11/06/2016

De quoi les Carcassonnais ont-ils eu peur ?

Voici donc l'épilogue d'un long combat.

La mémoire de la villa de la Gestapo de Carcassonne rasée sur décision municipale en février 2015 pour la construction de logements sociaux, a été réduite en une plaque commémorative. Celle-ci a été dévoilée et inaugurée hier à 17h30 par l'A.N.A.C.R (Association Nationale des Anciens Combattants et Amis de la Résistance) en présence de Michel Molhérat (Conseiller Général), Gérard Larrat (Maire de Carcassonne) et Robert Alric (Habitat Audois). On notait également dans l'assistance quelques porte-drapeaux dont un des Guérilleros espagnols, David Scagliola (Centre culturel de la mémoire combattante) et Jean-Louis Bonnet. Ah ! Le devoir de mémoire a bon dos désormais ; il n'est plus hélas qu'un slogan politique - comme tant d'autres : pacte Républicain, laïcité, solidarité nationale, etc.  Ce leitmotiv répété à loisir ne sert plus qu'à sortir étendards et Marseillaise, devant le péril électoral d'un nationalisme décomplexé. Qui est dupe de tout cela ? Pas un jour ne passe sans commémorations, alors que tant de Français confondent 14 juillet et 11 novembre. Ce serait un peu comme fêter Jules Ferry tous les mois et supprimer le latin et le grec. Mince, c'est déjà fait...

plaque 2.jpg

Hier soir, devant le 67 avenue Roosevelt

En voyant cette photo que l'on m'a communiquée - car je me suis refusé à participer à cette mascarade - une question m'est de suite venue à l'esprit :

Où étaient tous ces gens quand j'avais besoin d'eux pour défendre ce lieu ?

Partout ailleurs - nous le verrons - l'A.N.A.C.R aurait apporté son soutien et son assistance à la défense de ce lieu tragique qui vit tant de patriotes crier sous les coups des tortionnaires de la Gestapo. À Carcassonne, les plus courageux se sont tus ; les hypocrites se sont rangés derrière la parole politique. Ma conviction est qu'il y a eu dès le départ une volonté délibérée d'écraser cette maison, avec discrétion et à n'importe quel prix. Dans quels buts ? Certes, on peut évoquer l'aspect financier mais ce n'est pas selon moi le vecteur le plus important ; Habitat Audois construit du logement social subventionné par les collectivités locales. Celles-ci ont donc toute latitude pour arrêter ses projets. 

Il fallait absolument éviter un droit d'inventaire sur ce lieu. A son procès en avril 1945, le tortionnaire de la Gestapo Carcassonnaise - l'Alsacien René Bach - lança en plein prétoire cette phrase lourde de sens :

"Toutes les affaires n'auraient pas été faites, si les Carcassonnais ne s'étaient pas dénoncés entre-eux."

Même au sein de la Résistance audoise, il y eut des dénonciations. C'est mon intime conviction, notamment concernant l'arrestation de Jean Bringer. Les vengeances personnelles et la cupidité de certains auront eu raison du chef départemental des F.F.I. La Gestapo disposait d'énormes sommes d'argent liquide pour payer ses informateurs. En juin 1944, les maquisards jusque-là peu soutenus par les Carcassonnais virent arriver un flot discontinu de candidats à la lutte armée. Deux mois avant la fin de la guerre, ils ne pouvaient pas tous les équiper. Ces héros de la dernière heure, ce sont ceux qui firent du zèle en tondant les femmes soupçonnées de Collaboration horizontale. 

Dans la sphère politique et économique locale, on peut supposer qu'il y a eu des héritiers d'un passé familial peu avouable. Dans un soucis de concorde et d'apaisement, il était souhaitable de ne pas remuer la boue. On peut comprendre les craintes de certains. Dans ce contexte, il n'était pas pensable de me retrouver avec de nombreux soutiens. Carcassonne n'a pas été une ville Résistante ; ce n'est faire injure à personne que de l'affirmer. En 1940, c'est une cité bourgeoise et très conservatrice composée essentiellement de petits commerçants, de fonctionnaires et propriétaires viticoles. On est bien loin de Salsigne, qui fournira un grand contingent d'hommes au Corps franc de la Montagne noire.

plaque.jpg

L'histoire locale retiendra le nom de l'organisme gravé dans le marbre

Dans ce texte, plusieurs choses m'interpellent...

D'abord, on distingue les résistants et les maquisards. Si  l'on prend la définition du Larousse un maquisard est un "Résistant à l'occupation allemande entre 1940 et 1945, membre d'un maquis." Ce serait donc un pléonasme ? Quand on sait que ce sont les guérilleros espagnols qui ont payé le plus lourd tribu dans cette maison : Thomas Martin, Miguel Amantegui, Mercedes Nunez Targa, Michel Karner, etc. On s'interroge sur le fait que le mot "Guérilleros" ne figure pas dans le texte. 

Ensuite, la période évoquée ne correspond pas à l'occupation par la Gestapo de cette maison. En effet, elle ne l'a réquisitionné qu'à partir d'avril 1943 jusqu'en août 1944. C'est peut-être un détail...

plaque 4.jpg

Dans le fond de la parcelle, on a construit une résidence à loyers modérés. Oui, car la maison de la Gestapo a été rasée pour un parking. On ne vous l'avait pas dit ? Habitat Audois a nommé cet immeuble "21 août 1944". Carcassonne a été libérée le 20 août ; que s'est-il donc passé le lendemain ?

voici-le-projet-de-logements-sociaux-d-habitat-audois-dr_478568_516x343.jpg

Le projet de l'architecte

L'exemple de Foix dans l'Ariège

13441990_10208895201433190_827040333_o.jpg

L'ancienne Villa de la Gestapo de Foix

Grâce à l'opiniâtreté de M. Nadouce et avec le soutien de la section locale de l'A.N.A.C.R, l'ancien siège de la Gestapo de l'Ariège a été réhabilité - il était aussi ruiné que celui de Carcassonne. Dans ce département - comme c'est bizarre - les anciens combattants se sont mobilisés en soutenant le défenseur de ce lieu de mémoire.

13441727_10208895201273186_1111318694_o.jpg

Il faut croire qu'à Foix, on n'a pas eu peur de regarder l'histoire en face. Le département de l'Ariège a fait de cette maison l'Agence de Développement Touristique d'Ariège Pyrénées en juin 2012. Ce qui ne gâche rien, l'arrière du bâtiment est occupé par l'internat d'un collège. Chaque jour les élèves prennent une leçon d'histoire avec cette plaque rappelant le sacrifice des patriotes.

____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016

21/11/2014

La villa de la Gestapo sera rasée pour 40 logements sociaux

L'indépendant dans son édition d'hier confirme la destruction de ce lieu de triste mémoire et présente le projet architectural qui sera réalisé par Habitat Audois. D'après le journal, ce sont 40 logements à caractère social qui seront construits sur la parcelle d'ici à mi-2016. La maison du gardien dans laquelle ont été séquestrés Aimé Ramond et tant d'autres, sera également détruite pour donner un accès aux habitations.

logements gestapo.jpg

Les logements seront bâtis en fond de parcelle

C'est donc la fin d'un long combat dans lequel j'aurais laissé quelques plumes, mais en ayant beaucoup appris tant historiquement qu'humainement. Je dois vous avouer que bien des nuits, il m'est arrivé de ne pas dormir tellement l'énervement et l'anxiété m'ont gagné. Oui ! j'ai essayé de lever ciel et terre pour faire entendre raison à qui voudrait bien comprendre. Certains diront sûrement : "Tout ça pour ça !" Eh ! bien, non. Malgré cette destruction, demain ne sera plus comme hier à cet endroit. Les Carcassonnais, grâce à ce travail de mémoire, ont connaissance désormais du sinistre passé de ce lieu. Ils savent que la barbarie n'a pas de frontières, puisque l'agent du SD, René Bach, était français. Qu'il a été fusillé à la suite d'un procès instruit à Carcassonne en 1945. Malheureusement, 70 ans après, les tensions sont encore vives et s'attaquer à ce dossier comme je l'ai entrepris, c'est faire le procès de la collaboration ; un linge sale qui n'est pas près d'être lavé en famille.

L'avenir ?

L'indépendant nous apprend qu'une stèle sera érigée sur le site, en mémoire aux martyrs de la Gestapo. Bien entendu, Habitat Audois va entreprendre ce projet avec les associations d'anciens combattants. C'est l'usage et c'est tout à fait dans les règles. Toutefois, sachez que ces associations n'ont pas levé le petit doigt pour défendre ce lieu, ni pour le faire connaître. Elles ont même conseillé à l'ancien maire de le faire raser, lorsqu'il les interrogea sur le sujet. Elles ont critiqué mon entreprise de mémoire. À n'en pas douter, elles iront sans vergogne couper le ruban et manger les petits gâteaux, le jour de l'inauguration. Je veillerai à ce qu'elles n'oublient pas les guérilleros espagnols qui ont combattu aux côtés des français, mais dont la reconnaissance se fait toujours attendre.

_________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014