24/12/2013

Lettre autographe de Maurice Sarraut, sénateur de l'Aude

Maurice_Sarraut_1914.jpg

Maurice Sarraut (1869-1943) fut d'abord un homme politique, membre du Parti Radical Socialiste, élu comme sénateur de l'Aude entre 1913 et 1932. Il démissionnera pour devenir le propriétaire du quotiden La Dépêche. Après l'armistice de 1940, il approuve le gouvernement de Vichy et soutien Pétain. Ce n'est qu'en 1943 qu'il prendra ses distances avec Laval; au moment de la création de la Milice. Il sera assassiné le 2 décembre 1943 par des Miliciens. Il repose au cimetière Saint-Vincent de Carcassonne.

Lettre du 2 septembre 1894

Mon cher Alboize,

Je suis désolé et vexé à la fois du facheux effet produit sur l'organisme délicat de mon bon ami Édouard par le climat de Carcassonne, ma seconde patrie. J'imagine que sa maladie n'offre aucun caractère de gravité et je souhaite de mon tout coeur que la mer répare promptement la santé ébranlée de notre cher gamin. Oserai-je vous demander, en grâce, de ne pas dire, à votre retour ici, que Carcassonne l'ût rendu malade?

Je me suis imposé la tâche ardue de réhabiliter, dans l'esprit de ceux qui m'entourent, notre ville d'origine; Nadaud (1) l'a ridiculisée. Mais le ridicule, ce n'est rien. Quantité de gens– voire du meileur monde– s'en accomodent au point de le considérer comme une des conditions nécessaires de l'existence. mais cumuler le ridicule et l'odieux, c'est vraiment trop; que voulez-vous répondre aux malveillants qui nous diront: "Carcassonne est non seulement la ville la plus bête de France, mais encore la plus pernicieuse. On y attrape les fièvres, la jaunisse, etc..." Hélas! nous ne pourrons que rougir– silencieusement!

Épargnez-nous ce nouvel avatar.

Je regretterai infiniment de ne pas vous voir, à mon arrivée à Carcassonne: Je me proposais de passer, en votre agréable compagnie, quelques bonnes heures dans l'atelier de Laugé (2). Enfin! l'important est qu'Édouard guérisse vite. Nous aurons tout le temps de causer impressionisme cet hiver à Paris.

Je vois Raynaud assez souvent; il m'a fait l'amitié de donner le service le service de l'artiste, pas la 2e représentation de Sereno Torelli, à la Comédie Française. Vous voyez que, même pendant votre absence, je trouve le moyen d'être votre obligé!

Présentez, je vous prie, à madame Alboize mes respectueuses amitiés et embrassez mon ami Édouard– j'y tiens– L'air salin le remettra vite, sans doute.

Croyez-moi votre bien dévoué, Maurice Sarraut.

Le bonjour à Laugé et à notre ennemi intime A. Rouquet (3)

lettre sarraut.jpg

(1) Gustave Nadaud (1820-1893), auteur de la chanson "Carcassonne" dans laquelle est tirée la célèbre phrase "Il ne faut pas mourir, sans avoir vu Carcassonne". Cette chanson sera reprise par Georges Brassens

(2) Achille Laugé (1861-1944), peintre pointilliste né à Arzens (Aude). Un musée est consacré à ces oeuvres à Limoux.

(3) Achille Rouquet (1851-1928), félibre, graveur et fondateur de "La revue méridionale". On lui doit le premier embrasement de la Cité de Carcassonne.

_______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

24/05/2013

Le palais de la Micheline bientôt classé?

sab.JPG

L'indépendant nous annonce dans un billet le prochain classement à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques du Palais de la Micheline de l'Or-Kina Sabatier. Cette bâtisse de style Art nouveau unique dans notre ville, se trouve en bordure de l'avenue du général Leclerc. Tous les lecteurs de l'ancien blog "Histoires de Carcassonne" savent que nous avons défendu le souvenir de cet immeuble depuis quatre ans, à travers de nombreux articles. Nous sommes donc très heureux de cette annonce que nous appelons de nos voeux depuis longtemps déjà.

img405.jpg

____________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

 

19/05/2013

Avant et après la pétition sur la Cité

Il y aura sans un aucun doute en ce qui concerne l'état d'entretien de la Cité de Carcassonne, un avant et un après la constitution d'une pétition lancée en janvier dernier. Je ne reviendrai pas sur tout ce que l'on m'a lancé à la figure pendant cette période, assumant seul la responsabilité de cette initiative avec le soutien de 2700 signataires. La ville de Carcassonne a semble t-il pris la mesure du déclin de ce monument, c'est une bonne chose. La DRAC et les Monuments nationaux ont été obligés de mettre de l'eau dans leur vin en collaborant avec la municipalité pour faire avancer les dossiers mis sous la pile depuis des lustres. Ce qui n'était pas accepté autrefois, l'est de toute évidence aujourd'hui. J'en veux pour preuve les piquets en bois placés le long de la nouvelle calade tout juste posée dans les lices. Je ne résiste pas à vous montrer ci-dessous la révolution opérée ces dernières semaines dans les lices; reste à réglementer tout cela pour le conserver, c'est une autre affaire... Au cours de l'histoire, des hommes, souvent contre la pensée unique d'une majorité pusillamine se sont indignés pour dire "cela suffit". L'avenir a finalement donné raison à leur action, même constestée l'époque où elle fut entreprise. Malheureusement, ses hommes courageux ont été ensuite souvent censurés et boycottés parcequ'ils avaient brisé l'omerta et dénoncé les intérêts particuliers de quelques uns très influents. L'histoire se répète, mais qu'importe car face à leur conscience ses hommes valeureux n'ont pas eu à baisser un jour les yeux. Ce ne fut pas le cas de certains autres, pourtant décorés d'une rosette rouge, verte ou bleue.

P1170513(1).JPG

Les lices au mois de janvier dernier

901198_373726569403919_603351656_o.jpg

Les lices au mois de mai

_________________________________

Photos

Los ciutadins

Fiers de notre Cité

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

18/05/2013

Un coin de Giverny, à Carqueyrolles

Super.jpg

La ville de Carcassonne vient de prendre une initiative écologique qu'il convient de saluer

super2.jpg

En bordure de la route de Limoux, à la hauteur de l'auberge des chênes, cette parcelle de terrain inconstructible en raison de la proximité du fleuve est devenue une prairie. Elle devrait favoriser la polinisation et la biodiversité dans un environnement préservé des pesticides. Rappelons que l'actuelle municipalité avait prévu la construction d'un jardin à cet endroit, mais cet espace écologique est des plus réussis. Il pourrait par exemple servir de modèle aux élèves plasticiens de l'école d'art, située juste à proximité. Qui sait de futurs Manet ou Monet, loin de Giverny...

922160_519453894785413_64137303_o.jpg

Bleuets, marguerites et coquelicots... Mais voilà que déjà, on nous signale des personnes qui, sécateurs en mains, se servent de cet espace pour réaliser des bouquets. Ah! L'éducation est un vaste chantier et l'homme un être destructeur pour son espèce. A Carqueyrolles, ville des médisants sans aucune bonté, la bêtise est plus forte que l'esprit de conservation de tous les patrimoines. La seule conservation qui a réussi c'est celle des abrutis, celle-ci a de l'avenir! Hélas...

______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013