05/01/2016

Pierre Dantoine (1884-1955), caricaturiste Carcassonnais

Pierre Dantoine est né à Carcassonne le 22 février 1884. Sa famille du côté paternel venait du village de Chalabre dans la Haute-Vallée de l'Aude et du côté maternel, de Camont dans l'Ariège. Huissier de justice de son état, son père Léon mourut à l'âge de 50 ans sur la route de Villardonnel. Victime d'un infarctus, on le retrouva inanimé dans sa voiture à cheval dans la descente du plateau de Grazailles. C'est le cheval qui ramenait le défunt à son domicile. La destinée de Pierre Dantoine en fut bouleversée; à l'âge de 15 ans, il dut arrêter ses études afin de subvenir aux besoins de sa mère et de ses deux frères. On lui trouva alors un  poste à la gare de Carcassonne, avant d'entrer à la préfecture où il finit chef de bureau.

Dantoine

Dantoine au 272e Régiment d'infanterie

Dès l'âge de 12 ans, Pierre Dantoine réalise des dessins à la plume avec une extrême finesse. Son travail à la gare de Carcassonne lui a sans doute permis d'observer les attitudes des usagers. Il croque durant son adolescence des curés, des militaires, de grosses femmes, etc... Ce n'est pas un hasard si le train a toujours attiré l'oeil du dessinateur. Sa fille Lucie raconte ses longues promenades à la Cité avec son père, qui finissaient par l'observations du passage des trains. Sa carrière aurait été tout autre s'il avait accepté de partir pour Toulouse ou Paris, comme cela lui avait été proposé. Peut-être aurait-il fait les beaux jours des journaux nationaux...

Dantoine

Publicité pour les matériaux Bezombes

© Martial Andrieu

Son amour viscéral pour Carcassonne l'empêcha de nourrir cette ambition. Cette ville, il la connaissait dans les moindres détail grâce aux longues marches qu'il faisait chaque jour. Tantôt, il s'attablait pour dessiner à la terrasse du café Not (Place Carnot), tantôt au café du musée (square Gambetta). D'ailleurs c'est dans ce square qu'il parcourait les allées sinueuses, se laissant aller à la rêverie.  On y croisait une oie blanche prénommée Marie qui semblait deviser avec les passants. Dantoine connaissait également le nom de toutes les tours de la Cité, ainsi que leur histoire sur le bout des doigts.

dantoine

Jules Rivals, domaine de St-Martin à Montredon

C'est tout naturellement qu'il participa à l'illustration d'un ouvrage de M. Rivals, dont le titre est L'âme des pierres. Qu'elles soient taillées ou brutes, Dantoine aimait par dessus tout la nature de son pays. Particulièrement, la colline de Pech-Mary par laquelle on accédait par des sentiers sentant déjà la garrigue. Sa fille se souvient des ballades tout autour du Carcassès et de son havre de paix estival à Saint-Martin-le-vieil.

Dantoine

Publicité pour Carcassonne automobile

Dantoine c'était un oeil, un sens inné de l'observation. Il lui arrivait de faire la caricature de quelqu'un plusieurs jours après l'avoir croisé. Un témoin de son temps : les premiers touristes à la Cité, le cinéma muet projeté devant le café du musée, les premières jupes courtes et pantalons portés par des femmes coiffées à la garçonne dans les années 1930. Ce n'était pas un mondain. Pierre Dantoine appartenait au Parti radical socialiste et avait soutenu la candidature du Dr Tomey à mairie de Carcassonne. Il lui est arrivé de croquer les adversaires politiques de ses idées, afin de les ridiculiser. 

Dantoine

Pierre Dantoine participa à la Grande guerre à Verdun, dans les tranchées en compagnie des poilus. Il a rapporté l'esprit de camaraderie et le sacrifice des plus humbles toujours en première ligne. Antimilitariste convaincu et méfiant vis à vis de la hiérarchie militaire, son pacifisme s'exprima dans ses dessins. Dans de pénibles conditions, il crayonna la vie des tranchées et donna vie à ses personnages dans la langue de notre pays.

dantoine

On publia ensuite son album "La guerre de 14".

En 1939, l'entrée en guerre de la France annoncée par Daladier, le fit pleurer.

Dantoine était sans nul doute un humaniste avec un don inné pour le dessin ; lui qui n'avait jamais pris un seul cours. Il ne gommait presque jamais pendant l'exécution d'un trait et ne se servait que de simples instruments. L'ébauche était réalisée au crayon noir, le dessin final à l'encre de chine. La légende, qu'il gardait précieusement dans sa tête, venait après la touche finale à sa caricature. Cet homme d'une grande sympathie remportait l'adhésion de tous. À la préfecture, il offrait ses dessins ; tant et si bien que sa fille n'a jamais su qui avait emporté une série de caricatures de l'idylle d'Hitler avec Mussolini.

" Ce qui ressort surtout quand je pense à lui c'est cet amour de la paix en lui, autour de lui, s'élargissant en ondes concentriques jusqu'à la paix du monde. C'est un Carcassonnais du début du siècle, né en 1884, mort en 1955, qui a pressenti, sans le vivre vraiment, ce changement de civilisation que nous vivons aujourd'hui. Il n'aurait pas supporté les horizons nouveaux, un accent étranger au nôtre, l'agitation et l'indifférence parisienne, les brumes du nord de la Loire.

Ce qui ressort c'est attachement, cet affection pour le petit peuple qui l'entourait à l'époque. Elles faisaient partie de son univers. Il y en avait beaucoup dont j'ai oublié le nom et le surnom. Elles ont figuré dans ses dessins, depuis "Pauline" qui vendait des journaux et des réglisses à six sous dans un minuscule kiosque vert près de l'école Jean Jaurès, jusqu'à Chim Boum Boum qui périt lors de la débâcle allemande sous les coups d'un soldat excité par la retraite, en passant par madame Racau, à la face anguleuse, colorée par ce vin du midi qui l'aidait à manier la rame ; pour passer les promeneurs d'une rive à l'autre de l'Aude, près du pont de chemin de fer inaccessible, il n'y avait rien d'autre !"

(Lucie Dantoine)

Pierre Dantoine reçut les Palmes académiques en 1926 et fut décoré de la légion d'honneur en 1938. Comme beaucoup d'artistes de son temps qui ne voulurent pas quitter cette ville malgré leurs talents à la dimension de notre pays, Carcassonne les a oublié. Il a fallut attendre 2014 pour qu'une exposition Dantoine voit le jour dans sa ville natale, à l'initiative d'une association. Ceci avait été réalisé depuis longtemps déjà dans d'autres villes. Gageons que cette biographie puisée dans les mémoires de sa fille Lucie, puisse ranimer la flamme de cet humaniste, en symbole des luttes pour les libertés et la paix. Cet article n'arrive pas au hasard dans un calendrier qui commémore les tristes évènements de Charlie Hebdo. Qu'en aurait pensé Dantoine ? 

_____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2016