27/06/2017

Magali (1898-1986), l'une des plus grandes romancières françaises est née à Limoux.

Ne demandez pas aux Limouxins s'il connaissent Magali, car il me semble qu'il n'y a pas dans la Sous-préfecture audoise de bâtiments ou de rues portant son nom. Et pourtant... Jeanne Philbert est née le 6 mars 1898 à Limoux d'un père négociant en vins qui après le décès prématuré de son épouse, confiera sa fille à des tantes tenant un magasin de confections en ville. Au lycée de Carcassonne, il a l'audace d'écrire son admiration au félibre Frédéric Mistral, avec lequel elle entretiendra une correspondance épistolaire jusqu'à sa mort. Il l'encourage à écrire ses premiers essais et lui attribue le pseudonyme de Magali. Elle signera ses ouvrages sous six autres pseudonymes, dont Michel Cerdan en raison de sa fascination pour le boxeur Marcel Cerdan.

Magali.jpg

© adbstar

Magali alias Jeanne Philbert

En 1915, elle part quatre ans en Algérie comme institutrice. A son retour, elle s'occupe de la gestion d'une ferme appartenant à son père. Après la Grande guerre, elle épouse Marcel Idiers (1886-1950), romancier populaire à succès avec lequel elle collabore avant de s'en séparer. A ses débuts, Magali écrits des articles variés dans les journaux sur différents thèmes : cuisine, critique dramatique, sports, etc. A ce sujet, elle rédige un papier sur l'arrivée triomphale de Charles Lindbergh en 1927. C'est cette année-là que son livre "Le jardin enchanté" lui vaut d'être couronnée du 1er prix Max du Veuzit. Deux ans après, Magali aussi célèbre que Delly, entre chez l'éditeur Jules Tallandier dans la collection blanche.

Capture d’écran 2017-06-27 à 19.18.49.png

Magali est née au premier étage de cette maison, place de la République

Elle se passionne pour l'aéronautique, accompagne Maryse Bastié lors de missions sur le front et rencontre au gré des escales Saint-Exupéry et d'autres as de la voltige. Durant deux ans, elle est engagée volontaire dans les sections féminines automobiles.

Capture d’écran 2017-06-27 à 19.25.07.png

Son roman L'enveloppe aux cachets bleus est victime en 1940 de la censure. Magali se réfugie à Toulouse et participe à la Résistance avec la création de la maison d'éditions Chantal. Sous couverture de la publication de romans sentimentaux, elle imprime des faux-papiers, des tracts et des journaux clandestins. A la Libération, Magali est une personnalité nationale. Après s'être remariée en 1947 avec Joseph Corradot, elle donne des conférences en France et à l'étranger. Installée à Rueil-la-Gadelière (Eure-et-Loir), à quelques kilomètres de Verneuil-sur-Avre (Eure) où, en 1953, elle crée la section locale de l’association France-Canada. Ses livres censurés avaient été diffusés au Québec pendant l'Occupation. En 1954, elle reçoit la médaille de la Résistance et est décorée de la légion d'honneur. 

Magali pic2.jpg

© adbstar

 La Dame aux cent livres restera de 1976 à 1984 la Vice-présidente de la Société des Gens de Lettres. En 1985, elle reçoit le prix Paul Féval pour l'ensemble de son œuvre. Magali - prénom provençal - née à Limoux où elle vécut pendant vingt ans mourra le 5 février 1986 à Rueil-la-Gadelière (Eure-et-Loir). C'est là, loin de son Aude natale qu'elle repose désormais.

Sources

Ouvrières des lettres / Presses universitaires de Limoges

__________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017