19/02/2016

Quand Talleyrand annonçait la venue de Monsieur (frère de Louis XVI) à Carcassonne en 1777

Dans une lettre en date du 30 mai 1777, Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord alors député du clergé, annonce à Monsieur de Pelletier - major de Carcassonne - la venue prochaine en sa ville de Monsieur, le frère du roi Louis XVI. 

Capture d’écran 2016-02-18 à 18.05.31.png

Capture d’écran 2016-02-18 à 18.05.40.png

© Collection Philippe Maillard

Avec l'aimable autorisation du site : www.le-prince-de-talleyrand.fr

Paris, le 30 mai 1777.

Je vous donne avis, Monsieur, que Monsieur arrivera le 24 du mois prochain à Carcassonne, et crois ne pouvoir mieux faire pour vous mettre à portée de connaître les honneurs militaires qui devront être rendus à ce prince, que de vous envoyer copie de la lettre que M. le comte de Saint-Germain m’a fait l’honneur de m’écrire à cette occasion en vous recommandant de vous y conformer en tout ce qui peut vous y regarder.

Comte de Périgord.

42033585.jpg

Hôtel Pelletier du Claux, rue Trivalle

Il s'agit de Jean Anne Crépin de Pelletier (1724-1790), dernier major commandant la Cité.

(Carcassonne d'hier à aujourd'hui / p.525)

1788_portrait_of_Louis_Stanislas_Xavier_of_France,_Count_of_Provence_in_the_robes_of_the_Order_of_the_Holy_Spirit_by_Callet_(Château_de_Vizille).jpg

Monsieur en 1788

(futur Louis XVIII)

Dans une lettre de M. Bertin - supérieur du séminaire de Saint-Charles à Toulouse - en date du 14 juin 1977, il est également annoncé le passage du comte de Provence dans la région.

"Monsieur arrive à Toulouse vendredi prochain le 20 du courant. Il séjournera le 21 et partira le dimanche 22, après avoir entendu la messe, pour aller coucher chez M. l'évêque de St-Papoul ; le 23, il ira voir le bassin de St-Ferréol et reviendra coucher à St-Papoul. Le 24, il partira sans doute après la messe pour aller à Carcassonne, à moins que, voyageant sur le canal, il ne s'en écarte pas. C'est ce que j'ignore. Si cela est, vous pourriez bien ne pas le voir à Narbonne."

(Bulletin de la Commission archéologique de Narbonne / 1895)

En effet, au printemps 1777 le futur Louis XVIII assiste à Toulouse à une séance des Jeux floraux. Une réception en son honneur est même organisée par les parlementaires de cette ville chez le comte Riquet de Caraman. Il embarque ensuite au Pont St-Sauveur et poursuit son périple sur le Canal Royal du Languedoc.

Après avoir couché à St-Papoul chez Mgr Jean-Antoine de Castellane, il visite le 23 juin l'école de Sorèze. Il veut tout savoir depuis les programmes jusqu'aux menus et donnera au jeune commandant du bataillon, un brevet pour entrer dans sa garde à la fin de ses études. 

Capture d’écran 2016-02-19 à 09.17.56.png

École royale de Sorèze

Ces cérémonies terminées le futur page de Monsieur, le jeune Montgaillard se précipita chez ses parents pour leur annoncer l’heureuse nouvelle, ceux-ci se mirent aussitôt à constituer le trousseau, de leur fils, afin qu’il pût être envoyé à Versailles au premier avis. Ils attendirent un mois, deux mois, six mois, un an... Rien ne vint. Ce n'était qu'une « promesse de Monsieur » et Monsieur n'en avait tant répandu le long de sa route que parce qu’il était résolu à n'en tenir aucune...

(Michel Demelin / Sorèze : au coeur du Languedoc...)

3507147091.jpg

© Chroniques de Carcassonne

Ancien échêvé de Carcassonne

Monsieur arriva avec son escorte à Carcassonne, le 24 juin 1777. Il alla dîner et coucher à l'évêché (aujourd'hui, préfecture de l'Aude) chez Mgr de Bezons ; dans la même chambre qu'occupera en 1815 son frère Louis de France, duc d'Angoulème.

"Lorsqu'en 1777, Monsieur, comte de Provence, qui depuis a régné si glorieusement sous le nom de Louis XVIII, passa à Carcassonne, on servit à ce prince des vins de Limoux et de Villemoustaussou : il eut la bonté d'en faire éloge à M. de Bezons ; le vin de Villemoutaussou provenait d'une vigne qui appartenait depuis longtemps à la famille Don, et dont le M. le secrétaire perpétuel de la Société d'Agriculture de l'Aude est actuellement propriétaire. Un habitant de Limoux, que la Révolution dans sa fermentation tumultueuse et dans ses collisions centrifugeuses avait porté à Saint-Pétersbourg, réchauffait les estomacs des habitants de cette capitale du nord avec les vins de son pays et sa blanquette gracieuse."

(Journal de la Société d'agriculture de l'Aude / 3e année)

Chateau de Ventenac- Cave.jpg

Château de Ventenac

Le comte de Provence repartit de Carcassonne le lendemain où il devait coucher à Ventenac-en -Minervois chez M. de Caraman, avant de rejoindre Narbonne.

Il est fort regrettable que dans le département de l'Aude, on ne regarde l'histoire de France qu'à partir du 4 septembre 1870 et la proclamation de la République. Faut-il être à ce point sectaire pour ne jamais évoquer dans les livres contemporains, la visite des illustres personnages de l'Ancien de Régime à Carcassonne ? 

_____________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016