29/05/2013

Une bien mystérieuse sépulture au château de Baudrigues

Le 6 septembre 2012 nous écrivions l'article ci-dessous. Mais depuis...

C'est en se promenant dans les bois du château de Baudrigue, situés sur la commune de Roullens qu'un de mes amis (Damien) allait faire une bien étrange découverte. Connaissant mon goût prononcé pour les énigmes et mon exaltation à tenter de les déchiffrer, il se mit hier en rapport avec moi et m'envoya quelques clichés. Ne pouvant pas me rendre sur place, j'ai passé toute la soirée à les visionner.

1464488962.png

Perdu au milieu d'un bois gagné par la végétation, un banc rouillé n'entend plus le recueillement et la prière d'une âme éplorée.

2843839804.JPG

Seule la tombe, rendue presque muette par les outrages du temps garde ces stigmates comme autant de cicatrices sur ce sol endeuillé.

On peine à lire:

Ci-git

Charlotte de Beon

Comtesse d'Hautpoul

décédée à Carcassonne

le 15 juillet 1818

L'honnorable Miss Vernon

Dame d'honneur de S.M

La Reine d'Angleterre

a fait ériger ce monument

religieux en témoignage

de son amitié pour la défunte

Priez pour le repos de son âme

4162848064.jpg

Les armoiries de la famille de Béon (ci-dessus)

Quelle fille issue de cette famille s'est mariée avec un Comte d'Hautpoul ?

1446639920.jpg

Il s'agit de Marie Madeleine Charlotte Christine de béon du Massés-Cazaux née en 1767, fille du marquis Gabriel-Guillaume de Béon du Massés-Cazaux. Elle se maria en première noce avec un lointain cousin François-Frédéric de Béon-Béarn au château de la Serpent, le 22 janvier 1776.

1474977912.jpg

Le château de la Serpent dans l'Aude (près de Couiza)

2620045730.jpg

Elle fut reçue aux honneurs de la cour en 1782 et jusqu'à la Révolution, elle occupa une place de Dame pour accompagner Madame Adélaïde (ci-dessus), fille de Louis XV.

3054118273.jpg

Les armoiries de la famille d'Hautpoul

Marie Madeleine Charlotte Christine de Béon épousera en seconde noces en 1808, Joseph Marie Grégoire Prosper d'Hautpoul, comte d'Hautpoul. Ce dernier est Chevalier de l'Ordre de Malte depuis le 27 juillet 1775 et sert dans les ambassades du marquis de Bombelles.

Questions

Pourquoi la comtesse d'hautpoul est-elle décédée à Carcassonne?

Il est probable que se soit lors d'une visite à sa belle famille. Guillaume Dominique Laperrine-D'Hautpoul était à ce moment là, le propriétaire du château de Baudrigue. Il deviendra Député de l'Aude en 1827.

Pourquoi est-elle inhumée dans le parc du château?

Les nobles avaient le droit de sépulture sur leur sol et il faut supposer qu'on n'a pas eu le temps de faire transporter le corps dans le caveau de famille.

Quels rapports avec la Reine d'Angleterre?

Le premier époux de la comtesse avait servi après la Révolution française pour un régiment de son nom, au service de sa Majesté le Roi de Grande-Bretagne.

Quelle Reine a fait alors ériger ce monument?

Il s'agit soit de l'épouse de Guillaume III, la reine Charlotte. Soit, peu probable, quelques années après de la Reine Victoria.

Que va devenir cette sépulture?

Jusqu'à aujourd'hui aucune date ne donnait le décès de la comtesse. Gageons que ce travail permettra de la sauver...

______________________________________

Quelques six mois après la parution de cet article, deux descendants de Charlotte de Béon du Massés-Cazaux se signalaient à moi, forts contents que nous ayons retrouvé la tombe de leur aïeule. Ils en ignoraient l'existence. Le premier fut George de Ginestet de Puivert; le second, Gilles Mauléon de Narbonne. Tous deux m'ont apporté ceux qu'ils savaient sur Charlotte de Béon, comtesse d'Hautpoul.

Généalogie

Marie Charlotte de Beon Cazaux Contesse de Beon Beon.jpg

Marie Magdeleine Charlotte Christine de Béon du Massés de Cazaux est née le 9 août 1757 au château de la Serpent (Aude). Elle est baptisée le jour même en l'église paroissiale St-Etienne.

Gabriel Guillaume Marquis de Beon, pere de Marie Charlotte de Beon Cazaux.jpg

Elle est la seconde fille et enfant, devenue aînée après sa soeur Marie-Louise Gabrielle (1754-1762), de Gabriel Guillaume de Béon de Massés de Cazaux, chevalier, marquis de Cazaux puis marquis de Béon de Massés de Cazaux. Il est sous-lieutenant des Gardes du corps du Roy, compagnie du Luxembourg, au rang de Mestre de camp, puis Brigadier des Armes du Roy.

Marie Madeleine Charlotte de Lombard de Montauroux, mere de Marie Charlotte de Beon.jpg

Sa mère est Christine Marie Magdeleine de Lombard de Montauroux.

Frederic de Beon Bearn, epoux de Marie Charlotte de Beon Cazaux.jpg

Charlotte se marie le mercredi 23 janvier 1776 en l'église de La serpent avec messire François Frédéric de Béarn de Béon (1754-1802), fils de du Comte de Béon de la Palu et de Anne de Puybérail, dame de Troncens. Elle a 18 ans et lui 22, ils sont donc mineurs (la majorité est à cette époque à 25 ans) et procèdent en présence du consentement de leurs parents.

Mademoiselle de Beon, contesse de Mauleon, fille de Marie Charlotte.jpg

De cette union naîtra mademoiselle de Béon, comtesse de Mauléon. Puis, François Antoine Henri de Béarn de Béon (1779-1820), décédé à La serpent.

A la cour du Roy de France

Charlotte est présentée à la cour du Roy Louis XVI en mai 1780. Son père fit rédiger un mémoire par Chérin le 25 avril 1780 à l'occasion de cette présentation.

Jean Antoine de Beon, dit l'abbe de Beon, oncle de Marie Charlotte, aumonier de madame Adelaide fille de France.jpg

Charlotte descend des principales branches de la maison de Bourbon et le dernier Roy de France dont elle est issue est Louis XI. Cependant, c'est grâce à Jean Antoine Nicolas de Béon (portrait ci-dessus), oncle paternel de son père et aumônier de Madame Adélaîde de France (fille de Louis XV) que Charlotte obtient sa nommination de Dame à accompagner en 1782.

La Révolution française

A la Révolution, nombreux sont les aristocrates à fuir la France pour échapper aux sans-culottes. Charlotte suivra madame Adélaîde à la cour d'Angleterre. C'est là qu'elle fait la connaissance de Miss Caroline Vernon (1751-1829), fille d'Henry Vernon né le 17 septembre 1718, dame de compagnie la Reine consort Charlotte d'Angleterre. Ce qui explique la mention de son nom sur l'épitaphe de la dalle funéraire trouvée à Baudrigue.

Retour d'exil

Charlotte rentre en France au moment où un décret de Napoléon, autorise le retour d'exil des aristocrates. Entre temps, son époux Frédéric de Béon était décédé sur l'île de la Trinité (Trinidad et Tobago). Revenue sur ses terres, elle se remarie en 1808 avec Jospeh Marie Grégoire Prosper d'Hautpoul, comte d'Hautpoul. La mort de Charlotte est pour le moins étrange, car d'après des correspondances conservées par Gilles de Mauléon de Narbonne, elle craignait pour sa vie. Quelques heures avant son trépas, elle ne se sentit pas bien malgré une très bonne santé. Pour son aïeul, il ne fait pas de doute que la comtesse fut empoisonnée par son second époux, le comte d'Hautpoul. Celui-ci aurait convoité sa fortune.

Sépulture

La comtesse d'Hautpoul est décédée le 15 juillet 1818 à Carcassonne et inhumée au cimetière St-Vincent. La tombe fut exhumée et déplacée ensuite par le comte, mais personne jusqu'à aujourd'hui, ne savait dans quel endroit. C'était donc à Baudrigue, propriété de la famille d'Hautpoul à cette époque. Voilà une énigme résolue. Reste à savoir si le corps de Charlotte se trouve bien sous la dalle funéraire...

Le tableau de Charlotte de Béon de Massés-Cazaux

867005681.jpg

Ce tableau peint par Mme Vigée-Lebrun en 1787 a été vendu aux enchères en 1949 à New-York chez Parke-Bernet (devenu Sotheby's). Il se trouve aujourd'hui au musée de Tucson dans l'Arizona (USA). Cependant, il existe trois autres portraits de Charlotte: une copie au même format au château de La serpent, une miniature (non signée) de Charlotte au clavecin, une replique exacte de celui de Mme Vigée-Lebrun signée de Mlle Boquet en 1788 (portrait en couleur présenté plus haut).

Je remercie vivement George de Ginestet de Puivert et Gilles de Mauléon de Narbonne.

_____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013