre lunaire, avant que l'allumeur de réverbère ne passe. 

"Parfois, les hommes jouaient aux cartes, mais l'essentiel c'était de parler. En Occitan, bien sûr. Et nous, les gamins, saisissions les mots, les expressions, à la volée : "Val maï un pitchoun degourdit qu'un gran estabousit"

015.jpg

La famille Barberis en 1962, rue longue

 

Quels étaient les sujets de conversations ?

"D'abord et essentiellement des nouvelles du quartier et de la rue. Que devenait un tel, à quelle heure était rentré le fils de la voisine... Évidemment, les absents avaient torts et quelques oreilles devaient siffler comme des locomotives. À ce jeu du ragot, les grands-mères étaient redoutables. Elles préféraient compter les fiancés de la belle du quartier que ceux de Stéphanie de Monaco. Un second sujet revenait tant dans les années 1930 que dans les années 1950 : la guerre. Ici ou là, se trouvait toujours un ancien pour raconter quelque période noire ou quelque anecdote héroïque. L'actualité locale ou nationale pimentait, de temps à autre, les débats. C'était surtout au moment des élections.

Les réunions se déroulaient entre voisins par petits groupes. Il n'était pas rare qu'on s'interpelle à cinquante mètres de distance. Ce n'était pas propre à la Barbacane ; dans les autres quartiers de la ville, on papotait le soir entre voisins : place Jospeh Poux, rue Pasteur, place Saint-Gimer, rue Trivalle, rue du 24 février... Les anciens évoquent encore les fêtes d'autrefois qui débutaient en mai par la Barbacane, avril à la Trivalle et août à la Cité. Dans un article de la Dépêche daté de 1992, on fait parler ceux de la rue de la Gaffe comme Mme Pouilhes, les époux Terrer et Izard. Mme Jamma fournissait le cresson et le persil à tout le quartier.

"Nous allions danser au Pont-rouge, à Grougnou. Les gens étaient à pied et ne pouvaient quand même pas faire 10 km tous les soirs. On se distrayait sur les chaises et moi je préfère ça à la télévision."

Mme Gallego explique qu'elle a quitté la Trivalle pour le quartier "ennemi", celui de la Barbacane. Malheur à ceux qui durant le tour de table des fêtes de la Trivalle dépassaient le milieu de la rue de la Gaffe. Rue Longue, Mme Del Pino s'ennuie chez elle le soir ; elle préfère retrouver ses voisines le soir dans la rue. Nous sommes en 1992...

016.jpg

 

On les revoit assis sur leurs vieux bancs de pierre ou sur les pas de portes, l'été, après le dîner. pour la plupart, des hommes ; la vaisselle, les gosses en bas âge, des grands-parents malades et une pudique retenue sexiste retenant la plupart des femmes "dedans". On les revoit groupés par une même langue (le français, l'espagnol, mais aussi le patois, à défaut d'occitan). Il y avait toujours plusieurs groupes par pâté de maisons.

Le plus souvent, c'était toujours les mêmes qui prenaient la parole, toujours les mêmes qui contredisaient et toujours les mêmes qui comptaient les points en silence. Certains jouaient à la pétanque, d'autres aux cartes dans les cafés, d'autres poussaient la chansonnette ou faisaient de la musique. D'autres, encore - et ils étaient nombreux - préféraient faire le tour des boulevards en marchant pour s'arrêter au gré des visages connus, aperçus sur un banc ou croisés en chemin. Les rares postes de télévision étaient en noir et blanc et ne les retenaient pas tous à la maison. Pas encore. Les jeunes jouaient au ballon dans la rue ou sur les places, ou bien se défiaient à vélo pour un tour de quartier où ils ne croisaient guère que quelques voitures... en stationnement. Quand la nuit avançait, commençait les "tustets" et les visites interdites dans les cimetières.

La rue et l'avenir nous appartenaient. Comme chantait Ferrat, on serait flic ou fonctionnaire, de quoi attendre sans s'en faire que l'heure de la retraite sonne. Il oubliait, Jean Ferrat, de préciser que nous serions aussi chômeurs pour certains d'entre nous. 

Bref, c'était notre enfance avec ses dimanches poulet-frites et gâteaux. Avec ses nuits blanches et ses soirs bleus d'été. Quelque part en France, c'était notre enfance. À Carcassonne, quartier des Capucins ou route de Toulouse, dans les années 60, c'était notre enfance à bien d'autres pareilles. (Gérard Denoy)Capture d’écran 2015-10-21 à 10.35.58.png

Les perrons de la rue longue en 2015

 

Source

La dépêche du midi / Novembre 1992

Photos

Martial Andrieu

Paola Bourrel

___________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

05/05/2015

L'insidieux bétonnage du poumon vert de Carcassonne...

Ah! Quelle était belle ma Cité lorsque je l'apercevais depuis le béal longeant le quartier de la Barbacane, s'écriait tristement une riveraine en 1991. La municipalité faisant fi sûrement de la prescription de la DREAL concernant l'inconstructibilité du périmètre protégé autour de la Cité, venait de délivrer un permis de construire pour l'édification sur deux étages d'une résidence pour personne âgées.

1634607997.jpg

La zone en rouge délimite le périmètre inconstructible autour de la Cité.

(Source: DIREN)

L'ancien terrain maraîcher, situé en zone inondable, allait bientôt accueillir engins de terrassement, pelleteuse et bétonnières. Cette transformation d'un paysage bucolique en zone constructible avait déjà débuté lors des travaux de mise en sens unique de la rue Barbacane en 1986, par le percement et le goudronnage de la rue Dujardin-Beaumetz. La résidence en question se trouve comprise entre les deux voies...

P1050076.jpg

5280 m2 de terrain, 3300 m2 au plancher, 7,5 m de hauteur au sol. Ce sont les dimension de la résidence de 73 chambres pour personnes âgées, livrée en juin 1991. Le bâtiment dessiné en L, s'étend sur 46 mètres dans la rue Barbacane et sur 68 mètres, rue Dujardin-Beaumetz. Le chantier a été confié à une énorme entreprise de travaux publics : La SPIE

L'architecte de Montpellier indique :

"Nous avons fait attention à ce que toitures (tuiles vieillies) , crépis extérieurs (couleur étudiée) et tout le reste soit dans le ton. Même philosophie au niveau de la façade qui sera rythmée par de petits éléments faisant sallie."

L'avis d'un riverain en 1991 :

"De la route, on voyait bien la Cité. Le 14 juillet, les Carcassonnais s'y pressaient nombreux. Magnifique ! De la Cité, on ne verra plus que la girouette. Et encore..."

carma.jpg

Voici la résidence aujourd'hui

Une nouvelle polémique sur la construction d'un parking sur les terrains de l'île agite le landerneau Carcassonnais. Situé sur l'emplacement des 220 millions d'euros d'un Centre de congrés qui ne vit jamais le jour et que les Carcassonnais durent rembourser pendant 20 ans, ce nouveau bétonnage s'attaque à un des derniers poumons verts de la ville.

barbacane

Le jardin extraordinaire présenté à la presse

Ce projet de M. Larrat a été abandonné par la municipalité Pérez, qui promit d'y faire un jardin extraordinaire en 2009. Faute de crédits ou de volonté, l'idée écologique de Tamara Rivel se perdit peu à peu dans les couloirs sombres du service de l'urbanisme comme Trencavel dans les oubliettes de la Cité. Tant et si bien que M. Larrat, revenu aux affaires de la ville, décide de mettre à exécution son projet de 2008. Moralité ? Verdure contre béton, c'est toujours le dernier nommé qui avance dans Carcassonne depuis plus de 30 ans.

11066079_421371714701895_7566501641204419265_n.jpg

© Julien Roche

Dès cet été, les gaz d'échappement viendront polluer l'air de l'île. C'est paraît-il le prix à payer pour supprimer les véhicules de la place Saint-Gimer. Une meilleure idée aurait été peut-être de créer un parking de délestage hors de la ville, avec des navettes gratuites pour amener les touristes à la Cité. Au Mont Saint-Michel, ils n'en sont pas morts. Et puis, il est impossible là-bas de bâtir sur le sable...

________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

19/05/2013

La barbacane, ses vieux commerces

La Barbacane, quartier parallèle à la Trivalle, vivait comme un village avec son église (St-Gimer), ses commerces et ses fêtes. Seule artère reliant les deux quartiers, la rue de la Gaffe permettait les réunions diplomatiques entre les bandes rivales telles celles des Sharks et des Jets de West Side Story. Là, pas des Porto-Ricains mais des baraquets (espagnols) et des gitanos (gitans) prêts à défendre leurs quartiers. Loin du vandalisme, des incivililtés et des agressions que l'on connaît aujourd'hui ; la jeunesse qui s'ennuyait faisait des "Tustets". Lo Tustet, qu'es aco ? Ce mot occitan dans son usage vulgaire signifiait surtout taper à une porte dans le but de réveiller le propriétaire et s'enfuir à toute jambe, une fois la porte ouverte. Mais, il y avait des variantes... qui restaient toutefois dans le cadre des farces. Un tust, c'est aussi une anti-sèche à un examen qui n'a de valeur que si l'on ne se fait pas attraper. C'est quand même pas recommandable !

1686521167.jpg

L'entrée de la rue Barbacane, au siècle dernier

250886454.JPG

Le premier commerce, lieu de rendez-vous de la jeunesse, c'était le café "Chez Paulin" (Azéma). Il fut ensuite repris par le Café Salen, puis par la discothèque "La bulle".

2129540605.JPG

En descendant la rue on croisait la boucherie Valette et l'épicerie Gorlain.

724226817.JPG

Plus mais de l'autre côté, il y avait les Docks méridionaux qui dernièrement avaient abrité une agence de la Caisse d'Epargne. Puis deux coiffeurs, Alphonse Bauret et Botelat qui devint "chez Jules Soler"

527863956.JPG

En face, la pharmacie Saunière que l'on trouve désormais sur la place en bas du pont vieux.

824004789.JPG

D'abord ici le volailler Pénavaire, ensuite le bureau de tabac Bricol repris par la famille Cathary

513119548.JPG

En face, l'épicerie Epargne

662020382.JPG

A l'angle de la place St-Gimer, l'épicerie Sentenac

1104857319.JPG

En face, une autre épicerie tenue par M. Bajouet

473312110.JPG

A côté, l'épicerie Morlain

409437433.JPG

La boulangerie Rives

604273350.JPG

La mercerie Boutibou

1151633008.JPG

Sur le même côté, la boucherie Romieu.

578129750.JPG

En face, la boulangerie Rajol et encore plus loin, l'Etoile du midi et la boucherie Deramond.

310425578.JPG

Le café Espeluche, mais aussi plus loin l'épicerie Soler, le jardinier Pradel, la menuiserie Andrieu...etc.

1340728482.jpg

Force est de constater même si toutes ces photos ont été prises un dimanche matin, que plus rien ne bouge à la barbacane. On a mis la clé sous la porte, et les rares petits commerces se battent pour ne pas faire de même. Pour aller à la cité, le touriste peut aussi passer par la porte d'Aude en empruntant la montée de St-Gimer. Malheureusement, rien n'est fait pour l'inciter à y aller à pied par là quand il descend du pont vieux. Il serait plus judicieux d'inverser les sens interdits, ainsi les voitures prendraient la rue barbacane à son entrée en direction de la cité et reviendraient par le moulin du roi vers la ville. Comme pour la rue Trivalle... 

___________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013