22/05/2014

La tour d'entraînement des parachutistes du 3e RPIMA

Les parachutistes du 3e RPIMA sont à Carcassonne depuis la fin de la guerre d'Algérie, c'est à dire après les accords d'Evian en 1962. Toute la ville est fière d'avoir en ses murs un régiment d'élite qui n'a pas été démantelé par la réorganisation militaire de 2007 et heureuse, d'avoir pu conserver ses deux casernes. Avant de se lancer d'un transall et obtenir leur brevet, nos paras doivent sérieusement s'entraîner à la technique de saut. Le premier, Léo Valentin, expérimenta une technique de contrôle du corps en chute libre le 27 mai 1947 au dessus de Pau. Depuis, la nage aérienne a été créée en se déplaçant à une vitesse de 180 à 190km/h lors d'une chute verticale de 50m/s. Le corps fait office de gouvernail de gauchissement pour l'inclinaison du corps dans les virages.

2417072819.jpg

Transall C 60

2909909763.jpg

L'entraînement s'effectue au moyen d'agrès divers réalisés de manière à reproduire le plus fidèlement possible les conditions d'évacuation de l'avion, du choc à l'ouverture et à l'atterrissage. La tour verticale prépare le novice de l'évacuation de l'avion à l'ouverture du parachute. La tour oblique (photo ci-dessus) prépare à l'atterrissage grâce à un câble porteur incliné. Je me souviens avoir sauté à l'âge de 7 ans d'une petite tour oblique sur le terrain d'entraînement de la caserne Laperrine pour une fête de la St-Michel (patron des parachutistes). J'avais eu droit à un brevet avec ma photo prise à l'arrivée du saut. J'ai encore ce document et le souvenir bien en mémoire.

4283424873.jpg

Les paras du 3e RPIMA à l'entraînement dans les années 1970

525430547.jpg

Insigne du brevet parachutiste de l'armée française

Sources:

La grande encyclopédie Larousse/ années 1971-1976

________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014