29/08/2016

L'esclavage des Chrétiens par les Barbaresques du XIIIe au XVIIIe siècle

Voilà encore un épisode méconnu de notre histoire... Au Moyen-âge et jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, la mer Méditerranée n'était qu'une vaste étendue de pirates qui en avaient fait un vaste lac musulman. On les appelait les Barbaresques venant du mot Barbare qui a donné ensuite, celui de Berbères. Sur la côté Barbaresque ainsi dénommée, s'étendant de l'ouest de l'Egypte au Maroc, on s'adonnait à un marché aux esclaves des blancs retenus captifs. Les maghrébins retenaient hommes, femmes et enfants que les pirates leur avaient procurés en pillant les navires et lors de raids sur les villes côtières d'Espagne, du Portugal, de France, etc... Pour exemple, on citera le sac de Baltimore en Irlande, au cours duquel les pirates s'empareront de la toute la population. On estime à 1 290 000 le nombre d'européens réduits en esclavage entre le XVIe et la fin du XVIIIe siècle. La plupart des capitaines des galères n'étaient pas des maghrébins, mais des européens convertis à l'Islam. Les esclaves sexuelles pouvaient gagner leur affranchissement à condition de se convertir à l'Islam et de faire des enfants.

Captain_walter_croker_horror_stricken_at_algiers_1815.jpg

Esclaves Chrétiens à Alger

Les navires de commerce Américains naviguant dans cette zone, commencèrent à subir à partir de 1783 le pillage, la capture des équipages et leur vente sur les marchés aux esclaves. Une douzaine de bateaux furent ainsi saisis en 1793. C'est depuis cette date que les Américains décidèrent la construction de navires de guerre afin de combattre ce type de trafic en Méditerranée. Afin de récupérer leurs citoyens, les états devaient payer une rançon ; c'est dans ce but que l'US Navy mit fin petit à petit à cette pratique. Les pays européens continuèrent à payer jusqu'en 1830. Précisément à partir du moment où la France se mit à conquérir les territoires musulmans bordant la Méditerranée. C'est le début de la colonisation de l'Algérie.

L'Ordre de la Merci

Purchase_of_Christian_captives_from_the_Barbary_States.jpg

Rachat des Chrétiens captifs

En 1218, le marchand drapier Pierre Nolasque né au Mas-Sainte-Puelle dans l'Aude, fonde à Barcelone l'Ordre de Notre-Dame-de-la-Merci, afin de racheter les Chrétiens tombés aux mains des maures et réduits en esclavage. En Espagne, l'Ordre s'appelle Orden de la Merced. Ce n'est pas le premier chronologiquement constitué ; l'Ordre de la Sainte-Trinité et de la Rédemption des captifs l'a précédé. On retrouve son existence à Carcassonne en 1739, lorsque Alexis Roques notable à Villalbe, en devient un des marguilliers. Les Mercenaires, outre les voeux de chasteté, de pauvreté et d'obéissance, s'engageaient à se livrer en otage si besoin, pour délivrer un captif.

Capture d’écran 2016-08-29 à 09.01.27.png

Peu à peu, l'Ordre perdit son caractère militaire pour devenir un ordre missionnaire d'évangélisation du Nouveau monde. Il s'établit au XIIIe siècle à Carcassonne sur l'emplacement de l'actuel collège de Varsovie et devient le Couvent de la Merci. Dans le réfectoire de cet établissement subsistent des voûtes témoins de l'ancien couvent. Si l'Ordre de la Merci ne recueilla plus d'aumônes à Carcassonne après le Moyen-âge, il semblerait que l'Ordre des trinitaires et de la Rédemption des captifs perdura jusqu'à 1780.

Capture d’écran 2016-08-29 à 09.14.01.png

On s'interrogera sur la présence de Notre-Dame-de-l'esclavage à l'intérieur de l'église Saint-Vincent. La priait-on pour ramener les captifs Chrétiens des Barbaresques ? A Bordeaux, on faisait des dévotions à Notre-Dame-de-l’Esclavage jusqu'à la Révolution (Cf. Saugera, Bordeaux Port négrier, p. 319) 

________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016